Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Cinquième partie. Postérité de l’engagement dreyfusard

La mémoire de l’Affaire dans le combat de la Résistance

Lucie Aubrac

Note de l’éditeur

Ce texte que Lucie Aubrac a adressé au colloque des 8 et 9 décembre 2006, sans pouvoir le lire elle-même en raison de son état de santé et qui a été lu par Stéphane Hessel, est probablement le dernier qu’elle ait écrit. Sa mort, le 14 mars 2007, nous a privés de la possibilité de lui demander de développer son témoignage en vue de ce livre.

Texte intégral

1L’affaire Dreyfus n’a pas cessé d’être présente dans ma formation intellectuelle et morale. Du cours préparatoire, en 1918, à l’agrégation d’histoire, en 1938, elle a ponctué toutes les étapes de ma scolarité.

2Je me souviens que, dans l’esprit de la petite fille de Bourgogne que j’étais, s’inscrit l’idée d’une grande injustice, mais surtout la pensée qu’il y avait des gens pas comme les autres, que leur nom seul pouvait désigner à l’opprobre. Je disais à toutes mes copines que j’étais fière de m’appeler Lucie comme l’épouse du capitaine.

3La leçon de justice et de citoyenneté était, malheureusement, d’actualité dans ces années de l’entre-deux-guerres, avec la montée du fascisme et la victoire de Hitler.

4Le premier tract que nous avons rédigé à l’automne 1940, pour le mouvement Libération-Sud, condamnant à la fois la collaboration du maréchal Pétain et les premières rafles de Juifs, sur les bancs de l’université de Clermont-Ferrand qui avait recueilli les professeurs de Strasbourg, Jean Cavaillès avait tenu à ce que figure une allusion à l’affaire Dreyfus.

5Dans mes souvenirs, l’affaire Dreyfus était quasiment le préambule obligatoire à toute conversation précédant un engagement dans la Résistance. Notre abondante presse clandestine la mentionnait dans ses articles. J’enseignais dans un lycée lyonnais, et, en terminale, mes collègues et moi en faisions l’un des chapitres essentiels de l’étude de la Troisième République.

6Après la seconde guerre mondiale, mon enseignement a toujours réservé une part importante à l’analyse du fascisme et du racisme qui m’a orientée vers l’anticolonialisme. Depuis, jusqu’à mon ultime vieillesse, j’ai beaucoup fréquenté les collèges et les lycées pour ce que vous appelez le « témoignage ».

7Puis-je vous dire que, pour moi, en ce début du XXIe siècle, l’affaire Dreyfus a repris toute son actualité ? Non pas que je me limite à l’antisémitisme ou à un racisme quelconque, mais j’y vois la preuve qu’il faut donner à chacun une grande part de responsabilité citoyenne.

8Pensez à ces femmes et à ces hommes de la fin du XIXe siècle qui, installés dans une société bourgeoise, ont risqué leur statut, leur avenir, et même leur liberté, pour protester contre une injustice ne concernant qu’un seul homme, en créant la Ligue des droits de l’Homme qui nous prouve en organisant ce colloque, que les efforts contre une grande injustice peuvent mobiliser tout un pays pour que triomphent et perdurent les valeurs d’égalité et de fraternité.

Auteur

Ancienne résistante, Paris.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540