Version classiqueVersion mobile

La trahison au Moyen Âge

 | 
Myriam Soria
, 
Maïté Billoré

Prévenir et punir le traître

« Sens dessoubz dessus. » Le blason de la trahison1

Laurent Hablot

Texte intégral

  • 1 Le terme blason est pris ici dans son sens strict d’ensemble de règles régissant l’héraldique, sci (...)
  • 2 Voir Cl. Gauvard, « L’honneur du roi. Peines et rituels judiciaires au Parlement de Paris à la fin (...)
  • 3 Cl. Gauvard, « De grace especial ». Crime, état et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, (...)
  • 4 Sur les signes de l’exclusion et pour une bibliographie de la question, voir M. Pastoureau, Jésus (...)

1Les historiens de la justice soulignent qu’au Moyen Âge l’idée de la peine ou son seul énoncé ne sont pas loin de valoir son application2, que les peines portant atteinte à l’image sociale du criminel sont une part essentielle des châtiments infligés3. Cet aspect symbolique de la justice médiévale explique en partie l’importance accordée dans son exercice aux éléments visuels. Les signes qui servent alors à ordonner et à exclure – codes somptuaires, sceaux, emblèmes – sont donc presque tous utilisés par la justice du temps dans l’exercice du châtiment4. Cette réalité concerne aussi la sanction de la trahison.

  • 5 S. H. Cuttler, The Law of Treason and the treason Trials in Late Medieval France, Cambridge, 1982 (...)

2Parmi les criminels, le traître est un cas bien particulier. Sa faute, même si elle peut avoir des conséquences matérielles, est d’abord une faute morale, qui porte atteinte à la foi jurée, à l’honneur et aux devoirs qui en découlent. L’importance de la trahison et de la sanction qui la punit est souvent proportionnelle à la dignité sociale ou à la responsabilité politique de celui qui l’exerce. Donc, si elle n’est pas réservée aux élites, la trahison les concerne en priorité5. Ces données expliquent peut-être que la punition de la trahison, plus que des autres peines, prend très souvent une dimension symbolique et s’exprime à travers des rites et des signes propres aux élites.

  • 6 La devise est un emblème personnel non soumis aux règles du blason, constituée d’une figure, parfo (...)
  • 7 J’ai pu recenser une quinzaine de cas entre le milieu du XIVe et le début du XVIe s.

3Dans l’Europe médiévale, la noblesse s’est dotée de différents systèmes de signes d’identité et de pouvoir qui, s’ils ne lui sont pas réservés, caractérisent l’individu noble, son lignage et la nature de son autorité. C’est le cas des armoiries complétées par des devises et des ordres de chevalerie6. Entre les mains de la justice chargée de punir le traître, ces signes de l’honneur peuvent devenir ceux du déshonneur. Les sources de la fin du Moyen Âge évoquent, en effet, un châtiment original de la trahison : la diffamation héraldique ou subsversio armorum c’est-à-dire l’exposition publique des armoiries du traître, inversées, « sens dessous dessus ». Cette pratique n’est pas seulement théorisée dans les traités de blason ou proclamée dans une justice virtuelle jamais appliquée ; il en existe des exemples concrets7.

  • 8 L’étude des usages juridiques des armoiries a été passablement négligée ; quelques travaux révèlen (...)

4L’analyse de cette sanction, de son origine, de sa portée symbolique, de sa mise en scène et des cas où elle s’impose, éclaire la fonction judiciaire – et non plus seulement juridique8 – des armoiries. Elle contribue en retour à définir l’idée même de trahison dans la société médiévale : une forme de parjure et d’atteinte à l’éthique chevaleresque dont la définition évolue selon les besoins du seigneur, du groupe social et du prince.

  • 9 Attentat et conspiration contre la personne ou l’autorité du roi, rébellions et actes de sédition (...)
  • 10 Pour la cérémonie du dépouillement : A. Favyn, Le théâtre d’honneur et de Chevalerie, t. II l. X p (...)
  • 11 La maison du coupable peut être rasée et les futaies coupées à hauteur d’homme dite « hauteur d’in (...)
  • 12 Mathieu, op. cit., p. 232-239.

5Si les témoignages directs de sanctions emblématiques sont assez rares pour le Moyen Âge, héraldistes et érudits de l’époque moderne sont, en revanche, très diserts sur les peines infamantes appliquées aux armoiries des nobles convaincus de traîtrise ou de forfaiture. Les traités de blason et de chevalerie nous apprennent ainsi que le crime de lèse-majesté entraîne, au premier chef9, la dégradation de la noblesse au cours d’une cérémonie complexe. Le criminel y est publiquement désarmé, symboliquement lavé de sa chevalerie, allongé sur une litière et allégoriquement enterré au cours d’un office des morts durant lequel est chanté le psaume 109 fulminant Judas et ses semblables10. Ce rituel est associé à une diffamation publique du nom, du fief et des armoiries11. Durant la dégradation, l’écu du coupable est suspendu à un pieu, renversé pointe en haut, puis brisé et toutes les représentations de ses armes sont arrachées ou bûchées (martelées). Sa descendance peut se voir ensuite privée de la capacité héraldique12.

  • 13 Par l’ordonnance du 22 déc. 1477, Ordonnances des rois de France, t. XVIII, p. 315. Sur le sujet, (...)
  • 14 Paris, BN, Fr. 18429, f 15.

6Dans la pratique, ce châtiment du crime de lèse-majesté ne se met en place, comme la faute qu’il sanctionne, que très tardivement, probablement dans le courant du XIVe s. et se poursuit à l’époque moderne13. En 1507, par exemple, les sires de Rosny et de Tibivillers, gentilshommes de l’hôtel du roi, accusés d’avoir « abandonné le lieu et enseigne a eux ordonné pour la seurté du duché de Milan », sont condamnés par le Grand Conseil réuni à Bourges à être dégradés de la noblesse et, pour Rosny, à être privé de ses armoiries14.

  • 15 Cet exemple est évoqué dans de nombreux traités modernes et contemporains relatifs au blason ou à (...)

7Il peut être intéressant de noter qu’un des premiers cas dans lequel les armoiries servent d’intermédiaire à la sanction princière est attribué à saint Louis, le roi justicier. Il ne s’agit pas alors de condamner une trahison à proprement parler mais un manque de soumission à l’autorité naturelle des parents, ce qui est, au Moyen Âge, une forme de trahison à la loi divine. Le roi aurait, en effet, puni la conduite de Jean d’Avesnes à l’égard de sa mère, Marguerite de Flandre – qui avait cédé le comté aux fils de son second lit Dampierre – en imposant au prétendant débouté de porter désormais les armes de Flandres avec un lion morné (le Blason le qualifie de diffamé) c’est-à-dire privé de ses griffes, de sa langue et de son sexe. L’histoire est plaisante mais loin d’être assurée15. D’une part le roi de France ne détient pas alors la capacité de modifier à sa guise les armes d’un de ses vassaux sans leur accord, d’autre part il semble très improbable qu’un puissant seigneur du rang de Jean d’Avesnes ait accepté de porter ainsi publiquement le signe de l’opprobre royale en usant des armes brisées du comté auquel il avait pleinement droit.

  • 16 Paris, BN, Ms. fr. 18437, fol 2.

8Il n’empêche que c’est bien dans le courant du XIIIe s. que se mettent en place les principales fonctions sociales et juridiques de l’héraldique, peut-être en lien avec le développement du droit romain. Dépassant le simple signe de l’identité féodale, l’écu armorié devient véritablement, à cette époque, la projection publique de la personne, de son pouvoir et de son lignage. Apparaissent alors les concessions d’armoiries qui permettent d’honorer un fidèle et, à l’inverse, c’est aussi ce vecteur héraldique qui est utilisé pour juger par contumace. En 1332 par exemple, les armoiries de Robert d’Artois sont exposées à la cour des Pairs de Philippe VI, ce qui permet de le rendre virtuellement présent et d’exercer sur lui la justice royale16. S’il n’est pas encore traître à son royaume, comme il le deviendra quelques mois plus tard en se jetant dans la fidélité d’Édouard III, le comte d’Artois est déjà traître à son roi par son crime de lèse-majesté dû aux faux scellés qu’il a fait réaliser.

  • 17 Cité dans N. Fryde, The Tyranny and Fall of Edward II, 1321-1326, Cambridge, 1979, p. 190, d’après (...)

9Le premier cas recensé de diffamation héraldique concerne l’exécution d’Hugh Despenser, comte de Winchester, le 27 octobre 1326. Il est « traîné pour trahison, pendu pour vol, décapité pour ses crimes contre l’église et sa tête exposée à Winchester où il fût comte contre loi et raison ». Et parce qu’il a « rompu les lois de la chevalerie », il est exécuté vêtu d’une robe portant ses armes inversées « pour qu’elles soient entachées pour toujours17 ».

  • 18 A. J. D. Boulton, The Knights of the Crown, Woodbridge, 2000 [1987].
  • 19 Par exemple l’ordre du Nœud, Ibid., p. 211 sq.
  • 20 Ordonnances des rois de France, t. II, p. 466 ; L. Pannier, La noble maison de Saint-Ouen, Paris, (...)
  • 21 Molinet, Chroniques, éd. J.-A. Buchon, Paris, 1828, chap. LXXXIII.

10Les mentions relatives à la diffamation des armoiries se font plus nombreuses dans la seconde moitié du XIVe s. avec le développement du droit militaire ou jus armorum. Vers 1350, ce mode de sanction semble même courant dans l’ensemble de l’Europe comme en attestent divers cas qui s’appliquent à différentes formes de trahison et de parjure. Les ordres chevaleresques qui naissent alors offrent des exemples souvent bien documentés de trahison dont les motifs et les sanctions sont consignés dans les statuts puis dans les registres des assemblées annuelles. Différents modes de dégradation punissent les traîtres, depuis l’exclusion18, en passant par la modification temporaire de l’insigne19, jusqu’à l’inversion et la diffamation publique du nom et des armes du traître. Armoiries qui, dans les salles capitulaires ou les chapelles des ordres, sont souvent exposées sur un tableau peint au-dessus des stalles des membres. Les statuts de l’ordre de l’étoile, créé le 6 novembre 1351, stipulent, par exemple, qu’en cas de fuite du champ de bataille le membre incriminé « sera souspendus de la compagnie et ne pourra porter tel habit, et li tournera l’ecu en la Noble Maison ses armes et son timbre, sanz dessus dessous, sans deffacier, jusques a tant que il feut restituez par le prince et son conseil et tenu pour relevez par son bien fait20 ». Quelques décennies plus tard, des membres de la Toison d’or ralliés à Louis XI subissent un sort analogue. À l’occasion de la fête de Bois-le-duc, en 1481, le chroniqueur bourguignon Molinet expose les sanctions imposées aux traîtres : « pour les démérites d’iceulx-seigneurs [confrères de l’ordre], leurs tableaux furent ostés et séparés des aultres ; et mesme le tableau et armure du seigneur des Querdes (Philippe de Crèvecoeur) fut mis au portail de l’église, et renversé de hault en bas ». À ces armes publiquement diffamées s’ajoutent celles de Philippe Pot, moins gravement coupable, qui sont elles aussi retournées « sens dessous dessus » mais seulement dans la chapelle de l’ordre21.

  • 22 P.-C. Timbal, La guerre de cent ans vue à travers les registres du Parlement (1337-1369), Paris, 1 (...)
  • 23 Paris, AN, JJ. 616, no 6.
  • 24 Timbal, op. cit., p. 307-313.

11Cette sanction diffamatoire de la trahison s’exerce également dans le cas particulier du parjure, notamment dans le cas précis du forfait du règlement d’une rançon. En 1358, Raoul de Renneval s’engage à solder le rachat aux Anglais du château de Poix, en association avec trois chevaliers et un écuyer, sous peine d’être réputés « parjure, traîtres et infidèles par toute la chrétienté » et de voir leurs écus renversés en plus d’être mis à l’amende22. En 1364 encore, à l’issue de la bataille de Cocherel où il a été capturé, le célèbre captal de Buch, Jean de Grailly, promet par un acte scellé de rester toujours « vrais et loyaus prisons » de Charles V et de ne pas chercher à s’entendre avec le roi de Navarre, faute de quoi « je vueil et consens que je soie tenuz pour faux, mauvais et desloial chevalier et pour parjure et foy mentie et que, en signe de ce, mes armes soient tournées et mises ce dessus dessoubz23 ». Quelques années plus tard, en 1368, la capture d’un chevalier briard, Jean de Melun, par un écuyer anglais, donne lieu à une procédure complexe. Comme en convenaient les lettres d’obligations qu’il avait scellées, Jean de Melun, forfait du règlement de sa dette dans le délai prescrit, est victime d’une subversio armorum qu’il juge abusive. Le tribunal des maréchaux est dessaisi du procès au profit du Parlement qui considère que l’application de la subversio annule la dette de Melun. Jouant sur les termes, celui-ci réclame alors une amende honorable et l’erectio armorum dans tous les lieux où ses armes avaient été diffamées24.

  • 25 Du Cange, Glossarium mediae et infimae latinitatis, Paris, 1840, t. 1, art. arma reversata.
  • 26 Cuvelier, Chronique de Bertrand du Guesclin, éd. E. Charrière, Paris, 1839, p. 216-217, v. 19672-1 (...)

12La chronique de Bertrand du Guesclin rapporte qu’à l’occasion du siège de Moncontour, en 1371, le connétable s’était engagé sur ses biens et terres à payer la rançon d’un de ses soudoyés, otage du capitaine anglais de la ville. Le Breton ayant oublié de régler cette dette, l’Anglais, un certain Jannequin Lovet, fit peindre ses armes sur un écu qu’il fit traîner à la queue d’un cheval et puis pendre renversées sens dessus dessous comme parjure : « Oy dist l’escuyer, regardés la douleur/les armes de Bertrand, ou tant a de vigeur,/Ont penduë laidement, ainsi comme trahiteur,/et traisnée aussi au long d’un quarrefort,/et les ont enversées, en montrant par frenour (à grand bruit),/que Bertrand de Glaequin a cuer de boiseour (traître, fourbe25) ». La ville prise, Du Guesclin s’empara du coupable, le fit traîner et pendre au lieu même où ses armes avaient été humiliées26.

  • 27 À ce sujet : Ph. Contamine, Guerre, état et société à la fin du Moyen Âge. étude sur les armées de (...)
  • 28 Evrart de Tremaugon, Le Songe du vergier, éd. Brunet, I, chap. cxlviii, p. 183.
  • 29 Un Livre des droits de guerre est attribué à Henry de Lancastre (1310-1361) mais il semble aujourd (...)

13Les traités de droit militaire du milieu du XIVe s., codifient en effet les lois de la guerre ou jus armorum et stipulent les peines27. Ils soumettent souvent les questions de trahison et de parjure à de véritables débats casuistiques. Evrart de Tremaugon soutient, par exemple, dans son Songe du Vergier, en 1378, « que nul chevalier ou estrangier ne se peut obliger de faire aulcune chose sur peine que ses armes luy soyent renversées […] car c’est honte à toute noble lignée quant les armes de leur hostel sont renversées28 ». À l’occasion des campagnes françaises du début du XVe siècle, les souverains anglais réorganisent le jus armorum29. Dans ces traités est spécifiée la peine encourue par les otages parjures qui ne soldent pas leur rançon : l’exposition publique de leurs armoiries inversées.

  • 30 Keen, op. cit., p. 20 et « The Jurisdiction and Origins of the Constable’s Court », War and Govern (...)
  • 31 Cité dans Comte A. O’Kelly de Galway, Dictionnaire archéologique et explicatif de la science du bl (...)
  • 32 Jean de Bado Aureo, Tractatus de armis, éd. E. Jones, Medieval Heraldry. Some Fourteenth Century H (...)

14De nombreux cas confirment l’application de cette peine dans le cadre militaire30. Par une charte signée à Rennes, le 26 février 1388, Messire Alain de Montbourcher, chevalier, et Simon de Montbourcher, son frère, s’obligent envers Jehan, duc de Bretagne, comte de Montfort et de Richemont, par foi et serment, à défendre le chastel et la forteresse de Saint-Brieuc, sous peine de leurs « armes estre mises et assises à revers, sans que icelles par elx ne par aultres puissent estre mises ne assises en aultre maniere31 ». Les traités de blason de l’époque relaient d’ailleurs ce discours juridique (fig. 1)32 et Shakespeare, très au fait des pratiques emblématiques de son temps, évoquera cet usage dans son Henry the Fifth.

  • 33 Jean Froissart, Chroniques, éd. K. de Lettenhove, Bruxelles, 1867-68, II, II, 117.

15La subversio armorum est donc la punition par excellence du chevalier, traître ou parjure, usage admis par toute la noblesse européenne et même par l’ensemble de la société. Froissart précise, par exemple, qu’en 1377, le peuple de Londres, exaspéré par la conduite du duc de Lancastre durant la minorité de Richard II, « lui tourna ses armes ce dessus dessous, comme si il fust traistre33 ».

Fig. 1 : Jean de Bado Aureo, Tractatus de armis, Oxford, Bodleian Library, Ms. Lat. misc. E. 86, fol 31-32v.

  • 34 J.-M. Barbera, Joanot Martorell et son temps, biblioteca virtual Joan Lluis Vives, www.cervantesvi (...)

16Un autre cas de diffamation héraldique est évoqué dans l’environnement culturel de Joanot Martorell comme source d’inspiration des subversiones armorum citées dans son Tirant lo Blanc. Au mois de juin 1448, l’Aragonais Bernat de Vilarig doit rencontrer, à Grenade, Gómez de Figueroa, Castillan, pour un pas d’armes. Alors qu’il s’y rend, le chevalier aragonais est gravement blessé et ramené à Valence. Averti, son adversaire n’en tient aucun compte et, le jour prévu pour le combat, renverse les armes de Bernat qu’il promène à travers toute la Castille et même à Valence34.

  • 35 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, éd. L. Douët d’Arcq, Paris, 1857-1862, I., chap. 43, p. 264-2 (...)

17La peine infamante, souvent utilisée pour une justice par contumace, peut d’ailleurs associer directement le signe héraldique à son utilisateur ou, du moins, à son représentant virtuel. C’est déjà le cas lors de l’exécution d’Hugh Despenser en 1328. En 1408 encore Monstrelet évoque les envoyés de Benoît XIII qui sont publiquement diffamés à Paris. Déguisés en évêques, portant les armes renversées de leur maître autour du cou, ils sont promenés sur un tombereau, puis mis au pilori dans la cour du palais de la Cité, chapeautés de mitres inscrites : « ceulx cy sont desloyaux à l’église et au Roy35 ».

18Dans le courant du XVe siècle pourtant, la pratique de la subversio armorum semble se télescoper avec celle de l’exécution en effigie. Faute de pouvoir – ou de vouloir – saisir le contrevenant (traître, lâche ou parjure), mais avec l’intention d’atteindre la personne en plus de sa renommée, une image le représentant peut être diffamée. Cette pratique comme celle de la peinture infamante, qui entache, seule, la renommée, est parfois associée aux armoiries du coupable, victimes, comme lui et avec lui, du châtiment.

  • 36 Voir G. Ortalli, Pingatur in palatio. La Pittura infamante nei secoli XIIIe-XVIe, Rome, 1979, éd. (...)

19Ces pratiques semblent être nées dans l’Italie des Communes et des Seigneuries à la fin du XIIIe s. pour la peinture infamante – évoquée dans les statuts civiques de Parme en 1255 – et au XVe s pour l’exécution d’effigie36. Peu de témoignages directs de ces peintures infamantes ont été conservés. Peintes à taille réelle, destinées à une exposition temporaire, elles sont souvent de papier et disparaissent rapidement. Nous sont conservés, en revanche, quelques modèles figurés dans des lettres de demande d’amende honorable ou dans des extraits de comptes des peintres chargés de ces travaux. Après l’Italie, l’usage de ces peintures infamantes semble s’être d’abord diffusé dans l’Empire.

  • 37 Sur le sujet voir également s. Y. Edgerton, Picture and Punishement. Art and Criminal Prosecution (...)
  • 38 Frankfurt am Main, Institut fur Stadtgeschichte.
  • 39 Munich, Bayerisches Hauptstaatsarchiv.

20Le premier cas connu de mise au pilori d’un document de ce type date de 1379 et la plus ancienne lettre conservée de 142037. En témoignent, par exemple, l’illustration d’une Scheltbrief (lettre de diffamation) rédigée à l’encontre de Louis de Hesse par Jean de Lowenstein en 1438. Elle figure le prince pendu par les pieds accosté de son écu inversé (fig. 2)38. Nous conservons encore une copie du XVIIe s. d’une Schandbild (peinture d’infamie) commandée par Saydro et Isaac Straubinger à l’encontre de Hans Judman, en 1490, représentant leur adversaire pendu par les pieds, accosté de ses armes inversées et agressé par un diable (fig. 3)39. Ces deux images signalent un stéréotype : la représentation d’un pendu tête en bas, le visage traité comme un portrait, associé à son écu figuré dans la même situation.

Fig. 2 : Scheltbrief (lettre de diffamation) rédigée à l’encontre de Louis de Hesse par Jean de Lowenstein en 1438 (détail). Frankfurt am Main, Institut fur Stadtgeschichte.

Fig. 3 : Copie du XVIIe s d’une Schandbild (peinture d’infamie) commandée par Saydro et Isaac Straubinger à l’encontre de Hans Judman, en 1490, représentant leur adversaire pendu par les pieds, accosté de ses armes inversées et agressé par un diable. Munich, Bayerisches Hauptstaatsarchiv.

  • 40 Gauvard, « L’honneur du roi », op. cit., p. 101.
  • 41 Gonthier, Le châtiment, op. cit., p. 87.

21Le premier exemple évoque un mode de règlement de conflit entre égaux, une « économie de l’exemple », une peine impossible, dont la seule évocation suffit à calmer la plainte. Comme le souligne Cl. Gauvard, dans le cas des demandes d’amendes honorables, l’emphase de ces images compense leur caractère exécutoire en le déplaçant du réel au symbolique40. L’idée d’une telle atteinte à l’honneur du coupable suffit bien souvent à laver sa faute et permet, comme le précise N. Gonthier, « l’apaisement social par une compensation équitable41 ». Le second exemple renvoie en revanche aux pratiques anti-juives et permet une exégèse de la scène sur laquelle je reviendrai mais qui n’échappe à personne : la pendaison de Judas. L’association d’armoiries à ce pendu souligne toutefois que la peine infamante de la subversio armorum n’est pas réservée à une noblesse qui, à la fin du XVe s., est loin d’avoir l’exclusivité héraldique.

  • 42 Wiesbaden, Hessiches Hauptstaatsarchiv, Abt. 170 Nr. 1026, cité dans R. Mills, Suspended animation (...)
  • 43 Marburg, Hessisches Staatsarchiv.

22Ce registre iconographique connaît des variantes qui en éclairent le sens : contrevenant placé à l’envers sur le dos d’un âne, d’une vache ou d’une truie, écu ou sceau exposé aux souillures de l’animal, etc. Ainsi une lettre de diffamation, datée de 1420, produite par Jean de Nassau à l’encontre de Jean de Bavière-Hainaut, figure un écu à ses armes, placé au cul d’une truie (fig. 4)42. En 1468, le sceau armorié du comte Erwin de Gleichen est figuré dans la même situation à l’arrière-train d’un cheval associé à la légende : « Je place mon sceau sur l’anus de ce vieux cheval car je n’ai pas tenu ma promesse donnée et scellée par un acte43. »

Fig. 4 : Lettre de diffamation, datée de 1420, produite par Jean de Nassau à l’encontre de Jean de Bavière-Hainaut, figure un écu à ses armes, placé au cul d’une truie. Wiesbaden, Hessiches Hauptstaatsarchiv, Abt. 170 Nr. 1026.

  • 44 Journal d’un bourgeois de Paris, éd. A. Tuetey, Paris, 1881, t. 6, p. 340.
  • 45 Jean Chartier, Chronique de Charles VII, t. II, p. 115. Voir d’autres exemples de procédures visan (...)

23Cette pratique des tableaux infamants est attestée en France dans le courant du XVe s. Le Bourgeois de Paris évoque ainsi l’exécution en effigie, aux portes de sa cité, de William de la Pole, Robert de Willoughby et Thomas Blount en 143844. Jean Chartier en signale un autre exemple en 1449 : l’anglais Richard Floquenval tenant le château d’Harcourt est ainsi pendu par les pieds, en effigie, à la porte de Louviers « pour ce qu’il avoir faussé son serment et portoit les armes contre les françois contre sa parolle45 ».

  • 46 AD Côte-d’Or, Comptes généraux, B. 11413, fol 229. L’exemple est développé par S. Cassagnes, « Pun (...)
  • 47 Lettre au Parlement de Paris donnée à Cambrai le 6 juin 1477, cité dans M. Rossignol, Histoire de (...)
  • 48 Extrait d’un registre de la Chambre des Comptes du Dauphiné, cité dans Cassagnes, op. cit., p. 393
  • 49 « à la date du 12 octobre 1477, le lieutenant du garde de la prévôté de Bourges mande au receveur (...)

24Comme dans ce dernier cas, l’exhibition d’armoiries aux côtés des personnes condamnées n’est hélas pas toujours mentionnée. Elle est fort probable pourtant quand le condamné est noble et puni pour trahison. Ainsi, lors de l’annexion de la Bourgogne par Louis XI, en avril 1477, le peintre Thibaut Le Leurre de Dijon est payé pour avoir peint, sur de grandes feuilles de papier, quatre figures d’homme destinées à être pendues par les pieds aux quatre principales portes de la ville46. Le condamné est Jean de Chalon, prince d’Orange, considéré comme traître au monarque après son revirement. Une proclamation solennelle le qualifie de « prince aux trente deniers47 » et l’extrait du jugement précise : « pourquoi il est déclaré, tenu et réputé à jamais faux, traistre, diffamé, déshonoré, vilain chevalier et condampné à être pendu aux fourches par les pieds48 ». D’autres peintres sont sollicités et la facture de l’un d’entre eux nous apprend que les armes renversées du prince accompagnaient son effigie49.

  • 50 Paris, BNF, Dupuy, 38, fol 213.
  • 51 Renée de Rieux, dame de Sainte-Maure, marquise de Nesle (1524-1567), comtesse de Laval, baronne de (...)

25Ce dernier exemple illustre la prise en charge, à large échelle, par le pouvoir, d’un discours habituellement réservé à un cadre local. François Ier introduit d’ailleurs l’usage de l’exécution par effigie dans la loi militaire. À cette période, le connétable Charles de Bourbon est condamné pour crime de « lèse-majesté rébellion et fellonnie » par arrêt du Parlement de Paris, prononcé en lit de justice, le 12 juillet 1527, avec destruction de ses armes dans tous lieux où elles étaient apposées50. Au XVIe s., la condamnation de Renée de Rieux, dame de Laval, en 1569 ou celle de l’amiral Gaspard de Coligny en 1572 offrent encore des exemples très documentés de condamnation par l’image avec diffamation héraldique et exécution par effigie51.

26L’interprétation de cette sanction de la trahison impose de revenir sur les acteurs, la forme et la fonction de cette pratique.

  • 52 Sur les juridictions militaires voir Contamine, Guerre, État, op. cit., p. 198.

27Les exemples évoqués soulignent clairement l’autorité croissante du prince en matière de droit héraldique. Bien que très tardivement admise, la capacité du souverain à contrôler les armoiries de ses vassaux, puis de ses sujets, est ici au cœur du rite. Probable héritage des groupes héraldiques originels au moyen desquels le seigneur partageait avec ses vassaux le motif ou les couleurs de ses armes, ce contrôle souverain des armoiries donne au prince une importante mainmise sur la renommée et l’image sociale de ses dépendants. Les exemples cités attestent que les peines de subversiones armorum sont souvent décidées par le prince, parfois assisté de son conseil ou, plus tard, rendues en son nom par ses représentants, garants de l’ordre militaire : le tribunal des maréchaux ou ses émanations locales52. On constate également qu’en appel le Parlement peut juger cette question de diffamation publique. Ce qui souligne que, hormis quelques cas retentissants de trahison évidente, cette faute reste difficile à définir et sujette à débats juridiques alors que sa sanction est contestable et réparable. Concrètement l’exécution de la sentence semble être du ressort des hérauts et poursuivants d’armes ou, à défaut, des agents princiers locaux tels que les sergents à verge. Enfin, comme nous l’avons vu, les punis sont presque exclusivement des nobles, sanctionnés dans l’exercice de leur fonction militaire et dont la parole donnée ou scellée est mise en cause.

  • 53 Voir E. Cohen, « Symbols of Culpability and Universal language of Justice : the ritual of Public e (...)

28La mise en forme de la sanction intègre deux usages symboliques : la pendaison et l’inversion des armoiries53. La pendaison reste, dans l’imaginaire médiéval, une référence au traître absolu : Judas Iscariote, le traître et le pendu des Écritures. Plusieurs éléments de notre rituel y renvoient : la dénomination associée à Jean de Chalon, qualifié de « prince de trente deniers » et la lecture du psaume 109 lors de la cérémonie de dégradation de la noblesse. La pendaison est aussi le châtiment des vilains par opposition à la décollation de nobles. Appliquée aux armoiries, cette peine est donc presque antinomique et joue sur la stratégie de l’écart qui amplifie le discours.

  • 54 Mills, op. cit., p. 39.

29Cette mise au pilori est encore un moyen de figurer une position « entre ciel et terre » et donc de situer sur la voie du jugement54. « Suspendre » enfin c’est, en latin ecclésiastique, « tenir à l’écart, priver, interdire, exclure ». La suspension des armoiries peut donc être un moyen de signifier l’exclusion de la vie sociale ou du groupe, au même titre que les contrevenants aux statuts de l’Étoile sont « souspendus » de la noble compagnie.

  • 55 Cassagnes, op. cit., p. 396 ; Ortalli, La peinture infamante, op. cit. ; N. Schnitzler, « Juda’s D (...)
  • 56 G. Moakley, The Tarot’s traitor, New-york, 1966.

30On serait, par ailleurs, tenté de mettre en parallèle la crucifixion inversée de Pierre, qui ne s’est pas jugé digne de mourir « à l’endroit » comme le Christ, avec les pendaisons par les pieds imposées d’abord aux juifs parjures, puis à toute exécution en effigie. Les coreligionnaires de Judas, n’ayant pas comme lui le bénéfice de l’apostolicité, seraient ainsi jugés indignes de partager exactement sa peine de la pendaison « à l’endroit » et se verraient pendus à l’envers55. La carte du traître du tarot rappelle cette association56.

  • 57 Sur le rituel de l’inversion : D. Kunzle, « World upside down ; the iconography of a European broa (...)
  • 58 Voir F. Avril, Le livre des tournois du roi René, Paris, 1986, p. 52 et Traité de la forme et devi (...)
  • 59 Sur ce sujet : W. Paravicini, « Signes et couleurs au Concile de Constance : le témoignage d’un hé (...)

31Toutefois, dans le cas des armoiries, cette pendaison ne prend son sens que par l’inversion, contraire à un modèle valorisant « à l’endroit57 ». En effet, les exhibitions publiques d’écus armoriés sont fréquentes à partir du XIIIe s. et servent, de façon réglementée, à mettre à l’honneur ou à proclamer un droit ou une présence. Ce droit de « faire blason fenestre » est évoqué dans le Livre des tournois du roi René58 ; les exemples de cette mise à l’honneur sont innombrables59.

32L’inversion, c’est le contraire de la norme. La norme du chevalier, c’est l’honneur ; ses armes et son sceau en offrent la garantie et la sauvegarde. Les inverser ou les souiller, c’est signaler la rupture du contrat moral et annoncer la chute.

  • 60 Du Cange, Glossarium, V, arma reversata ; La Curne de Saint Palaye, Mémoires, p. 382, no 50.
  • 61 Voir par exemple le Cambridge Corpus Christi college 16, fol 147v, mort de Gilbert, comte maréchal (...)
  • 62 M. Gaude-Ferragu, D’or et de cendres. La mort et les funérailles des princes dans le royaume de Fr (...)
  • 63 Michaud et Poujoulat, Mémoires pour servir à l’Histoire de France, Paris, 1836, t. 1, p. 577-578. (...)

33Les pratiques héraldiques donnent toutefois une autre lecture de cette pratique d’inversion héraldique. Plusieurs auteurs modernes soutiennent que l’inversion de l’écu vient de l’usage de recouvrir le corps du chevalier mort de son écu placé la pointe en haut60. Cette pratique se retrouve, par exemple, dans les dessins marginaux de la Chronica Majora de Matthieu Paris (fig. 5)61. Les mentions obituaires de chevaliers morts s’accompagnent parfois de leur écu inversé associé à des armes, épée ou lance. Il ne semble pas qu’il y ait ici d’allusion à la traîtrise ou au parjure, même si plusieurs des seigneurs mentionnés par le chroniqueur sont aussi de célèbres traîtres. L’écu renversé signifie donc la mort. C’est ce que confirme le rituel de l’offrande chevaleresque qui, à l’imitation de l’Angleterre, se développe sur le continent dans le courant du XIVe s.62. La mort féodale et chevaleresque du défunt est ainsi soulignée lors de l’offrande de Du Guesclin, en 1389, rapportée par le Religieux de Saint-Denis qui évoque ainsi « la perte de noblesse terrestre » ou dans celle des funérailles des Foix-Béarn où l’écu, renversé pour le mort, est relevé pour signifier l’avènement de son successeur63. Inverser l’écu d’un vivant, c’est bien signifier sa mort sociale et politique.

Fig. 5 : Chronica Majora de Matthew Paris, Cambridge, Corpus Christi college 16, fol 147v, mort de Gilbert, comte maréchal.

  • 64 Ordonnance de Philippe de Valois citée sur un site internet. Non mentionnée dans les Ordonnances d (...)
  • 65 L. Hablot, « Caput regis, corpus regni : la représentation royale à travers l’exposition du heaume (...)
  • 66 René d’Anjou, Traité de la forme et devis d’un tournoi, Paris, BNF, Ms. 2693, fol 48.

34Cette pratique semble avoir pris forme dans les tournois du premier tiers du XIVe s. Une ordonnance, attribuée à Philippe VI, précise les différents cas d’exclusion : atteinte à la foi, calomnie contre une demoiselle, trahison à son seigneur, roture, spécifiant que « celui qui sera accusé et convaincu de foi mentie sera honteusement exclu du tournoi, et ses armes seront renversées et foulées aux pieds par les officiers d’armes64 ». C’est donc probablement ce rite qui, au XVe siècle, semble être passé dans les pratiques judiciaires, soulignant, une fois encore, l’imbrication dans cette société chevaleresque entre le virtuel du jeu et la réalité des pratiques militaires et sociales. Au XVe siècle, la cérémonie de la « montre des heaumes », élément du harnois désormais investi plus que l’écu de l’identité chevaleresque65, prolonge ces usages de diffamation héraldique et permet la stigmatisation des tournoyeurs indignes comme le souligne le célèbre Traité du roi René et d’autres sources encore (fig. 6)66.

Fig. 6 : Cérémonie de la « montre des heaumes », Traité du roi René, Paris, BNF, Ms. 2693, fol 48.

  • 67 Chronique métrique de Godefroy Paris, éd. J. A. Buchon, Paris, 1827, v. 1995 à 2042.
  • 68 Cité par C. Beaune, Jeanne d’Arc, Paris, 2004, p. 32-33 et Gauvard, « L’opinion publique », op. ci (...)

35Les rites de diffamation peuvent être complétés, comme les exemples cités en attestent, par la traînée ou le piétinement, qui renforcent l’humiliation par l’idée de soumission. Ce geste est d’ailleurs souvent utilisé contre les armoiries pour porter atteinte à l’honneur d’un ennemi sans que soit nécessairement évoquée la trahison. C’est le cas à Anagni, en 1303, lorsque la troupe de Nogaret est chassée de la ville67. En 1412 encore, le duc de Lorraine est ainsi reconnu coupable de lèse-majesté et condamné par le Parlement de Paris pour avoir envahi Neufchâteau et traîné les panonceaux fleurdelisés à la queue de son cheval68. Enfin, la brisure de l’écu, peu pratiquée au Moyen Âge, est sans doute à rapprocher de la fracture du sceau des personnes décédées. Comme l’inversion, elle souligne la mort sociale.

36Quels objectifs vise donc la diffamation héraldique ? L’entrée en scène des armoiries dans le processus de diffamation pour cause de trahison a évidemment une fonction d’identification du condamné. L’écu blasonné intervient en complément d’autres signes identitaires : le portrait, le nom, le vêtement, utiles pour un jugement par contumace. Les statuts florentins qui évoquent l’exécution en effigie insistent sur la nécessité de préciser nom et profession du personnage fustigé. Mais le message associé aux armoiries dépasse cette simple identification. Signalant un lignage, un rang, une fonction, un groupe social et des valeurs, les armoiries sont le dénominateur commun des vertus offensées par la trahison. Il s’agit bien ici de punir l’atteinte à l’idée de noblesse, conséquence du parjure d’un serment – atteinte à la fidélité vassalique ou à la fidélité contractuelle (ordre de chevalerie) – fuite au combat – atteinte à la vertu chevaleresque du courage – abandon d’une place forte – mise en péril du bien du suzerain et de la communauté politique. De la même façon que dans châtiment du crime au Moyen Âge, le condamné est souvent mutilé ou puni en relation directe avec le crime commis, celui qui porte atteinte à l’éthique chevaleresque et à son honneur se voit ainsi puni dans le signe qui figure cette identité et ses valeurs. La mise « sens dessoubz dessus » des armoiries est donc le contrepoint de la mise à l’honneur du chevalier, de ce qui constitue sa fama. L’armoirie dépasse néanmoins l’individu et sa diffamation atteint le lignage tout entier, ainsi que l’affirme le Songe du Vergier. Comme le souligne Cl. Gauvard, le noble est un jalon dans une continuité et doit veiller à maintenir le potentiel d’honneur que lui ont transmis ses parents. Se pose alors la question du temps de la sanction.

  • 69 Ph. Contamine, « “Inobédience”, rébellion, trahison, lèse-majesté. Observations sur les procès pol (...)
  • 70 M. Pastoureau, « Une justice exemplaire : les procès faits aux animaux (XIIIe-XVIe s.) », Les rite (...)
  • 71 Ainsi Louis XI qui impose la gravure sur la tombe du duc d’Alençon de la mention « pour sa très gr (...)
  • 72 C. Bozzolo et H. Loyau, La Cour amoureuse de Charles VI, Paris, 1982.

37La définition, de plus en plus précise et large, du délit de lèse-majesté et de l’honneur du roi69, imposent de renforcer la portée de la diffamation emblématique pour atteindre cette « épaisseur généalogique » évoquée par Cl. Gauvard. À l’origine, pratique éphémère destinée à n’atteindre que temporairement le fautif, la subversio armorum ne laisse de trace que le temps d’un rituel ou de la rémission de la faute comme le stipulent les statuts de l’étoile. Il ne s’agit donc pas d’une damnatio memoriae mais plutôt d’une atteinte immédiate à l’honneur. Contrairement à d’autres rites judiciaires, comme les procès d’animaux70, ou certaines épitaphes71, la subversio armorum ne semble pas avoir donné lieu à des figurations commémoratives destinées à entretenir la mémoire du crime et de sa sanction. Les traîtres sont même le plus souvent oubliés, comme le confirme l’occultation des armoiries des membres de la conjuration d’Artois effacés, en 1423, de l’Armorial de la Cour amoureuse72.

  • 73 C. Beaune, Naissance de la Nation France, Paris, 1989, p. 448.

38La subversio armorum est donc l’excommunication chevaleresque du traître. Une pratique qui souligne la promotion du signe d’identité dans la société médiévale et qui, en retour, éclaire le concept de trahison dans le groupe aristocratique. La donne semble pourtant changer dans les dernières décennies du Moyen Âge. Ce n’est plus désormais le seul respect d’un code d’honneur qui distingue le traître du fidèle mais l’intérêt supérieur du prince et de l’état servi par la loi du vainqueur. C’est ce qu’illustre l’exemple du bâtard de Vaurus analysé par C. Beaune73. Ce capitaine de Meaux résiste vaillamment aux Anglais pour le compte du Dauphin en 1421-1422. Héros pour les uns, bourreau pour les autres, il est pendu comme traître sur l’ordre d’Henry V, son étendard au cou en signe de diffamation, pour le seul fait de n’avoir voulu renier sa foi donnée au profit du plus fort. Perfide Albion !

Notes

1 Le terme blason est pris ici dans son sens strict d’ensemble de règles régissant l’héraldique, science des armoiries. Il s’agit donc d’étudier les codes sémiologiques emblématiques qui signalent la trahison au Moyen Âge. Je remercie le professeur Ph. Contamine d’avoir relu et critiqué la première version de ce travail, M. Billoré, M. Ferragu et G. Lecuppre de m’avoir signalé des références fort utiles.

2 Voir Cl. Gauvard, « L’honneur du roi. Peines et rituels judiciaires au Parlement de Paris à la fin du Moyen Âge », Les rites de la justice, Cl. Gauvard, R. Jacob (dir.), Paris, 1999, p. 99-123.

3 Cl. Gauvard, « De grace especial ». Crime, état et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, 1991 ; N. Gonthier, Le châtiment du crime au Moyen Âge, Rennes, 1998 ; R. Jacob, Images de la justice. Essai sur l’iconographie judiciaire du Moyen Âge classique, Paris, 1994. « La renommée », Médiévales, 24 (printemps 1993).

4 Sur les signes de l’exclusion et pour une bibliographie de la question, voir M. Pastoureau, Jésus chez le teinturier, Paris, 1997, p. 135 sq. et notes.

5 S. H. Cuttler, The Law of Treason and the treason Trials in Late Medieval France, Cambridge, 1982 et M. Jones, « Trahison et l’idée de lèse-majesté dans la Bretagne du XVe s. », La faute, la répression et le pardon, Actes du 107e congrès des sociétés savantes (Brest 1982), Paris, 1984, t. 1, p. 91-106.

6 La devise est un emblème personnel non soumis aux règles du blason, constituée d’une figure, parfois associée à une sentence – le mot – à un monogramme et à des couleurs. L. Hablot, La devise, mise en signe du prince, mise en scène du pouvoir, Turnhout, à paraître.

7 J’ai pu recenser une quinzaine de cas entre le milieu du XIVe et le début du XVIe s.

8 L’étude des usages juridiques des armoiries a été passablement négligée ; quelques travaux révèlent pourtant le rôle joué par ces signes : R. Mathieu, Le système héraldique français, Paris, 1946 ; F. Salet, « Histoire et héraldique. La succession de Bourgogne de 1361 », Mélanges offerts à René Crozet, Société d’études Médiévales, Poitiers, 1966, p. 1307-1316.

9 Attentat et conspiration contre la personne ou l’autorité du roi, rébellions et actes de sédition envers le souverain, intelligence avec des puissances étrangères, reddition par trahison ou lâcheté d’une ville ou d’une forteresse royale. Sur le sujet, voir J. Chiffoleau, « Le crime de majesté. La politique et l’extraordinaire », Les procès politiques (XIVe-XVIIe s.), Y.-M. Bercé (dir.), Rome, 2007, p. 83 sq.

10 Pour la cérémonie du dépouillement : A. Favyn, Le théâtre d’honneur et de Chevalerie, t. II l. X p. 1830 à 1832, Vulson de la Colombière, De l’office des rois d’armes, des heraux et de l’ancienne chevalerie, p. 97-105 ; et Le vray théâtre d’honneur et de chevalerie, Paris, 1648, t. II, p. 558 sq. ; La Curne de Saint Palaye, Mémoires sur l’ancienne chevalerie, t. I (1759), p. 318-321.

11 La maison du coupable peut être rasée et les futaies coupées à hauteur d’homme dite « hauteur d’infamie ». Voir la célèbre destruction de l’hôtel de Charles de Savoisy en 1404 et les menaces pesant sur l’hôtel d’Artois après l’assassinat de Louis d’Orléans par Jean sans Peur en 1407. Voir aussi un autre exemple en 1420, « Introduction », La Forteresse à l’épreuve du temps, Ph. Contamine (dir.), Paris, 2007.

12 Mathieu, op. cit., p. 232-239.

13 Par l’ordonnance du 22 déc. 1477, Ordonnances des rois de France, t. XVIII, p. 315. Sur le sujet, Gauvard, « De grâce especial », op. cit., p. 832 sq.

14 Paris, BN, Fr. 18429, f 15.

15 Cet exemple est évoqué dans de nombreux traités modernes et contemporains relatifs au blason ou à la chevalerie tel G. Eysenbach, Histoire du Blason et science des armoiries, Tours, 1848, p. 327 sq. « il étoit indigne d’avoir ni langue ni ongles ni postérité ».

16 Paris, BN, Ms. fr. 18437, fol 2.

17 Cité dans N. Fryde, The Tyranny and Fall of Edward II, 1321-1326, Cambridge, 1979, p. 190, d’après les Annales Paulini, Chronicles of the Reigns of Edward I and Edward II, éd. W. Stubbs, vol. I, R.S, 1882.

18 A. J. D. Boulton, The Knights of the Crown, Woodbridge, 2000 [1987].

19 Par exemple l’ordre du Nœud, Ibid., p. 211 sq.

20 Ordonnances des rois de France, t. II, p. 466 ; L. Pannier, La noble maison de Saint-Ouen, Paris, 1978, p. 90.

21 Molinet, Chroniques, éd. J.-A. Buchon, Paris, 1828, chap. LXXXIII.

22 P.-C. Timbal, La guerre de cent ans vue à travers les registres du Parlement (1337-1369), Paris, 1961, p. 297-298.

23 Paris, AN, JJ. 616, no 6.

24 Timbal, op. cit., p. 307-313.

25 Du Cange, Glossarium mediae et infimae latinitatis, Paris, 1840, t. 1, art. arma reversata.

26 Cuvelier, Chronique de Bertrand du Guesclin, éd. E. Charrière, Paris, 1839, p. 216-217, v. 19672-19690.

27 À ce sujet : Ph. Contamine, Guerre, état et société à la fin du Moyen Âge. étude sur les armées des rois de France 1337-1494, Paris, 1972, p. 187-192 et M. Keen, Laws of War in the Late Middle Ages, Londres, 1965.

28 Evrart de Tremaugon, Le Songe du vergier, éd. Brunet, I, chap. cxlviii, p. 183.

29 Un Livre des droits de guerre est attribué à Henry de Lancastre (1310-1361) mais il semble aujourd’hui disparu, Contamine, Guerre, État, op. cit., p. 187 et n. 24.

30 Keen, op. cit., p. 20 et « The Jurisdiction and Origins of the Constable’s Court », War and Government in the Middle Ages, J. Gillingham, J. C. Holt (dir.), Londres 1984, p. 159 ; sur les cours de chevalerie : G. D. Squibb, The High Court of Chivalry, Londres, 1959, p. 1-28 ; C. Allmand et C. A. J. Armstrong, English Suits before the Parlement of Paris 1420-1436, Londres, 1982 ; A. Rogers, Hoton v. Shakell : A Ransom Case in the Court of Chivalry, 1390-5, Nottingham Medieval studies, 6 (1962), p. 74.

31 Cité dans Comte A. O’Kelly de Galway, Dictionnaire archéologique et explicatif de la science du blason, Bergerac, 1901, Armoiries renversées. Punition des traîtres d’après Dom Lobineau, Histoire de Bretagne, preuves.

32 Jean de Bado Aureo, Tractatus de armis, éd. E. Jones, Medieval Heraldry. Some Fourteenth Century Heraldic Works, Cardiff, 1943, p. 44, « item nota, quando portan arma debet dishonorari propter proditionem, fugam, vel fidem ruptam, tunc arma sunt pingenda per transversum ».

33 Jean Froissart, Chroniques, éd. K. de Lettenhove, Bruxelles, 1867-68, II, II, 117.

34 J.-M. Barbera, Joanot Martorell et son temps, biblioteca virtual Joan Lluis Vives, www.cervantesvirtual.com.

35 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, éd. L. Douët d’Arcq, Paris, 1857-1862, I., chap. 43, p. 264-265.

36 Voir G. Ortalli, Pingatur in palatio. La Pittura infamante nei secoli XIIIe-XVIe, Rome, 1979, éd. fr. La peinture infamante XIIIe-XVIe s., Paris, 1994.

37 Sur le sujet voir également s. Y. Edgerton, Picture and Punishement. Art and Criminal Prosecution during the Florentine Renaissance, New-York, 1985 ; O. Hupp, Scheltbrief und Schandbilder, Munich, 1930 ; M. Lenz, « Defamatory Pictures and Letters in late Medieval Germany : the visualisation of Disorder and Infamy », Medieval history journal, III (2000), p. 139-160.

38 Frankfurt am Main, Institut fur Stadtgeschichte.

39 Munich, Bayerisches Hauptstaatsarchiv.

40 Gauvard, « L’honneur du roi », op. cit., p. 101.

41 Gonthier, Le châtiment, op. cit., p. 87.

42 Wiesbaden, Hessiches Hauptstaatsarchiv, Abt. 170 Nr. 1026, cité dans R. Mills, Suspended animation. Pain, pleasure and punishement in medieval culture, 2005, p. 38.

43 Marburg, Hessisches Staatsarchiv.

44 Journal d’un bourgeois de Paris, éd. A. Tuetey, Paris, 1881, t. 6, p. 340.

45 Jean Chartier, Chronique de Charles VII, t. II, p. 115. Voir d’autres exemples de procédures visant à déshonorer le traître, Contamine, Guerre, état, op. cit., p. 188 : U. Chevalier, Recueil de documents concernant le Dauphiné, Grenoble, 1874 ; A. Bossuat, « Les prisonniers de guerre au XVe s. : la rançon de Guillaume de Châteauvillain », Annales de Bourgogne, 1951, p. 7-35 ; L. Delisle, Mandements et actes divers de Charles V (1364-1380), Paris, 1874, no 930 A, p. 481 et no 937 A, p. 486 ; Cuvelier, Chronique, op. cit., t. II, p. 217 v. 19675-19690 ; H. de Chabannes, Histoire de la maison de Chabannes, 10 vol. , Dijon, 1892-1901. Preuves, t. II, p. 295-296, no 143 et p. 297-298, no 144 (1471) ; AD Isère, B 3811, fol. 180 (1477) et Molinet, op. cit., t. I, p. 262 (1481).

46 AD Côte-d’Or, Comptes généraux, B. 11413, fol 229. L’exemple est développé par S. Cassagnes, « Punir l’image. Peintures infamantes et exécution d’images en France et en Italie à la fin du Moyen âge », Ordre moral et délinquance, actes du colloque de Dijon, B. Garnot (dir.), Dijon, 1994, p. 392-399.

47 Lettre au Parlement de Paris donnée à Cambrai le 6 juin 1477, cité dans M. Rossignol, Histoire de la Bourgogne pendant la période monarchique, Dijon, 1476-1483, Dijon, 1853, p. 80.

48 Extrait d’un registre de la Chambre des Comptes du Dauphiné, cité dans Cassagnes, op. cit., p. 393.

49 « à la date du 12 octobre 1477, le lieutenant du garde de la prévôté de Bourges mande au receveur de Berry de payer a Jehan de Molisson, peintre demeurant a Bourges, la somme de XX sols tournois pour ses peines et sallaires d’avoir faict et peint en 4 feuilles de papier, en la grant forme, la figure de messire Jehan de Chalon, chevalier, prince d’Orange, comme pendxi par les piedz a ung gibet et ses armes renversees, ainsy que ung traistre et desloyal au roy ». Rouen, B. M., Ms. 5870 (Recueil Menant), vi. fol 160. B. Prost, « Quelques documents sur 1’histoire des arts en France », Gazette des Beaux-Arts, 1887, 2e série, xxxv. p. 329. Cité dans A. Van den Put, « The Monypenny Breviary », reprint from the Proceedings of the Antiquaries of Scotland, v. 6, 1922, p. 108-109. Appendix I.

50 Paris, BNF, Dupuy, 38, fol 213.

51 Renée de Rieux, dame de Sainte-Maure, marquise de Nesle (1524-1567), comtesse de Laval, baronne de Vitré, participe au complot de Meaux, tentative avortée d’enlèvement de Charles IX. Le parlement de Paris la condamne à la confiscation de ses biens, à avoir la tête tranchée et, pour l’humilier, à avoir ses armes attachées, renversées, à la queue d’un cheval et traînées dans les rues de Laval. www.huguenots-france.org/france/celebrites/de_rieux.htm. Sur Gaspard de Coligny, voir Mathieu, op. cit., p. 123.

52 Sur les juridictions militaires voir Contamine, Guerre, État, op. cit., p. 198.

53 Voir E. Cohen, « Symbols of Culpability and Universal language of Justice : the ritual of Public executions in Late Medieval Europe », History of European Ideas, XI, 1989 ; M. Merback, The Thief, the cross. Pain and the spectacle of Punishement in Medieval Europe, Londres, 1999.

54 Mills, op. cit., p. 39.

55 Cassagnes, op. cit., p. 396 ; Ortalli, La peinture infamante, op. cit. ; N. Schnitzler, « Juda’s Death : some remarkes concerning the Iconography of Suicide in the Middle Ages », Medieval history Journal, III (2000), p. 103-118.

56 G. Moakley, The Tarot’s traitor, New-york, 1966.

57 Sur le rituel de l’inversion : D. Kunzle, « World upside down ; the iconography of a European broadsheet type », The Reversible Word. Symbolic Inversion in Art and Society, B. A. Babcock (dir.), New-York, 1978, p. 13-36 et 39-94.

58 Voir F. Avril, Le livre des tournois du roi René, Paris, 1986, p. 52 et Traité de la forme et devis d’un tournoi : « il doibt faire de son blazon fenestre en la manière qui sensuit : c’est assavoir, faire mettre par les héraulx et poursuyvans davant son logeis, une longue planche atachée contre le mur, sur quoy sont pains les blazons de lui ; c’est assavoir, timbre et escu ».

59 Sur ce sujet : W. Paravicini, « Signes et couleurs au Concile de Constance : le témoignage d’un héraut portugais », Signes et couleurs des identités politiques, D. Turel et al. (dir.), Rennes, 2008, p. 181-182.

60 Du Cange, Glossarium, V, arma reversata ; La Curne de Saint Palaye, Mémoires, p. 382, no 50.

61 Voir par exemple le Cambridge Corpus Christi college 16, fol 147v, mort de Gilbert, comte maréchal. Sur ce manuscrit voir S. Lewis, The art of Matthew Paris in the Chronica Majora, Berkeley, 1987.

62 M. Gaude-Ferragu, D’or et de cendres. La mort et les funérailles des princes dans le royaume de France au bas Moyen Âge, Villeneuve-d’Ascq, 2005.

63 Michaud et Poujoulat, Mémoires pour servir à l’Histoire de France, Paris, 1836, t. 1, p. 577-578. P. Tucoo-Chala, « Les honneurs funèbres chez les Foix-Béarn au XVe s. », Annales du Midi, 90 (1978), p. 331-351 ; Idem., « Les honneurs funèbres d’Archambaud de Foix-Béarn à Orthez en 1414 », Revue de Pau et du Béarn, 5 (1977), p. 5-30.

64 Ordonnance de Philippe de Valois citée sur un site internet. Non mentionnée dans les Ordonnances des rois de France, cette source demande à être confirmée.

65 L. Hablot, « Caput regis, corpus regni : la représentation royale à travers l’exposition du heaume de parement à la fin du Moyen Âge », Actes du colloque en hommage à C. Beaune, Corpus regni : politique et histoire à la fin du Moyen Âge, Université Paris X-Nanterre (sous presse).

66 René d’Anjou, Traité de la forme et devis d’un tournoi, Paris, BNF, Ms. 2693, fol 48.

67 Chronique métrique de Godefroy Paris, éd. J. A. Buchon, Paris, 1827, v. 1995 à 2042.

68 Cité par C. Beaune, Jeanne d’Arc, Paris, 2004, p. 32-33 et Gauvard, « L’opinion publique », op. cit., p. 25.

69 Ph. Contamine, « “Inobédience”, rébellion, trahison, lèse-majesté. Observations sur les procès politiques à la fin du Moyen Âge », Les procès politiques (XIVe-XVIIe s.), Y.-M. Bercé (dir.), Rome, 2007, p. 63-82.

70 M. Pastoureau, « Une justice exemplaire : les procès faits aux animaux (XIIIe-XVIe s.) », Les rites de la justice, op. cit., p. 173-200.

71 Ainsi Louis XI qui impose la gravure sur la tombe du duc d’Alençon de la mention « pour sa très grande trahison ». J. de Roye, Chronique scandaleuse, 1460-1483, éd. B. de Mandrot, Paris, 1894-96, t. 1, p. 363.

72 C. Bozzolo et H. Loyau, La Cour amoureuse de Charles VI, Paris, 1982.

73 C. Beaune, Naissance de la Nation France, Paris, 1989, p. 448.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Jean de Bado Aureo, Tractatus de armis, Oxford, Bodleian Library, Ms. Lat. misc. E. 86, fol 31-32v.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125652/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 2 : Scheltbrief (lettre de diffamation) rédigée à l’encontre de Louis de Hesse par Jean de Lowenstein en 1438 (détail). Frankfurt am Main, Institut fur Stadtgeschichte.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125652/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Fig. 3 : Copie du XVIIe s d’une Schandbild (peinture d’infamie) commandée par Saydro et Isaac Straubinger à l’encontre de Hans Judman, en 1490, représentant leur adversaire pendu par les pieds, accosté de ses armes inversées et agressé par un diable. Munich, Bayerisches Hauptstaatsarchiv.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125652/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 4 : Lettre de diffamation, datée de 1420, produite par Jean de Nassau à l’encontre de Jean de Bavière-Hainaut, figure un écu à ses armes, placé au cul d’une truie. Wiesbaden, Hessiches Hauptstaatsarchiv, Abt. 170 Nr. 1026.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125652/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Fig. 5 : Chronica Majora de Matthew Paris, Cambridge, Corpus Christi college 16, fol 147v, mort de Gilbert, comte maréchal.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125652/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Fig. 6 : Cérémonie de la « montre des heaumes », Traité du roi René, Paris, BNF, Ms. 2693, fol 48.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125652/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 272k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search