Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les partis à l’épreuve de 68

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Deuxième partie. Évolution des forces politiques

Les extrêmes droites après 1968

Olivier Dard

Volltext

  • 1 Rien n’est dit sur l’extrême droite dans les études électorales pointues : Élisabeth Dupoirier, Gé (...)

1Réfléchir sur les extrêmes droites entre 1971 et 1974 impose de poser d’emblée un certain nombre de jalons. D’abord que vue de la politique partisane et de l’analyse électorale, l’objet apparaît comme largement dépourvu d’intérêt. Ainsi, la relecture de la littérature de science politique consacrée tant aux élections nationales que locales souligne la marginalité d’un objet que les analystes ne prennent même pas en compte1. Cette carence n’a rien de surprenant puisque les statistiques électorales elles-mêmes rangent le plus souvent les résultats électoraux de l’extrême droite dans la catégorie commode des « divers », ce que reprend à son compte la grande presse.

2Au début des années 1970, si l’extrême droite fait la Une de l’actualité, c’est de façon très ponctuelle, en particulier lorsqu’il s’agit de rendre compte des réunions publiques organisées par Ordre nouveau et de ses démêlés avec les gauchistes. À l’inverse, la naissance du Front national en 1972 ou la première campagne de Jean-Marie Le Pen à l’élection présidentielle de 1974 se déroulent dans une quasi-indifférence. Il faut se garder à cet égard de tout anachronisme et bien comprendre que pour les analystes contemporains d’alors, l’extrême droite est un phénomène marginal, une nébuleuse engluée dans ses divisions et ses règlements de compte qui ramènent à l’échec de Jean-Louis Tixier-Vignancour en 1965.

3Si cette approche dépréciative est juste dans ses grandes lignes, pour peu qu’on adopte comme critères la représentativité de l’extrême droite à l’échelle de la politique et de la société française (ce qui est au cœur de l’ouvrage), elle doit être complétée par d’autres éléments prenant comme point d’ancrage les extrêmes droites elles-mêmes. Certes, elles n’ont pas recomposé le système partisan entre 1971 et 1974. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé. Il apparaît en effet que, comme d’autres forces politiques, les extrêmes droites subissent l’onde de choc de la crise de 1968 et de l’après-gaullisme. On observe de ce point de vue qu’elles tentent de s’adapter aux nouvelles donnes du début des années soixante-dix et escomptent même tirer leur épingle du jeu. L’échec final ne doit donc pas masquer l’importance des velléités. Les extrêmes droites en effet, dans leur diversité et souvent en opposition les unes par rapport aux autres, réfléchissent à une triple série d’enjeux : celui du programme, celui de l’organisation et enfin, celui de la direction. Beaucoup dans leurs rangs estiment en effet que l’heure serait venue de bâtir une force nationaliste pérenne et adaptée aux enjeux de l’heure, de même qu’il serait utile de réussir enfin, sous la Ve République, à passer de l’imprécation et de l’agitation, à la proposition. La mue serait possible et les temps seraient mûrs, ceci d’autant que d’autres forces, notamment en Italie via le MSI, seraient en train, pense-t-on, de réussir ce pari.

Les réorganisations et recompositions à l’œuvre

L’Action française ou l’espérance déçue de recueillir les fruits de Mai 68

4Il est bien connu que l’Action française, en mai 68, a sans doute été l’organisation la plus dynamique parmi les droites nationalistes. Cette reviviscence devait déboucher, pour ses éléments les plus jeunes et les plus dynamiques, à une forme d’aggiornamento. Ce dernier a d’ailleurs eu lieu tant au plan individuel (Bertrand Renouvin, Gérard Leclerc) que collectif via la mise sur pied de nouveaux supports comme les Documents d’Action française. Pour bien des jeunes maurassiens, il s’agit même de s’approprier Mai 68, de proposer « un autre Maurras » (Gérard Leclerc) celui de l’avant 1914, qui célébrait le fédéralisme, la décentralisation et l’anticapitalisme. Refonder la doctrine, coller aux enjeux sociétaux n’effraie donc nullement ces jeunes militants qui aspirent moins à recomposer le système partisan qu’à investir de nouveaux thèmes et de nouveaux échelons politiques et institutionnels.

5Les élections municipales constituent à cet égard un test de première importance et il s’agit, notamment, de justifier sur un mode théorique l’idée d’une participation à un tel scrutin. Les arguments sont divers : élimination des candidats jugés mauvais, souci de développer la propagande de l’Action française et faire l’éloge de la commune. Dans un numéro intitulé « L’État contre les libertés locales », les Dossiers d’Action française exposent ainsi leur position dans une rhétorique toute maurrassienne mais adaptée aux enjeux de l’heure :

  • 2 Philippe Villaret, « La participation de l’Action française aux élections municipales », Les Dossi (...)

« La commune, ce “carrefour social”, n’est pas un rassemblement momentané de volontés mais une constante historique et sociale. Nous devons, par tous les moyens, tendre à éliminer le pays légal centralisateur et par voie de conséquence, donner des moyens de lutter au pays réel. Notre participation à la vie des collectivités locales permettra de faire déboucher leurs légitimes revendications sur les causes profondes de leurs échecs. Non seulement, nous seuls pouvons les éclairer, mais nous seuls pouvons au nom d’un ordre rationnel contribuer à leur maintien et à leur épanouissement. La prochaine crise du type mai 68 ne doit pas profiter au régime et permettre de le consolider2. »

  • 3 Sur cet épisode, y compris pour les citations proposées, se reporter à Patrick Louis, Histoire des (...)

6En fait, c’est l’Action française elle-même qui doit affronter une crise. Au printemps 1971, elle est tout simplement paralysée3. En mars 1971, Pierre Juhel, secrétaire général de la Restauration nationale, décide de censurer le no 164 d’AF université et d’y faire supprimer quelques articles jugés subversifs, ce qui entraîne, en retour, une saisie du numéro à l’imprimerie même par les auteurs des articles incriminés. Le 25 mars, ces derniers sont exclus par Juhel dont la décision est immédiatement contestée par une partie des membres des comités de l’Action française (de Bertrand Renouvin à Georges-Paul Wagner). Cette crise révèle un climat et traduit un sentiment d’impasse chez une partie des dirigeants et des militants. Les membres réfractaires des comités directeurs soulignent dans un communiqué du 30 mars qu’« alors que de vastes perspectives s’ouvraient devant l’Action française », ils ont « constaté depuis longtemps l’inefficacité des structures actuelles de la Restauration nationale, l’inadaptation d’Aspects de la France aux impératifs de la propagande et par voie de conséquence la chute continuelle de son audience dans le public. » Le lendemain, Gérard Leclerc, une des plumes les plus marquantes du renouveau maurrassien de l’après 68 indique à Bernard Mallet, le président des comités directeurs :

« Les débats de ces derniers mois m’ont donné une conscience de plus en plus vive de l’impasse où nous nous trouvions [...] La petite société que nous formons est bloquée intellectuellement et structurellement. Ce blocage est d’une gravité inouïe car il est un obstacle infranchissable à notre réussite. »

7À la mi-avril, la rupture est consommée et la Nouvelle Action française (NAF) voit le jour provoquant une violente polémique de la part de la Restauration nationale, relayée logiquement par Aspects de la France (Pierre Pujo) et par Minute qui forge pour l’occasion l’expression de « maorrassiens ».

8La rupture est donc définitive et la fracture ouverte alors ne s’est jamais refermée même si Bertrand Renouvin, à travers la NAF, n’a pu ni su drainer les soutiens qu’il avait réussi à fédérer au moment de la crise du printemps 71. La NAF n’en a pas moins cherché à suivre une voie autonome et, sans participer à la recomposition partisane l’a quand même accompagnée au prix d’ailleurs d’un gauchissement croissant de ses discours, de ses supports (Renouvin est publié chez Stock) de ses positions qui ont vu ses dirigeants en 1974, au lendemain d’un premier tour où Bertrand Renouvin a obtenu 42 719 voix soit 0,14 % des électeurs inscrits, appuyer François Mitterrand lors du second, tandis que plus tard, en 1977, la NAF s’est présentée aux municipales et a soutenu au second tour les socialistes. Ce rameau maurrassien, dorénavant très éloigné des extrêmes droites, a tenté de peser sur le local et le sociétal.

Ordre nouveau : le parti nationaliste comme éternelle chimère

  • 4 Alain Renault présente Ordre nouveau, Juin 1972 et 3e congrès 1973, Déterna, 2009, p. 94-95.
  • 5 Ibid., p. 95.
  • 6 Ibid., p. 100.

9Les lendemains de 1968 sont particulièrement difficiles pour les héritiers des nationalistes révolutionnaires puisque une partie des cadres des années soixante ont alors abandonné le combat militant. Les fondateurs d’Ordre Nouveau, issus du Groupe Union Droit ont ainsi rappelé leur état d’esprit à la fin de 1969 : « Nous n’admettions pas ce terrible vide politique, l’absence d’un parti qui puisse représenter les idées-forces du nationalisme4. » Comme leurs devanciers de Jeune Nation ou d’Europe Action une dizaine d’années plus tôt, ils dénoncent les « petites boutiques », refusent d’être une « chapelle » et ambitionnent de « construire un grand parti ». Ils ont alors une référence toute trouvée : « le MSI italien que nous nous donnons comme modèle5 ». Le défi est d’importance tant le monde de l’extrême droite est alors éclaté et désabusé. Organiser une réunion publique d’envergure, « tenter une Mutualité » est l’ambition du premier semestre de 1970. Après un premier échec le 26 février, une nouvelle rencontre mise sur pied pour le 13 mai 1970 rencontre un certain succès que les dirigeants d’Ordre Nouveau ont relativisé par la suite : « discours trop passéistes, trop décousus [...] C’était une kermesse. Une autre clientèle que les vestiges de l’extrême droite était à toucher6 ».

  • 7 Frédéric Bon, Jean Ranger, « Les élections partielles de l’été 1970. Analyse des électorats », Rev (...)
  • 8 Jean-Paul Gaultier, Les extrêmes droites en France, Éditions Syllepse, 2009, p. 205.
  • 9 Alain Renault présente Ordre nouveau, Juin 1972 et 3e congrès 1973, op. cit., p. 106.
  • 10 Ibid., p. 107.

10Les fondateurs d’Ordre Nouveau, appuyés par l’avocat Jean-François Galvaire (avant que ce dernier, accusé de se considérer comme un nouveau Tixier-Vignancour ne prenne ses distances) décident de se faire connaître en utilisant la voie électorale ouverte par des législatives partielles. Ainsi, le 7 juin 1970 dans le 12e arrondissement de Paris (fief de Bénouville), Rigaud, candidat Ordre Nouveau, obtient 3,12 %. Quelques mois plus tard, le 20 septembre 1970, à Bordeaux, alors que se joue une élection largement médiatisée opposant Jacques Chaban-Delmas et Jean-Jacques Servan-Schreiber, Ordre Nouveau parachute un candidat de Paris, Henri Leclère, qui n’obtient que 121 voix soit 0,5 %7 des suffrages exprimés8. Ces premières campagnes sont autant de galops d’essai pour un jeune mouvement qui se dote d’un local (rue des Lombards) inauguré en grande pompe le 20 novembre suivant et d’un journal, Pour un Ordre Nouveau. Selon ses dirigeants « ces deux campagnes [...] nous seront très utiles par la suite car elles nous ont beaucoup appris sur les élections et leurs mécanismes9. » Il faut dire que le mouvement a comme « but de l’année » 1971 « les élections municipales et la réalisation d’un très grand rassemblement qu’autorisait automatiquement le fait d’être présent dans la lutte électorale10 ».

  • 11 Ibid., p. 117.
  • 12 Ibid., p. 121.
  • 13 Ibid., p. 126.

11Pour cette occasion, Ordre Nouveau, qui compte alors selon ses dirigeants 500 membres11 a privilégié Paris, ou plus exactement certaines zones. Il s’agit en effet d’investir les quartiers populaires de la capitale en y organisant des meetings et des ventes sur les marchés de journaux comme Rivarol. Certaines réunions sont épiques comme celle tenue dans la « Maison des Basques » en plein procès de Burgos tandis que des combats contre les gauchistes se déroulent régulièrement à Convention et à Abbesses. Le point d’orgue est un grand meeting organisé au Palais des sports le 9 mars, dominé par l’intervention de François Brigneau, alors que des combats opposent, à l’extérieur, le service d’ordre du mouvement aux gauchistes. Au final, les listes « Union et défense des Parisiens, pour un Ordre nouveau » obtiennent 20 000 voix soit 2,9 % des suffrages exprimés. Les meilleurs scores sont réalisés dans les 1er, 2e, 3e, 4e, 12e (3,25 %) 15e et 20e (3,5 %). Ce résultat est considéré par les dirigeants d’Ordre Nouveau comme un succès encourageant : le mouvement est « aux yeux de tous le parti unitaire des nationalistes et de l’Opposition nationale12 ». En fait, le constat est un peu optimiste car Ordre Nouveau peine à fédérer l’ensemble des « nationaux », y compris sur un thème comme l’Algérie sur lequel la manifestation qu’il organise le 13 mai suivant est un semi-échec étant critiquée tant par Soustelle que par Bidault ou la jeune NAF qui fustige les « nazis d’Ordre Nouveau13 ».

Le « banc d’essai » des législatives de 1973

  • 14 Ibid., p. 121.
  • 15 Ibid., p. 187.

12En vue des législatives, il s’agit de mettre Ordre nouveau sur orbite et d’atteindre la barre des 5 % : « Les premiers 5 % sont les plus difficiles à obtenir, 5 % indispensables pour devenir crédible aux yeux de tous et commencer la véritable lutte politique14. » Peser électoralement permet aussi de restreindre les possibilités de dissolution15.

  • 16 Ibid., p. 349.

13Un des enjeux majeur du second congrès d’Ordre nouveau tenu les 10 et 11 juin 1972 est de débattre sur l’ouverture ou non vers un Front national en vue des futures législatives. Le vote est clair : la motion « Front national » l’emporte avec 215 voix contre 52 et 8 abstentions16. Il faut souligner aussi la présence dans la salle du congrès de sympathisants et les messages de personnalités bien connues de « l’Opposition nationale » : Joseph Ortiz, les colonels Trinquier et Romain-Desfossés, Roger Holeindre, Pierre Sergent, le général Vanuxem, Saint-Loup et Maurice Bardèche. Ordre Nouveau mise sur une dégradation de la situation, une possibilité de fédérer des mécontentements et sur les possibilités d’une campagne nationale, ce qui impose d’avoir un nombre élevé de candidats. Les enjeux sont ainsi délimités et explicités :

  • 17 « D’Ordre Nouveau à Front national », Rivarol, 15 juin 1972, p. 8.

« Quel est pour nous l’enjeu des élections ? Nous devons donner au parti une véritable base populaire. On peut estimer qu’une force politique qui ne mobilise pas au moins 3 % de la population ne peut prétendre s’insérer réellement dans la vie politique de la Nation. Notre objectif est donc double :
– présentation du nombre maximum de candidats (il sera intéressant de comparer avec les réalisations de la Ligue communiste et de l’AJS)
– moyenne des circonscriptions : 3 %. Ce qui suppose des pointes de 5 à 6 % et implique un minimum de 2 % (à rapprocher des 2,7 % obtenus à Paris lors des municipales17. »

14Sur l’action électorale, une motion est votée qui précise :

  • 18 Ibid., p. 8.

« Attitude à adopter : participation à toutes les institutions du régime. Ce qui exclut impérativement tout recours à l’action clandestine et implique un respect de l’ordre juridique et de la législation en vigueur. De ce fait, le parti devra prendre part à toutes les luttes légales : élections législatives, cantonales, municipales, etc., élections présidentielles, élections au sein des entreprises18. »

  • 19 Il faut compter aussi avec une dimension clandestine mise en avant par Nicolas Lebourg, « La subve (...)
  • 20 Alain Renault présente Ordre nouveau, Juin 1972 & 3e congrès 1973, op. cit., p. 357.
  • 21 JL, « “Baptême populaire” à la Mutualité », Rivarol, 9 novembre 1972, p. 4.
  • 22 Alain Renault présente Ordre nouveau, Juin 1972 & 3e congrès 1973, op. cit., p. 363.

15C’est donc bien un véritable parti nationaliste qui s’esquisse, au moins sur le plan officiel19. En même temps, l’aventure liée à l’OAS a fait long feu et interdit de penser sérieusement à une démarche qui pourrait prendre la voie d’un « terrorisme noir ». À court terme, l’hebdomadaire Rivarol qui a suivi de près tous ces débats souligne : « On ne saurait imaginer meilleur “banc d’essai” [...] que les prochaines élections législatives. » Le Front national est donc lancé le 5 octobre 1972 salle des Horticulteurs devant 200 personnes20. Il faut surtout retenir son « baptême populaire » qui se déroule le 7 novembre 1972 et qui met en scène le promoteur de l’expression, Jean-Marie Le Pen. Ce dernier explique que la nouvelle formation a comme objectif, « dans quatre mois, lors des législatives, de mettre fin au monopole exercé à droite par l’UDR ». Plus largement, le FN entend « abaisser l’UDR, abaisser la majorité, abaisser le PC21 ». C’est donc une campagne placée sous le double signe de l’antigaullisme et de l’anticommunisme « primaires » (selon le mot de François Brigneau, autre orateur du jour) que doivent se présenter, en principe, les 400 candidats du FN. À la fin de décembre, une liste de 100 candidats est publiée par voie de presse22.

16Il faut cependant pour le Front national se transformer en quelques mois en machine militante et électorale. Pour ce faire, une série de meetings sont organisés. Le 17 janvier au Palais des Sports de Paris, se succèdent des orateurs peu connus (Gilberte Lensenfant, institutrice et candidate dans le XIXe), un symbole d’Ordre Nouveau Alain Robert (candidat contre Rocard) et des briscards de « l’Opposition nationale », Roger Holeindre, François Brigneau, et Jean-Marie Le Pen. Un mois plus tard, le 26 février à la Mutualité se retrouvent des candidats frontistes (l’avocat Lussan, candidat contre Christian de La Malène, Arnoux, candidate contre Couve de Murville), mais aussi des anciens de Jeune Nation ou du Rassemblement européen de la Liberté (Ferdinand Ferrand, Pierre Pauty) et, bien entendu, Holeindre et Le Pen. Ce dernier, comme à son habitude, galvanise les assistants du jour :

  • 23 JL, « Le FN à la mutualité. Congédions le cuisinier Pompidou », Rivarol, 1er mars 1973, p. 7.

« Le 4 marquera un tournant décisif dans notre histoire. Désormais, l’opposition nationale pèsera d’un poids toujours plus lourd dans les batailles de demain alors que la disparition de la droite politique avait été, en partie, responsable du glissement des Français vers la gauche23. »

  • 24 Alain Renault présente Ordre nouveau, Juin 1972 & 3e congrès 1973, op. cit., p. 364.

17Exister pour « Défendre les Français » est le programme du FN. Malgré les rodomontades, la campagne est difficile faute de moyens financiers et d’accès aux médias. Les candidats du FN n’apparaissent pas dans les sondages et Le Pen doit se contenter d’un face à face sur RTL avec Georges Bidault et de 7 minutes à l’ORTF. Ailleurs, de L’Express au Figaro en passant par Europe no 1, c’est le silence24. Certes, des moyens de contournement avaient été envisagés et une « caravane de l’air » avait été annoncée : elle n’a jamais décollé. À la veille du scrutin, le jeune FN se contente d’un défilé de voitures dans Paris pour distribuer les derniers journaux de campagne.

  • 25 C’est le chiffre qu’on lit partout. Rivarol dit 103 (François Solchaga, « Nouvelles du Front », 1e (...)
  • 26 Colette Ysmal, Daniel Boy, Gérard Grunberg, Béatrice Moine-Roy, « L’élection présidentielle de mai (...)
  • 27 Alain Renault présente Ordre nouveau, Juin 1972 & 3e congrès 1973, op. cit., p. 370.
  • 28 Gilles Bresson, Christian Lionet, Le Pen. Biographie, Seuil, 1994, p. 363.

18Les 400 candidats annoncés sont finalement 10425 et issus, pour les deux tiers d’entre eux d’Ordre Nouveau. Au plan géographique, le FN est pour l’essentiel présent en région parisienne et, pour la province, dans les Bouches-du-Rhône, les Alpes-Maritimes et la Loire. Les résultats sont très en-deçà des espoirs puisque les extrêmes droites (Front national, Alliance républicaine pour les libertés et le progrès...) recueillent 0,38 % des inscrits26. Le score du FN s’élève à l’échelle nationale à 0,52 % ce qui représente 108 616 suffrages exprimés et correspond à 2,3 % dans les circonscriptions où il s’est présenté. Quelques percées sont remarquées (Jean-Jacques Fleck à Colmar, le capitaine Surgeon dans l’Eure27) et 5 candidats ont obtenu 3,5 % des voix. Le Pen en a obtenu 5 % dans la 15e circonscription de Paris. Il a alors comme suppléante, Brigitte Bourdier et ses affiches sont expressives : « Chasser les voleurs du pouvoir », « Barrer la route au Front populaire », « Défendre les Français28 ».

19Le résultat des élections n’est pas conforme aux attentes. Les 28 et 29 avril 1973, 200 militants sont réunis dans un grand hôtel parisien. Le Pen analyse les résultats et veut faire preuve d’optimisme :

« Sait-on que malgré sa grande jeunesse, le Front a obtenu relativement plus de voix que le PSU ? Raison de plus pour aller de l’avant et, surtout, ne pas céder à “l’ennemisme (sic) tous azimuts”, le sectarisme et la désunion qui menacent souvent les partis récemment créés. »

  • 29 Michèle Vilman, « Du pain sur la planche pour le Front national », Rivarol, 3 mai 1973, p. 4.
  • 30 Jacques Moulins, « Ordre Nouveau “aile marchante” de l’Opposition nationale », Rivarol, 21 juin 19 (...)

20Le président du FN entend par ailleurs se soucier des futurs scrutins à venir (cantonales d’octobre) et mettre au point une « lettre quotidienne » destinée aux militants et appelée à paraître cinq jours par semaine29. Pour le président du FN, il faut relancer la mécanique par un meeting à la Mutualité au début de juin 1973 mais les violences se développent entre vendeurs de Pour un Ordre nouveau et les gauchistes. Du côté d’Ordre Nouveau, l’insatisfaction domine. Ainsi, à l’occasion du 3e congrès tenu à Bagnolet les 9-10 et 11 juin 1973, le bilan des élections est au programme. On y considère que la « politique de Front national » a « contribué à renforcer les sections déjà solidement constituées » mais elle aurait en même temps « entravé le développement d’autres plus faibles et de création plus récente » (même si de bons résultats sont notés à Belfort ou Colmar). Ce constat impose de « relancer des actions spécifiques à Ordre nouveau ». À la différence de Le Pen et du bureau du FN, les dirigeants d’Ordre Nouveau « sont tous convenus de la nécessité de ne pas s’obnubiler sur les aspects purement électoraux de l’action politique, préoccupations qui rejoignaient les conclusions exprimées depuis les législatives par le bureau politique30 ». Au programme, on relève le projet d’une action spécifique, une campagne contre l’immigration : « Halte à l’immigration sauvage ». On connaît la suite : la mobilisation des gauchistes, les violences et, pour finir, le 28 juin 1973, la dissolution de la Ligue communiste et d’Ordre Nouveau.

La présidentielle de 1974

21La dissolution d’Ordre Nouveau ne touche pas le FN qui devient dès lors un enjeu de premier plan à l’extrême droite. Se pose en particulier la question de son orientation et de sa direction. Il faut comprendre en effet, sauf à sombrer dans l’anachronisme, que cette jeune formation n’a aucune vocation à être une écurie présidentielle. Ce constat est important par rapport à la question du fascisme et à la figure du chef. Non seulement Le Pen n’est nullement considéré comme un chef charismatique mais son rôle au FN n’est pas celui qu’il est devenu. Il est alors celui d’un porte-parole. Ce que veut Ordre nouveau, c’est ne pas voir revenir, via le Front National, un nouveau comité Tixier-Vignancour. François Brigneau l’a bien précisé le 2 novembre 1972 dans le cadre d’une réunion privée consacrée à la place d’Ordre Nouveau dans le FN :

  • 31 François Solchaga [François Duprat], « Nouvelles du “Front” », Rivarol, 9 novembre 1972, p. 4.

« À la différence de l’ex-comité Tixier-Vignancour c’est sur une plateforme politique et non sur une “personnalité” que commence la campagne du Front national31. »

22Le Pen a accepté ce compromis pour se remettre en selle mais il s’y sent à l’étroit.

23Roland Gaucher, dans une Histoire des nationalistes qui est aussi une forme d’autobiographie a résumé l’ambiguïté des relations entre Le Pen et le groupe de l’Ordre nouveau :

  • 32 Roland Gaucher, Les Nationalistes en France, tome I, La traversée du désert (1945-1983), Roland Ga (...)

« D’un côté il y a un homme qui entend asseoir son autorité, ne pas devenir l’otage d’un groupe qu’à l’évidence il ne contrôle pas et qui estime qu’il a vocation pour être un leader, et que nul autre que lui, dans les milieux nationalistes, n’est doté de la même envergure, ce qui est loin d’être faux. De l’autre, il y a un groupe très solidaire, très structuré. Il est formé par des garçons jeunes qui ont mené, avant même 1968, de nombreux combats de rue. Ils jugent sévèrement les batailles perdues : Poujade, Tixier-Vignancour, l’OAS, les généraux. Leur heure, pensent-ils est arrivée. Ils n’en considèrent pas moins qu’ils ont besoin, à leur tête, d’un remarquable orateur comme Le Pen. Mais, consciemment ou confusément, ils voient sans doute en lui un personnage de transition. Quelqu’un qui permettra de franchir une étape. Importante. Mais c’est l’au-delà de Le Pen qui les motive32. »

24Au lendemain de la dissolution d’Ordre Nouveau, les tensions et les frustrations sous-jacentes se multiplient. Le FN végète, les éléments d’Ordre Nouveau rongent leur frein. Seul Le Pen reste sur le qui-vive avec un objectif affiché, la future campagne présidentielle qu’il évoque alors qu’elle n’est prévue que pour 1976.

25Dans une conférence de presse de janvier 1974, Le Pen expose les positions du FN sur la situation d’alors et pointe la responsabilité des dirigeants dans la triple crise qui débute : énergie, crise sociale, crise du pouvoir. Il évoque en particulier la future élection présidentielle de 1976 pour s’inquiéter des modalités de son organisation et fustiger le vote par le Sénat modifiant les règles de présentation des candidats (100 maires et 25 parlementaires sont à présent requis). Pour le président du FN :

  • 33 Cité in JL, « Front national. Conférence de presse de Jean-Marie Le Pen », Rivarol, 24 janvier 197 (...)

« Cette réforme est dangereuse car la vocation des Présidentielles est d’ouvrir le plus largement possible le débat politique. Or, en excluant les minorités de ce débat, la loi proposée par les sénateurs les incitera à s’exprimer par l’action directe, c’est-à-dire dans l’illégalité et, de plus, provoquera une dépolitisation accrue de nombreux électeurs qui ne se reconnaîtront plus dans les candidats “officiels”33. »

  • 34 Ph. C., « Le Pen candidat à l’Élysée », Rivarol, 21 mars 1974.
  • 35 « Jean-Marie Le Pen explique sa candidature », Rivarol, 4 avril 1974.

26Le Pen est le premier candidat déclaré, avant même la mort de Georges Pompidou (2 avril 1974). En effet, le conseil national du FN, réuni le 17 mars 1974 au Lutetia a présenté sa candidature « afin que la Droite sociale, populaire et nationale ne soit pas absente du grand débat34 ». Les motivations ont été précisées dans une conférence de presse tenue le 28 mars 1974. Le Pen compte se présenter au nom de sa formation mais « espère un soutien de tous les mouvements nationaux ». À quelques jours de la mort du président en exercice, sur l’état de santé duquel les supputations se multiplient, Le Pen reste très prudent : il « souhaite » qu’il achève son mandat et lui « adresse » des vœux de santé. En même temps, le président du FN « lui demande toutefois respectueusement mais fermement de ne pas tarder à organiser sa succession s’il ne s’estime pas en mesure de gouverner la France deux ans encore. Il serait en effet hautement regrettable, en effet, que la vacance du pouvoir se produisît dans des circonstances troublées, propices à l’aventure35 ».

  • 36 Patrick Louis, Histoire des royalistes. De la libération à nos jours, op. cit., p. 170.

27Le décès de Pompidou et la campagne qui débute posent au candidat Le Pen plusieurs difficultés. Il lui faut d’abord réunir les signatures requises ce qu’il réussit, non sans difficultés. Il lui faut aussi présenter ses thèmes de campagne, rassembler « l’opposition nationale » et lutter contre le réflexe d’un vote « utile », notamment en direction de Valéry Giscard d’Estaing. Le Pen ne réussit pas à fédérer les milieux nationalistes puisque les anciens d’Ordre Nouveau soutiennent Giscard d’Estaing qui trouve aussi l’appui de Minute tandis que la Restauration nationale soutient Jean Royer36. Le Pen redoute ce « vote utile » pour en avoir déjà mesuré les conséquences lors de la présidentielle en 1965 où il était le directeur de campagne de Tixier-Vignancour. Le Pen ménage d’ailleurs Valéry Giscard d’Estaing en déclarant à Serge Bromberger du Figaro :

  • 37 Cité in « Jean-Marie Le Pen à travers la “Grande Presse” », Rivarol, 25 avril 1974.

« Nous sommes dans l’opposition actuellement. Mais nous ne sommes pas si loin de Giscard d’Estaing. Un jour ou l’autre, il n’est pas exclu que nous entrions dans la majorité. Mais pour cela, il faut affirmer notre existence37. »

28C’est donc, pour reprendre une formule qu’il emploie dans une interview au Monde, « le heaume levé » et avec « l’intention de [s]’y battre » qu’il entend conduire sa campagne, afin de promouvoir une « politique qui ne soit pas le changement dans la continuité, mais le véritable changement ».

  • 38 Voir l’éditorial signé « Rivarol » paru dans le numéro du 25 avril 1974.
  • 39 Voir en particulier la « tribune libre » de Jean Denipierre intitulée « Voter utile » publiée dans (...)
  • 40 L’entretien, recueilli par Camille-Marie Galic à la SERP (l’entreprise de disques dirigée par Le P (...)

29Pour mener son combat, Le Pen dispose de peu de moyens. Du côté nationaliste, un seul journal le soutient nettement, l’hebdomadaire Rivarol qui félicite ceux qui comptent voter pour lui38, l’interroge, relaie ses conférences de presse et publie des prises de position contre le « vote utile39 ». Le Pen s’y exprime et ne manque pas, en même temps qu’il justifie le principe d’une candidature de l’« opposition nationale », de rappeler sa propre « expérience40 ». Ainsi, le président du FN souligne la nécessité, pour « l’opposition nationale », de participer à tous les scrutins et raille au passage ceux qui considèrent cette bataille comme « inutile ». Au passage, il souligne l’intérêt qu’il porte aux médias audiovisuels et :

  • 41 Le Pen, qui porte alors un bandeau sur un œil, est passé trois fois à la télé les 19, 22 et 29 avr (...)
  • 42 Le Pen a tenu peu de réunions publiques : Lille (25 avril), Colmar (26), Paris (2 mai), Nantes (4 (...)

« Croi[t] les interventions télé-radiodiffusées41 (qui permettent de toucher parfois jusqu’à vingt millions de personnes) plus efficaces que les réunions publiques qui n’attirent que deux mille personnes – déjà convaincues – et coûtent très cher42. »

30Surtout, il considère sa propre candidature comme parfaitement légitime : « La course à la présidence exige un minimum de qualités techniques, d’expérience. Un passé de services rendus, une certaine notoriété. » Et Le Pen d’ajouter : « D’autres que moi les possèdent, sans doute. Mais l’action politique suppose une certaine continuité. » C’est donc en héritier du combat national que Le Pen se pose en reprenant, assumant et justifiant la campagne de 1965 dont il a été le maître d’œuvre et qui a laissé un souvenir cuisant, y compris pour lui-même. Il veut la regarder du bon côté et la présente comme « une remarquable réussite » ayant entraîné le ballotage du général de Gaulle. Quant aux 5,5 % obtenus par Tixier-Vignancour, il les qualifie de « très beau score » en indiquant qu’il « aurait pu être doublé si tant de nationaux n’avaient commis le “crime politique” de voter utile c’est-à-dire pour Lecanuet. » Neuf ans plus tard, la leçon ne saurait être perdue et il faut « choisir au premier tour et voter utile au second ». Les adversaires de Le Pen, outre la gauche (et surtout le Parti communiste), sont surtout les gaullistes de l’UDR, qualifiée de « parti totalitaire... et tentaculaire. » Le candidat en donne sa propre vision empreinte de causticité :

« Le génie de ses animateurs, c’est d’avoir, sur n’importe quel sujet, des députés de toutes les tendances. Voyez l’Algérie : il y avait le gaulliste progressiste, le gaulliste raisonnable, le gaulliste “dur”. Même chose pour le petit commerce, pour l’avortement : l’éventail va de l’ultra-réactionnaire Jean Foyer à l’ultra-libéral Lucien Neuwirth. Chaque Français est assuré de trouver dans un UDR au moins son idéal politique. Et ainsi le régime rassemble une majorité pour chacune de ses options. »

  • 43 Le Pen l’a présenté dans une conférence de presse du 16 avril et les dix points sont repris dans l (...)
  • 44 Colette Ysmal, Daniel Boy, Gérard Grunberg, Béatrice Moine-Roy, « L’élection présidentielle de mai (...)
  • 45 Rivarol, 16 mai 1974.

31En même temps qu’il condamne « l’État UDR » et sa politique, Le Pen dénonce bruyamment ses résultats en matière intérieure et extérieure, fustigeant en particulier la politique arabe du gouvernement, son philosoviétisme et le fait qu’une politique d’indépendance n’inclut pas automatiquement l’hostilité à l’égard de nos partenaires européens et occidentaux. Au final, le candidat Le Pen propose un programme en dix points qui se déclinent comme suit43 : « Des institutions rénovées », « Une France pacifique et présente dans le monde » (ce qui passe par la création d’une Confédération européenne et la réintégration de la France dans l’OTAN), « Une défense nationale réaliste » (qui passe par la création d’une armée de métier et d’une force de dissuasion européenne), « Une justice indépendante » (fin des « juridictions d’exception »), « Des finances saines, une monnaie forte, des impôts justes », « Une économie prospère au service des Français » (liberté d’entreprise, capitalisme populaire...), « Des Français solidaires et fraternels » (rejet de l’avortement et aides aux familles nombreuses), « Des citoyens libres et responsables » (abrogation de la loi Faure), « Un peuple nombreux et sain » (une politique de santé préventive et curative), « Un cadre préservé pour une vie plus belle » (sauvegarde du patrimoine et lutte contre la pollution). Sa lecture montre qu’il est sur bien des points éloigné des futurs programme du FN puisque ni l’insécurité ni l’immigration ne sont mis en avant. Ajoutons par ailleurs qu’il est sur nombre de sujets passepartout et se distingue, en cela, d’un programme marqué par l’héritage nationaliste. Beaucoup plus encore que Tixier-Vignancour en 1965, le résultat du premier tour est très décevant : 189 304 voix soit 0,63 % des inscrits44 et 0,76 % des exprimés. Pour le second, le conseil national du FN réuni le 12 mai a recommandé à ses électeurs de « barrer la route au candidat de coalition socialo-communiste45 ».

Conclusion

32Après l’échec des législatives de 1973, celui de Jean-Marie Le Pen à la présidence de la République est une nouvelle déconvenue pour l’extrême droite française. Comme par le passé, elle n’a ni pu ni su sortir de sa marginalité ni de ses divisions pour se retrouver autour d’un parti structuré et d’un dirigeant clairement identifié. En ce sens, les leçons des échecs antérieurs n’ont pu être tirées et l’extrême droite n’a pu non plus profiter du déclin amorcé du PCF et du gaullisme dont elle avait pourtant fait ses adversaires principaux : l’alternative qu’elle propose reste alors sans écho. Ce constat de marginalité n’est cependant pas suffisant. Il apparaît en effet que le début des années 1970 et tout particulièrement la campagne de 1974 sont instructifs sur un point fondamental, à savoir le positionnement de Jean-Marie Le Pen tant vis-à-vis du Front national que du jeu politique français dont il a parfaitement compris que l’essentiel reposait dorénavant sur l’élection présidentielle et l’outil télévisuel. Que le succès n’ait pas été au rendez-vous et que l’ancien député de Paris ait même poursuivi au cours de la décennie suivante sa propre « traversée du désert » ne change rien au fait que celui qui a rayonné à partir du début des années 1983-1984 via la télévision et un statut de candidat permanent, a déjà en tête dix ans plus tôt une stratégie bien définie.

Anmerkungen

1 Rien n’est dit sur l’extrême droite dans les études électorales pointues : Élisabeth Dupoirier, Gérard Grunberg, « Vote municipal et vote législatif. Évolution de 1965 à 1971 dans les villes de plus de 30 000 habitants », Revue française de science politique, 1972, p. 238-268.

2 Philippe Villaret, « La participation de l’Action française aux élections municipales », Les Dossiers d’Action française, no 7, février 1971, p. 10. Le numéro est intitulé : L’État contre les libertés locales ?

3 Sur cet épisode, y compris pour les citations proposées, se reporter à Patrick Louis, Histoire des royalistes. De la libération à nos jours, Jacques Grancher, 1994, p. 151-153.

4 Alain Renault présente Ordre nouveau, Juin 1972 et 3e congrès 1973, Déterna, 2009, p. 94-95.

5 Ibid., p. 95.

6 Ibid., p. 100.

7 Frédéric Bon, Jean Ranger, « Les élections partielles de l’été 1970. Analyse des électorats », Revue française de science politique, vol. 21, 1971, p. 78. Dans leur article, les auteurs n’en parlent même pas.

8 Jean-Paul Gaultier, Les extrêmes droites en France, Éditions Syllepse, 2009, p. 205.

9 Alain Renault présente Ordre nouveau, Juin 1972 et 3e congrès 1973, op. cit., p. 106.

10 Ibid., p. 107.

11 Ibid., p. 117.

12 Ibid., p. 121.

13 Ibid., p. 126.

14 Ibid., p. 121.

15 Ibid., p. 187.

16 Ibid., p. 349.

17 « D’Ordre Nouveau à Front national », Rivarol, 15 juin 1972, p. 8.

18 Ibid., p. 8.

19 Il faut compter aussi avec une dimension clandestine mise en avant par Nicolas Lebourg, « La subversion de l’extrême droite radicale face à l’État durant la Ve République », in François Cochet, Olivier Dard (dir), Subversion, anti-subversion, contre-subversion, Riveneuve Éditions, 2009, p. 314.

20 Alain Renault présente Ordre nouveau, Juin 1972 & 3e congrès 1973, op. cit., p. 357.

21 JL, « “Baptême populaire” à la Mutualité », Rivarol, 9 novembre 1972, p. 4.

22 Alain Renault présente Ordre nouveau, Juin 1972 & 3e congrès 1973, op. cit., p. 363.

23 JL, « Le FN à la mutualité. Congédions le cuisinier Pompidou », Rivarol, 1er mars 1973, p. 7.

24 Alain Renault présente Ordre nouveau, Juin 1972 & 3e congrès 1973, op. cit., p. 364.

25 C’est le chiffre qu’on lit partout. Rivarol dit 103 (François Solchaga, « Nouvelles du Front », 1er mars 1973, p. 7).

26 Colette Ysmal, Daniel Boy, Gérard Grunberg, Béatrice Moine-Roy, « L’élection présidentielle de mai 1974 : la redistribution des électeurs de droite », Revue française de science politique, vol. 25, no 2, 1975, p. 222.

27 Alain Renault présente Ordre nouveau, Juin 1972 & 3e congrès 1973, op. cit., p. 370.

28 Gilles Bresson, Christian Lionet, Le Pen. Biographie, Seuil, 1994, p. 363.

29 Michèle Vilman, « Du pain sur la planche pour le Front national », Rivarol, 3 mai 1973, p. 4.

30 Jacques Moulins, « Ordre Nouveau “aile marchante” de l’Opposition nationale », Rivarol, 21 juin 1973, p. 7.

31 François Solchaga [François Duprat], « Nouvelles du “Front” », Rivarol, 9 novembre 1972, p. 4.

32 Roland Gaucher, Les Nationalistes en France, tome I, La traversée du désert (1945-1983), Roland Gaucher Éditeur, 1995, p. 217.

33 Cité in JL, « Front national. Conférence de presse de Jean-Marie Le Pen », Rivarol, 24 janvier 1974.

34 Ph. C., « Le Pen candidat à l’Élysée », Rivarol, 21 mars 1974.

35 « Jean-Marie Le Pen explique sa candidature », Rivarol, 4 avril 1974.

36 Patrick Louis, Histoire des royalistes. De la libération à nos jours, op. cit., p. 170.

37 Cité in « Jean-Marie Le Pen à travers la “Grande Presse” », Rivarol, 25 avril 1974.

38 Voir l’éditorial signé « Rivarol » paru dans le numéro du 25 avril 1974.

39 Voir en particulier la « tribune libre » de Jean Denipierre intitulée « Voter utile » publiée dans le numéro de Rivarol du 2 mai 1974. Pour Denipierre pour qui « notre candidat » est Le Pen et qui se conclut par ces mots : « Voter utile au premier tour, c’est voter pour ses idées ». On rappellera que Jean Denipierre, directeur d’école en Seine Saint-Denis, est le pseudonyme de Pierre Pauty (1930-2000), une des figures majeures du journal Militant.

40 L’entretien, recueilli par Camille-Marie Galic à la SERP (l’entreprise de disques dirigée par Le Pen) est publié dans le numéro de Rivarol du 11 avril 1974. Les citations qui suivent en sont extraites.

41 Le Pen, qui porte alors un bandeau sur un œil, est passé trois fois à la télé les 19, 22 et 29 avril 1974. Le 19, il a manié l’ironie (« Si vous êtes satisfait, heureux, prospère, rassuré, vous pouvez voter pour les trois candidats de l’ex-majorité gouvernementale... »), le 22 il a évoqué la natalité et le 29 avril l’immigration (Gilles Bresson, Christian Lionet, Le Pen. Biographie, op. cit., p. 371).

42 Le Pen a tenu peu de réunions publiques : Lille (25 avril), Colmar (26), Paris (2 mai), Nantes (4 mai). (Ibid., p. 371).

43 Le Pen l’a présenté dans une conférence de presse du 16 avril et les dix points sont repris dans le numéro de Rivarol du 25 avril 1974.

44 Colette Ysmal, Daniel Boy, Gérard Grunberg, Béatrice Moine-Roy, « L’élection présidentielle de mai 1974 : la redistribution des électeurs de droite », Revue française de science politique, vol. 25, no 2, 1975, p. 222.

45 Rivarol, 16 mai 1974.

Autor

Professeur d’histoire contemporaine, Université Paul-Verlaine, Metz, centre de recherche universitaire lorrain d’histoire (CRULH, EA3945).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540