Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les partis à l’épreuve de 68

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Deuxième partie. Évolution des forces politiques

Les extrêmes gauches

Jean-Paul Salles

Texte intégral

Préambule

  • 1 CERMTRI : Centre d’études et de recherches sur les mouvements trotskyste et révolutionnaires inter (...)
  • 2 Thierry Jonquet, Rouge c’est la vie, Seuil, 1998, 173 p. pour une connaissance de Lutte Ouvrière ; (...)

1Le chercheur ne manque pas de sources pour étudier cette question, mais leur paysage est éclaté. Outre les centres d’archives de la région parisienne (Bibliothèque internationale contemporaine à Nanterre ou CERMTRI à Paris), il doit mobiliser aussi les ressources de la province (CIRA à Marseille, CHT de Nantes ou CDMOT1 de La Roche-sur-Yon, ou encore les archives départementales, en fonction des dépôts effectués par des militants ou d’anciens militants), sans oublier les archive privées. Des centres étrangers recèlent aussi des pépites, ainsi la Hoover Institution sur le campus de Stanford (Californie) pour l’étude du trotskysme, ou plus accessible, l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam. On ne saurait oublier les très nombreuses autobiographies ou récits de vie2.

  • 3 Malgré la remarquable thèse de Marnix Dressen, De l’amphi à l’établi. Les étudiants maoïstes à l’u (...)
  • 4 Avril 2009.

2Malgré ces richesses documentaires, les recherches sur cette frange de l’échiquier politique sont encore trop peu nombreuses, en dépit des efforts d’un collectif comme Dissidences (revue et site Internet) qui s’efforce d’encourager et de mettre en contact les chercheurs. L’histoire du trotskysme est mieux connue que celle de l’anarchisme ou du maoïsme3 et dans la galaxie trotskyste, celle de la LCR est plus avancée que celle de l’OCI-PT ou de LO. Le numéro 6 de Dissidences, intitulé « Trotskysmes en France4 » apporte malgré tout des connaissances nouvelles sur ces trois organisations.

Introduction

3Si on regarde le bord extrême de la gauche, à la veille de 1968, on aperçoit quelques monadnocks ou des surgeons. Des monadnocks très modestes, héritiers du passé, comme la revue et le groupe La Révolution prolétarienne d’orientation syndicaliste révolutionnaire et la Fédération anarchiste, ou les groupes trotskystes. Des surgeons encore très jeunes, les groupes maoïstes ou un groupe guévaro-trotskyste, la Jeunesse communiste révolutionnaire (JCR). Nous les envisagerons successivement et nous nous demanderons si les événements de mai-juin 1968 les ont vivifiés ou non, s’ils leur ont permis de sortir de la marginalité.

Les Anarchistes

  • 5 Jean Maitron a rédigé sa notice biographique, commodément consultable sur le cédérom réalisé en 19 (...)

4Tradition ancienne du mouvement ouvrier français, à l’origine du mouvement syndical moderne à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, le mouvement anarchiste est peu structuré. À la veille de 1968, il était constitué de groupes épars. Un certain nombre de groupes locaux (le groupe Jules Durand du Havre, le groupe Fernand Pelloutier de Nantes ou encore le groupe Louise Michel de Paris) appartiennent à la FA (Fédération anarchiste) qui publie Le Monde libertaire. Georges Brassens y a tenu une chronique régulière en 1946-1947. Membre de son comité de rédaction, Maurice Joyeux (1910-1991), conférencier infatigable, développe dans sa revue trimestrielle, La Rue, sa conception de la « grève gestionnaire », qui s’apparente fort à la stratégie qu’utilisèrent les Lips dans les années 1970. Parmi ces « astres solitaires », citons Louis Lecoin (1888-1971), pacifiste, antimilitariste, emprisonné aussi bien en 1914-18 qu’en 1939-41, qui se mobilisa en faveur des objecteurs de conscience après la Deuxième Guerre mondiale. Par une grève de la faim de 22 jours – 1er – 22 juin 1962 –, alors qu’il est âgé de 73 ans, il obtient un engagement public du gouvernement au sujet d’un statut de l’objection, loi qui est votée le 22 décembre 19635.

  • 6 Voir Sylvain Pattieu, Les camarades des frères. Trotskistes et Libertaires dans la Guerre d’Algéri (...)

5Strictement séparés de ces militants, qu’on peut qualifier d’anarchistes individualistes, les communistes libertaires ont été durement réprimés pendant la guerre d’Algérie, car ils avaient, comme le plus connu d’entre eux Georges Fontenis, aidé les nationalistes algériens6. Ils se sont reconstitués peu avant 1968. Ils s’intéressent aux idées d’autogestion, refusent le léninisme, le bureaucratisme et l’organisation rigide. Ces militants partagent ces idées avec les « conseillistes », militants se réclamant d’un communisme plus proche de Rosa Luxemburg que de Lénine.

6À côté de ces organisations et de ces militants politiques, subsistent quelques noyaux syndicalistes révolutionnaires ou anarcho-syndicalistes, plutôt à FO qu’à la CGT, mais aussi à la FEN, dans la tendance École Émancipée. La figure la plus connue de cet anarchisme ouvrier est Alexandre Hébert, de Nantes, longtemps secrétaire de l’Union départementale CGT-FO de Loire-Atlantique. Dans les années 1950 et 1960, il s’était allié dans le cadre du CLADO (Comité de liaison et d’action pour la démocratie ouvrière) avec les militants trotskystes de l’OCI de Pierre Lambert. Yvon Rocton, militant trotskyste à l’origine de la première occupation d’usine, à Sud-Aviation-Bouguenais, le 14 mai 1968, en faisait partie.

7Présents dans le syndicalisme enseignant, animant la tendance syndicaliste révolutionnaire École Émancipée de la FEN, plutôt instituteurs que professeurs, un certain nombre de ces militants ont une réelle activité et parfois une audience qui dépasse leurs rangs, ainsi Julien Desachy (1919-2005), de l’Oise, secrétaire du SNI puis de la FEN pendant de longues années ou encore Eugène Péaud de Vendée. Maurice Dommanget, « prolétaire en veston », animé de la volonté de « ne pas parvenir », instituteur et infatigable historien de la Révolution française et du mouvement ouvrier, était l’un d’eux.

8Mais à la veille de 1968, les noyaux anarchistes les plus actifs sont étudiants. À Nanterre, dès 1966 se constitue un groupe, autour de Jean-Pierre Duteuil et Daniel Cohn-Bendit ; ils constituèrent le Mouvement du 22 Mars, en 1968, avec la JCR de Daniel Bensaïd. À Strasbourg, des étudiants situationnistes deviennent majoritaires à l’UNEF locale, ils publient le texte « De la misère en milieu étudiant », un appel à la révolte considéré comme un détonateur des événements de Mai 68. Influencé par Guy Debord, ce texte, s’il n’est pas d’une pure orthodoxie anarchiste – il est salué cependant par Daniel Guérin –, tend à réhabiliter l’anarchisme comme référence révolutionnaire.

9Curieusement, le mouvement de révolte de 1968, dont beaucoup notent à juste titre les revendications libertaires, ne profite pas beaucoup aux organisations du même nom. La vieille FA poursuit sa route marginale. Cependant, signe d’un certain renforcement, son organe de presse, Le Monde Libertaire, devient mensuel en 1974. Par contre, le courant Communiste libertaire, auquel on peut rattacher Daniel Guérin, est réellement renforcé mais divisé en deux. D’un côté un Mouvement communiste libertaire (MCL) influencé par le communisme conseilliste, de l’autre une Organisation révolutionnaire anarchiste (ORA) favorable à une structuration plus forte de l’organisation. Certains de ses militants rejoignent d’ailleurs les trotskystes en 1972-73. Le MCL est plutôt anti-syndical alors que l’ORA est favorable au militantisme dans les syndicats, la CFDT notamment, pas hostile à l’autogestion. Au terme de nouvelles scissions, en 1978, ces militants sont à l’origine de l’UTCL (Union des travailleurs communistes libertaires), ils participent aux luttes internes à la CFDT d’où sortirent les syndicats alternatifs qui formèrent SUD.

10À Toulouse, après 1968, se développe un groupe de jeunes anarchistes, Vive la Commune !, autonome des organisations précitées, mais proches de la Gauche prolétarienne. Influencés par les réfugiés espagnols de la CNT (Confédération nationale du travail), certains comme Jean-Marc Rouillan, participent aux actions clandestines du MIL (Mouvement ibérique de libération), puis à celles du GARI (Groupe d’action révolutionnaire internationale). Ils revendiquent une volonté de rupture par la violence. On est à l’origine des mouvements autonomes qui eurent un certain écho à la fin de la décennie 1970, quand le gauchisme classique eut montré ses limites et renoncé à l’utilisation de la violence.

Les Maoïstes

11Avant et dans l’immédiat après mai 68, l’influence des maoïstes est forte, notamment en milieu intellectuel (le film de Jean-Luc Godard La Chinoise date de 1967), sans doute en raison de la révolution culturelle, perçue comme une révolution dans la révolution. D’après ses admirateurs, grâce à Mao, un parti communiste au pouvoir se révélait capable non seulement d’accepter mais d’organiser la contestation de la jeunesse. Cette vision idéalisée de la révolution culturelle, partagée y compris par certains trotskystes, explique l’engouement d’une partie des contestataires français pour la Chine.

  • 7 Voir sa biographie dans le tome III du Maitron (nouvelle série, 2007) par Jean-Pierre Besse et Cla (...)
  • 8 Christophe Bourseiller, Les Maoïstes. La folle histoire des gardes rouges français, Paris, Plon, 1 (...)

12Ceci dit, en France, les maoïstes sont divisés. Les plus anciens, qui ont quitté le PCF peu après la rupture entre Moscou et Pékin, ont constitué, en décembre 1967, le PCMLF. Vétérans du PCF, anciens résistants nostalgiques de Staline, à l’instar du plus connu d’entre eux, Jacques Jurquet (adhérent au PCF depuis 1941), ils sont soutenus par la Chine. L’ambassade de Chine à Paris ayant souscrit des centaines d’abonnements, ils peuvent faire vivre quelque temps un quotidien, L’Humanité rouge (à partir du 1er mai 1975). Mais ils sont rapidement affaiblis par des scissions. Raymond Casas, ancien résistant, ouvrier métallurgiste, longtemps membre du bureau fédéral du PCF dans le Loir-et-Cher7, fonde une organisation concurrente, le PCMLF-Le Travailleur. Ainsi, malgré son renforcement, en 1974 il est rejoint par l’essentiel de la tendance Gauche Révolutionnaire issue du PSU, le PCMLF ne regroupe pas plus de 1500 militants, auxquels il faut ajouter 2 000 sympathisants, au milieu des années 1970. Une des scissions du PCMLF, le PCMLF-Front rouge, s’était transformée en en PCRml, en avril 1974. Ce groupe lança lui aussi un quotidien, Le Quotidien du Peuple, le 19 septembre 1975. Il se dota d’une revue théorique en 1978, Que faire aujourd’hui ?, avant de disparaître dans les années 1980. D’après Christophe Bourseiller, les organisations maoïstes à leur zénith n’auraient pas rassemblé plus de 6 000 personnes8. Et à l’occasion de la mort de Mao, elles n’ont pas été capables de réunir, à Paris, le 11 septembre 1976, plus de 1 000 personnes pour lui rendre hommage.

  • 9 Alain Geismar, Serge July et Erlyne Morane, pseudonyme de la compagne de ce dernier, écrivent un l (...)

13À côté de ces groupes figés dans une orthodoxie marxiste léniniste et stalinienne – leurs adversaires les qualifient de Mao-stals –, il y a l’UJCml (Union des jeunesses communistes marxistes-léninistes), née essentiellement rue d’Ulm, à l’École normale supérieure, parmi les disciples d’Althusser. Ils scissionnèrent de l’UEC, à moins d’une centaine, en décembre 1966. Par dérision, les observateurs les qualifiaient de Mao-spontex, car ils se voulaient « spontanéistes ». Leurs premiers dirigeants étaient Robert Linhart et Benny Lévy dit Pierre Victor. Après mai 68, ils sont rejoints notamment par Alain Geismar, en provenance du PSU et du SNESUP et par Serge July9. Ils créent une nouvelle organisation la Gauche prolétarienne et la dotent du journal La Cause du peuple. En référence à la Résistance, ils se déclarent tenants de la Nouvelle résistance populaire (NRP), comparant les patrons et leurs « bandes armées » (SAC, extrême droite) à l’occupant nazi, et le P « C » F et la CGT aux « Kollabos ». La chanson de Dominique Grange, Les nouveaux partisans, est l’hymne de la GP. Cette stratégie, ou cette posture, se heurte vite à la répression de l’État. En mars 1970, le ministre de l’Intérieur Raymond Marcellin fait procéder à la saisie du journal et à l’arrestation de ses directeurs, Jean-Pierre Le Dantec, puis Michel Le Bris. Leur successeur Jean-Paul Sartre échappe à l’arrestation ! Alain Geismar, le porte-parole, est lui aussi arrêté. Il passe en procès devant la Cour de Sûreté de l’État le 20 octobre 1970. Condamné à 18 mois de prison ferme, il est libéré le 23 décembre 1971. Les actions de solidarité ont été faibles, malgré la création d’un Secours rouge auquel ont adhéré un moment militants du PSU et de la Ligue communiste. L’été 1970, qui devait être « chaud », n’a vu que quelques actions de solidarité, comme par exemple les « expropriations » chez l’épicier de luxe Fauchon. Tentée par le terrorisme, la GP enlève pendant quelques heures le député gaulliste Michel de Grailly, en novembre 1970. Le 25 février 1972, lors d’une intervention musclée devant l’usine Renault à Boulogne-Billancourt, un des jeunes militants ouvriers de la GP, Pierre Overney, est tué par un vigile. En représailles, le 8 mars, la NRP enlève un cadre de Renault, Robert Nogrette, qui est libéré le 10. Finalement, l’organisation s’arrête au bord du gouffre, elle ne bascule pas dans le terrorisme. La direction (B. Lévy, A. Geismar) décide même d’auto-dissoudre la GP en novembre 1973. Déjà certains de ses membres, comme Serge July, s’étaient reconvertis dans la presse contestataire, avec la création du quotidien Libération (premier numéro le 18 avril 1973). D’autres, comme André Glucksmann, s’illustrent dans la philosophie (les « Nouveaux philosophes »).

  • 10 Aujourd’hui mieux connu grâce à la thèse de Marnix Dressen, op. cit.
  • 11 Yannick Drouet et Jean-Philippe Martin, « Les maoïstes et les Paysans-Travailleurs (fin années 196 (...)

14Une des expériences les plus intéressantes de la « saga maoïste » est l’établissement en usine10. Ce sont de 2 000 à 3 000 militants qui furent concernés, dont 30 % de militantes. Sur les 283 personnes interrogées par Dressen, une sur trois a une licence. Il s’agissait d’apprendre du peuple, donc se faire ouvrier dans l’industrie, plutôt que de se faire recruter dans les services, et si possible dans une grande entreprise. Le but était aussi de « conscientiser la classe ouvrière », de « souffler sur les braises », de « colérer » le peuple (sic). Surtout, il fallait être cohérent, avoir une vie en concordance avec sa conception du monde. Du fait de la difficulté de s’acculturer à ce nouveau milieu d’adoption – comme le dit le sociologue, un tel exemple de mobilité sociale descendante volontaire est un cas unique ! – 40 % ont vite abandonné, 50 % y restant au moins six ans et 10 % définitivement. De plus, il y eut aussi un « établissement paysan », sous la forme de stages chez les agriculteurs de l’Ouest notamment11.

15Appartenant à la galaxie maoïste, d’autres organisations ont un bref moment attiré l’attention. Ce fut le cas de Vive la Révolution (VLR), créée en septembre 1969 autour de l’architecte Roland Castro, un ancien de l’UJCml. Elle ne rassembla pas plus de 400 membres, essentiellement parisiens, mais elle réussit à attirer des militants venus de la JCR, autour de Guy Hocquenghem, qui n’étaient pas tentés par l’affiliation à la IVe Internationale trotskyste. Outre un soutien aux luttes des immigrés, VLR intervint aussi sur le mode de vie. Ils créèrent le journal Tout, leurs militantes participèrent au lancement du MLF et Hocquenghem, lui-même homosexuel, fut un des créateurs du FHAR (Front homosexuel d’action révolutionnaire).

Les Trotskystes

16La lutte qu’ont menée les groupes trotskystes, parfois précocement, pour l’indépendance des peuples colonisés, leur a permis de survivre. Mais leurs effectifs sont squelettiques avant Mai 68. D’ailleurs la situation apparut tellement bouchée à un de leurs leaders, Michel Pablo (pseudonyme du militant d’origine grecque Michel Raptis), qu’il tenta au début des années 1950 de convaincre ses camarades d’adhérer aux grands partis de gauche, social-démocratie en Europe du Nord, partis communistes en Italie et en France. Ce fut la stratégie de l’entrisme dit sui generis, c’est-à-dire caché, par opposition à l’entrisme « à drapeau déployé » préconisé par Trotsky en 1934-35. Il a été soutenu à l’échelle de la IVe Internationale, mais la majorité de la section française, le PCI (Parti communiste internationaliste), a refusé de le suivre et a créé une organisation concurrente. C’était en 1952. À la veille de mai 68, il y a quatre organisations trotskystes en France, forte chacune de quelques dizaines de militants seulement :

  • le PCI minoritaire, section officielle de la IVe Internationale, dont Pierre Frank est le leader ;
  • le PCI majoritaire, devenu OCI (Organisation communiste internationaliste) en 1965, dirigé par Pierre Lambert (pseudonyme de Pierre Boussel). Il publie un mensuel imprimé depuis février 1964 : Informations ouvrières ;
  • l’Alliance marxiste révolutionnaire (AMR), membre du regroupement international la TMRI (Tendance marxiste révolutionnaire internationale), créée par Michel Pablo après son exclusion de la IVe Internationale en 1965 ;
  • enfin, Voix ouvrière (VO), ancêtre de Lutte ouvrière, née en 1956, dans la continuité de l’Union communiste de Barta (pseudonyme de David Korner), une organisation apparue pendant la Deuxième Guerre mondiale qui s’est toujours tenue à l’écart de la IVe Internationale. Voix ouvrière est un bimensuel imprimé depuis 1962, devenu hebdomadaire depuis le 29 novembre 196712. Si l’entrisme a largement échoué au PCF, il a permis un certain recrutement à l’UEC (Union des étudiants communistes). Ces militants acquis au trotskysme – environ 150 –, autour d’Alain Krivine et du secteur Lettres de la Sorbonne, furent exclus en avril 1966 et formèrent la JCR.

17Les diverses organisations trotskystes n’ont pas vécu mai 68 de la même manière. VO joue un faible rôle. L’action de certains militants ouvriers de l’OCI, comme Yvon Rocton à Sud-Aviation-Bouguenais, semble décisive, mais les militants étudiants de l’OCI, regroupés dans la Fédération des étudiants révolutionnaires (FER) se désolidarisent des manifestants lors de la nuit des barricades au Quartier latin (10-11 mai 1968), les accusant d’aventurisme. Ce sont Cohn-Bendit, Alain Geismar mais aussi Alain Krivine et la JCR qui apparaissent comme le plus en adéquation avec le mouvement, à la Sorbonne comme à Nanterre, à Toulouse comme à Rouen, les deux villes de province où la JCR est la plus implantée. Contrairement à ce qu’espéraient certains, les événements de mai 68 ne simplifient pas la carte de l’extrême gauche. Il n’y eut ni unité des révolutionnaires, ni unité des trotskystes. Chacune des organisations suivit son chemin, avec ses spécificités, son profil bien particulier.

  • 13 Robert Barcia, La véritable histoire de Lutte ouvrière, Paris, Denoël, 2003, 326 p.

18Lutte ouvrière, organisation exigeante et disciplinée, ne s’est pas laissé séduire par les nouveaux terrains de radicalisation, armée ou écologie. Au centre des préoccupations des militants reste « le travail ouvrier ». La publication des « feuilles de boîtes », une centaine au lendemain de mai 68, absorbe une bonne partie de l’énergie des militants. Ils ne dérogent à cette règle que pour militer en direction des élèves de CET, jeunesse pré-ouvrière. Cependant, surpris par le succès de la campagne de Krivine en 1969, ils décident de présenter une candidate, Arlette Laguiller, aux élections présidentielles de 1974. Cette femme, jeune, ouvrière, impertinente, permet à l’organisation d’obtenir un score non négligeable, 2,33 % des suffrages exprimés, et surtout de passer – sur le plan électoral – devant ses concurrents gauchistes pour une très longue période. Désormais c’est avec beaucoup de constance que LO participe aux élections, 25 fois en 30 ans d’après son leader Robert Barcia13. Elle a eu 171 candidat(e) s aux législatives de 1973 (contre 91 pour la LCR), et est présente dans toutes les circonscriptions en 1978, avec un score décevant de 1,70 % des suffrages exprimés en moyenne.

  • 14 Trotsky opposait le FUO au Front populaire qui englobait dans l’alliance des partis de gauche dits (...)
  • 15 Lionel Jospin, Lionel raconte Jospin, Paris, Seuil, 2010, p. 39.

19Par contre, l’OCI fut très peu présente sous ses couleurs aux élections dans les années 1970. En 1974 comme en 1981, elle appela à voter François Mitterrand dès le premier tour. Elle appliquait la stratégie réaffirmée par Trotsky après la catastrophe allemande, c’est-à-dire l’arrivée au pouvoir d’Hitler, le Front unique ouvrier (FUO)14. Cette fidélité revendiquée à l’orthodoxie trotskyste explique l’importance accordée par l’OCI à son travail en direction des pays de l’Est. Ainsi Lionel Jospin explique qu’à la Noël 1970, il est allé en Pologne « pour porter des documents à un mouvement d’opposition clandestin15 ». Un autre militant de l’OCI, le mathématicien Michel Broué anime un Comité des mathématiciens, en compagnie d’un ancien trotskyste, Laurent Schwartz. Ils finirent par obtenir la libération du dissident soviétique, le mathématicien Leonid Pliouchtch. Mais c’est surtout dans la jeunesse étudiante que ce courant obtient des résultats significatifs. Contrairement à ceux de la LCR, ses militants étudiants se sont investis à l’UNEF très tôt. Sous la direction de Jean-Christophe Cambadélis, ils affirment l’UNEF-US (Unité syndicale) contre l’UNEF-Renouveau liée au PCF, et à la fin de la décennie, au congrès de Nanterre en mai 1980, ils ont convaincu militants socialistes et LCR de les rejoindre dans une UNEF-ID (Indépendante et Démocratique). L’OCI, sous la férule de Pierre Lambert, tout en reconnaissant en théorie le droit de tendance, a du mal à tolérer les divergences en son sein, d’où une série d’exclusions, Boris Fraenkel, qui fut le mentor de Jospin, dès avant 68, Michel Varga en 1972, Jacques Kirsner (dit Charles Berg) en 1979, Pierre Broué en 1989, pour nous en tenir aux plus connus.

  • 16 Pour une étude détaillée de cette intervention militante et de ses conséquences, voir Jean-Paul Sa (...)
  • 17 Voir ses mémoires, Une lente impatience, Paris, Stock, 2004.
  • 18 Sur ce problème douloureux, voir Jean-Paul Salles, op. cit., p. 326-328.
  • 19 Ibid., p. 330-1.

20Quant à la LCR, une de ses principales caractéristiques est d’avoir été présente sur tous les terrains de radicalisation au cours de ces années-là. « Tout ce qui bouge est rouge », devaient penser les militants. La priorité au « travail ouvrier », habituelle pour une organisation se réclamant du trotskysme, n’empêche pas l’organisation d’intervenir sur les autres fronts. La Ligue est très active dans la jeunesse scolarisée, obtenant des succès dans les lycées, notamment en mars-avril 1973. Ce sont ses militants, dont le plus connu fut Michel Field, qui animèrent la lutte contre la loi Debré sur les sursis. Ils organisèrent aussi des contre-cours dans les établissements en grève. Les militantes et les militants de la Ligue furent présents également dans le MLAC et participèrent à la lutte pour la fin des discriminations qui visaient les homosexuels. Leur intervention dans les casernes pour les droits des soldats fut particulièrement active et de longue durée. Ils ont été à l’origine de l’Appel des 100, rendu public entre les deux tours de la présidentielle en 1974. Leurs militants furent aussi à l’origine de nombreux comités de soldats et la manifestation en uniforme des appelés dans les rues de Draguignan, à l’automne 1974 fut organisée par un de leurs militants aguerris, Robert Pelletier16. Ils sont en première ligne également dans la lutte contre l’extrême droite. C’est parce qu’elle avait tenté d’interdire par la force un meeting d’Ordre nouveau, le 21 juin 1973, que la Ligue communiste est dissoute par le Conseil des ministres, le 28 juin. Pendant l’après mai 68, les militants vivaient avec l’idée que mai 68 avait été une répétition générale et que la crise révolutionnaire allait se reproduire. Il fallait donc s’y préparer en construisant une organisation solide. Dans son langage imagé, Daniel Bensaïd résumait les tâches des révolutionnaires par ces mots : « L’histoire nous mord la nuque17. » Un tel volontarisme, un tel activisme – la direction de la LCR transforme même son hebdomadaire Rouge en quotidien, du 15 mars 1976 au 2 février 1979 – allaient épuiser les militants, entraînant démissions et même suicides18. Les tentatives pour « militer autrement » ne débouchèrent pas, malgré des audaces, comme la Maison des enfants à Rouen19. Par contre, à la différence de ses consœurs trotskystes, la LCR sait faire vivre le droit de tendance en son sein, tout au long de la décennie 1970. Avec les avantages de la situation : on peut se réclamer du bolchevisme et accepter le débat en son sein. Et les inconvénients : certains militants sont débordés par l’avalanche de textes internes, il y eut jusqu’à 5 tendances dans l’organisation, des textes parfois ésotériques. Par ailleurs, des organisations rivales ont été tentées d’utiliser ces possibilités de débat pour faire de l’entrisme, ce fut le cas de l’OCI lambertiste mais aussi des « morénistes » se réclamant d’un courant du trotskysme international organisé autour de la figure de l’argentin Nahuel Moreno.

  • 20 L’Organisation communiste des travailleurs (OCT) résulte de la fusion de Révolution ! et de la GOP (...)
  • 21 Plus de détails sur ces questions dans l’entrée « Trotskismes » écrite par Jean-Guillaume Lanuque (...)

21Pas mieux que celles du passé, les organisations trotskystes des années 1970 n’ont su résister à la « scissionnite », mal bien connu de ce courant. Dès sa naissance la LCR est abandonnée par les militants réunis autour de Guy Hocquenghem. En 1971, ce sont les militants de Révolution !, autour des frères Johsua, qui la quittent. À la fin de la décennie, une forte minorité de 400 militants quitte la LCR pour l’OCI, après avoir créé une organisation temporaire, la LCI. Les quelques retours de militants de Révolution ! après l’échec de l’OCT (1976-7)20 ne compensent pas numériquement ces départs. De même, en 1972, les arrivées en provenance du PSU, si elles permettent à la Ligue de gagner quelques militants de valeur, comme Jacques Kergoat ou Jean-Marie Vincent, ne s’élèvent qu’à quelques dizaines. LO a connu aussi des déperditions, avec le départ de militants, en 1972 et 1974. Quant à l’OCI, elle s’est trouvée confrontée à la dissidence de Michel Varga, exclu en 1972, qui a rassemblé ses partisans dans une Ligue ouvrière révolutionnaire (LOR) forte de quelques dizaines de militants21. Tentant de faire taire cette dissidence, l’organisation de Pierre Lambert n’a pas hésité à utiliser la violence physique contre ces militants, s’attirant les critiques de toute l’extrême gauche. Le timide rapprochement esquissé en fin de décennie entre l’OCI et la LCR – quelques réunions communes ont été organisées pour le 40e anniversaire de la IVe Internationale en 1978 – n’a pas résisté aux événements du Nicaragua, la LCR prenant position pour le Front sandiniste de libération nationale (FSLN), l’OCI le combattant.

22Au terme de la décennie 1970, les trotskystes ont été incapables de surmonter les divergences issues du passé. Certes LCR et LO, avec l’OCT, ont présenté des listes communes dans une trentaine de communes importantes, aux élections municipales de 1977, sous le sigle « Le Socialisme, le Pouvoir aux travailleurs », avec quelques résultats intéressants. LCR et LO ont récidivé aux premières élections européennes au suffrage universel direct en 1979. Mais l’OCI s’est tenue à l’écart. Et quand Pierre Broué crée l’Institut Léon Trotsky (et la revue les Cahiers Léon Trotsky) en 1978, il est accompagné un moment par Pierre Frank et Rodolphe Prager de la LCR, mais LO n’y participe pas. Et aux présidentielles de 2002, comme à celles de 2007, ce sont trois candidats qui se réclament du trotskysme ! Singularité française que d’avoir donné naissance à trois trotskysmes bien distincts, relativement ancrés dans le paysage politique, mais aux profils très différents, séparés par des haines tenaces.

Conclusion

23Donc si on fait le point en 1974, sans attendre la fin de la décennie, on s’aperçoit que la situation a peu changé sur le bord extrême à la gauche de l’échiquier politique. Les résultats aux élections sont toujours très décevants, Alain Krivine par exemple, et ses 0,36 % des suffrages exprimés en 1974. En 1981 il ne parviendra pas à obtenir les 500 signatures pour pouvoir se présenter. Les effectifs des organisations sont toujours aussi squelettiques, la LCR, à qui la presse attribue couramment 5 000 militants ne dépassa pas les 4 000, pour fléchir à moins de 2 000 en 1980-81.

  • 22 Jean-Paul Salles, op. cit., p. 118, tableau no 3.
  • 23 Jean-Paul Salles, op. cit., p. 138, tableau no 5 : composition sociale de la LC/LCR (1969-1976).

24Les positions des militants trotskystes et de l’extrême gauche en général sont modestes dans les entreprises. À la réunion nationale des militants et des sympathisants ouvriers de la LCR, les 9-10-11 juin 1973 à Rouen, 680 travailleurs sont présents (55 % sont militants, 45 % sympathisants), d’après les chiffres fournis par l’organisation. D’une moyenne d’âge de 26 ans, 20 sont employés à la SNCF et 140 dans la métallurgie22. Dans les syndicats, face aux majoritaires, socialistes ou communistes, les révolutionnaires font rarement front commun. Ainsi dans le SNES, récemment conquis par Unité et Action à majorité communiste, en 1969 les militants « lambertistes » exclus de la tendance École Émancipée fondent une autre tendance d’extrême gauche, l’École Émancipée-Front unique ouvrier. Désormais à l’ÉÉ seuls cohabitent, pas toujours dans l’harmonie, militants de la Ligue et militants anarchistes. La composition sociale de ces groupes est restée à majorité étudiante ou enseignante. À la LCR, le groupe qui a été le plus étudié, les étudiants ne représentent plus que 21 % des militants en 1974 – au lieu de 70 % en 1969 –, mais les enseignants sont 28 %, dont 7 % de maîtres d’internat et surveillants d’externat, des étudiants salariés ! Les salariés hors Éducation nationale, s’ils ne représentaient que 10 % des effectifs en 1969, ne sont que 34 % en 197423.

25Quant aux maoïstes, la Gauche prolétarienne a cessé d’exister en 1973, VLR s’était dissoute plus précocement encore, en 1971. En 1974 ne survivent que les groupes dits « mao-stals », incapables eux aussi de s’unir. Les unes après les autres, les organisations maoïstes cessent d’exister dans les années 1980.

26Le terme « d’organisation passoire » est bien adapté à toutes ces organisations par lesquelles sont passés plusieurs milliers de militants jeunes pour s’en aller ailleurs, le Parti socialiste surtout mais aussi les Verts. Elles ont fonctionné comme des universités populaires, des lieux de formation. L’audace de leurs « coups » a aussi contribué à élargir les registres de l’action politique et à inquiéter les puissances établies, grands partis politiques institutionnels. Et si la principale vertu des révolutionnaires était, comme l’écrit Michel Winock de :

  • 24 Cf. Michel Winock, Le socialisme en France et en Europe XIXe-XXe siècles, Paris, Seuil, Points-His (...)

« Démasquer l’idéologie des endormeurs, de rendre vigilants les possédants, qui ont dû apprendre pour leur sauvegarde que les armes de la répression n’étaient rien sans celles de la réforme. De sorte que l’impuissance des révolutionnaires pourrait n’être qu’une apparence : par leur existence ils contribuent à la transformation du monde24. »

Notes

1 CERMTRI : Centre d’études et de recherches sur les mouvements trotskyste et révolutionnaires internationaux créé en 1977. CIRA : centre international de recherche sur l’anarchisme. CHT : Centre d’histoire du travail. CDMOT : centre de documentation du mouvement ouvrier et du travail.

2 Thierry Jonquet, Rouge c’est la vie, Seuil, 1998, 173 p. pour une connaissance de Lutte Ouvrière ; Robert Linhart, L’Établi, 1978, éd. Minuit, 178 p. ou encore les mémoires écrits par de nombreux dirigeants ou anciens dirigeants de la LCR.

3 Malgré la remarquable thèse de Marnix Dressen, De l’amphi à l’établi. Les étudiants maoïstes à l’usine (1967-1989), Belin, 2000, 430 p.

4 Avril 2009.

5 Jean Maitron a rédigé sa notice biographique, commodément consultable sur le cédérom réalisé en 1997 par les éditions de l’Atelier : Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français. Le Maitron.

6 Voir Sylvain Pattieu, Les camarades des frères. Trotskistes et Libertaires dans la Guerre d’Algérie, Paris, Syllepse, 2002, 292 p.

7 Voir sa biographie dans le tome III du Maitron (nouvelle série, 2007) par Jean-Pierre Besse et Claude Pennetier (p. 143-144).

8 Christophe Bourseiller, Les Maoïstes. La folle histoire des gardes rouges français, Paris, Plon, 1996, 345 p.

9 Alain Geismar, Serge July et Erlyne Morane, pseudonyme de la compagne de ce dernier, écrivent un livre au titre significatif de leur état d’esprit : Vers la Guerre civile, Paris, Éditions et publications premières, 1969, 440 p.

10 Aujourd’hui mieux connu grâce à la thèse de Marnix Dressen, op. cit.

11 Yannick Drouet et Jean-Philippe Martin, « Les maoïstes et les Paysans-Travailleurs (fin années 1960-début années 1970 », Dissidences no 8, mai 2010, p. 112-130.

12 Pluet-Despatin Jacqueline, La presse trotskyste en France de 1926 à 1968. Essai bibliographique, Paris, Maison des sciences de l’homme, 1978, 198 p.

13 Robert Barcia, La véritable histoire de Lutte ouvrière, Paris, Denoël, 2003, 326 p.

14 Trotsky opposait le FUO au Front populaire qui englobait dans l’alliance des partis de gauche dits partis ouvriers, un parti, le Parti radical, qu’il définissait comme un parti bourgeois. Malgré la présence des Radicaux de gauche dans l’Union de la gauche (UG), l’OCI préférait voter pour les candidats de l’UG dès le premier tour, même quand des candidats se réclamant du trotskysme étaient présents, Krivine en 1969, Krivine et Laguiller en 1974.

15 Lionel Jospin, Lionel raconte Jospin, Paris, Seuil, 2010, p. 39.

16 Pour une étude détaillée de cette intervention militante et de ses conséquences, voir Jean-Paul Salles, La LCR (1968-81). Instrument du Grand Soir ou lieu d’apprentissage ?, Rennes, PUR, 2005, p. 72-73 et 189-196.

17 Voir ses mémoires, Une lente impatience, Paris, Stock, 2004.

18 Sur ce problème douloureux, voir Jean-Paul Salles, op. cit., p. 326-328.

19 Ibid., p. 330-1.

20 L’Organisation communiste des travailleurs (OCT) résulte de la fusion de Révolution ! et de la GOP (Gauche ouvrière et paysanne), une tendance maoïsante du PSU. Les différences de traditions ne vont pas permettre à ces militants de demeurer bien longtemps dans la même organisation.

21 Plus de détails sur ces questions dans l’entrée « Trotskismes » écrite par Jean-Guillaume Lanuque et Jean-Paul Salles, dans Antoine Artous, Didier Epsztajn, Patrick Silberstein, La France des années 68, Paris, Syllepse, 2008, p. 783-794.

22 Jean-Paul Salles, op. cit., p. 118, tableau no 3.

23 Jean-Paul Salles, op. cit., p. 138, tableau no 5 : composition sociale de la LC/LCR (1969-1976).

24 Cf. Michel Winock, Le socialisme en France et en Europe XIXe-XXe siècles, Paris, Seuil, Points-Histoire, 1992, p. 235.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540