Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La trahison au Moyen Âge

 | 
Myriam Soria
, 
Maïté Billoré

Réconcilier et pardonner

La trahison vaincue par la charité : Julien de Tolède et les rebelles

Thomas Deswarte

Texte intégral

  • 1 Tolède IV, c. 75, éd. G. Martínez Diez, F. Rodríguez, Colección canónica hispana, Madrid, t. V : C (...)
  • 2 Tolède V, c. 4 et 5, ibid., p. 281-284. Ces dispositions sont en partie reprises en 638 par Tolède (...)
  • 3 Tolède VII, c. 1, ibid., p. 338-347.
  • 4 Liber Judicum, II, 1, 8 : « […] sancimus ut quicumque ex tempore reverende memorie Chintilani prin (...)
  • 5 Liber Judicum, II, 1, 8 : « Quod si fortasse pietatis intuitu a principe fuerit illi vita concessa (...)
  • 6 Tolède VIII, en son canon 2, supprime ces peines : « Haec miserationis obtentu temperasse sufficia (...)

1L’on n’a pas pris la pleine mesure du drame politique et religieux que connut la monarchie wisigothique, tout particulièrement à partir de l’accession au pouvoir du roi Wamba en 672. En effet, si plusieurs facteurs se conjuguèrent pour dangereusement fragiliser cette splendide construction politique, il en est un jusqu’à présent largement oublié : l’impossible répression des fréquentes rébellions contre le pouvoir royal, encouragées par une succession théoriquement élective. Pourtant, les rois disposaient a priori d’un solide arsenal répressif. Les conciles du royaume étaient déjà, depuis longtemps, intervenus avec énergie pour stabiliser le trône et protéger le monarque en exercice. En 633, le concile de Tolède IV, convoqué par Sisenande et dominé par Isidore de Séville, avait lancé un triple anathème contre tout usurpateur et tout sujet infidèle1. Trois années plus tard, la législation de Tolède V était presqu’entièrement consacrée à la protection du roi : elle excommuniait celui qui maudissait le monarque et supputait sa mort prochaine, elle protégeait les biens des fidèles après le décès du souverain2. En 646, Tolède VII promulguait, à l’encontre de tout rebelle au roi, une excommunication perpétuelle, qu’aucun évêque ne pouvait lever même sur ordre du roi3. En outre, dans la tradition romaine, Chindaswinthe (642-653) promulgua une loi répressive contre les traîtres en 643/644 : la loi Quantis actenus, qui punissait les rebelles de la peine de mort et de la confiscation des biens4 – avec possibilité de commuer la mort en aveuglement et de restituer un vingtième des biens confisqués5. Cette loi était confirmée par la prestation de serments « pour le salut du pouvoir royal, du peuple et de la patrie », sanctionnés de l’« amputation des membres et de la peine de mort6 ».

  • 7 Th. Deswarte, « Le concile de Tolède VIII (653) et le code de Réceswinthe (654) : limitation au po (...)

2Cependant, le concile de Tolède VIII (653) marqua une très nette inflexion dans la législation, à la demande du roi lui-même, Réceswinthe, fils de Chindaswinthe. Alors que, à peine monté sur le trône, il affrontait une révolte, il convoqua le 16 décembre 653 le huitième concile de Tolède, afin de légitimer son pouvoir et de remettre en cause la politique répressive de Chindaswinthe7. Or, après avoir rappelé que le roi était soumis aux lois et devait légiférer avec le consentement des évêques et des nobles, l’assemblée supprima la peine de mort contre les rebelles, au nom de la miséricorde et de la charité évangélique, en décidant que les serments prêtés au roi ou pour la défense du peuple et de la patrie étaient « en vertu de la religion absolument déliés de l’amputation des membres et de la peine de mort ». Ce faisant, cette assemblée imposait non pas seulement une amnistie, mais bien une abrogation (partielle) de la peine de mort au nom de l’écriture Sainte. Les conciles généraux offraient un milieu propice à l’épanouissement d’un tel programme politico-religieux, puisque, depuis Tolède IV, ces assemblées, en apparence ecclésiastiques, étaient en fait bien souvent mixtes : rassemblant les grands ecclésiastiques et laïcs, elles promulguaient une législation traitant de sujets tout à la fois religieux et politiques.

  • 8 C. Martin, « Des fins de règne incertaines : répression et amnistie des groupes aristocratiques (C (...)

3La prudence politique incita très certainement Réceswinthe à conserver la loi Quantis actenus dans le Livre des Juges, code juridique promulgué le 18 février 654. D’ailleurs, une terrible révolte éclata en Septimanie à sa mort en 672, quand monta sur le trône Wamba, élu puis sacré à Tolède. En 680, l’avènement d’Ervige fut aussi l’occasion d’une grave crise politique, réglée lors du concile de Tolède XII (681). Incontestablement, ces crises se nourrissaient des compétitions nobiliaires, qui expliquent largement les retournements politiques de 653 et 687 quand, à l’occasion des décès de Chindaswinthe et d’Egica, les nobles écartés du pouvoir revinrent sur le devant de la scène et bénéficièrent d’une amnistie8 ; l’on pourrait certainement dire la même chose lors de l’avènement d’Ervige, qui permit aux révoltés de 672 d’obtenir, en 683, une amnistie générale au concile de Tolède XIII.

  • 9 « In nomine sanctae trinitatis incipit historia excellentissimi Wambae regis de expeditione et vic (...)

4Cependant, les luttes de factions, comme l’ambition et la veulerie, n’expliquent pas tout. Il faut aussi considérer ces crises sous un angle idéologique, en particulier au travers des œuvres de Julien de Tolède. Diacre puis évêque (680-690), il rédigea deux œuvres qui sont notre principale source d’information sur la révolte de 672-673 : le Jugement promulgué contre la perfidie des tyrans, en l’occurrence les rebelles, vraisemblablement écrit peu de temps après la fin de la révolte ; et l’Histoire du roi Wamba, en fait l’« Histoire de l’expédition et de la victoire du très excellent roi Wamba, lorsqu’il soumit par un illustre triomphe la province de Gaule révoltée contre lui9 », rédigée très certainement au début des années 680. En outre, Julien fut un ecclésiastique profondément impliqué dans les enjeux politico-religieux du moment ; il participa, de manière déterminante, au concile de Tolède XII, qui légitima l’avènement d’Ervige (680-687), et à l’assemblée de Tolède XIII (683), qui amnistia les rebelles de 672-673. En fait, son ambition fondamentale fut de christianiser en profondeur l’institution royale, en particulier en promouvant l’onction royale et le modèle d’un roi clément : le bon roi devait pardonner à ceux qui le trahissaient.

Wamba et le Jugement du duc Paul

  • 10 Julien de Tolède, Historia Wambae regis, c. 2, 3, 4, 20 et 26 (ibid., p. 219-220, 236 et 240-241).

5En septembre 672, Wamba fut élu de manière unanime dans sa villa de Gerticos, à l’ouest de Salamanque, sur le lieu de décès du précédent souverain – selon la procédure définie au c. 10 de Tolède VIII. Sacré à Tolède, où il reçut les serments de fidélité, il fut ensuite confronté à une révolte en Septimanie, dont la répression nous est décrite par Julien de Tolède dans son Historia Wambae10. Cette révolte rassemblait de nombreux grands, à l’instar de l’évêque Gumilde de Maguelonne et du comte Ildéric de Nîmes ; les rebelles n’hésitèrent pas à remplacer l’évêque de Nîmes, fidèle à Wamba, par l’abbé Ranimire. Le roi envoya contre eux le duc Paul, ancien comte des notaires de Réceswinthe – il avait souscrit les actes de Tolède VIII et IX. Mais Paul passa à l’ennemi et rallia le duc de Tarraconnaise, Ranosinde, qui l’incita à usurper le trône : élu roi à Narbonne, Paul reçut alors les serments de fidélité des révoltés et se couronna lui-même. Après une offensive contre les Basques, Wamba dirigea son armée en septembre 673 vers Narbonne, d’où il expulsa Paul, puis contre Nîmes ; assiégé dans l’amphithéâtre, l’usurpateur décida de déposer ses ornements royaux. Après leur reddition, les révoltés furent jugés et condamnés par le roi, selon des modalités bien différentes dans l’Historia et le Jugement.

  • 11 Y. Garcia Lopez, « Cronología de la “Historia Wambae” », Anuario de Estudios Medievales, 23 (1994) (...)
  • 12 Judicium, c. 1 : « Renotentur inter cuneos perfidorum, qui genti suae paraverunt excidium, ut repo (...)
  • 13 Ibid., c. 5, p. 254: « Hic igitur sceleratissimus Paulus, dum, convocatis adunatis que omnibus nob (...)
  • 14 Ibid., c. 6, p. 254 : « Mox idem nefandissimus Paulus voce clara testatus est, dicens : “Per Deum, (...)
  • 15 Ibid., c. 6, p. 254 : « Quibus conditionibus reseratis atque perlectis, ad confusionem perfidiae i (...)
  • 16 Ibid., c. 6, p. 254 : « Unde prolatae sunt conditiones, ubi spontanea promissione in electione glo (...)
  • 17 Ibid., c. 6, p. 254 : « Post haec aliae conditiones, ad quas ipse perfidus Paulus populum sibi jur (...)

6En les replaçant dans leur contexte juridique, politique et littéraire, Y. García Lez a montré que le Judicium in tyrannorum perfidia promulgatum, copié dans la plupart des manuscrits à la suite de l’Historia Wambae, fut rédigé certainement juste après la révolte11. Ce Jugement – dont la forme très littéraire trahit la très probable réécriture de deux textes juridiques – fut en fait produit alors que Julien n’était que diacre de l’église de Tolède. Wamba y condamnait les rebelles à l’aveuglement et à la confiscation des biens, conformément à la loi Quantis actenus de Chindaswinthe. Ces « destructeurs de la patrie », « auxquels la clémence du prince avait donné de vivre », ne pouvaient éviter la « crevaison des yeux » puisqu’ils étaient parjures à un roi « choisi par Dieu12 », qui ne leur avait fait aucun mal13, et qu’ils avaient agi à l’instigation du diable14. Ils durent d’abord apposer une souscription autographe sur un document montré à tous15. Il contenait deux clauses (conditiones) : la reconnaissance de l’élection de Wamba et la promesse, devant Dieu, de respecter la fidélité due au roi et à la patrie16 ; après quoi fut lu le serment des conjurés de renverser ou de tuer Wamba17.

  • 18 Ibid., c. 7, p. 255 : « His excursis atque perlectis, canonum est prolata sententia ex concilio To (...)
  • 19 Ibid., c. 7, p. 255 : « Cujus sacri canonis praeceptione instructi, non ultra nobis est dubitandum (...)
  • 20 Ibid., c. 7, p. 255 : « Quodsi forsam eis a principe condonata fuerit vita, non aliter quam evulsi (...)

7Mais le Jugement usa ensuite d’une étonnante argumentation pour expliquer la clémence de Wamba : elle opposait l’anathème proféré par Tolède IV contre tout usurpateur et sujet infidèle, à la peine de mort prévue par la loi Quantis actenus18. Pourquoi ? Car si le roi optait pour la peine capitale, les condamnés, excommuniés, en « recueilleraient » la « perdition éternelle19 ». Julien voyait donc entre ces deux peines, religieuse et civile, une contradiction fondamentale, de nature spirituelle, qui justifiait l’annulation de la seconde au profit de la première. La peine de mort n’était pas juridiquement abrogée mais son application était rendue impossible pour un motif religieux : l’espérance rendait l’amnistie obligatoire. Après que Tolède VIII eut échoué à obtenir l’abrogation de la loi répressive de Chindaswinthe, Julien était parvenu à la rendre inapplicable au moyen d’une argumentation radicalement nouvelle – et certainement bien éloignée des intentions des Pères conciliaires de Tolède IV, tant les deux peines jusqu’à présent s’accommodaient fort bien l’une de l’autre. Conformément à la loi Quantis actenus, la peine fut alors commuée en un aveuglement accompagné de la confiscation des biens20.

  • 21 Tolède XIII, Tomus, ibid., p. 412 : « Illud primum volenti mihi miseris parcere convenit intimare, (...)
  • 22 Tolède XIII, c. 1, ibid., p. 415-416 : « Quod etiam et de filiis eorum decernimus observandum, qui (...)
  • 23 ibid., p. 415 : « Primo igitur negotiorum exorsu, hortante pariter et jubente religiosissimo domin (...)
  • 24 Ibid., p. 416 : « Unde consonam votis ejus sententiam praeformantes elegimus, ut ea quae de rebus (...)
  • 25 C’est peut-être ce même Paul qui souscrivit comme « comte » les actes de Tolède XVI en 693, éd. Vi (...)

8Ces condamnations du Jugement furent bien réelles, notamment parce que ce texte fut écrit peu de temps après les événements. La confiscation des biens s’accompagna de la peine de l’infamie, comme le prouve l’amnistie de l’assemblée générale de Tolède XIII (683), demandée par Ervige dans son tomus21 : en vertu de la décision conciliaire, Paul, les rebelles et leurs descendants, ainsi que tous ceux marqués de l’infamie depuis le règne de Chintila22, retrouvaient l’« honneur de la noblesse », le droit de témoigner23 et leurs biens confisqués – à condition que ces derniers aient été rattachés au fisc et non donnés ou concédés en stipendium24. Quant à l’aveuglement de 673, il fut certainement, comme à Byzance, une brûlure superficielle et temporaire25.

  • 26 Liber Judicum, IX, 2, 8, éd. Zeumer, op. cit., p. 370-371 : « Quid debeat observari, si scandalum (...)
  • 27 Ibid., p. 371-372 : « Si quisquam ex sacerdotibus vel clericis fuerit et non habuerit, unde damna (...)
  • 28 Ibid., p. 373 : « si episcopus vel quilibet ex clero fuerit aut fortasse ex officio palatino, in q (...)
  • 29 Tolède XIII, c. 2, éd. Vives, op. cit., p. 416 : « etenim decursis retro temporibus vidimus multos (...)

9Malgré cette modération, Wamba se heurta rapidement à l’opposition d’une partie de l’église. Plusieurs raisons à cela. Tout d’abord, Wamba se refusa toujours à convoquer des conciles généraux – le dernier datant pourtant de 656 (Tolède X) – : il se contenta d’autoriser en 675 deux assemblées provinciales, Tolède XI et Braga III qui, fort prudemment, se cantonnèrent à des dispositions de nature purement religieuse, notamment contre la simonie. En outre, Wamba créa de nouveaux évêchés et, deux mois après cette révolte, promulgua une loi militaire, qui obligeait tout clerc ou laïc à rejoindre l’armée royale dans un rayon de cent milles autour du lieu de combat en cas de « scandale à l’intérieur des frontières de l’Espagne26 » ; lors d’une attaque extérieure, les clercs majeurs désobéissants et incapables de rembourser les dégâts causés seraient exilés, tandis que les clercs mineurs et les laïcs perdraient le droit de témoigner, seraient réduits en servitude et verraient leurs biens confisqués27 ; en cas de rébellion intérieure, l’exil et la confiscation des biens touchaient indistinctement clercs et officiers palatins récalcitrants28. Après son abdication, le concile de Tolède XIII (683) l’accusa alors, à l’instar de ses prédécesseurs Réceswinthe et Chindaswinthe, d’avoir fait torturer, privé de leur honneur et condamné « à mort ou à l’infamie » des officiers palatins29. Manifestement, de nombreux grands, laïcs et ecclésiastiques, étaient mécontents de la politique de Wamba.

Ervige et Tolède XII

  • 30 Chronica regum Visigothorum, éd. Zeumer, op. cit., p. 461. Il s’agit d’une liste des rois écrite à (...)
  • 31 Tolède XII, tomus, éd. Vives, op. cit., p. 381-382.
  • 32 Ibid., c. 1, p. 386 : « Post pacifica igitur hujus sanctae fidei conclamationum studia illa se pri (...)
  • 33 Collins, op. cit., p. 96-102. Contre l’hypothèse d’un complot : F. X. Murphy, « Julian of Toledo a (...)

10Le 14 octobre 680, Wamba renonça au trône ; le lendemain lui succéda Ervige, sacré le dimanche suivant, c’est-à-dire le 2130. Cette succession fut confirmée le 9 janvier 681 par le concile général de Tolède XII, qui réunissait trente-huit évêques ou leurs vicaires, parmi lesquels Julien de Tolède, évêque de l’urbs regia depuis le début de l’année 680, quatre abbés et quinze officiers laïcs. À la demande d’Ervige31, l’assemblée traita du sujet « le plus urgent » : « dans quelle paix et selon quelle ordonnance le sérénissime prince Ervige accéda au faîte du royaume et reçut le pouvoir de gouverner par la sacro-sainte onction32 ». Qu’il y ait eu ou non un complot contre Wamba impliquant Julien de Tolède33, peu importe ici. L’essentiel pour nous est de constater que la succession ne se fit pas de manière naturelle – Wamba était en vie – et qu’elle posa de sérieux problèmes, obligeant le nouveau roi à réunir un concile.

  • 34 Tolède XII, c. 1, éd. Vives, op. cit., p. 387 : « […] quem et divinum judicium in regno praeelegit (...)
  • 35 Ibid. : « Et ideo soluta manus populi ab omni vinculo juramenti, quae praedicto viro Wambae dum re (...)
  • 36 Contra : Collins, op. cit., qui minore l’importance de l’onction lors de l’avènement d’Ervige.

11Le concile confirma d’abord la véracité de trois documents de Wamba, qui prouvaient son entrée en religion, la désignation de son successeur et sa demande à Julien de Tolède de le sacrer le plus vite possible. Ensuite, l’assemblée attesta la légitimité du pouvoir d’Ervige, « que le divin jugement choisit pour le royaume, que le prince son prédécesseur institua comme successeur, et, surtout, que l’amour de l’ensemble du peuple désigna34 » ; par ailleurs, le concile annulait le serment de fidélité prêté à Wamba, toujours en vie35. Dans un difficile contexte successoral, Julien et les évêques avaient réussi à imposer leur candidat et à faire de l’onction un élément constitutif de la royauté – dans les faits, comme d’un point de vue juridique et idéologique36.

  • 37 Tolède XII, praef., éd. Vives, op. cit., p. 384-385.
  • 38 Ibid., p. 383 : « Nam et hoc generaliter obsecro, ut quidquid in nostrae gloriae legibus absurdum, (...)
  • 39 Au Bas-Empire, l’infamie privait le condamné de l’exercice de ses droits civiques : E. Stein, Hist (...)
  • 40 Tolède XII, tomus, éd. Vives, op. cit., p. 383.

12Le règne d’Ervige fut d’ailleurs l’occasion de remettre en cause les réformes de Wamba et d’imposer un programme de pardon politique. Le point de départ fut le concile général de Tolède XII réuni par Ervige en 681 et promulgué comme une lex par le roi37. La mission du concile, fixée par le souverain, était en particulier de corriger les lois « absurdes » ou « contraires à la justice » et de promulguer de « nouvelles lois38 ». Ervige demandait tout particulièrement de « corriger » une loi militaire de son prédécesseur, qui dégradait de sa dignité tout déserteur et le marquait de l’infamie – peine qui l’empêchait d’accéder au tribunal39. En effet, d’après le concile, quasiment la moitié de la population avait subi une telle condamnation et ne pouvait plus dès lors témoigner en justice pour faire connaître la vérité40.

  • 41 Ervige a-t-il abrogé la loi de Wamba Liber Judicum, IX, 2, 8 ? C’est l’opinio communis, récemment (...)
  • 42 Tolède XII, c. 7, éd. Vives, op. cit., p. 394-395 : « Omnis disciplina sic subjectos debet arguere (...)
  • 43 García López, op. cit., p. 123-124. Ce constat, fruit des recherches personnelles de Y. García Lóp (...)
  • 44 Sur ce rituel, voir B. Dumézil, « La peine de décalvation dans la législation wisigothique au VIIe(...)

13De fait, ayant invoqué la nécessité de la temperantia, le concile fit ensuite allusion à une nouvelle loi militaire d’Ervige, qui « ordonna de tempérer cette loi publiée par le prince Wamba41 », puis promulgua une amnistie en rendant aux condamnés le pouvoir de témoigner42. En outre, dans sa révision du Liber Judicum (681), Ervige fit modifier la loi Quantis actenus en proposant comme peine de substitution à la peine de mort non plus l’aveuglement mais la « décalvation43 » – c’est-à-dire probablement la tonte des cheveux44. Dans le même temps, Julien de Tolède écrivait sa fameuse Histoire du roi Wamba, afin de fournir au nouveau souverain un modèle de roi.

L’Historia Wambae

  • 45 García López, op. cit., p. 123-124.
  • 46 Julien de Tolède, Historia Wambae regis, c. 21, éd. Hillgarth, op. cit., p. 236 : « Facto enim man (...)
  • 47 Ibid., c. 25, p. 239: « “Sed quid immorabor? Ite et stote sub custodiis deputati, quousque censura (...)
  • 48 Ibid., c. 27, p. 239 : « Tertia jam post victoriam victoribus advenerat dies, et Paulus ipse onust (...)
  • 49 Ibid., c. 27, p. 239 : « Sed nulla mortis super eos inlata sententia, decalvationis tantum, ut pra (...)
  • 50 Ibid, c. 29, p. 243-244 : « Et tamen, sub quo celebri triumpho regiam urbem intraverit, de inimici (...)

14Premier élément commun entre la politique d’Ervige et l’Historia Wambae : la peine de la « décalvation » infligée aux rebelles de 673 d’après l’Histoire ut praecipitur précise même Julien, « comme cela est prescrit » sous-entendu dans la loi. Comme l’a fort justement remarqué Y. García López45, cette peine de la decalvatio permet de dater sûrement l’Historia d’après 681, c’est-à-dire postérieurement à la révision du Liber. En effet, d’après l’œuvre de l’évêque de Tolède, Paul, avant de se rendre, consulta ses fidèles pour décider de la manière dont il pouvait sauver sa vie – preuve qu’une condamnation à mort était possible, puisque, de fait, la loi Quantis actenus de Chindaswinthe figurait toujours dans le Livre des Juges. Les rebelles décidèrent alors d’envoyer au-devant du roi le métropolitain de Narbonne46, qui reconnut leur crime, demanda le pardon et obtint de Wamba la vie des conjurés. Ayant rendu grâce à Dieu d’avoir humilié les superbes, le roi annonça ensuite à Paul et à ses compagnons leur futur jugement : « En effet, je vous donnerai de vivre, même si vous ne le méritez pas47. » Puis il restitua les biens spoliés, restaura les choses détruites et fit comparaître Paul et ses compagnons, prosternés selon l’ancien rituel de la calcatio colli48 ; accusés d’avoir comploté la mort du roi, ils subirent non pas la mort mais « seulement » la decalvatio49. Wamba triompha ensuite à la romaine dans Tolède, suivi des prisonniers rasés, pieds nus, vêtus de haillons et portés par des chameaux, parmi lesquels Paul, « couronné d’un laurier noir de cuir » – selon un classique rituel inverse d’humiliation50.

  • 51 Contra : S. Teillet, « L’Historia Wambae est-elle une œuvre de circonstance ? », Los Visigodos. Hi (...)
  • 52 Y. García López, Estudios críticos de la « Lex Wisigothorum », Alcalá de Henares, 1996, p. 229-232
  • 53 En dernier lieu, voir : P. Henriet, « Rite, idéologie, fonction : remarques sur l’onction des rois (...)
  • 54 Julien de Tolède, Historia Wambae regis, c. 3, éd. Hillgarth, op. cit., p. 220 : « Nam eundem viru (...)
  • 55 Ibid., c. 4, p. 220 : « At ubi ventum est, quo sanctae unctionis vexillam susciperet, in praetorie (...)
  • 56 Ibid., c. 2, p. 218-219 : « Adfuit enim in diebus nostris clarissimus Wamba princeps, quem digne p (...)

15Loin d’être un panégyrique rédigé peu après 673 pour commémorer l’anniversaire de la victoire de Wamba51, l’Historia est donc une œuvre tardive, élaborée durant les premières années du pontificat de Julien. Rédigée en prose rimée, dans une langue très précieuse, au vocabulaire raffiné et aux constructions soignées, elle participe de l’important rôle joué par le prélat en matière religieuse et politique – et que trahissent en particulier les nombreux points communs entre l’Histoire, les lois d’Ervige et les conciles de Tolède XII et XIII52. Cette Historia exposait d’abord à Ervige ce qu’était le pouvoir légitime et le gouvernement chrétien. Elle ne valorisait pas en soi Wamba mais l’onction – apparue vraisemblablement en 67253 – ainsi que la capitale de Tolède, ville du sacre. En effet, élu de manière unanime à Gerticos, sur le lieu de décès du précédent souverain – selon la procédure définie au c. 10 de Tolède VIII –, Wamba décida d’être sacré à Tolède, afin de ne pas être considéré « comme un usurpateur ou un voleur54 » ; arrivé dans la capitale, il reçut dans la basilique des saints apôtres Pierre et Paul les serments de fidélité et l’onction ; à cette occasion, un miracle annonça même la félicité de son règne, puisqu’une colonne de fumée et une abeille s’élevèrent au-dessus de lui55. Aux yeux de Julien, l’« onction sacerdotale56 » constituait, avec l’élection, l’un des deux fondements de la légitimité royale.

  • 57 Ibid., p. 236-237 : « In cujus occursu princeps equum paulisper tenuit et, ut erat misericordiae v (...)
  • 58 Ibid., c. 22, p. 237 : « His dictis commotus religiosus princeps in lacrimis, non fuit inexorabili (...)
  • 59 Ibid., c. 22, p. 237 : « Cui venerabilis vir diutine insistebat, ut, quorum sibi vitam donasset, n (...)
  • 60 Ibid., c. 2, p. 219.
  • 61 Ibid., c. 23, p. 238: «Sed quid dicam? Quae ibi fuerit exercituum pompa, quis decor armorum, quae (...)

16Le portrait du roi idéal ne s’arrêtait pas là. Julien décrivit la rencontre entre Wamba et Argebadus de Narbonne en adoptant un registre linguistique à la fois religieux et émotionnel : pour avoir souillé la foi promise (promissa fides), le métropolitain reconnut qu’ils avaient « péché contre le ciel et contre [Wamba], prince très sacré57 » ; le prélat et le prince religiosus étaient tous deux in lacrimis ; et ce dernier accepta de pardonner, de donner « les vies qu’il demandait ». Pourquoi une telle mansuétude royale ? « Car il savait dans le secret de son grand cœur que tout ce qui avait été perdu le serait totalement pour lui s’il n’accordait pas le pardon à celui qui l’implorait58 » ; bref, il ne voulait pas compromettre son salut par un homicide. Si Wamba s’irrita de l’insistance du métropolitain et refusa de gracier totalement les coupables59, il n’en demeure pas moins que, dans ce passage, le roi ne faisait plus de la politique, mais pardonnait comme un clerc… D’ailleurs, dixit Julien, Wamba fut élu contre sa volonté et même sous la menace60 – comme le saint évêque. L’évêque de Tolède donna ensuite une forte tonalité religieuse au récit du triomphe de Wamba à la tête de son armée dans Nîmes, puisqu’à cette occasion apparurent des anges, signes de la protection divine61. Le modèle proposé par Julien à Ervige au travers de Wamba était bien celui d’un roi sacré, très cléricalisé, pardonnant et n’appliquant que des peines modestes à l’encontre des rebelles.

Tolède XIII (683) et l’amnistie de Paul

  • 62 Lex in confirmatione concilii edita, ibid., p. 437-440.
  • 63 Tolède XIII, tomus, ibid., p. 412 : «Illud primum volenti mihi miseris parcere convenit intimare, (...)
  • 64 Ibid., c. 1, p. 415-416 : «Quod etiam et de filiis eorum decernimus observandum, qui post admissum (...)
  • 65 Ibid., p. 415 : «Primo igitur negotiorum exorsu, hortante pariter et jubente religiosissimo domino (...)
  • 66 Ibid., p. 416 : « Unde consonam votis ejus sententiam praeformantes elegimus, ut ea quae de rebus (...)
  • 67 García López, op. cit., p. 127.

17Ervige incarna à merveille ce portrait lors de Tolède XIII (683). Ce concile général, confirmé par une loi du roi62, décida en effet d’amnistier tous ceux marqués de l’infamie depuis le règne de Chintila, en premier lieu Paul, l’ensemble des rebelles de 672/673 et leurs descendants, comme le demandait Ervige dans son tomus63 : tous ceux marqués de l’infamie depuis le règne de Chintila64 retrouvèrent l’« honneur de la noblesse », le droit de témoigner65 et leurs biens confisqués66 ; l’on imagine aisément l’appauvrissement considérable du trésor royal qui dut en résulter. Assurément, le programme de cette assemblée, dominée par Julien de Tolède, était plus ambitieux que celui exposé dans l’Historia Wambae – ce qui permet à Y. García López de fixer la rédaction de cette œuvre avant 68367.

  • 68 Tolède XIII, c. 2, p. 418 : «et insuper quidquid contra hanc regulam sententiae nostrae aut in per (...)
  • 69 Ibid., p. 417: «Unde congruam devotioni ejus sententiam decernentes hoc in commune decrevimus, ut (...)
  • 70 Ibid., p. 418: «Nam et de ceterorum ingenuorum personis, qui palatinis officiis non haeserunt et t (...)
  • 71 Ibid., p. 418-419 : « Nec enim haec et talia praemittentes principibus domesticae correptionis pot (...)

18Puis, à la demande d’Ervige, le deuxième canon conciliaire interdit au roi – sous peine d’anathème et de nullité de sa décision68 – de priver un officier palatin ou un clerc de son « honneur », de l’éloigner du palais royal, de l’enchaîner, de le torturer, de le châtier corporellement, de le priver de ses biens, de l’emprisonner et de lui arracher un aveu, même en cas d’« infidélité », sans le jugement d’une assemblée des grands laïcs et ecclésiastiques – sauf en cas de flagrant délit69. Une discipline semblable valait pour les autres libres, qui ne pouvaient être privés sans jugement public ni du droit de témoigner ni de leurs biens même en cas d’« infidélité » – mais ils pouvaient être battus par le prince à coups de verges pour de petites fautes70. Remarquons à nouveau l’oubli des peines de mort et d’amputation. Que restait-il au monarque en dehors des cas évoqués plus haut ? Un « pouvoir de correction domestique », qui lui laissait juste la possibilité de remplacer les mauvais officiers71.

  • 72 Deswarte, op. cit., p. 173 et sq.
  • 73 Tolède XIII, c. 1, éd. Vives, op. cit., p. 415 : « Praeconabile signum est illis semper negotiis i (...)
  • 74 I Tim 4, 7-8: «Exerce autem teipsum ad pietatem. Nam corporalis exercitatio ad modicum utilis est  (...)
  • 75 Isidore de Séville, étymologies, IX, 3, 5 : « Regiae virtutes praecipuae duae : justitia et pietas (...)
  • 76 Tolède XIII, c. 4, éd. Vives, op. cit., p. 419 : « Pridiani diei exercitia gloriosa, quibus per tr (...)

19Or, ces mesures furent justifiées au moyen d’une argumentation religieuse identique à celle naguère utilisée par Tolède VIII pour légitimer sa suppression de la peine de mort contre les traîtres72. Exposée au début du premier canon, juste après le tomus royal et la profession de foi conciliaire, elle reposait sur la notion de pietas, « utile à tout selon l’Apôtre73 ». Chez saint Paul, ce terme désignait les « exercices spirituels », source de salut : « exerce-toi à la piété. Car les exercices corporels, eux, ne servent pas à grand chose ; la piété au contraire est utile à tout, car elle a la promesse de la vie, présente et future » (I Tim 4, 7-874). À Tolède XIII, cette notion, sortie de son contexte (comme en 653), fut comprise non comme la « piété » mais comme la « miséricorde », vertu morale romaine christianisée et considérée par Isidore comme une vertu royale majeure : « les vertus royales essentielles sont au nombre de deux : la justice et la miséricorde. Mais chez les rois, la miséricorde est plus louable, car la justice, par elle-même, est sévère75 ». Emplissant le cœur du roi, cette pietas justifiait l’amnistie et la réforme pénale. C’est d’ailleurs clairement en vertu de cette pietas principalis que le concile accorda en retour une protection spéciale à la famille du roi après sa mort76 – de même que cinq années plus tard Tolède XV l’abrogea en son nom.

20Après la victoire remportée par Wamba contre Paul en 673, Julien de Tolède n’eut de cesse d’insister sur l’importance de la clémence et du pardon du roi, en particulier dans son Jugement promulgué contre la perfidie des tyrans, son Historia Wambae (681-683) puis lors du concile de Tolède XIII (683) : après que le Jugement eut présenté Wamba commuant la peine de mort en aveuglement, l’Historia proposa un portrait du roi chrétien, sacré et clément pour les révoltés, condamné non pas à la peine de mort mais à la décalvation ; quant à Tolède XIII, il décréta l’amnistie générale de Paul, de ses complices et de tous ceux marqués de l’infamie depuis Chintila. Si donc une abrogation officielle de la peine de mort n’était plus à l’ordre du jour, il n’en demeure pas moins que Julien et ses confrères cherchèrent à la rendre de facto inapplicable.

  • 77 Contra : R. Collins, Visigothic Spain, 409-711, Oxford, 2004, p. 113-116.
  • 78 Tolède XII, c. 6 et 9 éd. Vives, op. cit., p. 394.

21Ces mesures politiques furent-elles d’abord le fait d’une aristocratie toujours soucieuse de limiter l’autorité royale et d’obtenir le pardon de ses membres condamnés77 ? Non. D’ailleurs, les grands ecclésiastiques et laïcs présents à Tolède XII et XIII ne cherchèrent jamais à amoindrir en soi l’autorité royale afin d’affirmer la leur ; n’est-ce pas Tolède XII qui mit en place une nouvelle procédure de nomination des évêques aux mains du roi – qui les choisissait – et du métropolitain de Tolède – qui les examinait, les acceptait et les consacrait78 ? Par ailleurs, ces conflits dépassèrent la simple logique des luttes de pouvoir internes à l’aristocratie. En effet, si l’amnistie de Tolède XIII signait le retour en grâce des anciens adversaires de Wamba, elle participait aussi d’une autre logique, pas forcément contradictoire avec la précédente : celle de la christianisation de l’institution royale, promue en bonne partie par Julien de Tolède dans ses œuvres littéraires et lors des conciles de Tolède XII et XIII.

  • 79 E. Kantorowicz, Les deux corps du roi, dans id., Œuvres, Paris, 2000 [1957], en particulier p. 991 (...)

22En effet, son modèle de gouvernement chrétien se structurait très largement autour d’une idéologie du pardon, justifiée au moyen d’une argumentation religieuse : elle assimilait le refus du pardon politique à un péché contre l’espérance (Jugement), à un péché mortel (Historia Wambae) ou bien faisait de cette clémence une exigence de nature fondamentalement religieuse en l’assimilant à la pietas (Tolède XIII). Il s’agissait donc bien d’une « théologie politique », qui sécularisait des notions religieuses directement tirées de l’écriture Sainte ; rappelons qu’E. Kantorowicz qualifiait ainsi la captation et la sécularisation de notions religieuses au profit de l’état durant les derniers siècles du Moyen âge79 ; et si, à l’évidence, le contexte du VIIe s. était bien différent, un processus similaire était à l’œuvre dans l’Espagne wisigothique, où le religieux devenait du politique.

  • 80 Chronique d’Alphonse III (version Rotensis), § 7 : « Anno regni illius tertio ob causam fraudis fi (...)

23Alors même que l’élection du souverain plaçait le trône au cœur des enjeux nobiliaires et menaçait sa stabilité, ce pardon politique affaiblissait de facto le pouvoir du roi, comme le prouvent les nombreuses révoltes qui secouèrent la royauté, jusqu’au drame de 711, provoqué par une ultime trahison – quand Rodrigue et son armée, « laissés sans défense par la trahison des fils de Wittiza », l’ancien roi (702-710/711 ?), « furent mis en fuite » par les musulmans80. Les évêques et les abbés eurent-ils conscience des redoutables conséquences de leur idéal sur l’autorité royale ? Là encore, ce serait se tromper sur la nature profonde de l’enjeu. La gravité du crime de trahison ne fut jamais remise en cause et les conciles n’eurent jamais de mots assez durs pour stigmatiser ces grands pécheurs, coupables d’un parjure exécré dans les Saintes écritures et méritant une excommunication perpétuelle. Pavée de bonnes intentions, cette théologie politique de la miséricorde mena pourtant le royaume wisigothique directement en enfer.

Notes

1 Tolède IV, c. 75, éd. G. Martínez Diez, F. Rodríguez, Colección canónica hispana, Madrid, t. V : Concilios hispanos : segunda parte, 1992, p. 248-259.

2 Tolède V, c. 4 et 5, ibid., p. 281-284. Ces dispositions sont en partie reprises en 638 par Tolède VI.

3 Tolède VII, c. 1, ibid., p. 338-347.

4 Liber Judicum, II, 1, 8 : « […] sancimus ut quicumque ex tempore reverende memorie Chintilani principis usque ad annum Deo favente regni nostri secundo vel amodo et ultra ad adversam gentem vel extraneam partem perrexit sive perrexerit, aut etiam ire voluit vel quandoque voluerit, ut sceleratissimo ausu contra gentem Gotorum vel patriam ageret aut fortasse conetur aliquatenus agere […] sive ex tempore nostri regiminis tale aliquid agere vel disponere videtur, in necem vel abjectionem nostram sive subsequentium regum intendere vel intendisse proditus videtur esse vel fuerit. […] Res tamen omnes, vel ejus, qui morte est pro tali iscelere perimendus, vel hujus, qui vite propter suam nequitiam infelicissime reservabitur, in regis ad integrum potestate persistant », éd. K. Zeumer, MGH, Leges nationum Germanicarum, t. I : Leges Visigothorum, Hannovre-Leipzig, 1902, p. 54-56.

5 Liber Judicum, II, 1, 8 : « Quod si fortasse pietatis intuitu a principe fuerit illi vita concessa, non aliter quam effossis oculis relinquatur ad vitam, quatenus nec excidium videat, quo fuerat nequiter delectatus, et amarissimam vitam ducere se perenniter doleat. […] Nam si humanitatis aliquid cuicumque perfido rex largiri voluerit, non de facultate ejus, sed unde placuerit principi tantum ei solumodo concessurus est, quantum hereditatis ejusdem culpati vicesima portio fuisse constiterit », ibid., p. 55 et 57.

6 Tolède VIII, en son canon 2, supprime ces peines : « Haec miserationis obtentu temperasse sufficiat ; ceterum, quaecumque juramenta pro regiae potestatis salute vel contutatione gentis et patriae vel hactenus sunt exacta vel deinceps exstiterint exigenda, omni custodia omnique vigilantia insolubiliter decernimus observanda, a membrorum truncatione mortisque sententia religione penitus absoluta », éd. Martínez Diez, Rodríguez, t. V, op. cit., p. 403.

7 Th. Deswarte, « Le concile de Tolède VIII (653) et le code de Réceswinthe (654) : limitation au pouvoir monarchique et suppression de la peine de mort dans l’Espagne wisigothique », Compilations et codifications juridiques, t. I : De l’Antiquité à la période moderne, D. Deroussin et F. Garnier (dir.), Paris, 2008, p. 153-184.

8 C. Martin, « Des fins de règne incertaines : répression et amnistie des groupes aristocratiques (Chindaswinthe, c. 650, et Egica, c. 690-700) », Les élites au haut Moyen Âge. Crises et renouvellements, F. Bougard, L. Feller, R. Le Jan (dir.), Turnhout, 2006, p. 207-223.

9 « In nomine sanctae trinitatis incipit historia excellentissimi Wambae regis de expeditione et victoria, qua revellantem contra se provinciam Galliae celebri triumpho perdomuit », Sancti Juliani Toletanae sedis episcopi Opera, t. I, éd. J. N. Hillgarth, Turnhout [Corpus Christianorum, Series Latina 115], 1976.

10 Julien de Tolède, Historia Wambae regis, c. 2, 3, 4, 20 et 26 (ibid., p. 219-220, 236 et 240-241).

11 Y. Garcia Lopez, « Cronología de la “Historia Wambae” », Anuario de Estudios Medievales, 23 (1994), p. 121-139.

12 Judicium, c. 1 : « Renotentur inter cuneos perfidorum, qui genti suae paraverunt excidium, ut reportent in progenies saeculorum titulos infamiae suae, qui eversores facti sunt patriae ; quibus ex clementia princeps dederit vivere, effossionem luminum non evadant, qui patriae gloriam minuentes proditionis notam incurrerant. […] Spontaneum enim promissionis foedus inrumpit novumque sponsionis jusjurandum constituit, quo, voluntaria fidei promissione discissa, electum a Deo regem nostrum abiceret et maturatam illi vel patriae perniciem exiberet. Nam novo ritu perjurii non solum suam, sed et multorum animas populorum decepit […] », éd. Hillgarth, op. cit., p. 250.

13 Ibid., c. 5, p. 254: « Hic igitur sceleratissimus Paulus, dum, convocatis adunatis que omnibus nobis, id est senioribus cunctis palatii, gardingis omnibus omni que palatino officio, seu etiam adstante exercitu universo, in conspectu gloriosi nostri domni cum praedictis sociis suis judicandus adsisteret, sic praedictus princeps sub praemissa conjurationis interpositione eum adlocutus est, dicens: “Conjuro te per nomen omnipotentis Dei, ut in hoc conventu fratrum meorum contendas me cum judicio, si aut te in aliquo laesi aut occasione qualibet malitiae tibi nutrivi, per quod excitatus hanc tyrannidem sumeres vel hujus regni apicem suscipere attemptares”. »

14 Ibid., c. 6, p. 254 : « Mox idem nefandissimus Paulus voce clara testatus est, dicens : “Per Deum, quia neque a gloria tua laesum me esse sensi neque a vobis mali aliquid pertuli, sed tantum boni in me impertire jussisti, quod percipere omnino non merui. Ego tamen diaboli instinctu provocatus id feci”. Similiter iam dicti socii sui quaesiti sunt, et omnes similiter responderunt. »

15 Ibid., c. 6, p. 254 : « Quibus conditionibus reseratis atque perlectis, ad confusionem perfidiae ipsorum subscriptio manus eorum in ipsis conditionibus eis aspicienda ostenditur. »

16 Ibid., c. 6, p. 254 : « Unde prolatae sunt conditiones, ubi spontanea promissione in electione gloriosi domni nostri Wambani regis ipse nefandissimus Paulus vel socii sui una pariter nobis cum consenserunt et inviolabiliter se ei vel patriae fidem observaturos sub divini numinis sponsione testati sunt, quas etiam manus suae subscriptionibus notaverunt. »

17 Ibid., c. 6, p. 254 : « Post haec aliae conditiones, ad quas ipse perfidus Paulus populum sibi jurare fecerat, relectae sunt, in quibus iste impietatis et crudelitatis ordo servatus est, ubi ipsi Paulo omnes socii sui sub isto ordine juraverunt, ut et fideles illi essent et unanimiter cum eodem contra gloriosum domnum nostrum Wambanem regem pugnarent atque in dejectionem ejus vel periculum usque ad effusionem sanguinis dimicarent vel contra eos, qui eundem domnum nostrum defendere voluissent : infaustum regem jam dictum, gloriosum domnum nostrum Wambanem regem, ut supra praemissum est, in ipsis conditionibus nominantes, et cetera detestanda, quae in ipsis conditionibus reperiuntur scripta. »

18 Ibid., c. 7, p. 255 : « His excursis atque perlectis, canonum est prolata sententia ex concilio Toletano era LXXV, ubi ad locum sic dicit : “Quicumque […]”. Deinde legis est relata sententia in libro II, titulo I, era VI, ubi ad locum dicit : “Quicumque […]”. »

19 Ibid., c. 7, p. 255 : « Cujus sacri canonis praeceptione instructi, non ultra nobis est dubitandum, ut illos paveamus juxta legis hujus sententiam et in corpore et in rebus temporali puniri censura, quos jam patres illi perpetuo anathemate tam terribili judicio damnaverunt in anima. Ob hoc secundum latae legis edita hoc omnes communi definivimus sententia, ut idem perfidus Paulus cum jam dictis sociis suis morte turpissima condemnati interirent, qualiter casum perpetuae perditionis videntur excipere, qui et eversionem meditati sunt patriae et principis interitum conati sunt eximere. »

20 Ibid., c. 7, p. 255 : « Quodsi forsam eis a principe condonata fuerit vita, non aliter quam evulsis luminibus reserventur, ut vivant. Res tamen omnes ejusdem Pauli sociorum que ejus in potestate gloriosi nostri domni persistendas esse decernimus, qualiter, quicquid de his agere vel judicare elegerit serenitatis suae clementia, potestas illi indubitata permaneat, ut seditiosorum nomen funditus a terra dispereat et lugubrem eorum memoriam his titulis denotatam sequutura saecula imitari refugiant. »

21 Tolède XIII, Tomus, ibid., p. 412 : « Illud primum volenti mihi miseris parcere convenit intimare, quod divulsam per tyrannidem nostri corporis partem in societatis nostrae gremio conamur reducere : etenim retroactis divae memoriae praecessoris nostri Wambae regis temporibus quae in profanatoribus patriae, qui cum Paulo quodam tyrannidem assumpserunt, illata sit sententia ultionum, quo per judicii universalis edictum amisso testimonio rebusque propriis caruerunt, cuncta haec vestrae sanctitudini nota sunt, quos tamen et in collegio societatis nostrae recipere et rebus quibus fas fuerit devovimus revestire. »

22 Tolède XIII, c. 1, ibid., p. 415-416 : « Quod etiam et de filiis eorum decernimus observandum, qui post admissum parentum praememoratae profanationis scelus natis esse produntur, sive de caeteris omnibus qui ex hoc tempore divae memoriae Chintilani regis simili hucusque infamationis nota respersi sunt. »

23 ibid., p. 415 : « Primo igitur negotiorum exorsu, hortante pariter et jubente religiosissimo domino nostro Ervigio rege, decernendum nobis occurrit, ut omnes quos scelerata condam contra gentem et patriam conjuratio Pauli in perfidiam traxit et titulo testimonii honestioris abegit, ad statum dignitatis pristinae redeant et nulla deinceps illis ob hoc catena judici judicialis obsistat, sed omnes ita generosae stirpis ac nobilitatis propriae subeant decus ut praeteritae infidelitatis nullum perferant dedecus. »

24 Ibid., p. 416 : « Unde consonam votis ejus sententiam praeformantes elegimus, ut ea quae de rebus eorum nulli donata neque in stipendiis data, sed tantum fisci sunt juribus applicata, unusquisque quod cuique proprium fuerit incunctanter per auctoritates regias possidendum recipiat, et receptum proprii arbitrii libertate disponat. »

25 C’est peut-être ce même Paul qui souscrivit comme « comte » les actes de Tolède XVI en 693, éd. Vives, op. cit., p. 521.

26 Liber Judicum, IX, 2, 8, éd. Zeumer, op. cit., p. 370-371 : « Quid debeat observari, si scandalum infra fines Spanie exsurrexerit. […] Adeo presenti sanctione decernimus, ut a die legis hujus prenotato vel tempore, si quelibet inimicorum adversitas contra partem nostram commota extiterit, seu sit episcopus sive etiam in quocumque ecclesiastico ordine constitutus, seu sit dux aut comes, thiufadus aut vicarius, gardingus vel quelibet persona, qui aut ex ipso sit commissu, ubi adversitas ipsa occurrerit, aut ex altero, qui in vicinitate adjungitur, vel quicumqe in easdem provincias vel territoria superveniens infra centum milia positus, statim ubi necessitas emerserit. »

27 Ibid., p. 371-372 : « Si quisquam ex sacerdotibus vel clericis fuerit et non habuerit, unde damna rerum terre nostre ab inimicis inlata de propriis rebus satisfaciat, juxta electionem principis districtiori mancipetur exilio. Hec sola sententia in episcopis, presbiteris et diaconibus observanda est. In clericis vero non habentibus honorem juxta subteriorem de laicis ordinem constitutum omnis sententia adinplenda est. Ex laicis vero, sive sit nobilis, sive mediocrior viliorque persona, qui talia gesserint, presenti lege constituimus, ut amisso testimonio dignitatis redigatur protinus in conditionem ultime servitutis, ut de ejus persona quidquid princeps judicare voluerit potestas illi indubitata manebit. […] De bonis autem transgressorum, laicorum scilicet adque etiam clericorum, qui sine honore sunt, id decernimus observandum, ut qui deinceps hoc fortasse commiserint, inde cuncta damna terre nostre vel his, qui mala pertulerint, sarciantur. »

28 Ibid., p. 373 : « si episcopus vel quilibet ex clero fuerit aut fortasse ex officio palatino, in quocumque sit ordine constitutus vel quelibet persona fuerit dignitatis, aut fortasse inferior hujus infidelitatis inplicatus scelere, non solum exilio religetur, sed de eorum facultatibus quidquid censura regalis exinde facere vel judicare voluerit, arbitrii illius et potestatis per omnia subjacebit. »

29 Tolède XIII, c. 2, éd. Vives, op. cit., p. 416 : « etenim decursis retro temporibus vidimus multos et flevimus ex palatini ordinis officio cecidisse, quos et violenta professio ab honore degerit et citravale regum factione judicium aut morti aut ignominiae perpetue subjugavit ».

30 Chronica regum Visigothorum, éd. Zeumer, op. cit., p. 461. Il s’agit d’une liste des rois écrite à la fin du VIIe s.

31 Tolède XII, tomus, éd. Vives, op. cit., p. 381-382.

32 Ibid., c. 1, p. 386 : « Post pacifica igitur hujus sanctae fidei conclamationum studia illa se primum nostris sensibus salutaris cognitio agnoscendam invexit, quae tanto corda omnium ardore caritatis adstrinxit, quanto se eadem ipsa cognitio in conventu generalis concilii praenoscendum exhibuit. Etenim sub qua pace vel ordine serenissimus Ervigius princeps regni conscenderit culmen, regnandique per sacrosanctam unctionem susceperit potestatem, ostensa nos scribturarum evidentia docet […]. »

33 Collins, op. cit., p. 96-102. Contre l’hypothèse d’un complot : F. X. Murphy, « Julian of Toledo and the Fall of the Visigothic Kingdom in Spain », Speculum, 27 (1952), p. 1-21.

34 Tolède XII, c. 1, éd. Vives, op. cit., p. 387 : « […] quem et divinum judicium in regno praeelegit et decessor princeps successurum sibi instituit, et quod superest quem totius populi amabilitas exquisivit ».

35 Ibid. : « Et ideo soluta manus populi ab omni vinculo juramenti, quae praedicto viro Wambae dum regnum adhuc teneret alligata permansit, hunc solum serenissimum Ervigium principem obsequendum grato servitii famulatu sequatur et libera […]. »

36 Contra : Collins, op. cit., qui minore l’importance de l’onction lors de l’avènement d’Ervige.

37 Tolède XII, praef., éd. Vives, op. cit., p. 384-385.

38 Ibid., p. 383 : « Nam et hoc generaliter obsecro, ut quidquid in nostrae gloriae legibus absurdum, quidquid justitiae videtur esse contrarium unanimitatis vestrae judicio corrigatur. De ceteris autem causis atque negotiis, quae novella conpetant institutionem firmari, evidentium sententiarum titulis exaranda conscribite […]. »

39 Au Bas-Empire, l’infamie privait le condamné de l’exercice de ses droits civiques : E. Stein, Histoire du Bas Empire, t. I : De l’état romain à l’état byzantin, Paris, 1959, p. 23. Cette peine n’était plus accompagnée d’un marquage au fer rouge depuis son interdiction par Constantin en 315/316 : Code Théodosien, IX, 40, 2, éd. Th. Mommsen et P. Meyer, Theodosiani libri XVI cum constitutionibus Sirmondianis et leges novellae ad Theodosianum pertinentes, Berlin, t. I-2, 1962, p. 501.

40 Tolède XII, tomus, éd. Vives, op. cit., p. 383.

41 Ervige a-t-il abrogé la loi de Wamba Liber Judicum, IX, 2, 8 ? C’est l’opinio communis, récemment contestée par C. Martin dans une communication intitulée : « Le Liber Judiciorum. Un code de lois post-romain en Espagne wisigothique » (table ronde de la Casa de Velázquez, 2009 : Les sources normatives et diplomatiques du haut Moyen Âge hispanique chrétien. Enjeux méthodologiques et lexicologiques (VIe-Xe siècle), à paraître dans les Mélanges de la Casa de Velázquez). Selon elle, Ervige publie une loi plus générale sur la convocation à l’armée (et non pas en cas de « scandale »), qui abroge donc une loi militaire de Wamba logiquement ignorée du Livre des Juges.

42 Tolède XII, c. 7, éd. Vives, op. cit., p. 394-395 : « Omnis disciplina sic subjectos debet arguere ut spem veniae non videatur auferre, nec funditus curvationis inducere jugum, sed temperantiae semper adhibere consultum. Et ideo quia legem illam a domino Wambane principe editam, quae de progressione est exercitus adnotata, hujus principis nostri et domini Ervigii mansuetudo temperare disposuit, adeo adnuente nobis glorioso et religiosissimo Ervigio principe nostro necessarium hoc sanctum concilium definivit ; ut hii qui per supradictam legem testificandi dignitatem perdiderunt, recepto testimonio pristinae dignitatis causas exsequi possint debitae actionis, qualiter nobilitatis solitae titulum reportantes et quae de praeteritis legitime testificare voluerint licentiae obtineant votum, et a judicibus nullis prohibitionibus arceantur […]. »

43 García López, op. cit., p. 123-124. Ce constat, fruit des recherches personnelles de Y. García López sur les manuscrits du Liber, ne correspond pas exactement à l’édition de K. Zeumer, qui donne comme texte de la loi II, 1, 8 (version d’Ervige) : « horum omnium scelerum vel unius ex his quisque reus inventus, et si nulla mortis ultione plectatur, aut effosionem perferat oculorum, secundum quod in lege hac hucusque fuerat constitutum, decalvatus tamen C flagella suscipiat et sub artiori vel perpetuo erit religandus exilio pene et insuper nullo umquam tempore ad palatini officii reversurus est dignitatem ; sed servus principis factus est et sub perpetua servitutis catena in principis potestate redactus, eterna tenebitur exilii religatione obnoxius » (éd. Zeumer, op. cit., p. 55).

44 Sur ce rituel, voir B. Dumézil, « La peine de décalvation dans la législation wisigothique au VIIe siècle », Le Sens du poil. Anthropologie/mythologies de la chevelure et de la pilosité [Colloque de l’Université de Bretagne Occidentale, 2007], B. Lançon (dir.), à paraître.

45 García López, op. cit., p. 123-124.

46 Julien de Tolède, Historia Wambae regis, c. 21, éd. Hillgarth, op. cit., p. 236 : « Facto enim mane cum his, quos adseclas perditionis suae habuerat, verbum habere coepit, ut aut vale sibi ultimum dicerent aut, si possent, saluti suae adhuc in aliquo consulerent. Tunc Argebadus Narbonensis ecclesiae praesul communi consilio ad principem mittitur, qui vitam rogaret, qui offensis veniam precaretur. […] Et ecce ! progressum celerem principis cum inextimabili agmine pugnatorum quarto fere ab urbe miliario videns, occursurus eidem principi de equo desilivit, humo prosternitur, veniam deprecatur. »

47 Ibid., c. 25, p. 239: « “Sed quid immorabor? Ite et stote sub custodiis deputati, quousque censura de vobis agitetur judicii. Vivere enim vobis donabo, etiamsi non mereamini”. »

48 Ibid., c. 27, p. 239 : « Tertia jam post victoriam victoribus advenerat dies, et Paulus ipse onustus ferro cum ceteris consedenti in throno principi exibetur. Tunc antiquorum more curba spina dorsi vestigiis regalibus sua colla submittit, deinde coram exercitibus cunctis adjudicatur cum ceteris, quum universorum judicio et mortem exciperent, qui mortem principi praeparassent. »

49 Ibid., c. 27, p. 239 : « Sed nulla mortis super eos inlata sententia, decalvationis tantum, ut praecipitur, sustinuere vindictam. »

50 Ibid, c. 29, p. 243-244 : « Et tamen, sub quo celebri triumpho regiam urbem intraverit, de inimicis exultans, explicare necesse est, ut, sicut ingentis ejus gloriae signum saecula sequutura clamabunt, ita seditiosorum ignominia non excidat a memoria futurorum » et c. 30, p. 244 : « Etenim quarto fere ab urbe regia miliario Paulus princeps tyrannidis vel ceteri incentores seditionum ejus, decalvatis capitibus, abrasis barbis pedibusque nudatis, subsqualentibus veste vel habitu induti, camelorum vehiculis imponuntur. Rex ipse perditionis praeibat in capite, omni confusionis ignominia dignus et picea ex coreis laurea coronatus. » à ce sujet, voir M. De Jong, « Adding insult to injury: Julián de Toledo and his Historia Wambae », The Visigoths from the Migration Period to the Seventh Century. An Ethnographic Perspective, P. Heather (dir.), Woodbridge, 1999, p. 373-402.

51 Contra : S. Teillet, « L’Historia Wambae est-elle une œuvre de circonstance ? », Los Visigodos. Historia y civilización, Murcia, 1987, t. III, p. 415-424. Selon G. García Herrero, l’Historia est rédigée entre 687 et 690 pour glorifier le règne de Wamba, à l’instigation d’Egica, apparenté à ce dernier : « Sobre la autoria de la Insultatio y la fecha de composición de la Historia Wambae de Julian de Toledo », Los Visigodos y su mundo, Madrid, 1998, p. 185-213, p. 202 et 206.

52 Y. García López, Estudios críticos de la « Lex Wisigothorum », Alcalá de Henares, 1996, p. 229-232.

53 En dernier lieu, voir : P. Henriet, « Rite, idéologie, fonction : remarques sur l’onction des rois wisigoths et hispaniques du haut Moyen Âge (VIIe-XIe s.) », Auctoritas. Mélanges offerts au professeur Olivier Guillot, Paris, 2006, p. 179-192.

54 Julien de Tolède, Historia Wambae regis, c. 3, éd. Hillgarth, op. cit., p. 220 : « Nam eundem virum quamquam divinitus abinceps et per hanelantia plevium vota et per eorum obsequentia regali cultu jam circumdederant magna officia, ungi se tamen per sacerdotis manus ante non passus est, quam sedem adiret regiae urbis atque solium peteret paternae antiquitatis, in qua sibi oportunum esset et sacrae unctionis vexilla suscipere et longe positorum consensus ob praeelectionem sui patientissime sustinere, scilicet ne, citata regni ambitione permotus, usurpasse potius vel furasse quam percepisse a Domino signum tantae gloriae putaretur ».

55 Ibid., c. 4, p. 220 : « At ubi ventum est, quo sanctae unctionis vexillam susciperet, in praetoriensi ecclesia, sanctorum scilicet Petri et Pauli, regio jam cultu conspicuus ante altare divinum consistens, ex more fidem populis reddidit. Deinde curbatis genibus oleum benedictionis per sacri Quirici pontificis manus vertici ejus refunditur et benedictionis copia exibetur, ubi statim signum hoc salutis emicuit. Nam mox e vertice ipso, ubi oleum ipsum perfusum fuerat, evaporatio quaedam fumo similis in modum columnae sese erexit in capite, et e loco ipso capitis apis visa est prosilisse, quod utique signum cujusdam felicitatis sequuturae speciem portenderet. »

56 Ibid., c. 2, p. 218-219 : « Adfuit enim in diebus nostris clarissimus Wamba princeps, quem digne principari Dominus voluit, quem sacerdotalis unctio declaravit, quem totius gentis et patriae communio elegit, quem populorum amabilitas exquisivit, qui ante regni fastigium multorum revelationibus celeberrime praedicitur regnaturus. »

57 Ibid., p. 236-237 : « In cujus occursu princeps equum paulisper tenuit et, ut erat misericordiae visceribus affluens, et ipse inlacrimans, sublebari episcopum a terra praecepit. Qui vir rursum erectus, lacrimarum singultibus interclusus, lamentabili voce aiebat : “heu ! peccavimus in caelum et coram te, sacratissime princeps. Non sumus digni, quibus eventus pietatis tuae occurrat, quibus venia conlata subveniat, qui et promissam tibi maculavimus fidem et in tanto prolapsionis devoluti sumus scelere. Parcat, oro, tua pietas cito, ne gladius vindex reliquias nostrorum semineces extinguat, ne plus quam coepit mucro animas petat. Jube jam exercitum cessare a sanguine, cives civibus parcere. Parvissimi quidem evasimus gladio, sed pro parvis venia deprecatur. Parce ergo nostris reliquiis, ut, quia jam in ceteros nostrorum emanavit jugulum mortis, saltim remaneant, quibus miserearis. Si enim prohibere cito nolueris caedem, nec ipsi quidem incolae remanebunt ad urbis tuitionem”. »

58 Ibid., c. 22, p. 237 : « His dictis commotus religiosus princeps in lacrimis, non fuit inexorabilis, quippe qui alto quodam cordis sui arcano sciret, sibi totum perire, quicquid dicebatur perisse, si precanti veniam non praestitisset. Haec igitur princeps inprecanti viro verba respondit : “Certum tene”, ait, “quod dixero. Victus precibus tuis, dono tibi animas quas petisti. Non illas ultore gladio perdam ; non hodie cujusquam sanguinem fundam nec quandoque vitam extinguam, quamquam talium offensa impunita non transeat”. »

59 Ibid., c. 22, p. 237 : « Cui venerabilis vir diutine insistebat, ut, quorum sibi vitam donasset, nullam in his jacturam ultionis exerceret. Sed princeps mox percito furore inclementior redditus : “jam ne”, ait, “alias atque alias conditiones mihi imponatis, quum vitam vobis donasse sit satis. Tibi ergo soli me ex toto pepercisse sufficiat, pro reliquis vero nihil horum promitto”. »

60 Ibid., c. 2, p. 219.

61 Ibid., c. 23, p. 238: «Sed quid dicam? Quae ibi fuerit exercituum pompa, quis decor armorum, quae species juvenum, quae consensio animorum, explicare quis poterit ? Ubi divina protectio evidentis signi ostensione monstrata est. Visum est enim, ut fertur, cuidam externae gentis homini angelorum excubiis protectus religiosi principis exercitus esse angelos que ipsos super castra ipsius exercitus volitatione suae protectionis signa portendere. Sed paulisper haec et talia sub silentio relinquentes, suscepti operis ordinem exequamur.»

62 Lex in confirmatione concilii edita, ibid., p. 437-440.

63 Tolède XIII, tomus, ibid., p. 412 : «Illud primum volenti mihi miseris parcere convenit intimare, quod divulsam per tyrannidem nostri corporis partem in societatis nostrae gremio conamur reducere: etenim retroactis divae memoriae praecessoris nostri Wambae regis temporibus quae in profanatoribus patriae, qui cum Paulo quodam tyrannidem assumpserunt, illata sit sententia ultionum, quo per judicii universalis edictum amisso testimonio rebusque propriis caruerunt, cuncta haec vestrae sanctitudini nota sunt, quos tamen et in collegio societatis nostrae recipere et rebus quibus fas fuerit devovimus revestire.»

64 Ibid., c. 1, p. 415-416 : «Quod etiam et de filiis eorum decernimus observandum, qui post admissum parentum praememoratae profanationis scelus natis esse produntur, sive de caeteris omnibus qui ex hoc tempore divae memoriae Chintilani regis simili hucusque infamationis nota respersi sunt.»

65 Ibid., p. 415 : «Primo igitur negotiorum exorsu, hortante pariter et jubente religiosissimo domino nostro Ervigio rege, decernendum nobis occurrit, ut omnes quos scelerata quondam contra gentem et patriam conjuratio Pauli in perfidiam traxit et titulo testimonii honestioris abegit, ad statum dignitatis pristinae redeant et nulla deinceps illis ob hoc catena judicialis obsistat, sed omnes ita generosae stirpis ac nobilitatis propriae subeant decus ut praeteritae infidelitatis nullum perferant dedecus.»

66 Ibid., p. 416 : « Unde consonam votis ejus sententiam praeformantes elegimus, ut ea quae de rebus eorum nulli donata neque in stipendiis data, sed tantum fisci sunt juribus applicata, unusquisque quod cuique proprium fuerit incunctanter per auctoritates regias possidendum recipiat, et receptum proprii arbitrii libertate disponat. » La seule condition était que ces biens aient été rattachés au fisc et non donnés ou concédés en stipendium. Ervige ratifia cette amnistie dans sa loi de confirmation du concile (ibid., p. 438). Paul est peut-être ce comte qui signe les actes de Tolède XVI en 693.

67 García López, op. cit., p. 127.

68 Tolède XIII, c. 2, p. 418 : «et insuper quidquid contra hanc regulam sententiae nostrae aut in persona cujusquam fuerit actum aut de rebus accusatae personae extiterit judicatum nullo vigore subsistant, quo persona ipsa aliter quam decernimus judicata aut testimonii sui dignitatem amittat aut quaestum rei propriae careat».

69 Ibid., p. 417: «Unde congruam devotioni ejus sententiam decernentes hoc in commune decrevimus, ut nullus deinceps ex palatini ordinis gradu vel religionis sanctae conventum, regiae subtilitatis astu vel profanae potestatis instinctu sive quorumlibet hominum malitiosae volumptatis obnisu citra manifestum et evidens culpae suae indicium ab honore sui ordinis vel servitio, domus regiae arceatur, non ante vinculorum nexibus inligetur, non quaestioni subdatur, non quibuslibet tormentorum vel flagellorum generibus maceretur, non rebus privetur, non etiam carceralibus custodiis mancipetur, neque adhibitis hinc inde injustis occasionibus abdicetur, per quod illi violenta, occulta vel fraudulenta professio extrahatur : sed is qui accusatur gradum sui ordinis tenens et nicil ante de supradictorum capitulorum nocibilitate persentiens, in publica sacerdotum, seniorum atque etiam gardingorum discussione deductus [et justissime perquisitus] aut obnoxius reatui detectae culpae legum poenas excipiat, aut innoxius judicio omnium conprobatus appareat. […] Quod si de infidelitatis crimine quicquam eis obicitur, simili ut superius praemissum est ordine judicandi sunt.»

70 Ibid., p. 418: «Nam et de ceterorum ingenuorum personis, qui palatinis officiis non haeserunt et tamen ingenuae dignitatis titulum reportare videntur, similis ordo servabitur, qui etiamsi pro culpis minimis, ut adsolet, flagellorum ictibus a principe verberentur, non tamen ex hoc aut testimonium amissuri sunt aut rebus sibi debitis privabuntur. Quod si de infidelitatis crimine quicquam eis obicitur, simili ut superius praemissum est ordine judicandi sunt.»

71 Ibid., p. 418-419 : « Nec enim haec et talia praemittentes principibus domesticae correptionis potestas adimatur : nam specialiter de laicis illis quos non culpa infidelitatis adstringit sed aut servitii sui officio torpentes aut in commissis sibi actibus repperiuntur esse mordaces vel potius neclegentes, erit principi licitum hujusmodi personas absque aliquo eorum infamio vel rei propriae damno et servitii mutatione corrigere et in commissos talium alios qui placeant transmutare. »

72 Deswarte, op. cit., p. 173 et sq.

73 Tolède XIII, c. 1, éd. Vives, op. cit., p. 415 : « Praeconabile signum est illis semper negotiis interesse, quae et a pietate incipiunt et per pietatis viscera temperantur. “Pietas enim, ut ait Apostolus, ad omnia utilis est” : cujus virtutis admirabili dono cor gloriosi atque religiosissimi principis nostri divino igne succensum decrevit pariter et elegit, ut in unum coetum omnes Spaniae adgregati pontifices illa decernerent, quae et gravedines pressurarum removeant et sublevationis opem dejectis opulenter inpendant. »

74 I Tim 4, 7-8: «Exerce autem teipsum ad pietatem. Nam corporalis exercitatio ad modicum utilis est ; pietas autem ad omnia utilis est, promissionem habens vitae, quae nunc est et futurae.»

75 Isidore de Séville, étymologies, IX, 3, 5 : « Regiae virtutes praecipuae duae : justitia et pietas. Plus autem in regibus laudatur pietas, nam justitia per se severa est », éd. et trad. M. Reydellet, étymologies Livre IX, Paris, 1984, p. 121-123. Sur cette vertu royale, voir : M. Reydellet, La royauté dans la littérature latine de Sidoine Appolinaire à Isidore de Séville, Rome-Paris, 1981, p. 548.

76 Tolède XIII, c. 4, éd. Vives, op. cit., p. 419 : « Pridiani diei exercitia gloriosa, quibus per trium capitulorum adnotationem pietas principalis se monstravit eximia, cogunt coetus nostri reverentiam aliquid promulgare, quo valeat et pietati regiae vicem beneficentiae reddere et principalis suboli ad futurum prodesse. »

77 Contra : R. Collins, Visigothic Spain, 409-711, Oxford, 2004, p. 113-116.

78 Tolède XII, c. 6 et 9 éd. Vives, op. cit., p. 394.

79 E. Kantorowicz, Les deux corps du roi, dans id., Œuvres, Paris, 2000 [1957], en particulier p. 991-999.

80 Chronique d’Alphonse III (version Rotensis), § 7 : « Anno regni illius tertio ob causam fraudis filiorum Vitizani Sarrazeni ingressi sunt Spaniam. Quumque rex ingressum eorum cognovisset, statim cum exercitu egressus est eis ad vellum. Sed suorum peccatorum classe oppressi et filiorum Vitizani fraude detecti in fuga sunt versi », éd. et trad. J. L. Moralejo, J. G. Fernández, J. I. Ruiz de la Peña, Crónicas asturianas, Oviedo, 1985, p. 120. Cette chronique consiste en une série de notices sur les différents règnes, continuant l’Historia Gothorum d’Isidore de Séville et élaborée à Oviedo en 881/884.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540