Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Éléments pour une sociologie de l'enfance

 | 
Régine Sirota

Troisième partie. Enfance de la sociologie et sociologie de l’enfance

Le défi d’une sociologie de la prime enfance

Liane Mozère

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Âge de la vie longtemps référé à la seule question vitale, la prime enfance1 peut-elle véritablement être discernée hors du soubassement naturalisant qui la hante ? Plus que tout autre âge de la vie, la prime enfance, ne reste-t-elle pas tributaire et prisonnière du souci millénaire de la préserver de la mort, et d’une préoccupation qui se veut agissante ?

La première difficulté provient de sa définition même. En Chine, l’âge d’une personne est compté un an avant sa naissance, sous l’Ancien Régime, la naissance elle-même constitue une étape dans un processus qui débute au moment de la conception (Morel, 2000). Notre réflexion s’attachera à la prime enfance qui débute à la naissance dont la fin est également délicate à établir. Hipocrate distingue les maladies avant la poussée des dents et de deux à sept ans. À Rome on distingue le pupus (poupon), le puerculus (petit enfant), l’anniculus (enfant d’un un) et le bimulus (enfant de deux ans). À la Renaissance de putto ou bambolino en Tos...

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540