Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le principat d’Auguste

 | 
Frédéric Hurlet
, 
Bernard Mineo

Deuxième partie. La Res publica restituta dans le discours officiel

Le thème de la Res publica restituta dans le monnayage de Vespasien : pérennité du « modèle augustéen » entre citations, réinterprétations et dévoiements

Emmanuelle Rosso

Texte intégral

  • 1 Gowing A., Empire and Memory. The Representation of the Roman Republic in Imperial Culture, Cambri (...)
  • 2 Hurlet Fr., « La Lex de imperio Vespasiani et la légitimité augustéenne », Latomus 52, 1993, p. 26 (...)

1L’historiographie moderne a souligné à l’envi le caractère prétendument peu innovant de la dynastie flavienne et de son idéologie, qui ne seraient qu’une pâle copie du style augustéen1 – son dernier avatar, en quelque sorte. Pareille ligne interprétative, qui consiste le plus souvent en un simple relevé des analogies, a contribué à forger l’image d’une seconde dynastie d’empereurs prisonnière d’un paradigme augustéen dont se réclamaient tous les successeurs du princeps et que reprenaient, depuis un siècle, l’ensemble des moyens d’expression exploités par un pouvoir extrêmement conscient des enjeux liés à son autoreprésentation. En revanche, on a moins souvent noté qu’après l’épisode néronien et la fin de la dynastie julio-claudienne, et après une guerre civile qui avait très gravement menacé le régime, le choix de Vespasien de se présenter comme un nouvel Auguste, qui est incontestable, n’allait pas de soi, tant s’en faut, et dans le même temps, s’avérait particulièrement judicieux2.

  • 3 Grenade P., Essai sur les origines du Principat. Investiture et renouvellement des pouvoirs impéri (...)

2En effet, alors que les successeurs immédiats d’Auguste avaient utilisé son image en se plaçant dans une continuité dynastique3 relativement amorphe, fondée en grande partie sur la réaffirmation des liens de sang qui les rattachaient au fondateur, Vespasien au contraire pouvait s’appuyer sur des analogies « objectives », à la fois événementielles et programmatiques – à savoir, pour les résumer brièvement, une guerre civile doublée d’une guerre extérieure, une légitimité contestable et contestée, une crise politique grave justifiant un coup d’état initial puis une restauration étatique, enfin le projet de fonder une dynastie. Parallèlement à ce cadre historique commun, qui rendait naturelle la confrontation entre les « pères » des deux dynasties, et après avoir retenu comme principe fondateur celui de présenter la révolution politique sous les espèces de la restauration, donc du conservatisme – tels avaient été, en leur temps, le paradoxe et le ressort le plus puissant de l’idéologie augustéenne –, il restait aux Flaviens à exploiter au mieux les virtualités légitimantes du précédent augustéen dans un cadre nouveau. Concrètement, l’héritage augustéen s’étant progressivement constitué en « idéal », voire en symbole figé du régime, il s’agissait tout à la fois, pour la propagande flavienne, d’ajuster les événements récents non seulement à ceux qui avaient conduit au principat d’Auguste, mais également aux mythes et aux fictions politiques sur lesquels ce dernier s’était appuyé.

3L’année 68 puis l’avènement des Flaviens représentent, pour le devenir de l’image d’Auguste, un moment charnière et critique (au sens de discriminant), à double titre : tout d’abord parce que le référent augustéen sort pour la première fois de son cadre strictement dynastique pour se constituer en symbole générique et universel du pouvoir impérial, avec une tonalité, toutefois, qui demeure encore précise au niveau des analogies ; ensuite, parce que la nécessité de tirer au mieux parti de cette analogie entraîne nécessairement des adaptations, des relectures, mais aussi des distorsions. Ainsi, paradoxalement, c’est au moment où elle se fige que la référence à Auguste se transforme en se colorant de nouvelles significations : c’est précisément ce que je serais tentée d’appeler « l’anamorphose flavienne de l’image augustéenne » et en particulier du thème de la res publica restituta. Il est donc légitime de se demander quelles images de la restauration étatique augustéenne furent à la fois reprises et soumises à une « révision » dans le dispositif idéologique flavien, et quelles furent leur fonction et leur signification dans ce dispositif.

  • 4 Mattingly H., BMCEmp, II, introduction, p. xxxviii, xliii: « restored types are a persistent featu (...)
  • 5 Après l’étude fondatrice d’E. Bianco, l’article de Buttrey T. V., « Vespasian as Moneyer », NC, 12 (...)
  • 6 Mattingly H., BMCEmp, II, introduction, p. xxxix: « There is certainly method in the choice of typ (...)
  • 7 C’est le cas en particulier de la célébration monétaire de la victoire sur la Judée, mais aussi de (...)

4Dans un tel contexte, il est pour le moins insuffisant de dire que les Flaviens se sont réclamés du précédent augustéen : la collection non argumentée et non re-contextualisée des connexions ponctuelles, qui peut se prolonger à l’infini, ne permet pas de les comprendre. Le corpus des documents pertinents pour cette question étant extrêmement étendu, j’ai choisi de n’aborder ici la question qu’à partir de l’iconographie monétaire, en limitant l’analyse à la période de fondation du pouvoir flavien, c’est-à-dire au règne de Vespasien. Ce choix est dicté par le fait que le monnayage offre le plus vaste répertoire figuratif lié au programme politique qu’il nous soit donné de connaître pour la période. En outre, il comporte, de l’aveu de l’ensemble des spécialistes, une proportion massive de citations empruntées au répertoire augustéen, qu’il est aisé de repérer sur ce type de support4. D’une manière générale, le monnayage de Vespasien présente deux caractéristiques notables : il est à la fois extrêmement varié dans ses types et pauvre en réelles innovations iconographiques – autrement dit, il comporte un grand nombre de citations plus ou moins exactes de types monétaires antérieurs5. Le cumul de ces deux spécificités paraît paradoxal en première lecture : pourquoi les équipes flaviennes auraient-elles opté pour une prolifération des images monétaires si ce programme n’avait pas été sous-tendu par la volonté de diffuser de nouveaux messages, de nouvelles formulations ? C’est donc bien que ce « conservatisme », ce « mimétisme » devaient revêtir une signification politique précise6, d’autant plus que les créations existent par ailleurs dans ce monnayage7.

  • 8 Laffranchi L., « Un centenario numismatico nell’antichità », RIN 24, 1911, p. 427-436. Plus tard, (...)
  • 9 Isager J., « Vespasiano e Augusto », Studia Romana in honorem P. Krarup septuagenarii, Odense, 197 (...)
  • 10 Isager, « Vespasiano e Augusto », art. cit., p. 68 : « va notato che Vespasiano non si sostituisce (...)

5Du fait de la nature même du document numismatique qui, en plus d’être parfaitement daté, associe texte et image et présente, au moins pour le monnayage dit « impérial », un discours figuré aux valences à la fois déclaratives (ou « illustratives ») et programmatiques émanant directement du pouvoir, les monnaies constituent un support idéal dès lors que l’on souhaite comparer les revers monétaires afin de repérer dans le détail les reprises aussi bien que les différences – les unes et les autres étant tout aussi signifiantes. Il est d’ailleurs probable que les plus légères modifications soient davantage révélatrices d’un glissement sémantique. Ici, on étudiera à la fois les aspects « discursifs », les contenus, mais aussi les aspects chronologiques et quantitatifs, en centrant le propos sur quatre aspects numismatiques de la restauration étatique selon le modèle augustéen voulue par Vespasien : Roma restituta comme thème monétaire « direct » ou explicite, la reprise des symboles personnels d’Auguste, l’iconographie monétaire des princes de la jeunesse flaviens, enfin l’utilisation de l’imagerie actiaque pour représenter la victoire initiale des Flaviens et le retour de la paix. Ce dernier thème pose la question corollaire d’une possible célébration du centenaire d’Actium, hypothèse jadis défendue par L. Laffranchi8. Cette analyse invite notamment à s’interroger sur la validité de la thèse de J. Isager, auteur en 1976 d’un article sur Vespasien et Auguste9, selon lequel l’imitatio Augusti ne serait apparue pleinement et de façon officielle qu’à partir de 74 ap. J.-C., quand le pouvoir de Vespasien était complètement affermi10. La principale question est donc de savoir quelle res publica Vespasien entendait restaurer : celle qu’Auguste lui-même prétendait faire revivre, de tonalité « républicaine », ou au contraire celle d’Auguste lui-même, pleinement impériale ? Par ailleurs, quel Auguste Vespasien imite-t-il et à quelle occasion ? S’inspiret-il plutôt de la phase de fondation, et en particulier de la période comprise entre 31 et 27 av. J.-C., ou des étapes ultérieures du règne ?

Roma restituta et libertas restituta comme thèmes monétaires

  • 11 Cf. les deniers hispaniques et gaulois au nom d’Auguste : Giard J.-B., Monnaies de l’empire romain (...)
  • 12 BMCRE, I, « Augustus and divus Augustus groups », p. cxcvii, no 300 et suiv. ; Giard, Monnaies de (...)
  • 13 Nicolas, De Néron à Vespasien op. cit., p. 1377 : « Ces monnaies […] sont expliquées par la volont (...)
  • 14 Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 58-60 p. 29, pl. 2 (deniers, Espagne, 68-69 (...)
  • 15 Cf. Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 8 et 9 p. 24, pl. 1 (atelier d’Espagne, (...)

6Avant d’analyser en miroir les monnayages des deux fondateurs de dynasties, il importe de s’arrêter brièvement sur le monnayage de la guerre civile, afin de mieux saisir dans son principe l’évolution de la signification de l’image d’Auguste et la réapparition de motifs promis à une postérité certaine. En effet, au printemps 68, lors de la révolte des Gaules et des Hispanies, dans l’impossibilité de frapper monnaie à l’effigie d’un prince qui n’était plus reconnu comme légitime, les ateliers monétaires provinciaux d’Occident retinrent trois « solutions » pour sortir de l’impasse : au droit des monnaies, on trouve alternativement des têtes de divinités (Mars, Jupiter, Vesta), des entités ou vertus politiques personnifiées (Concordia, Fides, Salus generis humani, Pax…), enfin le portrait d’Auguste11 ou du diuus Augustus12 (fig. 1). L’utilisation de l’image du premier princeps comme alternative à des figures divines ou à des abstractions révèle sa conversion en référent absolu du pouvoir impérial et l’élévation corrélative de son portrait en symbole du régime lui-même13, ou plus exactement de son image idéalisée, par opposition à celui qu’incarne Néron. Cette mutation est intéressante car elle constitue la première occurrence d’utilisation en dehors d’un cadre strictement julio-claudien. Il s’agit clairement d’opposer le pouvoir d’Auguste à la « tyrannie » néronienne : dès lors, l’image du premier princeps n’est plus l’apanage des Julio-Claudiens ; elle devient un symbole de la restitution de la libertas au Sénat et au peuple Romain, comme le montrent les légendes des revers, S(enatus) P(opulus) Q(ue) R(omanus) ou Genio P(opuli) R(omani)14, où le datif pourrait exprimer précisément l’acte de restitution. Parallèlement, on voit apparaître les types Libertas Restituta et Roma Restituta, thèmes typiques d’un contexte de guerre civile15. Cette étape est d’une importance fondamentale pour comprendre l’usage flavien de ces symboles.

Figure 1. – Aureus du monnayage « oppositionnel » de 68-69 ap. J.-C. portant, au droit, le portrait du divus Augustus ; J.-B. Giard, 1998, no 63, p. 30, pl. 2.

  • 16 Hurlet Fr., « La Lex de imperio Vespasiani » art. cit., p. 261-280. Le précédent augustéen est exp (...)
  • 17 Isager, « Vespasiano e Augusto », art. cit., p. 65; Hurlet, « La Lex de imperio Vespasiani », art. (...)
  • 18 En dépit de son importance idéologique, ce thème est peu célébré dans l’imagerie officielle – et a (...)
  • 19 C’est le cas de l’amphithéâtre Flavien : Suétone, Vesp., 9, 1 : item amphitheatrum urbe media, ut (...)
  • 20 Sur cette instrumentalisation de l’héritage julio-claudien par les Flaviens – la plus imposante de (...)

7Les premiers actes du pouvoir flavien après la reconnaissance sénatoriale de décembre 69 désignent également le principat augustéen comme une référence omniprésente, à visée légitimante : en témoignent notamment la formulation de la lex de imperio Vespasiani16, la reprise scrupuleuse d’une titulature impériale incluant le nom de Caesar ainsi que le prénom d’Imperator17, mais aussi des réalisations plus symboliques, comme la fermeture du temple de Janus18, la construction du templum Pacis, ou encore l’achèvement de projets urbanistiques d’origine réellement ou prétendument augustéenne19 – en particulier les monuments du culte impérial julio-claudien20. Le monnayage reflète parfaitement ce parti initial, par une série de reprises (ou, plus exactement, de réappropriations) à la fois très nourrie et très concertée.

Figure 2. – Aureus de Cossus Cornelius Lentulus (Rome, 12 av. J.-C.), RIC, I, no 413.

  • 21 RIC, I, no 413; Vermeule C.C., « Un aureo augusteo del magistato monetale Cossus Cornelius Lentulu (...)
  • 22 BMCEmp, II, no 549 p. 118, pl. 21, 1 ; Giard, Monnaies de l’empire romain, I. Auguste, Paris, 1976 (...)
  • 23 BMCEmp, II, no 565 p. 121, pl. 21, 9 ; Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 530 p (...)
  • 24 Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 243 p. 59, pl. 18 (Rome, sesterce, juillet 6 (...)
  • 25 Gowing, Empire and Memory, op. cit, p. 18.
  • 26 Mattingly H., « Some Historical Coins of the First Century AD », JRS 10, 1920, p. 40-41.

8Un premier groupe de reprises de revers augustéens comprend les images les plus explicites de la restauration de Vespasien, qui évoquent directement l’acte de restitution d’un état précédent ou la renaissance de Rome elle-même. Le revers d’un aureus frappé à Rome en 12 av. J.-C. par le magistrat monétaire Cossus Cornelius Lentulus figurait la personnification de Res Publica (c’est-à-dire l’État) agenouillée, Auguste étant représenté à droite, en toge, dans l’acte de la relever21 (fig. 2) ; or, cette image d’une très grande clarté au plan symbolique réapparaît dans le premier monnayage romain de Vespasien, dès 71 ap. J.-C., au revers de sesterces. Une même image y est assortie de deux légendes différentes : Libertas Restituta22 et Roma Resurges23 (fig. 3). La modification flavienne intervient à la fois au niveau de la légende, puisque Libertas ou Rome se substituent à Res publica, et de l’image, avec l’ajout en second plan d’une figure féminine casquée, présentée de profil, un sein dénudé, et tenant un bouclier circulaire. Toutefois, la confrontation entre ces deux images ne saurait être pertinente sans une analyse des jalons intermédiaires qui conduisent de l’une à l’autre. Deux éléments peuvent être versés au dossier : en premier lieu, Galba fit frapper des sesterces qui constituent les antécédents les plus directs des frappes de Vespasien24. On y voit Roma Restituta, puis Libertas Restituta, « relevées », « restaurées » ou « rétablies » par l’empereur, représenté à droite. Dans le premier cas, Rome, casquée, est armée d’un bouclier et d’une épée. Elle tend un enfant au prince qui lui fait face en tenue militaire. Sur la seconde monnaie, la figure drapée de Libertas remplace Rome au premier plan, tandis que cette dernière se tient debout à l’arrière plan et assiste à la scène, en quelque sorte. Roma devient-elle alors le simple « cadre » de la restauration de la Liberté au peuple Romain, ou doit-on au contraire postuler une équivalence entre Rome conçue comme État et la Libertas25 ? Le second jalon serait une émission extrêmement rare de Vitellius, jadis étudiée par H. Mattingly : au revers, la légende malheureusement incomplète urbem re[stituit SC ?] se voit de nouveau associée à l’image de l’empereur relevant une figure à genoux, en présence de deux soldats26. Curieusement, H. Mattingly, qui attribue la frappe à l’atelier de Lyon, refuse d’y voir une personnification de Rome et préfère y voir celle de Lugdunum, mais son hypothèse ne convainc pas réellement.

Figure 3. – La Libertas Restituta de Vespasien, J.-B. Giard, 1998, no 506, pl. 45 (Rome, sesterce, 71 ap. J.-C.).

  • 27 C’est ainsi que Mattingly H., BMCEmp, II, introduction, p. xlvi, identifie une double représentati (...)
  • 28 BMCEmp, II, no 531 p. 114, pl. 20, 2 (Rome, sesterce, 71 ap. J.-C.).
  • 29 BMCEmp, II, * p. 121, pl. 22, 2 (Rome, sesterce, 71 ap. J.-C.).
  • 30 BMCEmp, II, no 504 p. 106, pl. 18, 18 (Antioche, aureus, 72 ap. J.-C.).
  • 31 On sera tenté de voir dans cette représentation « achilléenne » de l’empereur une adaptation de l’ (...)

9On retrouve sur les frappes de Vespasien la dualité (et l’ambiguïté) entre Roma et Libertas déjà observée sur les sesterces de Galba. Toute la difficulté tient dans la présence de la légende Roma Resurges associée à l’image à trois protagonistes qui était naguère celle de Libertas Restituta. En effet, alors que dans ce dernier cas, la coexistence de Rome et de la Liberté sur un même revers ne fait difficulté ni au plan sémantique ni au plan iconographique, le message devient peu lisible dès lors que les deux figures féminines sont commentées par une légende ne faisant état que de la restitution de Rome. Si Libertas peut être relevée en présence de Rome, en présence de quelle entité Rome est-elle relevée sur la seconde monnaie ? L’identification de cette troisième figure avec Roma sur le sesterce de Roma Resurges se révèle beaucoup plus problématique : Rome y serait en effet représentée deux fois sur une même image27. Une telle redondance iconographique paraît peu probable, dans la mesure où l’image monétaire, par son caractère nécessairement synthétique, délivre un message qui doit être le plus clair possible. Or, dans ce cas, l’idée de restitution ou de renaissance est indéniablement « portée » tout entière par la figure agenouillée se relevant. Le sens global de la composition interdit donc à mon sens de voir Roma dans cette personnification, comme on l’a maintes fois proposé : l’hypothèse la plus vraisemblable est que la figure située au second plan doive être identifiée à Virtus dans les deux cas. Il est vrai que l’ambiguïté, voire la confusion iconographique entre Roma et Virtus est presque totale dans le monnayage de la période : il suffit pour s’en convaincre de comparer les revers des sesterces d’Honos et Virtus28 d’une part, de Roma Victrix29 d’autre part, qui sont de surcroît contemporains. Pour cette raison, l’hypothèse d’une représentation de Virtus paraît vraisemblable. Enfin, il n’est pas inintéressant de mentionner une interpretatio orientale de la Roma Resurges romaine de Vespasien : un aureus de 72 ap. J.-C., attribué à l’atelier monétaire d’Antioche, figure l’empereur nu, seulement revêtu d’un paludamentum, tenant une lance dans une main et relevant de l’autre une figure féminine drapée et tourelée30. La légende célèbre la Pax Augusti, mais l’iconographie de l’allégorie féminine oblige une fois de plus à y voir la personnification d’une cité, dans la tradition des tychai hellénistiques31. Cette image simplifiée marque en quelque sorte un retour à la sobriété du revers augustéen.

  • 32 Cf. supra n. 14 ; Libertas y est représentée au droit sous la forme d’un buste féminin drapé.
  • 33 Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 243 p. 59, pl. 18 (Rome, sesterce, juillet 6 (...)
  • 34 Sur cette question, Zanker P., « Le donne e i bambini barbari sui rilievi della Colonna Aureliana  (...)
  • 35 Libertas Publica : Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 502-505 p. 144, pl. 44-45 (...)

10Si on retient que Vespasien relève Rome en présence de Virtus, le message politique gagne en clarté : c’est grâce à la Virtus impériale – de fait, la figure s’interpose spatialement entre le prince et Roma – que la liberté du peuple Romain peut être restaurée et que Rome peut renaître. On le voit, quoique la filiation soit indéniable, il ne s’agit pas d’une reprise directe de l’aureus d’Auguste, puisque la légende est différente et, de surcroît, déjà présente dans le monnayage provincial de 68-69 (quoiqu’associée à une tout autre image32) : image et thème ont donc transité par le monnayage de la guerre civile et celui de Galba33. Toutefois, les « altérations » flaviennes sont très significatives : si la Roma Restituta de Galba est relevée par un prince en tenue militaire (et en présence de deux soldats sur la monnaie de Vitellius), la Roma Resurges du monnayage flavien est le fait d’un empereur en toge (princeps civilis). Vespasien met donc l’accent sur le caractère politique, voire institutionnel, de son action. En outre, la figuration même de Rome a changé : alors que l’iconographie monétaire du règne de Galba l’assimile iconographiquement aux femmes captives des monuments triomphaux, puisqu’elle tend son enfant à l’imperator, implorant sa protection dans un geste de supplication34, la Roma de Vespasien n’est ni la Rome casquée des émissions antérieures, ni la Ville prisonnière d’un tyran : dépouillée de ses attributs militaires, elle est simplement figurée comme entité politique ou comme capitale de l’Empire. C’est bien Rome en tant qu’État qui est ainsi relevée, et le prince flavien apparaît comme un recours dans le danger, conformément du reste au portrait du princeps augustéen tel qu’il apparaît notamment dans les Res Gestae. Parallèlement au monnayage consacré à Roma, on trouve des frappes à Libertas Augusti et Libertas Publica35, dont la symétrie et la coexistence proclament de nouveau une équivalence entre la libertas du populus, c’est-à-dire l’affirmation de la souveraineté populaire, et celle que garantit l’empereur.

Figure 4. – Vespasien adsertor libertatis publicae, RIC, II, no 411 ; J.-B. Giard, 1998, no 468, pl. 42 (Rome, sesterce, 70 ap. J.-C.).

  • 36 RIC, II, 411 ; Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 468 p. 139, pl. 42 (Rome, ses (...)
  • 37 Watson A., « Vespasian: adsertor libertatis publicae », CR, 23, 1973, p. 127-128, p. 127-128. Cf. (...)
  • 38 Gowing, Empire and Memory op. cit., n. 1 p. 102.
  • 39 Cf. infra p. 235.

11Dans ce contexte, une frappe du monnayage de Vespasien est particulièrement éclairante : il s’agit d’un sesterce de 70 ap. J.-C. portant la légende S(enatus) P(opulus) Q(ue) R(omanus) adsertori libertatis publicae36 (fig. 4). Comme cela a été souligné, l’expression renvoie sans ambiguïté à la sphère juridique et désigne l’action de saisir la justice contre une personne ayant injustement traité un homme libre comme un esclave37. Elle permet donc d’insister à la fois sur la légalité de l’intervention impériale et sur l’acte libérateur en tant que tel, qui sont précisément les deux éléments dont Vespasien avait besoin pour justifier son engagement initialement illégal dans la guerre civile. Pour le rendre acceptable, il fallait en effet qu’il soit sous-tendu par une cause légitime : c’est dans ce cadre que la manipulation idéologique consistant à convertir le coup d’état en défense de la libertas du peuple Romain prend tout son sens. À vrai dire, la tâche était plus simple pour Vespasien qu’elle ne l’avait été pour Octavien en son temps : alors que ce dernier, ne pouvant réellement s’appuyer que sur la vengeance de la mort de César, qui restait une cause « personnelle », avait dû « inventer » la menace égyptienne et orientale associée à Marc Antoine, le général flavien pouvait à la fois récupérer la propagande anti-néronienne d’un Galba – et ainsi présenter son action comme visant à sauver Rome de la tyrannie38 – et rappeler la menace de la guerre civile pour la stabilité de l’empire et la paix, alors que la Judée pouvait opportunément fournir l’argument de la guerre extérieure39.

  • 40 BMCEmp, I, no 4, no 691-693 (28 av. J.-C); sur la notion, Scheer R., « Vindex Libertatis », Gymnas (...)
  • 41 Scheer, « Vindex Libertatis », art. cit., p. 182-188 ; l’auteur analyse l’expression comme topos d (...)
  • 42 Res Gestae Diui Augusti, I, 1-2; Mannsperger, « Apollon gegen Dionysos », art. cit., p. 381, 398-4 (...)

12Or, si la formulation exacte de la légende vespasianique est sans précédent, elle trouve en revanche un antécédent très direct dans une frappe augustéenne qui permet de mieux en saisir la signification : il s’agit de tétra-drachmes « cistophoriques » frappées en Asie, probablement à Éphèse ou à Apamée de Bithynie, en 28-27 av. J.-C.40 (fig. 5) : au revers, on lit la légende Libertatis P(opuli) R(omani) Vindex, que R. Scheer41 et à sa suite D. Mannsperger n’ont pas manqué de mettre en relation avec un passage des Res Gestae : rem publicam a dominatione factionis oppressam in libertatem uindicaui42. L’image monétaire, inscrite dans une couronne de laurier, figure Pax tenant le caducée, debout près de la ciste mystique. Le message de ces frappes augustéennes est donc à la fois singulier et spécifique : il commémore le retour de la paix civile à travers la figure de Pax associée à la couronne de laurier, mais aussi la légalité de l’action d’un Auguste combattant pour le populus, le tout dans le contexte oriental de l’Asia Recepta.

Figure 5. – Auguste Libertatis P(opuli) R(omani) Vindex : tétradrachme « cistophorique » (BMCEMP, I, no 691-693, 28 av. J.-C.).

  • 43 Rich J.W. et Williams J.H.C., « New Aureus of Octavian », art. cit., n. 59 p. 186.
  • 44 Suétone, Galba, 9, 2.
  • 45 BMCEmp I, p. 294 ; Jucker H., « Der Ring des Kaisers Galbas », Chiron, 1975, p. 352.
  • 46 BMCEmp, I, p. 308; Nicolas, De Néron à Vespasien op. cit., no 4 p. 1331, no 21 p. 1418, pl. xix (a (...)
  • 47 Claude est vindex libertatis sur l’arc de Cyzique : ILS, 217. Rich et Williams, « New Aureus of Oc (...)
  • 48 Scheer, « Vindex Libertatis », art. cit., p. 185.

13Quelles sont les analogies et les différences entre frappe augustéenne et frappe flavienne ? En premier lieu, la monnaie de Vespasien apparaît dans un contexte romain, et non oriental, ce qui explique la disparition de la ciste mystique dans ce cas. En second lieu, alors que le « prototype » a été frappé avant l’octroi du titre d’Augustus à Octavien, la monnaie flavienne au contraire fut émise non pas lors du séjour de Vespasien en Orient, mais bien après sa reconnaissance par le Sénat, c’est-à-dire dans le cadre de sa première propagande romaine de tonalité « légaliste ». En outre, la légende est légèrement modifiée par la substitution du mot adsertor à celui de vindex. Les deux termes étant de sens équivalent, on a expliqué ce changement par la volonté d’éviter une confusion avec le rôle joué lors de la guerre civile par C. Iulius Vindex43, qui se présentait, selon Suétone, comme humani generis assertorem ducemque44. Par ailleurs, le mot adsertor avait également été employé sur un monnayage de la guerre civile, comme épithète d’Hercule45 ou de Mars : dans ce dernier cas, c’est le dieu qui est adsertor libertatis46. Il n’est cependant pas interdit de penser que le sens du terme uindex47 avait été quelque peu altéré par l’image d’un Auguste « vengeur » de la mort de César48 ; or c’est là un thème qui n’avait pas réellement sa place dans le cadre de la politique flavienne de réconciliation nationale. Il se peut donc que son remplacement par un synonyme ait été dicté par l’exigence d’évacuer toute connotation belliqueuse ou vengeresse, pour ne retenir que l’idée de défense et de protection du populus Romanus. L’emploi d’un terme juridique renvoie quant à lui à un motif de prédilection de la première idéologie flavienne, à savoir le jeu ostentatoire de la légalité.

  • 49 Rich J.W. et Williams J.H.C., « New Aureus of Octavian », art. cit., n. 59 p. 186.

14Mais c’est au plan strictement iconographique qu’apparaît le plus nettement la différence de perspective derrière l’apparent décalque textuel : alors que la monnaie augustéenne insiste sur le résultat de cette action libératrice – le retour de Pax – et donc sur son lien avec la Victoire, le sesterce de Vespasien évacue au contraire toute référence « triomphaliste » au profit d’une version épurée du message, à savoir la légende, qui demeure en réalité l’unique motif central du revers. De façon significative, la couronne qui cerne l’ensemble n’est plus la couronne de laurier, mais la couronne de chêne, octroyée ob cives servatos. Enfin, la dernière différence notable réside dans le sujet « grammatical » de la légende : dans le premier cas, c’est IMP CAESAR DIVI F COS VI qui est présenté comme Libertatis P(opuli) R(omani) vindex. Sous Vespasien en revanche, c’est le Sénat et le peuple Romain qui rendent hommage au nouvel empereur (adsertori libertatis publicae). L’emploi assez inhabituel du datif fait en quelque sorte de cette émission une commémoration ou une dédicace du Sénat concernant le rôle du principal « défenseur » de la liberté civique. C’est pourquoi on a pu l’interpréter comme un témoin de l’octroi par le Sénat de la couronne civique à Vespasien « en raison de sa qualité de champion de la liberté publique49 ».

15Au total, l’analyse comparée de ces deux frappes directement apparentées révèle à la fois le choix indubitable d’un référent et la distance qui sépare les deux fondateurs : à travers un texte très proche, on voit transparaître des nuances, des adaptations et une réorientation riches de sens. Vespasien « réactive » certes le thème augustéen de la restauration de la libertas du peuple Romain, mais avec une tonalité davantage empreinte de modestia, plus civique et plus légaliste ou constitutionnelle encore, qui évacue toute référence directe à la guerre civile.

  • 50 BMCEmp, p. 7.
  • 51 Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 551-552 p. 150, pl. 49 (Rome, sesterce, 71 a (...)
  • 52 BMCEmp no 391 p. 80 pl. 13, 10 (denier, Lyon, non daté).
  • 53 BMCEmp, no 371 p. 75, pl. 12, 14 (denier, sans date, attribué à un atelier gaulois) ; Jacobo Perez(...)

16Le choix du texte inscrit dans une couronne comme motif unique des revers paraît caractéristique non seulement de l’imitatio Augusti de Vespasien, mais également d’une série assez restreinte d’émissions à la connotation explicitement politique, c’est-à-dire renvoyant par exemple à l’octroi d’honneurs exceptionnels par senatus consultum. C’est ainsi que les émissions ob ciues seruatos de Vespasien, proches du type adsertor libertatis publicae par leur thématique comme par leur présentation formelle, ne peuvent avoir d’autre fonction que celle de célébrer la sauvegarde de l’État romain dans un contexte de politique intérieure. Présentes dès 70 ap. J.-C. sur des deniers de Rome50, elles sont elles aussi des copies précises d’émissions augustéennes et désignent comme référent indubitable les honneurs décernés à Auguste par le Sénat51. L’ajout, sur les émissions lyonnaises, de la mention SPQR en position privilégiée en tête de la légende52 souligne l’initiative du Sénat ; en outre, une telle formulation présente l’avantage de consentir une évocation de la victoire militaire au moyen d’un champ lexical civil. Ainsi, la victoire, toujours anonyme et abstraite, évoquée par le monnayage flavien renvoie à la fin des guerres civiles sans s’y référer explicitement. Dans le même ordre d’idées, on peut également citer l’aureus d’origine gauloise où Mars porte l’épithète de Conseru(ator)53.

17On pourrait être tenté d’en dire autant des frappes flaviennes figurant les deux lauriers de la demeure palatine d’Auguste, parfois associées au clipeus virtutis, types qui sont de nouveau des emprunts directs au monnayage augustéen et dont on ne sait s’ils correspondent à l’octroi à Vespasien d’honneurs équivalents à ceux du premier princeps. C’est ce que semble suggérer la légende du revers, ex s(enatu) c(onsulto). Ces frappes plus étroitement liées, à l’origine, à la personne même d’Auguste plus qu’à des actes de gouvernement, représentent en réalité une forme de transition entre des revers qui « citent » des événements politiques ou des honneurs précis et ceux qui marquent un degré supplémentaire dans l’assimilation des symboles politiques augustéens, dans la mesure où ils révèlent une véritable réappropriation, voire une annexion par les Flaviens des signes les plus personnels d’Auguste – ceux qui, en première lecture, peuvent apparaître comme les moins susceptibles d’être transposés hors du contexte augustéen.

  • 54 Suétone, Aug., 94, 18 ; Kraft K., « Zum Capricorn auf den Münzen des Augsutus », Jahrbuch für Numis (...)
  • 55 Giard J.-B., « Signis Receptis. Armenia Capta. Images de reconquête à Rome », Bull. Bibl. Nat, 2, (...)
  • 56 BMCEmp II, Vesp., no 231-233 ; Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 205-206 pl. 3 (...)
  • 57 BMCEmp I, no 10 sq., p. 3.
  • 58 Halfmann H., Itinera principum. Geschichte und Typologie der Kaiserreisen im römischen Reich, Stut (...)

18C’est tout d’abord le thème du Capricorne, éminemment lié au destin d’Auguste puisqu’il s’agit de son signe de naissance54, qui peut paraître étrange dans le contexte flavien ; en réalité, certaines légendes attachées à ce motif à l’époque augustéenne, telles que l’expression signis receptis, suggèrent une valence triomphale qui a pu être retenue dans la « version » flavienne, notamment à l’occasion de la célébration des victoires remportées en Judée (fig. 6a-b). Si tel est le cas, il s’agirait d’un cas intéressant de glissement de symbole personnel à symbole universel de retour de la paix. Cette réappropriation visait à souligner que Vespasien avait été lui aussi « désigné comme sauveur dès sa naissance55 ». Par ailleurs, cette interprétation pourrait éclairer également la signification des frappes précoces à l’effigie de Domitien César, qui reprennent en 77 le thème du barbare agenouillé restituant une enseigne romaine56 (fig. 7) apparu à l’occasion de la restitution des enseignes de Crassus et Marc Antoine par les Parthes, en 20 av. J.-C57. Cette citation paraît d’autant plus surprenante que Domitien n’avait alors participé à aucune des campagnes militaires de ses père et frère en Orient. On a même proposé d’interpréter ce revers comme une frappe de « consolation » ou de « compensation », qui aurait en quelque sorte conféré par l’image au prince de la jeunesse une gloire militaire que Vespasien lui refusait pour la seconde fois : lors de la révolte de Civilis, puis de nouveau en 77 contre les Parthes58. Pareille lecture est bien évidemment peu vraisemblable : la récurrence de la réapparition des revers augustéens renvoyant à un don de victoire inscrit le destin des protagonistes impériaux dans un ordre voulu par les puissances divines, bienfaisant parce que destiné à ramener la paix. Ainsi, plutôt que d’interpréter cette singulière émission comme la célébration d’un « non événement », ce qui constituerait un cas inédit dans le monnayage romain, on pourrait songer à une évocation générique de l’entreprise de pacification menée par la nouvelle dynastie, dans la stricte lignée d’Auguste.

Figure 6a. – Aureus d’Auguste au Capricorne, BMCEmp I, no 680
(aureus, Pergame, 19-18 av. J.-C.).

Figure 6b. –Denier de Vespasien au Capricorne ; J.-B. Giard, 1998, no 218 p. 110, pl. 34, 79 ap. J.-C.

Figure 7. – Aureus de Domitien César : barbare agenouillé restituant une enseigne, BMCEmp II, Vesp., no 231-233 ; J.-B. Giard, 1998, no 205-206, pl. 333 (Rome, 77-78 ap. J.-C.).

  • 59 Rich J.W. et Williams J.H.C., « New Aureus of Octavian », art. cit., p. 169-213.
  • 60 RIC, 270 : Rich J.W. et Williams J.H.C., « New Aureus of Octavian », art. cit., p. 176 et 179, où (...)
  • 61 Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 86-87 p. 96, pl. 29 (aureus, Rome, 73 ap. J. (...)
  • 62 Rich J.W. et Williams J.H.C., « New Aureus of Octavian », art. cit., p. 176.

19Enfin, on peut mentionner la parenté iconographique qui unit le revers du nouvel aureus d’Octavien portant la légende leges et iura PR restituit59 (lui-même très proche d’une frappe présentant simplement le princeps en toge, assis sur une chaise curule60) et une émission de Vespasien, qui figure l’empereur dans la même posture61 (fig. 8). La différence réside non seulement dans le changement de légende, mais aussi dans le fait que l’empereur tient dans la main un rameau d’olivier, au lieu d’un volumen ou d’une statuette de Victoire ailée. La résurgence de ce type est d’autant plus significative qu’Octavien-Auguste n’apparaît que très rarement en toge dans le monnayage62 ; l’association avec la sella curulis et avec des légendes monétaires ne mentionnant que les magistratures traditionnelles revêtues par le prince montre que l’accent est porté sur le maintien de ces dernières dans le cadre du principat.

Figure 8. – Vespasien assis sur la sella curulis ; J.-B. Giard, 1998, no 86, pl. 29 (aureus, Rome, 73 ap. J.-C.).

20Quelle est la raison d’être de ces reprises dans le cadre spécifique de l’idéologie flavienne ? Par-delà l’expression d’une filiation politique revendiquée, il est clair que le caractère symbolique et indirect de la célébration augustéenne de la fin de la guerre civile entre en parfait écho avec la politique de réconciliation nationale et la commémoration de la concorde retrouvée, caractéristiques de la première idéologie flavienne : l’évocation de la guerre civile y est systématiquement allusive, détournée et anonyme, elle tend à éluder la rupture inhérente au bellum ciuile, c’est-à-dire l’idée même de la guerre, pour ne retenir que la re-création du lien entre les différents organes de l’État. Autrement dit, la guerre civile n’est évoquée que dans son dépassement, réalisé sous l’égide de Vespasien, et la victoire apparaît ainsi comme le facteur déclenchant la transition de l’état de chaos à l’état de paix. Autrement dit, l’habillage augustéen que revêt l’évocation de la restauration d’un état antérieur au double chaos, celui du règne de Néron et celui de la guerre civile, est efficient en ce qu’il permet de couvrir l’entreprise flavienne d’un voile de légitimité. Il permet d’établir un lien avec l’insigne précédent augustéen, tout en passant sous silence les épisodes délicats des premiers mois du pouvoir flavien en Orient.

  • 63 Cf. supra n. 10.
  • 64 Cf. à ce propos les remarques de Ripoll F., « Aspects et fonctions de Néron », art. cit., p. 144 n (...)

21La thèse de J. Isager selon laquelle Vespasien n’aurait officiellement imité Auguste qu’à partir de 74 ap. J.-C.63 se trouve donc amplement démentie par cette première série de reprises, dont la plupart remontent au tout premier monnayage flavien à Rome, en 70-71 ; en outre, il est intéressant de noter que les véritables modèles de ces frappes sont empruntés au monnayage provincial d’Orient et qu’ils renvoient à la phase de formation du principat augustéen davantage qu’à sa phase de consolidation. En outre, on note que pendant les deux premières années du principat de Vespasien, le précédent constitué par Galba et le modèle augustéen coexistent dans la figuration de l’idéologie officielle ; par la suite, la référence au premier, qui fait office de relais, va en s’atténuant au profit du second. La raison en est probablement que les thèmes de la propagande de Galba étaient davantage appropriés à la connotation plus nettement anti-néronienne des débuts de la période64. Cela ne signifie en aucune façon que les références directes au « premier » Auguste n’aient pas été présentes dès les toutes premières formulations flaviennes.

L’iconographie des princes de la jeunesse flaviens

  • 65 Suétone, Vesp., 25, 1 : aut filios sibi successuros aut neminem. Voir également Eutrope, VII, 20, 3 (...)
  • 66 Cf. notamment BMCEmp, II, no 3 p. 1, pl. 1, 1 (Rome, aureus, 69-70 ap. J.-C.) ; no 368 p. 73, pl. (...)
  • 67 BMCEmp, II, no 528 p. 113, pl. 20, 1 (Rome, sesterce, 71 ap. J.-C.); no 752 p. 183, pl. 32, 3 (Tar (...)
  • 68 Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 4 p. 87, pl. 27= BMCEmp, II, no 6 p. 2, pl. (...)
  • 69 BMCEmp, II, no 395-396 p. 80-81, pl. 13, 14-15 (Lyon, deniers, sans date: 71 ap. J.-C.?); no 426 p (...)
  • 70 BMCEmp, II, no 45-46 p. 8, pl. 1-14 (Rome, denier, 70 ap. J.-C.) ; no 392-394 p. 80, pl. 13-11, 13 (...)
  • 71 BMCEmp, II, no 751 p. 182, pl. 31-9 (Tarragone, sesterce, 70 ap. J.-C.).
  • 72 Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., * p. 182, pl. 66a (exemplaire d’Oxford) (Espagn (...)

22Contrairement à Auguste, Vespasien ne cacha jamais son intention de fonder une dynastie ; toutes les sources historiographiques la mentionnent et soulignent la précocité de la désignation de ses deux fils comme successeurs à venir du pouvoir impérial65. Cependant, par l’octroi à Titus et à Domitien des titres de Caesares et principes iuuentutis, qui avaient consacré l’entrée dans la vie publique des fils aînés d’Agrippa et ainsi marqué les débuts de la propagande dynastique d’Auguste, Vespasien assume pleinement l’héritage augustéen et désigne le système d’association au pouvoir tel qu’il avait été mis en place par Auguste comme le référent incontestable : la répétition des images qui avaient servi à le mettre en scène constitue le parfait correspondant de la reprise des titres et des procédures. Ainsi, malgré l’évidente évolution de la conception de l’idée dynastique, c’est bien à la fois le discours politique et le discours figurés augustéens destinés à l’exprimer qui furent repris avec précision sous Vespasien dans le monnayage romain et provincial : en 70-71, autrement dit dès les premières émissions de la capitale après le retour de Vespasien sur le sol italien, sont frappés pas moins de six types de revers différents associant les princes Titus et Domitien, qui révèlent l’importance du thème dynastique. Outre les bustes affrontés et physiquement indifférenciés de Titus et Domitien, déjà présents au revers des premières frappes de 69-70 ap. J.-C.66 (fig. 9), on trouve les deux princes figurés en pied, cuirassés et tenant une lance67 (fig. 10), en toge, tenant patère et rouleau68 (fig. 11), à cheval, en tenue militaire, brandissant une lance ou levant la main droite69 (fig. 12), en toge, assis sur une chaise curule et tenant un rameau d’olivier70 (fig. 13), ou assis et se faisant face sur deux estrades71. Enfin, un type monétaire hispanique original figure les princes debout, l’un tendant à l’autre une statuette de victoire72.

Figure 9. – Bustes affrontés de Titus et Domitien, BMCEmp, II, no 2 (Rome, denier, 70 ap. J.-C.).

Figure 10. – Titus et Domitien se faisant face en tenue militaire, BMCEmp, II, no 528, pl. 37, 6 (Rome, sesterce, 71 ap. J.-C.).

Figure 11. – Titus et Domitien en toge, BMCEmp, II, no 456, pl. 16, 8 = J.-B. Giard, 1998, no 349-350, pl. 38 (Éphèse, denier, 71 ap. J.-C.).

Figure 12. – Titus et Domitien à cheval, BMCEmp, II, no 750, pl. 31-5 (Tarragone, sesterce, 69-70 ap. J.-C.).

Figure 13. – Titus et Domitien assis sur une chaise curule et tenant un rameau d’olivier, BMCEmp, II, no 392, pl. 13-11 (Lyon, aureus, 70 ap. J.-C.).

  • 73 Sur l’ensemble de ces types, cf. Jacobo Perez A., Auctoritas et maiestas, op. cit., p. 115-119.
  • 74 RIC, I, no 155, 159-160 (as, Nîmes, 20-10 av. J.-C.).
  • 75 RPC, I, 74 (Romula, règne de Tibère).
  • 76 Giard, Monnaies de l’empire romain I op. cit., no 539-540 p. 112, pl. 25 (Rome, denier de C. Sulpi (...)
  • 77 Harlan J. Berk, 138th Buy or Bid Sale, 1 June 2004, lot 223= 140th Sale, 27 October 2004, lot 280.
  • 78 RIC, I, no 34; BMCEmp, I, Caligula, no 44 (Rome, dupondius, 37-38 ap. J.-C.).

23Dans cette série monétaire fortement unitaire73, la cohérence thématique se double d’une cohérence référentielle et iconographique : en effet, non seulement ces frappes présentent un même schéma de composition, consistant à associer sur un même revers les deux princes côte à côte dans la même position, selon un principe de duplication stricte de la même image, mais toutes imitent avec plus ou moins de précision des revers augustéens. La plupart sont des décalques de revers qui figuraient initialement soit Auguste et Agrippa, c’est-à-dire le prince et son premier « co-régent », soit les premiers princes de la jeunesse, Caius et Lucius Caesares, qui ont fourni les paradigmes de la figuration monétaire des « princes héritiers ». Si les bustes affrontés des fils de Vespasien (fig. 9) ne rappellent que de façon lointaine le droit des as de Nîmes74, ils sont étonnamment proches d’émissions hispaniques d’époque tibérienne consacrées à Germanicus et Drusus Minor75 (fig. 14). Les types avec deux togati debout tenant patère et rouleau ou assis côte à côte sont plus directement issus d’émissions frappées en 13-12 av. J.-C., qui associaient Auguste et Agrippa76 (fig. 15 et 16). Mais le décalque le plus parfait demeure celui d’un denier précoce de l’atelier de Tarragone ou Aquileia, connu depuis 2004 et représenté à l’heure actuelle par trois exemplaires seulement77 : cette frappe précoce copie précisément le célèbre revers figurant Caius et Lucius debout en toge, de part et d’autre de hastes et de boucliers circulaires placés en position centrale (fig. 17 a-b) : outre la modification de la légende, qui désigne les fils de Vespasien comme Vespasiani Augusti fili, on note comme seule modification la disparition des objets cultuels, dont le lituus, au-dessus des têtes des jeunes princes. Enfin, le revers aux princes cavaliers reproduit un type utilisé sous Caligula pour Néron et Drusus Caesares, ses frères78 (fig. 18). Alors même que les représentations dynastiques n’ont cessé de se développer en se diversifiant sous les successeurs d’Auguste, cette série de reprises témoigne d’un évident retour aux origines.

Figure 14. – Revers figurant Germanicus et Drusus Minor ( ?), RPC, I, 74 (Romula, règne de Tibère).

Figure 15. – Auguste et Agrippa sur un denier de C. Sulpicius Platorinus, J.-B. Giard, 1988, no 539, pl. 25 (Rome, 13 av. J.-C.).

Figure 16. – Auguste et Agrippa sur un denier de C. Marius, J.-B. Giard, 1988, no 521 p. 110, 528, pl. 25 (Rome, 13 av. J.-C.).

Figure 17a. – Caius et Lucius Caesares, BMCEmp, I, no 533.

Figure 17b. – Revers d’un denier de Vespasien, 69 ap. J.-C., atelier de Tarragone ou Aquileia.

  • 79 Sauron G., L’histoire végétalisée. Ornement et politique à Rome, Paris, 2000, p. 69, à propos de C (...)

24Or, une fois de plus, derrière l’apparente similitude des situations, qui entraîne naturellement celle des formulations iconographiques – en l’occurrence celle de deux frères, fils de l’empereur régnant et ayant reçu les titres et les charges caractéristiques de la « co-régence » –, on ne peut manquer de souligner de frappantes différences. Titus et Domitien ne sont pas des fils adoptifs, mais bien des héritiers directs ; en second lieu, si la gémellité de représentation se justifiait sans difficulté, dans le cas de Caius et Lucius Caesares, par une différence d’âge de deux ans à peine, dans le cas de Titus et Domitien au contraire, que treize ans séparent, ces représentations jumelles impliquent une plus grande entorse à la vraisemblance79. Or, cette distorsion même ne fait que révéler davantage le fort marquage idéologique de ces émissions.

25Le fait que le modèle iconographique soit constitué pour partie par des frappes précoces, antérieures à la mort d’Agrippa, révèle en réalité que ce que tendent à évoquer ces images de manière allusive, c’est la collégialité dans l’exercice des magistratures qui constitue l’essence du système politique romain d’époque républicaine. Par conséquent, on a là comme un souvenir, qui n’est alors plus que de représentation, de ce partage et de cette association au pouvoir. De façon significative, on y retrouve les autres insignes de la res publica traditionnelle : chaise curule, volumina, port de la toge, hastes et boucliers en lien avec l’ordre équestre sont autant d’éléments qui vont dans le même sens. Ces représentations jumelles correspondent à un moment très précis de l’histoire dynastique flavienne : en effet, avec le triomphe sur la Judée de 71 ap. J.-C., les rôles des deux Caesares se dissocient fortement du fait de l’acclamation impériale de Titus et de son association au consulat.

L’imagerie actiaque

  • 80 Isager J., « Vespasiano e Augusto », art. cit., p. 248-260 ; pour ses applications dans le domaine (...)
  • 81 Victoria Galbae : Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 62-63 p. 39, pl. 5 ; Victo (...)

26Dans le domaine spécifique de la célébration de la victoire, le modèle augustéen s’avère particulièrement présent80. Dans ce contexte, l’exemplum d’Actium paraît très clair par l’ampleur et la diversité de ses prolongements : son exploitation dans les représentations du pouvoir aboutit à la récupération, par la seconde dynastie, de la plus large part du répertoire figuratif destiné à commémorer Actium pour évoquer le triomphe flavien. Certes, les éphémères princes de l’année 68-69 avaient repris à leur compte les types monétaires de la Victoria Augusti pour évoquer en réalité leurs victoires « personnelles » (Victoria Galbae, Victoria Othonis81). Dans le cas des Flaviens, une analyse plus précise du contexte historique qui a dicté ce parallèle, des circonstances d’émergence de cette imagerie et de l’adaptation des images révèle que la valeur de l’exemplum d’Actium dépasse largement le cadre du simple emprunt symbolique : il nous paraît en effet avoir « informé » dès l’abord la mise en scène des événements victorieux initiaux de la seconde dynastie.

  • 82 Suétone, Vesp., 6, 6: Tiberius Alexander […] primus in uerba Vespasiani legiones adegit kal. Iul. (...)
  • 83 Strabon, 17, 80; Kees H., s. v. Nikopolis, RE, XXVII, 1, 1936, no 9 col. 538-539.

27Revenons tout d’abord à la première investiture de Vespasien, de nature militaire, orchestrée par le préfet Ti. Iulius Alexander : Vespasien aurait été acclamé imperator à Nicopolis, camp légionnaire d’Alexandrie, le 1er juillet 6982. Or, c’est précisément d’Octavien que cette « ville nouvelle » avait reçu son nom, au lendemain de la victoire sur Marc Antoine et de l’entrée victorieuse dans la capitale égyptienne le 1er août 31 av. J.-C.83. Le lien avec Actium n’était pas seulement chronologique : l’autre Nicopolis, la ville d’Epire située face au promontoire d’Actium où fut élevé le temenos-trophée de la bataille, était celle qui avait accueilli le camp d’Octavien jusqu’au jour décisif.

Figure 19. – Denier de Neptune Redux, BMCEmp, II, no 14, pl. 1-5 (Rome, 69-70 ap. J.-C).

  • 84 BMCEmp, II, no 14 p. 3, pl. 1-5 (Rome, denier, 69-70 ap. J.-C).
  • 85 BMCEmp, II, no 10-12 p. 2, pl. 1-4 (aureus et deniers, Rome, 69-70 ap. J.-C).
  • 86 Texte de l’inscription, selon la lecture donnée par Murray W.M., Petsas P., Octavian’s Campsite Me (...)
  • 87 BMCEmp, I, introduction, p. cxxiii; no 615 p. 100, pl. 15-5 (denier, atelier oriental, 31-29 av. J (...)

28Dans un tel contexte, on peut difficilement considérer comme casuelle l’apparition, dès le monnayage de 69-70, de Neptune84 (fig. 19) et de Mars85, qui sont précisément les divinités dédicataires du trophée aux rostres érigé sur le site même d’Actium, symboles d’une paix terra marique parta à la suite d’une guerre menée pro re publica, comme le rappelle l’inscription du monument86. À ce moment-là, Victoria est encore absente du monnayage : ce sont deux des trois principales divinités d’Actium qui sont convoquées pour représenter pour la première fois la victoire flavienne. En outre, la monnaie flavienne de Neptune reprend fidèlement les frappes orientales de 31-29 av. J.-C.87 : la divinité est figurée debout, le pied droit sur un globe et tenant un aplustre. On trouve ainsi côte à côte Fortuna Redux et Neptune Redux, où l’épithète indique on ne peut plus clairement le retour et la restauration de la paix.

Figure 20. – Victoire sur globe tenant palme et couronne, RIC, II, no 41 ; BMCEmp, II, no 63 (aureus, Rome, 71 ap. J.-C.).

  • 88 Au total, six types monétaires augustéens de Victoria sont imités sous Vespasien : cf. Bianco, « I (...)
  • 89 RIC, II, no 481; BMCEmp, II, no 597 (Rome, dupondius, 71 ap. J.-C.).
  • 90 RIC, II, no 92; BMCEmp, II, no 168 (Rome, aureus, 75 ap. J.-C.).
  • 91 Jacobo Perez A., Auctoritas et maiestas, op. cit., p. 170.
  • 92 Mattingly H., BMCEmp, II, introduction, p. xxxix: « Laffranchi is probably wrong in referring it di (...)
  • 93 Dion, LI, 22, 1-2 ; Suétone, Aug., 100. Sur les origines et le développement du thème, Hölscher, V (...)
  • 94 Pour les prototypes augustéens, cf. Giard, Monnaies de l’empire romain I op. cit., no 1091 p. 166, (...)
  • 95 Victoire dextroverse sur proue : BMCEmp, I, no 617 p. 101, pl. 15-7 (denier, atelier oriental, 29- (...)
  • 96 Laffranchi L., « Un centenario numismatico nell’antichità », RIN, 24, 1911, p. 427-436 ; Id., « Su (...)
  • 97 Bianco, « Indirizzi », art. cit., p. 210-213; cf. également Grant M., Roman Anniversary Issues. An (...)
  • 98 Mattingly H., BMCEmp, II, introduction, p. xxxviii-xxxix.

29Victoria ne fait son apparition qu’en 70-71, année pour laquelle on ne relève pas moins de cinq citations qui reprennent des types augustéens figurant la déesse88 : la victoire debout tenant palme et couronne, avec sa variante sur proue89 ; la victoire sur globe accompagnée des mêmes attributs (fig. 20), la victoire sur ciste mystique entourée de serpents90 (fig. 21a-b), enfin la victoire volante portant un bouclier. La multiplication de ces reprises, toutes empruntées à la figure victorieuse d’Octavien et concentrées dans une même fourchette chronologique, est d’une telle ampleur qu’elle impose comme clé de lecture exclusive le « modèle actiaque ». Or, cette apparente unité masque en réalité, pour les types originaux, des contextes d’émergence et des connotations assez divers. Ainsi, le type de la victoire avec palme et couronne remonte au monnayage d’Octavien du premier triumvirat et aux lendemains de la bataille de Philippes, même s’il a ensuite été repris pour commémorer Actium91. Il en va de même pour le type de la victoire sur proue92, ainsi que pour l’un de ceux qui connurent la plus grande diffusion sous Vespasien, celui de la victoire sur globe : en tant qu’il figurait la statue de la Victoria Tarentina placée en 29 av. J.-C. dans la Curia en l’honneur d’Octavien93, ce motif doit être rapproché thématiquement de la victoire portant le clipeus uirtutis, ornement dédié par le Sénat94. Comme le revers de Neptune, celui de la victoire sur globe est un emprunt direct à une frappe orientale des lendemains d’Actium95. Il ne s’agit donc pas de la réédition d’un programme commémoratif cohérent qui serait immédiatement consécutif à la bataille : même si la plupart des types ont « servi » à célébrer Actium, parfois plusieurs années après la victoire effective, nombre d’entre eux renvoient à une phase antérieure de l’ascension d’Octavien, alors que d’autres insistent davantage sur la reconnaissance de la victoire par les instances romaines (le Sénat en particulier), ce qui tend à prouver que la sélection a été soigneusement concertée. On remarque néanmoins que ces reprises sont fortement marquées par l’empreinte des ateliers provinciaux, en particulier les officines monétaires de la partie orientale de l’Empire. La fréquence de ces emprunts est telle qu’on a tenté d’expliquer leur apparition par la possible commémoration numismatique d’un « jubilé », l’année 69 marquant le centenaire d’Actium : l’hypothèse, émise par L. Laffranchi au début du XXe siècle96, a été depuis lors fréquemment reprise, notamment par E. Bianco, dans un article de synthèse sur le programme monétaire flavien97 ; H. Mattingly se ralliait également à cette théorie, quoique plus prudemment98. C’est là un problème délicat qui impose de cerner au préalable les points d’application du paradigme, c’est-à-dire les éléments sur lesquels s’est fondée l’analogie, afin d’en évaluer à la fois la pertinence et la mise en œuvre concrète, mais aussi de déterminer sur quelles éventuelles déviations ou approximations elle repose.

Figure 21a. – Tétradrachme cistophorique d’Auguste : victoire sur ciste mystique entourée de serpents (RIC, I, no 276).

Figure 21b. – Aureus de Vespasien : victoire sur ciste mystique entourée de serpents, RIC, II, no 92 ; BMCEmp, II, 168 (Rome, aureus, 75 ap. J.-C.).

  • 99 Picard G.-Ch., Les trophées romains. Contribution à l’histoire de la religion et de l’art triompha (...)
  • 100 Jacobo Perez A., Auctoritas et maiestas, op. cit., p. 182.

30Selon une idée courante, c’est la victoire définitive en Judée qui représente « l’Actium des Flaviens », pour reprendre la formulation de G.-Ch. Picard99 ; en réalité, cette équivalence symbolique ne va pas de soi. A un premier niveau de lecture, la localisation géographique s’impose comme l’analogie « factuelle » la plus évidente unissant les deux avènements : il s’agit de deux victoires fondatrices et orientales100, l’une comme l’autre en lien très étroit mais indirect avec l’Égypte. En effet, dans le cas d’Octavien, la bataille qui eut lieu dans le golfe d’Ambracie a été retenue, en tant que victoire remportée sur Marc Antoine et Cléopâtre, comme ayant définitivement consacré la défaite de l’Égypte, qui n’allait pas tarder à être transformée en province romaine. Dans le cas de Vespasien, les acclamations très rapprochées des légions stationnées à Alexandrie et de celles de Judée faisaient de cette dernière une « victoire égyptienne ».

31Un commun contexte de guerre civile constitue le second point de rencontre fondamental entre les deux événements : de la même façon que la propagande du moment s’était employée à forger l’image d’un Octavien sauvant l’empire de la menace que représentaient Marc Antoine et « l’Égyptienne », la version officielle de l’avènement de Vespasien présenta son engagement contre Vitellius comme un devoir envers l’État. Le bellum ciuile et le thème de la Res publica en danger constituent donc dans les deux cas la matrice qui permit l’émergence de la « mystique » de l’homme providentiel, intervenant pour la sauvegarde de Rome et sauvant le monde du chaos. Par conséquent, on retient comme principale base de la confrontation un statut commun de victoire fondatrice et source de légitimité, remportée à l’extérieur de l’Italie et plus spécifiquement en Égypte, mais dont les principales conséquences concernaient la restauration d’un ordre bouleversé par les guerres civiles : or, à ce stade, la confrontation peut parfaitement se passer du référent judaïque, de sorte que l’assertion de G.-Ch. Picard ne semble pas a priori recevable.

  • 101 Lucrezi F., Leges supra principem. La « monarchia costituzionale » di Vespasiano, Naples, 1982, p. (...)

32À quel moment l’élément judaïque intervient-il ? On peut d’emblée noter que, contrairement à Actium, l’acclamation égyptienne ne faisait suite à aucune « bataille » au sens strict du terme ; surtout, il y manquait l’élément, voire « l’alibi » étranger ou extérieur que représentait Cléopâtre dans la mise en scène de l’événement. En effet, c’est par lui exclusivement que la reine d’Égypte avait pu être déclarée hostis, ennemie publique ; de même, la fiction d’un bellum externum n’aurait pu être entretenue sans la réduction effective de l’Égypte en province romaine. Or, de ce point de vue, le parallèle entre l’ascension flavienne et la situation à la veille d’Actium paraissait mal venu : à l’heure où Titus, légat de son père en Judée, entretenait avec la reine juive Bérénice une relation qui pouvait légitimement rappeler celle de Marc Antoine avec Cléopâtre, où l’investiture alexandrine avait reçu de spectaculaires confirmations de la part des divinités égyptiennes, alors enfin que le séjour prolongé de Vespasien à Alexandrie pouvait éveiller le soupçon d’un transfert de la capitale de l’empire – argument déjà mis en avant en son temps par la propagande anti-antonienne –, les membres de la gens Flauia semblaient être davantage assimilables aux ennemis d’Octavien qu’à Octavien lui-même. En outre, la victoire sur Marc Antoine et Cléopâtre représentait la victoire sur l’Égypte, et plus généralement la victoire de l’Occident sur l’Orient, alors que l’ascension de Vespasien acclamé par les légions d’Alexandrie pouvait apparaître bien plutôt comme la victoire de l’Égypte – de ses légions, de ses dieux faiseurs d’empereurs101. Vespasien n’avait pas poursuivi jusqu’en Orient un ennemi qui menaçait l’intégrité de l’Vrbs, il avait vaincu depuis l’Orient un adversaire qui avait été reconnu comme légitime à Rome même. En définitive, ce détournement par sélection de la version officielle d’Actium peut légitimement être considéré comme un tour de force majeur de l’idéologie flavienne de la victoire.

33L’introduction, au prix de distorsions chronologiques et géographiques, de la Judée dans le cadre de la victoire flavienne en Égypte – et donc du parallèle actiaque, fut le moyen par lequel l’idéologie dynastique réussit à le rendre efficient. La Judée allait se trouver investie, dans le dispositif flavien, de la fonction remplie par l’Égypte dans la célébration et l’amplification de la bataille d’Actium : c’est elle qui « créa » l’alibi de la guerre extérieure et qui permit l’omission corrélative du volet civil du conflit, ainsi que le développement d’une idéologie de la conquête. La distorsion qui permet de rapprocher les avènements des deux dynasties est donc l’externalisation de la guerre juive, au prix d’une synthèse entre les événements d’Égypte et de Judée, englobés dans un « Orient » générique.

  • 102 Giard, Monnaies de l’empire romain I, op. cit., no 905 p. 144, pl. 35 (Éphèse, denier, 28 av. J.-C (...)
  • 103 Pour une analyse très fine de ce changement, voir l’étude de Spannagel M., « Armenia RECEPTA aut C (...)
  • 104 BMCEmp, II, no 31-34 p. 5, pl. 1-10, 1-11(Rome, aurei, 69-70 ap. J.-C.); deniers, no 37 à 42, p. 6
  • 105 BMCEmp, II, no 371 p. 74, pl. 12-11 (Gaule, denier, sans date); no 388-391 p. 79, pl. 13-9 (Lyon, (...)

34On pourrait dire que l’idéologie flavienne inventa la figure du « barbare » juif dans le but de se conformer au paradigme actiaque : en d’autres termes, c’est Aegypto Capta102 qui dicta la transformation de « Iudaea Recepta », qui aurait représenté la formule historiquement la plus exacte, en Iudaea Capta. Par cette mutation, les Flaviens faisaient donc subir à l’expression de leur victoire initiale le même dévoiement que celui dont avait fait l’objet le dénouement de la précédente guerre civile. Néanmoins, avec les Flaviens, un pas avait été franchi : alors que, dans le cas de l’Arménie par exemple, le monnayage augustéen avait, selon un procédé de distorsion parfaitement analogue, progressivement abandonné le « slogan » monétaire Armenia Recepta en Armenia Capta103, l’idéologie flavienne fit d’emblée l’économie de la première formulation pour proclamer immédiatement la « conquête » de la Judée. Tout au plus peut-on déceler une hésitation, ou une sobriété, dans la première version des légendes monétaires – qui remontent au début de l’année 70, soit avant la prise de Jérusalem : en effet, les toutes premières frappes présentent une captive juive enchaînée à un trophée, accompagnée de la légende IVDAEA104. Ce n’est manifestement que dans un second temps que vient s’ajouter le mot CAPTA. Les Flaviens employèrent également la formule plus radicale encore de IVDAEA DEVICTA105.

  • 106 Cf. supra n. 99.
  • 107 Il est significatif à cet égard que sur les premières figurations monétaires, la captive juive ne (...)
  • 108 RIC, I, no 155, 159-160; RPC, no 523-525 (as, Nîmes, 20-10 av. J.-C.).
  • 109 Rome, Musei Capitolini, inv. 3284. von Merklin E., Antike Figuralkapitelle, Berlin, 1962, no 631, (...)
  • 110 Il convient de souligner que le symbolisme du palmier de l’as de Nîmes est plus ambigu : alors que (...)

35Ainsi, pour en revenir à l’affirmation de G.-Ch. Picard, il paraît inexact de dire que « Jérusalem fut l’Actium des Flaviens106 » : non seulement le modèle d’Actium a été mis en œuvre de nombreux mois avant la prise de la ville, mais il s’appuyait au moins autant sur la phase « égyptienne » de l’avènement de Vespasien, comme le démontre également l’étude des monuments triomphaux des Flaviens, que sur son volet judaïque. À cet égard, il n’est pas impossible que le symbole du palmier, si caractéristique du monnayage de Iudaea Capta, doive être considéré comme un témoignage figuratif du raccourci événementiel et symbolique qui couplait, comme les deux faces d’une seule et même victoire, défaite des Juifs et acclamation des légions orientales107 : en effet, la palme et le palmier comptent parmi les symboles de la célébration augustéenne de l’Égypte conquise, ainsi qu’en témoignent les as de Nîmes figurant au revers un crocodile enchaîné à un palmier108, ou encore les chapiteaux figurés de la cella du temple d’Apollon Sosianus, précisément voué à la célébration du triomphe de 29 av. J.-C., où les palmes se substituent à l’acanthe aux angles du chapiteau109. Le transfert du motif dans une iconographie triomphale renouvelée paraît relever pleinement de la relecture du couronnement flavien à travers le prisme actiaque110. Il ne s’agit aucunement de nier l’importance du thème dans le devenir du parallèle : si ce n’est pas la guerre de Judée qui « déclencha » le paradigme, c’est bien la prise de Jérusalem qui le rendit pleinement opératoire et en décupla les potentialités symboliques, en fournissant le triple atout d’une véritable victoire « inédite », d’un contexte étranger à la guerre italienne et de la possibilité de démontrer la capacité des Flaviens à rétablir l’ordre intérieur sans évoquer cette dernière. En d’autres termes, Actium fournit le masque et l’autorité qui permirent de sauver idéologiquement la thématique égyptienne dans l’idéologie destinée à l’Occident romain.

36Par conséquent, la propagande flavienne activa dans ce domaine un processus complexe d’imitatio Augusti ; elle ne se contenta pas d’exploiter l’événement actiaque comme référence historique ou comme image paradigmatique de victoire, elle emprunta jusqu’aux procédés par lesquels ce dernier avait été soumis en son temps à une relecture visant à en amplifier la résonance politique. Il convient donc de bien mesurer les implications idéologiques de ces manipulations successives : le miracle d’Actium n’apparaît plus comme un exemplum exploité a posteriori, mais semble avoir été posé comme un horizon, un modèle de construction idéologique réussie à réitérer, en quelque sorte. L’analogie, parce qu’elle portait à la fois sur les moments inauguraux d’un régime et de deux dynasties, était lourde de conséquences : de l’habileté des équipes flaviennes à conférer à la « réplique » d’Actium une recevabilité historique dépendait toute l’entreprise visant à faire de Vespasien un nouvel Auguste.

  • 111 Belloni G. G., « Significati storici-politici delle figurazioni e delle scritte delle monete da Au (...)
  • 112 Jacobo Perez, Auctoritas et maiestas, op. cit., p. 171.
  • 113 Bianco E., « Indirizzi », art. cit., p. 170-171, le note à propos des types de la victoire tenant (...)

37Pour en revenir à la question de savoir si le programme monétaire de Vespasien visait réellement la commémoration du centenaire d’Actium, on peut noter en premier lieu que les reprises flaviennes ne sont pas des « restitutions » au sens strict du terme111 : la titulature est bien celle des princes flaviens, ce qui implique une réappropriation des thématiques évoquées par la dynastie. « L’actualité » du nouveau pouvoir était suffisamment riche pour que ces images revêtent une signification parfaitement contextualisée, même si elle fut parfois exprimée sur un mode générique. Il ne fait pas de doute que ces Victoriae sur le modèle augustéen commémorent bel et bien l’avènement de Vespasien, non la fin de la précédente guerre civile112, antérieure d’un siècle. En second lieu, il ne s’agit pas non plus de la reproduction de la totalité d’un programme initialement cohérent, puisque les emprunts sont faits à partir de frappes originelles elles-mêmes très étalées dans le temps ; enfin – et c’est sans doute là l’argument principal –, dans le cas de frappes célébratives, la réédition des types devrait logiquement n’avoir lieu que l’année précise du centenaire, ce qui n’est pas le cas ici, puisque la plupart des types augustéens continuent d’être frappés plus avant au cours du principat de Vespasien113. La relation instaurée entre Auguste et Vespasien par le biais de cette imitatio multiforme est proprement analogique, elle ne vise pas davantage à l’assimilation qu’elle ne constitue une reprise objectivée et distante de l’imagerie actiaque augustéenne ; s’il est difficile de démontrer que la reprise de l’imagerie représenta une commémoration, au sens strict du terme, de l’événement d’Actium en tant que tel, il paraît en revanche difficile de nier que les Flaviens s’employèrent à doter leur avènement d’une signification quasiment séculaire ; ils procédèrent à une inflexion de la représentation de leur propre avènement dans le but précis de le faire coïncider avec Actium, afin de le présenter comme le retour cyclique d’une ère de paix sous l’égide d’un homme providentiel.

38La reprise de l’exemplum d’Actium, qui s’exprime de façon privilégiée dans le monnayage du fait du nombre élevé des reprises iconographiques et symboliques, est en réalité le moyen par lequel la première idéologie flavienne parvient à sauver le mythe de la res publica restituta : c’est par la synthèse ou le recouvrement des événements de la guerre civile et des campagnes en Judée que le paradigme augustéen pourvoyeur de légitimité devient opératoire.

Conclusion

  • 114 Gowing, Empire and Memory op. cit., passim, en particulier p. 2-21; p. 2: « For Romans the past wh (...)
  • 115 Gowing, Empire and Memory, op. cit., p. 4-5, 102, 104.

39Toute construction idéologique est faite d’approximations. Si le caractère nécessairement allusif, concis et abrégé du document numismatique n’autorise pas une analyse approfondie des aspects proprement juridiques ou constitutionnels du principat, l’image monétaire se prête particulièrement bien, pour les mêmes raisons, aux raccourcis et aux distorsions qu’impose toute réinterprétation historique. La possibilité d’effacer la mémoire a récemment fait l’objet de réflexions poussées et a été analysée comme une composante essentielle de l’autorité politique sous le principat114. La reprise, par le premier empereur Flavien, d’une grande partie du répertoire figuratif augustéen relatif à la res publica restituta illustre un aspect complémentaire de cette faculté : le contrôle de la mémoire, dans le cas particulier d’un précédent constitué en archétype et en modèle déjà « partagé » par de nombreux prédécesseurs. Dans ce contexte, il ne pouvait être question pour Vespasien de se livrer à une reprise totale ou systématique de ce répertoire, parce qu’il ne s’agissait pas pour lui d’apparaître seulement comme un continuateur d’Auguste : les implications idéologiques présentes de la relecture flavienne résidaient précisément dans les raisons et les modalités de la sélection effectuée. Vespasien ne pouvait se contenter d’être un héritier du premier princeps parmi d’autres : la légitimité flavienne en cours de construction avait besoin d’un trait d’union plus marqué, plus signifiant avec Auguste. Vespasien souhaitait en réalité être accueilli comme le second fondateur du principat et c’est la raison pour laquelle le thème de la restauration étatique revêtait une importance particulière. A ce niveau se place un premier dévoiement non négligeable : après la chute de Néron en effet, le projet de restaurer la République traditionnelle, fût-il exclusivement discursif, n’est plus mis en avant. La res publica restituta est à comprendre dans le sens d’une restauration étatique consécutive à une guerre civile et la libertas à rendre aux Romains après une « parenthèse » tyrannique ne saurait se concevoir désormais que dans le cadre du principat115. De ce point de vue, dans le monnayage, Vespasien reprend à son compte le rôle du princeps augustéen : celui d’un homme qui se tient à la disposition de l’État comme recours dans le danger.

40L’esquisse de ce cadre général met en évidence l’intérêt d’une analyse fonctionnelle des reprises vespasianiques. Il en ressort que la réappropriation de l’imagerie augustéenne liée à la restauration étatique s’organise principalement autour de trois thèmes : la célébration directe de la res publica restituta, la mise en scène de l’idée dynastique à travers la représentation des princes héritiers, enfin l’exaltation de la Victoria Augusti qui passe par la récupération des symboles les plus personnels d’Auguste. Or, à chacun de ces thèmes correspond une mise en œuvre iconographique différenciée, qui permet l’ébauche d’une typologie des emprunts de Vespasien : les modalités ou les degrés d’imitation observables dans le monnayage sont d’une extrême variété – entre décalque parfait (image et légende), reprise de l’image avec modification de la légende, reprise de la légende avec modification de l’image ou simple évocation d’un symbole augustéen, la palette très large des principes de citations ne peut que refléter le caractère minutieux de la sélection et le soin apporté à l’altération sémantique des messages. C’est ainsi qu’un même revers flavien peut constituer la synthèse complexe de plusieurs types monétaires, empruntés à différentes étapes, périodes ou aires géographiques du monnayage augustéen. Il s’agit toujours de citations, de reprises, de transpositions, mais pas de reproductions au sens strict du terme.

  • 116 Ripoll F., « Aspects et fonctions de Néron », art. cit., p. 144 ; cf. supra n. 64.

41Le thème de la res publica restituta ou, de façon plus générique, de la renaissance de Rome, est sans aucun doute celui qui présente la plus complexe stratification référentielle : si le prototype de l’image présentant une allégorie de Rome (en tant que ville ou en tant qu’État) « relevée » par l’empereur remonte indéniablement à la seconde décennie avant le changement d’ère, l’image utilisée par Vespasien témoigne d’autres filtres, d’autres relais, d’autres prismes : Galba et peut-être Vitellius s’étaient en effet déjà réapproprié la notion et l’image. Il semble dangereux toutefois de conclure à l’antériorité ou à la prépondérance, dans les premières années de la seconde dynastie, de la référence à Galba116 par rapport la référence à Auguste : les deux « modèles » se cumulent plus qu’ils ne se succèdent, ce qui ajoute à la complexité du message.

42De même, la présentation monétaire des princes héritiers Titus et Domitien marque un retour aux premières formulations figurées caractéristiques d’un pouvoir s’affirmant progressivement comme dynastique et suit de très près les images créées pour mettre en scène Auguste et Agrippa, les premiers princes de la jeunesse, Caïus et Lucius, mais aussi les autres Caesares julio-claudiens. Dans ce cas, la reprise des images est donc le strict correspondant iconographique de la réactivation des principes institutionnels de la « co-régence » augustéenne. Tout à fait naturellement, c’est par conséquent le monnayage des années 13 av. J.-C.-4 ap. J.-C. qui est particulièrement mis à contribution.

  • 117 Cf. supra n. 10.

43Le thème de la Victoire est enfin celui qui fait l’objet du plus grand nombre de reprises de revers augustéens ; en tant que source principale de la légitimité flavienne, Victoria devait tout à fait normalement figurer au premier rang des « qualités » impériales célébrées par le monnayage. Le phénomène est si massif qu’on a voulu y voir des séries commémoratives cohérentes : ces frappes célèbreraient soit le centenaire d’Actium, soit l’année 27 av. J.-C., conçue comme le véritable « avènement » du principat augustéen. Elles seraient donc assimilables à des « émissions jubilaires », en quelque sorte. Le fait que cette célébration ne soit pas limitée à la date anniversaire précise de ces centenaires, soit 70 et 74 ap. J.-C., mais très étalée dans le temps, nous paraît être un premier élément allant à l’encontre de cette hypothèse ; en outre, si les imitations sont effectivement précises, le règne de Vespasien ne connaît pas les véritables rééditions monétaires – telles que les frappes dites « de restitution » des règnes de Titus et Domitien – qui auraient été davantage appropriées dans le cadre d’une commémoration en bonne et due forme. En outre, l’idée – légèrement différente de celle du centenaire quoique liée à elle – selon laquelle la prise de Jérusalem aurait été mise en scène comme « l’Actium des Flaviens » ne paraît pas non plus pleinement convaincante : tout démontre que l’imitatio Augusti commença à Alexandrie dès 69 et non à l’été 70 – et encore moins en 74 comme le prétend J. Isager117 ; les premières apparitions monétaires de Iudaea Capta, qui témoignent d’une synthèse entre les événements égyptiens et judaïques établie en fonction du modèle et pourrait-on dire, de l’horizon actiaque, comptent parmi les toutes premières frappes romaines des Flaviens. Le « déclenchement » du référent hautement privilégié que constitue Actium est immédiat et non différé : il fait partie des actes fondateurs du nouveau pouvoir, au même titre que la lex de imperio Vespasiani, et représente un thème à la fois permanent et omniprésent de l’idéologie flavienne.

  • 118 Mattingly H., BMCEmp, II, introduction, p. lxxvii: « Vespasian had almost confined his attention t (...)
  • 119 De la même façon, les motifs repris par le monnayage « oppositionnel » de l’année 68-69 ont fréque (...)
  • 120 On peut étendre cette observation aux reprises de types augustéens ne relevant pas de la thématiqu (...)
  • 121 Tacite, Hist., II, 82 (à propos des événements de juillet 69) : apud Antiochenses aurum argentumqu (...)
  • 122 Mattingly H., « The Mints of Vespasian », Numismatic Chronicle, 1921, p. 223-224; Carradice I.A., (...)

44Même si les emprunts à l’imagerie actiaque se caractérisent par leur grande variété, tant chronologique que géographique, leur analyse précise révèle toutefois une concentration particulière de ces reprises dans les émissions en métal précieux118, apanage du monnayage impérial, mais aussi dans les frappes issues des ateliers de la partie orientale de l’empire119. Cette prégnance des références orientales – le monnayage des années 19-13 av. J.-C. a manifestement retenu l’intérêt des monnayeurs120 – pourrait éventuellement s’expliquer par l’ascension au pouvoir des Flaviens, acclamés par les légions d’Égypte, de Judée et de Syrie, où ils procédèrent aux premières frappes monétaires à leur effigie121. De toute évidence, dans les premières années de la dynastie au moins, le monnayage fut considéré comme un support privilégié de la nouvelle idéologie : de la même façon qu’il avait su mettre à profit la multiplicité des théâtres d’opération pour orchestrer son ascension et sa prise de pouvoir, Vespasien exploita dans un premier temps toutes les virtualités qu’offraient en la matière la multiplicité des ateliers monétaires provinciaux, avant de procéder à une concentration progressive de la production monétaire dans l’atelier de Rome : à la fin de la période, ce dernier a acquis une importance tout à fait prépondérante122.

45Plus encore qu’à une simple copie de l’appareil conceptuel augustéen de la restitutio et du patrimoine figuratif qui lui est associé – ce qui ne signifierait rien d’autre que la revendication d’une filiation politique –, on assiste donc sous Vespasien à une projection ou à une transposition extrêmement concertée de ces derniers dans un cadre historique nouveau, afin d’exploiter au mieux les analogies entre les deux périodes. En d’autres termes, l’idéologie flavienne ne se contente pas de présenter de manière paratactique les deux fondateurs de dynastie : c’est en fonction du premier que se construit le second. L’idéologie flavienne n’emprunte pas seulement le langage du pouvoir augustéen : elle est tout entière mise en forme en fonction de lui.

  • 123 CIL, VI, 934 ; CIL, VI, 934 add. ; ILS, 252.

46Qu’une inscription romaine relative à la reconstruction d’édifices religieux après l’incendie de 80 ap. J.-C. désigne l’empereur Titus comme conseruator caerimoniarum publicorum et restitutor aedium sacrarum123, en une formulation qui n’est pas sans rappeler certaines tournures des Res Gestae divi Augusti, témoigne de l’étonnante pérennité, vitalité et actualité du thème augustéen de la res publica restituta.

Bibliographie

Bibliographie

BMCEmp, I: Mattingly, H., Coins of the Roman Empire in the British Museum, vol. I, Augustus to Vitellius, London, 1923.

BMCEmp, II: Mattingly, H., Coins of the Roman Empire in the British Museum, vol. II, Vespasian to Domitian, London, 1930.

BMCRep: Grueber, H., Coins of the Roman Republic in the British Museum, London.

RIC, I: Mattingly, H., Sydenham, E.A., The Roman Imperial Coinage, vol. I, Augustus to Vitellius, London, 1923.

RIC, II: Mattingly, H., Sydenham, E.A., The Roman Imperial Coinage, vol. II, Vespasian to Hadrian, London, 1926.

RPC, I: Burnett, A., Amandry, M., Ripollès, P.P., Roman Provincial Coinage, vol. 1. From the death of Caesar to the death of Vitellius (44 BC-AD 69), London-Paris, 1992.

Notes

1 Gowing A., Empire and Memory. The Representation of the Roman Republic in Imperial Culture, Cambridge, 2005, p. 104: « In some respects an odd and abbreviated iteration of the Julio-Claudian [dynasty] ».

2 Hurlet Fr., « La Lex de imperio Vespasiani et la légitimité augustéenne », Latomus 52, 1993, p. 263 : « [Vespasien] aurait pu profiter de la crise politique pour lever […] le voile de la fiction républicaine et gouverner l’empire comme un véritable monarque. Ce n’est pas du tout ainsi qu’il a agi. Vespasien préféra jouer la carte de la restauration et dans le contexte des années 69-70, après l’expérience désastreuse de Néron, le modèle ne pouvait être qu’augustéen ».

3 Grenade P., Essai sur les origines du Principat. Investiture et renouvellement des pouvoirs impériaux (BEFAR, 97), Paris, 1961, Préface, p. vii.

4 Mattingly H., BMCEmp, II, introduction, p. xxxviii, xliii: « restored types are a persistent feature of the reign »; Carradice I.A., « Towards a new introduction to the Flavian Coinage », Austin M., Harris J., Smith C. (dir.), Modus operandi. Essays in Honor of G. Rickman, London, 1998, p. 94.

5 Après l’étude fondatrice d’E. Bianco, l’article de Buttrey T. V., « Vespasian as Moneyer », NC, 12, 1972, p. 89-109, eut un retentissement important : l’auteur y met en évidence une tendance « antiquaire » globale du monnayage de Vespasien. Il l’explique par le fait que Vespasien aurait revêtu au début de sa carrière la charge de triumvir monétaire, à l’occasion de laquelle il aurait acquis « de l’intérieur » un savoir historique sur le monnayage de Rome. H. Mattingly se livre de même à une série de développements sur une possible volonté, de la part de Vespasien, de sauver de l’oubli ou de la destruction un certain nombre de types monétaires devenus « obsolètes » ; Mattingly H., BMCEmp, II, introduction, xxxviii. Indéniablement, les références et les citations sont empruntées à des époques différentes : c’est ainsi que la « version originale » du revers figurant Roma accompagnée de la louve et des jumeaux reproduit un denier de 105 av. J.-C. (BMCRep, II, no 562 p. 284).

6 Mattingly H., BMCEmp, II, introduction, p. xxxix: « There is certainly method in the choice of types for restoration. »

7 C’est le cas en particulier de la célébration monétaire de la victoire sur la Judée, mais aussi de certains monnayages dynastiques.

8 Laffranchi L., « Un centenario numismatico nell’antichità », RIN 24, 1911, p. 427-436. Plus tard, Grant M., Roman Anniversary Issues. An exploratory study of the numismatic and medallic commemoration of anniversary years (49 B.C.-A.D. 375), Cambridge, 1950 (19772) étendit cette théorie des « anniversary issues » à de nombreuses autres émissions flaviennes.

9 Isager J., « Vespasiano e Augusto », Studia Romana in honorem P. Krarup septuagenarii, Odense, 1976, p. 64-71.

10 Isager, « Vespasiano e Augusto », art. cit., p. 68 : « va notato che Vespasiano non si sostituisce di colpo all’imperatore Augusto, ma lascia che l’idea si depositi nella coscienza del popolo per poi manifestarla apertamente al momento opportuno » ; n. 7 p. 70.

11 Cf. les deniers hispaniques et gaulois au nom d’Auguste : Giard J.-B., Monnaies de l’empire romain, III. Du soulèvement de 68 après J.-C à Nerva. Catalogue, Paris-Strasbourg, 1998, no 48-54 p. 28-29, pl. 2. La variété des légendes associées à la tête laurée ou radiée d’Auguste est surprenante : AVG, IMP, AVG DIVI F, CAESAR AVGVSTVS…

12 BMCRE, I, « Augustus and divus Augustus groups », p. cxcvii, no 300 et suiv. ; Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 63-65, p. 30, pl. 2 (Espagne et Gaule, deniers, 68-69 ap. J.-C.) et no 66-70, pl. 2-3 (Espagne et Gaule, aurei, 68-69 ap. J.-C.). Pour une étude détaillée de ces « monnaies oppositionnelles », voir Nicolas E.P., De Néron à Vespasien. Etude et perspectives historiques suivies de l’analyse, du catalogue et de la reproduction des monnaies « oppositionnelles » connues des années 67 à 70, Paris, 1979, p. 1343-1346, 1377-1387, catalogue A1 à A30 p. 1437-1442, pl. xx-xxii.

13 Nicolas, De Néron à Vespasien op. cit., p. 1377 : « Ces monnaies […] sont expliquées par la volonté de Vindex et de Galba d’associer à leur entreprise le souvenir ravivé, l’image sacro-sainte du fondateur du Principat. »

14 Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 58-60 p. 29, pl. 2 (deniers, Espagne, 68-69 ap. J.-C.) ; voir notamment Nicolas, De Néron à Vespasien, op. cit., no 24 à 28, 30-31 p. 1419-1420, no 32-34 p. 1421, no 38 p. 1422. L’association presque systématique du Génie du peuple Romain à Mars Vltor sur le monnayage de la guerre civile (cf. notamment les deniers de l’atelier d’Espagne : Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 4-6 p. 23, no 7 p. 24, pl. 1, frappés en 68-69 ap. J.-C.) n’est d’ailleurs pas sans intérêt dans le cadre d’une étude sur la pérennité du référent augustéen.

15 Cf. Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 8 et 9 p. 24, pl. 1 (atelier d’Espagne, libertas restituta) ou no 29 p. 26, pl. 1 (atelier gaulois, Roma restituta).

16 Hurlet Fr., « La Lex de imperio Vespasiani » art. cit., p. 261-280. Le précédent augustéen est explicitement mentionné dans quatre clauses différentes ; il est introduit par des formules telles que ita uti licuit diuo Augusto.

17 Isager, « Vespasiano e Augusto », art. cit., p. 65; Hurlet, « La Lex de imperio Vespasiani », art. cit., p. 264.

18 En dépit de son importance idéologique, ce thème est peu célébré dans l’imagerie officielle – et absent du monnayage ; Mattingly H., BMCEmp, II, introduction, xxxv, interprète cette absence par la réticence de Vespasien à se présenter sur ce point dans la continuité de Néron. Dans ce cas, le précédent néronien, temporellement plus proche, fait écran et obstacle à l’établissement du parallèle entre Auguste et Vespasien.

19 C’est le cas de l’amphithéâtre Flavien : Suétone, Vesp., 9, 1 : item amphitheatrum urbe media, ut destinasse compererat Augustum (Isager, « Vespasiano e Augusto », art. cit., p. 67). On sait aujourd’hui que la Meta Sudans flavienne constituait une version plus imposante d’une fontaine augustéenne que les aménagements néroniens avaient oblitérée : Rosso E., « Les destins multiples de la domus aurea. L’exploitation de la condamnation de Néron dans l’idéologie flavienne », Benoist, S., Daguet-Gagey, A. (dir.), Un discours en images de la condamnation de mémoire, Metz, 2008, p. 65-66.

20 Sur cette instrumentalisation de l’héritage julio-claudien par les Flaviens – la plus imposante de ces réalisations étant l’achèvement du templum divi Claudii –, cf. Rosso E., « Culte impérial et image dynastique : les divi et divae de la Gens Flavia », Nogales T., Gonzalez J. (dir.), Culto Imperial : politica y poder, Rome, 2007, p. 127-134.

21 RIC, I, no 413; Vermeule C.C., « Un aureo augusteo del magistato monetale Cossus Cornelius Lentulus », Numismatica, n. s. 1, 1960, p. 1-7; Rich J.W. et Williams J.H.C., « Leges et Iura P. R. restituit: a New Aureus of Octavian and the Settlement of 28-27 BC », Numismatic Chronicle, 1999, p. 208-209, pl. 20, 11.

22 BMCEmp, II, no 549 p. 118, pl. 21, 1 ; Giard, Monnaies de l’empire romain, I. Auguste, Paris, 1976, rééd. revue et corrigée, 1988, no 506 p. 144, pl. 45 (Rome, sesterce, 71 ap. J.-C.).

23 BMCEmp, II, no 565 p. 121, pl. 21, 9 ; Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 530 p. 148, pl. 47 (Rome, sesterce, 71 ap. J.-C.).

24 Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 243 p. 59, pl. 18 (Rome, sesterce, juillet 68-janvier 69 ap. J.-C.) : « Galba, debout à gauche en habit militaire et tenant une lance, tend la main à Rome à genoux, qui tient un enfant. »

25 Gowing, Empire and Memory, op. cit, p. 18.

26 Mattingly H., « Some Historical Coins of the First Century AD », JRS 10, 1920, p. 40-41.

27 C’est ainsi que Mattingly H., BMCEmp, II, introduction, p. xlvi, identifie une double représentation de Rome: au premier plan, la personnification « géographique » ou politique proprement dite, et à l’arrière-plan la « déesse Rome » (« the goddess Roma, here clearly distinguished from the earthly city, is in attendance of the scene »). Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., p. 148 (à propos du no 530) reprend cette lecture à son compte.

28 BMCEmp, II, no 531 p. 114, pl. 20, 2 (Rome, sesterce, 71 ap. J.-C.).

29 BMCEmp, II, * p. 121, pl. 22, 2 (Rome, sesterce, 71 ap. J.-C.).

30 BMCEmp, II, no 504 p. 106, pl. 18, 18 (Antioche, aureus, 72 ap. J.-C.).

31 On sera tenté de voir dans cette représentation « achilléenne » de l’empereur une adaptation de l’image romaine au langage figuratif oriental.

32 Cf. supra n. 14 ; Libertas y est représentée au droit sous la forme d’un buste féminin drapé.

33 Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 243 p. 59, pl. 18 (Rome, sesterce, juillet 68-janvier 69 ap. J.-C.) : « Galba, debout à gauche en habit militaire et tenant une lance, tend la main à Rome à genoux, qui tient un enfant. »

34 Sur cette question, Zanker P., « Le donne e i bambini barbari sui rilievi della Colonna Aureliana », Polito E. (dir.), Un arte per l’impero. Funzione e intenzione delle immagini nel mondo romano, Milan, 2002, p. 63-78.

35 Libertas Publica : Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 502-505 p. 144, pl. 44-45 (Rome, sesterce, 71 ap. J.-C.). Libertas restituta : Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 500 p. 144, pl. 45 (Rome, sesterce, 71 ap. J.-C.).

36 RIC, II, 411 ; Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 468 p. 139, pl. 42 (Rome, sesterce, 70 ap. J.-C.).

37 Watson A., « Vespasian: adsertor libertatis publicae », CR, 23, 1973, p. 127-128, p. 127-128. Cf. également Ripoll F., « Aspects et fonctions de Néron dans la propagande flavienne », Neronia V (Coll. Latomus, 247), Bruxelles, 1999, p. 141-142.

38 Gowing, Empire and Memory op. cit., n. 1 p. 102.

39 Cf. infra p. 235.

40 BMCEmp, I, no 4, no 691-693 (28 av. J.-C); sur la notion, Scheer R., « Vindex Libertatis », Gymnasium 78, 1971, p. 182 sq. et Wirszubski C.H., Libertas as a Political Idea at Rome during the Late Republic and Early Principate, Cambridge, 1960, p. 100-106; pour une interprétation de cette émission augustéenne, voir Mannsperger D., « Apollon gegen Dionysos. Numismatische Beiträge zu Octavians Rolle als Vindex Libertatis », Gymnasium, 80, 1973, p. 381-404. Sur la signification de la monnaie flavienne, cf. Bianco E., « Indirizzi programmatici e propagandistici nella monetazione di Vespasiano », RIN 70, 1968, p. 153 et le rappel par M. Hammond, 1963, p. 94-96 des différentes interprétations possibles de la monnaie ; en dernier lieu, Jacobo Perez A., Auctoritas et maiestas. Historia, programa dinastico e iconografia en la moneda de Vespasiano, Alicante, 2003, p. 84-85.

41 Scheer, « Vindex Libertatis », art. cit., p. 182-188 ; l’auteur analyse l’expression comme topos du langage politique romain et souligne l’importance croissante du thème à partir de l’époque de César.

42 Res Gestae Diui Augusti, I, 1-2; Mannsperger, « Apollon gegen Dionysos », art. cit., p. 381, 398-401.

43 Rich J.W. et Williams J.H.C., « New Aureus of Octavian », art. cit., n. 59 p. 186.

44 Suétone, Galba, 9, 2.

45 BMCEmp I, p. 294 ; Jucker H., « Der Ring des Kaisers Galbas », Chiron, 1975, p. 352.

46 BMCEmp, I, p. 308; Nicolas, De Néron à Vespasien op. cit., no 4 p. 1331, no 21 p. 1418, pl. xix (argent, Trèves, 70 ap. J.-C.) : la frappe est attribuée aux « tenants de l’imperium Galliarum » et l’auteur l’interprète comme une célébration de « l’affranchissement du joug de Rome ».

47 Claude est vindex libertatis sur l’arc de Cyzique : ILS, 217. Rich et Williams, « New Aureus of Octavian », art. cit., p. 186.

48 Scheer, « Vindex Libertatis », art. cit., p. 185.

49 Rich J.W. et Williams J.H.C., « New Aureus of Octavian », art. cit., n. 59 p. 186.

50 BMCEmp, p. 7.

51 Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 551-552 p. 150, pl. 49 (Rome, sesterce, 71 ap. J.-C.).

52 BMCEmp no 391 p. 80 pl. 13, 10 (denier, Lyon, non daté).

53 BMCEmp, no 371 p. 75, pl. 12, 14 (denier, sans date, attribué à un atelier gaulois) ; Jacobo Perez A., Auctoritas et maiestas op. cit., p. 55 ; Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 26 p. 90, pl. 38 (Rome, aureus, 69-70 ap. J.-C.).

54 Suétone, Aug., 94, 18 ; Kraft K., « Zum Capricorn auf den Münzen des Augsutus », Jahrbuch für Numismatik und Geldgeschichte 17, 1967, p. 17-27.

55 Giard J.-B., « Signis Receptis. Armenia Capta. Images de reconquête à Rome », Bull. Bibl. Nat, 2, 1977, p. 26.

56 BMCEmp II, Vesp., no 231-233 ; Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 205-206 pl. 333 (aureus, Rome, 77-78 ap. J.-C.) ; Mattingly H., BMCEmp II, introduction, p. xli.

57 BMCEmp I, no 10 sq., p. 3.

58 Halfmann H., Itinera principum. Geschichte und Typologie der Kaiserreisen im römischen Reich, Stuttgart, 1986, p. 41 ; Levick B., Vespasian, Londres-New York, 1999, n. 9 p. 189.

59 Rich J.W. et Williams J.H.C., « New Aureus of Octavian », art. cit., p. 169-213.

60 RIC, 270 : Rich J.W. et Williams J.H.C., « New Aureus of Octavian », art. cit., p. 176 et 179, où les auteurs soulignent également la similitude avec la représentation impériale figurant sur l’une des coupes de Boscoreale.

61 Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 86-87 p. 96, pl. 29 (aureus, Rome, 73 ap. J.-C.). Le type est également utilisé la même année pour des émissions de Titus : ibid., no 95-96 p. 97, pl. 30 (aureus, Rome, 73 ap. J.-C.).

62 Rich J.W. et Williams J.H.C., « New Aureus of Octavian », art. cit., p. 176.

63 Cf. supra n. 10.

64 Cf. à ce propos les remarques de Ripoll F., « Aspects et fonctions de Néron », art. cit., p. 144 n. 44 ; l’auteur souligne que Libertas et Concordia, thèmes qu’il qualifie de pro-sénatoriaux, disparaissent dès 71, « parallèlement à l’abandon progressif de la référence à Galba au profit de la référence augustéenne ».

65 Suétone, Vesp., 25, 1 : aut filios sibi successuros aut neminem. Voir également Eutrope, VII, 20, 3. Dion Cassius (Dion, LXVI, 12, 1) ne parle pas d’une succession double, mais affirme seulement que Vespasien souhaitait que son fils lui succédât.

66 Cf. notamment BMCEmp, II, no 3 p. 1, pl. 1, 1 (Rome, aureus, 69-70 ap. J.-C.) ; no 368 p. 73, pl. 12, 4 (denier, atelier gaulois, sans date) ; no 429 p. 88, pl. 15, 8 (Asie Mineure, denier, 69-70 ap. J.-C.); no 433 p. 89, pl. 15, 12 (Asie Mineure, denier, 69-70 ap. J.-C.); no 455 p. 95, pl. 16, 7 (Éphèse, denier, 71 ap. J.-C.). Cette liste ne vise pas à l’exhaustivité et ne présente qu’une sélection des frappes romaines et provinciales présentant cette iconographie. La physionomie des princes varie d’ailleurs d’un atelier à l’autre ; en outre, ils sont parfois figurés imberbes, et parfois barbus ; en revanche, le principe des portraits « jumeaux » demeure.

67 BMCEmp, II, no 528 p. 113, pl. 20, 1 (Rome, sesterce, 71 ap. J.-C.); no 752 p. 183, pl. 32, 3 (Tarragone, sesterce, 71 ap. J.-C.); no 755 p. 183, pl. 32, 4 (Tarragone, sesterce, 71 ap. J.-C.); no 798 p. 196, pl. 37, 6 (Lyon, sesterce, 71 ap. J.-C.); no 814 p. 203, pl. 39, 3 (Lyon, sesterce, 71 ap. J.-C.).

68 Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 4 p. 87, pl. 27= BMCEmp, II, no 6 p. 2, pl. 1, 2 (Rome, aureus, 69-70 ap. J.-C.); BMCEmp, II, no 430 p. 89, pl. 15, 9 (Asie Mineure, denier, 69-70 ap. J.-C.) ; avec patère mais sans rouleau : no 443 p. 92, pl. 15, 20 (Asie Mineure, denier, 70 ap. J.-C.) ; no 456 p. 96, pl. 16, 8 (Éphèse, denier, 71 ap. J.-C) = Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 349-350, pl. 38.

69 BMCEmp, II, no 395-396 p. 80-81, pl. 13, 14-15 (Lyon, deniers, sans date: 71 ap. J.-C.?); no 426 p. 87, pl. 15, 5 (Illyricum, denier, 69-70 ap. J.-C.); no 750 p. 181, pl. 31, 5 (Tarragone, sesterces, 69-70 ap. J.-C.). Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 28-29 p. 90, pl. 28 (Rome, deniers, 69-70 ap. J.-C.). Un sesterce de l’atelier d’Illyricum constitue une intéressante variante de ce type : les princes cavaliers y sont précédés d’un fantassin tenant un vexillum : BMCEmp, II, no 878 p. 217, pl. 42-7.

70 BMCEmp, II, no 45-46 p. 8, pl. 1-14 (Rome, denier, 70 ap. J.-C.) ; no 392-394 p. 80, pl. 13-11, 13-12 (Lyon, aureus et denier, 70 ap. J.-C.) ; Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 381-390, pl. 39 (atelier oriental, 69-70 ap. J.-C.)

71 BMCEmp, II, no 751 p. 182, pl. 31-9 (Tarragone, sesterce, 70 ap. J.-C.).

72 Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., * p. 182, pl. 66a (exemplaire d’Oxford) (Espagne, sesterce, 69-70 ap. J.-C.).

73 Sur l’ensemble de ces types, cf. Jacobo Perez A., Auctoritas et maiestas, op. cit., p. 115-119.

74 RIC, I, no 155, 159-160 (as, Nîmes, 20-10 av. J.-C.).

75 RPC, I, 74 (Romula, règne de Tibère).

76 Giard, Monnaies de l’empire romain I op. cit., no 539-540 p. 112, pl. 25 (Rome, denier de C. Sulpicius Platorinus, 13 av. J.-C.) = Hurlet Fr., Les collègues du prince sous Auguste et Tibère. De la légalité républicaine à la légitimité dynastique, Rome, 1997, fig. 1 et Giard, Monnaies de l’empire romain I op. cit., no 521 p. 110 et 528 p. 111, pl. 25 = Hurlet, Les collègues du prince, op. cit., fig. 2 (Rome, denier de C. Marius, 13 av. J.-C.) ; Jacobo Perez A., Auctoritas et maiestas, op. cit., p. 116. Auguste et Agrippa en toge tiennent chacun un rouleau ; une capsa à leurs pieds.

77 Harlan J. Berk, 138th Buy or Bid Sale, 1 June 2004, lot 223= 140th Sale, 27 October 2004, lot 280.

78 RIC, I, no 34; BMCEmp, I, Caligula, no 44 (Rome, dupondius, 37-38 ap. J.-C.).

79 Sauron G., L’histoire végétalisée. Ornement et politique à Rome, Paris, 2000, p. 69, à propos de Caïus et Lucius Caesares représentés comme des jumeaux et ainsi assimilés aux Dioscures : « Toute la construction idéologique repose ici sur cette approximation. »

80 Isager J., « Vespasiano e Augusto », art. cit., p. 248-260 ; pour ses applications dans le domaine du monnayage, cf. Jacobo Perez A., Auctoritas et maiestas, op. cit., p. 167-191.

81 Victoria Galbae : Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 62-63 p. 39, pl. 5 ; Victoria Othonis : Giard, Monnaies de l’empire romain, III, op. cit., no 18 p. 68, pl. 20 ; no 20 p. 69, pl. 20 (Rome, aurei, 69 ap. J.-C.) : victoire sur globe avec couronne et palme ; cf. également Hölscher T., Victoria Romana. Archäologische Untersuchungen zur Geschichte und Wesensart der römischen Siegesgöttin von den Anfängen bis zum Ende des 3. Jhs n. Chr., Mayence, 1967, p. 18, 164.

82 Suétone, Vesp., 6, 6: Tiberius Alexander […] primus in uerba Vespasiani legiones adegit kal. Iul. Voir également Tacite, Hist., II, 79.

83 Strabon, 17, 80; Kees H., s. v. Nikopolis, RE, XXVII, 1, 1936, no 9 col. 538-539.

84 BMCEmp, II, no 14 p. 3, pl. 1-5 (Rome, denier, 69-70 ap. J.-C).

85 BMCEmp, II, no 10-12 p. 2, pl. 1-4 (aureus et deniers, Rome, 69-70 ap. J.-C).

86 Texte de l’inscription, selon la lecture donnée par Murray W.M., Petsas P., Octavian’s Campsite Memorial for the Actian War (Transactions of the American Philosophical Society, 79, 4), Philadelphia, 1989 : Imp(erator) Caesa]r Diu[i Iuli] f(ilius) uict[oriam consecutus bell]o quod pro [r]e p[ublica] ges[si]t in hac region[e cons]ul [quintum i]mperat[or se]ptimum pace parta terra [marique Nept]uno et Ma]rt[i c]astra [ex] quibu[s ad hostem in]sequendum egr] essu[s est naualibus spoli]is [exorna]ta c[onsacrauit.

87 BMCEmp, I, introduction, p. cxxiii; no 615 p. 100, pl. 15-5 (denier, atelier oriental, 31-29 av. J.-C.).

88 Au total, six types monétaires augustéens de Victoria sont imités sous Vespasien : cf. Bianco, « Indirizzi » art. cit., p. 168-169 ; la liste est reprise dans Jacobo Perez A., Auctoritas et maiestas, op. cit., p. 170-171.

89 RIC, II, no 481; BMCEmp, II, no 597 (Rome, dupondius, 71 ap. J.-C.).

90 RIC, II, no 92; BMCEmp, II, no 168 (Rome, aureus, 75 ap. J.-C.).

91 Jacobo Perez A., Auctoritas et maiestas, op. cit., p. 170.

92 Mattingly H., BMCEmp, II, introduction, p. xxxix: « Laffranchi is probably wrong in referring it directly to Actium, though a parallel no doubt is drawn. »

93 Dion, LI, 22, 1-2 ; Suétone, Aug., 100. Sur les origines et le développement du thème, Hölscher, Victoria Romana op. cit., p. 6-16.

94 Pour les prototypes augustéens, cf. Giard, Monnaies de l’empire romain I op. cit., no 1091 p. 166, pl. 44 ; no 1097 p. 167 ; no 1125 p. 170 (aurei, Espagne, 19-18 av. J.-C.) ; no 1325 p. 192, pl. 54 (denier, Caesaraugusta, même date, victoire à droite).

95 Victoire dextroverse sur proue : BMCEmp, I, no 617 p. 101, pl. 15-7 (denier, atelier oriental, 29-27 av. J.-C.) ; victoire sur globe : BMCEmp, I, no 602 p. 99, pl. 14-18 (denier, atelier oriental, 31-29 av. J.-C.). Sur la reprise flavienne, Jacobo Perez A., Auctoritas et maiestas, op. cit., p. 57.

96 Laffranchi L., « Un centenario numismatico nell’antichità », RIN, 24, 1911, p. 427-436 ; Id., « Sulla numismatica dei Flavi », RIN, 1915, p. 139-156.

97 Bianco, « Indirizzi », art. cit., p. 210-213; cf. également Grant M., Roman Anniversary Issues. An exploratory study of the numismatic and medallic commemoration of anniversary years (49 B.C.-A.D. 375), Cambridge, 1950 (19772), p. 88-98, 179-180.

98 Mattingly H., BMCEmp, II, introduction, p. xxxviii-xxxix.

99 Picard G.-Ch., Les trophées romains. Contribution à l’histoire de la religion et de l’art triomphal à Rome (BEFAR, 187), Rome, p. 343.

100 Jacobo Perez A., Auctoritas et maiestas, op. cit., p. 182.

101 Lucrezi F., Leges supra principem. La « monarchia costituzionale » di Vespasiano, Naples, 1982, p. 50 : « una scelta e una vittoria del Levante ».

102 Giard, Monnaies de l’empire romain I, op. cit., no 905 p. 144, pl. 35 (Éphèse, denier, 28 av. J.-C.) ; ce denier est frappé la même année et l’année suivante à Pergame : Giard, Monnaies de l’empire romain I, op. cit., no 928 p. 146, pl. 36 ; cf. également l’aureus émis en 27 : ibid., no 935 p. 147.

103 Pour une analyse très fine de ce changement, voir l’étude de Spannagel M., « Armenia RECEPTA aut CAPTA ? Zur Veränderung einer augusteischen Münzlegende », Kluge B., Weisser B. (dir.), XII. Internationaler Numismatischer Kongress, Berlin, 1997, Akten, I, Berlin, 2000, p. 622-629.

104 BMCEmp, II, no 31-34 p. 5, pl. 1-10, 1-11(Rome, aurei, 69-70 ap. J.-C.); deniers, no 37 à 42, p. 6.

105 BMCEmp, II, no 371 p. 74, pl. 12-11 (Gaule, denier, sans date); no 388-391 p. 79, pl. 13-9 (Lyon, deniers, sans date). Mattingly H., BMCEmp, II, introduction, p. lix, souligne l’adéquation entre image et légende – à défaut d’une adéquation entre fait historique et célébration monétaire: « The epithet, “devicta”, makes explicit what is clearly implied in the type itself. »

106 Cf. supra n. 99.

107 Il est significatif à cet égard que sur les premières figurations monétaires, la captive juive ne soit pas enchaînée à un palmier, mais à un trophée d’armes : cf. supra n. 104.

108 RIC, I, no 155, 159-160; RPC, no 523-525 (as, Nîmes, 20-10 av. J.-C.).

109 Rome, Musei Capitolini, inv. 3284. von Merklin E., Antike Figuralkapitelle, Berlin, 1962, no 631, p. 267; Gros P., Aurea Templa. Recherches sur l’architecture religieuse de Rome à l’époque d’Auguste (BEFAR, 231), Rome, 1976, p. 181 ; Viscogliosi A., dans Kaiser Augustus und die verlorene Republik, 1988, no 33 p. 140-141, fig. La partie centrale du chapiteau est occupée par une cuirasse ; le départ des bras se végétalise également en palme.

110 Il convient de souligner que le symbolisme du palmier de l’as de Nîmes est plus ambigu : alors que les monnaies flaviennes figurent indiscutablement l’arbre, la représentation nîmoise ressemble à une palme, qui pourrait être celle de la victoire, placée en position verticale.

111 Belloni G. G., « Significati storici-politici delle figurazioni e delle scritte delle monete da Augusto a Traiano », ANRW, II, 1, Berlin, 1974, p. 1062. On trouve sous Titus de véritables frappes de restitution, répliques parfaitement exactes – il s’agit en réalité de rééditions — qui conservent au revers la titulature originale et le portrait des princes Julio-claudiens (BMCEmp, II, no 261-306 p. 281-293). Ces frappes, qui forment une série conséquente et cohérente, constituent l’une des traductions monétaires les plus explicites de la restitutio julio-claudienne voulue par les Flaviens. De façon significative, elles concernent, outre Auguste, Tibère, Claude et Galba, une série de « co-régents » (Agrippa, Drusus le Jeune, Germanicus) mais aussi de princesses (Livie, Agrippine l’Ancienne). Je ne les analyse pas dans la présente étude parce qu’elle ne porte que sur le règne de Vespasien. Sur ce monnayage et sa signification, Mattingly H., « The “restored” coins of Titus, Domitian and Nerva », Numismatic Chronicle, 20, 1920, p. 177-207 ; Id, BMCEmp, II, introduction, p. lxxvii-lvvviii ; Rosso E., « Culte impérial et image dynastique : les divi et divae de la Gens Flavia », Nogales, T., Gonzalez, J. (dir.), Culto Imperial : politica y poder, Rome, 2007, p. 133.

112 Jacobo Perez, Auctoritas et maiestas, op. cit., p. 171.

113 Bianco E., « Indirizzi », art. cit., p. 170-171, le note à propos des types de la victoire tenant palme et couronne ; Jacobo Perez, Auctoritas et maiestas, op. cit., p. 171, 182 (à propos de la uictoria naualis sur proue).

114 Gowing, Empire and Memory op. cit., passim, en particulier p. 2-21; p. 2: « For Romans the past wholly defined the present ». Cf. en dernier lieu Benoist S., Daguet-Gagey A. (dir.), Un discours en images de la condamnation de mémoire, Metz, 2008.

115 Gowing, Empire and Memory, op. cit., p. 4-5, 102, 104.

116 Ripoll F., « Aspects et fonctions de Néron », art. cit., p. 144 ; cf. supra n. 64.

117 Cf. supra n. 10.

118 Mattingly H., BMCEmp, II, introduction, p. lxxvii: « Vespasian had almost confined his attention to gold and silver and gave no indication of restoration beyond the type itself. »

119 De la même façon, les motifs repris par le monnayage « oppositionnel » de l’année 68-69 ont fréquemment leur origine à l’époque augustéenne dans les émissions des ateliers gaulois ou espagnols : Sutherland, RIC, I, 1984, p. 199.

120 On peut étendre cette observation aux reprises de types augustéens ne relevant pas de la thématique ici analysée.

121 Tacite, Hist., II, 82 (à propos des événements de juillet 69) : apud Antiochenses aurum argentumque signatur. Je développe l’influence de ces premiers monnayages orientaux dans un article intitulé « Entre Orient et Occident : création et diffusion de l’image impériale flavienne (69-71 ap. J.-C.) » dans un article à paraître dans les actes du colloque « Des rois aux princes : pratiques du pouvoir monarchique dans l’Orient hellénistique et romain (fin ive s. av. J.-C. – ier s. ap. J.-C.) », Paris, INHA, 23-24 mai 2008.

122 Mattingly H., « The Mints of Vespasian », Numismatic Chronicle, 1921, p. 223-224; Carradice I.A., « Towards a new introduction to the Flavian Coinage », Austin, M., Harris, J., Smith, C. (dir.), Modus operandi. Essays in Honor of G. Rickman, London, 1998, p. 94-95. Sur les ateliers orientaux et leur fonctionnement sous Vespasien, voir Metcalf W.E., « The Flavians in the East », Hackens, T., Weiller, R. (dir.), Proceedings of the 9th International Congress of Numismatics, Berne 1979, Louvain 1982, p. 321-339.

123 CIL, VI, 934 ; CIL, VI, 934 add. ; ILS, 252.

Table des illustrations

Légende Figure 1. – Aureus du monnayage « oppositionnel » de 68-69 ap. J.-C. portant, au droit, le portrait du divus Augustus ; J.-B. Giard, 1998, no 63, p. 30, pl. 2.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125856/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Figure 2. – Aureus de Cossus Cornelius Lentulus (Rome, 12 av. J.-C.), RIC, I, no 413.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125856/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 7,9k
Légende Figure 3. – La Libertas Restituta de Vespasien, J.-B. Giard, 1998, no 506, pl. 45 (Rome, sesterce, 71 ap. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125856/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende Figure 4. – Vespasien adsertor libertatis publicae, RIC, II, no 411 ; J.-B. Giard, 1998, no 468, pl. 42 (Rome, sesterce, 70 ap. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125856/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Figure 5. – Auguste Libertatis P(opuli) R(omani) Vindex : tétradrachme « cistophorique » (BMCEMP, I, no 691-693, 28 av. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125856/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Figure 6a. – Aureus d’Auguste au Capricorne, BMCEmp I, no 680(aureus, Pergame, 19-18 av. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125856/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende Figure 6b. –Denier de Vespasien au Capricorne ; J.-B. Giard, 1998, no 218 p. 110, pl. 34, 79 ap. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125856/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Figure 7. – Aureus de Domitien César : barbare agenouillé restituant une enseigne, BMCEmp II, Vesp., no 231-233 ; J.-B. Giard, 1998, no 205-206, pl. 333 (Rome, 77-78 ap. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125856/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Figure 8. – Vespasien assis sur la sella curulis ; J.-B. Giard, 1998, no 86, pl. 29 (aureus, Rome, 73 ap. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125856/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende Figure 9. – Bustes affrontés de Titus et Domitien, BMCEmp, II, no 2 (Rome, denier, 70 ap. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125856/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Figure 10. – Titus et Domitien se faisant face en tenue militaire, BMCEmp, II, no 528, pl. 37, 6 (Rome, sesterce, 71 ap. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125856/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Figure 11. – Titus et Domitien en toge, BMCEmp, II, no 456, pl. 16, 8 = J.-B. Giard, 1998, no 349-350, pl. 38 (Éphèse, denier, 71 ap. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125856/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Figure 12. – Titus et Domitien à cheval, BMCEmp, II, no 750, pl. 31-5 (Tarragone, sesterce, 69-70 ap. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125856/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende Figure 13. – Titus et Domitien assis sur une chaise curule et tenant un rameau d’olivier, BMCEmp, II, no 392, pl. 13-11 (Lyon, aureus, 70 ap. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125856/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Figure 14. – Revers figurant Germanicus et Drusus Minor ( ?), RPC, I, 74 (Romula, règne de Tibère).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125856/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Figure 15. – Auguste et Agrippa sur un denier de C. Sulpicius Platorinus, J.-B. Giard, 1988, no 539, pl. 25 (Rome, 13 av. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125856/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 7,1k
Légende Figure 16. – Auguste et Agrippa sur un denier de C. Marius, J.-B. Giard, 1988, no 521 p. 110, 528, pl. 25 (Rome, 13 av. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125856/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Figure 17a. – Caius et Lucius Caesares, BMCEmp, I, no 533.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125856/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Figure 17b. – Revers d’un denier de Vespasien, 69 ap. J.-C., atelier de Tarragone ou Aquileia.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125856/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Figure 19. – Denier de Neptune Redux, BMCEmp, II, no 14, pl. 1-5 (Rome, 69-70 ap. J.-C).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125856/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Figure 20. – Victoire sur globe tenant palme et couronne, RIC, II, no 41 ; BMCEmp, II, no 63 (aureus, Rome, 71 ap. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125856/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Figure 21a. – Tétradrachme cistophorique d’Auguste : victoire sur ciste mystique entourée de serpents (RIC, I, no 276).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125856/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Figure 21b. – Aureus de Vespasien : victoire sur ciste mystique entourée de serpents, RIC, II, no 92 ; BMCEmp, II, 168 (Rome, aureus, 75 ap. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125856/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 17k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540