Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Cinquième partie. Postérité de l’engagement dreyfusard

Le dreyfusisme aujourd’hui

Stéphane Hessel

Texte intégral

1La raison pour laquelle je suis heureux de participer à cette réflexion, c’est qu’elle débouche sur la question de la postérité, jusqu’à aujourd’hui, de l’engagement dreyfusard. Je n’interviendrai pas, pour ma part, sur la question de savoir pourquoi Dreyfus a été condamné et comment il a été réhabilité, mais je voudrais m’interroger sur qui était Dreyfus et, en franchissant le siècle qui nous sépare de l’Affaire, nous demander ce que peut être, au début du XXIe siècle, un engagement dreyfusard.

2Qui était Dreyfus ? Il ne se reconnaissait pas dans le sionisme, c’était un Français qui voulait que les Juifs français soient considérés pleinement comme des Français, et qu’ils aient les mêmes droits que tous les autres citoyens. Dreyfus n’était pas non plus un combattant d’une cause politique, par exemple pour que la démocratie française soit davantage sociale. C’était un Juste, au sens le plus fort du terme, qui a combattu l’injustice dont il a été victime et qui est resté attaché ensuite à la justice qu’on lui avait refusée. La façon dont il s’est battu, constamment, pour que lui soient rendus, non pas les honneurs de je ne sais quelle gloire héroïque, mais tout simplement ses droits, les droits qui lui avaient été refusés et qui lui revenaient, c’est cela qui en a fait, pour tous les Français attachés aux valeurs fondamentales de justice et de droits de l’Homme, un exemple que l’on peut méditer et sur lequel on peut s’appuyer pour mener les combats d’aujourd’hui.

  • 1 Voir Stéphane Hessel, Danse avec le siècle, Paris, Le Seuil, 1997.

3Je voudrais d’abord inviter à se souvenir qu’à plusieurs moments de l’histoire de France depuis l’affaire Dreyfus, il y a eu des justes pour refuser de graves injustices. Ils ont été vilipendés, parfois emprisonnés, et il a fallu que d’autres Françaises et Français se mobilisent à leur tour pour leur rendre justice et faire aboutir leur combat. Par rapport à tous ces moments, l’affaire Dreyfus a joué un rôle extrêmement emblématique. Cela a été notamment le cas lors des combats de la Résistance. Je fais partie de la génération qui y a pris sa part et pour laquelle, au sortir de la guerre, la réponse aux horreurs de la barbarie nazie ne pouvait être que la proclamation universelle des droits de l’Homme1.

  • 2 Hannah Arendt, Les Origines du totalitarisme (1re éd. The Origins of totalitarism, New York, Harco (...)
  • 3 Suite aux critiques d’Andreï Sakharov (1921-1989), à la fin des années 1970, contre un système qui (...)

4Je fais partie, en effet, de ceux qui ont vécu, dans la première moitié du XXe siècle, la montée des totalitarismes. Pour les totalitarismes, admirablement décrits par Hannah Arendt2, la notion de justice n’a aucune importance, les droits de la personne humaine ne comptent pas par rapport à l’idéologie d’un État qui doit rassembler tout le monde et faire de chacun des mécaniques pour faire triompher une idéologie. Tel a été le nazisme, et l’une de ses conséquences a été le massacre des Juifs d’Europe, qui est fondamentalement le scandale absolu du XXe siècle. Mais le totalitarisme soviétique nous a mis, lui aussi, devant des cas d’injustices emblématiques. Je pense au sort d’un homme comme Andreï Sakharov, qui était, lui aussi, un Juste3. Il a été persécuté à cause des idées qu’il exprimait, mais, du point de vue de l’injustice qu’il a subie, son cas est un peu comparable, dans le contexte de l’Union soviétique de la seconde moitié du XXe siècle, à ce qu’avait été celui du capitaine Dreyfus, ou de Zola qui l’avait défendu dans la France de la fin du XIXe siècle. Il n’était pas un anticommuniste, ni quelqu’un qui voulait renverser l’Union soviétique ; il était attaché aux droits des citoyens et à sa façon de concevoir la science. Comme Dreyfus, il a été défendu par des gens admirables. Je me souviens de l’équipe qui s’est constituée, en France, autour de Laurent Schwartz et d’autres Français éminents qui se sont battus pour que Sakharov obtienne sa liberté. Voilà un combat que j’assimilerais à un combat dreyfusard.

  • 4 Edgar Morin, Sami Naïr et Danièle Sallenave, « Israël-Palestine : le cancer », Le Monde, 4 juin 20 (...)
  • 5 Dans son arrêt du 12 juillet 2006, la Cour de cassation a estimé que « les propos poursuivis, isol (...)
  • 6 Edgar Morin a précisé et développé sa pensée sur le sujet dans un autre article intitulé « Antisém (...)

5Quels sont les combats actuels ? Je voudrais en donner un en exemple : celui d’un ami qui m’est très cher, Edgar Morin. Voilà que, parce qu’il a écrit un article critiquant la politique des gouvernements israéliens4, il y a eu des gens, juifs comme lui, en désaccord avec lui, qui l’ont accusé d’être un antisémite. C’est scandaleux. La Justice, heureusement, lui a donné raison5. Mais, puisque des attaques persistent contre lui, je considère qu’il y a un combat à mener pour Edgar Morin, je ne dirai pas, « pour le juif Edgar Morin », car je n’aime pas qu’on dise « le Juif untel » — un Homme est un Homme avant d’être, le cas échéant, Juif —, mais un combat pour le citoyen français, juif, qu’est Edgar Morin, qui a été un résistant de la première heure, qui a lutté et continue à lutter contre l’antisémitisme. Ce combat pour la justice à l’égard d’Edgar Morin est pour moi un combat dreyfusard. Ce que lui reprochent ceux qui cherchent à le diffamer, c’est de défendre, sur la question israélo-palestinienne, le droit et la justice, quitte à dire, dans certains cas, tout le mal qu’il pense des politiques menées par les gouvernants israéliens6.

6Je voudrais que nous réfléchissions aussi — la question a été posée au cours du colloque, notamment par Robert Frank — à la question de savoir qui sont, aujourd’hui, les antidreyfusards. Nous savons qui sont les dreyfusards d’aujourd’hui, ceux qui se dressent au nom des droits de l’Homme, les Justes qui s’exposent aux condamnations, mais qui sont les antidreyfusards ? Je répondrais en disant que ce sont ceux qui considèrent qu’il n’y a rien à faire contre la montée des injustices dans le monde, qu’il est normal qu’il y ait des riches de plus en plus riches et des pauvres de plus en plus pauvres, que cela n’a pas d’importance — comme cela n’a pas d’importance si des gens souffrent à cause d’autres qui détruisent la planète —, qu’il faut vivre avec tout cela et qu’il est inutile d’y réagir. Ces gens qui utilisent leurs pouvoirs, politique ou économique, pour mener notre société vers davantage d’injustices envers des gens de plus en plus nombreux qui sont des déshérités et des laissés pour compte, ceux-là sont les antidreyfusards d’aujourd’hui. Et combattre pour que tous ceux qui sont les victimes de cette situation soient reconnus et défendus, et aient les ressources et les droits nécessaires pour construire leur avenir, c’est cela, aujourd’hui, le combat des dreyfusards.

Notes

1 Voir Stéphane Hessel, Danse avec le siècle, Paris, Le Seuil, 1997.

2 Hannah Arendt, Les Origines du totalitarisme (1re éd. The Origins of totalitarism, New York, Harcourt Brace, 1951), rééd. in Hannah Arendt, Les Origines du totalitarisme suivi de Eichmann à Jérusalem, Paris, Gallimard, « Quarto », 2002.

3 Suite aux critiques d’Andreï Sakharov (1921-1989), à la fin des années 1970, contre un système qui « ignorait la justice sociale », les dirigeants soviétiques ont retiré au physicien nucléaire russe toutes ses fonctions et l’ont assigné à résidence, étroitement surveillé, à Gorki de 1980 à 1986.

4 Edgar Morin, Sami Naïr et Danièle Sallenave, « Israël-Palestine : le cancer », Le Monde, 4 juin 2002.

5 Dans son arrêt du 12 juillet 2006, la Cour de cassation a estimé que « les propos poursuivis, isolés au sein d’un article critiquant la politique menée par le gouvernement d’Israël à l’égard des Palestiniens, n’imputent aucun fait précis de nature à porter atteinte à l’honneur ou à la considération de la communauté juive dans son ensemble en raison de son appartenance à une nation ou à une religion, mais sont l’expression d’une opinion qui relève du seul débat d’idées ». En mai 2004, le tribunal de Nanterre avait débouté les plaignants, mais, un an plus tard, la cour d’appel de Versailles avait condamné Edgar Morin pour « diffamation raciale », cette condamnation étant approuvée par le CRIF. La Cour de cassation a finalement cassé cette condamnation en estimant que la cour d’appel de Versailles avait violé la loi sur la presse du 29 juillet 1881 ainsi que l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme.

6 Edgar Morin a précisé et développé sa pensée sur le sujet dans un autre article intitulé « Antisémitisme, antijudaïsme, anti-israélisme », Le Monde, 19 février 2004. Voir aussi la contribution de Gilles Manceron, supra, p. 419.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540