Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire de la France libre

Avant-propos

Rémy Enfrun

Texte intégral

1Le colloque qui s’est déroulé à Saint-Brieuc le 9 juin 2010 a été organisé par le service départemental des Côtes-d’Armor de l’Office national des Anciens Combattants et victimes de guerre (ONAC) en partenariat avec la ville de Saint-Brieuc, l’université Rennes 2, le Centre de recherches historiques de l’Ouest (Cerhio – UMR CNRS 6258) et le campus Antoine Mazier où se sont tenues les séances.

2Pourquoi avoir voulu poser des nouvelles perspectives Pour une histoire de la France Libre ? Essentiellement parce que la France Libre est un objet historique spécifique mais qui, paradoxalement, recèle de nombreux terrains encore peu ou pas défrichés. Or, si les questions de mémoire, et notamment de mémoire de la Seconde Guerre mondiale, sont aujourd’hui prépondérantes, il est également indéniable que le souvenir tend à laisser une image mythifiée, parfois même caricaturale de cette période. C’est pourquoi il nous a semblé important d’engager une démarche visant à poser des jalons pour une connaissance à la fois plus approfondie et plus largement partagée de ce qui reste un moment fondateur de notre histoire récente.

3Réuni dans le cadre des commémorations du 70e anniversaire de l’appel du 18 juin 1940 lancé par le général de Gaulle, ce colloque est l’une des multiples actions menées par l’Office national des Anciens Combattants et victimes de guerre afin de répondre à la demande sociale d’histoire qui, sans cesse plus importante, se manifeste tout particulièrement lors de ces grandes célébrations. Au-delà du, trop souvent invoqué, « devoir de mémoire », Pour une histoire de la France Libre s’inscrit en effet dans une réelle démarche d’histoire publique et témoigne du souci qui est le nôtre d’offrir au plus grand nombre une connaissance historique approfondie, sans cesse renouvelée par de nouvelles problématiques.

4Établissement public sous tutelle du ministère de la Défense, l’Office national des Anciens Combattants et victimes de guerre est l’opérateur, à l’échelon local, de la politique de mémoire. À ce titre, l’ONAC et ses 100 services départementaux interviennent lors de chaque moment commémoratif, que ce soit dans le cadre du financement de projets éducatifs et pédagogiques mais aussi lors de la conception et de la réalisation de projets ayant trait au lien armée-Nation et aux questions de citoyenneté (expositions, brochures…).

5Or, et c’est un fait indéniable, il n’est plus de grand anniversaire – ces moments qui scellent l’unité nationale –, sans son lot de controverses. Le 70e anniversaire de l’appel du 18-Juin ne fait, là encore, pas exception aux yeux de ceux qui accusent cette commémoration d’encenser la geste gaullienne pour mieux étouffer, cacher, enterrer la défaite, Vichy, Pétain et la collaboration. Mais l’histoire d’un pays n’est pas un livre dont on sélectionnerait à sa guise les chapitres à lire. Elle est un tout unique, indivisible, réalité dont rendent parfaitement compte ces actes. Ainsi, au travers de problématiques nouvelles, pionnières, défricheuses, ce volume entend interroger l’histoire de la France Libre dans sa globalité, dans toutes ses dimensions, y compris les plus douloureuses, notamment au travers du prisme de la répression menée tant par l’occupant que par Vichy.

6C’est pourquoi l’Office national des Anciens Combattants et victimes de guerre a la conviction qu’il est important de célébrer les grands anniversaires. Hier le bicentenaire de la Révolution française, aujourd’hui le 70e anniversaire de l’appel du 18-Juin, demain le centenaire de la Grande Guerre. Moments d’effervescence culturelle et médiatique, ces grands anniversaires permettent d’appréhender notre passé et de réfléchir à un certain nombre de principes qui le sous-tendent. Mais si la mémoire des conflits contemporains éclaire la réflexion du citoyen sur les valeurs qui fondent une société, celle-ci ne peut opérer sans le nécessaire préalable qu’est le travail d’histoire.

7Les grands anniversaires doivent donc être à la fois le moment d’une diffusion au plus grand nombre de connaissances historiques de qualité mais aussi, doivent être le moment où peuvent s’exprimer les dernières pistes de recherches, les nouvelles grilles de lecture, les interprétations les plus récentes, les paradigmes qui, filtrés par le fin tamis de la vulgarisation, enrichiront les contenus « mémoriels » de demain. C’est pour toutes ces raisons que l’ONAC a souhaité faire émerger Pour une histoire de la France Libre.

8D’ailleurs, je me réjouis de l’audience dont a bénéficié ce colloque et de l’intérêt qu’il a suscité auprès d’un public assidu et divers : étudiants et universitaires, anciens Résistants (Français Libres bien sûr mais pas seulement…), professeurs du secondaire, amateurs éclairés ou encore simples curieux ; tous nous ont conforté dans le bien-fondé de notre démarche. Les débats qui ont suivi les communications ont d’ailleurs démontré – si besoin était – combien au-delà du simple « devoir de mémoire » est nécessaire la méthode historique, à savoir un regard sur le passé qui soit à la fois distancié et soucieux d’impartialité.

9Au nom de l’Office national des Anciens Combattants et victimes de guerre, je tiens à sincèrement remercier les partenaires qui tous, ont contribué au succès de cette rencontre conduisant à Pour une histoire de la France Libre : la ville de Saint-Brieuc, l’université Rennes 2, le Centre de recherches historiques de l’Ouest (Cerhio – UMR CNRS 6258) et le campus Antoine Mazier, mais aussi la direction de la Mémoire, du Patrimoine et des Archives du ministère de la Défense sans oublier, bien sûr, la Fondation de la France Libre. Tous ces concours ne peuvent que nous conforter dans notre manière de concevoir notre rôle d’opérateur de mémoire.

Auteur

Préfet, directeur général de l’Office national des Anciens Combattants et victimes de guerre

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540