Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Quatrième partie. L’antisémitisme avant, pendant et après l’Affaire

Qui a tué la Ligue des droits de l’Homme ? La Ligue, les nazis et la chute de la France en 1940

Norman Ingram

Texte intégral

  • 1 Pour une analyse plus approfondie de l’argument de cette communication, voir mon article : « Selbs (...)

1Il serait facile, trop facile, de dire tout simplement que la Ligue des droits de l’Homme fut tuée par les nazis, ou même en raison de la seconde guerre mondiale1. Ce serait même erroné. La Ligue a certes été l’objet d’une oppression nazie, mais elle était morte, ou mourante, bien avant l’invasion de la France en mai 1940. Les causes de la faillite de la Ligue se trouvent ailleurs que dans les premiers mois de l’occupation nazie en 1940. En outre, malgré le très honorable héritage de la Ligue, il est tout autant vrai que quelques sections provinciales ont fait preuve d’un certain antisémitisme devant la menace nazie.

  • 2 Je tiens à remercier Matthew Peaple, de l’université de Reading en Angleterre, qui m’a identifié l (...)
  • 3 Voir Patricia Kennedy Grimsted, « Twice Plundered or “Twice Saved”? Identifying Russia’s “trophy” (...)

2Passons d’abord aux événements de l’été et de l’automne 1940. On connaît bien maintenant l’histoire de la spoliation des archives de la Ligue, saisies par la Gestapo, transportées probablement en 1941 à Berlin aux fins d’une analyse approfondie par le Hauptarbeitsgruppe Frankreich, qui relevait en partie de l’Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg2. Les papiers de la Ligue ont fini la guerre dans un petit village de Silésie où, en 1945, ils sont tombés dans les mains de l’Armée rouge. S’en suivent quelque soixante ans d’oubli avant leur rapatriement en France en 20013.

  • 4 Pour les documents allemands concernant ces perquisitions, voir BDIC, Nanterre, F ∆ Rés. 834.
  • 5 Emmanuel Naquet, La Ligue des droits de l’Homme, une association en politique, 1898-1940, thèse de (...)

3Malgré les dires de certains historiens selon lesquels les Allemands ne semblent pas les avoir utilisés, il est clair que les nazis les ont très soigneusement dépouillés avant de commencer leur opération policière en octobre et novembre 1940. Cent soixante et onze sections locales, réparties dans treize départements de la France occupée, ont fait l’objet de perquisitions et d’interrogations de la part de la Gestapo sur une période d’environ huit semaines4. Emmanuel Naquet écrit qu’« aucune trace n’a pu être trouvée de l’emploi effectif qu’ont pu, le cas échéant, en faire les Allemands pendant le conflit », malgré le fait que, toujours selon lui, « la plupart du temps, les dirigeants de la section répondent à la Geheime Staats Polizei [sic] que les archives ont déjà été versées rue Jean-Dolent. » Il ajoute encore que « nulle trace n’en a été trouvée dans les fonds rapatriés5. »

  • 6 Les archives rapatriées de la LDH sont conservées à la BDIC sous la cote F ∆ Rés. 798.

4Un dépouillement des archives de la Ligue6, en même temps qu’une lecture assidue des interrogatoires de la Gestapo, démontrent trois choses : d’une part, que les Allemands s’intéressaient vivement à la Ligue, à la fois comme lieu de rencontre de juifs et de francs-maçons et comme opposant politique éventuel ; d’autre part, qu’ils ont procédé à leurs interrogatoires et perquisitions à partir d’une lecture des archives déjà perquisitionnées à Paris, mais aussi qu’ils se servaient des papiers saisis en province après les interrogatoires ; enfin, que la suppression ou l’anéantissement de la Ligue s’avéraient plus faciles que prévu parce que la Ligue était déjà mourante en 1940.

  • 7 Les sections de Champagnole, d’Arbois et de Mouchard.
  • 8 Voir Norman Ingram, art. cité, pour une analyse plus détaillée des résultats de ces perquisitions.

5Il n’est pas vrai que la plupart des sections locales aient détruit leurs papiers, au lieu de les laisser tomber dans les mains des Allemands. Dans soixante-quinze des cent soixante et onze sections interrogées par la Gestapo, de l’argent a été saisi, et dans la majorité des cent soixante et onze sections, les nazis ont pu perquisitionner des listes d’adhérents, de la correspondance, et les comptes rendus des réunions des groupes provinciaux. Exception faite de trois sections dans le Jura7, il n’y a rien dans les papiers de la Ligue qui puisse suggérer que Paris ait donné l’ordre de détruire ou de cacher quoi que ce soit. Dans la majorité des cas, les sections n’ont strictement rien fait. Les Allemands sont arrivés, ils ont posé des questions, et ils sont partis après, avec les papiers et souvent l’argent de la section8.

  • 9 BDIC F ∆ Rés. 834, Hintermaier, SS-U’Stuf. u. Krim. Sekr., Aussenkommando Dijon, « Memo Betr. : Ak (...)

6Les interrogatoires de la Gestapo sont révélateurs d’autres choses aussi, qui semblent confirmer les conclusions générales de William Irvine selon lequel, pour certains ligueurs, il ne s’agissait point de grands principes de droits de l’Homme, mais plutôt d’un esprit politicien parfois vénal. La section de Sens, dans l’Yonne, en est un exemple. L’officier allemand, envoyé de Dijon afin de dissoudre la section, a découvert que le trésorier de la section, un monsieur qu’il a qualifié de « particulièrement menteur et obstiné » (« ein äusserst verlogener und verstockter Mensch »), fraudait la Ligue pendant des années en ne déclarant qu’une partie des adhésions locales, dans le dessein de garder à Sens les douze francs par adhérent qui, normalement, auraient dû être envoyés à Paris et à la Fédération. Ainsi, en 1939 la section de Sens n’a déclaré que vingt-trois adhérents tandis qu’elle en comptait quatre-vingt-trois réellement9.

  • 10 Voir le tableau 1 [« Gestapo (G) versus Ligue (LDH) membership figures 1937-1940 »], in Norman Ing (...)

7Les papiers de la Ligue, examinés conjointement avec les interrogatoires de la Gestapo, sont également utiles pour une analyse substantielle de l’état de la Ligue en 1939-1940 et avant. D’après les réponses données à la Gestapo, les cent soixante et onze sections interrogées auraient eu 5 744 adhérents en 1940, 5 487 en 1939, mais seulement 1 752 en 1938 et 511 en 1937. Le tableau est diamétralement opposé de celui que l’on peut brosser à partir des statistiques données par les archives de la Ligue elle-même qui dénombrent 2 589 membres dans ces treize départements en 1937, 2 630 en 1938, mais seulement 1 217 en 1939 et 350 en 1940. Même si on ne tient pas compte de 1940, puisque la guerre avait déjà commencé, le pourcentage d’adhérents en 1939 n’atteint que 48,28 % du nombre de 193810.

8Que faire avec cette divergence ? Il nous paraît évident que les statistiques tirées des archives de la Ligue sont plus fiables, puisqu’elles servaient de base pour la détermination de la contribution financière de chacune des sections à la vie de la Ligue. Les sections ont gonflé alors les chiffres donnés à la Gestapo, mais l’évidence textuelle contenue dans les interrogatoires allemands confirme l’impression que l’on a d’une Ligue des droits de l’Homme en pleine chute mortelle après 1938. Les rapports de la Gestapo, lus concurremment avec les archives de la Ligue elle-même, confirment le fait que la Ligue était déjà in extremis avant 1939.

9Beaucoup de sections interrogées étaient moribondes bien avant la guerre. Des cent soixante et onze sections interrogées, cinquante-huit s’étaient dissoutes ou étaient tombées dans une sorte de torpeur avant 1939. Ce nombre n’inclut pas les douze sections (sur un total de trente-huit) dans l’Yonne où les interrogatoires n’ont même pas eu lieu, puisque les sections sommeillaient. Donc, des cent soixante et onze sections qui étaient soumises à l’interrogatoire de la Gestapo, 34 % avaient effectivement cessé d’exister avant l’arrivée des Allemands.

  • 11 BDIC F ∆ Rés. 834, SS-Untersturmführer u. Krim. Sekr. Königer an den Beauftragten des Chefs der Si (...)

10Les exemples sont abondants, mais quelques-uns suffiront peut-être pour donner la saveur de ce que les Allemands ont découvert. Dans le Loir-et-Cher, le manque d’activité de la Ligue depuis 1938 a poussé l’un des interrogateurs allemands à se plaindre que son travail était devenu d’autant plus difficile par le fait que « depuis 1938, [la fédération départementale] a cessé toute activité et n’entrait plus sur la scène publique [öffentlich nicht mehr in Erscheinung getreten ist] ». Cette inactivité de la part de la fédération a eu pour conséquence ce que le rédacteur du rapport allemand qualifie de « profonde désintégration » des sections, au point où l’on pouvait dire que « fédérations et sections n’existent que sur le papier11 ».

  • 12 BDIC F ∆ Rés 834, Louis Sylvester, « Vernehmungsniederschrift », Joinville, 26 novembre 1940. Cett (...)
  • 13 Georges Loberot, de la section d’Andelot dans la Haute-Marne, en a dit autant dans sa déposition a (...)

11À Joinville, dans la Haute-Marne, la section était dans un état de désarroi depuis deux ans, paraît-il. D’après son président, Louis Sylvester, vétérinaire et maire, les réunions ne se tenaient plus et les adhérents ne payaient plus leurs cotisations. Toujours selon lui, « si la section existe toujours, elle n’a plus aucun sens, au point où les membres ne savent plus s’ils sont adhérents ou non12. Pour beaucoup de sections, il semble que la Ligue au niveau local n’avait pas de raison d’être — mis à part un bon dîner une fois par an et un verre de vin avec des camarades partageant les mêmes idées politiques13.

  • 14 BDIC F ∆ Rés. 834, « Kreuzpaintner, SS-Hauptscharführer, Sicherheitspolizei, Besançon » au « Leite (...)

12Il apparaît clairement que les Allemands avaient dépouillé soigneusement les archives de la Ligue avant de commencer leur opération policière en octobre 1940. À titre d’exemple, dans le Doubs, la Gestapo a cherché, trouvé et interrogé le président d’une toute petite section locale, d’ailleurs moribonde aussi, qui n’avait que six membres, et qui n’avait tenu aucune réunion depuis sept ans — tout cela à partir d’une analyse des papiers de la Ligue à Paris14. Dans d’autres cas, il est évident que la Gestapo comparait ce qui se dégageait des documents de la Ligue avec ce qu’elle avait appris d’autres sources, notamment des sources policières françaises. Tout cela permet de dire que l’activité de la Gestapo à l’automne 1940 était bien plus sophistiquée que l’on a voulu l’admettre.

13Passons maintenant à l’examen de la question de l’antisémitisme dans la Ligue des droits de l’Homme. Je suis loin d’être le premier à en parler : Simon Epstein et Cylvie Claveau, notamment, m’ont précédé à l’occasion de travaux antérieurs dans cette ligne de pensée. Cela dit, bien qu’il soit vrai que, dans la majorité des cas, les sections interrogées par les nazis ne semblent pas avoir divulgué l’existence ou non de Juifs ou de francs-maçons dans leurs groupes, le nombre de cas où des sections n’ont pas cru nécessaire de cacher cette information d’une importance primordiale aux nazis est troublant. Effectivement, 15,8 % des sections ont confirmé l’existence de Juifs ou de francs-maçons dans leurs groupes, soit vingt-sept sections sur les cent soixante et onze répertoriées. Quarante des sections répondaient aux Allemands qu’il n’y avait pas de Juifs ou de francs-maçons dans leurs groupes. Pour les cent quatre sections qui restent, il n’y a pas d’indication.

  • 15 BDIC F ∆ Rés. 834, « Vernehmungsniederschrift », Sicherheitspolitzei, Einsatzkommando III/3, Ausse (...)

14Certaines sections ont admis l’existence de Juifs parmi leurs adhérents avec une sensibilité républicaine qui faisait honneur aux meilleures traditions de la Ligue. L’une de celles-ci était la grande section de Nancy, dont le secrétaire, Félix Mennegand, a dit avec fierté aux Allemands : « le fait qu’il y a des Juifs dans la Ligue, et plus spécifiquement dans notre section, est dû au fait qu’il n’y a pas de contrôle exercé sur les adhérents, mais que, au contraire, tout citoyen français pouvait devenir membre15 ».

  • 16 BDIC F ∆ Rés. 834, « Vernehmungsniederschrift », Saint-Dizier, 26 novembre 1940. C’est moi qui sou (...)

15Pour d’autres sections néanmoins — et elles sont minoritaires — la « question juive » semble avoir provoqué des soucis. Parfois les déclarations sont assez anodines — au moins superficiellement. Mais quand on les regarde de près, les formulations linguistiques utilisées sont révélatrices d’un certain antisémitisme. Par exemple, l’ancien président de la section de Saint-Dizier dans la Haute-Marne déclarait aux Allemands : « Que je sache, deux Juifs appartenaient à notre Ligue et, en effet, des Juifs qui étaient propriétaires d’affaires moyennes à Saint-Dizier. Dans la Ligue en tant que telle, les Juifs n’occupaient aucun poste du tout16. » Les locutions utilisées sont intéressantes du point de vue d’une analyse de discours.

  • 17 BDIC F ∆ Rés. 834, « Vernehmungsniederschrift », Langres, 29 novembre 1940.
  • 18 Voir Michael R. Marrus et Robert Paxton, Vichy et les juifs, Paris, Calmann-Lévy, 1981.

16Pour d’autres sections encore, il s’agissait de souligner plus fortement que les Juifs n’étaient pas bien accueillis dans la Ligue. D’après le président de la section de Langres, dans la Haute-Marne, la Ligue « n’acceptait point les Juifs comme adhérents17 ». Pour les sections qui reconnaissaient avoir des membres juifs — sans plus de commentaire —, il est permis de se demander s’il ne s’agissait pas ici aussi d’un certain antisémitisme, puisque quiconque avait la moindre connaissance politique devait savoir qu’identifier ses voisins en tant que juifs devant des nazis n’était pas la chose la plus intelligente à faire. Tout cela s’accorde bien, malheureusement, avec les conclusions de Michael R. Marrus et Robert Paxton sur la question de Vichy et les Juifs18.

  • 19 Voir Norman Ingram, « Defending the Rights of Man: the Ligue des droits de l’Homme and the Problem (...)

17Il reste à expliquer pourquoi la Ligue des droits de l’Homme, en apparence si forte et si importante dans la vie politique française de la seconde moitié de la IIIe République, se serait effondrée si vite et si complètement. Il nous paraît évident que la Ligue n’a pas été tuée par les nazis, et qu’elle n’a pas succombé aux effets néfastes de l’expérience de la seconde guerre mondiale. Au contraire, il est probable que le début de la fin, pour ainsi dire, se situe à son congrès de Tours en 1937. Ce congrès, qui avait comme thème Comment défendre ensemble la paix et la démocratie ?, était l’occasion du schisme majeur entre la soi-disant « minorité » pacifiste d’un côté — minorité qui avait son fons et origo dans la première guerre mondiale, et dans un rejet non seulement de l’Union sacrée, mais aussi de la thèse de l’unique culpabilité allemande dans le déclenchement de la Grande Guerre — et, de l’autre côté, la « majorité » de la Ligue autour de son président Victor Basch19. Les racines de ce schisme, de ce débat de principes, remontent à 1915, l’année de la création de la Société d’études documentaires et critiques sur les origines de la guerre. La lutte entre minorité et majorité s’envenime et se poursuit tout au long de l’entre-deux-guerres. Ce débat devient une lutte acharnée entre ceux qui allaient devenir les pacifistes « nouveau style » ou intégraux durant les années 1930, et ceux qui avaient toujours foi en la rectitude de la position française de 1914. Ceux-ci allaient devenir les nouveaux jacobins après 1935, défendant la politique de sécurité collective contre les dictateurs et une alliance avec l’Union soviétique.

  • 20 BDIC F ∆ Rés. 798/13-17 et 18-21, pour les papiers des congrès d’Avignon (1938) et de Mulhouse (19 (...)
  • 21 BDIC F ∆ Rés. 798/3, « Procès-verbal, Comité central, séance du 14 mars 1940 ».

18La Ligue des droits de l’Homme a été tiraillée pendant plus de vingt ans par ce débat politique dont les effets, larvés, n’étaient pas encore visibles. Mais arrivée en 1937, la Ligue a dû faire face finalement aux conséquences néfastes d’une position politique — pleine d’ambiguïtés morales — qui remontait à la Grande Guerre. Il est clair qu’après le congrès de Tours, où 11 % des délégués avaient voté pour la position minoritaire, la Ligue commençait à subir une perte considérable, une véritable hémorragie d’effectifs et de moyens financiers. En 1938 et 1939, la Ligue n’avait pas les moyens suffisants de publier les comptes rendus sténographiques des congrès d’Avignon et de Mulhouse20. Dans la dernière séance du comité central pour laquelle il en existe un, même partiel, avant la défaite, Albert Bayet admettait que malgré les dires de certains, il était fort probable que le nombre d’adhérents à la Ligue était tombé en dessous, bien en dessous, de 140 000 membres21.

19La Ligue des droits de l’Homme n’a pas été tuée par les nazis, ni par la seconde guerre mondiale, mais au contraire par des équivoques politiques et morales qui remontent à la Grande Guerre.

Notes

1 Pour une analyse plus approfondie de l’argument de cette communication, voir mon article : « Selbstmord or Euthanasia ? Who Killed the Ligue des droits de l’Homme ? », French History, no 3, septembre 2008, p. 337-357.

2 Je tiens à remercier Matthew Peaple, de l’université de Reading en Angleterre, qui m’a identifié le Hauptarbeitsgruppe Frankreich et sa place dans la machine nazie.

3 Voir Patricia Kennedy Grimsted, « Twice Plundered or “Twice Saved”? Identifying Russia’s “trophy” Archives and the Loot of the Reichssicherheitshauptamt », Holocaust and Genocide Studies, no 2, 2001, p. 191-244, ainsi que « Roads to Ratibor: Library and Archival Plunder by the Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg », Holocaust and Genocide Studies, no 3, 2005, p. 390-458. Voir aussi Patricia Kennedy Grimsted, Frits J. Hoogewoud et Eric Ketelaar, Returned from Russia: Nazi Archival Plunder in Western Europe and Recent Restitution Issues, Londres, Institute of Art and Law, 2007. Voir Sophie Cœuré, La Mémoire spoliée : les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique, Paris, Payot, 2007 et Sonia Combe, « Paris-Moscou, aller-retour : historique d’une spoliation et d’une restitution », in Sonia Combe et Grégory Cingal (dir.), Retour de Moscou : les archives de la Ligue des droits de l’Homme, 1898-1940, préface de Michel Tubiana, Paris, La Découverte/BDIC, 2004, p. 17-26.

4 Pour les documents allemands concernant ces perquisitions, voir BDIC, Nanterre, F ∆ Rés. 834.

5 Emmanuel Naquet, La Ligue des droits de l’Homme, une association en politique, 1898-1940, thèse de doctorat, IEP de Paris, 2005, 5 vol., p. 18-19.

6 Les archives rapatriées de la LDH sont conservées à la BDIC sous la cote F ∆ Rés. 798.

7 Les sections de Champagnole, d’Arbois et de Mouchard.

8 Voir Norman Ingram, art. cité, pour une analyse plus détaillée des résultats de ces perquisitions.

9 BDIC F ∆ Rés. 834, Hintermaier, SS-U’Stuf. u. Krim. Sekr., Aussenkommando Dijon, « Memo Betr. : Aktion gegen die Liga für Menschenrechte ; hier Auflösung der Sektion Sens-Dept. Yonne », Dijon, 13 novembre 1940.

10 Voir le tableau 1 [« Gestapo (G) versus Ligue (LDH) membership figures 1937-1940 »], in Norman Ingram, art. cité, p. 345.

11 BDIC F ∆ Rés. 834, SS-Untersturmführer u. Krim. Sekr. Königer an den Beauftragten des Chefs der Sicherheitspolizei und des SD für Frankreich und Belgien, Dienststelle Paris, Aussenstelle Dijon, Orléans, 21 octobre 1940.

12 BDIC F ∆ Rés 834, Louis Sylvester, « Vernehmungsniederschrift », Joinville, 26 novembre 1940. Cette conclusion assez pessimiste s’avère correcte d’après une analyse des Cahiers des droits de l’Homme, où il n’y a aucune mention de la section de Joinville après 1924.

13 Georges Loberot, de la section d’Andelot dans la Haute-Marne, en a dit autant dans sa déposition aux Allemands. Voir BDIC F ∆ Rés. 834, « Vernehmungsniederschrift » (déposition de Georges Loberot), Andelot, 27 novembre 1940.

14 BDIC F ∆ Rés. 834, « Kreuzpaintner, SS-Hauptscharführer, Sicherheitspolizei, Besançon » au « Leiter der Sicherheitspolizei, Aussenstelle Dijon », Besançon, 9 novembre 1940.

15 BDIC F ∆ Rés. 834, « Vernehmungsniederschrift », Sicherheitspolitzei, Einsatzkommando III/3, Aussenkommando Nanzig, Nancy, 14 octobre 1940.

16 BDIC F ∆ Rés. 834, « Vernehmungsniederschrift », Saint-Dizier, 26 novembre 1940. C’est moi qui souligne.

17 BDIC F ∆ Rés. 834, « Vernehmungsniederschrift », Langres, 29 novembre 1940.

18 Voir Michael R. Marrus et Robert Paxton, Vichy et les juifs, Paris, Calmann-Lévy, 1981.

19 Voir Norman Ingram, « Defending the Rights of Man: the Ligue des droits de l’Homme and the Problem of Peace », in Peter Brock and Thomas Socknat (dir.), Challenges to Mars: Essays on Pacifism from 1918 to 1945, Toronto, University of Toronto Press, 1999, p. 117-133.

20 BDIC F ∆ Rés. 798/13-17 et 18-21, pour les papiers des congrès d’Avignon (1938) et de Mulhouse (1939).

21 BDIC F ∆ Rés. 798/3, « Procès-verbal, Comité central, séance du 14 mars 1940 ».

Auteur

Professeur à l’université Concordia de Montréal.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540