Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le principat d’Auguste

 | 
Frédéric Hurlet
, 
Bernard Mineo

Troisième partie. La Res publica restituta dans la poésie d’époque augustéenne

Res publica non restituta. La réponse d’Ovide : la légende de Cipus

Paul M. Martin

Texte intégral

1Ovide commença à écrire son œuvre immense intitulée les Métamorphoses à partir de l’an 1 av. J.-C. jusqu’à l’an 2 ap. J.-C., puis, après un bref intervalle de temps, de la fin de l’an 2 jusqu’à la date de son bannissement, en 8. C’est assez dire que cette œuvre échappe apparemment aux préoccupations de ce colloque. Pourtant, il y est narré un épisode dans lequel tous les critiques ovidiens voient, avec raison, une allusion à un événement survenu dans les années 20.

  • 1 Ovide, Met. XIV, 308 sq.
  • 2 Ovide, Met. XIV 581-608 (Énée) ; 805-851 (Romulus et Hersilie) ; 745-851 (César et Auguste).
  • 3 Sur Ovide « athée » de l’idéologie augustéenne, voir notre article « Les poètes élégiaques entre c (...)
  • 4 Cf. Martin P.M., L’Idée de Royauté à Rome, Clermont-Ferrand, 1994, II, p. 395-411.

2Rappelons brièvement que les Métamorphoses déroulent, sur quinze livres, un panorama immense des métamorphoses recensées par la mythologie grecque d’abord, puis par ce qui tenait lieu aux Romains de mythologie, à savoir des épisodes « historiques » mettant en œuvre des métamorphoses. La Grèce se taille évidemment la part du lion dans cet ouvrage : ce n’est qu’à partir du livre XIII, 623 sqq, que le lecteur commence à approcher de Rome, si l’on peut dire, à travers les aventures d’Énée. Encore son périple n’est-il le plus souvent que le prétexte à narrer des métamorphoses qui ne le concernent pas directement : des filles d’Anius en colombes ; des filles d’Orion en jeunes gens ; d’Acis en fleuve ; du pêcheur Glaucus en dieu de la mer, de Scylla en monstre marin, des Cercopes des îles Pythécusses en singes… Ce n’est qu’avec l’histoire de Picus, changé en pivert1, que le récit commence à s’enraciner en terre du Latium. Les légendes qui suivent ont presque toutes rapport avec des épisodes de la préhistoire ou de l’histoire primitive de Rome : transformation des vaisseaux d’Énée en nymphes, source d’eau froide du Capitole devenue chaude au moment de l’attaque sabine, naissance miraculeuse de Tagès, métamorphose du javelot de Romulus en arbre et, plus tard, venue d’Esculape à Rome sous la forme d’un serpent. Ensuite, conformément à l’idéologie officielle, succèdent, au titre de métamorphoses, l’apothéose d’Énée, la divinisation de Romulus en Quirinus (et de son épouse Hersilia en Hora), le catastérisme de César, annonçant la divinisation de son « fils » Auguste2. Ovide n’y fait que réciter, sinon pieusement, du moins avec une feinte application3, le « catéchisme » du régime, abondamment attesté par ailleurs chez les auteurs contemporains4.

  • 5 Ovide, Met. XV, 565-621.

3C’est dans cet ensemble de tonalité politique apparemment homogène que s’inscrit l’épisode de Cipus5. Notons d’abord que c’est la seule métamorphose survenue, à lire Ovide, à l’époque républicaine – du moins si l’on excepte la venue d’Esculape en serpent et si l’on considère qu’avec la divinisation de César, Rome est déjà sortie de cette période. Le poète avait pourtant matière à écrire : apparition des Dioscures après la bataille du lac Régille, animation du corbeau sur le casque du champion gaulois opposé à Valerius… Au lieu de ces épisodes connus de tous parce qu’ils faisaient partie de l’imagerie « d’Épinal » du récit annalistique relatif aux siècles républicains, Ovide a choisi de raconter l’étrange – et confidentielle – histoire de Cipus. S’il a fait ce choix, c’est qu’il avait, comme on dit, « une idée derrière la tête ». Mais laquelle ?

  • 6 Ovide, Met. XV 547-564.
  • 7 Le texte suivi est celui de la CUF. La traduction est originale.

4Le récit fait suite, de manière chronologique, à deux épisodes : la naissance miraculeuse du prophète étrusque Tagès à partir d’une motte de terre et la transformation de la lance de Romulus, fichée dans le mont Palatin, en arbre vivace, eux-mêmes précédés – avec une rupture chronologique cette fois – de la transformation, beaucoup plus « classique », de la veuve éplorée de Numa, la nymphe Egérie, en source6. Sans transition, le poète enchaîne de la stupéfaction de Romulus au spectacle de sa lance se couvrant de feuilles, à celle de Cipus7 :

  • a Certains manuscrits ont ici la leçon ueniebat.

Aut sua fluminea cum uidit Cipus in unda Cornua (uidit enim) falsamque in imagine credens Esse fidem, digitis ad frontem saepe relatis, Quae uidit, tetigit ; nec iam sua lumina damnans Restitit, ut uictor domito remeabata ab hoste, Ad caelum oculos et eodem bracchia tollens : « Quidquid, » ait « superi, monstro portenditur isto, Seu laetum est, patriae laetum populoque Quirini ; Siue minax, mihi sit ; » uiridique e caespite factas Placat odoratis herbosas ignibus aras Vinaque dat pateris mactatarumque bidentum, Quid sibi significent, trepidantia consulit exta. Quae simul inspexit Tyrrhenae gentis haruspex,

Ou quand Cipus vit ses cornes (car il les vit !) dans l’onde fluviale et qu’incrédule devant cette image qu’il croyait fausse, portant à plusieurs reprises ses doigts à son front, il toucha ce qu’il avait vu ; cessant dès lors d’accuser ses yeux, il s’arrêta, au moment de retourner victorieux de l’ennemi dompté, et levant au ciel ses yeux et ses bras : « Quoi que ce soit, dit-il, ô dieux, qu’annonce ce prodige, s’il est heureux, qu’il le soit pour la patrie et le peuple de Quirinus ; s’il est menaçant, qu’il le soit pour moi seul » ; et, sur les autels herbus de vert gazon qu’il dresse, il cherche à apaiser les dieux avec des feux odorants, verse du vin avec une patère

Magna quidem rerum molimina uidit in illis, Non manifesta tamen. Cum uero sustulit aere A pecudis fibris ad Cipi cornua lumen : « Rex, » ait « o salue ! Tibi enim, tibi, Cipe, tuisque Hic locus et Latiae parebunt cornibus arces. Tu modo rumpe moras portasque intrare patentes Appropera ; sic fata iubent ; namque urbe receptus Rex eris et sceptro tutus potiere perenni. » Rettulit ille pedem toruamque a moenibus urbis Auertens faciem : « Procul, a ! procul omina » dixit « Talia di pellant ; multoque ego iustius aeuum Exsul agam, quam me uideant Capitolia regem. » Dixit et extemplo populumque grauemque senatum Conuocat, ante tamen capitis noua cornua lauro Velat et aggeribus factis a milite forti Insistit priscosque deos e more precatus : « Est » ait « hic unus, quem uos nisi pellitis urbe, Rex erit. Is qui sit, signo, non nomine dicam ; Cornua fronte gerit ; quem uobis indicat augur, Si Romam intrarit, famularia iura daturum. Ille quidem potuit portas irrumpere apertas ; Sed nos obstitimus, quamuis coniunctior illo, Nemo mihi est. Vos urbe uirum prohibite, Quirites, Vel, si dignus erit, grauibus uincite catenis, Aut finite metum fatalis morte tyranni. » Qualia succinctis, ubi trux insilibat Eurus, Murmura pinetis fiunt, aut qualia fluctus Aequorei faciunt, siquis procul audiat illos, Tale sonat populus ; sed per confusa frementis Verba tamen uulgi uox eminet una : « quis ille est ? » Et spectant frontes praedictaque cornua quaerunt. Rursus ad hos Cipus : « Quem poscitis » inquit « habetis, » Et, dempta capiti, populo prohibente, corona, Exhibuit gemino praesignia tempora cornu. Demisere oculos omnes gemitumque dedere Atque illud meritis clarum (quis credere possit ?) Inuiti uidere caput ; nec honore carere Vlterius passi, festam imposuere coronam. At proceres, quoniam muros intrare uetaris, Ruris honorati tantum tibi, Cipe, dedere, Quantum depresso subiectis bubus aratro Complecti posses ad finem lucis ab ortu ; Cornuaque aeratis miram referentia formam Postibus insculpunt, longum mansura per aeuum.

et, dans les entrailles palpitantes des jeunes brebis sacrifiées, il cherche ce que cela signifie pour lui. À ce spectacle, un haruspice du peuple tyrrhénien y voit naître dans l’effort une immense révolution, sans fatalité absolue néanmoins. Et quand du foie des bêtes il lève les yeux vers les cornes de Cipus : « Roi, dit-il, salut ! Car c’est à toi, oui à toi, Cipus, et à tes cornes qu’obéiront cette terre et les citadelles du Latium. Toi cependant cesse de tarder et hâte-toi de franchir les portes ouvertes ; ainsi l’ordonnent les destins ; de fait, une fois reçu dans la ville, tu seras roi et, sans danger, tu t’empareras du sceptre à jamais. » Mais lui fait un pas en arrière et détournant des murs de la ville son visage dur : « Arrière, ah ! arrière de tels prodiges, dit-il, que les dieux les écartent ! Il est beaucoup plus juste que je passe ma vie en exil, plutôt que le Capitole me voie roi. » Il dit et aussitôt convoque le peuple et le grave sénat, non sans avoir auparavant caché les cornes nouvelles de sa tête sous un laurier ; et, sur le merlon élevé par le brave soldat, il monte ; puis, ayant prié selon l’usage les dieux ancestraux : « Il y a, dit-il, ici un homme, un seul, qui, si vous ne le chassez pas de la ville, sera roi. Qui il est, je vais vous l’indiquer par un signe distinctif, non par son nom : il porte des cornes sur le front ; ce que vous fait savoir l’augure, c’est que, s’il entre dans Rome, il vous donnera des lois asservissantes. Il a pu, certes, franchir les portes ouvertes ; mais je me suis mis en travers, bien que nul ne soit plus proche de lui que moi. Mais c’est à vous, citoyens, de frapper cet homme d’interdiction ou, s’il le mérite, de le charger de lourdes chaînes, à moins que vous ne mettiez fin à votre crainte en tuant le fatal tyran. » Semblable aux grondements dans les pins parasols quand bondit l’Eurus furieux, ou à celui des flots maritimes pour qui les entend de loin, est le bruit du peuple ; mais à travers les paroles confuses de la foule grondante jaillit un cri unanime : « Qui est-ce ? », et l’on regarde les fronts, on cherche les cornes annoncées. Derechef, Cipus leur parle : « Celui que vous réclamez, le voici », et, ôtant la couronne de sa tête malgré les protestations du peuple, il a montré ses tempes où se reconnaissent les deux cornes. Tous ont baissé les yeux en poussant un gémissement, et c’est à contre-cœur (qui pourrait le croire), qu’ils ont considèré cette tête illustrée de mérites ; refusant de souffrir plus longtemps qu’il soit dépouillé de cet honneur, ils l’ont forcé à remettre sa couronne festive. Quant aux grands, puisqu’il t’était interdit de franchir les

murailles, ils t’ont fait l’hommage, Cipus, d’autant de terrain à la campagne que tu pourrais, avec un attelage de bœufs, enfermer dans un sillon tracé par la charrue du lever au coucher du soleil ; et sur les portes de bronze, ils font sculpter des cornes qui font référence à ce prodige, destinées à durer pour la suite des siècles.

  • 8 Pline, NH XI, 123 : Acteonem enim et Cipum etiam in Latia historia fabulosos reor.
  • 9 Ovide, Met. III, 155-252 ; cf. aussi, pour la littérature latine, Hyg. Fab. 180.

5D’où Ovide sort-il cette histoire ? On n’en trouve que deux autres attestations, toutes postérieures à lui, chez Pline et chez Valère Maxime. Le premier « juge fabuleuses les histoires d’Actéon et, dans la tradition latine, de Cipus8 ». La légende grecque du chasseur Actéon, transformé en cerf par Artémis qu’il avait surprise au bain, et déchiré par ses propres chiens, avait été racontée par Ovide dans un livre antérieur des Métamophoses9. À vrai dire, le rapport établi par Pline entre les deux légendes est très superficiel : la légende d’Actéon obéit au schéma grec classique de la métamorphose d’un être humain en animal (ou en plante) par la divinité en punition d’une faute commise contre elle. Cipus, lui, n’est pas métamorphosé en animal, mais il voit pousser sur son front un attribut animal étranger à la condition humaine. Les deux légendes, quoi qu’en dise Pline, ne sauraient être réduites l’une à l’autre.

  • 10 Valère Maxime V, 6, 3 (texte et traduction empruntées à l’édition de Valère Maxime dans la CUF par(...)

6Le témoignage de Valère Maxime, est plus intéressant, car plus développé. Voici en quels termes il rapporte, dans la partie de son œuvre consacrée à ceux qui ont bien mérité de la patrie, l’histoire de Cipus10 :

Genucio Cipo preatori, paludato portam egredienti, noui atque inauditi generis prodigium incidit. Namque in capite eius subito ueluti cornua erepserunt, responsumque est regem eum fore, si in urbem reuertisset. Quod ne accideret, uoluntarium ac perpetuum sibimet indixit exilium. Dignam pietatem quae, quod ad solidam gloriam attinet, septem regibus praeferatur. Cuius testandae gratia capitis effigies aerea portae qua excesserat inclusa est, dictaque Rauduscula, nam olim aera raudera dicebantur.

Genucius Cipus était préteur et, couvert de son manteau de général, il sortait par une porte de la ville, quand il se trouva impliqué dans un prodige extraordinaire et inouï. Car sur sa tête tout à coup on crut voir se développer des cornes et une réponse fut donnée disant qu’il serait roi s’il revenait dans la ville. Pour empêcher que cela ne se produisît, il décida de rester volontairement et à jamais en exil. Conscience qui, en fait de gloire digne de ce nom, mérite d’être préférée à ce qu’étaient les sept rois. Et pour l’attester une reproduction en bronze de sa tête a été fixée sur la porte par où il était parti et elle a été appelée Rauduscula, car alors le bronze se disait raudus.

  • 11 Il semble bien que l’allusion ovidienne au « merlon élevé par le brave soldat » renvoie à celle-ci (...)
  • 12 Varron LL V 163 (Deinde Rauduscula, quod aerata fuit. Aes raudus dictum) ; cf. Paul. Fest. 339 L ( (...)
  • 13 Varron F 221 Cardauns (= Arnob. Nat. 4, 3).

7Le récit est très proche de celui d’Ovide ; il s’en distingue néanmoins par quelques détails, dont certains ne sont pas seulement imputables au traitement poétique de la légende et qui interdisent donc de voir dans le texte ovidien la source de Valère Maxime. La mention finale de la tête cornue sculptée sur la Porta Rauduscula, l’une des portes qui, dans la muraille servienne11, donnaient accès au quartier de l’Aventin, invite à chercher l’origine de la légende dans une étiologie rapportée par quelque antiquaire. Peut-être Varron. On trouve en effet chez lui cette mention : « Ensuite < vient la porte > Rauduscula, ainsi appelée parce que jadis elle était recouverte de bronze ; or “bronze” se disait raudus12. » On sait d’autre part que celui-ci racontait, dans ses Antiquitates rerum diuinarum13, le prodige de la lance romuléenne qui précède immédiatement notre passage. Tout cela nous oriente vers une source varronienne, sans certitude cependant.

  • 14 Liv. II, 52 ; DH, IX, 27.
  • 15 Liv. II, 54 ; DH, IX, 37-38 ; X, 38, 4.
  • 16 Liv. III, 33, 3-4 ; DH, 54, 4 ; 56, 2.
  • 17 Liv. IV, 7, 1 ; DH, 53, 1.
  • 18 Liv. VII, 6, 10-12.
  • 19 Cf. Massa-Pairault F.H., « Ovide et la mémoire plébéienne ou l’étrange prodige de Genucius Cipus » (...)
  • 20 Broughton T.R.S., II, 464 ne trouve nulle trace de sa prétendue préture. La période se déduit de l (...)
  • 21 Peut-on le mettre en rapport avec le mot cippus (cette orthographe du nom se trouve dans certains (...)

8Une autre précision qu’on ne trouve que chez Valère Maxime est le gentilice de Cipus : Genucius. Les Genucii apparaissent à plusieurs reprises dans le récit traditionnel du conflit patricio-plébéien, aux premiers siècles de la République romaine : en 476 le tribun de la plèbe T. Genutius, auteur d’une loi agraire, assigne le consul T. Menenius14 ; en 473 le tribun de la plèbe Cn. Genutius paie de sa vie l’impudence d’avoir accusé devant le peuple les deux consuls patriciens15 ; en 452, l’un des consuls désignés, T. Genutius, devient l’unique plébéien membre du collège décemviral16 ; en 440, M. Genucius est consul, alors que fait rage la question de l’ouverture du consulat à la plèbe17 ; en 362 la mort du consul plébéien L. Genucius dans la guerre contre les Herniques sert de prétexte au patriciat pour ressortir l’argument, opposé quelques années plus tôt au partage de la charge consulaire, de la pollution des auspices par un consul plébéien18 ; en 343 enfin l’action du tribun L. Genucius, à l’issue d’une sédition plébéienne, obtient, par ses plébiscites, que soit appliquée la règle du partage du consulat entre plèbe et patriciat, théoriquement acquise depuis les lois liciniennes-sextiennes quelques années auparavant. C’est sur ce terreau plébéien que s’enracine la légende de Cipus19. Car il s’agit bien d’une légende, qui ne « s’accroche » à aucun Genucius connu par ailleurs : on ne trouve pas trace d’un quelconque préteur appelé Genucius dans la période républicaine antérieure à la seconde guerre punique20 et son cognomen est un hapax21. Cependant il est certain qu’Ovide connaît la qualité de magistrat supérieur attribuée par Valère Maxime à Cipus, puisqu’elle seule lui donne le droit de convoquer peuple et sénat.

  • 22 Martin P.M., « Les signes de souveraineté dans la tradition sur les rois de la Rome étrusque et leu (...)
  • 23 Cf. Cicéron, De diu. II, 23 ; Festus s.v.
  • 24 Servius ad Aen. III, 46.
  • 25 Paul. 55 L ; cf. Alföldi A., « Hasta summa imperii. The Spear as Embodiment of Sovereignty in Rome (...)

9C’est même cette qualité qui permet à Ovide de donner une version du récit un peu différente de celle de Valère Maxime. La version ovidienne accentue l’aspect politique et même idéologique de celle-ci, présent aussi dans la version du prosateur, quand il juge supérieur aux sept rois de Rome traditionnels le personnage de Cipus. Si le paludato de Valère Maxime renvoie en effet au uictor domato… ab hoste ovidien pour désigner dans les deux cas un général, le texte du prosateur ne précise pas qu’il était victorieux. Et pour cause : dans le récit de Valère Maxime, Cipus sort de la Ville – pour se porter, selon toute vraisemblance, à la rencontre de l’ennemi – alors que chez Ovide Cipus y revient victorieux ; et c’est alors qu’il s’apprête à y entrer qu’il découvre le prodige dont il est l’objet. Si Valère Maxime ne donne pas l’identité de celui qui interprète celui-ci, Ovide précise qu’il s’agit d’un haruspice étrusque ; or on sait à quel point les prodiges annonciateurs de royauté étaient une spécialité de la disciplina etrusca22. La manière même dont le prodige est expliqué est très étrusque : ce qu’il annonce n’est pas fatal et peut être évité. Si l’on se souvient que c’est Tagès qui avait enseigné aux Étrusques leur religion23, un lien avec les épisodes immédiatement antérieurs du récit ovidien pourrait bien se dessiner : celui de l’annonce d’un destin royal. Rappelons en effet que le lancer de la lance par Romulus eut lieu lors de l’auguration, selon Servius24, c’est-à-dire au moment où les dieux allaient marquer sa supériorité sur son frère pour le titre royal. La lance apparaissait donc bien comme summa armorum et imperii25.

  • 26 Cf. Cicéron, Rep. II, 36 ; Liv. I, 35, 7-9 ; DH III, 68 ; Plutarque, Rom. 16, 8 ; Eutrope, I, 6. S (...)
  • 27 Les raisons pour lesquelles Denys d’Halicarnasse II, 34, 1 ; 54, 2 ; 55, 5, et peut-être avant lui (...)
  • 28 Sur la proximité de Cipus à Romulus dans le livre XV, voir Marks R., « Of Kings, Crowns and Bounda (...)
  • 29 Sur cette valorisation romuléenne par le patriciat, voir Martin P.M., L’Idée de Royauté à Rome, I, (...)

10Autre point spécifique à Ovide : la mention du laurier dont Cipus se ceint les tempes pour cacher ses cornes, dans laquelle on reconnaît sans peine la couronne du triomphateur ; tout se passe comme si Ovide proposait ici une étiologie de la couronne laurée du triomphe, rendue possible dans sa version de la légende par le fait qu’il revient vainqueur de l’ennemi, ce qui n’était pas le cas chez Valère Maxime. Les sources antiques voyaient généralement l’origine du triomphe, à juste titre, dans une pratique étrusque introduite à Rome par les Tarquins26. Cependant certaines sources désignaient Romulus comme l’inventeur du rite triomphal27, or le prodige de la lance et la divinisation de Romulus encadrent la légende de Cipus28. Que le renvoi se fasse à la cérémonie triomphale des rois étrusques ou aux trois triomphes romuléens, il devient clair que la légende baigne dans une forte ambiance monarchique. Mais l’institution monarchique y est connotée négativement, puisque c’est pour éviter à ses concitoyens le retour de ce régime abhorré que Cipus préférera s’exiler. Double positif d’un Romulus « négativé », Cipus pourrait bien être né, selon nous, d’une tradition gentilice des Genucii dans le contexte des luttes patricio-plébéiennes des Ve et IVe siècles, en réplique à la valorisation contemporaine de Romulus par le patriciat29.

  • 30 Cf. Broughton, II, 462.
  • 31 Le pic-vert, animal de Mars le père de Romulus, n’est lui-même pas sans rapport avec la royauté : (...)
  • 32 Valère Maxime, V, 6, 4. Un lecteur sceptique pourrait objecter que le gain obtenu par Rome ne fut (...)
  • 33 Liv. V, 21, 14-15 ; DH XII, 14-16 ; Valère Maxime, I, 5, 2 ; Plutarque, Camil. 5.
  • 34 Liv. XLV, 41 ; Plutarque, Paul-Aem. 36 ; Velleius Paterculus, I, 10 ; Valère Maxime, V, 10, 2 ; Zo (...)

11Telle qu’elle est racontée par Ovide, la légende, par d’autres détails, semble d’autre part être un patchwork de topoi historico-mythologiques, au point qu’on peut soupçonner le poète d’avoir enrichi la légende avec ce que Jacques Poucet appelle des « motifs libres ». Nous en décelons au moins deux. Le premier est l’invocation initiale du héros pour que le prodige, s’il est bénéfique, le soit pour sa patrie, s’il est maléfique, ne le soit que pour lui. On reconnaît là un thème historico-littéraire assez banal. Il est révélateur que l’exemple de Cipus soit aussitôt suivi, chez Valère-Maxime, par celui d’un autre préteur tout aussi inconnu, Aelius30, sur la tête de qui un pic-vert s’était posé, ce qui annonçait soit le bonheur pour lui et sa famille, mais le malheur pour l’État s’il le laissait vivre, soit l’inverse s’il le tuait ; Aelius tua l’oiseau31. À la suite de quoi, il perdit dix-sept membres de sa famille à la bataille de Cannes32. De même, après la prise de Véies, Camille demanda aux dieux d’attirer sur lui plutôt que sur Rome leur Némésis33. Enfin, quand Paul-Émile, au sommet de sa gloire, perdit ses fils, il se réjouit que, conformément au voeu qu’il avait fait, la Fortune, en le frappant, eût détourné de Rome la Némésis que risquait de lui valoir ses succès34.

  • 35 Liv. II, 10, 12 ; DH V, 25, 2 ; Plutarque, Popl. 16, 9 ; Moral. 820 E ; Vir. Ill. 11 ; Tz. H. 3,826 (...)
  • 36 Cf. Liv., II, 1 ; Poucet J., « La fonction fondatrice dans la tradition sur les rois de Rome », L’ (...)
  • 37 Cf. Martinez Pinna, op. cit.
  • 38 Liv., VIII, 34, 3.
  • 39 Sur le romulisme de César et d’Auguste, voir Martin P.M., L’Idée de Royauté à Rome, II, Clermont-F (...)

12L’autre motif est constitué par la récompense que lui vaut son action. On sait qu’à l’aube de la République, seul Horatius Coclès, pour avoir sauvé Rome de Porsenna, reçut la même récompense35. Il est symptomatique qu’Ovide en crédite un homme qui, lui aussi, préserve Rome de retomber dans le régime odieux du regnum. Excepté le mystérieux Aelius, toutes les figures qu’on peut rapprocher des deux « motifs libres » du mythe de Cipus sont donc – notons-le – de hautes figures républicaines : Horatius Coclès, Camille, Paul-Émile. Le caractère ouvertement républicain et antimonarchique du récit ne fait aucun doute. La conclusion du récit fait par Valère-Maxime va dans le même sens : la gloire de Cipus l’emporte sur celle des sept rois de Rome de la tradition. En face des sept rois fondateurs de Rome36 et de leurs épigones, de Camille à Auguste en passant par Marius, Sylla et Cicéron37, Cipus s’inscrit donc dans la tradition antimonarchique des conditores libertatis38, qui va d’un Brutus à l’autre. De ce point de vue, l’anecdote de Cipus « fait tache » en face des autres épisodes de cette fin du livre XV, qui narrent avec une apparente complaisance les divinisations passées de Romulus, de César et celle, future, d’Auguste, et qui magnifient la figure de Romulus, sur laquelle le Prince, après César, fondait en partie l’idéologie de son pouvoir39.

  • 40 Auguste, RG 34, 1 ; cf. Ovide, F. I, 589 ; Velleius Paterculus, II, 89 ; Liv. Per. 134 ; CIL VI, 8 (...)
  • 41 Dion, LIII, 30, 1-2 ; Suétone, Aug. 28 ; 101, 6. Sur la crise de 23, voir notamment Kienast D., Au (...)
  • 42 Cf. en dernier lieu, Schmitzer U., Zeitgeschichte in Ovids Metamorphosen – Mythologische Dichtung (...)

13Pourtant l’histoire de Cipus est unanimement, obstinément interprétée par les commentateurs modernes comme une allusion à la solennelle restitutio rei publicae de 2740 ; on trouve aussi, comme variante d’interprétation, la crise de 23, où Auguste, croyant sa fin prochaine, loin de désigner Marcellus comme successeur, remit à Pison un breuiarium totius imperii – un « état de l’Empire » – et son anneau à Agrippa, semblant ainsi cautionner un retour à l’État républicain41. L’épisode de Cipus serait l’habillage mythique de cet acte essentiel du régime – ou de la tentation de 2342.

14Ce qui semble justifier cette interprétation c’est qu’en effet les rapprochements entre la promesse de royauté contenue dans les cornes apparues sur la tête de Cipus et la personne d’Auguste ne manquent pas, même si le texte a été trop souvent surinterprété : car, à l’examen, certains de ces rapprochements s’avèrent ou banals, ou superficiels.

  1. L’apostrophe de l’haruspice annonçant à Cipus la royauté sur Rome a été rapprochée du prodige qui, selon l’archiviste d’Auguste Julius Marathus, annonçait, peu avant la naissance d’Octave, que « la nature avait enfanté un roi pour le peuple Romain43 ». L’examen par l’haruspice du foie des victimes pour interpréter le prodige a pu être rapproché de la conclusion qu’en avaient tirée, de même, les haruspices alors qu’Octavien était encore à Apollonie en 4344. Mais le lien entre haruspicine étrusque et annonce de royauté est – nous l’avons vu – une donnée fort banale de la tradition.
  2. On a dit que les cornes de Cipus rappelaient les cornes de feu qui avaient couronné le chef d’Octavien à Actium45 ; mais le prodige, également échu à Iule46, renvoie plutôt au prodige des flammes entourant la tête de Servius47, car il s’agit d’un prodige igné et temporaire, alors que les cornes de Cipus n’ont aucun rapport avec le feu et que, selon toute vraisemblance, il les garda jusqu’à la fin de sa vie.
  3. Faut-il penser aux cornes d’Ammon et au modèle alexandrin ? Mais Auguste a bien pris garde, depuis le conflit avec Marc Antoine, de se démarquer du conquérant macédonien, dont le pouvoir était synonyme de basiléia et renvoyait fâcheusement à l’image de son rival48.
  4. Plus intéressant est le rapprochement des cornes de Cipus avec le charisme augustéen du Capricorne, dont le Prince joua en effet pour donner une base mystique à un pouvoir qui s’affirmait de plus en plus ouvertement comme monarchique49.
  • 50 Cf. Martin, L’Idée de Royauté… II, p. 3 sq.
  • 51 Cicéron, Phil. II, 85-87 ; Liv., Per. 116 ; Suétone, Diu. Iul. 79, 3 ; Dion, XLIV, 11, 2 sq. ; App (...)
  • 52 Sur les adfectatores regni du début de la République, cf. Martin P.M., L’Idée de Royauté… I, p. 33 (...)

15Mais justement, c’est là où le bât blesse. Tous les rapprochements qui ont été faits entre Octavien-Auguste et la légende de Cipus sont marqués au coin d’une ambiguïté fondamentale. Nous sommes bien d’accord que, racontant l’histoire de Cipus, Ovide pense évidemment à Auguste et donc que son lecteur ne pouvait pas ne pas y penser à son tour. De ce point de vue, la plupart des autres rapprochements opérés par la critique entre les deux personnages sont pertinents. Mais, à l’inverse des autres commentateurs de ce texte, nous ne croyons pas que ces rapprochements soient destinés à faire apparaître Cipus comme le lointain prototype d’un vertueux Princeps quand il fit mine ou quand il fut tenté de résilier son pouvoir monarchique. Nous pensons au contraire que Cipus représente son contraire absolu, l’homme qui, marqué comme le Prince d’un destin monarchique annoncé, le refusa net, lui, d’emblée, préférant l’exil à une royauté qui aurait réduit en servitude ses concitoyens. Tout le discours qu’Ovide place dans la bouche de Cipus baigne en effet dans la plus pure idéologie républicaine, nourrie d’odium regni, et qui tient tout entière dans la double équation suivante : libertas = res publica et regnum = servitium50 – fruste idéologie, dont se fit héritière la Révolution française. Tout est républicain dans ce récit : l’attitude de Cipus, son discours, la réaction du peuple – qui n’est pas sans rappeler celle de la foule quand Marc Antoine voulut couronner César aux Lupercales51 – et les renvois implicites aux héros de la République, de Coclès à Paul-Émile. Cipus est en quelque sorte l’anti-adfectator regni, le contraire des Sp. Cassius, Sp. Maelius et Manlius Capitolinus52, le contraire aussi de l’hypocrisie politique du régime augustéen.

  • 53 Cf. D.H. II, 34, 2 ; III, 62, 1. Voir Kraft K., « Der goldene Kranz Caesars und der Kampf um die E (...)

16Quoi qu’on en ait dit, rien ne permet d’interpréter l’épisode comme favorable à Auguste. S’il renvoie bien aux événements de 27 ou de 23 – les rapprochements qui ont été soulignés sont en effet, répétons-le, trop nombreux pour être fortuits – c’est pour en prendre le contre-pied. Cipus se défait de la couronne laurée, qui, depuis César, modifée dans sa forme pour mieux ressembler à l’attribut des rois étrusques, est devenue l’un des attributs du pouvoir julien53, repris par Auguste. Cipus quitte Rome pour n’y plus revenir, quand le Prince installe sa domus sur le Palatin.

  • 54 Res gestae 1, 1 :… rem p. … in libertatem uindicaui. Cf. la légende monétaire de 28 : libertatis p (...)
  • 55 Cf. Strabon, XVII, 3, 25 ; Dion, LII, 1.
  • 56 Florus, II, 14.
  • 57 Récemment, Osgood J., Caesar’s Legacy. Civil War and the emergence of the Roman Empire, Cambridge, (...)

17Et surtout, Cipus se dénonce lui-même comme futur roi et propose même à ses compatriotes de l’exécuter en tant que fatalis tyrannus, alors qu’Auguste n’eut de cesse de venger l’assassinat de son « père » Jules César et prétendait, au contraire, par la restitutio rei p. de 27, avoir restauré l’État dans ses fondements, après s’être vanté d’avoir, au début de sa carrière, « rétabli la liberté54 ». Sur ce point, l’incrédulité affichée très tôt par les sources grecques55 contraste avec l’apparente naïveté des sources latines contemporaines. Il faut attendre un siècle pour lire chez Florus l’aveu sans fard qu’il n’y avait pas d’autre moyen pour le peuple Romain d’être sauvé que de se précipiter dans la servitude56. Il faut s’interroger sur cette apparente cécité des Romains, que ce colloque a largement contribué à éclairer. Il est certain que le retour à la paix civile et au fonctionnement régulier des institutions, même vidées de leur contenu d’efficacité politique, explique en grande partie le fait qu’aucun texte, en prose ou en poésie, ne contredise l’affirmation officielle de la res publica restituta57.

  • 58 Sur cette expression célèbre de Syme R., une table ronde a eu lieu il y a déjà vingt-huit ans, où (...)
  • 59 Même si sa manière réductrice de chanter les grands mythes Romains pourrait bien trahir chez cet « (...)
  • 60 Cf. Mineo B., Tite-Live et l’Histoire de Rome, Paris, 2006, notamment p. 74 sq. ; p. 337 sq.

18Aucun texte, hormis justement celui-ci. Pourquoi ? Parce qu’il faut prendre garde aux dates. La plupart des poètes augustéens ont connu les horreurs de la guerre civile et, lorsqu’ils chantent Auguste, ils le font à une époque où le régime apparaît d’abord comme dispensateur d’ordre et de paix, alors qu’il n’a pas encore achevé sa mutation monarchique – bref une époque où la « Révolution romaine » n’est pas encore sentie comme telle58. Virgile commence son épopée vers 29. De même, le l. IV des Élégies de Properce, dont la sincérité générale n’est pas douteuse59, a été écrit à partir de 23. Enfin la perte des derniers livres de Tite-Live nous interdit de savoir ce que, vers la fin de sa vie, celui-ci pensait de l’évolution d’un régime dont toute l’œuvre, commencée autour de 30 – du moins toute l’œuvre que nous avons conservée – approuve sans nul doute l’orientation générale60. En somme, tous ceux dont nous avons le témoignage ont écrit avant que ne soit achevé le virage idéologique du régime, avant que le masque républicain dont il s’était affublé ne tombe définitivement. Certes, Horace ne meurt qu’en 8 av. J.-C. et il est vrai qu’il fut sans solution de continuité un thuriféraire sincère d’Auguste, mais ce fils d’affranchi, immensément honoré par l’amitié du Prince, n’avait pas les mêmes raisons idéologiques que d’autres, citoyens élevés dans les valeurs de la République, d’émettre la moindre réticence à l’égard d’un régime à qui il devait tout.

19Le bonheur d’Ovide fut aussi son malheur : bonheur de vivre une époque de paix, la Pax Augusta, quand les autres avaient connu les guerres civiles, malheur d’avoir vécu à une époque où le caractère monarchique du régime, par son tournant dynastique, ne pouvait plus faire de doute pour personne, mais où il fallait faire semblant de croire encore à la res publica restituta, obstinément affirmée comme telle par Auguste jusqu’au bout, jusque dans son testament politique. On n’a pas assez souligné le fait que, par une démarche inouïe dans l’histoire de Rome, pour la première fois, il était demandé aux Romains de croire à un dogme politique. Jusqu’alors Rome avait fonctionné sur des valeurs admises de tous, hormis par la contestation élégiaque – fruit de la déstabilisation de la cité et donc de la perte de ces valeurs. La religion romaine elle-même n’était pas Glaubefrage. Et voilà que, tout à coup, il faut croire à la divinité récente de César et à celle, future, du maître de Rome et, malgré une évidence de plus en plus frappante, à la res publica restituta. Ou, du moins, il faut faire semblant d’y croire. Les Chrétiens apprendront bientôt, à leurs dépens ce qu’il en coûte de ne pas adhérer à cette foi idéologique, la première de l’Histoire. Ovide aussi.

  • 61 Ovide, Trist. I, 7, 11 sq.
  • 62 Ovide, Trist. III, 1.
  • 63 Ovide, Trist. III, 14.

20À la date de son bannissement, de son propre aveu, le poème des Métamorphoses était inachevé, « encore en pleine croissance et ébauche grossière61 ». Partant pour l’exil, Ovide brûla son manuscrit. Encore une fois, la question se pose : est-ce seulement, comme pour Virgile, parce que l’œuvre était imparfaite ? Mais voilà qu’il s’aperçoit que des copies en circulaient dans Rome. Là-dessus, dépêchant à Rome son livre III des Tristes, il découvre que toute son œuvre est interdite dans les bibliothèques publiques62 ; il supplie alors le bibliothécaire Hygin de prendre soin de ses livres « enfants de l’exilé » et, parmi eux, des « trois fois cinq livres63 », c’est-à-dire des Métamorphoses. Pourquoi faudrait-il prendre soin de cet ouvrage plus que d’autres ? Pour que le Prince, en les relisant, change d’avis à son égard ? C’est ce qu’il prétend :

  • 64 Ovide, Trist. II, 550 sq.

« Nous avons chanté, bien qu’il ait manqué à l’entreprise la dernière main, les transformations inédites des êtres. Si seulement tu réfrénais un peu ton courroux, si tu t’imposais, à loisir, d’en faire lire quelques passages, tu verrais que j’ai pris l’univers à son origine pour mener l’œuvre sans interruption jusqu’à ton époque ! Tu découvriras que tu as dilaté mon inspiration et que ma ferveur te chante, toi et les tiens64. »

21Mais c’est en même temps l’aveu que le Prince, à la lecture de l’œuvre, risquait de « mal interpréter » celle-ci. Et pour cause ! Relisons en effet le livre XV, celui où se trouve l’histoire de Cipus et posons-nous la question : comment le Prince, spontanément, pouvait-il interpréter un récit qui faisait si manifestement allusion à lui et qui, en même temps, mettait en scène comme un héros national un personnage qui était dépeint très exactement comme son contraire ?

  • 65 Cf. Martin P.M., « Les poètes élégiaques… » (cf. supra).

22Et ailleurs dans le livre : en quoi, par exemple, mettre sur le même plan la métamorphose de Daphnè en laurier et celle de César en astre est-elle flatteuse, et surtout plausible, surtout quand il est manifeste qu’Ovide ne croit pas une seconde à toutes les métamorphoses grecques qu’il narre sur treize livres ? Faut-il penser que, brusquement, il va se mettre à croire, à partir de la fin du livre XIII, aux « métamorphoses » romaines qu’il raconte ? Nous avions, dans un précédent travail, analysé comment Ovide contestait absolument l’un des dogmes fondamentaux du régime : Auguste comme diui Iulii filius, descendant d’Énée et de Romulus, et, par Mars, de Jupiter65.

  • 66 Martin P.M., « Les poètes élégiaques… », p. 184.

23Pour notre part, nous sommes frappé par le fait que le récit de Cipus va dans le même sens que la mise en question du dogme de la divinité de César et de son ascendance divine, dans le même chant XV. Osons répéter ce que nous disions il y a quelque temps : « Ovide ne croit pas plus à la République rétablie par Auguste qu’à son ascendance divine et aux divinisations passées et futures. Il n’est pas un opposant, il est un incroyant. Et, en cela, il reste bien fidèle à l’esprit de l’élégie comme négation tranquille des valeurs qui fondent la société. Celles qui fondent la nouvelle société ne lui paraissent pas plus convaincantes que celles qui fondaient l’ancienne et qui avaient engendré la rupture élégiaque66. » En mettant en doute la divinité de César et la chaîne génétique d’Auguste à Mars et Jupiter, il récusait la justification mystique de cette monarchie, il blasphémait contre la nouvelle religion politique. Et en posant Cipus comme une image inversée d’Auguste, il a dénoncé, une génération après la prétendue restauration de la République, le faux-semblant d’un régime dont il était désormais clair qu’il était une monarchie héréditaire – la pire de toutes pour un Romain. Éternel athée, éternel contestataire, dans ses deux dernières œuvres, les Fastes et les Métamorphoses, Ovide a osé dire qu’Auguste n’était qu’un roi et, en plus, que le roi n’est pas dieu, mais un pauvre mortel tout nu. Cela ne pouvait être pardonné, ni par Auguste, ni par son successeur. Et Ovide mourut à Tomes, pour n’avoir pas voulu croire, pour n’avoir même pas fait semblant de croire ni à la divine dynastie impériale, ni à la res publica restituta.

Notes

1 Ovide, Met. XIV, 308 sq.

2 Ovide, Met. XIV 581-608 (Énée) ; 805-851 (Romulus et Hersilie) ; 745-851 (César et Auguste).

3 Sur Ovide « athée » de l’idéologie augustéenne, voir notre article « Les poètes élégiaques entre consensus et intégration difficile », Properzio nel genere elegiaco. Modelli, motivi, riflessi storici. Atti del Conv. Internaz. Assisi 2004 (C. Santini, F. Santucci edd.), Assise, 2005, p. 147-186. Nous ne partageons pas pour autant les thèses passablement délirantes de Maleuvre J.-Y., Vrais et faux héros dans les Métamorphoses d’Ovide, Villiers-sous-Mortagne, 2005.

4 Cf. Martin P.M., L’Idée de Royauté à Rome, Clermont-Ferrand, 1994, II, p. 395-411.

5 Ovide, Met. XV, 565-621.

6 Ovide, Met. XV 547-564.

7 Le texte suivi est celui de la CUF. La traduction est originale.

8 Pline, NH XI, 123 : Acteonem enim et Cipum etiam in Latia historia fabulosos reor.

9 Ovide, Met. III, 155-252 ; cf. aussi, pour la littérature latine, Hyg. Fab. 180.

10 Valère Maxime V, 6, 3 (texte et traduction empruntées à l’édition de Valère Maxime dans la CUF par Combes R., Paris, 1997, II, p. 118 sq.).

11 Il semble bien que l’allusion ovidienne au « merlon élevé par le brave soldat » renvoie à celle-ci : Cipus parle depuis le haut de la muraille servienne, afin d’éviter d’entrer dans la Ville et donc de réaliser la prophétie.

12 Varron LL V 163 (Deinde Rauduscula, quod aerata fuit. Aes raudus dictum) ; cf. Paul. Fest. 339 L (…quod rudis et impolita sit relicta, uel quia raudo, id est aere, fuerit uincta).

13 Varron F 221 Cardauns (= Arnob. Nat. 4, 3).

14 Liv. II, 52 ; DH, IX, 27.

15 Liv. II, 54 ; DH, IX, 37-38 ; X, 38, 4.

16 Liv. III, 33, 3-4 ; DH, 54, 4 ; 56, 2.

17 Liv. IV, 7, 1 ; DH, 53, 1.

18 Liv. VII, 6, 10-12.

19 Cf. Massa-Pairault F.H., « Ovide et la mémoire plébéienne ou l’étrange prodige de Genucius Cipus », Mélanges Lévêque V, 1990, 287-305.

20 Broughton T.R.S., II, 464 ne trouve nulle trace de sa prétendue préture. La période se déduit de l’usage de Valère Maxime de classer ses exempla à peu près par ordre chronologique : or le suivant, après Genucius, Aelius, serait contemporain de la bataille de Cannes (Val. Max. V, 6, 4).

21 Peut-on le mettre en rapport avec le mot cippus (cette orthographe du nom se trouve dans certains manuscrits) ? Cela aurait-il alors un rapport avec la récompense de son civisme ? Cippus peut en effet désigner la borne d’un champ. Ou bien faut-il le rapprocher du gentilice Cipius, attesté par ailleurs (TLL Onom. C, s.v. Cipius, c. 453,56-82) ? Aucune des deux pistes ne mène bien loin.

22 Martin P.M., « Les signes de souveraineté dans la tradition sur les rois de la Rome étrusque et leurs résurgences républicaines et impériales », La Divination dans le monde étrusco-italique (Table Ronde de l’U.A. 041162 du CNRS), Tours, 1986, p. 16-36.

23 Cf. Cicéron, De diu. II, 23 ; Festus s.v.

24 Servius ad Aen. III, 46.

25 Paul. 55 L ; cf. Alföldi A., « Hasta summa imperii. The Spear as Embodiment of Sovereignty in Rome », AJPh 63, 1959, p. 1-27.

26 Cf. Cicéron, Rep. II, 36 ; Liv. I, 35, 7-9 ; DH III, 68 ; Plutarque, Rom. 16, 8 ; Eutrope, I, 6. Sur l’origine étrusque du triomphe, voir Bonfante Warren L., « Roman Triumph and Etruscan kings », JRS 60, 1970, p. 49-66 ; Lemosse M., « Les éléments techniques de l’ancien triomphe romain et le problème de son origine », ANRW I, Berlin-New York, 1972, p. 442-453. Mise au point de la question par Bastien J.-L., Le triomphe romain et son utilisation politique, Rome, 2007, p. 121-137.

27 Les raisons pour lesquelles Denys d’Halicarnasse II, 34, 1 ; 54, 2 ; 55, 5, et peut-être avant lui Valerius Antias donnent le triomphe pour une institution romuléenne sont examinées par Marino R., « Tradizione storiografica sull’introduzione del trionfo a Roma », StudRom 28, 1980, p. 161-171. Briquel D., « Trois études sur Romulus », Recherches sur les religions de l’Antiquité classique, Genève-Paris, 1980, p. 310-319 invite à faire remonter cette tradition jusqu’à l’idéologie tripartite indo-européenne.

28 Sur la proximité de Cipus à Romulus dans le livre XV, voir Marks R., « Of Kings, Crowns and Boundary Stones : Cipus and the hasta Romuli in Met. XV », TAPhA 134, 2004, p. 107-131.

29 Sur cette valorisation romuléenne par le patriciat, voir Martin P.M., L’Idée de Royauté à Rome, I, Clermont-Ferrand, 1982, p. 329 sq.

30 Cf. Broughton, II, 462.

31 Le pic-vert, animal de Mars le père de Romulus, n’est lui-même pas sans rapport avec la royauté : il succède à son beau-père Janus comme roi au Latium (Ovide, Met. XIV, 320 sq.) ; Virgile le saisit dans la fonction augurale (Aen. VII, 187) et c’est dans son temple que le roi est intronisé (Aen. VII 174 sq.), tandis qu’Ovide lui fait révéler à Numa les rituels de fulguration (F III, 292 sq. ; cf. Val. Ant. ap. Arnob. VI, 1 ; Plutarque, Num. 15, 3-10).

32 Valère Maxime, V, 6, 4. Un lecteur sceptique pourrait objecter que le gain obtenu par Rome ne fut guère probant dans l’immédiat. Mais Valère Maxime prévient l’objection en soulignant que la puissance de Rome n’a cessé depuis de croître.

33 Liv. V, 21, 14-15 ; DH XII, 14-16 ; Valère Maxime, I, 5, 2 ; Plutarque, Camil. 5.

34 Liv. XLV, 41 ; Plutarque, Paul-Aem. 36 ; Velleius Paterculus, I, 10 ; Valère Maxime, V, 10, 2 ; Zonaras, 9, 2.

35 Liv. II, 10, 12 ; DH V, 25, 2 ; Plutarque, Popl. 16, 9 ; Moral. 820 E ; Vir. Ill. 11 ; Tz. H. 3,826f ; Cf. Pline, HN 18, 9 (qui prétend que c’était la récompense habituelle pour imperatorum ac fortium ciuium) ; Varron, Rust. I, 10, 1.

36 Cf. Liv., II, 1 ; Poucet J., « La fonction fondatrice dans la tradition sur les rois de Rome », L’invention des grands hommes de la Rome antique, Paris, 2001, p. 195 sq. ; Martinez Pinna J., « Sobre la funcación y los fundadores de Roma », Initia rerum – Sobre el concepto del origen en el mundo antiguo, Malaga, 2006, p. 163-183.

37 Cf. Martinez Pinna, op. cit.

38 Liv., VIII, 34, 3.

39 Sur le romulisme de César et d’Auguste, voir Martin P.M., L’Idée de Royauté à Rome, II, Clermont-Ferrand, 1994, p. 290-294 et p. 405-411 ; Ver Eeke M., La République et le roi. Le mythe de Romulus à la fin de la République romaine, Paris, 2008, p. 357-486.

40 Auguste, RG 34, 1 ; cf. Ovide, F. I, 589 ; Velleius Paterculus, II, 89 ; Liv. Per. 134 ; CIL VI, 873 ; 1527, l. 25.

41 Dion, LIII, 30, 1-2 ; Suétone, Aug. 28 ; 101, 6. Sur la crise de 23, voir notamment Kienast D., Augustus, Prinzeps und Monarch, Darmstadt, 1982, p. 84-92 ; Brunt P.A., « Augustus e la Respublica », La Rivoluzione Romana. Inchiesta tra gli antichisti, Naples, 1982, p. 236-244 ; Lacey W.K., « Augustus and the Senate : 23 B.C. » Antichthon 19, 1985, p. 60-63.

42 Cf. en dernier lieu, Schmitzer U., Zeitgeschichte in Ovids Metamorphosen – Mythologische Dichtung unter politischen Anspruch, Stuttgart, 1990, p. 260-272, avec bibliographie antérieure.

43 Suétone, Aug. 94 :… regem populo Romano naturam parturire.

44 Suétone, Aug. 95.

45 Virgile, Aen. VIII, 680 sq.

46 Virgile, Aen. II, 682 sq.

47 Liv. I, 39 ; DH IV, 2 ; Pline, NH II, 101 et 241.

48 Cf. Martin, L’Idée de Royauté… II, p. 420-423.

49 Sur Auguste et le Capricorne, à la bibliographie que nous en avons donnée dans L’Idée de Royauté II, p. 431, n. 323, il faut ajouter essentiellement : Simon E., « Die drei Horoskope der Gemma Augusta », NAC 15, 1986, p. 179-186 ; Abry J.H., « Auguste : la Balance et le Capricorne », REL 66, 1988, p. 103-121.

50 Cf. Martin, L’Idée de Royauté… II, p. 3 sq.

51 Cicéron, Phil. II, 85-87 ; Liv., Per. 116 ; Suétone, Diu. Iul. 79, 3 ; Dion, XLIV, 11, 2 sq. ; Appien, BC II, 109 ; 456 sq. ; Plutarque, Caes. 61, 2 sq.

52 Sur les adfectatores regni du début de la République, cf. Martin P.M., L’Idée de Royauté… I, p. 339 sq.

53 Cf. D.H. II, 34, 2 ; III, 62, 1. Voir Kraft K., « Der goldene Kranz Caesars und der Kampf um die Entlarvung des Tyrannen », Jahrb. f. Numism. Bayern. 3-4, 1952-3, p. 1-31 ; Weinstock S., Diuus Iulius, Oxford, 1971, p. 270 sq.

54 Res gestae 1, 1 :… rem p. … in libertatem uindicaui. Cf. la légende monétaire de 28 : libertatis p. R. uindex (Mattingly 691).

55 Cf. Strabon, XVII, 3, 25 ; Dion, LII, 1.

56 Florus, II, 14.

57 Récemment, Osgood J., Caesar’s Legacy. Civil War and the emergence of the Roman Empire, Cambridge, 2006, a mis en évidence, à l’aide de documents épigraphiques, la réalité de cet immense soulagement devant le retour à la paix civile et à la prospérité.

58 Sur cette expression célèbre de Syme R., une table ronde a eu lieu il y a déjà vingt-huit ans, où se sont affrontés partisans et adversaires de cette notion : voir La Rivoluzione Romana. Inchiesta tra gli antichisti, Naples, 1982.

59 Même si sa manière réductrice de chanter les grands mythes Romains pourrait bien trahir chez cet « écorché vif » une forme de réticence à l’égard d’un régime né dans le sang des siens. Cf. nos travaux : « Les poètes élégiaques… », art. cit. ; « Apollon chez les Élégiaques latins : entre poétique et politique », Sauzeau P. et Turpin J.-Cl. (dir.), Philomythia. Mélanges offerts à Alain Moreau, Montpellier, 2008, p. 67-74.

60 Cf. Mineo B., Tite-Live et l’Histoire de Rome, Paris, 2006, notamment p. 74 sq. ; p. 337 sq.

61 Ovide, Trist. I, 7, 11 sq.

62 Ovide, Trist. III, 1.

63 Ovide, Trist. III, 14.

64 Ovide, Trist. II, 550 sq.

65 Cf. Martin P.M., « Les poètes élégiaques… » (cf. supra).

66 Martin P.M., « Les poètes élégiaques… », p. 184.

Notes de fin

a Certains manuscrits ont ici la leçon ueniebat.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540