Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire de la France libre

L’engagement des Français Libres : une mise en perspective

Erwan Le Gall

Texte intégral

  • 1 Jean-François Muracciole, « Les Français Libres : une approche sociologique », Hubert Heyries et J (...)

1Dans la mémoire collective, le Français Libre est à la fois un héros et un aventurier, un individu quittant tout pour combattre sous l’uniforme orné de la Croix de Lorraine. Cette représentation mentale forgée a posteriori, que l’on dénommera ici mystique Français Libres, postule une rupture résolue et consciente des acteurs et peut être résumée par cette assertion : « Les Français libres ont brûlé leurs vaisseaux ; ils ont fait le choix de tout quitter, pays, métier, études, famille, et de gagner un pays étranger à une époque où la victoire finale était loin d’être acquise1. » Le Français Libre serait ainsi une sorte de preux chevalier des années 1940, de « croisé de la Libération » pour reprendre l’expression de Thierry d’Argenlieu.

  • 2 Henry Rousso, Le syndrome de Vichy : de 1944 à nos jours, Paris, Le Seuil, 1990.
  • 3 Olivier Wieviorka, La mémoire désunie. Le souvenir politique des années sombres, de la Libération (...)
  • 4 Laurent Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse, Paris, Le Seuil, coll. « Points (...)
  • 5 Laurent Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse, op. cit., p. 23-31.
  • 6 Pierre Brossolette lors du 3e anniversaire de l’appel du 18-Juin à l’Albert Hall : « L’histoire un (...)

2Loin d’être une représentation mentale marginale, cette mystique se construit à la faveur d’un terreau mémoriel favorable, entre mythe résistancialiste2, irénisme des pouvoirs publics en charge des politiques du souvenir3 et publication de témoignages emblématiques4. D’ailleurs, comme souvent avec la Résistance, une épopée à la fois consciente de son historicité et soucieuse de son histoire5, les bases de cette mémoire sont jetées avant même la Libération6. La mystique montre le Français Libre sous un angle bien spécifique, celui d’un héros en rupture, uniquement mû par l’intérêt supérieur de la patrie. Pourtant, il y a lieu de se demander si cette représentation mentale encore en vigueur aujourd’hui est conforme à la réalité de l’engagement des volontaires qui ont combattu pour la Croix de Lorraine. Mais, précisons-le d’emblée, il ne s’agit pas dans la démarche qui est la nôtre d’attribuer, 70 ans après les faits, bons et mauvais points. Cependant, le respect dû ne doit pas pour autant oblitérer l’exercice critique tant que celui-ci demeure en accord avec les réalités de l’époque étudiée et les conditions particulières rencontrées par les acteurs.

3En effet, le terme même d’engagement est polysémique puisqu’il désigne à la fois le moment très court du passage à l’acte et la conséquence – nécessairement comprise sur un temps plus long – de ce dernier. Dès lors, on pourra s’interroger sur l’engagement de Français Libres qui, passé au révélateur d’outils sociologiques adéquats, apparaît à bien des égards dans une certaine continuité sociale. De même, la « mystique », volontiers simplificatrice, tend à présenter les Français Libres comme apolitiques – par opposition à leurs compagnons d’armes de la Résistance intérieure – dimension qui en réalité paraît dépendre pour beaucoup de la position occupée par le sujet dans l’organisation politique et militaire qu’est la France Libre.

L’engagement comme passage à l’acte : rupture légale et continuité sociale

  • 7 Jean-François Muracciole développe également cette idée en évoquant la notion de « disponibilité p (...)

4Marin à bord du Triomphant, René Cohuet est en Grande-Bretagne au moment de l’Appel. L’armistice pourrait être pour lui synonyme de retour au foyer mais, enfant non désiré régulièrement battu par son père, il ne se voit pas retourner chez lui et préfère au contraire continuer le combat au sein de cette « famille de substitution » que sont les Forces françaises libres alors naissantes7 :

  • 8 Entretien avec René Cohuet, Chartres, 23 octobre 2003.

« Pour moi c’était une question de conscience, mais fatalement, on est obligé de venir à cela : j’avais personne derrière moi, retourner chez moi ça ne m’intéresse pas, aller en Afrique du Nord cela ne m’intéresse pas, je n’ai pas de famille, je n’ai rien du tout. Je continue et un point c’est tout8. »

  • 9 Sur la dialectique entre rupture et accommodation, Olivier Wieviorka, « À la recherche de l’engage (...)
  • 10 Archives SD ONAC 28 : dossier de CVR de René Cohuet, extrait du jugement par contumace de condamna (...)
  • 11 Jean-François Muracciole, Les Français Libres, l’autre résistance, op. cit., p. 46.

5René Cohuet souscrit en septembre 1940 un engagement volontaire au sein des FFL, passage à l’acte qui ne saurait être confondu avec une accommodation du sujet avec les affres de la guerre puisque celui-ci est au contraire synonyme de rupture judiciaire9. En effet, le 11 mars 1942, René Cohuet est condamné par contumace pour « participation à une entreprise de démoralisation de l’Armée et de la Nation », la sentence prononcée étant : « peine de mort, dégradation militaire, frais envers l’État, confiscation des biens présents et à venir au profit de la Nation10 ». Toutefois, s’il est une rupture avec une certaine légalité, l’engagement au sein des FFL ne saurait être considéré à la manière d’un objet historique hors-sol, c’est-à-dire sans racines, sans origines, tant il peut par bien des aspects s’insérer dans une certaine continuité. Ainsi la forme concrète de l’engagement des Français Libres, c’est-à-dire sa matérialisation dans le quotidien des acteurs, peut amener une certaine confusion tant celle-ci peut s’inscrire dans le prolongement de pratiques anciennes, bien antérieures à l’Appel. Le ralliement volontaire à la Croix de Lorraine n’implique donc pas nécessairement « une rupture avec l’univers quotidien11 », ce qu’illustre par exemple le parcours d’un homme tel que Louis Raineval.

  • 12 Archives SD ONAC 22 : dossier de CVR de Louis Raineval. Archives SD ONAC 22 : fonds Louis Raineval (...)

6Engagé volontaire en 1900 au 6e régiment d’infanterie de marine en tant que soldat de 2e classe, il sort progressivement du rang et est nommé, le 1er janvier 1913, sous-lieutenant. Ses différentes affectations le conduisent aux quatre coins de l’Empire, tant en Afrique qu’en Asie. À la suite de la mobilisation d’août 1914, il combat pour la première fois de sa vie sur le territoire métropolitain mais est fait prisonnier lors de la bataille de Maubeuge. Refusant la captivité, à l’instar de Charles de Gaulle, il tente par trois fois de s’évader, ce qui lui vaut d’être transféré à la citadelle de Torgau. Libéré à la suite de l’armistice du 11 novembre 1918, il poursuit sa carrière d’officier colonial, tant en Chine qu’en Afrique, au gré d’affectations qui le tiennent éloigné de sa famille pendant plus de deux ans ; ceci jusqu’en 1930, année où il fait valoir ses droits à la retraite. Rappelé à l’activité en 1939, il est envoyé à la défense de Brest et assiste, impuissant, à la débâcle. Refusant la défaite, il n’entend pas l’Appel du général de Gaulle mais embarque au Conquet le 19 juin 1940 et débarque, via Ouessant, à Plymouth, le 22 juin 1940. Pris en charge par les autorités anglaises, il est dans un premier temps envoyé au camp de rassemblement d’Harrow Park puis est affecté au Ghana – alors Gold Coast – où il œuvre, pour le compte de la Grande-Bretagne, au ralliement de la Haute-Côte-d’Ivoire. Ce n’est finalement que le 6 août 1940 qu’il signe, en Afrique, un engagement pour la durée de la guerre pour servir au sein des FFL. Il est l’un des rares officiers de carrière, et certainement parmi les plus âgés puisqu’il a alors 60 ans, à rallier Charles de Gaulle. Dirigé sur Londres, Louis Raineval est d’abord nommé à l’état-major du quartier général puis est désigné, le 31 octobre 1940, pour servir en Afrique-Équatoriale française, toute juste ralliée. Affecté au 1er régiment de tirailleurs du Cameroun, il poursuit son parcours en occupant diverses fonctions d’officier colonial supérieur, étant entre autres commandant militaire du Cameroun puis du Gabon12.

7Indépendamment des risques encourus et du courage remarquable dont fait preuve Louis Raineval en cette année 1940, il est frappant de constater combien un engagement tel que le sien ressemble finalement à la vie qu’il menait avant sa retraite, dans les années 1920, lorsqu’il était un officier de la Coloniale, en Afrique. D’une certaine manière, son engagement au sein des FFL peut d’ailleurs être compris comme la poursuite d’un brillant cursus honorum militaire puisque Louis Raineval est promu lieutenant-colonel le 27 mars 1943 par un télégramme signé de Charles de Gaulle en personne. Pourtant, bien que s’insérant dans une certaine continuité en termes de mode de vie, l’engagement au sein des Forces françaises libres ne doit pas être considéré comme un acte anodin, c’est-à-dire comme la simple prolongation d’une existence antérieure. Au contraire, Louis Raineval mesure dès l’automne 1940 si ce n’est l’historicité de son geste, au moins la portée judiciaire de son engagement volontaire puisque parti en Angleterre sans donner de nouvelles à sa famille, qui ne sait alors pas s’il est encore vivant, il discerne les dangers auxquels il s’expose ainsi que ceux qui pèsent sur sa femme et ses enfants. C’est pourquoi, par mesure de sûreté, il refuse que son nom soit prononcé à l’antenne de la BBC, ce qui aurait pu rassurer ses proches mais également alerter les services de renseignements allemands. À l’automne 1940, Louis Raineval ne sait d’ailleurs s’il pourra de nouveau voir les siens. Il griffonne donc quelques mots au revers d’un bristol, destiné à leur être remis en cas de décès :

  • 13 Erwan Le Gall, Louis Raineval, 60 ans, Français Libre, op. cit.

« À ma chère femme, à mes chers enfants, mon très affectueux souvenir et mes tendres baisers. Londres le 25 octobre 194013. »

  • 14 Archives SD ONAC 22 : dossier CVR Extra Métropolitain de Louis Raineval.
  • 15 Jean-Pierre Azéma défend l’idée que d’une certaine manière, le sentiment d’avoir « frôlé » la Gran (...)
  • 16 Olivier Fillieule, « Post-scriptum : Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement in (...)

8Rupture manifeste avec un certain ordre légal et perçue comme telle par le sujet, l’engagement de Louis Raineval au sein des FFL n’en demeure pas moins, on l’a dit, la poursuite d’un parcours professionnel hors pair. Celui-ci est d’ailleurs sanctionné le 20 décembre 1945 par l’attribution de l’insigne d’officier de la Légion d’honneur, qui lui est remise à Dinan par Leclerc, cette décoration distinguant une « belle figure d’officier colonial, au beau passé militaire14 ». Dès lors se pose la question des ressorts du passage à l’acte, de l’engrenage ayant conduit à l’engagement volontaire. Sans témoignage direct, il nous est impossible d’être absolument définitif. Toutefois, il semble possible de suggérer que certains éléments de la vie de Louis Raineval peuvent être a posteriori avancés comme éléments ayant déterminé son ralliement à la France Libre. Militaire de carrière ayant « frôlé » l’événement en 191415, Louis Raineval trouve certainement plus « naturel » de poursuivre le combat contre l’Allemagne au sein de l’armée d’une puissance étrangère – la Grande-Bretagne pour laquelle il officie dans un premier temps – que d’envisager la poursuite du combat dans la clandestinité, en France occupée, au sein d’une organisation alors inexistante et dont les méthodes auraient probablement, aux yeux d’un homme ayant toute sa vie servi sous un uniforme, été trop proches de celles d’un mouvement de franc-tireur. On peut dès lors penser sans trop de risques d’erreur que le départ de Louis Raineval pour l’Angleterre le 19 juin 1940 est pour partie le fruit d’une certaine culture professionnelle, celle-ci l’ayant amené à privilégier le combat au sein d’une armée régulière, fût-elle étrangère. Ainsi, tout dans l’engagement de Louis Raineval au sein des Forces françaises libres, tant au niveau du passage à l’acte que des répercussions concrètes de celui-ci sur son mode de vie jusqu’en 1945, renvoie à son parcours militaire, en résumé à une logique de carrière16.

Logique de carrière

  • 17 Maurice Halna du Fretay (caporal, écrit le 29 mai 1941), « De France en Angleterre », Gérard Le Ma (...)
  • 18 Archives de l’Ordre de la Libération.

9Par là, nous ne sous-entendons aucunement que Louis Raineval s’engage pour des raisons carriéristes mais que son ralliement à la France Libre s’inscrit certes dans une dynamique conjoncturelle très forte (la défaite) mais aussi dans un mouvement personnel devant être compris sur un temps plus long : la carrière. Tel est également le cas d’un homme tel que Maurice Halna du Frétay dont les carnets personnels17 traduisent bien la logique d’engagement. Né en 1920 dans une famille de vieille noblesse bretonne, il grandit dès son plus jeune âge avec le rêve de devenir pilote, sans doute influencé par son père, ancien aviateur lui-même. Déterminé, il obtient ses brevets de pilote amateur et de mécanicien-avion à l’aérodrome de Dinan et s’achète un petit appareil, un Zlin XII de fabrication tchécoslovaque. Parvenu à signer un pré-engagement en octobre 1939 (il est trop jeune pour être appelé), il intègre l’école de pilotage no 24 de Dinan puis est envoyé, fin avril 1940, à l’aérodrome d’Aulnat en tant qu’élève-radio-naviguant. Démobilisé le 22 juin 1940 mais désireux de poursuivre le combat, Maurice Halna du Frétay décolle des jardins du manoir familial près de Jugon-les-Lacs à bord de son propre appareil et atterrit en Angleterre le 15 novembre 1940. Affecté au 174 Squadron, il décède le 19 août 1942, au retour de l’opération Jubilee sur Dieppe18.

  • 19 Maurice Halna du Fretay, op. cit.
  • 20 Jean-Louis Cremieux-Brilhac, « La France Libre », Jean-Pierre Azema et François Bedarida (dir.), L (...)

10L’histoire de Maurice Halna du Frétay est connue. Fait Compagnon de la Libération, il correspond parfaitement à l’archétype du Français Libre, tout à la fois aventureux et patriote. Mais derrière l’exploit héroïque, au-delà de la mystique, comment ne pas percevoir la résolution d’un jeune soldat déterminé à devenir pilote certes pour combattre pour son pays mais aussi pour assouvir sa passion de l’aviation ? Ce n’est en fin de compte que la fulgurance de la débâcle et de la défaite combinées à des motivations d’ordre patriotique qui le conduisent à rejoindre la France Libre et, ce faisant, à reprendre le fil d’une carrière interrompue par l’armistice. D’ailleurs, on ne peut pas dire que l’engagement dans les FAFL ait entraîné un changement objectif dans la carrière militaire de Maurice Halna du Frétay puisque précisément, il suivait une formation pour devenir pilote, ce qu’il finit par devenir, lorsqu’avec le grade d’aspirant, il accomplit sa première mission de guerre le 27 novembre 194119. Du point de vue des ressorts de l’engagement, Maurice Halna du Frétay ne diffère donc finalement de Louis Raineval qu’en ce qu’il s’agit pour le jeune pilote d’une logique de carrière en devenir et non d’une carrière grandement réalisée. Une observation analogue peut également être formulée à l’encontre des 115 élèves de l’école de pilotage no 23 du Mans repliée à Morlaix qui, le 18 juin, appareillent de Douarnenez à bord du Trébouliste et comptent parmi les premiers pilotes des FAFL20.

  • 21 François Marcot, « Pour une sociologie de la Résistance : intentionnalité et fonctionnalité », Ant (...)
  • 22 Yves-Marie Gueguen (général), « Historique des Forces Aériennes Françaises Libres », La France Lib (...)
  • 23 Exemple d’engagement volontaire au sein des Forces navales françaises libres résultant d’une logiq (...)
  • 24 Jacqueline Sainclivier, La Résistance en Ille-et-Vilaine (1940-1944), Rennes, Presses universitair (...)

11La logique de carrière renvoie alors implicitement au concept de disponibilité fonctionnelle forgé par François Marcot à propos de la Résistance intérieure21, notion qui dans le cas présent peut très bien s’appliquer à la France Libre. Le principe de disponibilité postule en effet que la Résistance est avant tout synonyme d’action et de recherche d’efficacité. Ainsi, elle est amenée, en vertu de ses besoins spécifiques, à recruter des acteurs remplissant des fonctions particulières, c’est-à-dire qui ne peuvent pas être accomplies par des éléments interchangeables de la société. Considérant la disette de pilotes que doivent affronter les FAFL dès leur création22, la logique de carrière et le principe de disponibilité éclairent en conséquence d’un jour nouveau l’engagement de ces 115 élèves de l’école de pilotage no 23. De plus, ces grilles de lecture conduisent à identifier des groupes sociaux aux caractéristiques bien spécifiques (les aviateurs mais aussi les marins23) qui, de toute évidence, constituent des bassins privilégiés de recrutement pour la Croix de Lorraine. Mais la France Libre ne fait ici pas exception puisque Jacqueline Sainclivier a montré dès la fin des années 1970, au travers d’une sociologie pionnière de l’armée des ombres en Ille-et-Vilaine, comment certains milieux sociaux peuvent se révéler être des terrains plus ou moins favorables à la Résistance24.

Logique de trajectoire

  • 25 Olivier Fillieule, op. cit.

12Lorsqu’il découle d’une logique de carrière, l’engagement se comprend donc comme la poursuite d’un certain cheminement sur l’échelle sociale. De même, lorsqu’il résulte d’une logique de trajectoire, concept articulé non plus autour de la notion de carrière mais d’habitus25, l’engagement se révèle alors être le résultat d’un long mécanisme dont les rouages ne se découvrent plus dans le curriculum vitae du sujet mais dans son entourage proche.

  • 26 Archives SD ONAC 22 : mémoire de proposition pour les ordres nationaux d’Ange Michaux. Entretien a (...)

13En effet, l’environnement familial, et plus particulièrement l’influence exercée par un proche parent, paraît être un élément décisif dans la trajectoire de nombreux Français Libres. Né à Saint-Brieuc en 1922 dans une famille modeste mais nombreuse – 14 enfants, 7 garçons et 7 filles – Ange Michaux apprend le métier de bottier aux Apprentis d’Auteil à Langonnet (Morbihan). En 1940, au moment de la débâcle, il est incité par sa mère à rejoindre l’Angleterre « qui continue la lutte ». Celle-ci ayant eu en effet plusieurs membres de sa famille prisonniers de guerre en 1914-1918, elle avait une opinion très négative des Allemands (« ce n’étaient pas des gens honnêtes », « c’est des terribles »). Parvenu à Londres, Ange Michaux s’engage pour la durée de la guerre le 1er juillet 1940 dans le but de « chasser les Allemands » et « défendre la France ». Affecté dans un premier temps à la 2e compagnie de chasseurs de Camberley pour une période d’instruction d’un an, il intègre ensuite la 2e DFL puis la 2e DB26.

  • 27 Tereska Torres, Une Française Libre, journal, 1939-1945, Paris, Phoebus, 2000, p. 19. Dans ce cas, (...)

14Née à Paris dans une famille de juifs polonais convertis au catholicisme, Tereska Torrès est pour sa part la fille du sculpteur Marek Swarc. Déclarant qu’« en tant que juif, son devoir est de combattre Hitler27 », celui-ci s’engage à 49 ans au sein de l’armée polonaise en exil. Fuyant l’avancée allemande, Tereska Torrès quitte Paris avec sa mère et gagne Saint-Jean-de-Luz :

  • 28 Cité in Émilie Grangeray, « Tereska Torrès, une combattante libre dans un corps féminin », Le Mond (...)

« C’est là, quand j’ai vu les bateaux anglais arriver pour emmener des parties de l’armée polonaise que j’ai voulu partir à Londres. Dès que j’ai entendu parler de ce général, j’ai eu envie de le rejoindre28. »

  • 29 Entretien avec Francis Roma, Luisant, 28 novembre 2003.
  • 30 Archives SD ONAC 28 : dossier de carte du combattant no 79625.
  • 31 Expression employée par Francis Roma lors d’une interview accordée à La République du Centre, publ (...)
  • 32 Mémo de Serge Vaculik en appui de sa demande de carte du combattant. AD 22 1057 W 249 – CC#77575. (...)

15Les exemples de la sorte peuvent être multipliés à foison tant il est évident que les figures emblématiques que constituent parfois le père ou la mère sont assurément des éléments déterminants permettant, pour un certain nombre de Français Libres, d’expliquer une trajectoire conduisant à l’engagement volontaire. Bien souvent, observer la famille nucléaire permet de saisir combien l’histoire individuelle, intime, d’un individu peut porter en elle les germes d’un engagement ultérieur. Ainsi, Francis Roma : grandissant à Alger avec pour seule famille sa mère et une sœur, il est avant tout un jeune homme passionné de football. D’ailleurs, lorsqu’on lui demande ce qu’il pensait en 1940-1941 du maréchal Pétain et de la Révolution nationale, sa réponse est lapidaire : « Rien du tout, je ne connaissais pas du tout. Moi, mes idées c’était le sport, c’est tout. » Francis Roma apparaît en effet à cette époque comme une personne dénuée de toute conscience politique, syndicale ou religieuse29. Il serait donc tentant d’expliquer son engagement volontaire au sein des FFL le 15 juin 1943 par la seule perspective d’une vie sportive et aventureuse – il est d’ailleurs versé au sein du très prestigieux SAS britannique. Mais cela serait oublier que naturalisé français en 1949, Francis Roma est né Francesco Roma le 8 mars 1925 à Alicante, en Espagne30. C’est d’ailleurs la défaite des républicains face aux troupes franquistes qui l’amène, en 1939, à se réfugier en Afrique du Nord, à Blida. C’est à ce moment-là – il a alors 14 ans – qu’il prend conscience « d’avoir une dette envers la France31 », sentiment qui permet d’éclairer d’un nouveau jour l’engagement de Francis Roma au sein des FFL. Trajectoire analogue chez Serge Vaculik qui, né en 1919 en Tchécoslovaquie, émigre en France à l’âge de 4 ans et est naturalisé le 1er décembre 1938. Dès juin 1940 il décide de « rejoindre Londres [et les FFL] pour remercier la France et montrer son estime au Pays qui lui a fait l’honneur et le privilège de devenir Français32 ».

16Dans d’autres cas c’est l’école qui paraît être à l’origine de la trajectoire du sujet. Ainsi lorsqu’il est interrogé sur ses souvenirs de guerre, Henri Bonnin insiste de lui-même sur l’importance de ce qu’il y a appris :

  • 33 Entretien avec Henri Bonnin, Chartres, 23 octobre 2003.

« Je crois qu’il faudrait repartir, pour bien comprendre, aux années scolaires qui partent de 1928 à 1934. À l’époque, j’étais dans l’école fréquentée par Alain Fournier, qui est l’écrivain du Grand Meaulnes, je n’ai pas fait d’autre scolarité que le primaire. À cette époque, nous apprenions des choses très intéressantes que l’on a appelées par la suite… qui ont beaucoup influencé notre avenir si l’on peut dire. Nous apprenions entre autres ce que l’on apprend à l’école, et surtout, la grandeur, le respect du monde entier pour la France, qui était un pays envié de tout le monde. J’ai pu le constater par la suite parce que j’ai fait plusieurs pays où partout les Français militaires, quelle que soit l’armée, étaient accueillis à bras ouverts, notamment aux États-Unis, en Afrique, partout où j’ai eu l’occasion d’aller. C’est pour vous dire que nous avions pour la France un cœur gros comme ça, et depuis bien longtemps, après cette période, je me suis dit, mais où est la France de notre enfance ? […] Enfin, bref, nous avions un respect du drapeau, nous avions un respect du monde en général, qui nous était bien appris à l’époque33. »

17Marin à bord de l’Émile Bertin, Henri Bonnin fuit la Martinique pour la Dominique, où il rallie les FFL en juin 1943. Pour lui, l’engagement n’est donc pas synonyme de bouleversement fondamental de carrière puisque marin d’un croiseur de la marine de Vichy, il se retrouve membre de l’équipage d’un bâtiment arborant le pavillon des FNFL. Mais au-delà de ce simple changement d’armateur, il est frappant de voir qu’Henri Bonnin explique lui-même son choix par l’intériorisation de certaines valeurs inculquées par l’école, ce qui renvoie explicitement à l’habitus et à une logique de trajectoire, et non plus de carrière.

  • 34 Ses deux frères sont Georges et Jean-Charles Royer. Parachutistes, ils sont capturés par les Itali (...)
  • 35 Entretien avec M. Michel Royer, Saint-Brieuc, 12 mars 2010.
  • 36 Yvon Pageot dit Lepage, rejoint l’Angleterre le 19 juin 1940 aux commandes d’un bombardier. Entré (...)
  • 37 Entretien avec M. Michel Royer, Saint-Brieuc, 12 mars 2010. Archives SD ONAC 22 : dossiers de CVR (...)

18Logiques de carrière et de trajectoire ne sont pourtant pas incompatibles, au contraire. Bien souvent, elles interagissent chez un même individu, se combinent et déterminent ensemble le passage à l’acte. Ainsi Michel Royer dont l’engagement se conçoit comme le fruit d’une double continuité, familiale et clandestine. Troisième d’une fratrie de quatre, il accompagne le 19 juin 1940 sur le port de Paimpol ses deux aînés, ainsi qu’un cousin34, qui embarquent sur La Manou et rallient les Forces françaises libres. Trop jeune pour gagner l’Angleterre, il reste sur le quai aux côtés de sa mère, mais décide de résister, à sa manière, « par affiliation avec ses frères, par continuité familiale35 ». Étudiant à Nantes, où il prépare les Arts et Métiers, Michel Royer entame sa carrière dans la clandestinité en participant à des sabotages contre l’armée allemande, notamment en glissant de la mélasse dans les réservoirs des véhicules ennemis. Renvoyé de son établissement scolaire à la suite de la découverte de ces sabotages, il poursuit ses études à Saint-Brieuc où parallèlement, sous le pseudonyme de « La Mouche », il travaille pour la Confrérie Notre-Dame à diverses missions de liaisons et de renseignements jusqu’à l’arrestation, le 22 mai 1942, de son chef Yvon Pageot36. Convaincu d’être « brûlé », il décide de rallier l’Angleterre par les Pyrénées, seul moyen de poursuivre le combat, et signe son acte d’engagement au sein des FFL à Gibraltar, le 14 juillet 194237.

19Un cas comme celui de Michel Royer illustre donc comment dans un même engagement peuvent coexister logiques de trajectoire – assurer une certaine continuité familiale – et de carrière. En effet, dans ce cas particulier, l’engagement au sein des FFL n’est rien d’autre qu’une manière de poursuivre le combat débuté au sein de la Confrérie Notre-Dame.

La France Libre : un engagement politique ?

20Marque amusante de cette double logique, Michel Royer est probablement l’une des rares personnes en France à être titulaire de deux cartes de Combattant Volontaire de la Résistance, l’une émise en 1954 au titre de la Résistance intérieure, l’autre, délivrée deux ans après, cette fois-ci au titre de la France Libre. Bien que trahissant une erreur de l’administration, ces deux cartes attestent une certaine faculté à compartimenter parfois artificiellement le passé afin de le rendre plus intelligible. En effet, lorsque l’historien aborde la question de l’engagement volontaire des Français Libres, il le fait en ayant en tête des grilles de lecture bien établies avec d’une part Vichy et le Reich, d’autre part les Alliés, puis les gaullistes et les giraudistes. Il connaît la chronologie de la période et comprend autant que possible les interactions entre les faits, y compris les plus obscurs. Bref, il est quasi omniscient. Or, rien ne nous permet de penser avec certitude, au contraire même, que la succession des événements ainsi que la répartition des rôles entre chacune des forces en présence aient été bien identifiées, comprises puis, enfin, intégrées au moment des faits par les acteurs. Il est vrai que la Seconde Guerre mondiale est un conflit aux multiples dimensions où s’opposent, outre des nations, des concepts aussi ténus que le nazisme, le communisme, le racisme, l’antisémitisme, la démocratie… De plus, l’extrême soudaineté de la défaite – un événement encore inconcevable avant le 10 mai 1940 – complexifie considérablement la situation aux yeux des acteurs, rendant la compréhension de l’événement encore moins aisée, et donc la prise de décision – l’engagement – plus délicate encore. Certes il existe des esprits supérieurs comme René Cassin qui au moment où ils doivent décider de s’engager auprès du général de Gaulle analysent avec une stupéfiante clairvoyance la situation, mais ceux-ci sont par définition rares :

  • 38 Cité in François Broche, Georges Caïtucoli et Jean-François Muracciole, La France au combat, de l’ (...)

« – Nous ne sommes pas une légion étrangère dans l’armée anglaise, nous sommes l’armée française ?
– Nous sommes la France », a répondu Charles de Gaulle38.

  • 39 Jean-François Muracciole, Les Français Libres, l’autre résistance, op. cit., p. 120.

21Dans un système que les économistes néoclassiques qualifieraient de « pur et parfait », un sujet s’engagerait dans les FFL en toute connaissance de cause, c’est-à-dire en ayant une pleine compréhension de la nature profonde de l’ennemi à combattre et des valeurs à défendre. Mais, encore une fois, rares sont les Pierre Mergier, des élèves du lycée Pasteur de Neuilly ayant eu Jean-Paul Sartre comme professeur de philosophie et ayant lu Mein Kampf, ouvrage dont l’intéressé rapporte qu’il est rétrospectivement à la source de son engagement au sein des FFL, en juillet 1940, à Londres39. Au contraire, beaucoup plus fréquents semblent être les cas où les acteurs, au moment des événements, tant du fait de leur fulgurance que de leur complexité, ne perçoivent pas les implications macrohistoriques des bouleversements qu’ils rencontrent.

De l’inintelligibilité des contingences macrohistoriques

  • 40 Paul-Louis Landsberg, « Réflexions sur l’engagement personnel », Vingtième Siècle, Revue d’histoir (...)

22Philosophe dans la lignée d’Emmanuel Mounier, militant anti-nazi membre de Combat, déporté par mesure de répression en 1943 à Sachsenhausen-Oranienburg, Paul-Louis Landsberg avait exposé en 1937 ses Réflexions sur l’engagement personnel. Il y postule notamment « qu’acquérir une conscience historique vivante, c’est se constituer une conscience embrassant des cercles toujours plus vastes de possibilités. Chacun de ces cercles nous met devant la responsabilité de choisir et de faire un effort dans la direction choisie ». L’engagement étant alors, selon Landsberg, « l’assumation concrète de la responsabilité d’une œuvre à réaliser dans l’avenir40 ». Mais force est de constater que tout le monde n’a pas le brio d’un Landsberg et qu’en conséquence, en 1940, l’étendue des « cercles de possibilités » n’est pas la même chez un professeur de philosophie de 39 ans que chez un matelot de 18 ans, titulaire du certificat d’études et d’un brevet de l’école des apprentis mécaniciens de Lorient.

  • 41 Entretien avec Jean B., 3 décembre 2008. Archives SD ONAC 22 : mémoire de proposition pour les ord (...)

23Tel est le cas de Jean B. qui, engagé dans la Marine nationale en 1939, participe en juin 1940 au transport d’une partie des réserves d’or de la Banque de France vers Halifax à bord du paquebot Pasteur. Capturé par les Anglais le 3 juillet 1940, il est rapatrié sur Toulon via le Portugal et affecté sur le Colbert. Considérant que « la marine, c’est partir », Jean B. désespère de rester à quai dans le Var et recherche activement un embarquement, qu’il finit par obtenir sur L’Espoir, un sous-marin croisant dans l’océan Indien. Transféré sur un autre submersible, Le Glorieux, Jean B. revient à Toulon le 14 juillet 1942. Commandé par le capitaine de corvette Meynier, ce bâtiment évite le sabordement de la flotte le 27 novembre 1942, s’évade de Toulon et rejoint Oran. Jean B., qui est à bord, gagne donc l’Afrique du Nord et poursuit sa carrière sur ce bâtiment, effectuant plusieurs escortes transatlantiques de convois jusqu’au jour où blessé au large des Bermudes par l’explosion d’une chaudière, il est déclaré inapte au service dans les sous-marins41.

24Jean B. sert donc successivement les marines de la IIIe République, de Vichy puis, à partir de décembre 1942, la Force maritime d’Afrique, giraudiste. Pourtant, en écoutant le récit de sa vie, on est frappé par la linéarité d’un discours qui semble traduire chez le sujet une impossibilité à passer du régime microhistorique (sa vie quotidienne de marin, confiné sur un bâtiment) aux contingences macrohistoriques (le déroulement de la Seconde Guerre mondiale). Pour Jean B., les grandes étapes de la guerre sont rythmées par les changements de navire. Tout se passe comme s’il faisait abstraction des forces en présence (Vichy, la France Libre, les Alliés, l’Axe…). D’ailleurs, lorsqu’on lui demande pourquoi, en juillet 1940, alors qu’il était aux mains des Anglais, il n’a pas rejoint la France Libre, Jean B. répond qu’à cette époque, en réalité, « il ne comprenait pas bien la situation ».

  • 42 Robert Belot, « Les non-ralliements au chef de la France Libre en 1940 : Motivations et impact », (...)

25Dans un cas comme celui-ci, le non-ralliement à la France Libre possède une incontestable valeur heuristique tant il démontre qu’une trajectoire individuelle peut, en ces temps aussi troublés, être totalement déconnectée d’une bonne compréhension de la situation macro-historique. Le ralliement ou non à la Croix de Lorraine n’est donc pas nécessairement le fruit de réflexions poussées sur l’opportunité de poursuivre le combat en dehors du sol national ou encore sur la fidélité à un homme42. Occasions ratées, chances non saisies, situations non comprises sont autant de facteurs de non-enrôlement sous la bannière frappée de la Croix de Lorraine.

  • 43 « Une très large majorité des FFL interrogés aujourd’hui, près de 90 %, dit avoir mûrement réfléch (...)
  • 44 Entretien avec Paul-Henri Warenghem, Lannion, 3 mai 2010.
  • 45 Nancy Lawler, Soldats d’infortune. Les tirailleurs ivoiriens pendant la IIe guerre mondiale, Paris (...)
  • 46 « Peu d’entre eux comprenaient la nature et l’étendue de l’abîme qui séparait les Pétainistes des (...)

26Parallèlement, l’engagement au sein des FFL n’est pas nécessairement, lui aussi, le fruit d’une réflexion poussée et d’une pleine compréhension des données macrohistoriques du moment43. Engagé le 1er juillet 1940 à Londres, Paul-Henri Warenghem déclare même avec la truculence qui le caractérise que pour comprendre ce passage à l’acte, « il faut pas chercher des grands sentiments et des machins » mais plutôt considérer que beaucoup de personnes, dont lui, sont parties sur un coup de tête, dans l’effervescence du moment44. De même pour les troupes coloniales puisque les informations qui auraient pu permettre aux Africains de se rallier en pleine connaissance de cause ne sont tout simplement pas disponibles45, contribuant ainsi à une compréhension plus qu’approximative de la situation46. Capturé à la suite de la défaite de l’armée de Vichy au Levant, Namble Silué rallie volontairement, du moins si on s’en réfère aux clauses prévues par la convention d’armistice, les FFL sans qu’il soit pour autant très évident de comprendre les ressorts de cette décision :

  • 47 Témoignage de Namble Silué, cité in Nancy Lawler, Soldats d’infortune, op. cit., p. 151.

« On s’est battu pendant 15 jours. Ils nous ont capturés. Ils étaient plus forts que nous. Je ne parle pas des morts, il y en avait trop. De Gaulle est venu nous sortir de prison. Il a dit qu’il avait besoin des noirs. Il a dit qu’on était ses soldats maintenant. On a changé d’uniformes. On a mis ses uniformes. Non personne n’a posé la question pourquoi on s’était battus entre nous. On s’est demandé : avec qui on est maintenant ? Les anciens ou les nouveaux ? On ne savait même pas avec qui on était à ce moment-là. On est allés à Djibouti après. C’était mieux avec de Gaulle qu’avec l’ancien régiment parce que dans cette deuxième guerre on avait un peu d’argent et de nouveaux uniformes47. »

  • 48 « Le principal enseignement que l’on peut retirer des origines religieuses des Français libres est (...)
  • 49 Jean-François Muracciole, Les Français Libres, l’autre résistance, op. cit., p. 171-172.
  • 50 Pour une analyse en détail de ce que révèle la langue employée par les nazis, se référer à l’indis (...)
  • 51 Gerd Hankel, « Crime of Genocide », Online Encyclopedia of Mas Violence, 8th july 2008, [www.massv (...)
  • 52 Raul Hilberg, La Destruction des Juifs d’Europe, 2 t., Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », (...)
  • 53 Entretien avec Michel Maurice-Bokanowski, Croisilles, 4 octobre 2003.

27Le paradigme du cercle des possibles de Paul-Louis Landsberg prend tout son sens lorsqu’il s’applique à des individus devant faire face à des événements par définition impensables, inimaginables. Par exemple, la communauté juive, dont on sait qu’elle est surreprésentée au sein des FFL48 ; ce qui laisserait aisément supposer une réaction intentionnelle déterminée par des considérations d’ordre macrohistorique : le processus de destruction dont elle est la victime. Mais les chiffres tendent à nuancer cette interprétation puisque 82 % des juifs engagés le sont après novembre 1942, c’est-à-dire après la libération de l’Afrique du Nord par les Alliés mais aussi après l’invasion de la zone sud par les Allemands. Ainsi, contre toute attente, la promulgation du statut des juifs à l’automne 1940, leur exclusion progressive de la vie économique et sociale, la spoliation de leurs biens, les premières mesures d’internement à leur encontre puis les grandes rafles de l’été 1942, « n’ont pas été de nature à susciter des engagements importants dans les FFL49 ». Pourtant, on sait aujourd’hui que cette succession froide de mesures antisémites ne représente ni plus ni moins que les premières étapes d’un processus conduisant directement vers les chambres à gaz. Or, non seulement les meurtres antisémites perpétrés par les nazis sont du domaine des « sonderaktion50 », c’est-à-dire hautement secrets, mais ils sont de plus un événement historique sans précédent et en conséquence extrêmement difficile à comprendre. Le terme même de génocide, qualification employée au tribunal de Nuremberg, n’est d’ailleurs inventé qu’en 194451. Il faut effectivement attendre les années 1960 et la première publication des travaux magistraux de Raul Hilberg pour comprendre que le processus de la Destruction se déroula selon un schéma définissable – ce qui ne signifie pas pour autant qu’il ait correspondu à un plan préétabli52, et encore moins à un modèle prévisible. Il en résulte que les Français Libres juifs qui se sont engagés en réaction aux persécutions antisémites dont ils étaient l’objet n’ont pu le faire, on le sait après coup grâce à plus de 60 années de recherche historique, qu’en fonction d’une compréhension somme toute très limitée du processus de Destruction dont ils étaient la cible. Dans le cas présent, cette inintelligibilité des contingences macrohistoriques se retrouve dans quasiment toutes les sphères de la société, y compris les plus privilégiées, tant la Destruction est par essence un objet historique défiant l’entendement. Compagnon de la Libération issu d’une famille de juifs polonais immigrés en France, fils d’un homme d’État qui fut plusieurs fois rapporteur du budget et ministre, Michel Maurice-Bokanowski, ne découvre la réalité de la Shoah qu’après la guerre, lorsqu’il apprend la mort de plusieurs membres de sa famille. D’ailleurs, son engagement au sein des FFL n’est pas une réaction aux persécutions antisémites mais une réponse patriotique53.

Des cercles de possibilités aux cercles du pouvoir

  • 54 Jean-Paul Faivre, « Le Ralliement à la France Libre des colonies du Pacifique », Journal de la Soc (...)
  • 55 Henri Ecochard, Liste des membres des Forces Françaises Libres, 18 juin 1940 – 31 juillet 1943, Fo (...)
  • 56 Olivier Wieviorka, À la recherche de l’engagement (1940-1944), op. cit.
  • 57 Bernard Costagliola, La Marine de Vichy, Blocus et collaboration, Paris, Tallandier, 2009, p. 319- (...)

28Les contingences macrohistoriques pouvant être le moteur de l’engagement n’étant pas également intelligibles pour tous, il en résulte que, nécessairement, d’autres éléments, non obligatoirement politiques, pèsent sur le passage à l’acte des Français Libres. Circonstances matérielles et contingences psychologiques du sujet, goût de l’aventure… sont autant d’éléments qui, en effet, peuvent, le moment donné, conduire à l’engagement volontaire. Par exemple, on sait qu’en juillet 1940, dans le Pacifique, une question essentielle pour la survie économique des territoires français est la poursuite des relations avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande, notamment dans le cadre du commerce du nickel. Mais après la défaite de juin 1940, les affaires ne peuvent prospérer qu’au prix d’un rejet sans équivoque de Vichy, dimension qui – gageons-le – n’a probablement pas échappé aux individus amenés à s’exprimer en faveur du ralliement au général de Gaulle, comme lors du référendum organisé à Tahiti54. Or, dès l’automne 1940, au moins 600 Tahitiens souscrivent un engagement volontaire au sein des Forces françaises libres55… Dès lors, on se limitera à avancer que chez un sujet, l’engagement au sein des FFL est le résultat d’éléments déterminants qui peuvent être d’ordre macrohistique (idéologie, patriotisme…) et/ou d’ordre moins normé, plus pragmatique, microhistorique, c’est-à-dire se rapportant aux circonstances de la vie du sujet au moment du passage à l’acte. L’engagement n’est donc pas une vérité uniforme mais une réalité aux multiples facettes, plus ou moins altruistes. Pour reprendre la formulation proposée par Olivier Wieviorka, l’engagement résulte d’un arbitrage entre intérêts privés et collectifs56, réalité manifestement connue des publicistes du moment, comme en témoigne la campagne Join de Gaulle or starve alliée à la menace de blocus sur l’AOF57.

  • 58 Jean-François Muracciole, Les Français Libres, l’autre résistance, op. cit., p. 184.
  • 59 Parmi l’abondante bibliographie consacrée aux gaullismes on retiendra : Serge Berstein, Histoire d (...)
  • 60 Pour une approche monographique de cette dimension on se permettra de renvoyer à Erwan Le Gall, «  (...)

29Cet aspect de l’engagement n’est pas l’apanage des Français Libres. Pourtant, il est d’usage de les définir comme étant des combattants très peu politisés58, sous-entendu en comparaison de leurs homologues de la Résistance intérieure. Il est vrai que le gaullisme de guerre est une doctrine aux contours idéologiques plutôt flous59, que son syncrétisme tranche singulièrement avec la démarche plus exclusive, mais aussi plus politicienne, d’un mouvement tel que Libération-Nord, sans même parler de la Résistance communiste… encore qu’il faille sans doute réserver cette analyse aux seules sphères dirigeantes de la Résistance-organisation, celles qui s’affrontent directement au sein d’instances telles que le Conseil national de la Résistance ou les comités départementaux de Libération60… Toutefois, en écho au paradigme du cercle des possibilités de Paul-Louis Landsberg, il apparaît que l’évaluation de la dimension politique de l’engagement des combattants de la Croix de Lorraine se trouve pour partie dans la structuration même de la France Libre.

  • 61 Alya Aglan, La Résistance sacrifiée. Le mouvement « Libération-Nord », Paris, Flammarion, 1999, p. (...)
  • 62 La synthèse de référence sur la question demeure celle de Jean-Louis Crémieux-Brilhac, lui-même an (...)

30Dans sa remarquable étude sur le mouvement de Christian Pineau, Alya Aglan démontre en effet que Libération-Nord « présente une structure formée de cercles concentriques, traversés de part en part de forces centrifuges61 ». Or, cette grille de lecture paraît remarquablement s’adapter à la France Libre : au centre se trouve le premier cercle, celui du pouvoir, localisé dans un premier temps à Londres puis à Alger. Celui-ci comprend les dirigeants et les bâtisseurs de la France Libre, agrégés autour du noyau fondateur – Charles de Gaulle –, René Pleven, Émile Muselier puis Philippe Auboyneau et Martial Valin, Honoré d’Estienne d’Orves, Passy, Rémy… Les actions, les opinions et les relations des membres de ce premier cercle sont globalement connues même si, çà et là, subsistent quelques zones d’ombre62. Placés au sommet de la hiérarchie, ces hommes – les femmes sont en effet exclues de ce premier cercle – ont une vision globale de la situation qui leur permet d’avoir une bonne compréhension du déroulement du conflit. Leur engagement est politique car leurs fonctions sont politiques en ce qu’elles les confrontent aux réalités diplomatiques et stratégiques du moment : relation avec la Grande-Bretagne et les États-Unis, rivalité avec Giraud.

31Plus éloigné du noyau, Charles de Gaulle, le second cercle est essentiellement militaire. Il comprend les Français Libres qui, aux ordres du premier cercle, sont envoyés sur les différents théâtres d’opération sur lesquels les combattants de la Croix de Lorraine sont engagés. Moins politiques, éloignés des lieux du pouvoir que sont Londres puis Alger – dans une guerre mondiale il est évident que la dimension spatiale joue un rôle primordial –, ces combattants ont nécessairement une compréhension plus parcellaire du conflit dans lequel ils sont engagés, celle-ci se limitant la plupart du temps aux champs de bataille sur lesquels ils évoluent.

  • 63 Richard De Rochemont, « France Forever, Le Comité de la France Libre aux États-Unis », Revue de la (...)
  • 64 La Revue de la France Libre a ouvert ses colonnes à de nombreuses monographies qui éclairent avant (...)

32Enfin, à la périphérie de la structure, se trouvent au sein d’un troisième et ultime cercle, les comités de la France Libre à l’étranger chargés de mobiliser les opinions publiques en faveur de la Croix de Lorraine. Agissant pour le compte de la France Libre, ils sont néanmoins composés de membres n’ayant pas contracté d’engagement volontaire et sont donc placés, en toute logique, en périphérie de la structure – ce qui ne signifie pas pour autant que leur action n’ait pas été d’importance. Aux États-Unis, les 50 000 adhérents de France Forever sont regroupés en 56 chapitres ou comités, couvrant l’ensemble du territoire américain, de la Californie à New York63, qui contribuent tous au basculement de l’opinion publique américaine en faveur des Free French. De tels comités existent partout dans le monde, en Uruguay, en Australie, à Saint-Hélène et à Maurice, au Nigeria, au Mexique, à Hong-Kong64… et confèrent à ce troisième cercle une importance numérique sans commune mesure avec les deux premiers.

33Il en résulte que si la dimension politique, macrohistorique, des ressorts du passage à la France Libre paraît pour partie imputable aux cercles des possibilités, la dimension politique de cet engagement considéré sur la longueur – ce que Landsberg appelle l’assumation du passage à l’acte – dépend, elle, pour beaucoup de la place occupée par le sujet dans la structure (premier/second cercle). Or, une organisation de type très militaire telle que la France Libre est ainsi faite qu’il y a plus de soldats de 2e classe (par définition relevant du second cercle) que de généraux (par nature plus proches du noyau), d’où l’impression globale de faible politisation. En d’autres termes, si l’engagement des Français Libres apparaît effectivement comme faiblement politisé, cela tient certes à la nature même du gaullisme de guerre et aux qualités idiosyncrasiques des sujets mais cela dépend également beaucoup des fonctions occupées par chacun au sein des FFL. Ainsi, Albert de Schonen, sujet dont il importe ici de souligner l’étendue du cercle des possibilités. Issu d’une très ancienne famille aristocratique dont le lignage remonte au XIIe siècle, il se destine à de hautes fonctions et présente après deux licences – Droit et Lettres – l’inspection des Finances. Recalé, il est mobilisé en 1939 et assiste impuissant à l’effondrement de l’armée française. Capturé dans le secteur de la forêt de Chimay en Belgique, Albert de Schonen s’évade et revient en France en 1941. Sans idée préconçue sur Pétain, il acquiert une connaissance concrète de Vichy en fréquentant quelque temps l’école des cadres d’Uriage :

  • 65 Entretiens avec Albert de Schonen, Chartres, 28 octobre et 13 décembre 2003.

« Je n’avais pas d’idée préconçue sur le Maréchal Pétain. C’est une belle figure sans aucun doute. Ce qui m’a échappé tout de même c’est qu’il a commencé par dire il faut cesser le combat et ensuite vous allez demander l’armistice. On demande l’armistice généralement quand on continue à combattre, si vous cessez le combat, on n’a pas besoin de demander d’armistice puisqu’elle est toute faite, tout au moins du côté des Français. Ça m’avait un peu surpris65. »

34Mais Vichy dévoile sa réalité et, rapidement, Albert de Schonen déchante :

« Je pensais qu’à Vichy il y avait un esprit de revanche en quelque sorte et je n’ai pas trouvé ça. J’ai trouvé des gens hésitants, incertains… Dans ces moments-là il faut prendre des décisions mais on ne reste pas comme ça à regarder les étoiles en se demandant ce qu’il faut faire. Tous ces gens de Vichy ne savaient pas très bien où ils allaient à part Laval qui souhaitait peut-être la victoire de l’Allemagne. Mais les autres non. Ils n’étaient pas pro-allemands en général mais ils étaient séduits par Pétain, par la Révolution Nationale, par l’idée que l’Allemagne allait gagner, que l’Angleterre n’avait pas beaucoup de chance de s’en sortir… la masse allemande, tout de même, ça comptait à côté de l’Angleterre […]. »

35Puis, définitif :

  • 66 Entretiens avec M. Albert de Schonen, Chartres, 28 octobre et 13 décembre 2003.

« La Révolution Nationale c’était sous l’empire, sous l’ombrelle des Allemands n’est-ce pas ? Les Allemands étaient là, dans le sens où la question c’était que la loi était allemande et l’occupant était allemand également66. »

  • 67 Will Irwin, Les Jedburghs, l’histoire secrète des Forces Spéciales Alliées en 1944, Paris, Perrin, (...)

36Albert de Schonen décide alors de rejoindre la France Libre du général de Gaulle, un homme dont il a lu les ouvrages avant-guerre. Traumatisé par la défaite, son engagement volontaire est certes une réaction patriotique mais comporte aussi une dimension politique manifeste tant il est également un rejet de la Révolution nationale, projet politique dont il a une réelle compréhension. Bien que peu marqué idéologiquement, le passage à l’acte d’Albert de Schonen témoigne en effet d’une complète prise en compte des données macrohistoriques du moment. Mais, devenu parachutiste jedburgh – mission Daniel qui saute dans les Côtes-du-Nord dans la nuit du 4 au 5 août 194467 – son action, c’est-à-dire la réalité de son engagement sur le temps plus long qu’est la durée du conflit, n’est plus politique mais uniquement militaire, ce qui renvoie intuitu personae à l’appartenance d’Albert de Schonen non pas au premier mais au second cercle de la France Libre.

37Un cas comme celui d’Albert de Schonen permet donc de comprendre comment l’engagement des volontaires de la Croix de Lorraine, qu’il soit compris sur un temps très bref – le passage à l’acte – ou au contraire dans une dimension temporelle plus longue – suivant la formule consacrée « pour la durée de la guerre actuellement en cours » – peut être plus ou moins politique, en fonction des caractères propres du sujet mais aussi en fonction de sa position dans l’organigramme de la France Libre. Enfin, loin de la mystique qui lui est associée, l’engagement au sein des FFL apparaît ainsi comme relevant d’une certaine continuité sociale et non plus comme étant seulement une rupture judiciaire.

Notes

1 Jean-François Muracciole, « Les Français Libres : une approche sociologique », Hubert Heyries et Jean-François Muracciole (dir.), Le soldat volontaire en Europe au XXe siècle. De l’engagement politique à l’engagement professionnel, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2007, p. 312, repris in Jean-François Muracciole, Les Français Libres, l’autre résistance, Paris, Tallandier, 2009, p. 46.

2 Henry Rousso, Le syndrome de Vichy : de 1944 à nos jours, Paris, Le Seuil, 1990.

3 Olivier Wieviorka, La mémoire désunie. Le souvenir politique des années sombres, de la Libération à nos jours, Paris, Le Seuil, 2010. Au niveau local, cette gestion se manifeste entre autres lors des cérémonies patriotiques par l’absence de prééminence du représentant de l’association des Français Libres lors des cérémonies du 8 mai. En ce qui concerne la cérémonie du 18 juin, la situation est légèrement différente puisqu’inscrite au calendrier commémoratif légal par décret le 10 mars 2006, elle est organisée à partir de 1946 par l’association des Français Libres avec une certaine bienveillance des pouvoirs publics. Toutefois, l’activité des représentants de l’État en la matière est strictement encadrée comme en témoigne cette circulaire de mai 1947 adressée par le ministre de l’Intérieur aux préfets : « Dans la mesure où vous serez assurés que cette journée ne servira pas de prétexte à des manifestations politiques, vous pourrez considérer avec bienveillance les cérémonies dont l’Association des Français Libres prendra l’initiative. Vous devrez insister auprès des organisateurs pour que les cérémonies gardent leur véritable caractère et ne dépassent pas leur objet qui est de célébrer l’anniversaire du premier jour de la Lutte du Peuple Français pour sa Libération. Mais il est bien évident que les cérémonies qui déborderaient de leur cadre et dégénéreraient en manifestations partisanes ne sauraient avoir la caution du Gouvernement que vous représentez. » Dans les Côtes-du-Nord, l’organisation de cette cérémonie ne paraît pas avoir posé de problème particulier, si ce n’est en 1958, année du retour du général de Gaulle au pouvoir. [AD 22 : 50 W 14, 50 W 19].

4 Laurent Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse, Paris, Le Seuil, coll. « Points », 2005. Laurent Douzou (dir.), Faire l’histoire de la Résistance, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

5 Laurent Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse, op. cit., p. 23-31.

6 Pierre Brossolette lors du 3e anniversaire de l’appel du 18-Juin à l’Albert Hall : « L’histoire un jour dira ce que chacun d’eux a dû d’abord accomplir pour retrouver dans la France combattante son droit à la mort et à la gloire. Elle dira quelles Odyssées il leur aura fallu passer pour s’immortaliser dans leurs Illiades. Passagers clandestins des derniers bateaux qui se sont éloignés de la France terrassée, humbles pêcheurs franchissant sur des barques les tempêtes de la Manche, marins et coloniaux ralliant des convois ravagés par la torpille, risque-tout affrontant les Pyrénées, prisonniers évadés des camps de l’ennemi, détenus évadés des bagnes de la trahison, il a suffi qu’en ces jours de juin dont nous fêtons l’anniversaire, un homme leur ait crié : “Je vous convie à vous unir avec moi dans l’action, dans le sacrifice et l’espérance”, pour qu’ils se lèvent tous, pour que ceux qui n’appelaient la mort que comme une délivrance accourent y chercher un accomplissement, et pour que d’un seul geste sortant du banal ils entrent dans le sublime », cité in Laurent Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse, op. cit., p. 25.

7 Jean-François Muracciole développe également cette idée en évoquant la notion de « disponibilité psychologique ». Jean-François Muracciole, Les Français Libres, l’autre résistance, op. cit., p. 219.

8 Entretien avec René Cohuet, Chartres, 23 octobre 2003.

9 Sur la dialectique entre rupture et accommodation, Olivier Wieviorka, « À la recherche de l’engagement (1940-1944) », Vingtième siècle, revue d’histoire, no 60, oct.-déc. 1998, p. 58-70.

10 Archives SD ONAC 28 : dossier de CVR de René Cohuet, extrait du jugement par contumace de condamnation à mort rendu le 11 mars 1942.

11 Jean-François Muracciole, Les Français Libres, l’autre résistance, op. cit., p. 46.

12 Archives SD ONAC 22 : dossier de CVR de Louis Raineval. Archives SD ONAC 22 : fonds Louis Raineval. Entretien avec Maurice et Simone Pellan, Saint-Brieuc, 8 décembre 2009. Dans une moindre mesure, on pourra également se référer à Erwan Le Gall, Louis Raineval, 60 ans, Français Libre, Saint-Brieuc, Service départemental des Côtes-d’Armor de l’Office national des Anciens Combattants et victimes de guerre, juin 2010. Téléchargeable notamment sur [www.onac-vg.fr] et [mairie-saint-brieuc.fr].

13 Erwan Le Gall, Louis Raineval, 60 ans, Français Libre, op. cit.

14 Archives SD ONAC 22 : dossier CVR Extra Métropolitain de Louis Raineval.

15 Jean-Pierre Azéma défend l’idée que d’une certaine manière, le sentiment d’avoir « frôlé » la Grande Guerre a pu déterminer la conduite de Jean Moulin au début de la Seconde Guerre mondiale : « En veillant à ne pas tomber dans les travers d’une rétro-histoire contestable, on peut reprendre la question d’une autre manière. C’est peut-être beaucoup plus tard [que Jean Moulin] donne l’impression de regretter de n’avoir que frôlé l’événement majeur qui avait marqué sa génération. […] Allons plus loin, tout en étant prudent, dans les explications qui peuvent être données de sa tentative de suicide du 17 juin 1940 : il n’est pas à exclure qu’il ait considéré […] qu’il avait à se comporter comme un combattant à part entière, ce qu’il n’avait pas pu – ou su – être vingt-deux ans plus tôt. » En étant tout aussi prudent et en considérant la façon dont un militaire de carrière a pu ressentir sa captivité dès le mois d’août 1914 (ce dont semblent attester ses multiples tentatives d’évasion), il nous semble qu’une telle grille de lecture peut s’appliquer à Louis Raineval. Jean-Pierre Azéma, Jean Moulin, le rebelle, le politique, le résistant, Paris, Perrin, 2003, p. 35.

16 Olivier Fillieule, « Post-scriptum : Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel », Revue française de sciences politique, no 1-2, 51e année, 2001, p. 199-215.

17 Maurice Halna du Fretay (caporal, écrit le 29 mai 1941), « De France en Angleterre », Gérard Le Marec, La Bretagne dans la résistance, Rennes, Ouest-France, 1983.

18 Archives de l’Ordre de la Libération.

19 Maurice Halna du Fretay, op. cit.

20 Jean-Louis Cremieux-Brilhac, « La France Libre », Jean-Pierre Azema et François Bedarida (dir.), La France des années noires, t. 1. De la Défaite à Vichy, Paris, Le Seuil, coll. « Point Histoire », 2000.

21 François Marcot, « Pour une sociologie de la Résistance : intentionnalité et fonctionnalité », Antoine Prost (dir.), La Résistance une histoire sociale, Paris, Éditions de l’Atelier, coll. « Mouvement Social », 1997.

22 Yves-Marie Gueguen (général), « Historique des Forces Aériennes Françaises Libres », La France Libre, Actes du colloque international, Assemblée nationale, Paris, 15 et 16 juin 2004, Paris, Lavauzelle, 2005, p. 315-318.

23 Exemple d’engagement volontaire au sein des Forces navales françaises libres résultant d’une logique de carrière, le cas de Robert Loncle : maître d’hôtel à bord du cargo Ostrevent à partir de mai 1940, il est le 17 juin à bord de ce bâtiment, amarré à Barry Dock en Grande-Bretagne. Optant pour « la continuation du combat », il navigue sur ce bâtiment jusqu’en 1942, date à laquelle il est affecté sur la frégate Croix de Lorraine. L’engagement au sein des FNFL ne modifie pas profondément le quotidien de Robert Loncle puisqu’il sert sur le même bâtiment qu’avant la défaite de juin 1940. D’ailleurs, signe de la continuité induite par la logique de carrière, Robert Loncle ne signe son engagement au sein des FNFL pour la durée de la guerre qu’en octobre 1942, « en régularisation de sa situation de fait depuis juin 1940 ». Archives SD ONAC 22 : Dossier de CVR de Robert Loncle.

24 Jacqueline Sainclivier, La Résistance en Ille-et-Vilaine (1940-1944), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1993 (thèse, 1978).

25 Olivier Fillieule, op. cit.

26 Archives SD ONAC 22 : mémoire de proposition pour les ordres nationaux d’Ange Michaux. Entretien avec Ange Michaux, Saint-Brieuc, 24 mars 2010.

27 Tereska Torres, Une Française Libre, journal, 1939-1945, Paris, Phoebus, 2000, p. 19. Dans ce cas, mentionnons également les récits sur les atrocités allemandes en Pologne en 1940 des grands-parents de Tereska Torrès, autre élément certainement déterminant de son habitus.

28 Cité in Émilie Grangeray, « Tereska Torrès, une combattante libre dans un corps féminin », Le Monde, 28 juillet 2000.

29 Entretien avec Francis Roma, Luisant, 28 novembre 2003.

30 Archives SD ONAC 28 : dossier de carte du combattant no 79625.

31 Expression employée par Francis Roma lors d’une interview accordée à La République du Centre, publiée le 19 août 2004.

32 Mémo de Serge Vaculik en appui de sa demande de carte du combattant. AD 22 1057 W 249 – CC#77575. On pourra se référer également à Serge Vaculik, Bérets Rouges, scènes de la vie des commandos parachutistes SAS, Paris, Arthaud, 1952.

33 Entretien avec Henri Bonnin, Chartres, 23 octobre 2003.

34 Ses deux frères sont Georges et Jean-Charles Royer. Parachutistes, ils sont capturés par les Italiens dans le cadre d’une opération connexe de la bataille de Bir-Hakeim. Ils trouvent la mort lors de leur transfert vers la Grèce à bord du Nino Rixo, torpillé par un sous-marin allié. Son cousin est Claude Le Hénaff, qui est lieutenant au sein de la 1re DFL. Entretien avec Michel Royer, Saint-Brieuc, 12 mars 2010. Fred Moor, « Les Engagés de 1940 : des hommes qui en 1940 se sont engagés à 20 ans dans les FFL se souviennent », Espoir, no 71, 1990.

35 Entretien avec M. Michel Royer, Saint-Brieuc, 12 mars 2010.

36 Yvon Pageot dit Lepage, rejoint l’Angleterre le 19 juin 1940 aux commandes d’un bombardier. Entré au BCRA, il revient en France occupée et opère avec CND-Castille à partir de janvier 1941. Arrêté par mesure de répression par l’Abwehr le 22 mai 1942 en même temps que plusieurs membres de CND et de Georges France 31, il est déporté le 17 septembre 1943 à Buchenwald. Marie-Pierre et Pierre Klein, Les Déportés des Côtes du Nord, avril 1941 – Septembre 1944, Livre-Mémorial, Lanvallay, AFMD 22, 2007.

37 Entretien avec M. Michel Royer, Saint-Brieuc, 12 mars 2010. Archives SD ONAC 22 : dossiers de CVR de Michel Royer. Pour plus de détail, on se référera avantageusement au passionnant témoignage publié juste après-guerre par Michel Royer : Michel Royer, « Carnet de route d’un Français Libre », Fièvres, no 2 et 3, Fribourg, Sanatorium universitaire français, Imprimerie nationale, 1946.

38 Cité in François Broche, Georges Caïtucoli et Jean-François Muracciole, La France au combat, de l’Appel du 18 juin à la Victoire, Paris, Perrin, SCEREN-CNDP, 2007.

39 Jean-François Muracciole, Les Français Libres, l’autre résistance, op. cit., p. 120.

40 Paul-Louis Landsberg, « Réflexions sur l’engagement personnel », Vingtième Siècle, Revue d’histoire, vol. 60, no 1, 1998.

41 Entretien avec Jean B., 3 décembre 2008. Archives SD ONAC 22 : mémoire de proposition pour les ordres nationaux.

42 Robert Belot, « Les non-ralliements au chef de la France Libre en 1940 : Motivations et impact », La France Libre, Actes du colloque international, op. cit., p. 41-66.

43 « Une très large majorité des FFL interrogés aujourd’hui, près de 90 %, dit avoir mûrement réfléchi avant de prendre sa décision, quelle que soit la date d’engagement au sein des FFL […]. Certes, ceux qui se sont engagés en Angleterre en juin 1940 ou ont rejoint immédiatement le général de Gaulle ont pris peu de temps pour la réflexion, mais rares sont ceux qui évoquent « un réflexe » ou un « coup de tête » ou encore une réaction épidermique […]. Plus que d’une véritable réflexion, il faut sans doute parler d’une décision dont l’évidence s’imposait », Olivier Rochereau (dir.), Mémoire des Français Libres. Du souvenir des hommes à la mémoire d’un pays, Paris, Éditions Nouveau Monde, 2006, p. 101-102.

44 Entretien avec Paul-Henri Warenghem, Lannion, 3 mai 2010.

45 Nancy Lawler, Soldats d’infortune. Les tirailleurs ivoiriens pendant la IIe guerre mondiale, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 129.

46 « Peu d’entre eux comprenaient la nature et l’étendue de l’abîme qui séparait les Pétainistes des Gaullistes », Nancy Lawler, op. cit., p. 147 et suivantes.

47 Témoignage de Namble Silué, cité in Nancy Lawler, Soldats d’infortune, op. cit., p. 151.

48 « Le principal enseignement que l’on peut retirer des origines religieuses des Français libres est la très forte surreprésentation des minorités religieuses, protestante et juive. […] Les Français libres de confession juive représentent 4,4 % de l’ensemble des Français libres : même s’ils ne forment qu’une petite partie de l’effectif, la proportion des juifs est quatre fois plus importante au sein des FFL que parmi l’ensemble national », Jean-François Muracciole, Les Français Libres, l’autre résistance, op. cit., p. 166.

49 Jean-François Muracciole, Les Français Libres, l’autre résistance, op. cit., p. 171-172.

50 Pour une analyse en détail de ce que révèle la langue employée par les nazis, se référer à l’indispensable Victor Klemplerer, LTI, La Langue du Troisième Reich, Paris, Pocket, 2002.

51 Gerd Hankel, « Crime of Genocide », Online Encyclopedia of Mas Violence, 8th july 2008, [www.massviolence.org].

52 Raul Hilberg, La Destruction des Juifs d’Europe, 2 t., Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 1999.

53 Entretien avec Michel Maurice-Bokanowski, Croisilles, 4 octobre 2003.

54 Jean-Paul Faivre, « Le Ralliement à la France Libre des colonies du Pacifique », Journal de la Société des océanistes, t. 1, 1945, p. 67-80.

55 Henri Ecochard, Liste des membres des Forces Françaises Libres, 18 juin 1940 – 31 juillet 1943, Fondation Charles de Gaulle.

56 Olivier Wieviorka, À la recherche de l’engagement (1940-1944), op. cit.

57 Bernard Costagliola, La Marine de Vichy, Blocus et collaboration, Paris, Tallandier, 2009, p. 319-323.

58 Jean-François Muracciole, Les Français Libres, l’autre résistance, op. cit., p. 184.

59 Parmi l’abondante bibliographie consacrée aux gaullismes on retiendra : Serge Berstein, Histoire du Gaullisme, Paris, Perrin, 2001, p. 39-81 : « Le Gaullisme de la Résistance : du refus patriotique à la restauration de la République. »

60 Pour une approche monographique de cette dimension on se permettra de renvoyer à Erwan Le Gall, « Des bricolages héroïques au syncrétisme du maquis de Plainville, La Résistance dans le Perche d’Eure-et-Loir, 1940-1944 », Le Perche de 1940 à 1945, Actes du colloque du 21 octobre 2006 à Mortagne-au-Perche sous la Présidence de Jean Quellien, Rémalard, Fédération des Amis du Perche, 2008, p. 145-187.

61 Alya Aglan, La Résistance sacrifiée. Le mouvement « Libération-Nord », Paris, Flammarion, 1999, p. 223.

62 La synthèse de référence sur la question demeure celle de Jean-Louis Crémieux-Brilhac, lui-même ancien Français Libre. Jean-Louis Cremieux-Brilhac, La France Libre, de l’appel du 18 juin à la Libération, Paris, Gallimard, 1996. On renverra également à l’indispensable outil de travail qu’est le Dictionnaire de la France Libre, publié à l’occasion du 70e anniversaire de l’appel du 18 juin 1940 : François Broche, Georges Caïtucoli et Jean-François Muracciole (dir.), Dictionnaire de la France Libre, Paris, Robert Laffont, 2010.

63 Richard De Rochemont, « France Forever, Le Comité de la France Libre aux États-Unis », Revue de la France Libre, no 209, janv.-fév. 1975. Cf également Revue de la France Libre, no 126, juin 1960.

64 La Revue de la France Libre a ouvert ses colonnes à de nombreuses monographies qui éclairent avantageusement l’existence de ces comités de la France Libre à l’étranger.

65 Entretiens avec Albert de Schonen, Chartres, 28 octobre et 13 décembre 2003.

66 Entretiens avec M. Albert de Schonen, Chartres, 28 octobre et 13 décembre 2003.

67 Will Irwin, Les Jedburghs, l’histoire secrète des Forces Spéciales Alliées en 1944, Paris, Perrin, 2005.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540