Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Quatrième partie. L’antisémitisme avant, pendant et après l’Affaire

Le combat dreyfusard et la question de l’antisémitisme à l’épreuve du XXe siècle

Cylvie Claveau

Texte intégral

  • 1 Nous laissons ici de côté les interventions de la LDH en termes de secours aux victimes de l’antis (...)
  • 2 Il n’y a plus véritablement de consensus depuis 2007. À ce sujet, voir William D. Irvine, Between (...)

1La Ligue française des droits de l’Homme et du citoyen, dont la mission est de se porter à la défense de toutes les victimes de l’injustice et de l’arbitraire, a abordé à sa façon l’étude du phénomène de l’antisémitisme au XXe siècle. Accomplissant leur mission, les ligueurs, comme à leur habitude, furent prolixes au sujet des Juifs. Ce que les membres de la LDH disent des Juifs et font pour eux durant l’entre-deux-guerres, voilà la façon dont nous avons abordé le phénomène de l’antisémitisme à la Ligue dans nos travaux1. Analyser ce qu’une association comme la LDH dit des Juifs peut sembler offensant de prime abord. Elle apparaît, en effet, tant pour les acteurs sociaux que pour les historiens, au-dessus de tout soupçon en matière d’antisémitisme. Une entreprise de révision de ce consensus pourrait sembler inopportune, tant il y aurait là un déboulonnage immérité d’une Marianne pour laquelle les souscriptions furent ouvertes au temps de l’affaire Dreyfus2. Tel n’est pas le sens de notre démarche.

  • 3 Simon Epstein, Les Dreyfusards sous l’Occupation, Paris, Albin Michel, « Bibliothèque Albin Michel (...)

2Néanmoins, il serait surréaliste d’éluder la question posée par Simon Epstein dans ses recherches : comment expliquer la dérive de bon nombre de dreyfusards vers la collaboration sous l’Occupation3 ? Égarement passager d’individus isolés, suite logique des dérives successives d’une génération d’intellectuels de l’affaire Dreyfus à l’Occupation, ou travestissement de la mission d’origine impartie à la LDH par ses fondateurs ? Il nous semble que le principal mérite de cette question est celui d’avoir été posée. Mais pour autant, il nous semble devoir distinguer la Ligue des droits de l’Homme du destin de certains des dreyfusards faisant partie de la bruyante minorité de l’entre-deux-guerres et devoir également distinguer les débats entre ligueurs des positions officielles de la LDH. Enfin, analyser la dynamique d’affrontement à la Ligue de 1933 à 1937 permet de mesurer à quel point cette crise interne a interdit toute prise en compte sérieuse du phénomène de l’antisémitisme de part et d’autre.

3L’entre-deux-guerres a fourni à la LDH de nombreuses occasions lui permettant de se mettre à l’étude du phénomène de l’antisémitisme et de soumettre une « doctrine de la LDH » à la conscience publique. Cette démarche, les ligueurs français ne l’ont pas entreprise. Seuls quelques-uns d’entre eux se sont prononcés, en leur nom personnel, à propos d’aspects très circonscrits de ce qu’ils désignaient sous le terme de « question juive ». La Ligue, dans son ensemble, n’a pas élaboré de politique à ce sujet. Toutefois, elle prit position officiellement en faveur du mouvement sioniste (1915) et de la légitimité du Foyer national juif (1918). Mais dans même souffle, la LDH n’a cessé de réaffirmer la nécessité de l’assimilation pour les Juifs européens. Munis de ces deux dogmes pour tout bagage théorique, les membres du comité central ont tenté de comprendre et de combattre les persécutions dont furent victimes les Juifs européens dans l’entre-deux-guerres. Dans les années 1920, au moment où numerus clausus et pogroms sévissaient en Europe centrale et de l’Est, les idéologues de la LDH n’avaient que ces deux dogmes à offrir aux victimes des violences ethniques : sionisme et assimilation.

4Plus tard, dans les années 1930, lorsque l’antisémitisme déferlera sur la France, en passant par l’Allemagne, alors, on ne réactivera pas la solution sioniste promue auparavant. On conçoit que, pour les Juifs européens assimilés, intellectuels de surcroît, ces solutions sont devenues caduques. En outre, la prise du pouvoir par les nazis en Allemagne et l’arrivée simultanée en France de plusieurs milliers de réfugiés juifs assimilés en 1933, ne poussent pas plus les ligueurs à élaborer une doctrine de la Ligue sur la « question juive ». Ce faisant, ils ne purent percevoir suffisamment tôt la métamorphose de l’antisémitisme.

5L’une des raisons de cette insuffisante prise en compte de la gravité de l’antisémitisme à partir de 1933 par les membres du comité central de la LDH est qu’ils sont entraînés dans une longue crise entre 1933 et 1937, où une minorité et une majorité s’activent à nourrir un contentieux fort complexe touchant aux fondements même de l’action de la Ligue. En effet, les divisions profondes de la Ligue des droits de l’Homme concernant l’Union sacrée, la révision du traité de Versailles, le désarmement, le pacifisme, l’exclusion d’Édouard Herriot, la politique extérieure de la France depuis 1918 et les grands procès de Moscou sont autant de sujets derrière lesquels se profile la remise en cause de l’orientation politique de la LDH. L’accumulation de griefs apparemment hétéroclites ne doit pas masquer leur profonde unité. Et c’est du côté de la minorité du comité central, dont bon nombre seront des collaborateurs durant l’Occupation, que nous tentons d’analyser la logique des liens entre tous ces griefs.

  • 4 Félicien Challaye, « Pour la paix désarmée. Même en face de Hitler », Cahiers des droits de l’Homm (...)

6En 1933, conjointement avec d’autres associations françaises, la LDH mène de front le secours aux réfugiés venus d’Allemagne en France et la lutte antifasciste au sein de ce qui deviendra le Rassemblement populaire, puis le Front populaire en 1936. La Ligue est ainsi soudainement projetée au cœur de la vie politique française. C’est dans ce contexte que se déroule la crise. La minorité reprochera à la majorité son action dans le secours aux réfugiés et sa participation à la lutte antifasciste parce que son mode d’intervention pouvait nuire à la paix avec l’Allemagne essentiellement. Par ailleurs, les minoritaires refusaient de croire tous les récits d’atrocités paraissant dans la « presse vénale » sur le traitement des prisonniers des camps de concentration allemands. L’expérience de la Grande Guerre avait appris aux minoritaires à quel point le « bourrage de crâne » avait été déterminant auprès de l’opinion publique dans le déclenchement des hostilités franco-allemandes4. Ils estimaient donc que la dénonciation des atrocités nazies servait les mêmes intérêts : ceux des marchands de canons, suppôts de la presse vénale qui mène les peuples à la guerre. Certains membres de la minorité, dans leur volonté de minimiser l’ampleur des persécutions dont les Juifs allemands étaient victimes sous le régime nazi, en sont venus à faire une description idyllique de ce régime dès 1933. De là, il n’y avait qu’un pas pour adhérer à son idéologie, à son antisémitisme et collaborer au moment de l’Occupation. C’est ce qu’un certain nombre d’entre eux feront.

  • 5 « Un ukase », Cahiers des droits de l’Homme, 10 décembre 1922, p. 593 et la lettre que Félicien Ch (...)

7Voyons cette adhésion à travers la figure de proue de la minorité, Félicien Challaye. Bien qu’atypique à plus d’un égard, son parcours politique est tout à fait représentatif de celui d’une bonne partie des minoritaires en ce qui a trait à l’antisoviétisme. Chassé du Parti communiste français en 1923, il a nourri un ressentiment durable envers les communistes et développé le comportement d’oppositionnel dans toutes les organisations où il exerçait sa fougueuse militance politique5. Le développement de son antisémitisme suit pas à pas celui de son antisoviétisme un peu comme, durant sa jeunesse, son dreyfusisme a suivi pas à pas son jaurésisme et son anticolonialisme. C’est dans ce cadre que tous les griefs de la minorité montrent le mieux leur unité. Ce qui est déterminant dans cet antisoviétisme est qu’il se trouve à la source de la fascination pour le nazisme de quelques-uns d’entre eux. Nul paradoxe à cela !

8Au cours de cette crise à la LDH, l’antisémitisme de quelques-uns fut attribué à l’ensemble des minoritaires qui n’étaient pas tous antisémites et qui ne seront pas tous collaborateurs. L’antisémitisme fut tout de même instrumentalisé afin de jeter le discrédit sur eux qui, de 1933 à 1937, avaient entrepris d’en changer l’orientation. Les majoritaires ont finalement gagné ce combat en escamotant, une seconde fois, la brûlante « question juive ». Comme en 1933, les considérations de politique interne à la Ligue l’emportèrent sur toutes les autres pour les ligueurs de la majorité en 1937. Ajoutons à cela qu’un grand nombre de ces ligueurs de la majorité étaient des élus actifs en politique municipale, régionale et nationale. Par conséquent, les considérations de politique nationale, qu’elles soient radicales ou socialistes, pesaient lourd dans l’orientation et la mission de la LDH en 1937.

  • 6 Léon Émery, « L’adaptation de la Ligue à ses tâches actuelles », Cahiers des droits de l’Homme, 10 (...)

9Mais la majorité a escamoté également ce qui dans le rapport des minoritaires aurait exigé d’eux une remise en cause fondamentale, eu égard à la mission de la Ligue des droits de l’Homme depuis l’Union sacrée en 1914. Le rapport minoritaire dénonçait le dilettantisme d’intellectuels que constituent la pratique politique de la LDH, son absence de lien avec les masses, son inefficacité en termes de propagande et surtout l’aveuglement du comité central face à l’urgence signalée par le rapport : la saignée de militants quittant la Ligue. Les minoritaires estimaient qu’il y avait une « grandiloquente vantardise » de la part de la LDH lorsqu’elle se présentait comme la « conscience de la démocratie », alors qu’elle ne touchait qu’une poignée d’intellectuels6.

10En somme, au moment du Front populaire, la génération des hommes de l’affaire Dreyfus, bien qu’elle participe à la liesse du Front populaire aux côtés de l’humanité en manches de chemises, n’est pas prête à sacrifier ses guêtres pour autant, tandis que le groupe des minoritaires également dreyfusards passe à l’antisémitisme dans les années 1930 puis, durant l’Occupation, à la Collaboration. Au sortir de la crise de 1937, à la veille de la seconde guerre mondiale, la Ligue des droits de l’Homme, affaiblie par la diminution de ses effectifs et ses batailles politiques internes, n’a pu combattre l’antisémitisme et, par conséquent, n’a pu poursuivre son secours aux victimes de l’injustice et de l’arbitraire, sa mission essentielle, avec toute la vaillance et la constance ayant caractérisé toute son histoire depuis l’affaire Dreyfus. Être dreyfusard en 1937 n’était pas simple.

Notes

1 Nous laissons ici de côté les interventions de la LDH en termes de secours aux victimes de l’antisémitisme européen tant l’envergure de cette action est considérable. À ce sujet, voir Cylvie Claveau, L’Autre dans les Cahiers des droits de l’Homme en France, 1920-1940. Une sélection universaliste de l’altérité à la Ligue des droits de l’Homme et du Citoyen en France, Ph D, McGill University, 2000.

2 Il n’y a plus véritablement de consensus depuis 2007. À ce sujet, voir William D. Irvine, Between Justice and Politics. The Ligue des droits de l’Homme, 1898-1945, Stanford, Stanford University Press, 2007, ainsi que la table ronde qui a été consacrée à cet ouvrage : Cylvie Claveau, Bertram M. Gordon, Talbot C. Imlay, Norman Ingram, Wendy Perry, David L. Schalk, in Joël Blatt (dir.), Review Essay, H-Diplo, H-Net Forum (William D. Irvine, Between Justice and Politics…, no 11, 2007, http://www.h-net.org/~diplo/roundtables/) ; enfin, récemment, un article de Norman Ingram, « Selbstmord or Euthanasia ? Who killed the Ligue des droits de l’Homme », French History, no 3, septembre 2008, p. 337-357, qui reprend largement sa contribution à cet ouvrage.

3 Simon Epstein, Les Dreyfusards sous l’Occupation, Paris, Albin Michel, « Bibliothèque Albin Michel Histoire », 2001.

4 Félicien Challaye, « Pour la paix désarmée. Même en face de Hitler », Cahiers des droits de l’Homme, 20 novembre 1933, p. 683-688, et les réponses à l’article de Félicien Challaye par Émile Kahn, « Mise au point », ibid., p. 689-691 et « Mise au point (suite et fin) », 30 novembre 1933, ibid., p. 704-709.

5 « Un ukase », Cahiers des droits de l’Homme, 10 décembre 1922, p. 593 et la lettre que Félicien Challaye a adressée à la section communiste du Vésinet (Seine-et-Oise), le 26 décembre 1922, reproduite dans les Cahiers des droits de l’Homme, 25 janvier 1923, p. 47.

6 Léon Émery, « L’adaptation de la Ligue à ses tâches actuelles », Cahiers des droits de l’Homme, 10 avril 1935, p. 238-246.

Auteur

Professeur à l’université du Québec à Chicoutimi.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540