Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Éléments pour une sociologie de l'enfance

 | 
Régine Sirota

Cinquième partie. L’enfant, acteur social

Adultes et enfants entre pouvoir et insoumission

Nicoletta Diasio

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1En décrivant l’enfant et l’éducateur d’enfants qu’il a été, Pierre Sansot évoque ces moments où l’on s’arrache aux brumes de la nuit et de soi pour donner forme au monde et le maîtriser. « À l’instant du petit-déjeuner j’instaurais (j’instaure encore) une relation à peu près stable entre mon corps, et ma chaise, le bol, la table. Je redevenais un centre organisateur. Je calmais le jeu échevelé des éléments et tout le reste se mettait à exister avec la même clarté, y compris les autres chaises, le mur qui me faisait face, la pièce toute entière, le reste de l’appartement et ce que l’on nomme, d’une manière un peu commode, l’espace ou l’univers. La partie n’était jamais gagnée d’avance. Il suffisait que je renverse un bol. Ma main devenait honteuse, doutait d’elle-même, le liquide, fugace, s’éparpillait en rigoles le long de la table, le monde prenait une apparence spongieuse » (Sansot, 2003, p. 27). Ces tâtonnements dans l’univers des choses et l’effort de l’enfant pour y trouver sa place et devenir un « centre organisateur » constituent, à mon avis, un thème majeur de l’anthropologie.

LES GRIGNOTAGES DE L’ENFANCE

  • 1 Il s’agit d’une enquête financée en 1998 par l’Institut Français pour la Nutrition et dirigée par D (...)

2Le champ que j’explore est celui des grignotages de l’enfance, un domaine de rien du tout, de ce qui apparemment échappe aux regards et aux injonctions formalisées, mais constitue une de ces évidences tacites socialement partagées1. Le point de vue de l’enfant y est saisi dans ses négociations avec les adultes et les usages qu’il fait des « cochonneries ». Les transactions sont analysées essentiellement à l’échelle de la famille élargie, du groupe de pairs et, en partie, dans leur relation à l’espace extérieur de l’école et du quartier. Barres, bonbons, goûters constituent une clef pour la compréhension d’un système familial en transformation et en quête de nouvelles formes de contrôle et de gestion de l’autonomie de l’enfant. À partir de ce thème j’ai commencé à réfléchir sur la place des sucreries dans l’échange intergénérationnel, notamment lors des grandes fêtes calendaires, et en particulier sur la consommation des figures comestibles dans les fêtes qui associent les morts et les enfants. Garants de la continuité familiale et figures du renouvellement générationnel, passeurs et créateurs de culture, les enfants sont encastrés entre plusieurs impératifs, parfois contradictoires et témoignent de la façon dont la culture, stratégie sans stratège, s’allie à l’expérience pour signifier et maîtriser les transformations, les passages de statut, les aléas de l’existence.

Pouvoir disciplinaire et technique de soi

  • 2 Cette relecture de Foucault, d’abord aux États-Unis et en Italie, ensuite en France notamment par l (...)

3Un premier axe de réflexion s’articule autour des notions de pouvoir, règle et techniques de soi. Il articule la réflexion de Marcel Mauss sur les techniques du corps (1934) à celle de Michel Foucault sur le pouvoir et la naissance du sujet au sens moderne2. La tension entre repas formels et informels peut être analysée comme une forme de pouvoir disciplinaire, un usage intensif, discipliné et rationnel des corps, à travers, par exemple, les stratégies de contrôle des rythmes, de la mobilité et des actions enfantines. Cette surveillance intensive émaille déjà les écrits pédagogiques, moraux, médicaux du XVIIIe siècle où le fremde Kind, l’enfant « étrange étranger » (Richter, 1987), est transformé en un enfant à éduquer et incorporer à la nouvelle société bourgeoise. Elle va de pair avec une réflexion sur la dépense, les nouvelles pratiques de consommation (ex. la « banalisation » du sucre dans l’alimentation), la fonction éducative des adultes et s’articule autour de quelques questionnements encore actuels : que faire du corps, du temps, de l’argent ? Par quelles actions peut-on intervenir sur les actions enfantines ? Par quelles frontières définir sa subjectivité ?

4Règles et relations de pouvoir prennent toutefois leur sens dans un champ épars et instable de possibilités ; il n’existe point de pouvoir sans résistance, ni sans une action réciproque des uns sur les autres : à Rome la plupart des mères interviewées mangent en cachette de leurs propres enfants et les retrouvailles entre mères avec des chips et un verre de Coca se font à la cuisine, porte fermée, entre les rires et un retrouvé plaisir de transgression. Analysé « “au ras des procédures qui assujettissent les corps, dirigent les gestes et régissent les comportements”, le pouvoir se montre comme “quelque chose qui […] n’est jamais localisé ici ou là, il n’est jamais entre les mains de certains, il n’est jamais approprié comme une richesse ou un bien. Il fonctionne […], s’exerce en réseau et, sur ce réseau, non seulement les individus circulent, mais ils sont aussi en position de subir et d’exercer ce pouvoir. Ils ne sont jamais la cible inerte ou consentante du pouvoir, ils en sont toujours le relais. Autrement dit, le pouvoir transite par les individus, il ne s’applique pas à eux” » (Foucault, 1997, p. 26). Le contraste entre certains témoignages (comme celui d’un père parisien pour qui ses enfants « ne grignotent jamais ») et les pratiques (ces mêmes enfants picorant des bonbons entre un jeu vidéo et l’autre) ne constitue pas de l’ambiguïté ou de la tromperie, mais l’expression d’une zone frontière qui permet à la fois la norme, la surveillance, la police des corps et les stratégies de détournement et d’appropriation. Mais si le pouvoir implique insoumission, comment les enfants résistent-ils aux injonctions et les transforment-ils en des modes de connaissance et de maîtrise du monde et de soi ?

5Saveurs et savoirs me semblent participer à cette mainmise enfantine. Ainsi l’apprentissage de techniques du corps (par exemple manger sans faire des miettes, apprendre à voler des friandises, manger avec les mains sans se salir) et leur performance « hors contexte » (comme le détournement d’objets de leur usage conventionnel) sont des modalités de construction de la subjectivité enfantine par rapport à des institutions (famille, école, médecine) dont les savoirs et les pouvoirs entravent ou encouragent l’action individuelle : une technique de soi. Par cette expression Foucault entend « ces procédures […] qui sont proposées ou prescrites aux individus pour fixer leur identité, la maintenir ou la transformer en fonction d’un certain nombre de fins, et ceci grâce à des rapports de maîtrise de soi sur soi ou de connaissance de soi par soi » (Foucault in Warnier, 1999, p. 34). L’interrogation « quel travail opérer sur soi ? » est l’aboutissement extrême de ce « souci de soi », epimeleia heautou, que nous héritons après maintes transformations de la pensée helléniste et romaine (Foucault, 2001) et elle donne lieu à différentes formes de gouvernementalité. Dans le cas des grignotages, ce gouvernement de soi passe par l’apprentissage d’une grammaire des goûts, des relations sociales intenses médiatisées par les objets alimentaires, des conduites motrices appropriées (ces mains qui furètent dans le noir des placards…), des stratégies d’affirmation, ajustement et détournement de la règle alimentaire.

Buffer-zones

6Pour l’enfant qui grignote, « se gouverner » est un jeu d’accordéon, où la norme s’étire et rétrécit. Une zone-tampon permet de ré-articuler, selon le contexte, des injonctions, mais aussi des modes de faire et des codes de communication verbale ou non verbale parfois hétérogènes ou paradoxaux. Ce qui est interdit formellement – par exemple manger tout de suite après le dîner – peut se retourner dans une occasion forte de socialisation : grignoter des bonnes choses en regardant un film en paquet sur le canapé.

7Cette épaisseur des frontières entre licite et illicite, formel et informel, fête et quotidien évoque la notion de buffer zone. Par ce mot les géographes anglais du siècle dernier désignaient des États-tampon, dotés d’une population sédentaire et d’éléments d’organisation susceptibles de prendre lentement la forme d’une véritable nation : un lieu de multiplicité où se structure une nouvelle forme. De la même façon les délimitations larges et imprécises, les marches, sont un conteneur de formes possibles dans lesquelles les jeunes informateurs puisent. Les dépassements de la règle sont nécessaires à l’affirmation et/ou au rétablissement d’une relation entre les enfants et les autres acteurs, que ce soit en jouant sur les dissensions entre parents divorcés à Paris, en contournant les injonctions parentales par le recours aux grands-parents à Rome, en mobilisant la fratrie, les connaissances, les copains dans les trois contextes étudiés. Mais dans la marge on incorpore aussi, par négation et manipulation, des rites de sociabilité à travers la nourriture. Dans les frontières on apprend et on façonne, même et surtout dans des situations de transformation et d’incertitude. Les limites les plus infranchissables sont invisibles, elles ne sont marquées sur aucune carte, sans confusion possible : elles ont horreur des mélanges illicites, comme l’indique la réaction d’une fillette à Strasbourg qui s’écrie « Jamais à l’ordinateur ! Les miettes abîment le clavier ». Les grignotages enfantins ont le mérite de faire parler les nuances, les glissements, les charnières. Ils sont aussi l’analyseur des paradoxes d’une société en transformation et fondée sur des paradigmes conceptuels parfois en opposition : être à l’affût des nouveautés, sans oublier les saveurs du bon vieux temps, l’accent mis sur la recherche du plaisir individuel et la conformité aux normes diététiques, la profusion de nourriture et la sanction des gourmands (pour ne pas parler des « gros »), la description voluptueuse des produits et l’impératif du renoncement et du châtiment exemplaire, selon le modèle pédagogique de la bourgeoisie chrétienne, vertueuse et industrieuse des siècles derniers. Si les goûters donnent lieu à conflit entre parents et enfants, ils constituent une façon pour continuer à parler (Mario, Rome) et envisager ensemble des accommodements.

8Regards inquiets, mots échangés, clefs du garde-manger enfouies et retrouvées, aliments partagés ou échangés racontent l’histoire de liens constamment menacés et refaits, où la norme appelle la transgression et celle-ci l’élaboration d’un nouveau code partagé. Des charnières flexibles permettent de s’adapter au contexte, l’anticiper, lui donner du sens et trouver sa place. De grandir.

Apprentissages

9L’apprentissage de ce qui est « bon à manger » peut être lu à trois niveaux différents de réflexivité. Le premier passe par l’évidence, l’éducation préconsciente qui agit par des injonctions silencieuses et ce qui n’est pas négociable. Un deuxième niveau est celui du « dressage », dans lequel l’enfant est éduqué consciemment par un système de châtiments et récompenses. Dans les cas étudiés, c’est souvent la sucrerie à être utilisée en tant qu’aliment gage. Un troisième niveau de réflexivité est constitué par les « bonnes manières » et donc par le décodage et l’adaptation consciente à un cadre référentiel. C’est le cas de cet enfant italien qui me dit « avec maman on est d’accord sur les Mulino Bianco et les Pinguì, on se dispute sur les Snickers et les Twix, pour les chips ça dépend » (Luca, 9 ans). Les « goûters » ont le mérite de glisser entre le cadre et la toile du système alimentaire : parfois internes aux conventions, parfois externes, voire en rupture avec ces dernières, ils se placent à la frontière des catégorisations entre aliments prescrits, permis, interdits et ce faisant nous éclairent sur la nature de ce classement, sur la force des conventions. L’arbitrage nécessaire pour les chips, acceptées en tant que salées, mais connotées à Rome « fête d’enfants » et donc aux marges de l’alimentation quotidienne, montre que, à l’encontre des grandes prohibitions dont font preuve les systèmes alimentaires généraux, les grignotages constituent un espace interstitiel où l’on peut jouer sur la valeur positionnelle des aliments et donc sur une idée corrélative de la notion d’interdit.

10Ces apprentissages ne sont pas uniquement le fait d’une transmission verticale et intergénérationnelle. Dans un texte de 1972, M. Mead différencie trois modèles d’éducation : pré-figuratif, où la tradition éduque les enfants ; co-figuratif ou l’éducation entre pairs ; et post-figuratif : « l’enfant est le père de l’homme », selon l’expression du poète Wordsworth. L’analyse des repas informels montre l’emboîtement de ces trois modèles. On y retrouve le respect d’une tradition (par exemple dans la transmission de la valeur alimentaire selon les contextes – pâtes à Rome, protéines à Paris et Strasbourg) ; l’éducation par les pairs, qui se manifeste dans la construction sociale du bon goûter à échanger pendant la récréation ; l’adéquation des parents aux attentes des enfants en matière de socialisation par la nourriture (il faut faire comme les autres). L’enfant est un acteur qui participe à l’éducation sienne et de ses parents. Je ne citerai que deux exemples repérés sur mon terrain. Le premier est la conscience de la part des enfants de qui on est et de ce que la société attend, avec la capacité de manipuler le discours psychologique dominant et d’endosser son rôle et ses droits propres. Ces propos glanés entre France et Italie en témoignent : « nous, on est des enfants », « on a le droit de jouer », « chacun a le droit de manger comme il le veut », « si tu étais un garçon de mon âge tu aimerais ». Le deuxième exemple d’action directe des enfants dans le processus de transmission peut être saisi dans la ré-élaboration, voire invention de la tradition dans laquelle les jeunes interviewés participent activement : par exemple la préparation des goûters crêpes du samedi semble remplacer dans plusieurs cas le repas du dimanche. Et si la crêpe parfume du « bon vieux temps », ce qu’on choisit pour la remplir – miel, Nutella, voire ketchup ! – fait l’objet de débats passionnés sur les goûts des uns et les dégoûts des autres.

LE RITUEL SAISI PAR SES DÉRAPAGES

11Un autre axe de ma réflexion porte sur le rapport entre cette tradition refondée et un rituel qu’on peut bien saisir par ses dérapages et ses apprentissages. Deux références me semblent fondamentales. La première est l’anthropologie de la performance de Victor Turner et de l’école anglo-saxonne, c’est-à-dire l’analyse de rituels où les discontinuités (temporelles, spatiales, biographiques, sociales) ne sont pas recomposées sous un principe d’organisation cosmologique et d’harmonisation sociale, mais jouent sur la multiplicité, l’innovation, les clins d’œil : « Performance inclut l’impulsion d’être sérieux et de distraire ; de récolter du sens et de passer le temps ; de montrer une conduite symbolique qui actualise “l’ici et maintenant” et existe seulement “ici et maintenant” ; d’être soi-même et de jouer à être un autre ; d’être en transe et conscient ; d’obtenir des résultats et de divaguer ; de concentrer l’action sur et pour un groupe choisi partageant un langage hermétique et de diffuser sur l’auditoire le plus large possible d’étrangers qui achètent des billets » (Schechner 1977, p. 87 cité par Piette, 1992, p. 177). L’autre référence est sûrement Gregory Bateson, notamment la notion de double contrainte (par exemple le cas des parents italiens qui se doivent d’être garants de la tradition et être conformes aux nouveautés en matière de consommation) et celle de communication frame. Du point de vue du « cadre de la communication » ce qui est affirmé à un niveau est nié à un autre : les grignotages ne sont pas « un repas », mais ils ne sont pas non plus un « non-repas ». Leur valeur change selon le contexte et les codes de méta-communication. À l’instar du jeu de combat analysé par Bateson (1972) où deux singes se mordillent sans se faire mal car toute la séquence se déroule à l’enseigne d’une méta-communication « ceci est un jeu », les grignotages montrent qu’il existe « une limbo-zone insérée entre plusieurs classes de comportements, on peut y aller jusqu’à l’extrême limite d’un comportement sans entrer dans la classe suivante et sans risquer les conséquences inhérentes à celle-ci » (Piette, 1992, p. 175).

12Chaque goûter demande à être interprété dans l’emboîtement du temps, de l’action et de l’objet. Par exemple la viennoiserie marque un temps fort : au Marais comme à Strasbourg, elle est achetée les jours de fête ou encore à la sortie de l’école, sur le chemin qui mène à la maison ou à une autre activité. Elle marque donc un temps officiel, par exemple la transition de l’institution scolaire à celle sportive, et pas celui interstitiel complètement géré par l’enfant, tel celui scandé par un verre de Coca ou un bonbon sucé dans les pauses de jeu, qui est un mode enfantin de refonder des repères temporels. Le pain au chocolat que, par transgression, un petit Parisien de 8 ans mange en classe en se faisant gronder par sa maîtresse, est grignoté par Lolita, même âge, à la fin des cours : l’articulation de l’objet goûter et du temps constitue ainsi la marque d’un changement de cadre et de statut, voire même de leur manipulation, et des frontières que chaque enfant expérimente entre cadres et entre statuts. Dans l’épaisseur de ces petits gestes, le goûter se donne à lire comme un marqueur du passage entre les identités plurielles de l’enfant : élève, fils ou fille, sportif (ve), ami (e). Ces passages sont inscrits dans des lieux que ces mêmes objets à grignoter mettent en connexion : le salon, la chambre, la cuisine, les toilettes à l’intérieur de l’espace domestique, mais aussi la rue, la cour de recréation, les gymnases, les lisières des terrains de foot ou de badminton.

13Si les repas informels ne sont pas un rituel, ils constituent une arène d’apprentissage du rituel à travers cette conscience aiguë des enchaînements et du cadre qui lui sont nécessaires. Leur fonction est alors analogue à celle que Mary Douglas accorde aux symboles ambigus, c’est-à-dire ces signes qui se placent à la fois dans plusieurs catégories et par-là « attirent l’attention sur d’autres niveaux de l’existence » (Douglas, 2001, p. 59). Ces niveaux de l’existence sont ceux d’un monde enfantin qui se fraye, entre l’école, les sports, les devoirs, les activités dites expressives (musique, cours de peinture), des espaces de liberté et d’interruption des interdits sur le modèle désormais classique de l’inversion carnavalesque : suspension de la norme, mais à l’intérieur d’un espace-temps défini, contrôlé, provisoire (presque tous les enfants interviewés disposent d’une plage horaire pour grignoter), mise en scène d’un corps grotesque, ouvert, transgressif. Par le jeu du grignotage on apprend le devoir de maîtrise, de restriction, de manipulation, de bienséance : non pas la liberté incontrôlée, mais un autre contrôle de soi, du geste, du désir, du temps, de l’espace, de la communication, une mainmise sur le monde.

14À l’instar du rituel, les dérapages demandent dextérité, coordination des mouvements et capacité opératoire : manger en courant, se servir d’un canif pour trouer les canettes, dérouler des lacets en sucre d’une main et se servir de la fourchette de l’autre, explorer des armoires haut placées : la noblesse d’un corps épanoui, qui connaît les bons gestes et maîtrise la situation. Capacités et manipulation concourent ainsi à fonder à la fois subjectivités et appartenances par des micro-rituels du quotidien : l’habileté manuelle de Sylvain (Paris) qui aime manger du pain et du fromage, avec « son » couteau, assis à côté de la fenêtre, avec « son » père, est une façon de manger « comme tous les autres garçons ». Joli exemple d’une synthèse corporelle qui emboîte savoir-faire, goûts alimentaires, tradition familiale et appartenance de genre.

RETOUR SUR L’« ENFANT PASSEUR »

  • 3 Victor Turner différencie le liminal du liminoïde, ce dernier étant intermittent plus que cyclique, (...)

15Par cette capacité de glisser entre le cadre et la toile, le repas informel impose donc à l’enfant de savoir jouer entre plusieurs registres, champs référentiels, frames. Mais voyager entre plusieurs mondes impose une certaine flexibilité cognitive et expressive. L’« enfant qui grignote » s’installe dans une zone liminoïde3 et de là exerce, ou au moins expérimente, son pouvoir d’affirmation. Car les enfants sont pris dans une dramaturgie orchestrée par les adultes, qui vise bien au-delà du « simple » apprentissage alimentaire et qui, par des ponctuations rituelles – Noël, Halloween, Befana –, les resitue dans une généalogie et dans un temps exceptionnel. C’est toute la relation entre enfance et sacralité qui est ici à questionner, dans la variété de ses formes contemporaines. Ce qui est transmis aux enfants précède le groupe et lui donne sens, mais c’est par les enfants que ce sens est actualisé : cette position interstitielle est dense de pouvoirs et de périls. Périls que l’enfant court et fait courir : le discours sur le danger y est souvent présent.

16L’importance des sucreries et des figures comestibles dans les rites calendaires où le rapport entre générations est central, montre que cette irruption du sauvage, du sacré, de l’au-delà au moment de la fête demande à être contenue, apaisée presque par le don de douceurs. Dans ces pratiques les enfants sont les maillons d’une chaîne de transmission et les sujets d’une destruction rituelle du monde par la défiguration des images que le représentent : ils sont à la fois dans un rapport de solidarité et d’agressivité avec les générations qui les précèdent. Ces pratiques vont toutefois plus loin que le rapport entre deux générations puisqu’elles relient, par le rituel, l’ensemble du groupe à un avant la naissance et à un après la mort, ce qui permet au groupe de continuer à exister. Cette dimension ultramondaine sous-jacente au conflit des générations, fondatrice des rites qui mettent en scène ce conflit et sa recomposition, est celle de l’enfant passeur. À l’instar des morts, les enfants sont des non-initiés, mais ce sont aussi des super-initiés : les rites et les croyances dont ils font l’objet encore aujourd’hui « mettent en évidence, derrière l’opposition entre enfants et adultes, une opposition plus profonde entre morts et vivants » (Lévi-Strauss, 1952, p. 34). Emblèmes à la fois de notre douceur de vivre et de ce qui la menace, les enfants doivent être contrôlés, par eux passe la garantie de survivance du groupe.

17À nouveau du pouvoir, donc, sous forme de contrôle de ce qui est déjà fondamental dans la notion de repas informel et encore plus dans celle de transmission rituelle : le temps. Ces enfants attendent, me semble-t-il : ils attendent la récréation, le repas, des cadeaux, des sucreries, de grandir, que l’école finisse, que le temps de la fête revienne. Mais, en même temps, ce temps de la fête est court, son gage fragile : le sucre qui fond, les gâteaux anthropomorphes grignotés troquent l’éternité contre l’éphémère (Diasio, 2001). En anglais les deux mots qui définissent l’attente en mettent en valeur ses sens pluriels waiting – l’attente-suspension dans la certitude d’un événement – et expectation – l’attente-prévision qui oscille entre l’espoir et la crainte. L’attente se place ainsi de façon spécifique non seulement entre présent et futur, mais entre certitude et incertitude (Gasparini, 1998) et, à nouveau entre pouvoir et insoumission. Que ce soit par les pratiques de consommation enfantine, par le rituel ou par l’échange entre générations, l’anthropologie de l’enfance implique une réflexion sur le temps, l’incertitude et les nouveaux modes sociaux de la contrer.

18Subjectivité, règles, apprentissages, performances rituelles, enchantement du monde, relation avec l’ultra mondain, contrôle de l’incertitude : ce qui touche à l’enfant semble ici pétri de mondanité et de transcendance. L’anthropologue ne peut ainsi se soustraire à une dernière mise en garde contre le risque de faire des enfants les derniers sauvages qui restent à sa discipline : après les multiples « primitifs » que nous nous sommes donnés ne risquons-nous pas de construire ou légitimer de nouvelles formes d’altérité ? Les enfants seraient-ils l’enjeu d’une nouvelle sacralité ? Mais « une sacralité sans religion est le piège ultime du pouvoir, le plus narquois et le plus tragique, car si les dieux ont un nom et peuvent toujours être comptés, les symboles sont sans nom et leur nombre est infini » (Magli, 1981, p. 39-40).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bateson, G., 1977, Vers une écologie de l’esprit, Paris, Le Seuil, t. 1 et 2, 1re éd., 1972.

Diasio, N., 2001, « Communion, confusion, consommation : de la gourmandise et des morts », Zeitschrift für Volkskunde, n° 2, p. 206-216.

Douglas, M., 2001, De la souillure : essai sur la notion de pollution et de tabou, Paris, La Découverte, 1re éd., 1967.

Foucault, M., 1997, « Il faut défendre la société ». Cours au Collège de France. 1976, Paris, Gallimard.

Foucault, M., 2001, L’herméneutique du sujet, Paris, Gallimard.

Gasparini, G., 1998, Sociologia degli interstizi. Viaggio, attesa, silenzio, sorpresa, dono, Milano, Mondadori.

Lévi-Strauss, C., 1952, Le Père Noël supplicié, Toulouse, Sables.

Magli, I., 1981, Alla scoperta di noi selvaggi. Simboli e storia : giornale di un’antropologa, Milano, Rizzoli.

Mauss, M., 1993, « Les techniques du corps », dans Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, p. 363-386, 1re éd., 1934.

Mead, M., 1972, Culture and Commitment, Harmondsworth, Penguin Books.

Piette, A., 1992, « Les rituels : du principe d’ordre à la logique paradoxale », Cahiers Internationaux de Sociologie, 1992, vol. XCII, p. 163-179.

Richter, D., 1987, Das Fremde Kind. Zur Entstehung der Kindheitsbilder des bûrgerlichen Zeitalters, Frankfurt am Mein, S. Fischer Verlag.

Sansot, P., 2003, Bains d’enfance, Paris, Payot.

Turner, V., 1982, From Ritual to the Theatre, New York, PAJ Publications.

Warnier, J.-P., 1999, Construire la culture matérielle. L’homme qui pensait avec ses doigts, Paris, PUF.

Notes

1 Il s’agit d’une enquête financée en 1998 par l’Institut Français pour la Nutrition et dirigée par D. Desjeux dans le cadre d’un post-doctorat à l’Université Paris V – La Sorbonne portant sur les repas informels des enfants de 7 à 10 ans dans un quartier de Rome et de Paris. De 2000 et 2002 la recherche sur les grignotages s’est prolongée dans le territoire de Strasbourg, alors qu’en 2001 et 2002 elle s’est enrichie d’une enquête étudiante inter année (Faculté des Sciences Sociales, Université Marc Bloch) sur la consommation des 10-12 ans.

2 Cette relecture de Foucault, d’abord aux États-Unis et en Italie, ensuite en France notamment par le groupe Matière à Penser autour de J.-P. Warnier a beaucoup aidé les anthropologues à réfléchir sur le rapport entre corps, pouvoir et subjectivité à partir d’un double point de vue : les conduites motrices et la culture matérielle qui les médiatise.

3 Victor Turner différencie le liminal du liminoïde, ce dernier étant intermittent plus que cyclique, individuel plus que collectif, malléable plus que rigidement structuré (1982).

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site