Version classiqueVersion mobile

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Quatrième partie. L’antisémitisme avant, pendant et après l’Affaire

L’antisémitisme à gauche… aussi

Michel Dreyfus

Texte intégral

  • 1 Michel Winock, La France et les juifs. De 1789 à nos jours, Paris, Le Seuil, 2004.
  • 2 Vincent Duclert, Dreyfus au Panthéon : voyage au cœur de la République, Paris, Galaade, 2007.
  • 3 Nous en avons retracé l’histoire in L’Antisémitisme à gauche en France (1830-2009) : histoire d’un (...)

1Dans l’immense littérature consacrée à l’Affaire, l’antisémitisme dont ont fait preuve la plupart des organisations ouvrières jusqu’en 1898 est sous-estimé. L’affaire Dreyfus constitue un tournant fondamental dans l’histoire de la construction de la solidarité entre la gauche et les juifs1, mais sa postérité considérable et son éclat mémorial2 ont contribué à faire oublier ou à sous-estimer certaines réalités douloureuses : parmi elles, l’existence d’un antisémitisme à gauche. En ce domaine, beaucoup de choses changent avec l’Affaire, mais force est de reconnaître que, jusque dans ses premières années, le fort antisémitisme que connaît la France a aussi souvent infecté les organisations ouvrières. On ne traitera pas ici de l’antisémitisme qui émane de la droite et de l’extrême droite, mais seulement de celui existant à gauche3, notamment à partir de l’observation de ses manifestations ordinaires et banales. Cet antisémitisme à gauche a des racines anciennes qui remontent aux débuts du socialisme.

  • 4 Jean Bouvier, Les Rothschild, Bruxelles, Complexe, 1983.

2De nombreux socialistes utopiques ont en effet associé leur critique du capitalisme à un antisémitisme économique reposant sur la dénonciation des « gros » et des banquiers, nécessairement juifs. Jusqu’alors, le Juif avait été souvent perçu comme l’ennemi du christianisme, mais avec les débuts du capitalisme, la critique du rôle économique des Juifs a pris son envol. Émancipés en 1791, en voie d’assimilation, les juifs ont commencé à conquérir des positions économiques et sociales, mais se sont trouvés en butte à de nouvelles formes d’hostilité. La représentation que l’on en avait ne correspondait nullement à leur importance réelle. En 1870, sur 36 millions d’habitants, la France comptait 50 000 Juifs qui, concentrés en majorité à Paris ou en région parisienne, ne représentaient pas plus de 0,2 % de la population française. Ils étaient souvent identifiés à la figure du maître de l’argent, même si les financiers ne représentaient qu’une toute petite partie de la société juive. La réussite européenne exceptionnelle de la famille Rothschild4 a contribué à la mise en place du mythe de la banque juive dans les représentations collectives, ce qui n’a pas été sans influer sur une pensée politique également nouvelle, le socialisme. Ses premiers penseurs ont repris à leur compte les stéréotypes selon lesquels les Juifs étaient les principaux profiteurs du capitalisme industriel et bancaire ; ces stéréotypes subsisteront bien après l’affaire Dreyfus.

  • 5 Éric David, La Figure du Juif dans la pensée socialiste contemporaine du XIXe siècle, thèse de doc (...)
  • 6 Bruno Viard, Pierre Leroux (1797-1871) : à la source perdue du socialisme français, anthologie éta (...)
  • 7 Alphonse Toussenel, Les Juifs, rois de l’époque, histoire de la féodalité financière, Paris, rééd. (...)

3Ni Saint-Simon ni ses disciples n’ont été antisémites, car ils s’inscrivaient dans une démarche optimiste pleine de foi dans le futur ; Étienne Cabet, Constantin Pecqueur et Louis Blanc ont également été indifférents aux Juifs. Mais de nombreux socialistes utopiques ont associé leur dénonciation du capitalisme naissant aux Juifs. Selon Charles Fourier, la Révolution française a commis l’erreur d’émanciper les Juifs dont l’activité économique aurait dû être réglementée par le gouvernement ; cette proposition a été reprise par Alphonse Toussenel et Pierre-Joseph Proudhon5. Inventeur du mot « socialisme », auteur en 1846 d’un article, « Les Juifs, rois de l’époque6 », Pierre Leroux, qui a reçu une éducation chrétienne, a exprimé un antijudaïsme traditionnel accolant l’image du déicide et de l’usurier, déjà formulée en 1829 par Charles Fourier dans son Nouveau monde industriel. En 1845, Alphonse Toussenel, qui se proclame socialiste, a, dans Les Juifs, rois de l’époque, joué un rôle décisif dans l’élaboration du stéréotype associant les Juifs à la grande banque et au capitalisme. La haine des Juifs domine l’ensemble de l’ouvrage pour qui « Juif, usurier, trafiquant sont… synonymes7 » ; le peuple juif est « le plus sanguinaire dans ses vengeances, le plus persévérant dans sa haine et dans son mépris pour le reste de l’humanité ». Alphonse Toussenel, qui a aussi lié antisémitisme et xénophobie, a été le premier à assimiler « toute la banque aux Juifs et tous les Juifs à la banque », à réunir la « féodalité industrielle » au « juif cosmopolite » et enfin à évoquer une vaste conspiration internationale du Juif cosmopolite dont la France serait la malheureuse victime. L’influence d’Alphonse Toussenel a été considérable sur les antisémites mais aussi sur les socialistes.

4Le rejet des Juifs est également très violent chez Proudhon. En 1847, après avoir qualifié dans ses Carnets Karl Marx de « ténia du socialisme », il écrit :

Juifs. Faire un article contre cette race qui envenime tout, en se fourrant partout, sans jamais se fondre avec aucun peuple. Demander son expulsion de France, à l’exception des individus mariés avec des Françaises ; abolir les synagogues, ne les admettre à aucun emploi, poursuivre enfin l’abolition de ce culte.

  • 8 Pierre-Joseph Proudhon, Carnets, préface de Daniel Halévy, notes de Pierre Haubtmann, présentation (...)
  • 9 Pierre Haubtmann, Pierre-Joseph Proudhon. Sa vie et sa pensée, 1809-1849, Paris, Beauchêne, 1982, (...)
  • 10 Samuel Bernstein, Auguste Blanqui, Paris, Maspero, 1970, p. 11 et 314.

5Le juif est « l’ennemi du genre humain. Il faut renvoyer cette race en Asie ou l’exterminer8 ». Ces propos s’expliqueraient d’abord par la rupture de Proudhon avec Marx en 18469. De plus, Proudhon qui a tout dit et son contraire sur la religion, l’État et la démocratie, n’a pas, contrairement à Toussenel, mis l’antisémitisme au cœur de sa pensée et il l’a peu exprimé dans ses textes publics. Par sa haine à l’égard des Juifs et des étrangers, son nationalisme et sa misogynie, Proudhon apparaît pourtant comme le père d’un socialisme spécifiquement français dans lequel l’antisémitisme a sa place. Ses disciples l’ont peu suivi dans cette voie. Enfin, si Auguste Blanqui a été d’un « racisme invétéré » à l’égard des Allemands et des Juifs10, son antisémitisme est resté secondaire, et sa dénonciation des « Rothschild » peu originale. Toutefois, en associant la lutte contre le capitalisme à la dénonciation du suffrage universel, il a jeté les bases d’un antiparlementarisme de « gauche » qui, bien après l’Affaire, considérera l’antisémitisme comme une forme de révolte contre la démocratie bourgeoise et lui attribuera un caractère révolutionnaire.

  • 11 Marc Crapez, La Gauche réactionnaire : mythes de la plèbe et de la race dans le sillage des Lumièr (...)
  • 12 Gustave Tridon, Du molochisme juif, études critiques et philosophiques, cité par Pierre-André Tagu (...)
  • 13 Maurice Dommanget, Blanqui et l’opposition révolutionnaire à la fin du Second Empire, Paris, Arman (...)

6L’antisémitisme d’Auguste Blanqui, et surtout celui de ses disciples, a innové sur un autre point : empreint d’antichristianisme, il s’est intégré à une « gauche réactionnaire11 », minoritaire mais vivace à partir des années 1860. Plusieurs blanquistes se sont réclamés de la philosophie des Lumières pour élaborer un antisémitisme antichrétien et anticlérical ; or, l’anticléricalisme a été une valeur essentielle pour celui qui ne voulait « Ni Dieu, ni maître ». Gustave Tridon a dénoncé en 1867, en collaboration avec Auguste Blanqui, « les Sémites [comme…] le mauvais génie de la terre… Combattre l’esprit et les idées sémitiques est la tâche de la race indo-aryenne12 ». En présentant les Juifs comme une race ennemie et inférieure pratiquant des crimes rituels, Gustave Tridon a été un des pionniers de l’antisémitisme en France13. Un autre blanquiste, Albert Regnard, exprimera maintes fois, peu avant l’Affaire, son antisémitisme dans La Revue socialiste. L’antisémitisme a donc existé dans la plupart des composantes du socialisme.

  • 14 Grégoire Kauffmann, Édouard Drumont, Paris, Perrin, 2008, p. 127.
  • 15 Norman Cohn, Histoire d’un mythe : la « conspiration » juive et les Protocoles des Sages de Sion, (...)
  • 16 Émile Zola, L’Argent, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1967, p. 90, 182, 195, 244 (...)
  • 17 La Revue socialiste, no 76, avril 1891, p. 454-455.

7Les premières organisations ouvrières nationales voient le jour dans la décennie 1880. L’antisémitisme moderne émerge au même moment, et ce pour plusieurs raisons. À partir de 1882, le retournement de la conjoncture économique, sous forme de krachs bancaires, notamment celui de l’Union générale imputé aux Juifs, favorise la multiplication de publications antisémites. La plus connue est La France juive, dont 62 000 exemplaires sont vendus dès sa parution en 188614 : Édouard Drumont devient le principal propagateur du « mythe de la conspiration judéo-maçonnique en un facteur influent de la vie politique française15 ». Le krach de l’Union générale inspire L’Argent (1891) où Zola décrit la lutte entre deux banques, l’une catholique, l’autre juive : il s’y exprime en termes très durs pour les Juifs16. En 1891, La Revue socialiste publie une critique élogieuse du livre, empreinte de cet antisémitisme économique17.

  • 18 Norman Cohn, op. cit., p. 54.
  • 19 Sur cette question, cf. les travaux de Zeev Sternhell, et notamment La Droite révolutionnaire, 188 (...)

8Les difficultés économiques favorisent l’essor de la xénophobie, y compris chez les socialistes. Juifs et immigrants juifs sont en tout petit nombre — 80 000 personnes, soit 0,2 % de la population française18 —, mais le stéréotype du juif profiteur et corrupteur n’a que faire de cette réalité. Ensuite, le boulangisme puis la crise de Panama favorisent la montée du nationalisme et de l’antisémitisme. Le boulangisme jette les bases d’une « droite révolutionnaire19 » où se rencontrent une droite autoritaire et une gauche antiparlementaire, toutes deux antisémites. Puis, la crise de Panama (1892) permet aux antisémites d’attaquer la République et de dénoncer quelques Juifs, éclaboussés par le scandale : l’image de la haute banque, « juive » et « cosmopolite », s’en trouve renforcée. Enfin, le scientisme imprègne les socialistes qui pensent que la science est désormais le guide indispensable de leur action. Il favorise l’essor d’une pensée raciale reposant sur une conception hiérarchisée et inégalitaire du genre humain opposant notamment Aryens et Sémites.

  • 20 Carole Reynaud-Paligot, La République raciale : paradigme racial et idéologie républicaine (1860-1 (...)
  • 21 La Revue socialiste, no 30, juin 1887, p. 512.
  • 22 Le Cri du peuple, 17 juin 1886.
  • 23 La Revue socialiste, no 50, février 1889, p. 185.

9Loin de se limiter à l’extrême droite, cette vision rencontrera la consécration chez les intellectuels républicains jusqu’à la Grande Guerre20. Pour Albert Regnard l’égalité des races est une « chimère21. » Cette pensée racialiste qui se superpose à une démonologie des Juifs fort ancienne renforce la vision dévalorisante des Juifs, notamment animale : déjà représenté comme un reptile par Charles Fourier, un vautour par Alphonse Toussenel et un ténia par Proudhon, le Juif est maintenant assimilé à une pieuvre par Jules Guesde22. Il est également associé à la maladie ou la contamination : ainsi, pour Albert Regnard, la Grèce a été « infectée […] par le poison sémitique23. » Derrière ce discours, on relève le mythe médiéval du Juif empoisonneur, au pouvoir maléfique, capable de meurtre rituel.

10Plusieurs facteurs contribuent donc alors à l’émergence de l’antisémitisme moderne : outre l’antijudaïsme chrétien traditionnel en plein renouveau, l’antisémitisme économique associant les Juifs au capitalisme s’accompagne d’un antisémitisme racial. Certains commencent à dénoncer la puissance occulte des Juifs sur le monde politique alors que d’autres, à gauche, s’interrogent sur ses vertus « révolutionnaires ». Rares sont les cas où se manifeste un antisémitisme d’une seule origine, et il existe le plus souvent sous différentes formes.

  • 24 Madeleine Rebérioux, « La Revue socialiste », Cahiers Georges Sorel, no 5, 1987.
  • 25 La Revue socialiste, no 2, février 1885, p. 284.
  • 26 La Revue socialiste, no 4, avril 1885, p. 478-479.
  • 27 La Revue socialiste, no 30, juin ; no 31, juillet ; no 34, octobre 1887 ; no 41, mai ; no 43, juill (...)
  • 28 La Revue socialiste, no 76, avril 1891 et no 89, mai 1892.
  • 29 La Revue socialiste, no 74, février ; no 75, mars ; no 83, novembre ; no 84, décembre 1891 ; no 96, (...)
  • 30 La Revue socialiste, no 25, janvier 1887.
  • 31 La Revue socialiste, no 48, décembre 1888.

11L’antisémitisme économique est très présent dans La Revue socialiste, l’une des principales publications théoriques socialistes, publiée depuis 1885 sous la direction de Benoît Malon24. Dès ses débuts, elle vante les mérites de Gustave Tridon25 puis d’Alphonse Toussenel26. De 1887 à 1889, Albert Regnard y signe une série d’articles antisémites, « Aryens et sémites. Le bilan du christianisme et du judaïsme27 », tout en félicitant Drumont de dénoncer « la rapacité et l’impudence de la finance juive et non juive… » D’autres articles empreints du même esprit paraissent jusqu’en 189228, dus notamment à un autre collaborateur de la revue, Auguste Chirac29, auteur des Rois de la République : histoire des juiveries. Dans une lettre ouverte à Drumont en 1887, il revendique la paternité de l’antisémitisme30. Auguste Chirac écrira dans La Revue socialiste jusqu’en 1897, ainsi que dans L’Idée nouvelle et L’Égalité des guesdistes, etc. En 1888, Gustave Rouanet considère dans La Revue socialiste Édouard Drumont comme un « ennemi », mais il salue son travail d’information « remarquable » qui appelle les déshérités à abattre un « système juif [qui les] paupérise graduellement tous les jours ». Il estime que la petite minorité juive monopolise la richesse : si cela continue, toute la société sera bientôt dans ses mains31. Sa pensée évolue à partir de 1890 : certes, Rothschild symbolise la domination juive, mais

attribuer exclusivement aux Juifs les méfaits du capitalisme est injuste, les catholiques n’étant ni pires ni meilleurs que les Juifs.

12Pour Gustave Rouanet, c’est tout le système économique qui est « coupable » et pas seulement les Juifs. Ce dernier rejette aussi l’antisémitisme parce qu’il se situe sur le terrain de « la lutte des races » :

  • 32 La Revue socialiste, no 62, février 1890.

Le socialisme poursuit l’égalité des races et la suppression des inégalités économiques. L’antisémitisme repousse l’un et l’autre32.

13Gustave Rouanet remet ainsi en cause deux « notions » largement répandues, y compris à gauche : la toute puissance juive et l’antisémitisme racial.

14Rares sont les socialistes qui le suivent alors. Ainsi, Albert Regnard ne croit pas à l’égalité entre les races : le socialisme défend

une race supérieure par ses qualités intellectuelles et morales contre les empiétements d’une autre race, la juive, qui, déplorablement inférieure à cet égard, est en train de nous imposer sa domination […]. On ne devient pas usurier sous le poids des événements ; on naît tel ! Et, c’est précisément le cas de la race juive.

  • 33 La Revue socialiste, no 63, mars 1890, p. 348-349.
  • 34 Claude Willard, Les Guesdistes, Paris, Éditions sociales, 1965, p. 166 et 410-441 ; Robert Stuart,(...)
  • 35 Bertrand Joly, Dictionnaire biographique et géographique du nationalisme français (1880-1900). Bou (...)

15Albert Regnard a pensé quitter La Revue socialiste après avoir lu l’article de Gustave Rouanet, mais il en a été dissuadé par Benoît Malon33. Ce dernier, après avoir salué les travaux d’Albert Regnard, refuse de trancher, sur une question « qui divise ces deux maîtres ouvriers… de la même œuvre sociale », entre deux visions tout aussi respectables du socialisme. L’assimilation du capitalisme aux Juifs est également fréquente chez certains guesdistes du Parti ouvrier français34 — Clovis Hughes qui collabore parfois à La Libre Parole35, Antoine Jourde et Gabriel Baron —, ainsi que dans Le Chambard socialiste (1893-1895) de Gérault-Richard.

16Certains socialistes considèrent la « droite révolutionnaire » antisémite comme un allié potentiel, en raison de son discours anticapitaliste et de son hostilité à la République. Dès 1886, La Revue socialiste voit en Drumont

  • 36 La Revue socialiste, no 17 et 18, mai et juin 1886, p. 480 et 505-514.

[un] rétrograde de bonne foi (qui) fait du partagisme en croyant faire du socialisme […], quand il ne voit pas d’autres moyens de désarmer les Sémites abhorrés que de les dépouiller36.

  • 37 La Revue socialiste, no 106, octobre 1893, p. 428-429.
  • 38 Le Cri du peuple, 23 octobre et 9 novembre 1888.
  • 39 Jolyon Howorth, Édouard Vaillant et la création de l’unité socialiste en France, Paris, EDI, 1982, (...)

17Benoît Malon conservera ses illusions jusqu’à sa mort (1893) et Édouard Drumont lui rendra alors hommage37. En 1888, Le Cri du peuple se réjouit de « l’aide » apportée par Drumont à la propagande socialiste, puis publie un interview dans lequel ce dernier se déclare « en communion d’idées » avec ce journal38. Depuis 1889, le Comité central socialiste révolutionnaire, lieu de rencontre du « blanquisme après Blanqui39 », dont est proche Henri Rochefort, tient le même discours. La fusillade de Fourmies conforte ces illusions chez les socialistes. Lors de la manifestation du 1er mai 1891, la troupe tire et fait neuf morts, ce qui provoque une émotion considérable dans tout le pays.

  • 40 Édouard Drumont, Le Secret de Fourmies, Paris, A. Savine, 1892.
  • 41 La Revue socialiste, no 88, avril 1892, p. 503.

18En 1892, Drumont « démontre » dans un nouveau livre que ce drame vient des Juifs qui veulent assurer leur domination sur le monde ouvrier. Il oppose le bon curé qui s’est porté au secours des travailleurs, au mauvais fonctionnaire juif — le sous-préfet Isaac dont dépend la commune de Fourmies, qui n’est d’ailleurs pas juif — d’où est venu tout le mal40. La Revue socialiste salue favorablement l’ouvrage d’Édouard Drumont, « cet adversaire si loyal », en ajoutant que Fourmies est une preuve supplémentaire de « l’hostilité judaïque contre les socialistes doivent se prémunir41 ». Ces exemples, qu’il serait facile de multiplier, montrent combien l’antisémitisme imprègne les rangs de la gauche à la veille de l’Affaire.

  • 42 La Revue socialiste, no 169, janvier 1899.
  • 43 Le Parti ouvrier, 7-8 janvier 1895.

19Le remplacement de Benoît Malon par Georges Renard à la tête de La Revue socialiste, quelques mois avant l’Affaire, entraîne la disparition des articles antisémites, puis ce courant y est combattu à partir de 1898 où la revue est dirigée par Gustave Rouanet. En 1899, il y définit l’antisémitisme comme une « tentative de contre révolution » et donc une grave menace pour la République et de la liberté. Sa victoire entraînerait « le despotisme politique et religieux [et] le socialisme international subirait le contre coup de la catastrophe42. » La couverture du procès de 1894, faite par Le Parti ouvrier des allemanistes du Parti ouvrier socialiste révolutionnaire (POSR), est également exempte d’antisémitisme. Au lendemain de la dégradation de Dreyfus, Maurice Charnay se demande de façon prophétique s’il n’est pas innocent et victime d’une « épouvantable machination ». N’a-t-on pas « cherché à poursuivre en lui l’israélite43 ? » Maurice Charnay est le seul socialiste à s’exprimer ainsi. Le Parti ouvrier tient quelques propos antisémites jusqu’au début 1898, mais infiniment moins que La Petite République.

  • 44 La Petite République, 10 janvier 1895.
  • 45 La Petite République, 12 janvier 1895.
  • 46 La Petite République, 7 février 1895.

20Cette dernière, qui a désigné en août 1894 Joseph Reinach du nom de « Youssouf », rend compte, du 5 au 7 janvier 1895, de la dégradation du capitaine en s’indignant de sa culpabilité et en ignorant les violentes manifestations d’antisémitisme qui scandent cette parade. Le journal ne les entend pas, ne les voit pas, signe du fait que, pour lui, ce genre de choses va de soi. Jusqu’à la fin 1897, de multiples expressions antisémites parsèment ses colonnes. Il ironise sur une « petite commission44 » touchée par Arthur Meyer, un journaliste en vue et Joseph Reinach y est présenté comme un « Juif ignoble45. » Début 1895, le journal informe du retour en France de Drumont, sans s’émouvoir du fait que la foule venue l’acclamer crie « Vive la Sociale », mais aussi « À bas les Juifs46. »

  • 47 Pierre Birnbaum, Les Fous de la République : histoire politique des Juifs d’État, de Gambetta à Vi (...)
  • 48 La Petite République, no 6874 et 6775, 8 et 9 février 1895.
  • 49 Pendant tout le mois de juillet 1897, la PR enquête sur « le Panama ».
  • 50 La Petite République, 12 février 1895.
  • 51 Voir Michaël R. Marrus, Les Juifs de France à l’époque de l’affaire Dreyfus, Bruxelles, Complexe, (...)
  • 52 La Petite République, 29 mars 1895.
  • 53 La Petite République, 6 mai 1895.

21Évoquant le cas de l’ancien directeur de la Sûreté générale Isaïe Levaillant47, devenu un dirigeant du Consistoire central, le journal déplore la « formidable puissance malfaisante des Juifs, en matière administrative et judiciaire48 » jusqu’à la fin 1897, les attaques répétées de La Petite République contre Levaillant, ainsi que sa dénonciation du « Panama49 » exprimeront un antisémitisme latent. Toujours en février 1895, le journal apprend à ses lecteurs que le député Denis va interpeller le gouvernement pour qu’il mette fin à « la prédominance des Juifs dans l’administration française50 » ; plusieurs parlementaires veulent alors écarter des fonctions publiques les Juifs et les Français d’origine étrangère51. Le journal déplore au même moment que les Juifs spécialisés dans le commerce en Algérie « ne répugnent guère aux métiers infamants52 » et, peu après, il dénonce les « Juifs rapaces comme cette bande de Rothschild…, ces financiers cosmopolites53 ». Le 18 décembre 1897, La Petite République fustige les « usuriers juifs ».

  • 54 La Petite République, 18 mai 1895.
  • 55 La Petite République, 9 novembre 1895.
  • 56 Voir la communication dans ce volume de Michel Abitbol, p. 361.
  • 57 La Petite République, 1er octobre 1896.

22Jusqu’en 1898, La Petite République exprime deux idées défendues par la plupart des socialistes et des anarchistes. Les Juifs sont assimilés à la grande banque et mis sur le même plan que la finance catholique et l’armée : dans l’Affaire, le prolétariat n’a pas à choisir entre ces deux camps ennemis. Le journal voit aussi dans l’antisémitisme une sorte de cheval de Troie contre la société bourgeoise : les antisémites peuvent hâter l’heure de la révolution, notamment lors des élections municipales tenues à Vienne en Autriche (mai 1895), avec l’antisémite Karl Lueger54 : ses partisans sont des « proches parents qui n’ont qu’à se débarrasser de deux ou trois préjugés pour se muer en socialistes conscients et entiers55 ». À l’automne 1896, La Petite République rend compte de façon très neutre des manifestations antisémites en Algérie56. Elle estime alors que « l’esprit israélite [existant] chez un grand nombre de Juifs » suscite des inquiétudes et qu’il serait « habile » de leur part « de prendre une place qui ne serait pas toute la place57 » dans la société.

23Rien d’étonnant si, en novembre 1896, Alexandre Zévaès juge en ces termes la première brochure de Lazare en faveur de Dreyfus :

  • 58 La Petite République, no 7515, 10 novembre 1896.

Le distingué représentant du high life anarchiste, qui est en même temps un des plus fidèles admirateurs de sa majesté Rothschild, M. B. Lazare, vient de publier en Belgique une brochure tapageuse, La Vérité sur l’Affaire […]. C’est une nouvelle manœuvre de la campagne sournoise engagée par les journaux de la finance et de la juiverie pour faire douter l’opinion de la culpabilité du traître58.

24L’antisémitisme d’Alexandre Zévaès — il sera en 1919 l’avocat de Raoul Villain, l’assassin de Jean Jaurès — mériterait une recherche plus poussée. Le 27 novembre 1897, La Petite République relève, sans aucun commentaire, la récente « manifestation antisémite » faite par des étudiants contre Zola. Il faut attendre juin 1898 pour que le journal se convertisse à la cause dreyfusarde.

  • 59 Harvey Goldberg, « Jaurès et la question juive », Jean Jaurès, bulletin de la Société d’études jau (...)
  • 60 La Dépêche de Toulouse, 25 décembre 1894, citée par Eric Cahm, in « La presse socialiste face à la (...)
  • 61 La Dépêche de Toulouse, 8 mai 1895, cité par Gilles Candar dans sa contribution, infra, p. 385.
  • 62 Madeleine Rebérioux, « Jean Jaurès « pour l’amour de l’humanité » », Mil neuf cent, no 11, 1993, p (...)
  • 63 Voir infra, la contribution de Gilles Candar, p. 385.

25Jaurès s’est-il soucié des Juifs durant ses années de formation59 ? Vers 1890, il ne semble guère s’émouvoir des rapprochements entre les antisémites et certains socialistes et, jusqu’en 1894, il entretient des relations cordiales avec Barrès. Aux débuts de l’Affaire, il estime que si Dreyfus n’est pas condamné à mort, c’est parce que « l’immense effort juif » fait en sa faveur n’a pas été tout à fait « stérile60 » et qu’il a bénéficié du « prodigieux déploiement de la puissance juive ». Toutefois, il n’intervient pas à la Chambre pour réclamer sa mort, mais se prononce au contraire en faveur de la limitation de cette condamnation. En mai 1895, Jaurès, en voyage en Algérie, décèle « sous la forme un peu étroite de l’antisémitisme… un véritable esprit révolutionnaire61 », et il y stigmatise « l’usure juive62 ». Si ces écrits représentent le point culminant de ses « équivoques » face à l’antisémitisme63, certains propos tenus ultérieurement étonnent aujourd’hui. En 1896, Jaurès demande au « dieu des chrétiens » de le préserver de toute polémique avec Drumont :

  • 64 La Petite République, 7 juin 1896.

Du coup, il me circoncirait et je serais obligé, moi, de vieille race catholique et cévenole, de bien regarder dans mon miroir si je n’ai pas quelque trace d’hérédité juive64.

  • 65 La Revue socialiste, no 44, août 1898, p. 175.

26La question de la circoncision a été évoquée par Proudhon ; selon Hamon, les Juifs ont des « mœurs spéciales » et Albert Regnard voit dans la circoncision un « molochisme mitigé65 ». Les propos de Jaurès reposent sur une vision péjorative des Juifs, émanant de la tradition catholique.

27Le 27 novembre 1897, Jaurès se dit écœuré

par l’odeur du ghetto [comme par] le parfum de rastaquouère des Esterhazy

28et, le 11 décembre 1897, il réaffirme son analyse selon laquelle s’opposent deux blocs,

les groupements opportunistes, protestants et juifs d’un côté, les groupements cléricaux et militaires de l’autre […]. Les Juifs compromis par des scandales financiers innombrables voudraient s’affranchir du poids de trahison que, depuis l’affaire Dreyfus, une portion du pays fait peser sur eux.

  • 66 Madeleine Rebérioux, art. cité.
  • 67 La Petite République, 20 janvier 1898.

29Le véritable engagement de Jaurès en faveur de Dreyfus débute à la mi-janvier 189866. Mais le 20 janvier, il n’en signe pas moins un « Manifeste67 », dans lequel il refuse de choisir entre les « cléricaux » qui voudraient utiliser l’Affaire contre les Juifs, les protestants ainsi que les libres penseurs, et « les capitalistes juifs », qui discrédités par de nombreux « scandales », cherchent à se réhabiliter. Ce texte, qui appelle à tenir la balance égale entre « le cléricalisme et l’opportunisme allié à tout le groupe panamisant et judaïsant », montre la persistance des anciens schémas. Le 7 juin 1898, Jaurès évoque encore

la race juive, concentrée, passionnée, subtile, toujours dévorée par une sorte de fièvre du gain quand ce n’est pas par la fièvre du prophétisme…

30mais il ajoute aussitôt que

  • 68 Voir Jean Jaurès, L’Affaire Dreyfus, in Œuvres, t. 6, présenté et annoté par Eric Cahm et Madelein (...)

ce n’est pas la race qu’il faut briser, c’est le mécanisme dont elle se sert et dont se servent comme elle les exploiteurs chrétiens68.

  • 69 Voir Gilles Candar, infra.

31Ce discours met fin aux concessions qu’il a pu faire à l’antisémitisme69. Dès lors, son combat en faveur de Dreyfus est décisif. Toutefois, le poids mémoriel occupé aujourd’hui par le grand tribun a pu occulter les incompréhensions de nombreux socialistes. En 1898, Jaurès n’est qu’un dirigeant socialiste parmi d’autres, et il lui reste à conquérir l’envergure dont nous conservons aujourd’hui le souvenir. Dans notre vision actuelle de l’Affaire, l’engagement dreyfusard de celui qui n’est pas encore le principal porte-parole du socialisme français a pu masquer les hésitations d’un grand nombre de ses camarades.

  • 70 Eric Cahm, art. cit.
  • 71 Le Socialiste, 12 mai 1895.
  • 72 Claude Willard, op. cit., p. 410-411.
  • 73 Le Socialiste, 15 décembre 1895.
  • 74 Le Socialiste, 14 août 1898.

32Chez les guesdistes, Le Socialiste est muet sur l’Affaire jusqu’au premier procès70 puis le 13 janvier 1895, il reprend une information selon laquelle le capitaine aurait placé sa fortune en Allemagne. Toutefois, cette « révélation » ne suffit pas à prouver la trahison, car « les Rothschild et tous les banquiers chrétiens ou juifs » placent aussi leurs fonds à l’étranger. Mais, en mai 1895, Jules Guesde souligne que des dizaines de milliers de prolétaires juifs sont parmi « les plus exploités et les plus misérables », et qualifie l’antisémitisme de « réactionnaire71 ». Cette condamnation ne fait pas l’unanimité au sein du Parti ouvrier français (POF) où la sensibilité varie d’un département à l’autre : plusieurs sections du Nord et du Midi expriment un antisémitisme affirmé72. Fin 1895, Charles Bonnier estime que tous les budgets et les emprunts français réalisés depuis 1870 l’ont été « sous la domination des Rothschild73 » ; mais, en août 1898, il voit dans l’antisémitisme « un masque » derrière lequel se cache la réaction74.

  • 75 La République sociale, 8 novembre 1897, citée par Gilles Candar, « Jules Guesde, le combat manqué » (...)

33Fin 1897, La République sociale, publiée à Narbonne, estime qu’il n’y a pas d’erreur judiciaire et stigmatise « les youtres de la finance et de la politique75 » ; dix jours plus tard, elle dénonce le « syndicat judaïco-financier ». Selon le député du Nord Émile Moreau,

  • 76 Le Réveil du Nord, 28 janvier 1898.

le gouvernement de l’Europe [sic] […] est dans les mains d’un syndicat israélite qui fait la pluie et le beau temps76.

  • 77 Catherine Moulin, « L’affaire Dreyfus, un insoluble rébus pour les guesdistes », Jean Jaurès. Cahi (...)
  • 78 Claude Willard, op. cit., p. 410-421.

34Le Réveil du Nord se divise entre les antisémites, ceux qui ne le sont pas et le rejettent mais qui prônent la neutralité dans l’Affaire car Dreyfus est un bourgeois, et enfin la majorité dreyfusarde77. En septembre 1898, le POF condamne le nationalisme et l’antisémitisme puis il se prononce pour Dreyfus le mois suivant. La maladie dont souffre alors Jules Guesde, et qui durera jusqu’en 1899, contribue à scléroser sa pensée. Le POF hésite à l’heure où, avec l’affaire Dreyfus et l’explosion de l’antisémitisme, un renouvellement de sa réflexion serait nécessaire78.

  • 79 Philippe Oriol, « Du Libertaire au Journal du peuple », in « Les représentations de l’affaire Drey (...)
  • 80 Philippe Oriol, Les Anarchistes et l’affaire Dreyfus, Paris, Éd. Confédération nationale du Travai (...)
  • 81 Ibid., p. 16.

35Aux débuts de l’Affaire79, la majorité des anarchistes assimile également les juifs au capitalisme : en s’attaquant à leur prétendu pouvoir économique, les antisémites feraient ainsi « œuvre de révolutionnaires80. » Certains anarchistes recommandent la lecture d’Alphonse Toussenel et d’Édouard Drumont et, dans son histoire de l’antisémitisme publiée à la veille de l’Affaire, Bernard Lazare a présenté Édouard Drumont comme « un élément de révolution81 ». L’Affaire est d’abord peu évoquée dans la presse anarchiste, même si, dans Le Père peinard, Marcel Pouget dénonce Alfred Dreyfus,

  • 82 Cité par Jean Maitron, Le Mouvement anarchiste en France, Paris, Maspero, 1976, t. 1, p. 331.

youtre alsacien, grosse légume au ministère de la Guerre [… qui] a bazardé un tas de secrets militaires en Allemagne82.

  • 83 Jean-Denis Bredin, Bernard Lazare : de l’anarchiste au prophète, Paris, Éd. de Fallois, 1992, p. 1 (...)
  • 84 Paul-Henri Bourrelier, La Revue blanche. Une génération dans l’engagement, 1890-1905, Paris, Fayar (...)

36En septembre 1896, Les Temps nouveaux s’indignent de la traîtrise du « youpin Dreyfus ». Les anarchistes mettent du temps à défendre ce militaire, riche bourgeois et juif, même si c’est l’un d’eux, Bernard Lazare, qui devient le « premier des dreyfusards83 », mais il est très en avance sur ses camarades. La Revue blanche, à laquelle collaborent de nombreux anarchistes, a publié en avril 1894 un article de ce même Lazare sur la question juive, prélude à son histoire de l’antisémitisme : sa « description méprisante » des Juifs polonais et russes a pu mettre mal à l’aise les trois frères Natanson, propriétaires de la revue. Elle ne prend pas position en faveur de Dreyfus avant le début de l’année 189984.

  • 85 Le Libertaire, 26 juin-juillet 1898, cité par Philippe Oriol, op. cit., p. 18.
  • 86 Cité par Philippe Oriol, « Du Libertaire au Journal du peuple », art. cité, p. 66.

37De son côté, Le Libertaire de Sébastien Faure s’intéresse à l’Affaire à partir de la fin 1897, puis rejette l’antisémitisme, cette « doctrine misérable85 », en juillet 1898, mais Le Père Peinard et Les Temps nouveaux refusent de s’associer à ces combats, car ils estiment que l’antisémitisme reste une lutte entre deux fractions rivales du capitalisme. Certains anarchistes continuent de croire aux vertus révolutionnaires de l’antisémitisme, mais ils ne s’allient jamais directement avec les antisémites. Il faut attendre le suicide du colonel Henry pour que la majorité des anarchistes s’engage en faveur du capitaine et se mobilise contre l’antisémitisme ; quelques individualistes proches de La Revue blanche commencent également à s’interroger sur l’existence d’un prolétariat juif. Mais d’autres, notamment les collaborateurs de Ni Dieu ni maître, restent antisémites. Avec la grâce qui suit le procès de Rennes, l’Affaire se termine, selon le mot de Jean Grave, « en queue de poisson86 ». De nombreux anarchistes manifestent alors une rancœur qui sera plus vive encore après la réhabilitation de 1906. Certains de ces « déçus du dreyfusisme » seront par la suite antisémites.

  • 87 Yves Lequin, « Dreyfus à l’usine ?... », in Pierre Birnbaum (dir.), La France de l’affaire Dreyfus (...)
  • 88 Madeleine Rebérioux, La République radicale ? (1898-1914), Paris, Le Seuil, « Points Histoire », 1 (...)

38On connaît très mal la réception de l’antisémitisme en milieu ouvrier. Est-ce l’indifférence ou l’hostilité qui s’exerce à l’égard du capitaine, ce riche bourgeois, juif de surcroît87 ? 10 % d’ouvriers, en particulier des cheminots, figureraient parmi les 100 000 premiers adhérents de la Ligue de la patrie française88. La proportion d’ouvriers est plus élevée encore parmi ceux qui répondent à la souscription lancée, fin 1898, en l’honneur du colonel Henry par La Libre Parole. La liste des souscripteurs donne un aperçu de la réalité sociale de l’antisémitisme du moment : ce sont 88 % des donateurs qui viennent du monde urbain et près de 40 % des métiers de l’industrie, dans des proportions difficiles à définir entre un salariat et un artisanat encore souvent confondus. Il semble donc qu’il existe alors un certain antisémitisme ouvrier, mais il apparaît peu dans le discours syndical qui adopte sur la « question juive » une position beaucoup plus neutre que celle des socialistes : de 1893 à 1897, la Fédération nationale des bourses (FNB) ne semble tenir aucun propos antisémite.

  • 89 L’Ouvrier des deux mondes, 1er décembre 1897.
  • 90 Jacques Julliard, Fernand Pelloutier et les origines du syndicalisme d’action directe, Paris, Le S (...)
  • 91 Ibid., p. 113.
  • 92 Le Monde ouvrier (nouveau nom de L’Ouvrier des deux mondes), 1er février 1899, p. 32.

39Cette modération s’explique en partie par la forte influence, dans le monde syndical, de Fernand Pelloutier qui est resté fidèle au républicanisme de sa jeunesse. Sa revue, L’Ouvrier des deux mondes, soutient le capitaine Dreyfus dès la fin 189789 et, en janvier 1898, Fernand Pelloutier intervient en ce sens à la CGT90, tout en dénonçant l’antisémitisme. Il se réjouit de la relative indifférence du monde ouvrier à l’égard de Dreyfus qui, en d’autres circonstances, n’aurait pas hésité à réprimer le peuple : cette indifférence montre que le peuple se détourne de l’agitation politique stérile au profit de la « révolution économique, vraiment libératrice91. » Début 1899, L’Ouvrier des deux mondes voit à nouveau en l’antisémitisme « un nouvel auxiliaire à la réaction et un adversaire de plus au socialisme92 ». Après la mort de Pelloutier en 1901, quelques formulations antisémites apparaîtront à la CGT jusqu’à la première guerre mondiale.

  • 93 Emmanuel Naquet, La Ligue des droits de l’Homme, une association en politique, 1898-1940, thèse de (...)

40Si la majorité du mouvement ouvrier finit par s’engager en faveur de Dreyfus, l’antisémitisme n’a pas complètement disparu de ses rangs au lendemain du procès de Rennes. L’affaire Dreyfus n’en a pas moins élargi la conception générale du socialisme en lui faisant comprendre la gravité de l’antisémitisme et du racisme. Le socialisme se consacre désormais aussi à la défense des droits de l’Homme et de nombreux militants adhèrent d’ailleurs à la Ligue des droits de l’Homme, fondée en 189893. L’Affaire a profondément transformé le socialisme français.

Notes

1 Michel Winock, La France et les juifs. De 1789 à nos jours, Paris, Le Seuil, 2004.

2 Vincent Duclert, Dreyfus au Panthéon : voyage au cœur de la République, Paris, Galaade, 2007.

3 Nous en avons retracé l’histoire in L’Antisémitisme à gauche en France (1830-2009) : histoire d’un paradoxe politique, Paris, La Découverte, 2009.

4 Jean Bouvier, Les Rothschild, Bruxelles, Complexe, 1983.

5 Éric David, La Figure du Juif dans la pensée socialiste contemporaine du XIXe siècle, thèse de doctorat, université Paris X-Nanterre, 2005, p. 87-93.

6 Bruno Viard, Pierre Leroux (1797-1871) : à la source perdue du socialisme français, anthologie établie et présentée par Bruno Viard, préface de Maurice Aguhlon, Paris, Desclée de Brouwer, 1997, p. 357-362.

7 Alphonse Toussenel, Les Juifs, rois de l’époque, histoire de la féodalité financière, Paris, rééd. Marpon et Flammarion, 1884, p. XXV.

8 Pierre-Joseph Proudhon, Carnets, préface de Daniel Halévy, notes de Pierre Haubtmann, présentation de Suzanne Henneguy et de Jeanne Fauré-Fremiet, Paris, M. Rivière, 1960, t. II, p. 337 et suiv.

9 Pierre Haubtmann, Pierre-Joseph Proudhon. Sa vie et sa pensée, 1809-1849, Paris, Beauchêne, 1982, p. 737-765.

10 Samuel Bernstein, Auguste Blanqui, Paris, Maspero, 1970, p. 11 et 314.

11 Marc Crapez, La Gauche réactionnaire : mythes de la plèbe et de la race dans le sillage des Lumières, préface de Pierre-André Taguieff, Paris, Berg International, « Pensée politique et sciences sociales », 1997.

12 Gustave Tridon, Du molochisme juif, études critiques et philosophiques, cité par Pierre-André Taguieff, « Préface », in Marc Crapez, op. cit., p. IV.

13 Maurice Dommanget, Blanqui et l’opposition révolutionnaire à la fin du Second Empire, Paris, Armand Colin, 1967, p. 98.

14 Grégoire Kauffmann, Édouard Drumont, Paris, Perrin, 2008, p. 127.

15 Norman Cohn, Histoire d’un mythe : la « conspiration » juive et les Protocoles des Sages de Sion, Paris, Gallimard, 1997, p. 55.

16 Émile Zola, L’Argent, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1967, p. 90, 182, 195, 244-245, 275, 311, 313 et 384.

17 La Revue socialiste, no 76, avril 1891, p. 454-455.

18 Norman Cohn, op. cit., p. 54.

19 Sur cette question, cf. les travaux de Zeev Sternhell, et notamment La Droite révolutionnaire, 1885-1914 : les origines du fascisme français, Le Seuil, 1978, rééd. Fayard 2000.

20 Carole Reynaud-Paligot, La République raciale : paradigme racial et idéologie républicaine (1860-1930), préface de Christophe Charle, Paris, PUF, 2006, p. 2.

21 La Revue socialiste, no 30, juin 1887, p. 512.

22 Le Cri du peuple, 17 juin 1886.

23 La Revue socialiste, no 50, février 1889, p. 185.

24 Madeleine Rebérioux, « La Revue socialiste », Cahiers Georges Sorel, no 5, 1987.

25 La Revue socialiste, no 2, février 1885, p. 284.

26 La Revue socialiste, no 4, avril 1885, p. 478-479.

27 La Revue socialiste, no 30, juin ; no 31, juillet ; no 34, octobre 1887 ; no 41, mai ; no 43, juillet ; no 44, août 1888 ; no 50, février ; no 58, octobre 1889 ; no 71, novembre 1890.

28 La Revue socialiste, no 76, avril 1891 et no 89, mai 1892.

29 La Revue socialiste, no 74, février ; no 75, mars ; no 83, novembre ; no 84, décembre 1891 ; no 96, décembre 1892, etc.

30 La Revue socialiste, no 25, janvier 1887.

31 La Revue socialiste, no 48, décembre 1888.

32 La Revue socialiste, no 62, février 1890.

33 La Revue socialiste, no 63, mars 1890, p. 348-349.

34 Claude Willard, Les Guesdistes, Paris, Éditions sociales, 1965, p. 166 et 410-441 ; Robert Stuart, Marxism and national Identity, New-York, New-York Press, 2006, p. 102-135.

35 Bertrand Joly, Dictionnaire biographique et géographique du nationalisme français (1880-1900). Boulangisme, Ligue des patriotes, mouvements antidreyfusards, comités antisémites, Paris, Champion, 1998, p. 201-202.

36 La Revue socialiste, no 17 et 18, mai et juin 1886, p. 480 et 505-514.

37 La Revue socialiste, no 106, octobre 1893, p. 428-429.

38 Le Cri du peuple, 23 octobre et 9 novembre 1888.

39 Jolyon Howorth, Édouard Vaillant et la création de l’unité socialiste en France, Paris, EDI, 1982, p. 76-80.

40 Édouard Drumont, Le Secret de Fourmies, Paris, A. Savine, 1892.

41 La Revue socialiste, no 88, avril 1892, p. 503.

42 La Revue socialiste, no 169, janvier 1899.

43 Le Parti ouvrier, 7-8 janvier 1895.

44 La Petite République, 10 janvier 1895.

45 La Petite République, 12 janvier 1895.

46 La Petite République, 7 février 1895.

47 Pierre Birnbaum, Les Fous de la République : histoire politique des Juifs d’État, de Gambetta à Vichy, Paris, Fayard, 1992, Le Seuil, 1994, notamment p. 95.

48 La Petite République, no 6874 et 6775, 8 et 9 février 1895.

49 Pendant tout le mois de juillet 1897, la PR enquête sur « le Panama ».

50 La Petite République, 12 février 1895.

51 Voir Michaël R. Marrus, Les Juifs de France à l’époque de l’affaire Dreyfus, Bruxelles, Complexe, 1985, p. 238, et Gérard Noiriel, Immigration, antisémitisme et racisme en France (XIXe-XXe siècle), Paris, Fayard, 2007, p. 237-238 et 250-252.

52 La Petite République, 29 mars 1895.

53 La Petite République, 6 mai 1895.

54 La Petite République, 18 mai 1895.

55 La Petite République, 9 novembre 1895.

56 Voir la communication dans ce volume de Michel Abitbol, p. 361.

57 La Petite République, 1er octobre 1896.

58 La Petite République, no 7515, 10 novembre 1896.

59 Harvey Goldberg, « Jaurès et la question juive », Jean Jaurès, bulletin de la Société d’études jaurésiennes, no 53, avril/juin 1974, p. 4 et, dans le même numéro, Jean Rabaut, « Quand Bernard Lazare faisait la leçon à Jaurès ».

60 La Dépêche de Toulouse, 25 décembre 1894, citée par Eric Cahm, in « La presse socialiste face à la première affaire Dreyfus en 1894-1895 », Jean Jaurès. Cahiers trimestriels, no 138, octobre-décembre 1995, p. 31-44.

61 La Dépêche de Toulouse, 8 mai 1895, cité par Gilles Candar dans sa contribution, infra, p. 385.

62 Madeleine Rebérioux, « Jean Jaurès « pour l’amour de l’humanité » », Mil neuf cent, no 11, 1993, p. 59.

63 Voir infra, la contribution de Gilles Candar, p. 385.

64 La Petite République, 7 juin 1896.

65 La Revue socialiste, no 44, août 1898, p. 175.

66 Madeleine Rebérioux, art. cité.

67 La Petite République, 20 janvier 1898.

68 Voir Jean Jaurès, L’Affaire Dreyfus, in Œuvres, t. 6, présenté et annoté par Eric Cahm et Madeleine Rebérioux, Paris, Fayard, « Essais », 2001, cité par Gilles Candar, infra.

69 Voir Gilles Candar, infra.

70 Eric Cahm, art. cit.

71 Le Socialiste, 12 mai 1895.

72 Claude Willard, op. cit., p. 410-411.

73 Le Socialiste, 15 décembre 1895.

74 Le Socialiste, 14 août 1898.

75 La République sociale, 8 novembre 1897, citée par Gilles Candar, « Jules Guesde, le combat manqué », Mil neuf cent, no 11, p. 51.

76 Le Réveil du Nord, 28 janvier 1898.

77 Catherine Moulin, « L’affaire Dreyfus, un insoluble rébus pour les guesdistes », Jean Jaurès. Cahiers trimestriels, no 138, octobre-décembre 1995, p. 27.

78 Claude Willard, op. cit., p. 410-421.

79 Philippe Oriol, « Du Libertaire au Journal du peuple », in « Les représentations de l’affaire Dreyfus dans la presse en France et à l’étranger », Littérature et nation, revue d’histoire des représentations littéraires et artistiques, numéro spécial hors série, Tours, université François-Rabelais, 1997, p. 61-72.

80 Philippe Oriol, Les Anarchistes et l’affaire Dreyfus, Paris, Éd. Confédération nationale du Travail (CNT), 2002, p. 14.

81 Ibid., p. 16.

82 Cité par Jean Maitron, Le Mouvement anarchiste en France, Paris, Maspero, 1976, t. 1, p. 331.

83 Jean-Denis Bredin, Bernard Lazare : de l’anarchiste au prophète, Paris, Éd. de Fallois, 1992, p. 158-160.

84 Paul-Henri Bourrelier, La Revue blanche. Une génération dans l’engagement, 1890-1905, Paris, Fayard, 2007, p. 685-692 notamment et sa contribution dans ce volume.

85 Le Libertaire, 26 juin-juillet 1898, cité par Philippe Oriol, op. cit., p. 18.

86 Cité par Philippe Oriol, « Du Libertaire au Journal du peuple », art. cité, p. 66.

87 Yves Lequin, « Dreyfus à l’usine ?... », in Pierre Birnbaum (dir.), La France de l’affaire Dreyfus, Paris, Gallimard, 1994, p. 385-408.

88 Madeleine Rebérioux, La République radicale ? (1898-1914), Paris, Le Seuil, « Points Histoire », 1975, p. 2728.

89 L’Ouvrier des deux mondes, 1er décembre 1897.

90 Jacques Julliard, Fernand Pelloutier et les origines du syndicalisme d’action directe, Paris, Le Seuil, 1971, p. 111.

91 Ibid., p. 113.

92 Le Monde ouvrier (nouveau nom de L’Ouvrier des deux mondes), 1er février 1899, p. 32.

93 Emmanuel Naquet, La Ligue des droits de l’Homme, une association en politique, 1898-1940, thèse de doctorat, IEP de Paris, 5 vol. , 2005, à paraître chez Fayard.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search