Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les partis à l’épreuve de 68

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Deuxième partie. Évolution des forces politiques

Le PCF face au « problème gauchiste »

Julian Mischi

Texte intégral

  • 1 Sur l’attitude du PCF lors des mobilisations de mai-juin 1968, voir notamment Claude Pennetier, «  (...)
  • 2 Cette conflictualité ouvrière généralisée est bien restituée par Xavier Vigna, L’insubordination o (...)

1Étudier le PCF et son rapport aux luttes dans la première partie des années 1970 conduit à mettre l’accent sur une certaine marginalisation de ses militants et sur la remise en cause de la légitimité de ses dirigeants à parler au nom de la classe ouvrière. Au printemps 1968, les cadres communistes et cégétistes s’étaient déjà trouvés en retrait des grèves ouvrières sauvages et surtout des manifestations étudiantes1. Pendant cette période hautement conflictuelle, les dirigeants du PCF ont œuvré pour une normalisation du jeu politique, en soutenant une sortie de crise par la tenue de nouvelles élections législatives, et ils ont dû faire face à la montée en puissance de leurs adversaires de gauche : maoïstes, trotskistes, libertaires, militants chrétiens. Ce désajustement se poursuit, sous des formes différentes, dans l’après 68, période de persistance des contestations, surtout au sein de la jeunesse scolarisée mais aussi dans le monde du travail. La grève de mai 1971 aux usines Renault du Mans ou le conflit de Pennarroya de mars 1972 illustrent le maintien de cette contestation ouvrière2. On observe même une radicalisation de la protestation en milieu ouvrier, sous l’impulsion en particulier des organisations maoïstes et trotskistes, et son extension à de nouveaux secteurs, notamment aux entreprises issues de la décentralisation industrielle. Cet article vise à éclairer certains aspects de l’attitude du PCF face à cette insubordination ouvrière.

  • 3 Sur la définition de cette séquence historique et son importance pour le mouvement ouvrier, voir : (...)
  • 4 Sur le double aggiornamento, intellectuel et stratégique, entamé après 1956, voir : Bernard Pudal,(...)

2D’une façon générale, les années 68 constituent une séquence essentielle dans l’histoire du PCF, une séquence où son rapport aux classes populaires et sa place dans l’espace des mobilisations collectives se modifient profondément3. Bien résumé par le mot d’ordre « Union-action-programme commun », la stratégie communiste est alors tournée vers l’alliance à gauche en vue d’une accession au pouvoir gouvernemental. Entamé par Waldeck Rochet, secrétaire général de 1964 à 1969, cet aggiornamento stratégique s’opère dans une référence constante au Front populaire4. Elle est poursuivie par Georges Marchais qui signe un programme commun de gouvernement avec le PS en juin 1972. Mais, sur le terrain des luttes, on observe un décrochage de l’organisation communiste à l’égard de certains groupes sociaux : fractions inférieures des classes populaires et aussi catégories « intellectuelles » (étudiants, enseignants, professions intermédiaires). Dans ces milieux, les communistes doivent faire face à une concurrence accrue d’autres organisations animées par des socialistes et des militants d’extrême gauche.

  • 5 Parmi les travaux analysant la désagrégation du groupe ouvrier, on peut se référer à Gérard Noirie (...)

3Ce qui est alors en jeu durant ces années 68, c’est la prétention des leaders communistes au monopole de la représentation de « la classe ouvrière » et plus largement des catégories populaires. Ce monopole symbolique est largement entamé par les évolutions sociologiques et politiques qui marquent cette période. Un cycle, celui du PCF considéré comme le « Parti de la classe ouvrière », semble s’achever sur l’effet de changements internes à l’organisation (type de personnel politique promu, discours produits, orientations stratégiques choisies) et sous l’impact de transformations sociales affectant les milieux populaires. Les bassins de la grande industrie connaissent en effet un éclatement du monde ouvrier et une fragilisation de son groupe central, celui des métallurgistes, sous l’effet de la transformation conjointe du recrutement ouvrier et du système scolaire5. D’une part, les signes d’une stabilisation et d’une promotion des fractions supérieures des classes populaires se multiplient, car les ouvriers qualifiés et leurs enfants accèdent davantage aux métiers de l’encadrement en devenant techniciens, dessinateurs industriels ou agents de maîtrise (certains quittant même « par le haut » le salariat industriel). D’autre part, une nouvelle génération ouvrière d’origine rurale entre dans les usines (des secteurs de l’automobile et électronique notamment) pour occuper les postes sans qualification : les femmes et les travailleurs immigrés forment une part importante de ces nouveaux ouvriers spécialisés situés aux échelons inférieurs de la hiérarchie usinière.

  • 6 Sur l’intérêt d’une analyse localisée du mouvement critique de mai-juin 68, voir les recherches ex (...)
  • 7 Pour le dispositif d’enquête et la recherche d’où sont tirés les éléments présentés ici, voir Juli (...)

4Le déclin du PCF comme « Parti de la classe ouvrière » se comprend à l’aune de ces transformations socio-économiques. Il s’éclaire aussi par le type d’orientations stratégiques et de pratiques militantes déployées par les communistes. On voudrait ainsi apporter ici quelques éléments d’éclairage sur l’attitude des militants communistes face à des mobilisations concurrentes émergentes au sein des quartiers populaires et des entreprises mais aussi dans les milieux intellectuels. On s’appuie pour cela sur une analyse localisée de la mobilisation communiste6, en faisant surtout référence à deux sites, le bassin industriel de Longwy et l’agglomération de Grenoble7. L’exploitation des archives des fédérations du PCF de Meurthe-et-Moselle et de l’Isère permet de mettre en évidence de quelles manières les communistes définissent et appréhendent le « problème gauchiste » au début des années 1970.

Dénoncer les « provocations gauchistes »

  • 8 Nous suivons ici des pistes énoncées dans Paul Boulland, Nathalie Éthuin et Julian Mischi, « Les d (...)

5Déjà fortement entamée lors des évènements de mai-juin 68, la prétention de la direction du PCF à parler au nom de la classe ouvrière est continuellement remise en cause dans l’après 68. Mais les formes de la contestation de cette légitimité se transforment au début des années 1970 : aux critiques internes succèdent des mobilisations extérieures qui entrent en concurrence avec le PCF. On peut saisir ce tournant à travers l’évolution de l’appréhension de ce que les dirigeants communistes nomment le « problème gauchiste8 ».

  • 9 Cf. Frédérique Matonti et Bernard Pudal, « L’UEC ou l’autonomie confisquée (1956-1968) », in Berna (...)

6Dans les années 1960, il s’agit essentiellement de régler des divergences internes, le plus souvent à coup d’exclusions. De nombreux rapports conservés dans les archives des fédérations du PCF portent les traces d’une inquiétude croissante des cadres communistes devant les manifestations de désaccords internes, souvent qualifiées de « tentatives de déstabilisation du Parti de la classe ouvrière ». Sur le terrain, dans les usines ou les universités, les dirigeants du PCF et de la CGT sont en effet confrontés à des militants qui remettent en question la ligne du parti. Si les points de débats et de conflits sont nombreux, les désignations des militants contestataires se résument en revanche à trois variantes : il s’agit tantôt d’« italiens », tantôt de « pro-chinois », plus rarement de « trotskystes », autant de labels qui préparent leur exclusion en tant que « tendances ». L’étiquette « prochinoise » ou « gauchiste » stigmatise alors souvent des militants particulièrement dotés en capital culturel : une des lectures possibles de leur protestation est celle de l’expression d’un malaise d’« intellectuels » au sein d’un parti ouvrier. La crise est ainsi particulièrement aiguë au sein de l’Union des étudiants communistes (UEC), qui voit de nombreux militants quitter, souvent forcés, l’organisation et participer à la formation des organisations de la mouvance gauchiste9. Et les remous internes produits par la stratégie du PCF durant les évènements du printemps 68 se ressentent surtout chez les intellectuels communistes dont certains en viennent à critiquer publiquement l’attitude de la direction.

7Progressivement, au début des années 1970, la vigilance vis-à-vis du gauchisme prend la forme d’une lutte contre des mobilisations impulsées par des militants extérieurs au PCF. Les communistes sont en effet concurrencés sur le terrain des luttes sociales par des organisations et des militants, souvent non ouvriers, prétendant également à la révolution. Ces nouvelles mobilisations sociales et politiques se structurent autour des catégories sociales que les transformations socio-économiques de la période font émerger. Ces mouvements sont divers : il peut s’agir de contestation ouvrière ou étudiante, de la protestation des travailleurs immigrés ou encore de la mobilisation des « couches moyennes » en essor. Mais ils sont en général animés par des militants socialistes ou d’extrême gauche et remettent par là en cause la centralité du PCF et de la CGT dans l’espace des luttes.

  • 10 Voir Xavier Vigna, op. cit., « la mouvance révolutionnaire », p. 269-300.

8D’après les archives fédérales, les dirigeants communistes se montrent peu soucieux des organisations tournées vers la jeunesse scolarisée, population considérée comme vulnérable aux « déviations gauchistes » du fait de son inexpérience, d’un enthousiasme excessif ou d’origines sociales extérieures à la classe ouvrière. Les cadres fédéraux du parti manifestent en revanche plus d’inquiétude à l’égard de la situation dans le monde du travail où les militants de la CGT et du PCF doivent en particulier faire face à des mobilisations trotskystes10. Au début, la concurrence principale émane des militants de la Voix ouvrière (VO). L’activité de ce groupe est repérée en région parisienne mais aussi dans quelques fédérations de province, aux chantiers navals de Saint-Nazaire par exemple, ou encore dans les usines Neyrpic de Grenoble. Si les organisations d’extrême gauche recourent souvent à des étudiants pour la diffusion du matériel de propagande, elles s’appuient aussi sur des militants ouvriers. Les orientations des militants trotskistes contredisent la position de la CGT et du PCF, notamment les limites fixées à l’action revendicative au nom du primat accordé à la conquête électorale du pouvoir par la gauche. Elles favorisent les conflits avec la maîtrise, alors que la CGT, arrimée à la stratégie communiste de conquête de « nouvelles couches sociales », prône l’unité de toutes les catégories salariées. Selon une stratégie définie au début des années 1960, le discours communiste insiste en effet sur l’ouverture aux « ITC » (ingénieurs, techniciens et cadres), considérés comme plus proches du courant communiste que par le passé. L’argumentation omniprésente dans la production militante de ce début des années 1970 consiste à démontrer que « le capitalisme monopoliste d’État » contribue à l’exploitation de « nouvelles couches sociales », qui aspirent donc au changement et partagent les intérêts de la classe ouvrière.

  • 11 Arch. PCF Échirolles, Dossier de la CFDT « La grève des manutentionnaires de Neyrpic. 30 mai/5 jui (...)

9La concurrence entre communistes et militants d’extrême gauche s’exprime notamment lors de la grève de 87 manutentionnaires de Neyrpic (Grenoble) en juin et juillet 1972. Souvent immigrés ou d’origine immigrée (Italiens, Portugais, Espagnols, Maghrébins, Grecs et Turcs), ces derniers sont situés en bas de l’échelle salariale de l’entreprise et sont peu syndiqués11. Malgré les consignes de temporisation de la CGT, ils s’engagent dans un mouvement de revendication. Un comité de soutien est alors monté par des syndicats universitaires, la Ligue communiste, le Secours Rouge et le PSU. Les dirigeants de la CGT s’opposent aux actions menées par le comité de soutien, en particulier en matière de solidarité financière :

  • 12 Arch. PCF Échirolles, Tract de l’UL-CGT de Grenoble, 16 juin 1972.
  • 13 Arch. PCF Échirolles, Tract de l’UL-CGT de Grenoble, 22 juin 1972.

« Nous dénonçons sans faiblesse la déviation de la solidarité opérée par ledit “comité de soutien” dans le seul but de manipuler des travailleurs. Nous les condamnons mais nous condamnons aussi ceux qui les encouragent de près ou de loin [...]. La solidarité financière ne doit pas être l’objectif principal. Ce serait la porte ouverte à l’idée de faire la grève pour la grève. Les travailleurs se refusent à être les mercenaires de la grève comme le souhaitent certains12. »
« La CFDT poursuit son activité, ouvrant toutes les portes aux provocations gauchistes [...]. La CGT dénonce les soi-disant comités de soutien qui veulent se substituer aux organisations syndicales pour diriger la lutte13. »

10Les militants du PCF et de la CGT freinent l’ouverture du conflit au-delà des murs de l’usine et expriment leurs réticences devant le déroulement de collectes en ville et dans le campus. Outre les revendications et la stratégie, ce sont donc aussi les méthodes d’action de ces militants qui sont dénoncées par les cadres du PCF et de la CGT. En général, l’action des militants cégétistes reste centrée sur les entreprises. Ils privilégient les occupations d’usine et tentent de contenir tout « débordement » des conflits hors des usines, surtout lorsque celui-ci est favorisé par les jeunes OS de la CFDT.

  • 14 Voir par exemple les « réserves du Parti communiste » pendant la grève du Joint français au printe (...)
  • 15 Xavier Vigna, op. cit., p. 238-252.

11À l’image des conflits de Neyrpic, les militants du PCF et de la CGT peuvent se trouver en retrait des mouvements sociaux qui se multiplient au début des années 197014. Ses militants doivent souvent faire face à la mise en place de comités de lutte et à une concurrence de la CFDT qui sort généralement renforcée de ces conflits. Comme le souligne Xavier Vigna, les fractions dominées de la classe ouvrière, qui occupent jusqu’ici des positions marginales dans les organisations syndicales et politiques, trouvent dans certaines entreprises les ressources pour modifier en leur faveur le rapport de force à l’intérieur de l’espace des luttes15. Discours révolutionnaire et défense de l’« autonomie ouvrière » sont mobilisés contre les organisations de la mouvance communiste, qui, elles, mettent l’accent sur la nécessité d’établir les conditions d’une victoire aux élections politiques et de combattre le « gauchisme » des groupes révolutionnaires. Le « modérantisme » de la CGT quant à l’action revendicative, surtout pour les fractions les plus démunies de la classe ouvrière, favorise en retour l’attrait de ces groupes « gauchistes », pour les ouvriers les plus contestataires.

Des travailleurs immigrés loin du PCF

12Le conflit de Neyrpic souligne la distance entre le PCF et les travailleurs issus de l’immigration nord-africaine dans ces années 68. Durant cette période, on observe un grippage du travail politique de mobilisation des classes populaires, dont l’expression la plus spectaculaire est l’inefficacité du message communiste en direction des groupes issus des mouvements migratoires récents. Alors que les militants du PCF se sont appuyés sur l’immigration du sud de l’Europe (Espagnols et Italiens notamment) pour construire leur influence locale, ils ne parviennent pas à être attractifs pour les nouveaux arrivants du Maghreb, et ils se heurtent à des mobilisations politiques concurrentes dans ces milieux.

  • 16 Cf. Gérard Noiriel, Longwy. Immigrés et prolétaires 1880-1980, Paris, PUF, 1984, 396 p.

13Dans la région de Longwy en Lorraine, les cadres du PCF peinent à mobiliser les travailleurs maghrébins pourtant nombreux, alors qu’ils sont eux-mêmes le produit de la formation réussie d’une élite militante d’origine italienne16. Lorsque l’on dresse une sociographie du milieu partisan local, force est de constater que le « parti de la classe ouvrière » ne représente que partiellement les mondes ouvriers du bassin de Longwy. Au début des années 1970, les ouvriers venus du Maghreb sont absents non seulement de la direction fédérale du PCF mais aussi plus largement des équipes animant les cellules et les sections. Le responsable fédéral aux « travailleurs immigrés » insiste à plusieurs reprises sur l’absence d’efforts fournis en direction des immigrés algériens, qui n’ont pas d’engagement militant ou s’affilient à FO. En dépit des incitations nationales, le PCF ne possède pas de « groupe de langue » algérienne et la commission fédérale de la main d’œuvre immigrée est essentiellement tournée vers les Italiens. En 1975, dans le cadre de la préparation d’une journée nationale d’étude sur l’immigration algérienne, la fédération recense 8 000 Algériens sur son territoire, qui résident essentiellement dans deux municipalités communistes (Mont-Saint-Martin et Thil) et travaillent surtout dans la sidérurgie. La délégation de Meurthe-et-Moselle ne comporte qu’un seul Algérien à cette journée nationale ! À cette date, la fédération ne compte que 25 militants algériens dont aucun n’a de responsabilité, même au niveau de la cellule.

  • 17 Sur ces points, voir les recherches de Laure Pitti qui, à partir surtout du cas de l’usine Renault (...)

14Il nous semble que l’absence des travailleurs nord-africains au sein du PCF s’explique surtout par la reproduction de rapports de domination sociale au sein de l’organisation. Les structures militantes sont essentiellement animées par des ouvriers de métiers qualifiés, alors que les travailleurs immigrés sont le plus souvent manœuvres, ouvriers spécialisés. La situation des ouvriers issus des migrations plus récentes au sein du PCF renvoie plus largement à la marginalisation des fractions inférieures des classes populaires au sein du mouvement communiste. La frilosité de la CGT – syndicat essentiellement animé par des ouvriers professionnels – à l’égard des luttes d’OS en est une expression. La situation d’isolement et d’instabilité propre aux migrants les plus récents (très souvent célibataires, ils ne peuvent pas, par exemple, s’appuyer sur des réseaux familiaux intergénérationnels, contrairement aux Italiens dont l’histoire migratoire est alors ancienne) explique également ce retrait de l’action collective. À cette reproduction de rapports sociaux de domination dans l’organisation militante, s’ajoutent bien sûr aussi les effets de la gestion de la guerre d’Algérie par le PCF et la CGT. Le vote des pouvoirs spéciaux en mars 1956 a fortement érodé l’hégémonie du mouvement communiste au sein de certaines fractions du monde ouvrier, favorisant le développement de pratiques d’insubordination et d’autonomie ouvrière chez des militants algériens et français, pratiques militantes réactualisées lors des mobilisations d’OS au début des années 197017.

  • 18 Olivier Masclet, « Du “bastion” au “ghetto”. Le communisme municipal en butte à l’immigration », A (...)

15La question du logement des travailleurs immigrés cristallise les incompréhensions et le retrait des militants communistes face aux revendications portées par les nouvelles populations ouvrières. Pour la banlieue parisienne, Olivier Masclet montre un décalage grandissant entre les communistes et les populations nouvellement immigrées, décalage qui se manifeste lors de campagnes municipales contre la formation de « ghettos ». De telles campagnes politiques contribuent à stigmatiser certains habitants18. La vocation proclamée de défendre l’ensemble de la classe ouvrière butte devant l’installation jugée trop importante de populations pauvres et immigrées. La fraction stabilisée de la classe ouvrière, celle d’où sont issus les porte-parole du PCF et de la CGT, se distancie de plus en plus de ses composantes immigrées, démunies du droit de vote et de conditions de résidence décentes.

  • 19 Choukri Hmed, « Contester une institution dans le cas d’une mobilisation improbable : la « grève d (...)

16Dans les sites enquêtés, lorsque les ouvriers étrangers participent à des actions militantes au cours des années 1970 sur des motifs d’amélioration de leurs conditions de résidence, c’est essentiellement en dehors des réseaux communistes19. Les mobilisations des travailleurs immigrés sont souvent impulsées par des militants de l’extrême gauche non communiste (liés notamment au Secours Rouge et aux groupements maoïstes), comme lors des « grèves de loyers » qui se déroulent à partir de 1969 et surtout de 1973 dans les foyers d’hébergement. Au sein des foyers Sonacotra du bassin de Longwy, certains travailleurs immigrés se mobilisent autour des questions du droit de visite, de l’aménagement du logement ou encore du niveau des loyers. Ils sont alors appuyés par des comités pour l’amélioration des conditions de vie, qui sont animés par des militants d’extrême gauche, du PSU et de la CFDT. Ces derniers entrent en conflit avec des militants proches du PCF et de la CGT, ainsi qu’avec les élus communistes des mairies où les foyers sont installés. Dans un tract, les communistes d’une section locale dénoncent ainsi « l’action aventuriste et extrémiste qui consiste, par exemple, à refuser tout paiement des loyers, toute négociation foyer par foyer ».

17Dans l’agglomération grenobloise, où se sont installés de nombreux travailleurs d’Afrique du Nord après la Seconde Guerre mondiale, les communistes sont également en retrait des mobilisations de travailleurs immigrés impulsées par des militants socialistes et d’extrême gauche au début des années 1970. Le PCF s’oppose ainsi à la mise en place d’une structure propre aux immigrés. Ses militants dénoncent la création, par des membres de la gauche non communiste, de l’Office dauphinois des travailleurs immigrés (ODTI) en 1971 :

  • 20 Arch. PCF Saint-Martin d’Hères, « Pour une politique locale de l’immigration », PCF-section de Sai (...)

« Comme si les centrales syndicales ouvrières, et particulièrement la CGT, n’avaient pas une telle préoccupation fondamentale, parce que syndicat de classe (quelle que soit la nationalité du travailleur) et de masse20. »

18Les dirigeants locaux du PCF s’opposent à la formation d’un comité de soutien, composé de personnes de statut étranger et choisies par les travailleurs eux-mêmes, car cela ouvre la porte à l’extrême gauche :

« De ce fait, toute l’activité de l’ODTI est à la remorque des objectifs politiques de la municipalité de Grenoble [dirigée par des élus de gauche non communistes], et se situe dans le prolongement de l’action des différents groupes gauchistes. »

  • 21 Arch. PCF Échirolles, Note sur la situation des groupes gauchistes à Grenoble présentée par le cam (...)
  • 22 Arch. PCF Saint-Martin-d’Hères, Tracts « Tous unis nous resterons dans la salle » par « Les organi (...)

19L’année suivante, un rapport interne de la fédération communiste note « la persistance » de « l’activisme des groupes gauchistes [...] dans les entreprises à forte concentration d’immigrés », où le PCF et la CGT sont absents21. Autre signe de cette distanciation des communistes à l’égard des revendications des travailleurs immigrés : une municipalité communiste de la banlieue grenobloise est confrontée durant l’année 1974 à une contestation au sein d’une résidence au sujet de l’utilisation d’une salle et du matériel municipal pour l’organisation de fêtes. Le maire fait clouer les portes du bâtiment et menace de demander « l’exclusion de certains éléments22 ».

20La description sociologique des réseaux communistes locaux permet de rendre compte de la marginalisation de certains groupes (ouvriers spécialisés, travailleurs immigrés) au sein du PCF. à Grenoble, comme à Longwy, le pouvoir pris dans les municipalités et le parti par des militants issus des fractions qualifiées du salariat, souvent des fils d’Italiens ou d’Espagnols venus en France, ne favorise pas le renouvellement et l’ouverture aux nouvelles populations, notamment aux catégories populaires moins stabilisées et aux Algériens. Les inégalités sociales reproduites dans l’organisation militante proviennent en partie de l’univers industriel, et les orientations organisationnelles des cadres communistes ne semblent pas les remettre en cause.

Lutter contre les « illusions technocratiques »

21La critique de « l’intellectualisme » gauchiste n’est pas propre à l’univers usinier. On la retrouve également lorsque les militants communistes évoquent leur action parmi les professions intermédiaires et intellectuelles. Dans ces milieux en essor, les cadres du PCF dénoncent constamment la prégnance des « illusions technocratiques » de leurs nouveaux adversaires de gauche, notamment du PSU. Ces critiques traduisent les difficultés qu’éprouvent alors les dirigeants communistes à prendre en compte l’essor des couches sociales intermédiaires (extension des professions intermédiaires et redéfinition de ce groupe social avec le développement d’une nouvelle petite bourgeoisie culturelle) et l’émergence de « nouvelles » revendications en terme de « démocratie locale » et « participative ». Cette situation est lourde d’enjeux politiques car la stratégie du PCF définie au début des années 1960 vise justement à rallier le nouveau salariat intellectuel en vue de la conquête du pouvoir gouvernemental.

  • 23 Cf. Jean-Pierre Bernard, Jean-Marc Blancherie et Patrick Lecomte, « Les groupes d’action municipal (...)

22Les difficultés de l’organisation communiste face à ces évolutions sont particulièrement lisibles dans la région de Grenoble où l’établissement d’entreprises « de pointe » et le développement universitaire vont de pair avec le déclin des industries métallurgiques et mécaniques. Parallèlement à ces transformations socio-économiques, la scène politique locale connaît de fortes mutations avec la création d’unions de quartiers et de forces militantes de la « deuxième gauche ». En 1964, des syndicalistes de la CFDT, des universitaires, des techniciens de l’urbanisme et des militants d’unions de quartier et d’associations (Vie Nouvelle, Peuple et Culture, Économie et Humanisme, etc.), se réunissent au sein du Groupe d’action municipale (GAM). Représentant différentes tendances de la gauche non communiste, ces militants mettent en avant leur prise en compte des problèmes rencontrés par les « habitants » dans leur « vie quotidienne » et leur goût pour « l’action concrète ». La création du GAM peut être vue comme une manifestation du décalage grandissant entre une municipalité tenue par des notables gaullistes ou modérés et les populations nouvelles issues des secteurs économiques en essor23.

23En concurrence avec le PCF, les militants du GAM s’allient avec la SFIO et le PSU et gagnent les scrutins municipaux de 1965 et 1971. Ses acteurs sont de jeunes ingénieurs, techniciens, cadres et professeurs d’université. Le maire, Hubert Dubedout, est un ingénieur issu d’une famille bourgeoise chrétienne. Il travaille au Centre d’énergie nucléaire de Grenoble (CENG) où il n’y a pas de militants communistes. Le CENG symbolise ces nouvelles entreprises de taille moyenne, liées aux technologies de pointe (informatique, électronique, nucléaire), qui s’établissent dans la région grenobloise, aidées par l’essor universitaire et succèdent à la grosse industrie (métallurgie, chimie, construction mécanique et électrique). Les cadres du PCF donnent longtemps peu d’importance à ces mutations du tissu industriel local et on observe une crispation de l’activité communiste sur les secteurs économiques vieillissants. L’audience de la CGT reste ainsi confinée aux entreprises de la métallurgie, du textile, de la papeterie et du secteur nationalisé, alors que la CFTC et la CFDT séduisent les employés et les techniciens, notamment du CENG.

  • 24 Entretien avec Jean Giard, le 7 octobre 1996 à Échirolles.

24Dès le début du GAM, les communistes expriment leurs réticences face à une mobilisation qu’ils ne maîtrisent pas. Revenir sur la critique communiste de « l’expérience grenobloise » permet de souligner l’attitude des cadres du PCF face à l’émergence de nouvelles mobilisations qui, durant les années 68, mettent en avant des principes décentralisateurs et participatifs. La critique anti-GAM est surtout portée par le leader grenoblois du PCF, Jean Giard. Cet ancien secrétaire de l’union locale CGT est originaire de la région parisienne où sa mère est infirmière et son père employé à EDF24. Il est marié à une institutrice et travaille longtemps à Grenoble comme ouvrier maçon. Il adhère au PCF en 1954, après avoir pris des responsabilités syndicales, et devient très tôt permanent, d’abord syndical, puis politique, lorsque la direction fédérale lui demande de prendre la tête du parti à Grenoble. Le premier axe de la critique de Jean Giard concerne la place de la « classe ouvrière » dans l’expérience grenobloise. Le GAM est honni pour son caractère technocratique :

  • 25 Jean Giard, tribune de discussion préparatoire au 19e Congrès du PCF dans L’Humanité, cité par Le (...)

« Un dernier trait de l’idéologie technocratique concerne la négation du rôle dirigeant de la classe ouvrière. Du conservateur Raymond Aron au “révolutionnaire” Alain Touraine, en passant par le maire de Grenoble, tous ont en commun ce même dénominateur25. »

25Le rejet communiste du GAM, constitué en majorité d’ingénieurs, d’enseignants et de quelques techniciens, mais d’aucun ouvrier ou employé, s’effectue d’abord au nom du primat de « la classe ouvrière ». Celle-ci ne doit pas être reléguée dans un « rôle d’appoint » à ces catégories émergentes. À cette rhétorique de classe s’ajoute une question d’organisation politique. Les communistes refusent un mouvement qui n’est pas structuré à l’échelle nationale, et qui valorise la participation locale. Pour un parti fortement centralisé, l’adaptation au jeu politique local n’est pas aisée, surtout lorsque celui-ci tend à s’autonomiser de la scène politique nationale. Tourné sociologiquement vers les mondes ouvriers et institutionnellement vers la scène partisane nationale, les cadres du PCF accordent peu de crédit aux mobilisations pluriclassistes à base associative et locale.

  • 26 Jean Giard, « à propos des GAM, Action politique et pédagogie », Cahiers du Communisme, no 3, mars (...)

26En mars 1972, Jean Giard publie dans les Cahiers du Communisme, un article intitulé « à propos des GAM. Action politique et pédagogie26 ». En s’appuyant « sur les fondements léninistes de la politique du Parti », il renforce sa critique en soulignant que la solution est nationale et non locale :

« [Le GAM] crée des illusions sur les possibilités réelles de réalisations des municipalités et déplace vers celles-ci les responsabilités. [...] Il n’y a pas d’îlots de socialisme. Il ne suffit pas de “vouloir pratiquer une démocratie de participation”, il faut que soient réalisées les conditions matérielles et spirituelles de la participation [...].
[Pour les militants du GAM], il ne s’agit pas de changer les structures fondamentales de la société, mais les mentalités. [...] L’action politique se ramène à une pédagogie. Cette orientation concernant l’action politique est le point de convergence d’idéologies aussi diverses que la révolution culturelle de Mao, la nouvelle société de Chaban-Delmas ou les théories éducatives d’Auguste Comte. Elle a pour résultat la négation de l’action de masse. La philosophie qui s’en dégage est essentiellement pessimiste. Leur pédagogie est réformatrice, elle n’est pas révolutionnaire [...].
Le GAM récuse la lutte des classe [et vise à] nier l’importance de la mission dirigeante de la classe ouvrière, tenter d’affaiblir le Parti communiste, substituer à la révolution sociale la révolution de la conscience ou celle de la compétence. »

27Portés par les militants de la « deuxième gauche », les mots d’ordre liés à la démocratie locale et participative sont rejetés par le représentant communiste. Ce qui est dénoncé dans ces formes d’actions privilégiant la « compétence », c’est le rôle central accordé aux « intellectuels » qui se substitueraient aux dirigeants ouvriers du PCF dans l’animation des luttes.

  • 27 Arch. PCF Isère, Rapport de la cellule du PCF Paul Éluard, Université III, 4 février 1971.

28Par rapport au monde ouvrier où ils peuvent s’appuyer sur la puissance syndicale de la CGT pour contrer les mobilisations concurrentes des gauchistes, la position des communistes paraît beaucoup plus vulnérable parmi les professions intermédiaires et intellectuelles. Les rapports internes de la fédération du PCF font apparaître la prise de conscience d’un déclin de son influence au sein de ces catégories. Ce qui inquiète en particulier la direction locale du parti, c’est son manque d’emprise sur le milieu universitaire. La première section du PCF dans un campus de province est fondée à Grenoble en 1971 mais son activité demeure limitée et les militants, des maîtres-assistants surtout, ne restent jamais très longtemps dans la structure. Comme dans les entreprises, les communistes du campus se heurtent à la concurrence de militants d’extrême gauche. La propagande du PCF dénonce de façon permanente des « coups de force gauchistes » sur le campus, menés par des « éléments étrangers à l’Université ou venus de Lyon ». Les communistes se confrontent avec les militants de l’Alliance des jeunes pour le socialisme (AJS) dont les « tracts ou affiches dénoncent « les hommes de main de Giard », « les nervis et les voyous de l’appareil stalinien27 ». Les adhérents de ce groupement lié à l’Organisation communiste internationaliste (OCI) seraient nombreux, plus de 200, et chercheraient à s’emparer du syndicat étudiant UNEF. En mars 1972, devant le bureau fédéral du PCF, Jean Giard dresse un rapport « sur la situation des groupes gauchistes à Grenoble ». Il y évoque l’« activité persistance des groupes gauchistes, le développement de l’AJS » à la faculté de Lettres, tandis que la faculté de sciences est plutôt investie par les « maoïstes et certains gauchistes du PSU ».

***

  • 28 Claude Pennetier et Bernard Pudal, « La peur de l’autre : vigilance anti-trotskiste et travail sur (...)

29La disqualification par les dirigeants du PCF d’actions militantes étiquetées comme « gauchistes » dans l’après 68 traduit un décrochage à l’égard de certains groupes sociaux : enseignants d’origine populaire, techniciens, jeunes ouvriers, étudiants, ou encore travailleurs immigrés maghrébins. Elle renvoie à une perte d’emprise des militants communistes et cégétistes sur les mobilisations émergentes, qui sont impulsées par des acteurs issus de l’extrême gauche et de la « deuxième gauche ». Ceux-ci contournent les réseaux du PCF par des formes d’action militante « nouvelles » (comités de lutte) affirmant leur solidarité avec les fractions dominées des classes populaires ou organisant des groupes socialement plus favorisés mais faiblement dotés en ressources militantes. Cette cécité des dirigeants communistes à l’égard des mouvements contestataires des années 68 renvoie au refoulement de la critique marxiste des rapports de domination, qui caractérisaient les premières années du PCF. Face aux conflits du début des années 1970, c’est la dénonciation de l’« aventurisme gauchiste » qui prime. Cette attitude prolonge les prises de positions du printemps 68 et trouve sa matrice plus lointaine dans les attaques visant les « trotskistes » durant l’entre-deux-guerres, qui mettaient également en scène une théorie du complot28.

  • 29 Roger Martelli, L’Archipel communiste. Une histoire électorale du PCF, La Dispute/éd. Sociales, Pa (...)
  • 30 Sur les transformations de l’engagement des militants de la « génération de mai 68 », voir Gérard (...)
  • 31 Sur le rajeunissement et le renforcement du PCF, voir par exemple pour l’Isère : Jacques Derville, (...)

30Inversement, les mouvements gauchistes se définissent alors essentiellement par rapport au « révisionnisme » du PCF. Après 1972, leur influence fléchit cependant fortement, surtout après l’enterrement en février de cette année-là de Pierre Overney, militant de la Gauche Prolétarienne tué par un agent de sécurité de Renault. Les groupes révolutionnaires maoïstes se divisent ou disparaissent. Le « problème gauchiste » passe alors progressivement au second plan pour les dirigeants du PCF, dont le problème central devient celui de l’essor électoral du PS, révélé par les législatives de mars 1973 et les cantonales de septembre 197329. La stratégie unitaire, définie au début des années 1960 et relancée en juin 1972 avec la signature du programme commun, pose problème à des dirigeants qui vont prendre pour cible non plus les gauchistes mais surtout les socialistes. Le déplacement de la critique suit un déplacement militant, car de nombreux militants révolutionnaires et surtout des représentants de la « seconde gauche » entrent au PS (à l’image de Michel Rocard et d’autres dirigeants du PSU à l’automne 1974). Le PS attire une part de la dynamique des mouvements sociaux de l’après 68 en intégrant des militants du « versant contre-culturel de la génération 68 »30. À un degré moindre, l’épuisement du gauchisme alimente aussi le renouvellement du PCF dans les années 1970 en favorisant un rajeunissement de ses rangs et l’adhésion de catégories intellectuelles31. Cette entrée de nouveaux militants fortement dotés en ressources culturelles et sensibles à la dynamique unitaire porte en elle un danger pour le maintien des équilibres internes à l’appareil communiste.

31Au terme des années 1970, le PCF semble pouvoir toujours se singulariser sur la scène politique par la mise en scène d’une « marque révolutionnaire » du fait du déclin du gauchisme, ou plutôt d’une transformation de certaines des composantes gauchistes vers le « style contre-culturel ». Mais le sens attribué à cette prétention révolutionnaire s’est dilué. Dans l’espace des luttes, ses militants sont souvent dépassés et contraints par les orientations électoralistes de l’appareil : il s’agit de freiner la radicalisation des luttes qui pourraient effrayer les classes moyennes. En outre, le PCF apparaît de moins en moins comme le Parti de classe ouvrière, car ses dirigeants ont délaissé la centralité ouvrière de leur discours au profit des slogans continuellement répétés de l’alliance nécessaire avec les autres catégories sociales.

Notes

1 Sur l’attitude du PCF lors des mobilisations de mai-juin 1968, voir notamment Claude Pennetier, « PCF et CGT face à 68 », dans Philippe Artières et Michèle Zancarini-Fournel (dir.), 68. Une histoire collective [1962-1981], Paris, La Découverte, 2008, p. 336-348. Concernant la situation du PCF pendant la période précédente, voir aussi Gilles Richard, « Le Parti communiste français de 1956 à 1967 : crise et renouveau », dans Gilles Richard et Jacqueline Sainclivier (dir.), Les partis et la République. La recomposition du système partisan, 1956-1967, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2008, p. 115-124.

2 Cette conflictualité ouvrière généralisée est bien restituée par Xavier Vigna, L’insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2007, 378 p.

3 Sur la définition de cette séquence historique et son importance pour le mouvement ouvrier, voir : Bernard Pudal, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Dominique Damamme (dir.), Mai-Juin 68, Paris, Éditions de l’Atelier, 2008, 446 p. ; Boris Gobille, Mai 68, Paris, La Découverte, 2008, 120 p. ; Philippe Artières et Michèle Zancarini-Fournel (dir.), 68. Une histoire collective, op. cit.

4 Sur le double aggiornamento, intellectuel et stratégique, entamé après 1956, voir : Bernard Pudal, Un monde défait. Les communistes français de 1956 à nos jours, Éditions du Croquant, 2009, 215 p.

5 Parmi les travaux analysant la désagrégation du groupe ouvrier, on peut se référer à Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la société française. XIXe-XXe siècles, Seuil, Paris, 2002 (1re éd. 1986), p. 210 et suiv. et Jean-Pierre Terrail, Destins ouvriers. La fin d’une classe ?, Paris, PUF, 1990, 275 p.

6 Sur l’intérêt d’une analyse localisée du mouvement critique de mai-juin 68, voir les recherches exposées dans : René Mouriaux, Annick Percheron, Antoine Prost et Danielle Tartakowsky (dir.), Exploration du Mai français, t. 1 « Terrains » et t. 2 « Acteurs », Paris, L’harmattan, 1992, 324 et 270 p.

7 Pour le dispositif d’enquête et la recherche d’où sont tirés les éléments présentés ici, voir Julian Mischi, Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2010, 349 p. Je remercie Nicolas Renahy pour sa lecture d’une première version du texte présenté ici.

8 Nous suivons ici des pistes énoncées dans Paul Boulland, Nathalie Éthuin et Julian Mischi, « Les disqualifications des gauchistes au sein du PCF. Enjeux sociologiques et stratégiques », Savoir/Agir, no 6, décembre 2008, p. 29-39.

9 Cf. Frédérique Matonti et Bernard Pudal, « L’UEC ou l’autonomie confisquée (1956-1968) », in Bernard Pudal, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Dominique Damamme (dir.), Mai-Juin 68, op. cit., p. 130-143.

10 Voir Xavier Vigna, op. cit., « la mouvance révolutionnaire », p. 269-300.

11 Arch. PCF Échirolles, Dossier de la CFDT « La grève des manutentionnaires de Neyrpic. 30 mai/5 juillet 1972 ».

12 Arch. PCF Échirolles, Tract de l’UL-CGT de Grenoble, 16 juin 1972.

13 Arch. PCF Échirolles, Tract de l’UL-CGT de Grenoble, 22 juin 1972.

14 Voir par exemple les « réserves du Parti communiste » pendant la grève du Joint français au printemps 1972 : Jacques Capdevielle, Élisabeth Dupoirier, Guy Lorant, La grève du Joint français : Les incidences politiques d’un conflit social, Paris, Presses de Sciences Po, p. 60-63. Pour le cas de la Bretagne : Vincent Porhel, Ouvriers bretons : conflits d’usines, conflits identitaires en Bretagne dans les années 1968, Rennes, PUR, coll « Histoire », 2008, 325 p.

15 Xavier Vigna, op. cit., p. 238-252.

16 Cf. Gérard Noiriel, Longwy. Immigrés et prolétaires 1880-1980, Paris, PUF, 1984, 396 p.

17 Sur ces points, voir les recherches de Laure Pitti qui, à partir surtout du cas de l’usine Renault de Billancourt, repère une « généalogie algérienne de mai 68 et des mobilisations d’OS de la première moitié des années 1970 » : « Une matrice algérienne ? Trajectoires et recompositions militantes en terrain ouvrier, de la cause de l’indépendance aux grèves d’OS des années 1968-1975 », Politix, 76, p. 158.

18 Olivier Masclet, « Du “bastion” au “ghetto”. Le communisme municipal en butte à l’immigration », Actes de la recherche en sciences sociales, 2005/4, p. 10-25.

19 Choukri Hmed, « Contester une institution dans le cas d’une mobilisation improbable : la « grève des loyers » dans les foyers Sonacotra dans les années 1970 », Sociétés contemporaines, 2007, no 65, p. 55-81.

20 Arch. PCF Saint-Martin d’Hères, « Pour une politique locale de l’immigration », PCF-section de Saint-Martin-d’Hères, octobre 1971.

21 Arch. PCF Échirolles, Note sur la situation des groupes gauchistes à Grenoble présentée par le camarade Giard au Bureau Fédéral du 23 mars 1972.

22 Arch. PCF Saint-Martin-d’Hères, Tracts « Tous unis nous resterons dans la salle » par « Les organisateurs de la salle », le 22 mars 1974 et « Luttons dans le quartier pour l’unité des travailleurs » par « Un groupe de travailleurs français, arabes et portugais », le 24 mars 1974.

23 Cf. Jean-Pierre Bernard, Jean-Marc Blancherie et Patrick Lecomte, « Les groupes d’action municipale dans le système politique local. Grenoble, Valence, Chambéry », Revue Française de Science Politique, no 2, avril 1972, p. 296-318 ; Bernard Bruneteau, « Le “mythe de Grenoble” des années 1960 et 1970. Un usage politique de la modernité », Vingtième siècle. Revue d’histoire, no 58, 1998, p. 111-126.

24 Entretien avec Jean Giard, le 7 octobre 1996 à Échirolles.

25 Jean Giard, tribune de discussion préparatoire au 19e Congrès du PCF dans L’Humanité, cité par Le Monde, 24 décembre 1969.

26 Jean Giard, « à propos des GAM, Action politique et pédagogie », Cahiers du Communisme, no 3, mars 1972, p. 47-59.

27 Arch. PCF Isère, Rapport de la cellule du PCF Paul Éluard, Université III, 4 février 1971.

28 Claude Pennetier et Bernard Pudal, « La peur de l’autre : vigilance anti-trotskiste et travail sur soi », dans Brigitte Studer et Heiko Haumann (dir.), Sujets staliniens. L’individu et le système en Union Soviétique et dans le Comintern, 1929-1953, Zurich, Chronos, 2006, p. 253-271.

29 Roger Martelli, L’Archipel communiste. Une histoire électorale du PCF, La Dispute/éd. Sociales, Paris, coll. « Histoire », 2009, « le temps du doute », p. 62-64.

30 Sur les transformations de l’engagement des militants de la « génération de mai 68 », voir Gérard Mauger, « Gauchisme, contre-culture et néo-libéralisme. Pour une histoire de la génération de mai 1968 », dans L’identité politique, CURAPP, Paris, PUF, 1994, p. 206-226.

31 Sur le rajeunissement et le renforcement du PCF, voir par exemple pour l’Isère : Jacques Derville, « Les communistes en Isère », Revue française de science politique, no 25, 1975, p. 53-71.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540