Version classiqueVersion mobile

La trahison au Moyen Âge

 | 
Myriam Soria
, 
Maïté Billoré

Traître et bouc émissaire

Trahison et échec militaire : le cas Pierre de La Broce (1278)

Xavier Hélary

Texte intégral

  • 1 P. Rousset, « La croyance en la justice immanente à l’époque féodale », Le Moyen Âge, 4e série, t. (...)

1Jusqu’à une date récente dans l’histoire de la guerre, les défaites militaires étaient généralement expliquées de deux façons. La première, assez typiquement médiévale, voyait dans la défaite la punition, par un Dieu vengeur, des péchés des vaincus1. Au premier rang, se tenait traditionnellement l’orgueil, depuis toujours associé à la classe chevaleresque. L’explication alternative, elle aussi très fréquente, renvoyait à la trahison. L’armée n’avait pu être vaincue que parce qu’en son sein ou à l’arrière, des traîtres y avaient prêté la main. C’est encore la thèse que les dignitaires de l’armée allemande défendirent en 1918 : eux-mêmes n’étaient nullement responsables d’une défaite que seule la trahison de quelques civils avait rendue possible – c’est le mythe du « coup de poignard dans le dos ». Ces deux explications renvoient à des ressorts bien connus de la psychologie humaine. Pour en rester à l’époque médiévale, la Chanson de Roland est une bonne illustration de ce phénomène : l’anéantissement de l’arrière-garde de l’armée de Charlemagne procède à la fois de la trahison de Ganelon et de l’orgueil de Roland.

  • 2 F. Autrand, « La déconfiture. La bataille de Poitiers (1356) à travers quelques textes français de (...)
  • 3 X. Hélary, « “Vous êtes du poil du loup !” Genèse du récit de défaite de Mansourah (8 février 1250 (...)

2Dans les derniers siècles du Moyen Âge, les grandes défaites de la chevalerie française, à partir de Mansourah (6 février 1250) et de Courtrai (11 juillet 1302), ont donné naissance à un véritable motif littéraire, le « récit de défaite », obéissant à un schéma corseté qu’a bien mis en évidence F. Autrand à propos de la guerre de Cent ans2. Ici, la trahison occupe une place en quelque sorte décalée. Ce n’est pas elle, à proprement parler, qui cause la défaite mais la volonté pour tel chef secondaire de l’armée de prouver une loyauté qui vient d’être mise en cause. Ce schéma est en place avant même la guerre de Cent ans. Dans deux récits de la bataille de Courtrai, par exemple, Robert d’Artois, commandant en chef de l’armée royale, jette le doute sur la droiture d’un haut personnage présent à ses côtés : Pierre Flote, chancelier de France, chez le chroniqueur Geoffroy de Paris ; Raoul de Clermont, sire de Nesle et connétable de France, chez Villani. Dans les deux cas, la réaction est la même : l’offensé met au défile comte d’Artois et déclenche la charge fatale à toute l’armée. Contrairement à ce qu’on a souvent cru, ces deux récits, aussi détaillés qu’ils soient, ne peuvent être retenus pour comprendre les raisons de la défaite française3. Ils attestent néanmoins la persistance de la crainte de la trahison, qu’on retrouve souvent à propos des autres échecs des armées royales.

  • 4 Ch.-V. Langlois, Le règne de Philippe III le Hardi, Paris, 1887 ; A. Lecoy de la Marche, « L’expéd (...)

3De manière générale, pour les rois de France, la fin du XIIIe s. ne fut pas très heureuse d’un point de vue militaire. Moins spectaculaires que Courtrai ou Mansourah, plusieurs déconvenues conclurent les grandes entreprises militaires de saint Louis, en 1270 (croisade de Tunis) ou de Philippe III (croisade d’Aragon). En 1285, l’armée royale, après la conquête du Roussillon et le franchissement des Pyrénées, mit le siège devant Gérone, en Catalogne, qui ne tomba qu’au moment où la flotte, dont le rôle était essentiel dans le ravitaillement de l’armée, fut détruite par les navires catalans. L’armée française dut alors battre en retraite dans des conditions qui devinrent rapidement désastreuses. Le roi lui-même, malade, mourut à Perpignan, le 5 octobre4.

  • 5 « Chronique anonyme finissant en 1308 », RHF, t. XXI, p. 132.
  • 6 Grandes Chroniques, éd. J. Viard, Paris, t. VIII, 1934, p. 117.

4La trahison pouvait difficilement expliquer l’échec de Philippe III. La difficulté d’une campagne menée par les Français loin de leurs bases, la longueur du siège et leur manque dramatique de compétences dans la guerre navale suffisent à rendre compte de l’insuccès de cette « croisade d’Aragon ». Quoi qu’il en soit, mal ou bien renseignés, suivant peut-être simplement une inclination propre à leur temps, certains chroniqueur attribuent la décision du roi de licencier une partie de sa flotte au pire moment à un « mauvais conseil5 », donné par « aucuns qui gueres n’amoient son profit6 ».

  • 7 Guillaume de Nangis, RHF, t. XX, p. 534 et 535.
  • 8 Sur les affaires de Navarre, Langlois, op. cit., p. 96-116 ; X. Hélary, « Pierre de La Broce, seig (...)

5Dans le contexte militaire, c’est ainsi qu’apparaît le plus souvent la trahison : sous la forme d’allégations aussi énigmatiques qu’invérifiables. Dans quelques cas, cependant, elle émerge de façon plus précise. En 1285, le comte de Foix, qui faisait partie de l’armée de Philippe III, fut accusé d’avoir fait accorder à la ville de Gérone une capitulation trop avantageuse7. L’autre cas, sur lequel nous allons insister, concerne une première tentative de Philippe III de franchir les Pyrénées, à l’automne 1276, cette fois du côté de la Navarre et de la Castille. Cette expédition s’acheva sans gloire à Sauveterre en Béarn, au pied des montagnes, d’où elle tira son nom : « l’ost de Sauveterre8 ».

  • 9 X. Hélary, « La place des questions de succession dans la politique extérieure de Philippe III le (...)
  • 10 RHF, t. XXIII, p. 97.

6En 1274, Henri le Gros, roi de Navarre et comte de Champagne, était mort en laissant sa veuve, Blanche d’Artois, dans une situation difficile. Blanche était la nièce de saint Louis : elle demanda l’aide de son cousin germain, le roi de France Philippe III, qui prit sous sa protection l’héritière de la Navarre et de la Champagne, la petite Jeanne, bientôt promise à un des fils de Philippe III, le futur Philippe le Bel9. Eustache de Beaumarchais, le gouverneur qu’envoya Philippe III administrer la Navarre, fut rapidement confronté à son tour à de sérieuses difficultés. La révolte d’une partie de Pampelune rendit très périlleuse sa situation. Une intervention militaire fut alors décidée, apparemment dans le courant du mois de juillet 1276. Le comte d’Artois, le principal chef de guerre de la famille capétienne et le futur vaincu de Courtrai, prit le commandement de l’avant-garde qui devait dégager Beaumarchais, enfermé dans un quartier de Pampelune. L’affaire fut rondement menée : Robert d’Artois ne tarda pas à pacifier toute la Navarre, sans excès de ménagement. Pendant ce temps, Philippe III réunissait son armée et traversait son royaume avec ce « merveilleus ost sanz nombre qui le suivoit », pour reprendre la pittoresque formule du traducteur de Primat10.

7Le roi de Castille Alphonse X avait soutenu activement les révoltés : lui-même avait des vues sur le royaume de Navarre, tout comme l’autre voisin du petit royaume pyrénéen, le nouveau roi d’Aragon, Pierre III, adversaire obstiné et retors de la dynastie capétienne dans le Midi de la France comme, quelques années plus tard, dans le royaume de Sicile. Le but de l’expédition conduite par Philippe III était donc, dans un premier temps, de mettre un terme à la révolte de la Navarre, avant de porter la guerre en Castille. Alphonse X avait en effet eu le tort, aux yeux du roi de France, de déshériter de leurs droits à la couronne ses petits-fils qui se trouvaient être, par leur mère Blanche de France, les neveux de Philippe III.

  • 11 Sauveterre-de-Béarn, Pyrénées-Atlantiques, arr. Oloron-Sainte-Marie, ch.-l. de cant.
  • 12 La version française est une traduction libre de la chronique de Guillaume de Nangis qu’on retrouv (...)

8Si Robert d’Artois obtint en Navarre une victoire facile, il n’en alla pas de même pour l’armée que le roi dirigeait en personne. Les troupes royales n’allèrent pas plus loin que Sauveterre, en Béarn11, où elles séjournèrent sans doute quelques semaines. Pourquoi ne franchirent-elles pas les montagnes ? La réponse donnée par un des principaux chroniqueurs du temps, Guillaume de Nangis, diffère quelque peu selon que l’on considère la version française et la version latine de sa vie de Philippe III12.

  • 13 RHF, t. XX, p. 505.

« La sassemblerent toute la gent au roy de France de toutes pars : si furent si grant multitude et si grant foison quil n’estoit riens qui les peust nombrer. Viande commença a faillir et a apeticier en lost ne ne pourrent avoir chevanche pour les chevaux ; car il furent mal pourveus avant quil venissent au port ne quil peussent les montaingnes passer. Si attendirent et sejournerent, et endementres, yver vint et commença a aprocher, les vens a haucier et grant froidure a venir, plaines de pluyes et de noif [neige] et de gelée. Si comme l’ost estoit en tel point, aucuns traiteurs sapprocherent du roy et li firent entendant quil seroit bon de retourner et quil donnast congié a sa gent jusques au printemps et que ses garnisons fussent plus sagement ordenées, pourveues et attirées : moult fu grant dommage et grant perte, quant l’ost n’ala oultre ; car il eussent prise toute Espaigne a leur voulenté13. »

9Si l’armée innombrable de Philippe III manquait de ravitaillement, pourquoi voir des traîtres en ceux qui conseillaient de battre en retraite pour revenir au printemps ? La version latine, qui est le texte original de Guillaume de Nangis, est en gros identique, sauf pour le début de la dernière phrase :

  • 14 Ibid. p. 504.

«Tunc invito rege, qui ardentissime cupiebat Hispanias introire, proditorum, ut creditur, consilio oportuit exercitum reverti, donec veris amoenitas et necessariorum sagax provisio iter facilius et commodius praeparasset14

10C’est donc – écrit Guillaume de Nangis – contre son gré, contre son désir très ardent de passer en Castille, que Philippe III aurait décidé la retraite de l’armée, « sur le conseil de traîtres, croit-on ». La version française, comme souvent, est moins précise : elle ne parle pas des dispositions d’esprit du roi, mais se contente d’évoquer les insinuations des « traiteurs » qui auraient fait valoir au roi qu’il était préférable d’abandonner pour cette fois. Tout en mettant en cause le manque de ravitaillement, le texte latin de Guillaume de Nangis accentue donc la trahison, en exonérant Philippe III de la décision – jugée sans doute sévèrement par les contemporains – de battre en retraite : les « traîtres » étaient si puissants qu’ils purent convaincre le roi, en quelque sorte malgré lui. En un sens, si l’on suit Guillaume de Nangis, Philippe III n’est donc pas responsable de la retraite. Il faut noter cependant la fin du passage cité : le roi reviendrait quand le temps serait meilleur et que le ravitaillement aurait été mieux préparé. Une telle possibilité était envisageable : en 1270, après leur départ de Tunis, les chefs de l’armée croisée s’étaient engagés à repartir en 1274 ; en 1285, Philippe III laissa une garnison à Gérone dans l’espoir de poursuivre la campagne l’année suivante. Au total, cependant, Guillaume de Nangis n’est pas très cohérent : le ravitaillement manquait, le roi voulait rester, on lui conseilla de partir pour revenir l’année suivante. Pourquoi donc invoquer alors la trahison et qui pouvaient bien être ces traîtres dont parle Guillaume de Nangis de façon énigmatique ?

11Deux solutions s’offrent à nous. La première est que Guillaume de Nangis ne fasse ici que reprendre une formule toute faite, aussi générale qu’indéfinie, du type de celles que nous avons citées plus haut à propos de la croisade d’Aragon. La seconde est qu’il ait eu une idée plus précise. C’est cette piste qu’il faut suivre, car d’autres chroniques, moins pudiques, mettent directement en cause un personnage, le tout-puissant favori du roi : Pierre de La Broce.

  • 15 Langlois, op. cit., p. 13-30 ; W. Chester Jordan, « The Struggle for Influence at the Court of Phi (...)

12Pierre de La Broce est le premier favori documenté de l’histoire de France15. Déjà bien en cour à la fin du règne de saint Louis, Pierre de La Broce devint indispensable sous le fils de ce dernier, au moins jusqu’à son arrestation à la toute fin de 1277. La procédure qui conduisit à son exécution, le 30 juin suivant, au gibet de Montfaucon, fut entourée du plus grand secret.

  • 16 Les archives de Pierre de La Broce ont été déposées au Trésor des chartes, où elles se trouvent to (...)
  • 17 A. Jubinal, La complainte et le jeu de Pierre de La Broce, Paris, 1835 ; F. É. Schneegans, « Trois (...)
  • 18 A. N., J 429, no 1 à 3 ; ces pièces ont été publiées par J. de Gaulle, sous un titre peu explicite (...)

13Son chartrier, saisi au moment de sa chute, est riche de plus de deux cents actes : son intérêt est immense, mais il ne nous dit rien sur les causes de la chute de son propriétaire16. Quelques pièces littéraires, d’un caractère assez indécis mais s’apparentant probablement au théâtre, mettent en scène Pierre de La Broce, en utilisant notamment le thème de la roue de la fortune17. Ni le chartrier ni ces pièces littéraires ne nous donnent cependant de renseignements sur les conditions de la chute de Pierre. Assez peu nombreuses et de qualité dans l’ensemble médiocre, les chroniques du temps parlent peu du favori, sinon à l’occasion de sa fin. La source principale, du coup, ne concerne pas directement Pierre mais un cousin de sa femme, Pierre de Benais. Ce dernier dut toute sa fortune à sa proximité avec le favori de Philippe III, qui en fit un évêque de Bayeux. Trois pièces réunies dans un carton du Trésor des chartes mettent en lumière les manœuvres de Pierre de Benais, qui obéissait très vraisemblablement à son protecteur18.

  • 19 Louis, futur comte d’Évreux, naquit très certainement après la mort de son demi-frère le prince Lo (...)
  • 20 A. N., J 429, no 1 ; éd. J. de Gaulle, op. cit., p. 89 : « Et lors li rois fu moult corrociez et m (...)

14Ces pièces ne laissent aucun doute sur la cause de la chute de Pierre. Celle-ci a été provoquée par sa tentative de compromettre la reine, Marie de Brabant, la seconde épouse de Philippe III, en l’accusant d’avoir empoisonné le prince Louis, le fils aîné du roi, issu de son premier mariage avec Isabelle d’Aragon. La reine Marie aurait ainsi cherché à assurer la succession royale à ses propres enfants, alors encore à naître19. Dans cette entreprise, Pierre de La Broce put compter sur le cousin de sa femme. Peu de temps après la mort du prince Louis (première moitié de 1276), Pierre de Benais commença par avertir le légat, Simon de Brie (le futur pape Martin IV), des bruits qui couraient, d’après lui, sur le compte de la reine. D’autres rumeurs circulaient, d’après lesquelles la mort du jeune prince avait été causée par les mœurs contre-nature du roi. Ces bruits étaient diffusés par un chanoine de Laon, un Italien, qui disait les tenir de deux saintes femmes, deux béguines de Nivelles, au diocèse de Liège, hors des frontières du royaume. Le roi, de son côté, voyait dans la mort de son fils la volonté d’accréditer ces rumeurs : on aurait empoisonné Louis pour appuyer une véritable campagne de déstabilisation menée contre lui20. En septembre 1276, alors qu’il réunissait à Tours son armée contre le roi de Castille, le roi décida de faire interroger les deux béguines ; toujours bien en cour, Pierre de La Broce réussit à faire en sorte que ce soit son affidé, Pierre de Benais, qui soit envoyé à Nivelles. À son retour, Pierre de Benais affirma que l’une des deux béguines, Isabelle de Sparbeke, lui avait dit que c’était dans l’entourage de la reine que s’était manigancée la mort du prince Louis. De son propre aveu, Pierre de Benais devait rester vague : il avait, disait-il, promis le secret à Isabelle.

  • 21 Guillaume de Nangis, RHF, t. XX, p. 510-511 ; Chronique anonyme finissant en 1286, t. XXI, p. 95 ; (...)

15En décembre 1276, Philippe III, lui-même de retour après l’échec de Sauveterre, ordonna une nouvelle mission auprès de cette béguine Isabelle : l’évêque de Bayeux devait cette fois être accompagné de l’abbé de Saint-Denis, Mathieu de Vendôme. Pierre de La Broce réussit à faire intégrer dans cette mission un moine de Vézelay, nommé Jacques de Dinan, qui réussit à parler en premier à la béguine et lui dicta, apparemment, ses réponses défavorables à la reine. Quelques mois plus tard, une troisième délégation alla trouver la béguine : elle était cette fois dirigée par frère Arnoul de Wisemale, un homme qui, avant d’entrer dans l’ordre du Temple, était un haut baron du duché de Brabant, apparenté à la reine Marie. Les troubles manœuvres de l’évêque de Bayeux furent alors démasquées. Cette troisième mission se déroula en novembre 1277 ; c’est sans doute elle qui fut à l’origine de l’arrestation de Pierre de La Broce, apparemment à la toute fin de 1277, et de son exécution, le 30 juin suivant. Les chroniques sont unanimes à rapporter que les barons, les ducs de Brabant et de Bourgogne, ainsi que le comte d’Artois, tous proches parents de la reine, accompagnèrent Pierre dans son dernier voyage jusqu’au gibet de Montfaucon, en refusant de partir avant d’être assurés que leur ennemi était bel et bien mort21.

16À bien lire les textes concernant l’évêque de Bayeux, il ne fait guère de doute que ce sont bien les manœuvres de Pierre de La Broce qui se sont retournées contre lui et que toute l’affaire se réduit en fait à la lutte de deux clans l’un contre l’autre, celui du favori contre celui de la reine, qui pouvait compter sur tous les grands barons.

17Notamment parce que toute la procédure fut entourée du plus grand secret, la chute d’un homme que la faveur du roi avait porté si haut a vivement frappé les esprits, du moins si l’on en juge par le témoignage des chroniques. L’une de nos meilleures sources, le moine Primat, que nous ne connaissons malheureusement que par une traduction postérieure, commente ainsi l’affaire :

  • 22 Ibid., p. 100.

« Et vraiement la cause fu mise en doubte, car diverses personnes en tenoient diverses opinions ; et aucuns disoient que il avoit pris dons secretement du roy de Espaingne, et voloit trahir le roy de France ; et les autres disoient que il avoit requis la royne de avoir afaire a li. Et les autres disoient que il avoit tué Loys, ainsné filz du roy, par mengier viande empoisonnée, et puis l’avoit mis sus a la royne, qui estoit sa marrastre ; si que par le jugement des barons elle eust esté jugie a mort ou au mainz que elle fust separée du roy son mari pour celle trés grant felonnie, et fust du tout en tout envoiée en essil. Mais, si comme la cause de sa dampnacion ne povoit pas clerement estre sceue du pueple (combien que toutes les devant dites causes y povoient estre toutes, si n’avoit il pas toutes fois esté jugié en commun), toutes fois la desreniere opinion est declairie par l’issue de la chose : car le duc de Breiban, frere de la royne, le duc de Bourgogne, le conte d’Artois, le conte de Flandres et les greigneurs d’iceli parenté, emploient de clameur les oreilles du roy, et li requeroient que pour demoustrer que la royne estoit innocente, et pour vengier ycelle, il leur baillast Pierres de la Broce a faires en justice. Lequel leur fu baillié en la parfin22. »

18On ne peut que se rallier à l’opinion particulièrement lucide de Primat : ce sont la reine et les hauts barons qui ont obtenu la chute de Pierre de La Broce. Il n’est pas inintéressant, cependant, de prendre en considération les trois causes que Primat évoque : Pierre aurait été acheté par le roi de Castille pour trahir Philippe III ; il aurait voulu coucher avec la reine ; il aurait empoisonné le prince Louis pour faire ensuite accuser la reine de ce meurtre. D’après Primat lui-même et comme on l’a vu plus haut, la dernière hypothèse paraît avoir été la plus probable, à cette différence près que rien ne prouve que la mort du prince Louis n’ait pas été naturelle : en l’état de nos connaissances, il est donc vain de chercher à incriminer Pierre de La Broce ou Marie de Brabant. La deuxième hypothèse, un désir déçu de Pierre pour la reine, n’est pas autrement attestée. La première, en revanche, est présente dans certaines sources, qui ont suggéré de voir en Pierre un traître vendu au roi de Castille.

19D’après toutes les chroniques, l’« ost de Sauveterre » a échoué faute de ravitaillement. Mais nulle trahison n’est évoquée pour expliquer ce qu’à d’autres époques on aurait pu considérer comme une forme de « sabotage ». Si trahison il y eut, elle ne concerne pas la logistique de l’armée, mais une affaire d’espionnage et elle fut dévoilée au cours de l’entrevue qu’eurent le comte d’Artois et le roi de Castille, au début du mois de novembre 1276. Après avoir libéré Pampelune et pacifié la Navarre, le comte d’Artois avait effectivement accepté une rencontre avec le roi de Castille, qui se trouvait alors à Vittoria, sans doute inquiet de la victoire française à ses portes.

  • 23 Un projet de traité y fut conclu entre le comte d’Artois et Alphonse X de Castille les 7 et 8 nove (...)
  • 24 RHF, t. XXI, p. 94.

20Que s’est-il passé lors de cette entrevue de Vittoria23 ? Il est difficile de le dire, mais deux chroniqueurs en font un récit très précieux – sinon véridique ! D’après la « chronique anonyme finissant en 1286 », Alphonse X aurait ainsi appris au comte d’Artois que le roi de France avait déjà pris le chemin du retour après son séjour à Sauveterre « et mout d’autres choses de l’estat de l’ost et de l’estat de France24 ». Chez Guillaume de Nangis, il faut encore considérer les deux versions. Dans les deux, Robert d’Artois demande l’autorisation de Philippe III avant de se rendre auprès d’Alphonse X ; la version originale, en latin, ajoute que Philippe ne concevait aucun soupçon à l’égard du comte d’Artois ; celui-ci, en revanche, ne tarda pas à suspecter Pierre de La Broce. Le roi de Castille, en effet, donna au comte d’Artois beaucoup de détails sur les affaires de la cour de France (« multis aliis de statu curiae regis Franciae ») et c’est le favori que Robert d’Artois soupçonna aussitôt d’avoir renseigné Alphonse X. Guillaume de Nangis ajoute que le comte d’Artois redoutait que, si Philippe III avait franchi les Pyrénées, il n’eût été trahi. La traduction française qu’on retrouve dans les Grandes chroniques est plus dramatique, plus explicite aussi. Alors que les deux hommes étaient ensemble, « vint un message qui aporta tout l’estat et tout le secré et tout le pensé au roy de France ». Le texte se poursuit ainsi :

  • 25 Ibid., t. XX, p. 509.

« Quant le roy ot oy les messages, si dist au conte d’Artoys : “Biau cousin, je ne suy pas sans amis a la court le roy de France, et aussi me deussiez vous valoir et aidier par raison de lignage. J’ay tiex amis qui bien me scevent mander tout son couvine, et qu’il veult faire et qu’il a en pensée”25. »

  • 26 Langlois, op. cit., p. 40-41.

21Comme souvent, la version française est moins subtile ; elle exprime plus pesamment les choses, en mettant carrément en scène, au vu et au su du comte d’Artois, l’arrivée d’un messager venu de la cour de France pour en livrer les secrets ; tout aussi invraisemblable est le petit discours du roi de Castille apprenant au comte d’Artois qu’il avait des espions dans l’entourage de Philippe III. À vrai dire, Édouard Ier, le roi d’Angleterre, entretenait une correspondance suivie avec certains conseillers du roi de France, comme Mathieu de Vendôme, l’abbé de Saint-Denis, par exemple26 ; mais ce qui est visé ici, dans le texte français de Guillaume de Nangis, c’est une pratique clairement condamnable, ce que nous appelons de l’espionnage. Il est cependant indiscutable que les deux versions, latine et française, tendent au même objectif : faire peser sur Pierre de La Broce l’accusation de trahison.

  • 27 RHF, t. XXI, p. 95.

22Comment Guillaume de Nangis et l’auteur de la chronique anonyme (si tant est que ce dernier ne se soit pas contenté d’accommoder Guillaume de Nangis) ont-ils eu connaissance de ce qui s’était dit pendant cette entrevue (ou plutôt de ce qui était censé s’être dit) ? Seul le comte d’Artois, proche parent de la reine Marie, ou, à défaut, son entourage ont pu diffuser ces accusations, sans doute après la chute de Pierre de La Broce, pour charger un peu plus la mémoire de ce dernier. Par la suite, nos deux chroniqueurs ont eux-mêmes construit leur récit de l’entrevue dans cette perspective. Chez l’anonyme de 1286, cette rencontre est le « début de la fin » pour Pierre de La Broce, le premier soupçon qui annonce la catastrophe finale – d’ailleurs au mépris de la chronologie, puisque, dans son récit, la mort du prince Louis, qui précède de plusieurs mois la campagne de Sauveterre et l’entrevue entre le comte d’Artois et le roi de Castille, est présentée comme postérieure. Guillaume de Nangis place d’abord la mort du prince Louis et les démêlés avec les béguines ; ce n’est qu’ensuite qu’il passe aux soupçons conçus contre Pierre de La Broce par le comte d’Artois après sa rencontre avec Alphonse X ; la chronologie, du coup, n’est pas davantage respectée, puisque la dernière enquête à Nivelles eut lieu environ un an après cette rencontre. Chez l’anonyme de 1286 comme chez Nangis, de toute façon, le soupçon de trahison n’est qu’un élément parmi d’autres, sans doute suscité par l’entourage du comte d’Artois, ou peut-être simplement emprunté aux fantasmes relatifs à la trahison, forts communs comme nous l’avons dit en commençant. En tout cas, à ce soupçon de trahison fait écho, dans les deux chroniques, l’épisode rocambolesque qui conduit à l’arrestation de Pierre de La Broce. Un moine apporta au roi une boîte qu’un messager demeuré anonyme, mort en arrivant dans le monastère, avait confiée aux moines pour qu’ils la remettent au roi de France. Dans la boîte, se trouvaient des lettres de Pierre de La Broce, « dont li consaus le roi se merveilla mout », dit la chronique de 128627. Guillaume de Nangis ajoute que seul le conseil du roi sut ce que ces lettres contenaient. Au vu de ce qui précède, le lecteur était naturellement conduit à imaginer qu’il s’agissait de lettres adressées au roi de Castille. Ces mystérieuses lettres suffirent en tout cas à provoquer la chute du favori.

  • 28 Ibid., t. XXIII, p. 96.

23Une fois qu’on a reconnu comme peu vraisemblable cet épisode, il faut admettre, à la décharge des chroniqueurs du temps, que les conditions de l’arrestation de Pierre sont entourées d’un épais mystère. De façon assez traditionnelle, faute d’informations sûres, les chroniqueurs ont essayé de reconstituer un enchaînement paraissant logique, à défaut d’être tout à fait conforme au déroulement des événements. L’accusation de trahison, peut-être diffusée par le comte d’Artois, et l’épisode de la boîte aux lettres, sans doute inventé, ont trouvé leur place dans ce récit, en se faisant d’ailleurs écho. Au contraire de l’anonyme de 1286 et de Guillaume de Nangis, dont le récit est clairement construit de manière à accréditer de toutes les façons possibles la culpabilité de Pierre de La Broce, Primat n’a pas cru à la trahison de ce dernier en faveur du roi de Castille, pas plus qu’aux circonstances rocambolesques qui conduisirent, d’après eux, à son arrestation. Ainsi, quand il rapporte l’entrevue du comte d’Artois et d’Alphonse X, il ne dit rien d’un éventuel messager ou des allusions du roi de Castille à son réseau d’espions28. Son scepticisme en la matière dit tout le crédit qu’il faut accorder à son travail. On sait que Guillaume de Nangis s’est servi de la chronique de Primat pour bâtir son propre récit : ce ne fut pas, comme on le voit, sans inflexions lourdes de conséquences.

  • 29 Langlois, op. cit., p. 31.

24Explication traditionnelle et commode de la défaite militaire, la trahison est presque toujours convoquée quand il s’agit de mettre en accusation les responsables supposés d’un échec. Si les soupçons restent souvent exprimés de façon vague, le cas de Pierre de La Broce fait exception et certains chroniqueurs ont voulu voir en lui un traître. Bien que les quelques documents qui subsistent laissent entrevoir une intrigue de cour opposant deux factions, la chute de Pierre a ainsi été interprétée par Guillaume de Nangis et l’anonyme de 1286 comme la sanction d’une trahison en faveur du roi de Castille – même si cette accusation n’est qu’un élément parmi d’autres avancés par les chroniqueurs. Le secret qui, de façon assez étonnante, fut toujours respecté sur les causes véritables de l’arrestation de Pierre est certainement à l’origine de ces rumeurs mettant en cause sa loyauté à l’égard de Philippe III ; il n’est pas interdit de penser, à ce propos, que le comte d’Artois ou ses agents surent les attiser à bon escient en diffusant le récit – invraisemblable en l’état – de l’entrevue qu’avait eue le comte avec le roi de Castille. Peu importe, ces allégations suffirent à la postérité29. De façon très significative, Guillaume Guiart, qui composa au début du XIVe s., à partir des chroniques antérieures, un long poème sur l’histoire de France, ne retint que la trahison en faveur du roi de Castille pour expliquer la condamnation de Pierre de La Broce. Celui-ci, dit-il :

  • 30 RHF, t. XXII, p. 212, v. 12246-12254.

« Si traitreusement ouvroit/Qu’au roi d’Espaingne descouvroit/(Que l’en ne li feist nuisance)/Tous les secrez du roi de France./Par quoi (cèle euvre connéue)/Et trés certainement seue,/Selonc ce c’on en dut apprendre/Li rois Phelippes le fist pendre30. »

Notes

1 P. Rousset, « La croyance en la justice immanente à l’époque féodale », Le Moyen Âge, 4e série, t. 3, 1948, p. 225-248.

2 F. Autrand, « La déconfiture. La bataille de Poitiers (1356) à travers quelques textes français des XIVe et XVe s. », Guerre et société en France, en Angleterre et en Bourgogne, XIVe et XVe s., Ph. Contamine, Ch. Giry-Diloison, M. H. Keen (dir.), Lille, 1991, p. 93-121.

3 X. Hélary, « “Vous êtes du poil du loup !” Genèse du récit de défaite de Mansourah (8 février 1250) à Courtrai (11 juillet 1302) », Guerre et société. Actes des journées d’étude de l’EA 2556 « Jeux et enjeux des pouvoirs » (janv. 2004 et janv. 2005), à paraître.

4 Ch.-V. Langlois, Le règne de Philippe III le Hardi, Paris, 1887 ; A. Lecoy de la Marche, « L’expédition de Philippe le Hardi en Catalogne », Revue des questions historiques, 49 (1891), p. 62-127 ; J. R. Strayer, « The crusade against Aragon », Speculum, 28 (1955), p. 102-112 ; j’ai repris l’étude de la croisade d’Aragon dans ma thèse soutenue en 2004 (J. Verger et Ph. Contamine (dir.)), L’Ost de France. La guerre, les armées, la société politique au royaume de France (fin du règne de Saint Louis – fin du règne de Philippe le Bel), p. 258-296.

5 « Chronique anonyme finissant en 1308 », RHF, t. XXI, p. 132.

6 Grandes Chroniques, éd. J. Viard, Paris, t. VIII, 1934, p. 117.

7 Guillaume de Nangis, RHF, t. XX, p. 534 et 535.

8 Sur les affaires de Navarre, Langlois, op. cit., p. 96-116 ; X. Hélary, « Pierre de La Broce, seigneur féodal, et le service militaire sous Philippe III », Journal des Savants, 2006, p. 275-306 ; L. Carolus-Barré, « Le service militaire en Beauvaisis au temps de Philippe de Beaumanoir : l’estaige à Gerberoy et à Beauvais. L’ost de Navarre », Congrès national des sociétés savantes, 101 (1976), p. 73-93.

9 X. Hélary, « La place des questions de succession dans la politique extérieure de Philippe III le Hardi », Making and Breaking the Rules : Succession in Medieval Europe, c. 1000-c. 1600. Établir et abolir les normes : la succession dans l’Europe médiévale, vers 1000-vers 1600, F. Lachaud et M. Penman (dir.), Turnhout, 2008, p. 111-128.

10 RHF, t. XXIII, p. 97.

11 Sauveterre-de-Béarn, Pyrénées-Atlantiques, arr. Oloron-Sainte-Marie, ch.-l. de cant.

12 La version française est une traduction libre de la chronique de Guillaume de Nangis qu’on retrouve dans les Grandes chroniques qu’a éditées J. Viard.

13 RHF, t. XX, p. 505.

14 Ibid. p. 504.

15 Langlois, op. cit., p. 13-30 ; W. Chester Jordan, « The Struggle for Influence at the Court of Philip III : Pierre de La Broce and the French Aristocracy », French Historical Studies, 24 (2001), p. 439-468 ; Hélary, « Pierre de La Broce », op. cit. ; F. Collard évoque à plusieurs reprises Pierre de La Broce dans Le Crime de poison au Moyen âge, Paris, 2003.

16 Les archives de Pierre de La Broce ont été déposées au Trésor des chartes, où elles se trouvent toujours (A. N., J 726-730) ; j’en ai entrepris la publication : plusieurs pièces ont paru en pièces justificatives à l’article cité ci-dessus (J 728, no 109 et 112 ; J 729, no 190, 197 et 199, J 730, no 201, 203 et 205), et dans « Les rois de France et la Terre sainte de la croisade de Tunis à la chute d’Acre (1270-1291) », Annuaire-Bulletin de la Société de l’histoire de France, année 2006, 2007 (J 729, no 159 et 167).

17 A. Jubinal, La complainte et le jeu de Pierre de La Broce, Paris, 1835 ; F. É. Schneegans, « Trois poèmes de la fin du XIIIe s. sur Pierre de La Broce », Romania, 58 (1932), p. 520-550 ; A. Langfors, « En marge de trois poèmes de la fin du XIIIe s. sur Pierre de la Broce », Annales Academiae Scientiarum Fennicae, série B, 30 (1934), p. 371-392 ; M. Bouhaïk-Gironès et moi-même avons repris récemment le dossier, sur lequel elle a déjà publié un article. M. Bouhaïk-Gironès, « Qu’est-ce qu’un texte de théâtre médiéval ? Réflexions autour du Jeu de Pierre de La Broce (XIIIe s.) », Drama, Performance and Spectacle in the Medieval City : Essays in Honor of Alan Hindley, C. Emerson, M. Longtin et A. Tudor (dir.), Louvain, 2008 (sous presse).

18 A. N., J 429, no 1 à 3 ; ces pièces ont été publiées par J. de Gaulle, sous un titre peu explicite, « Documents historiques », Annuaire-Bulletin de la Société de l’histoire de France, 1844, p. 87-100 ; sur Pierre de Benais, R. Kay, « Martin IV and the Fugitive Bishop of Bayeux », Speculum, 40 (1965), p. 460-483.

19 Louis, futur comte d’Évreux, naquit très certainement après la mort de son demi-frère le prince Louis, sans quoi il n’aurait pas reçu ce prénom.

20 A. N., J 429, no 1 ; éd. J. de Gaulle, op. cit., p. 89 : « Et lors li rois fu moult corrociez et moult a mesese, et se douta que l’en n’eust enpoisonné son fil, por faire croire la parole qui avoit esté dite de lui dou pechié desusdit. »

21 Guillaume de Nangis, RHF, t. XX, p. 510-511 ; Chronique anonyme finissant en 1286, t. XXI, p. 95 ; Primat traduit par Jean du Vignay, t. XXIII, p. 100.

22 Ibid., p. 100.

23 Un projet de traité y fut conclu entre le comte d’Artois et Alphonse X de Castille les 7 et 8 novembre 1276 (Langlois, op. cit., p. 107-108).

24 RHF, t. XXI, p. 94.

25 Ibid., t. XX, p. 509.

26 Langlois, op. cit., p. 40-41.

27 RHF, t. XXI, p. 95.

28 Ibid., t. XXIII, p. 96.

29 Langlois, op. cit., p. 31.

30 RHF, t. XXII, p. 212, v. 12246-12254.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search