Version classiqueVersion mobile

La trahison au Moyen Âge

 | 
Myriam Soria
, 
Maïté Billoré

Traître et bouc émissaire

Faveur et trahison à la cour d’Angleterre au début du XIVe siècle

Gilles Lecuppre

Texte intégral

  • 1 The Chronicle of Walter of Guisborough, éd. H. Rothwell, Londres, 1957, p. 383. Le dramaturge élis (...)
  • 2 N. Fryde, The Tyranny and Fall of Edward II. 1321-1326, Cambridge, 1979, p. 14-15.

1La première décision prise par Édouard II à la nouvelle du décès de son père, en juillet 1307, est de rappeler d’exil son bien-aimé Piers, avec une hâte que ses contemporains jugent indécente1. Perseverare diabolicum : l’un des derniers actes dont il commande la rédaction en 1326 vise à remettre à son cher Hugues la copie personnelle de Tristan et Iseult alors en sa possession2.

  • 3 En guise d’excellente introduction à cette notion sur les plans de la théorie et de la diachronie, (...)
  • 4 Pour une inscription dans la longue durée, voir A. Reitemeier, « Günstlinge und ihre Wahrnehmung a (...)
  • 5 Parmi pléthore de travaux souvent collectifs, signalons à propos de ces années tumultueuses, outre(...)

2Ce souverain controversé fait entrer dans un jeu politique sans cesse plus complexe la figure du favori et la pratique du gouvernement délégué au favori3. Cet usage, qui sera repris avec d’autres conséquences par ses deux successeurs4, est immédiatement porté à incandescence, car le régime instauré suscite divers mouvements de révolte qui aboutissent à la déposition pure et simple du roi5. On peut considérer l’épisode comme l’échec momentané de prétentions à l’affermissement monarchique dans un royaume où les barons, depuis au moins un siècle, aspirent à encadrer strictement la volonté royale. Le favori est la première victime de cette tension entre un pouvoir personnel qui se voudrait libre dans l’acte de donner et une communauté aristocratique qui perçoit avec acuité sa dépendance envers offices et pensions et n’accepte pas le détournement de ce qu’elle estime lui revenir de droit.

  • 6 Il existe deux ouvrages assez complémentaires sur le personnage : J. S. Hamilton, Piers Gaveston, (...)
  • 7 À ce jour, l’information les concernant est plus dispersée : Fryde, op. cit., A. Tuck, Crown and N (...)

3Deux périodes sont dominées par ces personnages, captateurs de l’affection d’Édouard. Piers Gaveston, fils d’un chevalier aquitain, sert à la cour du futur monarque dès 1300 mais la proximité du prince héritier et du petit parvenu est telle qu’Édouard Ier préfère bannir l’ami de son fils en 1307. De retour pour le couronnement d’Édouard II, Gaveston connaît une ascension sociale vertigineuse, jusqu’à devenir régent d’Angleterre pendant le voyage du roi en France. Les magnats en prennent ombrage et obtiennent son exil en Irlande en 1308, puis sur le continent en 1311, d’où il revient une fois de trop, pour se faire arrêter et exécuter le 19 juin 13126. Bientôt, les Despenser père et fils prennent la place de Gaveston dans le cœur du roi et investissent bien davantage encore la direction des affaires. Venus, eux aussi, du service armé d’Édouard Ier mais d’un rang sensiblement supérieur, ils ne cessent d’accroître leurs possessions et leur position par le biais d’un mariage puis de cadeaux divers, tout en occupant la première place dans le conseil entre 1318 et la fin du règne. Il faut le retour en armes de la reine et de son amant Mortimer pour que leur « tyrannie » prenne fin, conjointement à celle du souverain7.

  • 8 Une comparaison réglée avec la déclinaison française du favoritisme passe entre autres par le cas (...)

4La chute de ces favoris surprend moins, en définitive, que le motif invoqué contre eux : la trahison. Pourquoi l’ami très cher du roi, l’objet le plus assuré de sa confiance et de son élection, irait-il à l’encontre de celui à qui il doit tout (richesse, pouvoir, élévation de toute son affinité) ? Je me suis plus particulièrement penché sur le cas anglais parce que le favoritisme ne m’y paraît pas entaché du soupçon de compétence technique, par opposition aux ministres français qui tombent malgré ou à cause de leur connaissance du droit ou des finances8 ; Gaveston et les Despenser sont promus sur la seule base de leur complicité avec le roi. Même éperdue d’opportunisme, une créature isolée parmi les lords et qui a réussi à isoler le souverain des lords peut-elle avoir assez d’inconscience pour mordre la main qui l’a si bien nourrie ? Il n’est donc peut-être pas si naïf ou rhétorique de poser la question : qui le favori a-t-il vraiment trahi pour mériter sa déchéance ?

5J’envisagerai successivement trois degrés ou composantes de la société politique qui paraissent avoir inégalement souffert du gouvernement de la faveur, en m’efforçant d’y déceler la véritable victime de la trahison : les grands, la Couronne, le roi lui-même, enfin.

  • 9 Tel est le sens de la communication d’A. Reitemeier, « Günstlinge und ihre Wahrnehmung am englisch (...)

6Partons de ce qui est généralement le fin mot des études ayant envisagé ce problème : le favori est traître aux intérêts des barons9. Cela semble l’évidence plutôt que l’horizon de la réflexion. L’accusation de trahison est d’abord l’arme commode de rebelles qui feignent de croire en l’identité du royaume et de leurs propres vues. Prenant le relais d’autres instances possibles, à l’image du Parlement, qui émerge doucement comme arène de la décision, les ligues progressivement se posent en représentants de facto de la communauté.

  • 10 Pour le détail de ces « trois articles », le meilleur rapport est celui des Gesta Edwardi de Carna (...)
  • 11 Le texte : Rotuli Parliamentorum, I, Londres, 1783, p. 283. Une mise au point récente : M. Prestwi (...)
  • 12 Sur ce leader de l’opposition, J. R. Maddicott, Thomas of Lancaster, 1307-1322, Oxford, 1970 (ici, (...)
  • 13 Voir par exemple G. A. Holmes, « Judgement on the Younger Despenser, 1326 », EHR, 70 (1955), p. 26 (...)
  • 14 Ibid. p. 37-57, outre B. Wilkinson, « The Sherburn indenture and the attack on the Despensers, 132 (...)
  • 15 Chaplais, op. cit., p. 49-53.
  • 16 Ibid., p. 68.
  • 17 Edward II, the Lords Ordainers, and Piers Gaveston’s Jewels and Horses, éd. R. A. Roberts, Camden (...)
  • 18 La pratique est connue sous le nom de « jugement par notoriété » (J. G. Bellamy, The Law of Treaso (...)

7La formulation de ce grief est toujours de leur fait, quand bien même sentences et exécutions se révèlent la mise en scène judiciaire de processus politiques. Alors que les articles de 1308, condamnant Piers Gaveston à l’exil, trouvent leur origine dans une démarche du Parlement10, le texte plus complet connu sous le nom d’ordonnances de 1311 émane d’un groupe plus restreint11 et l’action finale, l’année suivante, revient à une poignée de conjurés autour du comte de Lancastre12. C’est encore une révolution, par définition peu légale et relativement concentrée, qui marque le triomphe de Mortimer et d’Isabelle sur les Despenser à l’automne 132613, là où le Parlement, en 1321, n’avait obtenu qu’un exil14. À travers les différents actes, la dénomination des crimes du favori s’étoffe mais tourne invariablement autour de la notion de trahison envers le « seigneur-lige et le royaume ». Seigneur-lige qui, précisons-le, montre les plus extrêmes réticences à reconnaître qu’il aurait été trahi. Quoique amené contre son gré à avaliser la première démarche menée contre Gaveston, Édouard II commue sa peine en en faisant son lieutenant en Irlande, demande au pape de suspendre l’excommunication qui pèse contre son ami, à qui il maintient dans toutes ses productions écrites le titre de comte de Cornouailles et la qualification d’« amé et féal15 ». Plus tard, il saute sur la première occasion pour le rappeler auprès de lui et le réinstaller dans ses prérogatives maximales16. Du reste, même après la mort de Gaveston, Édouard reste convaincu qu’il s’agit d’un meurtre, opposant sa logique bafouée à celle des comtes, qui parlent d’un acte judiciaire, de l’exécution d’un ennemi du roi, du royaume et de son peuple17. La condamnation sans jugement des Despenser, en 1321, ou plutôt sans autre jugement que celui de la clameur publique18, est de même suivie d’un accord arraché à Édouard.

  • 19 En 1326, les Despenser sont dans l’impossibilité de répondre à leur « procès » : 1o parce que c’es (...)
  • 20 Froissart en donne une description très minutieuse : Jean Froissart, Chroniques. Livre I (1re part (...)

8Dans cette optique, la nature de la peine infligée par les barons agit comme une redondance, après les parodies de procès réservées aux favoris en premier lieu condamnés au mutisme, pour dire l’horreur du crime19. Le simple menu du supplice du jeune Despenser démontre l’articulation entre châtiment du traître et acharnement des vainqueurs : écartèlement et pendaison ne suffisent pas à en venir à bout ; le tyran est donc éviscéré et on lui brûle les entrailles alors qu’il est toujours conscient, avant qu’une décapitation par essence définitive ne mette fin à ses souffrances20.

  • 21 L’auteur de la Vita Edwardi peut être convoqué ici en tant que champion de la cause baronniale. Re (...)
  • 22 Valente, « The deposition », op. cit., p. 868-877.
  • 23 Hamilton, op. cit., p. 37.

9Mais, au-delà du jugement et de l’application de la sanction, il se trouve encore des chroniqueurs pour relayer le point de vue des grands devant le tribunal de l’histoire21. Bien à l’abri après la mort des favoris et d’Édouard en personne22, les historiens font entendre leur concert de critiques là où, quelques années auparavant, aucun d’eux n’exprimait par exemple le moindre reproche devant le rappel de Gaveston ou son élévation au rang de comte de Cornouailles. Il est vrai que pas moins de sept barons de tout premier plan avaient apposé leur sceau sans broncher au bas de la charte matérialisant la manœuvre23.

10En un mot, donc, les grands disent ou font dire la trahison du favori et ceci pour remédier aux affres de la jalousie et de la peur.

  • 24 Chaplais, op. cit., p. 88-89.

11Est-il besoin de rappeler l’âpreté des relations dans un monde où les terres ne suffisent plus et où pensions et offices sont censés compenser en partie l’affaiblissement de la position économique de la noblesse traditionnelle ? Les rancœurs personnelles forment le premier niveau de l’édifice de la détestation. Parmi les meurtriers de Piers Gaveston, le comte de Warwick ne pouvait manquer de se rappeler qu’il avait été fiancé à Isabelle de Clare, fille du comte de Gloucester, finalement déshéritée par Édouard Ier au profit des filles à naître du second mariage du comte, parmi lesquelles Marguerite, plus tard mariée à Gaveston24 ! Mais la somme des frustrations peut s’adosser au système plus général de l’obligation d’amour du souverain pour ses tout premiers vassaux. Les libéralités exagérées d’Édouard II pour un ou deux hommes scandalisent parce qu’elles contredisent l’équilibre de l’amour « constitutionnel » que le roi doit à ses vassaux éminents.

  • 25 L’accusation est explicite dans le texte de 1321 condamnant les Despenser au bannissement (Prestwi (...)
  • 26 Cette déroute des élites vaut à Piers une volée de bois vert et des épithètes glanées au champ lex (...)
  • 27 Foedera, conventiones, litterae, etc., vol. II, 1, éd. T. Rymer, Londres, 1825, p. 36.

12Le favori entrave la bonne économie de l’amour et du don à la cour en bloquant physiquement l’accès à la personne du roi – ce que permet statutairement la fonction de chambellan que Piers et Hugues le Jeune ont exercée25. Il provoque, en outre, l’indignation d’une caste qui lui refuse, à lui, l’accès au statut aristocratique. La ligne de l’offensive contre le parvenu se dessine nettement aux dépens de Gaveston, tenu pour un étranger, d’origine extra-baronniale ne reculant devant aucune blessure symbolique à l’encontre de l’élite native, défaite par la troupe socialement inférieure des chevaliers gascons lors du tournoi de décembre 130726, préludant lui-même au couronnement d’Édouard, pendant lequel Gaveston, vêtu de pourpre comme son roi, porte solennellement devant lui la couronne et lui remet l’éperon gauche, ne le cédant en dignité qu’à Charles de Valois, frère de Philippe le Bel mais étranger lui aussi27 !

  • 28 John de Trokelowe fait déjà dire par deux fois au front aristocratique que nulle paix n’est possib (...)

13Si le détournement de biens matériels et la morgue de l’arriviste suffisent à rendre compte d’inimitiés mortelles, que dire du monopole du pouvoir obtenu par ces hommes nouveaux dans le cadre de l’État en construction ? Significativement, les effectifs du conseil d’Édouard II sont ténus, alors que le roi cherche à accroître l’appareil de l’État et l’influence de la Couronne. Une puissance concentrée entre les mains d’une petite faction qui a l’oreille du roi constitue un terrible danger, immédiatement perceptible après l’accès aux responsabilités des Despenser, dont le coup d’éclat politique est l’écrasement de la dissension menée par Thomas de Lancastre, le fossoyeur de Gaveston. Aucun baron ne peut se sentir rassuré devant l’appétit et les moyens croissants des conseillers du roi après 1322. Seule l’imputation de trahison, qui marque une radicalisation et un jalon important dans une lutte mortelle, est à même d’écarter définitivement la menace que représentent ces tenants efficaces et sans scrupules d’une idéologie monarchique avancée28.

  • 29 Statutes of the Realm, I, Londres, 1810, p. 182.

14Une fois l’origine de ce motif cernée, il reste à en évaluer la réalité. La fronde des grands pourrait ne pas être qu’un pur réflexe défensif, en particulier si le favori a effectivement commis des outrages envers la Couronne, cette notion affective qui précède notre concept d’État et qui acquiert quelque épaisseur, par exemple au cours du serment du sacre, lorsque le roi s’engage à préserver un minimum de chose publique. Celui qu’avait prêté Édouard II s’était d’ailleurs enrichi d’une référence explicite au respect des lois et coutumes du royaume. En 1308, les mécontents font savoir que leur hommage va à la Couronne plutôt qu’au roi, que les sujets doivent ramener à la raison quand il brise le serment du sacre29.

  • 30 Les allégations en la matière sont innombrables. Retenons par exemple celles-ci, émanant de deux a (...)
  • 31 Vita, op. cit., p. 12, pour une pique tout à fait gratuite : « Petrus in Hibernia iam moram facien (...)
  • 32 Voir sur ce point, Hamilton, op. cit., p. 58-63.

15La liste des infractions, donnée dès cette année-là, peut superficiellement laisser à penser que Gaveston et les Despenser à sa suite sont en effet traîtres à la Couronne. Il faut toutefois se rappeler que les uns et les autres n’ont eu que rarement l’occasion de se défendre, que les gains financiers et territoriaux réalisés l’ont été à l’initiative d’Édouard II et que la plupart des critiques s’avèrent plutôt mal fondées. Piers Gaveston et Hugues le Jeune, tous deux chambellans, auraient, à en croire les chroniques et les rôles du Parlement, puisé dans le Trésor à des fins privées30. Or, la preuve du détournement n’a guère été faite. Le fantasme du favori extravagant et dispendieux alimente de même des attaques contre Gaveston à propos de sa charge de lieutenant en Irlande. Il y aurait vécu dans la pompe et dans le luxe, dissipant l’argent des impôts et négligeant de s’occuper des intérêts de la région31. Loin de ce cliché du gouverneur colonial abusif, les chroniques irlandaises présentent Gaveston comme un chef militaire capable, réinvestissant utilement les rentrées fiscales dans l’armée et les fortifications32. Sans entrer ici dans le détail, disons tout de go que malversations financières et infractions au droit supposées s’apparentent en vérité le plus souvent à une rupture avec la tradition qu’à un forfait caractérisé.

  • 33 Ibid., p. 42-43.

16Piers Gaveston aurait également exploité ses domaines au profit d’étrangers ou de parents. À y regarder de plus près, il n’a pourtant guère retenu auprès de lui qu’un Gascon ou deux et, lors de son exil irlandais, la majorité de ses troupes était composée d’Irlandais et de rares Anglais33.

17Invérifiables ou suspectes, les allégations de détournement à des fins personnelles ou de favoritisme du favori le cèdent cependant en gravité à celles de mauvais conseil qui, pour être classiques, n’en portent que davantage dans une Angleterre devenue soupçonneuse depuis Édouard Ier. Les lésions à l’intégrité de la Couronne pourraient être sensibles en termes de politique extérieure et de guerre : le règne d’Édouard II est indubitablement catastrophique sous ce rapport. Le désastre écossais compromet certes les favoris, mais il est juste de garder en mémoire que les questions militaires sensibles sont largement débattues avec les lords, qui fournissent l’essentiel des contingents et que la bataille de Bannockburn (1314), qui symbolise le recul des positions anglaises, a lieu dans la période qui sépare les règnes officieux de Gaveston et des Despenser. L’attitude envers le royaume de France dessine plus clairement une ligne de fracture entre les favoris, bellicistes, et une frange de partisans de la paix aux marges de l’Aquitaine, qui se trouve un leader naturel en la personne d’Isabelle, épouse d’Édouard et fille de Philippe le Bel. La chute de Piers Gaveston est indiscutablement à interpréter comme une victoire de ce parti qui reconnaît à la jeune reine un rôle fondamental dans la médiation envers les magnats et dans l’accomplissement de l’option pacifiste. La réussite de ce coup d’État range-t-elle pour autant le Gascon et la plupart des membres de l’état-major dans la catégorie des traîtres ?

  • 34 Prestwich, « The ordinances », op. cit.

18D’une certaine façon, oui. Ses contemporains font endosser au favori le rôle bien cerné du « mauvais conseiller » ; il aura beau mettre en avant sa loyauté, elle sera toujours perçue comme une forme d’opportunisme. Face au régime de faveur, la fronde aristocratique s’efforce d’opposer le gouvernement par conseil, bornant sévèrement la volonté du roi. Son programme, finalement dans la continuité des mouvements du XIIIe s., se fait clairement entendre avec les « Ordonnances » de 1311, qui visent à contrôler le pouvoir de nomination du roi, mais aussi plus largement ses initiatives en matière de guerre ou de monnaie34. Le favori trahirait par conséquent le roi en flattant sa tyrannie.

19Car au bout du compte, c’est bien le roi qui est trahi et le mauvais sort fait à ses mauvais conseillers préserve un tant soit peu l’institution royale en tant que telle. Tout se passe comme si le favori n’exprimait pas la volonté intime du roi, mais le privait au contraire de cette volonté pour mieux se saisir de sa puissance.

  • 35 Annales Paulini, op. cit., p. 262, à la suite d’un incident diplomatique avec les oncles de la rei (...)

20Les sources narratives disent toutes à leur manière à quel point Édouard a été subjugué, dépossédé de lui-même. Le favori est un magicien, un sorcier qui anéantit par son charme l’autonomie du souverain, trop connu pour l’excès de sa passion et son faible intérêt pour la routine des choses de l’État. Les annales de Saint-Paul font part d’une rumeur qui déplore l’amour déplacé d’Édouard pour un méchant sorcier (il s’agit de Gaveston) plutôt que pour sa jolie femme, dont il convient de rappeler qu’elle n’est toutefois qu’une jeune adolescente pendant la première partie du règne35.

  • 36 Les stricts contemporains se plaignent en fait du favoritisme et guère davantage : Vita, op. cit.,(...)
  • 37 Chronica monasterii de Melsa, éd. E. A. Bond, II, Londres, 1867, p. 355 : « Ipse quidem Edwardus i (...)
  • 38 C. Sponsler, « The king’s boyfriend: Froissart’s political theater of 1326 », Queering the Middle (...)
  • 39 Chaplais, op. cit., p. 10-21.
  • 40 Vita, op. cit., p. 28 : « Sane non memini me audisse unum alterum ita dilexisse. Ionathas dilexit (...)

21La double thématique de l’amour et de l’outrance a égaré quelques chroniqueurs et des générations d’historiens dans leur sillage. La composante érotique et homosexuelle de l’emprise exercée par les favoris ne doit pas être surestimée. Les principales critiques à cet égard sont le fait d’auteurs tardifs, qui ne s’expliquent plus autrement l’attachement exclusif du roi à un de ses sujets36. Pour la chronique de Meaux, Édouard versait « à l’excès dans le vice de sodomie37 » ; on sait enfin tout le parti que Froissart, à la fin du siècle, tira de cette confusion des genres38. Mais cette tradition est faiblement attestée et se voit contredite par maints détails dans les faits, à commencer par les reproches officiellement adressés à Gaveston, lié à Édouard par une fraternité d’armes contraignante, selon l’historien P. Chaplais39, et Hugues le Jeune, dont on ne saurait oublier qu’il fait couple avec son père dans la confiance du roi. Les stricts contemporains des événements présentent les relations passionnées du monarque selon le schème attendu d’Achille et Patrocle, mais aussi en se référant à l’amitié absolue qui liait David à Jonathan – la comparaison biblique écartant d’emblée tout soupçon de crime contre-nature et ré-installant de manière très intéressante le débat sur la scène politique40. L’amour sans mesure du roi n’est pas voué à un mignon mais à un égal.

  • 41 Annales Paulini, op. cit., p. 259 : « Unde indignatus est populus universus, duos reges in uno reg (...)

22Et voilà où se cache, au fond, le spectre hideux de la trahison. Le favori constitue si bien l’alter ego de son maître qu’il en devient un alter rex. Les Annales Paulini disent encore sans ambages la plainte du peuple : il y a en Angleterre deux rois, l’un en fait et l’autre en titre41. À vouloir décharger son seigneur de ses obligations, le favori subvertit de manière intolérable le système monarchique.

  • 42 Le catalogue des crimes et un vrai bric-à-brac : les Despenser ont créé une séparation (physique e (...)
  • 43 Gesta Edwardi, op. cit., p. 70: «Tertio quod de cunctis sibi oppositis nihil tangit feloniam aut p (...)

23Techniquement l’usurpation des prérogatives royales, sans cesse invoquée, n’est qu’une offense politique, virtuellement inconnue comme crime sur le plan juridique. L’accusation doit formellement être mêlée à d’autres pour passer pour une trahison. En soi, elle n’entraîne qu’une confiscation des biens du favori. Tel est le cas au Parlement de 132142. Encore les Despenser n’éprouvent-ils aucune difficulté, au terme de leur bref exil, à démontrer que rien dans les charges qui pesaient contre eux ne touchait à la félonie ou à la trahison et que l’exil était donc injustifié et disproportionné43.

  • 44 H. Johnstone, « The eccentricities of Edward II », EHR, 48 (1933), p. 264-267.
  • 45 W. R. Childs, « “Welcome, my brother”: Edward II, John of Powderham, and the chronicles, 1318 », C (...)

24Passons maintenant à une interprétation plus symbolique. Incompétent, indigne et indispensable, Édouard II est par excellence le roi qui suscite son double, à un point me semble-t-il inégalé. Parce que tout, jusque dans ses loisirs rustiques44, dit son inadéquation avec l’office royal, le corps politique lui invente tant bien que mal des substituts, voués à l’échec parce que privés du sang Plantagenêt. Il peine à s’imposer à sa cour et voici Gaveston et Despenser qui tentent de le soulager dans cette tâche ingrate. Il ne contente pas les aspirations des barons et voilà Thomas Despenser, puis Roger Mortimer qui prennent la tête du contre-pouvoir. Il ne coïncide pas avec l’idéal royal populaire et ne réalise pas les prophéties émises à l’orée de son règne ; aussitôt surgissent deux imposteurs, John de Powderham et William le Galeys qui, au prix d’étonnantes histoires de substitution, s’ingénient à faire mieux que leur fantomatique modèle45. Il n’est pas indifférent que toutes ces doublures, plus ou moins légitimes, aient trouvé la mort dans cette opération vouée à la survie de leur conception de la monarchie : aucun ne pouvait arguer de sa naissance et bénéficier du respect encore inhérent à celle-ci. Les dissidents peuvent confisquer le pouvoir sans obtenir l’autorité ; les favoris peuvent voler l’âme du roi sans le dépouiller de son identité.

  • 46 Bellamy, op. cit., chap. 3.

25Apprécions pour conclure l’évolution de la notion de trahison, dont la théorie royale formulée par Édouard Ier, selon laquelle chaque traître doit être considéré comme l’ennemi privé du roi46, est abandonnée au profit d’une allégeance à la Couronne qui place le roi en position de faiblesse.

  • 47 Que l’on songe au classique d’E. Türk, Nugae curialium. Le règne d’Henri II Plantagenêt (1145-1189 (...)

26Quant au favori, il est traître dans son ambivalence. Il emprunte au passé les moyens de son ascension. La critique des favoris forme ainsi un cas particulier de la critique déployée plus généralement et depuis longtemps contre la cour47. Pour ses ennemis, il est une simple variante du courtisan corrompu, flatteur et intriguant, qui manipule son prince pour son propre intérêt. Expert et séduisant, il porte à l’excès le respect des normes de la cour. Mais, simultanément, il incarne une tension vers l’avenir : sa proximité avec le souverain dit la liberté insupportable de celui-ci. Or, le favori ne saurait à la fois s’installer dans le cercle des grands et le surplomber au nom du service du prince. Il ne peut tout à la fois le vénérer et le dérober à ses sujets. Ces derniers préfèrent naturellement le contrôle à la délégation et s’emportent à l’idée d’être privés de l’accès au prince. Ce coup d’État interne paraît d’autant plus facile à réprimer qu’il émane d’un autre que le roi, qui n’est guère protégé par sa sacralité. Mystificateur à l’égard du roi dans la brève durée de son enchantement, le favori trahit en somme moins la communauté que la communion politique.

Notes

1 The Chronicle of Walter of Guisborough, éd. H. Rothwell, Londres, 1957, p. 383. Le dramaturge élisabéthain Christopher Marlowe, qui a parfaitement saisi l’esprit du règne, met bien sûr en lumière cette quasi-simultanéité au début de sa pièce, Édouard II, trad. M. Déprats, Paris, 1996.

2 N. Fryde, The Tyranny and Fall of Edward II. 1321-1326, Cambridge, 1979, p. 14-15.

3 En guise d’excellente introduction à cette notion sur les plans de la théorie et de la diachronie, citons Der Fall des Günstlings. Hofparteien in Europa vom 13. bis zum 17. Jahrhundert, J. Hirschbiegel et W. Paravicini (dir.), Stuttgart, 2004.

4 Pour une inscription dans la longue durée, voir A. Reitemeier, « Günstlinge und ihre Wahrnehmung am englischen Hof des 14. Jahrhunderts », ibid., p. 191-207.

5 Parmi pléthore de travaux souvent collectifs, signalons à propos de ces années tumultueuses, outre Fryde, op. cit., C. Valente, « The deposition and abdication of Edward II », EHR, 113 (1998), p. 852-881, et la biographie de R. M. Haines, King Edward II : his Life, his Reign, and its Aftermath, 1284-1330, Londres, 2003.

6 Il existe deux ouvrages assez complémentaires sur le personnage : J. S. Hamilton, Piers Gaveston, Earl of Cornwall 1307-1312 : Politics and Patronage in the Reign of Edward II, Londres, 1988, et P. Chaplais, Piers Gaveston : Edward II’s Adoptive Brother, Oxford, 1994. Le premier s’appuie surtout sur les sources narratives et conclut de manière traditionnelle à une relation homosexuelle entre le roi et son mignon, là où le second plaide pour un rapport de fraternité symbolique, sur la foi d’exemples antérieurs et en recourant plus systématiquement à la codicologie et à la sigillographie.

7 À ce jour, l’information les concernant est plus dispersée : Fryde, op. cit., A. Tuck, Crown and Nobility : England 1272-1461, Oxford, 1986 (notamment p. 71 sur la carrière du père) et, sur leurs déboires judiciaires, B. Wilkinson, « The Sherburn indenture and the attack on the Despensers, 1321 », EHR, 63 (1948), p. 1-28, G. A. Holmes, « Judgement on the Younger Despenser, 1326 », ibid., 70 (1955), p. 261-267, M. Prestwich, « The charges against the Despensers, 1321 », Bulletin of the Institute of Historical Research, 58 (1985), p. 95-100.

8 Une comparaison réglée avec la déclinaison française du favoritisme passe entre autres par le cas Pierre de la Broce : W. C. Jordan, « The struggle for influence at the court of Philip III : Pierre de la Broce and the French aristocracy », French Historical Studies, 24/3 (2001), p. 439-468. Dans une optique plus large : Ph. Contamine, « Charles VII, roi de France, et ses favoris. L’exemple de Pierre, sire de Giac († 1427) », Der Fall des Günstlings, op. cit., p. 139-162 ; T. Dutour, « Les affaires de favoris dans le royaume de France à la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVe s.), Affaires, scandales et grandes causes. De Socrate à Pinochet, Paris, 2007, p. 133-148.

9 Tel est le sens de la communication d’A. Reitemeier, « Günstlinge und ihre Wahrnehmung am englischen Hof des 14. Jahrhunderts », Der Fall des Günstlings, op. cit., p. 191-207, ou encore des articles de W. Childs, « Resistance and treason in the Vita Edwardi Secundi », Thirteenth Century England, M. Prestwich, R. H. Britnell et R. Frame (dir.), VI, Woodbridge, 1997, p. 177-191, notamment p. 188, et C. Valente, « The Lament of Edward II : Religious lyric, political propaganda », Speculum, 77 (2002), p. 422-439.

10 Pour le détail de ces « trois articles », le meilleur rapport est celui des Gesta Edwardi de Carnarvan, auctore canonico Bridlingtoniensi, éd. W. Stubbs, Chronicles of the Reigns of Edward I and Edward II, vol. II, Londres, 1883, p. 34.

11 Le texte : Rotuli Parliamentorum, I, Londres, 1783, p. 283. Une mise au point récente : M. Prestwich, « The ordinances of 1311 and the politics of the early fourteenth century », Politics and Crisis in the Fourteenth Century, J. Taylor et W. R. Childs (dir.), Gloucester, 1990, p. 1-18.

12 Sur ce leader de l’opposition, J. R. Maddicott, Thomas of Lancaster, 1307-1322, Oxford, 1970 (ici, particulièrement p. 122-129).

13 Voir par exemple G. A. Holmes, « Judgement on the Younger Despenser, 1326 », EHR, 70 (1955), p. 261-267, et Fryde, op. cit., p. 176-194.

14 Ibid. p. 37-57, outre B. Wilkinson, « The Sherburn indenture and the attack on the Despensers, 1321 », EHR, 63 (1948), p. 1-28.

15 Chaplais, op. cit., p. 49-53.

16 Ibid., p. 68.

17 Edward II, the Lords Ordainers, and Piers Gaveston’s Jewels and Horses, éd. R. A. Roberts, Camden Miscellany, XV, Camden Third Series, XLI, 1929, p. 7, 16.

18 La pratique est connue sous le nom de « jugement par notoriété » (J. G. Bellamy, The Law of Treason in England in the Later Middle Ages, Cambridge, 2004 [1970], p. 181). Par ailleurs, Hugues Despenser junior avait lui-même théorisé l’usage de la force contre le roi à propos de l’affaire Gaveston !

19 En 1326, les Despenser sont dans l’impossibilité de répondre à leur « procès » : 1o parce que c’est la procédure qui avait été adoptée contre Thomas de Lancastre, exécuté à Boroughbridge en 1322 à leur instigation ; 2o parce qu’ils ont déjà été condamnés par le Parlement en 1321 (Ibid., p. 53).

20 Froissart en donne une description très minutieuse : Jean Froissart, Chroniques. Livre I (1re partie, 1325-1350) et livre II, éd. P. F. Ainsworth et G. T. Diller, Paris, 2001, p. 101-102.

21 L’auteur de la Vita Edwardi peut être convoqué ici en tant que champion de la cause baronniale. Reprenant le motif bien connu du corps politique, il conseille aux courtisans de ne pas mépriser les barons, sous peine de faire rejaillir ce mépris sur le roi en se rendant coupables de lèse-majesté, c’est-à-dire de… trahison ! Vita Edwardi. The Life of Edward the Second, éd. et trad. W. R. Childs (d’après l’éd. de N. Denholm-Young), Oxford, 2005, p. 48 : « Videant amodo curiales Anglici ne, de regio fauore confisi, barones despiciant. Sunt enim membrum regis principale, sine quo nil grande poterit rex aggredi uel consummare. Ergo qui barones paruipendunt, regem utique contempnunt et lese magestatis se reos ostendunt. »

22 Valente, « The deposition », op. cit., p. 868-877.

23 Hamilton, op. cit., p. 37.

24 Chaplais, op. cit., p. 88-89.

25 L’accusation est explicite dans le texte de 1321 condamnant les Despenser au bannissement (Prestwich, « The charges », op. cit.).

26 Cette déroute des élites vaut à Piers une volée de bois vert et des épithètes glanées au champ lexical de la lâcheté et de la tromperie dans les chroniques : Annales Paulini, éd. W. Stubbs, Chronicles of the reigns of Edward I and Edward II, vol. I, Londres, 1882, p. 258-259 ; Vita, op. cit., p. 6-9 ; Chronica monasterii s. Albani, vol. III, Johannis de Trokelowe et Henrici de Blaneforde chronica et annales, éd. H. T. Riley, Londres, 1865, p. 65.

27 Foedera, conventiones, litterae, etc., vol. II, 1, éd. T. Rymer, Londres, 1825, p. 36.

28 John de Trokelowe fait déjà dire par deux fois au front aristocratique que nulle paix n’est possible dans le royaume tant que Gaveston reste en vie. Chronica monasterii s. Albani, op. cit., p 69 : « Habito quidem super praemissis diligenti tractatu, pro certo inveniunt quod, vivente ipso Petro, pax in regno esse non poterit, Rex in thesauro abundare, Reginam suam debito amore tractare, magnates suos, prout decet, honorare, ulterius nequibit ; unde contra hujusmodi pericula super salubri remedio sollicite tractabant » et, p. 77, pour clore le discours d’un des conjurés : « Expedit ergo potius, ut iste solus moriatur homo, quam gens nostras per guerras et bella pereat. Ipso enim vivente, secura tranquillitas in terra Angliae esse non poterit. Quos multis documentis hactenus experti sumus. » La survie de l’une ou l’autre partie est en jeu : l’homme seul ou le groupe des barons tout entier.

29 Statutes of the Realm, I, Londres, 1810, p. 182.

30 Les allégations en la matière sont innombrables. Retenons par exemple celles-ci, émanant de deux auteurs très éloignés dans le temps, pour Piers Gaveston : « Petrus de Gauestone regem duxit in deuium, terram turbauit, consumpsit thesaurum, tribus uicibus exilium subiit, et postea rediens caput perdidit », Vita, op. cit., p. 68, « Ille vero, etsi eum facie tenus reamaret, ejus, ni fallor, munera plus amavit ; dum thesaurum et regni jocalia, quae filii Regis esse debuerant, penes se collegit, et transmarinis mercatoribus ad usus suos proprios tradidit conservanda », Thomae Walsingham, quondam monachi s. Albani, Historia Anglicana, éd. H. T. Riley, I, Londres, 1863, p. 120.

31 Vita, op. cit., p. 12, pour une pique tout à fait gratuite : « Petrus in Hibernia iam moram faciens, omnes redditus illius terre, qui ad regem Anglie pertinebant, ex uoluntate regis et precepto, in suos usus sumpsit et consumpsit ; sicque nouissimus error priore factus est peior » (d’après Matthieu, 12. 45).

32 Voir sur ce point, Hamilton, op. cit., p. 58-63.

33 Ibid., p. 42-43.

34 Prestwich, « The ordinances », op. cit.

35 Annales Paulini, op. cit., p. 262, à la suite d’un incident diplomatique avec les oncles de la reine : « Karolus et Lodowicus patrui reginae, cernentes quod rex plus exerceret Petri triclinium quam reginae, cum indignatione ad Franciam remigarunt. In omnem igitur terram exiit rumor iste, quod rex plus amaret hominem magum et maleficum quam sponsam suam elegantissimam dominam et pulcherrimam mulierem. »

36 Les stricts contemporains se plaignent en fait du favoritisme et guère davantage : Vita, op. cit., p. 28 : « Modum autem dileccionis rex noster habere non potuit », et l’auteur, bouclant la boucle, ajoute « et propter eum sui oblitus esse diceretur, et ob hoc Petrus malificus putaretur esse ».

37 Chronica monasterii de Melsa, éd. E. A. Bond, II, Londres, 1867, p. 355 : « Ipse quidem Edwardus in vitio sodomitico nimium delectabat, et fortuna ac gratia omni suo tempore carere videbatur. »

38 C. Sponsler, « The king’s boyfriend: Froissart’s political theater of 1326 », Queering the Middle Ages, G. Burger et S. Kruger (dir.), Minneapolis, 2001, p. 143-167.

39 Chaplais, op. cit., p. 10-21.

40 Vita, op. cit., p. 28 : « Sane non memini me audisse unum alterum ita dilexisse. Ionathas dilexit Dauid, Achilles Patroclum amauit ; set illi modum excessisse non leguntur. » Plus loin, le frère de cœur du roi devient un fils, quand Édouard apprend la mort de Piers et se lamente, et David n’est encore une fois pas bien loin, ibid., p. 52 : « Hoc uerbum regis leniter prolatum, cum tandem deueniret in publicum, plures excitauit risum. Set certus sum regem ita doluisse de Petro, sicut aliquando dolet pater de filio. Nam quanto magis dileccio, tanto magis dolet infortunio. In planctu Dauid super Ionatan amor ostenditur, quem dicitur super amorem mulierum dilexisse » (évoquant 2 Sam, 1. 26).

41 Annales Paulini, op. cit., p. 259 : « Unde indignatus est populus universus, duos reges in uno regno, istum verbaliter, istum realiter conregnare. »

42 Le catalogue des crimes et un vrai bric-à-brac : les Despenser ont créé une séparation (physique et politique) entre le roi et ses barons ; ils ont indûment mis la main sur des terres aristocratiques ; ils n’ont pas permis aux grands de se faire entendre dans l’affaire des Templiers ; Hugues le Jeune a libéré de prison illégalement John de Lacchelegh et ses compagnons, condamnés pour les torts faits à la dame de Merk, etc. (Prestwich, « The charges », op. cit.). D’autres chefs d’accusation complètent la liste en 1326 : atteintes à la Grande Charte et aux ordonnances de 1311, faux jugement de Thomas de Lancastre… Voir G. A. Holmes, « Judgement on the Younger Despenser, 1326 », EHR, 70 (1955), p. 264-267.

43 Gesta Edwardi, op. cit., p. 70: «Tertio quod de cunctis sibi oppositis nihil tangit feloniam aut proditionem, sine quibus aut illorum altero nemo debet proscribi, nec etiam exulare.»

44 H. Johnstone, « The eccentricities of Edward II », EHR, 48 (1933), p. 264-267.

45 W. R. Childs, « “Welcome, my brother”: Edward II, John of Powderham, and the chronicles, 1318 », Church and Chronicle : Essays Presented to John Taylor, I. N. Wood et G. A. Loud (dir.), Londres, 1991, p. 149-163. Le second avatar a suscité d’infinies spéculations. Retenons l’article trop peu connu de J. C. et E. W. Russell, « He said that he was the King’s father », Res publica litterarum, 5 (1982), p. 197-201. Le phénomène de l’imposture, envers révélateur de la royauté, doit être arraché au registre de l’anecdotique : G. Lecuppre, L’imposture politique au Moyen Âge. La seconde vie des rois, Paris, 2005.

46 Bellamy, op. cit., chap. 3.

47 Que l’on songe au classique d’E. Türk, Nugae curialium. Le règne d’Henri II Plantagenêt (1145-1189) et l’éthique politique, Genève, 1977.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search