Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les partis à l’épreuve de 68

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Deuxième partie. Évolution des forces politiques

L’invention de l’écologie politique : la candidature de René Dumont

Sylvie Ollitrault

Texte intégral

  • 1 Offre politique : terme de science politique qui désigne comment les partis politiques participent (...)

1Pendant la campagne des élections présidentielles de 1974, l’écologie s’est incarnée en politique en la personne de René Dumont. Candidat nouveau avec un programme inédit de transformation sociale qui incluait l’environnement, l’agronome a aussitôt capté l’attention des médias. Cette offre politique1 originale aurait pu être éphémère ; or, elle a popularisé l’écologie politique qui, malgré des vicissitudes, est devenue une force politique reconnue dans le paysage partisan français contemporain.

  • 2 Guillaume Sainteny, L’introuvable écologisme français, Paris, PUF, 2000, 537 p.
  • 3 Sylvie Ollitrault, Militer pour la planète : sociologie des écologistes, Rennes, PUR, 2007, 224 p.

2La présente étude de la naissance de l’écologie politique française se fondera sur la campagne « médiatique » de René Dumont d’avril 1974 qui a marqué durablement le style et l’identité des formations écologistes, notamment celle des futurs Verts. Pour comprendre l’arrivée de l’offre écologiste dans le système partisan français, l’analyse prend le parti de ne pas se contenter de l’explication franco-française de nombreuses études de ce phénomène qui fait reposer leur explication sur l’influence post-soixante huitarde du mouvement2. Il ne s’agit pas de récuser la réalité de l’influence du mouvement de mai 68 comme événement socialisant toute une jeunesse, mais il faut relier l’événement français à un contexte de contestation transnationale qui a touché l’Europe de l’Ouest et l’Amérique du Nord3. L’étude des réseaux d’acteurs qui structurent cette première campagne, démontre que nous sommes en présence d’individus aux trajectoires, aux dispositions militantes et aux ressources tout à fait atypiques au vu des profils d’individus politisés de l’époque.

3Si la campagne de René Dumont a inventé l’offre politique écologiste, l’analyse des origines du mouvement permet de clarifier la naissance de cette nouvelle idéologie dans l’offre politique française. Avec l’écologie politique, nous assistons à la naissance d’un corpus d’idées qui viennent en droite ligne d’une pensée mondialisée préoccupée par la survie de la planète. L’analyse de ce bouleversement qui traversait déjà les représentations et les pratiques de nombreux Français, permet de saisir comment l’écologie en entrant en politique-même avec un score quasi insignifiant participe à une reformulation idéologique du système partisan qui sort de la période des « Trente glorieuses » pour entrer dans celle des « crises » économiques, écologiques, sociales.

L’arrivée des écologistes dans le champ partisan : des « savants » globe-trotters en politique

  • 4 Les pays de l’Est et l’Union Soviétique ne s’étaient pas déplacés à Stockholm, par exemple.
  • 5 Anne-Catherine Wagner, Les classes sociales dans la mondialisation, La Découverte, Repères, sociol (...)

4L’écologie en 1974 est à inventer. Du point de vue du mouvement social, les individus sont encore peu structurés en organisations. Deux formes de réseaux aux contours peu stabilisés peuvent être identifiées. Tout d’abord, le réseau des environnementalistes a commencé à se former sous l’impulsion de la Conférence des Nations Unies sur l’environnement, premier événement de portée mondiale sur les questions de protection de l’environnement et de développement qui a eu lieu du 5 au 12 juin 1972 à Stockholm. Les Nations Unies et les réseaux internationaux savants ont mobilisé les associations et fédérations de protection de la nature et de l’environnement pour assurer le succès de cette conférence. C’est dans cette dynamique inédite que les environnementalistes ont déployé un effort d’organisation. Par exemple, en 1969, France Nature Environnement (FNE) a été fondée en prévision de cette échéance. Il s’agissait de rejoindre les grandes fédérations internationales (Union internationale de la conservation de la nature) qui préparaient l’organisation de Stockholm. L’enjeu d’être représenté dans cette nouvelle arène internationale qui s’ouvrait, mobilisaient les associations prêtes à des restructurations. Ensuite, s’est formé un autre réseau de contestataires. Très informel, cette composante reflète en terme générationnel une contestation de la société dans sa globalité au-delà des revendications de protection de l’environnement. Ces acteurs apparaissent sur le terreau des luttes pacifistes, qui inclut l’antinucléaire. Il est fréquent de rencontrer parmi eux des réseaux d’extrême-gauche, de militants du PSU et des militants chrétiens (Solange Fernex, future figure de l’écologie politique, par exemple). Les organisations restaient très localisées, peu coordonnées et s’implantaient au gré des luttes. Toutefois, les Amis de la Terre représentaient la seule organisation nationale qui bourgeonnait rapidement dans la plupart des villes de France suivant l’exemple de Paris. Les Amis de la Terre d’origine nord-américaine, sont nés en 1969 à San Francisco. L’étude de la naissance de ce réseau fait émerger une figure celle de David Brower (1912-2000), un leader clairvoyant qui avait pris conscience que son organisation à la veille de la conférence de Stockholm devait prendre une dimension internationale d’organisation non gouvernementale. L’objectif consistait à implanter des groupes dans de nombreux États pour asseoir un profil international. Les Amis de la Terre devaient de manière stratégique ouvrir des bureaux dans les pays occidentaux, États qui paraissaient les plus accessibles dans le contexte marqué par l’affrontement Est/Ouest4. David Brower a débuté une « tournée » à Londres et à Paris, en rencontrant quelques individus qui partageaient un profil commun : celui de « globe-trotters », souvent journalistes ou travaillant dans le monde de l’édition. En analysant leur position d’intellectuels dans leur champ professionnel, nous observons qu’ils exerçaient des métiers sans positionnement stabilisé en raison de leur âge ou de leur notoriété encore faible. Ils vivaient de manière insatisfaisante de leur travail tout en appartenant à des catégories sociales aisées, habituées à voyager. En utilisant les analyses d’Anne-Catherine Wagner5 sur les capitaux sociaux des cosmopolites, nos individus sont rarement membres des vieilles familles (aristocratie, haute bourgeoisie), mais ils ont tous connu des formes d’expatriation liées à leurs activités scientifiques, artistiques ou sportives. Les sports, eux-mêmes, relèvent d’une catégorie qui relie l’effort physique à un rapport esthétisant à la nature (voile, alpinisme). Tous ces sportifs construisent un discours sur le rapport à la nature liant leurs observations des éléments naturels et leurs sentiments personnels. D’ailleurs, l’exploit sportif, lui-même, réclame une connaissance de ses limites physiques et des contraintes réelles de l’environnement (mer, montagne). Les premiers « écologistes » ont donc une prise de conscience de la détérioration de leur environnement qui s’articule fortement à leur vécu individuel. L’histoire de la naissance des Amis de la Terre en témoigne :

  • 6 Extrait de Pierre Samuel, Histoire des Amis de la Terre : 1970-1989, vingt ans au cœur de l’écolog (...)

« Conscient du caractère international des problèmes écologiques, David Brower fit appel aux nombreux amis qu’il avait de par le monde, ce qui aboutit à la création des associations les Amis de la Terre à Paris (1970) et Friends of the Earth-England à Londres (1971). En France, ses principaux fondateurs étaient Edwin Matthews, un avocat américain travaillant à Paris, marié à une Française et Alain Hervé, un normand-breton, issu d’une famille de marins, écrivain et journaliste. Il avait navigué à la voile, trois ans de 1964 à 1967 autour du monde et travaillé en 1968 pour les Nations Unies à la FAO à Rome, en tant que rédacteur en chef de l’édition française de la revue Céres. Il sera le premier président de l’association française.
Il avait rencontré Gary Soucié de Friends of the Earth New York en 1969 lors d’un reportage sur la campagne de Bob Kennedy pour les primaires démocrates à l’investiture présidentielle, à laquelle était mêlé le mouvement écologique naissant aux États-Unis. Soucié, membre de la rédaction de National Geographic, lui révéla les problèmes écologiques dont une partie de la gauche américaine commençait de débattre et pour lesquels il se passionna immédiatement.
Soucié le mit en contact avec Edwin Matthews, qui s’était illustré aux États-Unis pour avoir sauvé la vie d’un noir américain injustement accusé de meurtre, et Brower, en déplacement à Paris, vint soutenir la gestation des Amis de la Terre-France. À la fin des années 1969, l’association nantie d’un local 25 quai Voltaire dans le septième arrondissement de Paris, prêté par Philippe Viannay, fondateur de l’école de voile des Glénans [...], put rapidement compter sur quelques dizaines de membres bénévoles recrutés essentiellement de bouche à oreille. Un comité de parrainage fut recruté dont faisaient notamment partie Jean Dorst, Pierre Gascar, Claude Lévi-Strauss, Théodore Monod, Marguerite Yourcenar et Jean Rostand, attestait le sérieux de l’entreprise6. »

5L’implantation de ce type de revendication qui a été inspirée par le modèle de contestation nord-américain n’est pas anodine. De nombreux groupes locaux ont ouvert dans les principales villes de France et socialisé de jeunes militants qui étaient à la quête d’une critique sociale prenant en compte les questions de défense de l’environnement et le pacifisme. Le groupe parisien fut la cheville ouvrière de la campagne de René Dumont durant l’élection présidentielle de 1974. La candidature de ce dernier s’inscrit parfaitement dans ce contexte particulier.

  • 7 René Dumont (1904-2001) ingénieur agronome, il commence sa carrière au Vietnam (1929), il a été ex (...)

6Cet agronome a incarné la cause. Tout en ayant l’expérience que lui conférait son âge (70 ans), il était globe-trotter, disposait de réseaux scientifiques et militants parmi les « tiers-mondistes » et en particulier, les plus impliqués dans les réseaux gravitant autour des Nations Unies (FAO, notamment)7. Il développait une parole d’expert, d’ingénieur agronome de terrain ; il savait manier connaissance et pratique pour que ses diagnostics soient entendus et non disqualifiés d’emblée comme utopique. Il était capable par ses expériences à l’étranger de donner du sens en reliant injustices au Nord et au Sud, en expliquant que nos modes de consommation ne peuvent être isolés du mode de production et des rapports de domination dans la société. Il reflétait par sa personnalité un univers de sens que partageait la plupart des premiers écologistes qui gravitaient autour des arènes internationales.

  • 8 Sylvie Ollitrault, op. cité.
  • 9 Bernard Lacroix, L’utopie communautaire : histoire sociale d’une révolte, Paris, PUF, 2006, 225 p.

7Les trajectoires connues des membres fondateurs font écho aux données recueillies sur les profils sociaux des écologistes8. Ce sont des individus aux revenus moyens voire supérieurs ; tous détiennent des capitaux culturels et scolaires nettement supérieurs à la moyenne de la population. Dans les années suivant 1968, une nouvelle génération a accédé à l’université, s’est retrouvée dans des positionnements sociaux souvent flottants, devait s’inventer une vie par rapport aux trajectoires sociales de ses parents et se retrouvait volontiers dans les mouvements sociaux dits utopiques9.

8Il ne faut pas supposer que l’entrée en politique ne titilla pas rapidement certains groupes mobilisés sur le terrain des luttes de mouvement social. En Alsace, la politisation se fait jour puisque le jeune Antoine Waechter s’était présenté aux législatives de 1973. De nombreux militants impliqués dans les mouvements sociaux se reconnaissaient dans l’aile auto-gestionnaire du PSU qui était la plus critique à l’égard de la candidature de Mitterrand. Toutes ces raisons font que la candidature écologiste pouvait trouver sa niche, soutenue par une partie des mouvements sociaux qui aspiraient à une offre politique orientée sur un discours de protection de la planète. De plus, c’était une conjoncture où des groupes locaux des Amis de la Terre drainaient des réseaux d’individus membres du PSU, de la CFDT et des jeunes scientifiques enclins à produire un discours critique sur la science.

9Cette mobilisation encore diffuse qui traverse des réseaux différenciés pour qui l’environnement est soit une finalité (environnementaliste), soit incorporée dans une critique plus large de la société et du modèle capitaliste touche en ce début des années 1970 des catégories sociales aisées, munies en capital scolaire ou encore une jeunesse travaillée par un mouvement de contestation globale et volontiers pacifiste. En revanche, les principaux leaders qui commençaient à prendre de l’importance, y compris, dans les médias provenaient d’un pôle de critique de la science et s’intéressaient aux questions d’environnement à dimension planétaire. Leurs contestations se nourrissaient d’expériences, de pratiques y compris professionnelles accumulées au gré de leurs déplacements et voyages. Aussi développaient-ils une capacité à relier des problématiques en leur donnant une cohérence internationale. À partir du milieu des années 1960, une transformation des mentalités s’opère à l’égard de l’environnement, y compris en France, les conflits liés aux aménagements du territoire et aux effets sur le cadre de vie des individus se multipliaient. Une émission de télévision telle que la « La France défigurée » recueillait une audience significative, une mobilisation autour du Parc de la Vanoise en 1969 est relayée sur les ondes par Jean Carlier, journaliste à RTL et futur conseiller de campagne de René Dumont. Comment comprendre cette diffusion d’un nouveau malaise de civilisation liée à une perte de l’environnement ?

La diffusion en France de la pensée écologiste

10Lisons le témoignage de Pierre Samuel :

  • 10 Note de bas de page dans Histoire des Amis de la Terre, op. cit., p. 5.

« C’est alors que je passai l’année 1969-1970 aux États-Unis, à Harvard University, que je fus converti à l’écologie. La lecture des nombreux ouvrages qui traitaient du sujet de l’écologie et le percement des vieux quartiers de Boston, que j’adorais, par des voies express m’y incitèrent. De retour en France, j’adhérai à Survivre et Vivre ; puis, vers 1973, aux Amis de la Terre10. »

  • 11 Bernard Lacroix, op. cit., et Danielle Hervieu-Léger, Bertrand Hervieu, Le retour à la nature : «  (...)

11Au début des années 1970, la préoccupation écologiste s’est propagée. Non qu’auparavant des groupes n’étaient pas intéressés par la protection de l’environnement, que des réseaux savants n’existaient pas, mais s’est diffusée à cette époque une pensée « écologiste » dont les penseurs en majorité nord-américains sont traduits au-delà d’un groupe constitué de savants et de scientifiques amateurs. Cette critique est portée notamment par le mouvement hippie qui fait des émules (manifestations diverses en 1970-71, perturbation du festival d’Avignon en 1971), ou au sein du mouvement communautaire qui connaît son pic de croissance dans les années 1972-73. L’utopie du retour à la nature11 trouve son public parmi de jeunes étudiants qui friands de lectures, s’emparent de nouvelles références idéologiques. L’écologie constitue une des possibilités d’invention de ce mouvement social, qui mêlait référence aux socialistes utopiques, à certaines formes de pensée libertaire avec une référence forte à la non violence.

12Ces jeunes, souvent diplômés, reprenaient tout en les adaptant à leurs luttes sociales (féministes, antinucléaires, tiers-mondistes, régionalistes), la critique de la science et du progrès contenu dans des ouvrages comme ceux de Rachel Carson, Barry Commoner, Paul Erlich.

13Le discours sur la nature rencontrait le discours critique du Club de Rome sur la société et la croissance et fondait le corpus d’idées de l’écologie politique en France et dans les pays occidentaux. Nous retrouvons une chronologie similaire en particulier en Grande-Bretagne, Allemagne, pays du Nord de l’Europe. Les luttes antinucléaires, sur fond de contestation anti-Vietnam, parachevaient de donner un substrat idéologique à toutes ces luttes. Des slogans communs comme « nucléaire non merci ! » décliné en plusieurs langues se diffusaient dans toute l’Europe sous forme d’autocollants qui ornaient les pare-brises des véhicules, vans Volkswagen colorés.

14René Dumont a positionné sa campagne d’emblée sur le versant contestataire et de gauche. La question de ce positionnement a travaillé le mouvement jusqu’au moins le milieu des années 1990. En revanche, la campagne présidentielle de 1974 a publicisé l’écologie, son discours et a transformé les représentations des Français qui vont être confrontés à une idéologie qui veut penser le monde, protéger la planète et « responsabiliser » chaque individu. Individu qui n’est pas interpellé en tant qu’électeur mais en tant que citoyen qui a des devoirs à l’égard de son environnement. Cette nouveauté a peu séduit (1,32 %) mais elle a quand même marqué l’acte de naissance de l’écologie politique

15Le courant écologiste-environnementaliste est toutefois, traversé par de nombreux débats sur la stratégie de politisation. C’est en ce début des années 1970 que naît le premier clivage entre un courant qui pense que le champ politique leur offrira une caisse de résonnance inédite et inscrira l’écologie comme une idéologie de contestation sociale et un courant qui souhaite développer des réseaux d’influence et jouer le rôle d’un groupe d’intérêt, défendant l’écologie à droite et à gauche.

16L’idée de la compétition électorale a séduit les écologistes qui, reconnaissaient dès le début que leur ambition se bornait avant tout à peser sur la campagne des présidentielles comme un courant de nouvelles préoccupations. Dans un contexte de récession économique, de crise pétrolière, les écologistes ont développé un argumentaire qui voulait montrer les limites voire les aberrations d’un système économique fondé sur la croissance. De cette façon, nous pouvons affirmer que cette formation encore à taille microscopique présage la fin des « Trente glorieuses » et a ouvert un cycle de la Ve république qui n’est plus dans le sillage du gaullisme moderniste des années 1960. Nous entrons dans une phase de critique d’un modèle économique en crise.

1974 : la campagne de René « Dumont », construction d’un label écologiste durable

  • 12 Michel Offerlé, Les Partis politiques, PUF, « Que sais-je ? », 2008, 127 p.

17Michel Offerlé12, politiste, insiste sur l’importance pour tout parti politique de construire un label qui constitue ensuite sa marque dans l’univers partisan. Or, en 1974, les écologistes au travers de la campagne « Dumont » ont construit un label qui a traversé quatre décennies. Un certain nombre de signes distinctifs sont apparus lors de la première campagne des écologistes et ont bâti les fondements de l’identité du mouvement.

18La mise en scène médiatique est d’emblée originale, les manières de faire campagne témoignent qu’en dépit d’un manque de ressources notabiliaires (aucun réseau d’élu ou même militant) et partisanes, les écologistes initiaient de nouvelles manières de faire de la politique, qui trouvaient un écho favorable auprès d’une génération militante pleine d’inventivité, qui captaient l’attention des journalistes à la recherche d’un événement « nouveau », « iconoclaste ».

19Tout d’abord, l’entrée de René Dumont en politique est résolument celle d’un scientifique qui cherche à convaincre en vulgarisant son savoir. Or, cet aspect tranche avec les ressources habituelles des candidats qui soit sont issus de réseaux notabiliaires, soit ont été socialisés au politique par des réseaux militants. René Dumont apparaît porté par les réseaux plus que réellement extrait d’eux, ce qui lui donne un ton original. Il joue la carte d’un individu pouvant montrer une image d’indépendance. Le candidat accentue ses compétences personnelles, notamment, scientifiques et apporte dans l’arène politique une autre forme, celle de la légitimité scientifique (voire académique) avec l’onction de l’international. Il est internationalement reconnu. Ce type de discours sur la compétence évaluée de manière internationale apporte une tonalité à l’époque, rare dans l’arène politique. Voici un extrait d’archive de l’INA :

  • 13 Archives de l’INA.

« Les Parisiens qui en ont vu d’autres, sont quand même un peu surpris (vue sur la péniche, quartier général de la campagne). Ce fils de la terre doublé d’un citadin a fait le tour du monde plusieurs fois, dans 70 pays. On l’a vu inspecter les récoltes, tâter le grain, observer les hommes, vérifier les comptes. Chaque fois qu’il revenait d’Afrique, d’Amérique ou d’Asie, on entendait ce paysan, professeur, tribardeur, acrobate, annoncer de mauvaises nouvelles. Des histoires de savants, disait-on, un savant, disait-on, un savant de gauche qui se fâchait même avec les socialistes. Mais cette année, la famine en Afrique, la récession dans le Tiers Monde semble donner raison à celui qui prédisait les désastres. Aurait-il un peu plus que les autres le sens du concret13 ? »

  • 14 Les corps les plus réceptifs aux idées écologistes ont été davantage les corps techniques (Alain L (...)

20Le candidat diffuse également l’idéologie local/global qui escamote souvent l’État-Nation : il parle d’ici et il compare avec là-bas. René Dumont pourfend l’État centralisateur en citant les mouvements sociaux régionalistes. Mobilisations qui constituaient évidemment des terreaux objectifs des revendications écologistes et témoignaient d’un manque de ressources partisanes nationales des écologistes. Ils ne mobilisaient pas dans les réseaux habituels qui soutenaient les partis comme les grands corps de l’État (ENA)14. Soulignons que René Dumont était en possession de capitaux peu monnayables dans l’arène politique (scientifique, aucun mandat politique, connu internationalement mais peu d’assise nationale). Or, cette nouveauté digne d’un outsider, il l’a transformée en une marque qui stabilisa le label vert dans un créneau singulier.

21Ensuite, le candidat ne subit pas sa couverture médiatique, il travaille son image. Le refus de la campagne d’affichage expliquée pour des raisons écologiques reflétait un évident manque de ressources financières voire militantes à faire une campagne au sens d’un quadrillage du territoire. Mais, les médias qui lors de la campagne de 1974 entrent dans les foyers (explosion du nombre de téléviseurs entre 1965 et 1975) se sont révélés une arme tout aussi efficace en matière de propagande politique. L’écologiste ne fait pas « comme les autres ». C’est une manne journalistique. Ces gestes sont pourchassés, analysés. Allongé sur l’herbe, René Dumont fait une « sieste toute écologique ». Autre exemple, le fait d’avoir choisi une péniche mouillant sur la Seine comme quartier général de sa campagne est certes lié à une opportunité d’un sympathisant la lui ayant prêtée le temps des élections ; mais le caractère insolite du lieu a attiré les médias, et les journalistes insistaient sur le caractère surprenant de cette mise en scène de soi. Ce décalage des pratiques militantes, loin de déplaire, est couvert par la télévision qui peut alimenter de cette manière ses reportages sur la singularité du candidat. Mais le savant est entouré d’hommes des médias. Son pull-over rouge – faute de goût – deviendra l’uniforme du candidat. L’agronome s’est présenté dans le studio de l’ORTF pour enregistrer son message de campagne vêtu d’un pull-over rouge : un technicien lui aurait demandé de se changer car la couleur passait mal à l’écran. Jean Carlier, son conseiller de campagne, lui demande de le garder pour trancher avec les costumes gris de l’époque.

  • 15 Rappelons que l’Associations des journalistes pour la Nature et l’environnement forme le comité de (...)

22Sans doute l’audience nationale qu’auront ces images a construit les représentations à long terme de l’écologie séduisant les uns, faisant sourire les autres. René Dumont n’hésite pas à utiliser ce qui sera connu par la suite sous le terme de « coup médiatique » : le verre d’eau qu’il boit en direct en rappelant que cette ressource naturelle est menacée et qu’il consomme peut-être un des derniers verres, reste – avec le pull over rouge – un modèle pour attirer l’intérêt du téléspectateur. Le candidat et ses conseillers15, ont compris d’emblée tout l’intérêt à jouer avec l’image pour attirer l’attention et avoir un écho dans l’espace public. C’est aussi un symptôme d’une nouvelle époque durant laquelle les mouvements sociaux (écologistes, pacifistes, féministes...) comprennent tout l’intérêt de « passer à la télévision ». Une autre manière de se faire voir sinon entendre. Toutefois, dans le champ partisan de l’époque encore marquée par des codes de comportements plus classiques, ces mises en scène peuvent être traitées, y compris par les médias comme un manque de sérieux, de professionnalisme qui délégitime le mouvement. Car, entrer en politique avec une nouvelle offre exige de rompre avec les rites tout en prouvant la recevabilité de cette contestation.

23Ce sont toutes les contraintes qui pesaient sur la candidature qui permettent de comprendre cette façon de faire campagne. Car, la campagne de René Dumont s’est attachée à diffuser une nouvelle idéologie, des nouvelles modalités d’action citoyenne, tout en relevant le défi d’être porté par un inconnu en politique. Comment faire de la politique quand on n’a ni ressources partisanes classiques, ni réseaux notabiliaires ? Comment faire campagne avec un discours qui se veut de rupture d’une autre nature que celui de la contestation sociale (lutte des classes) ? Comment déjouer les discours délégitimant que subit le mouvement, à savoir son caractère utopique ?

24Le discours de René Dumont comportait déjà une tonalité critique du progrès et alertant de l’imminence de la crise écologique. Or, l’agronome met toute la crédibilité de son identité de scientifique au service de la cause. Il prend un ton professoral et d’expert pour sortir du seul cliché du prophète de l’apocalypse. Il doit convaincre et dépasser les idées reçues que lui-même véhicule par son identité de candidat atypique :

  • 16 Campagne officielle télévisée : source INA 1974.

« Je ne suis pas un candidat doux rêveur. J’ai 45 ans de travail agronomique sur le terrain et 45 ans de travail d’enseignement à l’Institut national agronomique de Paris. Donc dire que je suis un candidat pas sérieux : c’est quand même s’avancer un peu vite16. »

  • 17 Jan Duyvendak, Le poids du politique : nouveaux mouvements sociaux en France, Paris, L’Harmattan, (...)

25Indubitablement, en 1974, l’écologie politique française s’est inventée, y compris avec cette tension à l’égard du champ médiatique : savoir en jouer mais dépasser les clichés des images pour convaincre. D’un autre point de vue, celui de la politique partisane, les écologistes se situent à gauche. Si ce positionnement a pu bouger selon les candidatures (Brice Lalonde, Antoine Waechter), la ligne Dumont a connu des héritiers (Noël Mamère, Dominique Voynet, Yves Cochet). Dans le discours, les mouvements sociaux de l’époque ont été cités comme des exemples de ce nouveau souffle annonciateur d’une nouvelle société : les mouvements environnementalistes, les mouvements régionalistes, tiers-mondistes, des femmes, des migrants (en grève de la faim). Tous les mouvements sociaux qui ne trouvaient pas de relais dans les partis ouvriers constituaient des terreaux autant pour le parti socialiste17, le PSU que pour le mouvement écologiste créé à Montargis en juin 1974.

26La candidature Dumont avec une tonalité propre – experte et volontiers catastrophiste – a chassé sur les mêmes terres que le parti socialiste en pleine réorganisation. Il n’est donc pas étonnant que Dumont ait fait un score si faible dans un contexte d’union de la gauche (derrière la candidature de Mitterrand) où tous ces mouvements sociaux auraient pu être en sa faveur.

Conclusion

27L’image « écolo » de 1974 construite par les médias a poursuivi toutes les candidatures « vertes ». Le mouvement a su en jouer mais s’est parfois senti piégé par le caractère extrêmement iconoclaste de leurs revendications. Toutefois, les écologistes dès l’origine ont été conscients que les médias pouvaient être un formidable relais d’opinion. Issus d’une nouvelle génération, les baby-boomers, ils se sont emparés de ces nouveaux modes d’expression citoyens qui ont formé leur identité. Ajoutons que les thématiques de la campagne de René Dumont se retrouvent dans le programme contemporain des Verts ou d’Europe Écologie. Le discours de l’époque s’est donc stabilisé pour former le cœur de l’idéologie verte. Les thèmes de la rupture avec les modes de consommation de masse, la critique du système de production capitaliste, les risques de disparition de l’humanité par le gaspillage des ressources naturelles ou les injonctions à la responsabilité individuelle : « dorénavant, on ne peut pas dire que vous ne saviez pas. » demeurent le cœur de l’idéologie écologiste. René Dumont, l’écologiste, a joué littéralement un rôle de lanceur d’alerte dans l’arène politique.

28Mais au-delà du champ politique, cette candidature atteste d’un virage dans l’histoire de la Ve République. Une nouvelle formation s’inscrit dans une critique sociale qui n’est pas marxiste mais répond à un mouvement social porté par les classes moyennes éduquées que la plupart des pays occidentaux ont fait naître par une démocratisation de leur système éducatif. Cette révolution, somme toute silencieuse, qui travaille les modes de représentations et les pratiques a pourtant modifié les attentes à l’égard du politique, du système partisan. Le premier cycle marqué par la figure du gaullisme que Georges Pompidou a finalement achevé, s’éteint. Un gaulliste historique comme Chaban-Delmas n’est pas élu ; cette France des années 1970 commence à mettre en place un personnel politique qui peu à peu prendra en compte des intérêts liés à la protection des individus, de l’environnement. Cette élection présidentielle prépare le terrain des municipales de 1977, où vont émerger au niveau local dans nombre de villes de France des listes écologistes ou PSU portant ces nouvelles revendications.

Notes

1 Offre politique : terme de science politique qui désigne comment les partis politiques participent par la compétition électorale à se positionner dans le champ politique. Le terme renvoie à l’idée d’un parti politique, conçu comme une entreprise politique.

2 Guillaume Sainteny, L’introuvable écologisme français, Paris, PUF, 2000, 537 p.

3 Sylvie Ollitrault, Militer pour la planète : sociologie des écologistes, Rennes, PUR, 2007, 224 p.

4 Les pays de l’Est et l’Union Soviétique ne s’étaient pas déplacés à Stockholm, par exemple.

5 Anne-Catherine Wagner, Les classes sociales dans la mondialisation, La Découverte, Repères, sociologie, 2007, 117 p.

6 Extrait de Pierre Samuel, Histoire des Amis de la Terre : 1970-1989, vingt ans au cœur de l’écologie, p. 5. Source : http://www.amisdelaterre.org/L-histoire-des-Amis-de-la-Terre.html.

7 René Dumont (1904-2001) ingénieur agronome, il commence sa carrière au Vietnam (1929), il a été expert aux Nations Unies et à la FAO. Il a écrit une trentaine d’ouvrages. Citons : L’Afrique noire est mal partie (1962), L’utopie ou la mort (1973).

8 Sylvie Ollitrault, op. cité.

9 Bernard Lacroix, L’utopie communautaire : histoire sociale d’une révolte, Paris, PUF, 2006, 225 p.

10 Note de bas de page dans Histoire des Amis de la Terre, op. cit., p. 5.

11 Bernard Lacroix, op. cit., et Danielle Hervieu-Léger, Bertrand Hervieu, Le retour à la nature : « Au fond de la forêt... l’État » précédé de Les néoruraux trente ans après, La Tour d’Aigues, Éd. de l’Aube, 2005, 234 p.

12 Michel Offerlé, Les Partis politiques, PUF, « Que sais-je ? », 2008, 127 p.

13 Archives de l’INA.

14 Les corps les plus réceptifs aux idées écologistes ont été davantage les corps techniques (Alain Lipiez, centralien ou René Dumont l’école nationale supérieure d’agronomie).

15 Rappelons que l’Associations des journalistes pour la Nature et l’environnement forme le comité de soutien du candidat.

16 Campagne officielle télévisée : source INA 1974.

17 Jan Duyvendak, Le poids du politique : nouveaux mouvements sociaux en France, Paris, L’Harmattan, 1994, 329 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540