Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les partis à l’épreuve de 68

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Conclusion

Jacqueline Sainclivier

Texte intégral

1S’interroger sur ces années post-68 nous a conduits à étudier le temps de la contestation générale de la société pour mieux comprendre les répercussions qu’elle a eues sur les forces politiques et l’influence qu’ont pu acquérir les partis marginaux ou secondaires.

2La contestation générale qui suit mai-juin 1968 en France et son corollaire, les grèves multiples, est marquée par le thème de l’autogestion et la diffusion de cette thématique. Frank Georgi montre que ces grèves « exemplaires » sont souvent porteuses d’un sens qui les dépasse : syndicat (CFDT) ou partis (PSU, une fraction du PS, extrême gauche) les renvoient à la notion de socialisme autogestionnaire sans que le concept soit bien défini. Si l’autogestion suscite des réticences au PS dans le cadre de la stratégie du Programme commun, peu à peu la popularité qu’elle rencontre dans le conflit Lip relayé en partie par la CFDT, suscite un courant « autogestionnaire » aussi au PS ; cela ne dura toutefois que jusqu’à la fin de la décennie. Autre forme de grève emblématique mais cette fois dans le monde agricole, la « grève du lait » en Bretagne (Jacqueline Sainclivier) révèle les fractures chez les agriculteurs, tant sur le plan économique que syndical, tandis que Vincent Porhel souligne la rencontre entre le mouvement social et l’aspiration identitaire bretonne à travers le conflit du Joint Français (1972 également) ou le refus de toute centrale nucléaire à Plogoff. Le Larzac (Édouard Lynch) plus encore que les mouvements évoqués pour la Bretagne, marque une convergence entre mouvements politiques et sociaux (extrême gauche, écologie, régionalisme, syndicalisme agricole, etc.) ; il est au cœur des mutations des pratiques de mobilisation et de la recomposition idéologique et partisane. Les manifestations autour de l’extension du camp militaire du Larzac rejoignent la sensibilité d’une jeunesse scolarisée de plus en plus antimilitariste (L. Jalabert) et posant la question de l’objection de conscience aux partis politiques, suscitant réflexion de fond ou embarras, voire ambivalence, selon les partis et les hommes politiques.

3Ces conflits sociaux et politiques (grève du lait, Joint Français, Lip, Larzac) sont aussi traversés par le féminisme (Michelle Zancarini-Fournel) ; les femmes sont très présentes dans ces différents conflits tandis que les partis politiques sont relativement peu sensibles à cette question. Malgré tout, la « décennie féministe » est marquée par des lois libéralisant l’accès à la contraception et permettant l’interruption volontaire de grossesse ; or, elles ont pu être votées en dépassant le traditionnel clivage droite-gauche, à la fois parce qu’il s’agit de questions de société – une société en pleine mutation – et parce que le féminisme se révèle n’être l’apanage d’aucun parti. Toutefois, le PS a su s’en saisir, tout comme le PCF l’a traduit à sa manière en proposant des candidates dans des circonscriptions leur permettant d’être élues.

4Cette contestation générale de la société n’est pas spécifique à la France et pendant les années 68 la référence à des « modèles » étrangers n’est pas rare. L’Italie suscite l’intérêt français en raison d’une « certaine homologie des configurations politiques et syndicales » (Xavier Vigna). Les différences sont réelles : l’extrême gauche française est peu ancrée dans le monde de l’usine contrairement à sa consœur italienne, la contestation y a renforcé le syndicalisme contrairement à la France. Cette référence à l’Italie disparaît quand une partie de cette contestation verse dans le terrorisme. Il est possible que ce contre-exemple italien ait fait apparaître la voie électorale et le Parti socialiste comme le seul espoir d’un changement réel.

5À la lumière de cette contestation sociale, de la force des conflits sociaux, peuvent se mesurer la prise de conscience par les partis politiques de ces mutations profondes et leur capacité à y répondre. Plusieurs angles d’approche sont possibles : l’étude fine des élections de cette période (municipales en 1971, référendum de 1972, législatives de 1973), les réponses programmatiques, idéologiques des partis politiques.

6La période s’ouvre par les élections municipales de 1971 (Mathias Bernard), élections intermédiaires certes, mais dont le mode de scrutin dans les grandes villes conduit à une logique d’alliances électorales. Elles contribuent de ce fait à observer les recompositions en cours, en particulier à gauche. Si le discours est en mutation, les résultats sont stables contrairement à ce qui se passa lors des élections de 1977. Cela pose la question de la place majeure du Programme commun de la gauche dans l’inversion du rapport de forces entre le PS et le PCF (Gilles Morin). Sur le long terme, c’est capital dans l’histoire politique française. La force du PCF servait jusque là de repoussoir pour les électeurs de gauche modérés, rendant impossible toute conquête du pouvoir par la gauche. Le Programme commun marque un tournant d’autant que le PS est le parti qui a le mieux saisi les enjeux sociétaux, a su renouveler son image en dépassant le clivage entre la gauche laïque et les catholiques progressistes tout en s’ouvrant à de nouvelles couches sociales.

7Il est certain que, dans cette évolution, le PSU (Tudi Kernalegenn et François Prigent) a joué un rôle-clé en étant l’interface entre le PS et l’extrême gauche, au cœur de ces nouvelles filières militantes. Si le PSU a échoué électoralement, il a eu une influence intellectuelle décisive que le PS s’est réapproprié, mais aussi plus tard l’écologie politique. Quant aux extrêmes gauches, Jean-Paul Salles évoque des « organisations passoires » en ce sens que de nombreux jeunes militants y sont passés avant d’aller nourrir aussi bien le PS que les Verts ; elles ont joué pour eux un rôle de formation au militantisme politique.

8S’il est bien une force politique alors en devenir, mais qui marque l’élection présidentielle de 1974, c’est la candidature écologique de René Dumont (Sylvie Ollitrault). Son programme était alors inédit parce qu’il se préoccupait de l’environnement mais aussi parce qu’il proposait une rupture avec les modes de consommation de masse. Dans le champ politique, cette nouvelle offre politique répond au moins en partie à un mouvement social porté par les classes moyennes instruites. Avant que cette candidature ne se révèle féconde pour l’avenir, elle ne remet pas encore en cause, contrairement aux précédentes, l’affrontement idéologique dominant.

9Le PCF (Julian Mischi), pour sa part, condamne vivement les « gauchistes », terme qui englobe aussi bien les extrêmes gauches que le PSU, disqualifiant ainsi les luttes qu’ils peuvent mener. Par cette posture, le PCF s’éloigne de groupes sociaux en plein développement parce qu’il n’a pas vu ou voulu voir la mutation profonde en cours marquée par un monde ouvrier industriel en déclin et l’ascension (quantitative et combattante) de nouvelles catégories sociales. Celles-ci se détournent alors du PCF, taxé de « révisionnisme ». Le PCF perd peu à peu toute emprise sur les nouvelles pratiques sociales de lutte. Parallèlement à ce discours disqualifiant des dirigeants du PCF à l’égard des « gauchistes », un nouveau discours électoral(-iste) bouscule l’électeur communiste traditionnel qui s’en détache sur le moyen terme.

10La contestation générale de la société a aussi un impact sur les élections de « l’entre-deux » et sur le mouvement gaulliste. Après l’échec du référendum de 1969, celui de 1972 (Christine Manigand) voulu par Georges Pompidou pour accepter ou refuser l’entrée dans la CEE du Royaume-Uni, de l’Irlande, du Danemark et de la Norvège est non seulement une façon de marquer un changement d’attitude de la France vis-à-vis de la question européenne mais aussi une tentative de prendre au piège les partis de gauche dont les opinions divergent sur la question européenne. On sait que le PS et le PSU ont prôné l’abstention et que le oui fut timide ; pour Georges Pompidou, c’est une occasion manquée.

11Même si un référendum, qui plus est sur une question internationale, n’est pas de même nature qu’une élection classique, il n’empêche qu’elle révèle que dès 1972, l’UDR donnait des signes de faiblesse dans son mode de gouvernance. C’est en ce sens que François Audigier analyse l’arrivée de Jacques Chirac à la tête de l’UDR en décembre 1974 comme l’aboutissement d’un travail collectif de fond qui vise à moderniser la structure pour mieux s’adapter à la société et aux demandes des élus. Cela voulait dire un rajeunissement des cadres, une nouvelle équipe dirigeante et au-delà un nouveau rapport à la pratique politique, à une nouvelle culture politique.

12Les élections législatives de 1973 (Gilles Richard) sont souvent considérées a posteriori comme des élections intermédiaires, voire secondaires ; or, elles interviennent après la refondation du PS et elles sont perçues par les contemporains comme des élections à mi-mandat présidentiel (les présidentielles auraient dû avoir lieu en 1976). Si l’UDR domine toujours, l’érosion est réelle au profit, à droite, du Mouvement réformateur et des républicains indépendants. À gauche, le PS obtient des résultats encourageants, bénéficiant de sa refondation et de la signature du Programme commun ; le résultat en demie teinte du PCF est révélateur de son incapacité à comprendre les nouvelles luttes sociales et de son absence de quelques grandes luttes emblématiques comme Lip. Pour Gilles Richard, les causes du premier décrochage électoral de l’UDR sont plutôt à rechercher du côté de la rupture du président de la République avec les gaullistes de gauche et de la domination des gaullistes apeurés par Mai 68. Le résultat est que l’UDR, en miroir du PCF, ne comprend rien non plus aux aspirations nouvelles qui s’expriment dans la société. En revanche, les giscardiens, en se rapprochant du Centre démocrate de Jean Lecanuet, font preuve d’une intelligence politique, montrant qu’ils ont compris les évolutions en cours. C’est pourquoi, les élections de 1973 sont doublement une « véritable victoire à la Pyrrhus » de l’UDR : en 1974, c’est Valéry Giscard d’Estaing qui est élu président et, par la suite, la partie se joue entre les siens et les socialistes menés par François Mitterrand.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540