Version classiqueVersion mobile

La trahison au Moyen Âge

 | 
Myriam Soria
, 
Maïté Billoré

Dire et désigner le traître

« La rage méchante des traîtres prit feu. » Le discours sur la révolte sous les rois Plantagenêt (1144-1224)

Daniel Power

Texte intégral

Je remercie M. Billoré pour son invitation et pour les corrections apportées à mon français. La British Academy a généreusement subventionné les recherches pour cet article.

  • 1 Je remercie M. Billoré pour son invitation et pour les corrections apportées à mon français. La Br (...)
  • 2 M. Aurell, « Révolte nobiliaire et lutte dynastique dans l’Empire angevin (1154-1224) », ANS, XXIV (...)
  • 3 Par exemple J. C. Holt, The Northerners, Oxford, 1961 ; J. Green, The Aristocracy of Norman Englan (...)

1Pour1 le Moyen Âge, révolte et trahison sont deux sujets vastes mais apparentés. Tous deux se trouvent au cœur de la culture politique de l’époque et fonctionnent comme le revers de l’autorité et de la loyauté, les deux pôles de l’ordre politique et social. Plusieurs historiens, notamment M. Aurell, J. Gillingham, et M. Strickland2, ont présenté une vue d’ensemble de la révolte contre les rois Plantagenêt d’Angleterre dans leurs possessions diverses et hétérogènes ; plusieurs autres l’ont analysée pour des provinces particulières de leur soi-disant « empire angevin3 ». Néanmoins, quelques aspects de la révolte méritent un examen plus approfondi, surtout son rapport avec la trahison, le pire des crimes. Quatre problèmes retiendront plus particulièrement notre attention ici : les définitions de la révolte dans l’empire Plantagenêt, la dénonciation de ces protestations armées comme la trahison (proditio, perfidia, periuria, traditio, et en langue vulgaire traïson, etc.), la description de ces actes de trahison comme rabies ou la rage folle et, enfin, l’écart manifeste entre ce discours dédaigneux, plein d’incompréhension et la politique plus subtile et modérée des rois Plantagenêt ainsi que des révoltés eux-mêmes.

Les définitions de la révolte dans l’Empire Plantagenêt

  • 4 Power, Norman Frontier, op. cit., p. 159, 276, 347, 458-9.
  • 5 « mei insurgentes aduersum me […] contra Augensem ecclesiam locuti sunt », BNF, ms. lat. 13904, fo (...)
  • 6 « si eis in aliquo rebellus esset » (1246, n. s.), Rouen, Arch. dép. de la Seine-Maritime, 8 H 9.

2Pour comprendre comment la révolte pouvait être perçue comme un acte de trahison, il faut préciser la manière dont elle fut définie à l’époque Plantagenêt. Cette définition était parfois très subjective. Elle n’entraînait pas toujours de violence ouverte : en 1211, Philippe Auguste regarda le renforcement du château de Mortain par le comte de Boulogne comme suspect et mena une armée pour le saisir avant que le comte ne le défie4. Vers 1165, Jean, comte d’Eu, se plaignit de ses hommes qui « s’insurgeaient » contre lui. Mais il est très vraisemblable que leur « insurrection » fut devant le tribunal plutôt que sur le champ de bataille car ces hommes revendiquaient des terres des chanoines d’Eu, dont le comte était le patron5. Dans son testament, Alix, comtesse d’Eu, la petite-fille du comte Jean, se prémunit contre son fils, au cas où il deviendrait « rebelle » à ses legs pieux6.

  • 7 « quoniam quasi peccatum ariolandi est repugnare », 1 Sam. 15.23.
  • 8 Valente, op. cit., p. 22-5.
  • 9 M. Ailes, « Traitors and rebels : the Geste de Maience », M. Ailes, P. E. Bennett et K. Pratt (dir (...)

3La subjectivité des définitions de la révolte est renforcée par les différents points de vue des sources. On remarquera l’attitude « royaliste » de la plupart des sources latines, telles que les documents de l’administration royale ou la majorité des chroniqueurs ecclésiastiques, qui surent, d’après le premier livre de Samuel, que « la désobéissance est aussi coupable que la divination, et la résistance pas moins que l’idolâtrie7 ». Par contraste, les textes vulgaires ont souvent un public plus « aristocratique », tel que Raoul de Cambrai ou, un siècle plus tard sur les Marches de Galles, Le Roman de Fouke fils-Waryn, qui pardonnent plus aisément la violence stratégique des insurgés8, ou des épopées qui font une distinction très nette entre les rebelles honorables et les traîtres perfides9.

  • 10 Par exemple les « soulèvements » de 1135-6 : Gesta Stephani, éd. K. R. Potter, R. H. C. Davis, Oxf (...)
  • 11 « falso asserebat quod contra dominum suum regem superbie calcaneum deinceps non elevaret », Vie d (...)
  • 12 « Universis ecclesiis jam quasi notorium habetur, quam irreverenter, quamque inhumanitus in dominu (...)
  • 13 Pour son authenticité prétendue, voir D. Lohrmann, « St-Germer-de-Fly und das Anglonormannische Re (...)
  • 14 « Hec cedet, Richarde, tibi victoria damno,/Inque brevi fiet quod eam gessisse, ruoque/Te domino q (...)

4L’identification des combattants en tant que rebelles fut aussi très subjective. Pour les auteurs anglo-normands, toute attaque par les Gallois contre les rois d’Angleterre constituait une révolte, tandis que les auteurs gallois la voyaient comme la résistance légitime contre un oppresseur étranger10. On trouve une subjectivité similaire pour les Plantagenêt eux-mêmes, qui, selon les auteurs pro-capétiens, ne furent que des révoltés vils contre leurs seigneurs les rois de France. Vers 1170, l’Histoire du glorieux roi Louis dépeignait les premières guerres d’Henri le Jeune contre Louis VII comme l’insolence perfide d’un sujet déloyal et ingrat. Selon ce récit, écrit à l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, le roi de France victorieux aurait forcé le duc de Normandie à solliciter la paix, de sorte que celui-ci promit que « désormais il ne défierait plus fièrement » (littéralement « lèverait le talon contre ») le roi son seigneur11. Vingt-cinq ans plus tard, l’évêque belliqueux de Beauvais, alors prisonnier des Normands, se plaignit au pape de Richard Cœur de Lion qui soutenait depuis longtemps « une révolte irrévérencieuse et inhumaine contre son seigneur, le roi des Français12 ». Cette lettre, soit authentique, soit contrefaite, nous présente l’avis de la cour capétienne13. La Philippide de Guillaume le Breton, chapelain de Philippe Auguste, décrit la victoire du roi d’Angleterre contre son maître à Gisors (1198) dans le même esprit : « Cette victoire même, ô Richard, te tournera à mal ; bientôt il arrivera que tu te repentiras de l’avoir remportée, et d’avoir combattu d’une manière ou d’une autre contre ton seigneur (avec lequel ta mère t’avait instruit à ne jamais en venir aux mains, t’enseignant au contraire à lui rendre honneur respectueusement14). »

  • 15 « Rex itaque Francie non valens arrogantiam regis Anglie, a quo debebat servitium non contemptum e (...)
  • 16 « Rex Johannes ab Anglia egressus pagum Pictauensem intrauit contra regem Francorum rebellaturus » (...)
  • 17 « eo quod fere omnia servitia eisdem terris debita per longum jam tempus facere contempserant, nec (...)

5Ce ne furent pas seulement les courtisans de Philippe Auguste qui regardèrent les rois Plantagenêt en ces termes. Le Pseudo-Ansbert autrichien décrivit la croisade de Richard Cœur de Lion d’un ton très défavorable15. Après que Jean Sans Terre perdit la Normandie et l’Anjou, on trouve ce point de vue aussi dans ses domaines perdus : les annales de Jumièges, par exemple, décrivirent l’arrivée de Jean Sans Terre en Poitou, en 1206, comme une révolte contre le roi de France16. De fait, le triomphe de Philippe Auguste contre ses rivaux Plantagenêt fut fondé sur cette attitude capétienne, qui atteignit son but logique avec le jugement du tribunal royal contre Jean Sans Terre, en 1202 : le roi d’Angleterre aurait été condamné avec tous ses prédécesseurs pour leur désobéissance et les torts qu’ils avaient causés aux rois de France, leurs seigneurs, à savoir le défaut des services dus pour leurs terres17.

La dénonciation des protestations armées comme trahison

  • 18 À ce sujet, F. Pollock et F. W. Maitland, The History of English Law before the Time of Edward I, (...)
  • 19 The Treatise on the Laws and Customs of the Realm of England Commonly Called Glanvill, éd. G. D. G (...)
  • 20 Bracton on the Laws and Customs of England, éd. G. E. Woodbine, rév. et trad. S. E. Thorne, 4 t., (...)
  • 21 « regi more maiorum amicitiam et fidem interdixit, homagio etiam abdicato », William of Malmesbury (...)
  • 22 Établissements de Saint Louis, éd. P. Viollet, 4 t., Paris, 1881-6, II p. 75-77, no LIII ; III, p. (...)
  • 23 Établissements de Saint Louis, op. cit., II, p. 75, no LII ; III, p. 24, § XLII. Glanvill, op. cit (...)

6Au Bas Moyen Âge, la révolte devint un acte essentiellement traître ; peut-être que les règnes décisifs pour cette mutation furent ceux de Charles d’Anjou en Sicile, des deux premiers rois Édouard en Angleterre (renforcés par le Statut of Treason sous Édouard III, en 1352), et de Philippe le Bel ou Philippe de Valois en France. Désormais tout échec politique pouvait être puni en tant que trahison. Mais, pour le XIIe s. et la première moitié du XIIIe, y avait-il une différence claire entre la révolte et la trahison18 ? Les traités légaux de l’époque définissent la trahison assez étroitement, par exemple les textes de Glanvill (vers 1189) et de Bracton (vers 1220). Pour Glanvill, l’autorité royale doit écraser les insurgentes et « la fierté des effrénés et les ingouvernables » mais les délits auxquels il donne le nom savant de lèse-majesté sont la contrefaçon d’une charte royale et implicitement la mort du roi ; la subversion du royaume ou de l’armée royale19. Bracton admet que la lèse-majesté a beaucoup de manifestations mais, lui aussi, pense à l’assassinat du roi, la subversion de son armée ou la contrefaçon de sa monnaie ou de son sceau, plutôt qu’à la révolte ouverte20. Dans le royaume anglo-normand se développait l’idée de la déclaration de la rupture de l’hommage par un acte formel, la diffidatio, perpétrée par exemple par le comte de Gloucester envers Étienne de Blois en 1138, « selon la coutume des magnats21 ». Plus au sud, les coutumes de l’Anjou et du Maine, inscrites dans les Établissements de Saint Louis, supposent qu’un baron a le droit de faire la guerre contre son seigneur le roi si celui-ci lui fait tort ou pour protéger sa parentèle22. Ce traité ligérien ne définit pas la trahison mais il la décrit comme un acte clandestin. Néanmoins, si un seigneur en est accusé par le roi, les hommes de ce seigneur sont obligés de le défendre, malgré son crime23.

  • 24 Gillingham, « 1066 », op. cit.; Strickland, War and Chivalry, op. cit., p. 230-257. Pollock et Mai (...)
  • 25 « Grimoldus […] Nunc vero quoniam ipse perfidus, pro reatu infidelitatis sue et crimine insidiarum (...)
  • 26 H. Navel, « L’enquête de 1133 sur les fiefs de l’évêché de Bayeux », Bulletin de la Société des An (...)
  • 27 Selon Wace, chanoine de Bayeux, Grimoult avait comploté d’assassiner le jeune duc Guillaume en 104 (...)

7On voit qu’en principe la révolte est ouverte et la trahison furtive. L’une défie l’autorité du prince, l’autre menace sa vie. Sauf quelques exemples vraiment exceptionnels24, la pire punition de la révolte fut la confiscation ou l’exil ; la punition de la trahison fut l’incarcération perpétuelle, la mutilation ou l’échafaud. La honte d’une action traître et la sévérité de sa punition furent évoquées, en Normandie, dans un acte de Guillaume le Conquérant pour le compte de son frère utérin Odon, évêque de Bayeux (1074), qui déclare que « le perfide Grimoult du Plessis perdit par droit de justice ses biens, pour lui-même ainsi que pour ses héritiers, à cause de la culpabilité de son infidélité et du crime de ses complots, par lesquels il se parjura contre moi25 ». À un procès-verbal connu sur les fiefs épiscopaux en 1133 – plus de quatre-vingt ans après la trahison de Grimoult – les jurés crurent que ce baron « mourut dans la prison royale à Rouen et fut enseveli dans le cimetière de St-Gervais hors de la ville, toujours portant des entraves de fer aux tibias, comme signe de la trahison dont il fut accusé26 ». L’ensevelissement honteux du traître Grimoult servit ici d’événement mnémonique pour la cathédrale de Bayeux à l’égard de ses droits sur son héritage27.

  • 28 Richard du Hommet, connétable de Normandie : The Correspondence of Thomas Becket, Archbishop of Ca (...)

8Si la révolte et la trahison sont des concepts distincts, dans les faits, la différence entre eux devint floue. La révolte provenait souvent d’un complot secret. Les rebelles rompaient leurs vœux de loyauté envers leur prince, en dépit des cadeaux généreux qu’ils avaient souvent reçus de ses mains. De plus, bien que les définitions conventionnelles de ce crime fussent étroites, les accusations documentées de « trahison » se référaient à bien d’autres actions que les complots d’assassinat ou la contrefaçon des insignes royaux. Dans l’espace Plantagenêt, comme ailleurs, on pouvait dénoncer tout abus de confiance comme action traître. Henri II, en colère, vilipenda ouvertement comme traître un courtisan fidèle qui osa parler pour le compte du roi d’Écosse pendant des difficiles négociations anglo-écossaises28. Un siècle plus tard, Philippe de Beaumanoir accorderait une large portée à la trahison, en la définissant comme un acte de haine dissimulée :

  • 29 Philippe de Beaumanoir, Les coutumes de Clermont-en-Beauvaisis, éd. A. Salmon et G. Hubrecht, 3 t. (...)

« Traïsons si est quant l’en ne moustre pas semblant de haine et l’en het mortelment si que, par la haine, l’en tue ou fet tuer, ou bat ou fet batre dusques a afoleure celui qu’il het par traïson. […] Traïsons est pour batre ou pour afoler en trives ou en asseurement ou en aguet apensé ou pour porter faus tesmoing pour celi metre a mort, ou pour li deseriter, ou pour li fere banir, ou pour li fere haïr son seigneur lige, ou pour mout d’autres cas semblables29. »

  • 30 « Gaufridus dixit quod [Johannes de la Moscha] inde hominagium fecerat, et quod paratus erat proba (...)
  • 31 Gesta Regis Henrici Secundi et Ricardi Primi, éd. W. Stubbs, 2 t., Londres, 1867, I, p. 43-45.

9Cette sorte de proditio ne fut pas commise seulement contre les rois ou les grands hommes. À l’échiquier normand, en 1216, un certain Geoffroi de Campania, un propriétaire humble de l’Avranchin, déclara qu’il avait abjuré son fils comme « méchant et traître30 » parce que celui-ci avait détourné l’hommage d’un des hommes de son père – offense qui rappelle celle d’Henri le Jeune au début de sa grande révolte en 117331.

  • 32 Strickland, « Against », op. cit.; Gillingham, « 1066 », op. cit.
  • 33 Ibid., p. 43-44; Green, op. cit., p. 257-260.
  • 34 The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, éd. et trad. M. Chibnall, 6 t., Oxford, 1968-1980, (...)
  • 35 Orderic, op. cit., IV, p. 128, 132 (Guillaume le Roux), 134 (Odon).
  • 36 Orderic, op. cit., IV, p. 130.

10De plus, les rois d’Angleterre eux-mêmes cherchaient à élargir la définition de la révolte pour englober toute résistance à leur domination. Ce fut la realpolitik, plutôt que le principe, qui empêchait les rois anglo-normands de punir leurs sujets vaincus comme traîtres32. On voit bien l’union de la révolte et de la trahison dans les dénonciations des révoltés attribuées aux rois d’Angleterre par Orderic Vital33. Par exemple, pendant la première insurrection contre Guillaume le Roux, en 1088, les Anglais (c’est-à-dire les soldats d’origine anglo-saxonne) conseillèrent au nouveau roi de punir les « perfidos proditores34 ». Guillaume voulait pendre les « perfidos proditores » et « insidiatores regni » qui avaient défendu le château de Rochester contre lui (y compris l’évêque Odon, décrit comme « traditorem episcopum » et « periurus homicida35 ») ; selon le roi, il serait dangereux d’épargner ces « periuris et latronibus36 ».

  • 37 Annales de Jumièges, op. cit., p. 87 (« manifestus proditor » aux yeux des deux rois) ; Rotuli de (...)
  • 38 Curia Regis Rolls, Richard I-Henry III, 20 t., Londres, 1923-2006, VI, p. 170-171.
  • 39 Œuvres de Rigord, op. cit., II, p. 129 (Philippidos, V, l. 110-17).
  • 40 Ann. Jumièges, p. 69 : « patrie proditoribus (Benedictus Deus qui tradidit impios !) », 2 Macchabé (...)
  • 41 Chronica Hovedene, op. cit., III, p. 242-3. Aurell, Empire Plantagenêt, p. 194, note l’utilisation (...)
  • 42 Power, « Revolt at Alençon », op. cit., p. 446, 458-462.
  • 43 « En France solent traïtor/Estre traitié a desenor,/Ars e destrui[t]e traïné,/& ore i sunt si raci (...)
  • 44 « Qu’il est d’els comme de torchaz :/Quant l’om en a faite s’ouvraingne/Sil jete l’om en la longai (...)

11Cent ans après ces événements, on trouve un discours identique pendant les guerres entre Philippe Auguste et les fils d’Henri II, de 1193 à 1204. Certes, les connétables des châteaux royaux qui livrèrent à l’ennemi les forteresses dont ils avaient la charge furent les traîtres qui commirent des offenses personnelles contre leurs maîtres : Hugues de Gournay, pour avoir rendu Montfort-sur-Risle au roi de France37 ; Gilbert de Vascœuil, pour la reddition de Gisors à Philippe Auguste38 ; Nicolas d’Orphin, pour avoir livré la ville de Nonancourt à Richard Cœur de Lion39. Plus généralement, tous les rebelles pouvaient être dénoncés comme traîtres. Pour l’annaliste de Jumièges, les partisans d’Henri le Jeune en 1173 furent « proditores patrie » : « Béni soit Dieu qui livra les impies ! » ajouta le moine-chroniqueur40. À partir de Richard Cœur de Lion les rois d’Angleterre cherchaient à étendre le concept romain de la lèse-majesté à tout défi du pouvoir royal, même si les rebelles ne menaçaient pas le corps du roi lui-même – plus de cent ans avant que la révolte et la trahison ne devinrent des équivalents officiels devant les tribunaux anglais41. En 1203, deux actes de Jean Sans Terre portèrent la date « le quatrième an de notre règne, c’est-à-dire l’année quand Robert, comte de Sées, fit la trahison contre nous à Alençon42 ». Selon l’Histoire de Guillaume le Maréchal, le héros du poème reprocha à Philippe Auguste sa dépendance aux « traîtres » qui lui permirent de chasser Jean Sans Terre de la Normandie ; en son propre royaume, dit le Maréchal, le roi de France les ferait déshonorer, brûler, détruire et éviscérer, plutôt que les récompenser43. En réponse, le roi de France promit au Maréchal que, la victoire assurée, il jetterait ces traîtres dans les latrines comme des torchons salis44.

La trahison en tant que rabies

  • 45 Historical Works of Ralph de Diceto, éd. W. Stubbs, 2 t., Londres, 1876, I, p. 355-366.
  • 46 Par exemple, au sujet des révoltes galloises : Vita Edwardi Secvndi, éd. et trad. N. Denholm-Young (...)

12Il est clair que dans les documents de l’administration royale, dans les récits « pro-royalistes » et, sans doute, de l’avis des rois eux-mêmes, il y avait une tendance à brouiller la distinction entre révolte et trahison. Mais les descriptions des révoltés contiennent des idées beaucoup plus puissantes sur les attributs des insurrections qu’une équivalence simple entre ces deux concepts. Pour découvrir ces autres idées, revenons aux chroniques qui enregistrèrent les événements relatifs à la révolte des trois fils d’Henri II contre leur père en 1173-1174. Les sources narratives expliquèrent cette explosion aristocratique selon trois modèles principaux. Raoul de Diceto, doyen de Londres, dépeignit la révolte comme le parricide, bien que la vie du vieux roi Henri ne fût jamais menacée directement. L’auteur dressa une liste de trente-six exemples de parricides ou d’insurrections filiales tirés de l’Ancien Testament, de l’histoire antique ou médiévale45. Deuxièmement, de nombreux auteurs, notamment Roger de Hoveden, Richard le Poitevin et, plus tard, Gautier Map et Giraud le Cambrien (Giraud de Barri), interprétèrent les soulèvements des jeunes princes selon les « prophéties de Merlin ». De fait, cette tradition « galfridienne » fut souvent utilisée pour expliquer les révoltes médiévales et elle a fait l’objet de plusieurs études46.

  • 47 D. Corner, «The Gesta Regis Henrici Secundi and Chronica of Roger, parson of Howden», Bulletin of (...)
  • 48 Gesta Henrici, op. cit., I, p. 45-49, 56-58.
  • 49 «hujus nefandæ proditionis auctores», Ibid., I, p. 42.
  • 50 «Statim post clausum Pascha exarsit nefanda proditorum rabies», Ibid., I, p. 45.
  • 51 En raison de ses fiefs, il occupait, en Angleterre, une position très semblable à celle des Planta (...)

13La troisième interprétation assimile clairement révolte et trahison. La révolte y est décrite comme une rage incontrôlable et inexplicable – bien que les chroniqueurs, comme les rois, aient été tout à fait conscients des motifs réels de ces soulèvements contre le pouvoir royal. L’exposition plus détaillée de cette interprétation se trouve dans les Gesta Regis Henrici du Pseudo-Benoît de Peterborough, qu’on accepte aujourd’hui comme la première chronique de Roger de Hoveden47. En tant que clerc, juge et émissaire à la cour d’Henri II, Roger eut accès aux listes des révoltés dressées par les adhérents du vieux roi48 et son avis sur l’insurrection révèle sans doute celui de la cour. L’auteur commence en condamnant Louis VII, Aliénor d’Aquitaine et l’oncle de celle-ci, Raoul de Faye, comme les « auteurs de cette traîtrise méchante49 ». Après avoir énuméré les promesses du jeune roi à ses adhérents français, Roger continue : « sitôt après la fin de Pâques la méchante rage folle des traîtres prit feu50 ». Il répéta cette phrase, mot pour mot, après la liste des rebelles en France et, ensuite, il décrivit comment les nouvelles des premiers succès des révoltés excitèrent « la frénésie du peuple perfide d’Angleterre », où « la rage insensée des traîtres éclata ». Roger finit par nommer ceux qu’il appelle « les auteurs de cette traîtrise » en Angleterre ; liste commençant par le roi d’Écosse51. En somme, ce récit de l’éruption du soulèvement fait mention six fois de la traîtrise ou des traîtres. De plus, Roger insista sur la qualité bestiale et irrationnelle de la révolte : pour lui ce ne fut pas seulement une trahison, mais aussi rabies, une « rage violente » qui dépassait la compréhension ou des flammes subites comme un incendie forestier.

  • 52 « Historia post Bedam », Chronica Hovedene, op. cit., I, p. 193; Henry, archdeacon of Huntingdon. (...)
  • 53 Lucan, Belli Civilis Libri Decem, éd. A. E. Housman, Oxford, 1926, II, p. 544: «O rabies miseranda (...)
  • 54 Ibid., I. 666, II. 535, IV. 240, V. 190, 210, 262, 359, 603, VI. 63, 92, 224, VII. 51, 245, 474, 5 (...)

14Il serait facile de conclure que ce récit révèle la panique que suscitèrent à la cour Plantagenêt les nouvelles d’une explosion sans précédent. Il faut se tenir cependant sur ses gardes, car Roger de Hoveden emprunta ses principales formules réprobatrices à des sources antérieures. Il trouva, par exemple, la phrase « Après Pâques la folie méchante des traîtres prit feu » dans la soi-disant Histoire après Bède, un texte anonyme écrit en Angleterre du Nord, probablement à Durham, vers 1148. L’auteur de ce dernier texte l’enleva à son tour d’une source beaucoup plus connue, l’Histoire des Anglais d’Henri de Huntingdon. Ces deux textes se servirent de cette phrase pour décrire la première grande révolte anglaise contre le roi Étienne de Blois en 113852. D. Greenway, l’éditeur de l’Histoire des Anglais suggère même une origine plus ancienne à la formule ; il s’agirait, en fait, d’une imitation de l’auteur romain Lucan qui, dans sa Pharsalia, fait mention de la « déplorable rage folle » de Jules César53. Ce qui est certain, c’est que Lucan fait référence à la rabies près de vingt fois dans le contexte des guerres civiles de la République Romaine et que son histoire jouissait d’une popularité exceptionnelle au Moyen Âge, surtout pour les descriptions des luttes politiques54. En empruntant les phrases de l’Histoire après Bède, Roger de Hoveden fit une comparaison directe entre la grande révolte contre Henri II et les conflits terribles sous Étienne de Blois mais aussi une allusion plus générale à la guerre civile entre César et Pompée ; et il y dépeignit la révolte en tant qu’une trahison qui rassembla une rage furieuse et méchante, un phénomène au-delà de la compréhension et de la sympathie.

  • 55 Gesta Stephani, op. cit., p. 20.
  • 56 «Walenses certificati de reditu regis in Angliam insaniunt», The Chronica Majora of Matthew Paris,(...)
  • 57 « Hec est consuetudo Walensium ut uetus insania. » Vita Edwardi Secvndi, op. cit., p. 118.
  • 58 « videns Normannos pene omnes in una rabie conspiratos », William of Malmesbury. Gesta regum Anglo (...)
  • 59 «Serpserat Angligenam rabies quadrangula gentem. […]/Prima fuit rabies proprio concepta tumore; /A (...)
  • 60 «His temporibus in Normannia nequitiæ rabies nimium crevit: et in cunctis climatibus ejus ultra mo (...)
  • 61 «Bellica igitur rabies fere IIII annis male furuit, incendiis et rapinis, seuisque cedibus utranqu (...)
  • 62 «vobis supplicamus attencius quatinus hoc adhuc modicum pacienter sustinere velitis, quousque Deus (...)

15De fait, l’image de la révolte comme une rage bestiale ou une folie irrépressible est assez fréquente. On accuse souvent les Gallois de cette faute : selon les Gesta Stephani, chronique du règne d’Étienne, le baron anglo-normand Baudouin fils-Gilbert lutta contre la versania des Gallois en 113655 ; les Grandes Chroniques de Matthieu Paris disent que « les Gallois ragent follement » contre le roi en 124556 ; et au XIVe s., la Vie d’Édouard II dit que « cette tradition galloise [de la révolte contre les Anglais] est une folie ancienne57 ». Ailleurs, Guillaume de Malmesbury écrivit qu’en 1088 le nouveau roi d’Angleterre, Guillaume le Roux, avait découvert que « presque tous les Normands [d’Angleterre] avaient conspiré dans une seule rage folle58 ». Un siècle plus tard, la Chanson de la Guerre du Roi Jean raconte la victoire à Lincoln des partisans d’Henri III contre les rebelles anglais et leurs alliés français pendant la guerre qui suivit l’échec de la Grande Charte : elle commence en disant qu’une « rage quadruple avait saisi le peuple anglais », à savoir la rage des Anglais révoltés eux-mêmes, ainsi que celle de leurs alliés français, écossais et gallois59. La description des luttes civiles comme rabies, dans la tradition de Lucan, est aussi commune. Orderic Vital l’emploie pour la guerre entre les barons normands à la suite de la mort de Guillaume le Conquérant60, ou lors d’un conflit entre Henri Ier et ses barons normands61. Cette manière de présenter la révolte n’est pas seulement littéraire. Dans une lettre à l’abbé de Troarn, en Normandie, dans les années 1260, le prieur de Bruton (dans le Somerset) dépeignit les conflits entre Henri III et les barons anglais menés par Simon de Montfort comme insondable et horrible : « Nous vous implorons d’accepter cette situation avec un peu de patience jusqu’à ce que Dieu Tout-Puissant enlève la rage folle et la discorde au règne d’Angleterre et y inspire la paix et la tranquillité62. »

  • 63 Pliny’s Natural History, éd. et trad. H. Rackham, 10 t., London et Cambridge, Mass., 1938-1963, VI (...)
  • 64 Loups : Virgile, Énéide, II. 355-7 ; IX. 63-4, dans P. Vergili Maronis Opera, éd. R. A. B. Mynors,(...)
  • 65 Pline, op. cit., IX, p. 38 (xxxiii. 14).
  • 66 « rabies barbarorum » : Saint Jérôme : Lettres, éd. et trad. J. Labourt, 8 t., Paris, 1949-63, VII (...)
  • 67 Bede’s Ecclesiastical History of the English People, éd. et trad. B. Colgrave et R. A. B. Mynors, (...)
  • 68 PL, op. cit., CXIX, col. 276.
  • 69 Giraldi Cambrensis Opera, éd. J. S. Brewer et al., 8 t., Londres, 1861-91, VIII, p. 55. Boèce avai (...)
  • 70 Saint Jérôme, Lettres, op. cit., I, no XVI, p. 50.
  • 71 Layettes du Trésor des Chartes, éd. A. Teulet et al., 5 t., Paris, 1863-1909, I, no 841 : « furori (...)
  • 72 La Chanson de la croisade albigeoise, éd. et trad. E. Martin-Chabot, 2e éd., 3 t., Paris, 1957-61, (...)
  • 73 RHF, XVIII, p. 706.
  • 74 PL, op. cit., CLXXXVI, col. 821 : « rabies Judaeorum diabolo instigante ».
  • 75 Orderic Vital, op. cit., VI, p. 330.
  • 76 Letters of John of Salisbury, éd. W. J. Miller, H. E. Butler et C. N. L. Brooke, 2 t., Londres et (...)

16Plus largement, le terme rabies eut des connotations et des associations significatives, avec des profondes racines littéraires et historiques. Il va sans dire qu’on le trouve de temps en temps avec sa signification médicale : l’Histoire Naturelle de Pline l’Ancien se servit fréquemment de ce mot en décrivant la maladie affligeant les chiens, les chevaux, etc.63. Mais la littérature latine antique et celle du Haut Moyen Âge attribuent à cette qualité une signification plus morale que médicale. On associe la rabies aux bêtes fauves telles que les loups, les lions, les ours, les bêtes mâles en chaleur, les chevaux effrayés ou le monstre marin Scylla ; ou au pouvoir incontrôlable des éléments naturels64. Pour les humains, on fait mention de la rabies au sujet de la cupidité65, mais surtout des défis à l’autorité légitime ou divine. Au Haut Moyen Âge on l’associe aux barbares et aux païens66 et, selon Bède, le premier roi chrétien de Wessex avait abandonné sa « barbariem rabiem » par sa conversion67. Flore de Lyon (viv. 827-52) écrivit sur la rabies de Néron contre les saints Pierre et Paul68 ; Giraud de Barri utilisa ce mot pour le même empereur en discutant les différences entre les rois et les tyrans69. Les hérétiques et leurs patrons sont souvent décrits en termes identiques : saint Jérôme avait affronté la rabies des ariens70 ; Innocent III dénonça la « fureur insensée » du comte de Toulouse et la « rage des ennemis » de l’Église en Languedoc71 ; pour Guillaume de Tudèle, l’hérésie à Béziers fut une « fola erransa72 ». Dans les années 1180, le chroniqueur anonyme de Laon applaudit aux victoires des Capuciati auvergnats contre les routiers mais leurs actions suivantes, qui menacèrent l’autorité seigneuriale, furent, à son avis, une « vesana dementia73 ». Le cardinal anglais Robert Poulain (mort vers 1146) fit allusion à la « rage des Juifs, à l’instigation du diable » qui poussèrent Pilate à condamner Jésus74. Le terme fut aussi utilisé pour décrire les actions de ceux qui exerçaient l’autorité mais d’une manière abusive : Orderic Vital condamna la « rabies gastaldorum » – la rage des prévôts ducaux – contre les paysans du comté d’Évreux qui provoqua le complot de leur comte contre Henri Beauclerc75 et une lettre de Jean de Salisbury fit mention de la « tyrannorum rabies » en se plaignant de la persécution de l’Église par Henri II et ses officiers76.

  • 77 Pline, op. cit., IX, p. 38 (xxxiii, 14) ; Adon : PL, op. cit., CXXIII (martyrologe), cols 212, 373 (...)
  • 78 C. S. Jaeger, The Origins of courtliness. Trends and the formation of courtly ideal in medieval Eu (...)

17On décrivait donc la trahison des révoltés contre Étienne de Blois et Henri II avec un terme qu’on appliquait aussi aux bêtes sauvages, aux hérétiques, aux ennemis juifs et romains de Jésus et de ses Apôtres, ainsi qu’aux grands et petits tyrans. L’association métaphorique de la rabies avec le feu est aussi ancienne : on le voit dans les textes de Pline l’Ancien (le désir d’or est une rage brûlante), d’Adon de Vienne (d. 875) pour la cruauté romaine contre les martyrs chrétiens et de Guibert de Nogent pour la malveillance77. L’accent mis, dans ces sources, sur la nature irrépressible de la révolte contraste avec la vertu aristocratique de la mansuetudo, exposée par s. Jaeger et beaucoup d’autres pour les cours royales du XIIe s.78.

Un discours dédaigneux mais une politique subtile

  • 79 Power, Norman Frontier, op. cit., p. 342-344.

18En somme, le discours sur la révolte à l’époque des rois Plantagenêt en fait souvent un acte de trahison et la condamne comme une rage bestiale défiant toute compréhension rationnelle. Mais ce qui est significatif, c’est que ce discours contraste nettement avec l’opportunisme royal. Bien que les rois de France condamnaient les Plantagenêt comme des rebelles insolents, des subtilités diplomatiques les forcèrent à négocier avec eux comme leurs égaux. Philippe Auguste, en acceptant que sa guerre contre Richard Cœur de Lion représente une « guerra publica », reconnut que les rois d’Angleterre ne furent pas seulement des sujets insoumis79.

  • 80 N. C. Vincent, «Twyford under the Bretons 1066-1250», Nottingham Medieval Studies, 42 (1997), p. 8 (...)

19Quant à Henri II, en 1174, il choisit de traiter les partisans de ses fils avec clémence : il n’y eut aucune exécution et très peu de confiscations. Pendant la dernière révolte contre Henri II, en 1189, à la veille de sa mort, Roger de Hoveden et Raoul de Diceto prétendirent tous les deux que le prince rebelle Richard Cœur de Lion punit trois magnats bretons – Juhel de Mayenne, Gui de Laval, et Raoul de Fougères – parce qu’ils avaient abandonnés le vieux roi pour Richard lui-même. De fait, les révoltés ne furent pas punis et Raoul profita de la faveur royale après l’avènement de Richard au trône anglais, ainsi que Jean Sans Terre, le frère puîné du nouveau roi qui avait trahi son père au moment de sa mort80.

  • 81 Ralph of Diceto, op. cit., I, p. 371. W. L. Warren, Henry II, Londres, 1973, p. 124; Aurell, Empir (...)

20Le désir des chroniqueurs de montrer comment l’infidélité serait punie en ce monde ainsi qu’en l’autre s’opposa nettement avec la politique. On a vu la condamnation retentissante des « tournés » que l’Histoire de Guillaume le Maréchal attribua à Philippe Auguste, mais la plupart des adhérents du roi de France profitèrent bien de leur prétendue traîtrise, sans s’attirer le déshonneur. De plus, les mêmes commentateurs cléricaux qui condamnèrent la révolte comme une rage incompréhensible surent bien expliquer les motivations des insurgés. Peut-être que Roger de Hoveden ou Raoul de Diceto furent étonnés du caractère imprévu de la première révolte d’Henri le Jeune ainsi que de son étendue et sa férocité, mais ils comprenaient bien les motivations des rebelles, sans doute bien expliquées par les officiers du roi d’Angleterre que le jeune Henri chassa de son entourage. Raoul dit qu’Henri II « foulait aux pieds les cous des hommes fiers et insolents, il démantelait ou s’emparait des châteaux de la patrie et il demandait ou forçait ceux qui occupaient les propriétés qui auraient dû contribuer à son fisc à se contenter de leurs patrimoines81 ». Nous pouvons donc souligner, pour conclure, que les chroniqueurs dénonçaient la révolte comme une action traîtresse, qui équivalait à une rage bestiale mais qu’au fond ils acceptaient que ce phénomène ait sa justification rationnelle et humaine.

Notes

1 Je remercie M. Billoré pour son invitation et pour les corrections apportées à mon français. La British Academy a généreusement subventionné les recherches pour cet article.

2 M. Aurell, « Révolte nobiliaire et lutte dynastique dans l’Empire angevin (1154-1224) », ANS, XXIV (2002), p. 25-42 et L’Empire des Plantagenêt 1154-1224, Paris, 2003, p. 185-239 ; J. Gillingham, « 1066 and the introduction of chivalry into England », Law and Government in Medieval England and Normandy, G. Garnett et J. Hudson (dir.), Cambridge, 1994, p. 31-55 ; M. Strickland, « Against the Lord’s anointed : aspects of warfare and baronial rebellion in England and Normandy, 1075-1265 », ibid., p. 56-79 ; War and Chivalry : the Conduct and Perception of War in England and Normandy, 1066-1217, Cambridge, 1996, p. 204-57 et « The “Bones of the Kingdom” and the Treason of Count John », Culture politique des Plantagenêt, M. Aurell (dir.), Poitiers, 2001, p. 143-72. Voir aussi C. Valente, The theory and practice of revolt in medieval England, Aldershot, 2003 ; B. Weiler, Kingship, Rebellion and Political Culture. England and Germany, c. 1215-c. 1250, Basingstoke, 2007.

3 Par exemple J. C. Holt, The Northerners, Oxford, 1961 ; J. Green, The Aristocracy of Norman England, Cambridge, 1997, p. 254-64 ; D. Crouch, The Reign of King Stephen 1135-1154, Londres, 2001 ; A. Debord, La société laïque dans les pays de la Charente (Xe-XIIe s.), Paris, 1984, p. 375-98 ; D. Power, « The end of Angevin Normandy : the revolt at Alençon (1203) », Historical Research, 74 (2001), p. 444-64, et The Norman Frontier in the Twelfth and Early Thirteenth Centuries, Cambridge, 2004, p. 337-477 ; M. Billoré, « Y-a-t’il “oppression” des Plantagenêt en Normandie à la veille de 2004 ? », M. Aurell et N.-Y. Tonnerre (dir.), Plantagenêts et Capétiens : confrontations et héritages, Turnhout, 2006, p. 145-61 ; A. Renoux, « Le roi Jean, “s’il avait capturé le comte Robert d’Alençon et le sire Juhel de Mayenne, il l’aurait gagnée sa guerre” (1203) ! », ibid., p. 227-65 ; F. Boutoulle, « La Gascogne sous les premiers Plantagenêts (1154-1199) », ibid., p. 285-317.

4 Power, Norman Frontier, op. cit., p. 159, 276, 347, 458-9.

5 « mei insurgentes aduersum me […] contra Augensem ecclesiam locuti sunt », BNF, ms. lat. 13904, fol 45r-v. Voir Power, Norman Frontier, op. cit., 347n.

6 « si eis in aliquo rebellus esset » (1246, n. s.), Rouen, Arch. dép. de la Seine-Maritime, 8 H 9.

7 « quoniam quasi peccatum ariolandi est repugnare », 1 Sam. 15.23.

8 Valente, op. cit., p. 22-5.

9 M. Ailes, « Traitors and rebels : the Geste de Maience », M. Ailes, P. E. Bennett et K. Pratt (dir.), Reading around the Epic : A Festschrift in Honour of pr. Wolfgang Van Emden, Londres, 1998, p. 41-68.

10 Par exemple les « soulèvements » de 1135-6 : Gesta Stephani, éd. K. R. Potter, R. H. C. Davis, Oxford, 1976, p. 14-22; Brut y Tywysogyon or the Chronicle of the Princes. Red Book of Hergest Version, éd. et trad. T. Jones, 2e éd., Cardiff, 1973, p. 112-15.

11 « falso asserebat quod contra dominum suum regem superbie calcaneum deinceps non elevaret », Vie de Louis le Gros et Histoire du Roi Louis VII, éd. A. Molinier, Paris 1887, p. 162. Voir D. Power, « Henry, duke of the Normans (1149/50-1189) », Henry II: New Interpretations, C. Harper-Bill & N. Vincent (dir.), Woodbridge, 2007, p. 85-128, p. 85, 123-8 ; J. Gillingham, « Doing homage to the king of France », ibid., p. 63-84.

12 « Universis ecclesiis jam quasi notorium habetur, quam irreverenter, quamque inhumanitus in dominum suum regem Francorum rex Angliæ jam pridem insurrexerit », Chronica Magistri Rogeri de Hovedene, éd. W. Stubbs, 4 t., Londres, 1868-71, IV, p. 22.

13 Pour son authenticité prétendue, voir D. Lohrmann, « St-Germer-de-Fly und das Anglonormannische Reich », Francia, I (1973), p. 193-256, p. 212-13.

14 « Hec cedet, Richarde, tibi victoria damno,/Inque brevi fiet quod eam gessisse, ruoque/Te domino quocumque modo pugnasse, pigebit,/Cui tua te docuit nunquam confligere mater,/Sed domino deferre tuo reverenter honorem », Œuvres de Rigord et de Guillaume le Breton, éd. H. Delaborde, 2 t., Paris, 1882-5, II, p. 142 (Philippidos, V, l. 444-9). En français dans Guillaume le Breton. La Philippide, trad. F. Guizot, Paris, 2004, p. 126-127.

15 « Rex itaque Francie non valens arrogantiam regis Anglie, a quo debebat servitium non contemptum exspectare, pati », MGH, SRG, n. s. V, p. 100.

16 « Rex Johannes ab Anglia egressus pagum Pictauensem intrauit contra regem Francorum rebellaturus », Les annales de l’abbaye Saint-Pierre de Jumièges, éd. J. Laporte, Rouen, 1954, p. 89.

17 « eo quod fere omnia servitia eisdem terris debita per longum jam tempus facere contempserant, nec domino suo fere in aliquibus obtemperare volebant », Radulphi de Coggeshall Chronicon Anglicanum, éd. J. Stevenson, Londres, 1875, p. 135-6. Voir K. Van Eickels, Vom inszenierten Konsens zum systematischen Konflikt, Stuttgart, 2002, surtout p. 110-31.

18 À ce sujet, F. Pollock et F. W. Maitland, The History of English Law before the Time of Edward I, Cambridge, 1968, II, p. 500-8.

19 The Treatise on the Laws and Customs of the Realm of England Commonly Called Glanvill, éd. G. D. G. Hall, 2e éd., Oxford, 1993, p. 171, 172 et p. 176-177 (la contrefaçon). Pour la définition étroite de la lèse-majesté par Glanvill and Bracton, voir aussi Valente, op. cit., p. 17, mais elle ne considère pas le prologue de Glanvill, qui dit que le pouvoir royal a le droit d’écraser les révoltés et l’orgueil des ingouvernables.

20 Bracton on the Laws and Customs of England, éd. G. E. Woodbine, rév. et trad. S. E. Thorne, 4 t., Cambridge, Mass., 1968-77, II, p. 334. Pollock et Maitland, op. cit., II, p. 505, prend note de la nouveauté de la guerre contre le roi comme trahison dans le Statut d’Édouard III (1352).

21 « regi more maiorum amicitiam et fidem interdixit, homagio etiam abdicato », William of Malmesbury, Historia Novella, trad. K. R. Potter, éd. E. King, Oxford, 1998, p. 40. Strickland, War and Chivalry, op. cit., p. 40-42, 230-257, soutient que la diffidatio n’accordait pas aux barons anglo-normands le droit de se révolter contre leur roi-seigneur.

22 Établissements de Saint Louis, éd. P. Viollet, 4 t., Paris, 1881-6, II p. 75-77, no LIII ; III, p. 24-25, no XLIII. Voir Power, Norman Frontier, op. cit., p. 180-181.

23 Établissements de Saint Louis, op. cit., II, p. 75, no LII ; III, p. 24, § XLII. Glanvill, op. cit., p. 104, qui permit à un vassal d’accompagner l’armée royale contre son seigneur, sans rompre son hommage à celui-ci.

24 Gillingham, « 1066 », op. cit.; Strickland, War and Chivalry, op. cit., p. 230-257. Pollock et Maitland, op. cit., II, p. 505 : « For two centuries after the Conquest, the frank, open rebellions of the great folk were treated with a clemency which, when we look back to it through intervening ages of blood, seems wonderful. »

25 « Grimoldus […] Nunc vero quoniam ipse perfidus, pro reatu infidelitatis sue et crimine insidiarum suarum quibus adversum me periuraverat, ea, iure iusticie, sibi et heredibus suis perdidiit (sic), do illa sancte surpadicte ecclesie in dominium quietum, eiusque episcopo fratri meo Odoni omnibusque successoribus episcopis in futura tempora omnia », Regesta Regum Anglo-Normannorum. The Acta of William I (1066-1087), éd. D. Bates, Oxford, 1998, no 27.

26 H. Navel, « L’enquête de 1133 sur les fiefs de l’évêché de Bayeux », Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, 42 (1934), p. 5-80, ici p. 16.

27 Selon Wace, chanoine de Bayeux, Grimoult avait comploté d’assassiner le jeune duc Guillaume en 1047 : Le Roman de Rou de Wace, éd. A. J. Holden, 3 t., Paris, 1970-1973, II, p. 43-44 (III, l. 4203-26).

28 Richard du Hommet, connétable de Normandie : The Correspondence of Thomas Becket, Archbishop of Canterbury, 1162-1170, éd. et trad. A. Duggan, 2 t., 2000, I, no 112 : « in uerba ignominiosa prorupit, et eum proditorem manifeste appellauit » ; Aurell, Empire Plantagenêt, op. cit., p. 195-197.

29 Philippe de Beaumanoir, Les coutumes de Clermont-en-Beauvaisis, éd. A. Salmon et G. Hubrecht, 3 t., Paris, 1899-1974, i, § 826, 827.

30 « Gaufridus dixit quod [Johannes de la Moscha] inde hominagium fecerat, et quod paratus erat probare quod filium suum tanquam iniquus et proditor abrenunciaverat », Recueil des Jugements de l’Échiquier de Normandie au XIIIe s., éd. L. Delisle, Paris, 1864, no 166. Mon interprétation de ce texte difficile suppose que le manuscrit aurait dû porter « tanquam iniquum et proditorem » ; si le texte est fidèle, c’est Jean de la Mouche qui fut traître parce qu’il avait « abjuré » son seigneur, le fils de Geoffroi.

31 Gesta Regis Henrici Secundi et Ricardi Primi, éd. W. Stubbs, 2 t., Londres, 1867, I, p. 43-45.

32 Strickland, « Against », op. cit.; Gillingham, « 1066 », op. cit.

33 Ibid., p. 43-44; Green, op. cit., p. 257-260.

34 The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, éd. et trad. M. Chibnall, 6 t., Oxford, 1968-1980, IV, p. 126.

35 Orderic, op. cit., IV, p. 128, 132 (Guillaume le Roux), 134 (Odon).

36 Orderic, op. cit., IV, p. 130.

37 Annales de Jumièges, op. cit., p. 87 (« manifestus proditor » aux yeux des deux rois) ; Rotuli de liberate ac de misis et præstitis, éd. T. D. Hardy, Londres, 1844, p. 74 (« proditor regis ») ; voir Histoire des ducs de Normandie et rois d’Angleterre, éd. F. Michel, Paris, 1840, p. 92 ; RHF, t. XXIV, II, p. 760.

38 Curia Regis Rolls, Richard I-Henry III, 20 t., Londres, 1923-2006, VI, p. 170-171.

39 Œuvres de Rigord, op. cit., II, p. 129 (Philippidos, V, l. 110-17).

40 Ann. Jumièges, p. 69 : « patrie proditoribus (Benedictus Deus qui tradidit impios !) », 2 Macchabées 1.17.

41 Chronica Hovedene, op. cit., III, p. 242-3. Aurell, Empire Plantagenêt, p. 194, note l’utilisation par Jean de Salisbury de la loi romaine, tandis que J. C. Holt, dans Magna Carta, 2e éd., Cambridge, 1992, p. 86-89, en limite la portée.

42 Power, « Revolt at Alençon », op. cit., p. 446, 458-462.

43 « En France solent traïtor/Estre traitié a desenor,/Ars e destrui[t]e traïné,/& ore i sunt si raciné/Au’il i sunt tuit seignor e mestre. » Histoire de Guillaume le Maréchal (par la suite HGM), éd. P. Meyer, 3 t., Paris, 1891-1894, II, l. 12691-5.

44 « Qu’il est d’els comme de torchaz :/Quant l’om en a faite s’ouvraingne/Sil jete l’om en la longaingne », Ibid., II, l. 12698-12700.

45 Historical Works of Ralph de Diceto, éd. W. Stubbs, 2 t., Londres, 1876, I, p. 355-366.

46 Par exemple, au sujet des révoltes galloises : Vita Edwardi Secvndi, éd. et trad. N. Denholm-Young, rév. W. R. Childs, Oxford, 2004, p. 118-121. Pour l’insurrection des fils d’Henri II, voir Aurell, Empire Plantagenêt, op. cit., p. 48-49 ; C. Daniel, Les prophéties de Merlin et la culture politique (XIIe-XVIe s.), Turnhout, 2006, p. 153-158.

47 D. Corner, «The Gesta Regis Henrici Secundi and Chronica of Roger, parson of Howden», Bulletin of the Institute of Historical Research, 66 (1983), p. 126-144.

48 Gesta Henrici, op. cit., I, p. 45-49, 56-58.

49 «hujus nefandæ proditionis auctores», Ibid., I, p. 42.

50 «Statim post clausum Pascha exarsit nefanda proditorum rabies», Ibid., I, p. 45.

51 En raison de ses fiefs, il occupait, en Angleterre, une position très semblable à celle des Plantagenêt dans le royaume de France. Ibid., I, p. 47 : « excitavit furorem perfidæ gentis Angliæ […] Tunc enim erupit in Anglia vesana proditorum rabies, quæ prius sub velamento fidelitatis latebat. Hujus autem nefandæ proditionis auctores exstiterunt in Anglia. »

52 « Historia post Bedam », Chronica Hovedene, op. cit., I, p. 193; Henry, archdeacon of Huntingdon. Historia Anglorum: The History of the English People, éd. et trad. D. Greenway, Oxford, 1996, p. 713 (voir p. 772 pour la « dira mortalium rabies » et « nefanda perversitas » de quelques barons anglais en 1154). Pour le lien entre ces deux textes, voir ibid., p. clv-clvi ; A. Gransden, Historical Writing in England I (c. 550-c. 1307), Londres, 1974, p. 225-226 ; Corner, op. cit., 129-130.

53 Lucan, Belli Civilis Libri Decem, éd. A. E. Housman, Oxford, 1926, II, p. 544: «O rabies miseranda ducis!»

54 Ibid., I. 666, II. 535, IV. 240, V. 190, 210, 262, 359, 603, VI. 63, 92, 224, VII. 51, 245, 474, 551, 557, X. 72, 529. Pour l’utilisation de Lucan au Moyen Âge, voir G. M. Logan, Lucan in England : the Influence of the Pharsalia on English Letters from the Beginnings through the Sixteenth Century, thèse de doctorat, Harvard, 1967, p. 44-85 ; C. A. M. Clarke, « Writing civil war in Henry of Huntingdon’s Historia Anglorum », ANS, XXXI (2009).

55 Gesta Stephani, op. cit., p. 20.

56 «Walenses certificati de reditu regis in Angliam insaniunt», The Chronica Majora of Matthew Paris, éd. H. R. Luard, 7 t., Londres, 1872-1874, IV, p. 385.

57 « Hec est consuetudo Walensium ut uetus insania. » Vita Edwardi Secvndi, op. cit., p. 118.

58 « videns Normannos pene omnes in una rabie conspiratos », William of Malmesbury. Gesta regum Anglorum, éd. et trad. R. A. B. Mynors, R. M. Thomson et M. Winterbottom, 2 t., Oxford, 1998-9, I, p. 546 (écrit vers 1125).

59 «Serpserat Angligenam rabies quadrangula gentem. […]/Prima fuit rabies proprio concepta tumore; /Altera belligeras Francorum traxerat alas;/Conduxit nigras Scottorum tertia turmas;/Flexit quarta leves tenui sub veste Galenses.» Thomas Wright’s Political Songs of England from the Reign of John to that of Edward II, éd. P. Coss, Cambridge, 1996, p. 19-20, l. 1, 9-12.

60 «His temporibus in Normannia nequitiæ rabies nimium crevit: et in cunctis climatibus ejus ultra modum redundauit.» Orderic Vital, op. cit., IV, p. 198.

61 «Bellica igitur rabies fere IIII annis male furuit, incendiis et rapinis, seuisque cedibus utranque regionem afflixit.» Ibid., VI, p. 186.

62 «vobis supplicamus attencius quatinus hoc adhuc modicum pacienter sustinere velitis, quousque Deus omnipotens rabiem et discordiam a regno Anglie auferat et pacem et tranquillitatem (sic) infundat.» Caen, Arch. dép. du Calvados, H 7780.

63 Pliny’s Natural History, éd. et trad. H. Rackham, 10 t., London et Cambridge, Mass., 1938-1963, VIII, p. 54 (xxviii. 21), 108 (xxviii. 43), 290 (xxx. 8).

64 Loups : Virgile, Énéide, II. 355-7 ; IX. 63-4, dans P. Vergili Maronis Opera, éd. R. A. B. Mynors, Oxford, 1969, p. 138, 308 ; lions : Dracontius, Œuvres, éd. et trad. C. Moussy et C. Camus, 2 t., Paris, 1985-8, II, p, 25, 26 ; ours : Pline, op. cit., III, p. 92 (viii. 54), cerfs : Ibid., III, p. 80 (viii. 50), étalons : ibid., VIII, p. 124 (xxviii. 49), boucs : Ibid., VIII, p. 132-4 (xxviii. 56) ; chevaux effrayés : P. Ovidi Nasonis Metamorphoses, éd. R. J. Tarrant, Oxford, 2004, p. 467 (xv. 521), monstre marin : Ibid., p. 412 (xiv. 66) ; Virgile, Énéide, op. cit., v.  200-1, p. 109 ; nature : Ibid., v. 801-2, p. 224, Ovide, op. cit., v. 7, p. 125.

65 Pline, op. cit., IX, p. 38 (xxxiii. 14).

66 « rabies barbarorum » : Saint Jérôme : Lettres, éd. et trad. J. Labourt, 8 t., Paris, 1949-63, VII, no CXXII, p. 122 (les barbares dans l’Empire Romain tardif) ; Ruotgers Lebensbeschreibung des Erzbischofs Bruno von Köln (MGH, SRG, n. s. X), éd. I. Ott, Weimar, 1951, p. 4 (les païens slaves) ; PL, op. cit., CXIX, col. 684 (Loup de Ferrières, Vita S. Wigberti : les Frisons, tueurs de Saint Boniface).

67 Bede’s Ecclesiastical History of the English People, éd. et trad. B. Colgrave et R. A. B. Mynors, Oxford, 1969, p. 470 (épitaphe de Cedwalla, d. 689).

68 PL, op. cit., CXIX, col. 276.

69 Giraldi Cambrensis Opera, éd. J. S. Brewer et al., 8 t., Londres, 1861-91, VIII, p. 55. Boèce avait aussi condamné « rabiem Neronis » (De Consolatione Philosophiae, éd. et trad. S. J. Tester, 2e éd., Londres et Cambridge, Mass., 1973, p. 215).

70 Saint Jérôme, Lettres, op. cit., I, no XVI, p. 50.

71 Layettes du Trésor des Chartes, éd. A. Teulet et al., 5 t., Paris, 1863-1909, I, no 841 : « furoris sui versania », « heretica pestis et hostilis rabies ». Voir Livre de l’Apocalypse de Saint Martin de Léon, ch. VI, Ibid., CCIX, col. 334-5 : « rabies haereticorum » (fin du XIIe s.).

72 La Chanson de la croisade albigeoise, éd. et trad. E. Martin-Chabot, 2e éd., 3 t., Paris, 1957-61, I., p. 70 : « d’aisesta fola erransa ».

73 RHF, XVIII, p. 706.

74 PL, op. cit., CLXXXVI, col. 821 : « rabies Judaeorum diabolo instigante ».

75 Orderic Vital, op. cit., VI, p. 330.

76 Letters of John of Salisbury, éd. W. J. Miller, H. E. Butler et C. N. L. Brooke, 2 t., Londres et Oxford, 1955-1979, II, no 281, p. 616.

77 Pline, op. cit., IX, p. 38 (xxxiii, 14) ; Adon : PL, op. cit., CXXIII (martyrologe), cols 212, 373 ; Guibert : PL, op. cit., CLXXXIV, col. 1032 : « quoniam eousque malitiae rabies incanduit ».

78 C. S. Jaeger, The Origins of courtliness. Trends and the formation of courtly ideal in medieval Europe, Philadelphia, 1985, p. 36-40.

79 Power, Norman Frontier, op. cit., p. 342-344.

80 N. C. Vincent, «Twyford under the Bretons 1066-1250», Nottingham Medieval Studies, 42 (1997), p. 80-99, p. 84-86; Power, Norman Frontier, op. cit., p. 347.

81 Ralph of Diceto, op. cit., I, p. 371. W. L. Warren, Henry II, Londres, 1973, p. 124; Aurell, Empire Plantagenêt, op. cit., p. 195.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search