Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Quatrième partie. L’antisémitisme avant, pendant et après l’Affaire

L’antisémitisme algérien, un phénomène colonial dans l’affaire Dreyfus

Michel Abitbol

Texte intégral

1Puisant ses racines dans la réalité politique, sociale et culturelle qui a pris corps dans ce coin de l’Empire français depuis 1830, l’antisémitisme algérien n’a guère eu besoin des remous provoqués par l’affaire Dreyfus pour surgir et s’y épanouir. Ses premières manifestations datent des lendemains du décret Crémieux de 1870 lorsque, usant de leurs droits civiques nouvellement acquis, les Juifs d’Algérie commencent à prendre part aux élections législatives. Une promotion mal accueillie par une grande partie des pieds-noirs qui, toutes tendances politiques confondues, vont s’unir dans un antisémitisme d’une rare virulence. Atteignant son paroxysme, au cours de la dernière décennie du XIXe siècle, c’est un véritable mouvement de masse, mobilisant dans toutes les couches de la population européenne et dans tous les milieux politiques de la colonie, de droite comme de gauche. Loin d’être un ramassis de laissés pour compte ou de frustrés, les militants des dizaines de ligues antisémites qui ont essaimé dans toutes les villes d’Algérie sont issus au contraire des milieux citadins les plus dynamiques et les plus modernes du pays : professions libérales, commerçants, ouvriers, fonctionnaires, colons, etc., sans parler des femmes qui ont fait leur entrée dans la vie publique à la faveur des manifestations antijuives organisées à l’appel de Max Régis et de ses amis algérois.

2Élément cardinal de la vie politique et sociale de la colonie, l’antisémitisme algérien repose sur la négation absolue de la francité des juifs naturalisés :

Vouloir d’un Juif faire un Français est un problème aussi insoluble que de prétendre changer en farine un sac de charbon,

3lit-on dans un pamphlet antisémite de 1883 intitulé Les électeurs cachirs indigènes de l’Algérie. C’est la remise en question permanente de leur intégration au sein du groupe colonial dominant, qui voyait dans la racisation de ses propres traits culturels — origine latine et religion catholique — la garantie inaliénable de l’ordre politique et social établi par la France dans cette région du Maghreb depuis 1830.

4Ainsi, tout en vouant aux Arabes et aux Kabyles un respect non déguisé — voir les belles pages écrites sur les indigènes musulmans d’Algérie par Édouard Drumont et son émule algérien Georges Meynié, auteur d’une insipide L’Algérie juive —, ce que les antisémites algériens détestent le plus chez les Juifs sont, bien paradoxalement, leurs manières, leur accent, leur accoutrement d’« Arabes de religion mosaïque ». Comme l’écrit, dans une pétition contre le décret Crémieux adressée à l’Assemblée nationale, en 1871, l’un de leurs premiers détracteurs, le préfet Charles du Bouzet,

  • 1 Charles Du Bouzet, Les Israélites indigènes de l’Algérie : pétition à l’Assemblée nationale contre (...)

les israélites algériens ne sont pas des Français. Leur langue maternelle est l’arabe qu’ils parlent mal et écrivent en caractères hébraïques […], leurs mœurs sont orientales et chez presque tous, le costume est celui de l’Orient. Nulle culture intellectuelle, une seule profession, le commerce, une seule passion, celle d’amasser de l’argent, en multipliant les petits bénéfices et en vivant d’une manière sordide. Étrangers aux traditions de la nationalité française, restés en dehors de la civilisation européenne, ces Orientaux n’ont pas de patrie1.

5Les Juifs algériens restent donc, aux yeux des antisémites, des « Arabes » incurables et inassimilables, même si toutes les enquêtes administratives prouvent le contraire, soulignant toute la facilité avec laquelle ils ont accepté de s’adapter à la culture française. Le procureur d’Alger affirmait en 1900, devant la commission d’enquête parlementaire présidée par Joseph-Gaston Pourquery de Boisserin :

  • 2 Chambre des députés, septième législature. Commission d’enquête parlementaire (rapporteur : Pourqu (...)

Il est incontestable que le décret Crémieux a été prématuré. Mais depuis le décret, trente années se sont écoulées et depuis les israélites se sont transformés. Ils ont pris notre costume, fréquenté nos écoles primaires et supérieures, et se sont mélangés à nous dans la mesure où on l’a toléré. À ceux qui leur reprochent de constituer une caste à part, on peut reprocher de n’avoir pas tendu la main aux Juifs lorsqu’ils l’ont demandé. N’est-on pas allé, en ces derniers temps, jusqu’à vouloir leur interdire l’accès de nos théâtres, de nos casinos, de nos places publiques et même de nos établissements de bains de mer2 ?

  • 3 Jean Jaurès, « La question juive en Algérie », La Dépêche de Toulouse, 1er mai 1895.

6Qu’à cela ne tienne : aux yeux des antisémites, avoir octroyé aux Juifs l’égalité des droits politiques était plus qu’une erreur politique — quel intérêt y a-t-il, en effet, à améliorer le sort de la minorité juive au détriment de celui de la majorité arabe —, mais une faute métaphysique ou presque puisqu’elle porte atteinte à l’un des fondements essentiels de l’ordre colonial : la division absolue entre colons et colonisés et la suprématie inaltérable des premiers sur les seconds. Après les Juifs, ne risque-t-on pas, en effet, de réclamer l’extension de la nationalité française à l’ensemble des indigènes d’Algérie, comme le fit Jean Jaurès, dans un article fort ambigu paru dans La Dépêche de Toulouse en 18953 ? La crainte est exprimée notamment par le député radical d’Alger, Charles Marchal :

  • 4 Charles Marchal, Les Troubles d’Alger : opinions d’un témoin, Alger, [s. n.], 1898, p. 46.

C’est l’exemple des Juifs que l’on invoque pour réclamer des droits politiques en faveur des Arabes […] qui nous diront bientôt « La maison est à moi » […]. Pour détruire Rome, il avait suffi de l’invasion des Barbares. Qu’adviendra-t-il de la France algérienne, si elle est envahie à la fois par les Hébreux et par les Barbares4 ?

7Coupée de la plupart des courants culturels qui agitaient la métropole et en proie à des problèmes identitaires très aigus, consécutifs à un flux ininterrompu d’immigrants originaires de tous les coins de la Méditerranée, la « France algérienne » se prenait pour le creuset d’une nouvelle race latine, dont les traits de caractère — fictifs ou réels — furent immortalisés dans les romans « algérianistes » de Louis Bertrand et Robert Randau. Impétueux et chaleureux, rude, robuste et patriote, l’homo algerianus se voulait le contraire absolu du juif pied-noir qui, lui, était égoïste, cupide, immoral, lâche et traître. Voici comment L’Antijuif d’Alger explique la constitution de la « race algérienne » :

  • 5 L’Antijuif, 22 juillet 1898.

Les races ne disparaissent pas ; elles évoluent et se transforment. Les agitations, les migrations et les mélanges apportent sur les fumiers des humaines décadences des germes de rénovation. Et l’on voit, au sein des générations mortes, sortir des peuples nouveaux, jeunes, audacieux et forts. Ce que la France avait de plus viril verse depuis soixante ans, en Algérie, la richesse de son sang sur la civilisation stagnante du Coran. À côté des soldats de la conquête, à côté des pionniers de la colonisation accourus des riches campagnes d’Aquitaine, du Languedoc et de la Provence, sont venus se grouper d’autres conquistadores et d’autres colons, enfants de nos sœurs latines. De ces éléments nouveaux et divers, les meilleurs de leurs races d’origine, naît et grandit le peuple algérien. N’est-ce pas ce peuple qui conservera le dépôt sacré du génie de notre Patrie5 ?

8Quant à Édouard Drumont, il décrit en ces termes les trois éléments constitutifs de la population d’Algérie — Français, Arabes et Juifs — à la tribune de la Chambre des députés, en 1898 :

  • 6 Journal officiel, débats à la Chambre des députés, séance du 23 décembre 1898, p. 2607-2608.

La vérité, c’est qu’il s’est formé là une race profondément française, mais qui diffère un peu des éléments qui ont constitué la France ; cette race se compose de fils de soldats, de fils de colons qui ont défriché le sol en tenant le manche de la charrue d’une main et le fusil de l’autre ; des déportés du Deux décembre qui avaient la haine de la tyrannie ; elle se compose aussi de fils de naturalisés, Italiens et Espagnols qui ne sont pas venus là exploiter une patrie déjà créée, mais qui ont créé, en quelque sorte, une nouvelle patrie. Tous ces hommes sont profondément patriotes. […] Ce sont, je vous le disais, de nouveaux Français dans une nouvelle France ; il n’y a pas là une invasion, mais un groupement du monde latin. Tous, fils de Français et fils d’étrangers, se sont fondus ensemble ; ils sont unis entre eux et ils fraternisent dans un sentiment commun : la haine du juif. Pourquoi le juif est-il haï à ce point en Algérie ? C’est que, là encore, il a été l’être antisocial. Dans un pays où tout le monde travaille, où la vie est rude, où l’argent n’est pas partout répandu comme en France, il a voulu s’enrichir aux dépens de ceux qui travaillaient. Il a dépouillé les colons, […] il a exproprié les indigènes par les moyens les plus monstrueux. Autrefois, les indigènes vivaient dans la propriété collective, dans le collectivisme en quelque sorte, comme au temps des patriarches. Ils étaient propriétaires indivis de douars qu’ils habitaient. On est venu leur dire : nous vivons dans un siècle de progrès, on va vous donner un titre de propriété personnel dans la propriété collective ; ils ont béni le progrès, ils ont remercié Allah. On leur a remis leur titre et, dès qu’ils ont eu ce titre, le juif a rôdé autour de ces grands enfants qui ne savent pas ce qu’ils font6.

  • 7 Voir à ce sujet les remarques de Pierre Soumille, « Différences et ressemblances constatées dans l (...)

9Démonisé et bestialisé7, le juif « sale et visqueux », immonde et porteur d’épidémies de choléra, de gale, de typhus et de peste, hideux, vil et crapuleux ne peut que « polluer », « vicier » et « corrompre » la société française dans laquelle il veut pénétrer, à la faveur d’un acte politique inconsidéré, un acte d’autant plus abject et révoltant qu’il a été le fait d’un ministre juif, Adolphe Crémieux, qui aurait profité des malheurs de la patrie pour voler au secours de ses frères qui, « avant notre conquête », pour reprendre les mots d’un poème antijuif intitulé Avant et depuis Crémieux, croupissaient dans la misère des ghettos. Voici les deux premières strophes de ce poème publié par L’Antijuif :

Les Juifs avant notre conquête
Étaient de sales bêtes
Ils étaient crasseux et teigneux
Avant Crémieux…
Maintenant, l’Juif est un autre homme
Il fait la gomme
Il fait le select, le pshuteux
Depuis Crémieux

Les Juifs avant notre conquête
Étaient d’sales bêtes
On leur crachait dedans les yeux
Avant Crémieux…

  • 8 L’Antijuif, 23 janvier 1898.

Maintenant le Juif plein d’importance
gonfle la panse
Il se croit descendu des cieux
Depuis Crémieux8 »

10L’un des idéologues les plus en vue de l’antisémitisme local, Jacques Defrance, décrit cette haine implacable du juif :

  • 9 Jacques Defrance, Quelques réflexions libres sur l’antisémitisme, Alger, Impr. de Baldachino-Laron (...)

En Algérie, l’antisémitisme croît dans la fibre de l’indigène et dans celle de l’Européen. C’est un sentiment général, une raison commune. C’est le lait que l’on suce à la mamelle ; le fluide qui passe sur les bancs de l’école, l’impression vivace qui s’enracine encore à la caserne, et qui se manifeste dans toutes les formes de la vie. L’antisémitisme en Algérie, ça ne se discute pas. C’est un fait qui s’impose. C’est un axiome9.

11C’est ce qui fait écrire à Musette, l’auteur de Cagayous, à propos de l’antisémitisme de son héros :

  • 10 Musette, Cagayous antijuif, Alger, 1898, rééd. Ernest Mallebay, 1989, p. 5.

Cagayous antijuif ! Certes, il l’est depuis la plante des pieds jusqu’à la racine des cheveux. Il l’est jusqu’aux replis secrets de l’âme ; il l’est d’essence, de religion, de vocation ; il l’est totalement10.

12Organisé dans une multitude d’associations et de ligues, se voulant radicales, socialistes et antijuives, véhiculé dans des dizaines de journaux dont une centaine de quotidiens ouvertement antijuifs parus dans les années 1880 et 1890 publiant de véritables appels au meurtre et invitant leurs lecteurs à fumer des cigarettes « antijuives », à boire de l’absinthe et de « l’anisette anti-juive », à se coiffer d’un couvre-chef « antijuif », à boycotter commerçants juifs et employés judaïsants, l’antisémitisme algérien est un phénomène pesant, concret, quotidien, qui affecte de façon irrémédiable la situation matérielle et morale des cinquante mille Juifs de la colonie, sur une population pied-noir de près de 400 000 personnes.

13Lisons à ce sujet le témoignage du président du Consistoire d’Alger auprès de la commission d’enquête parlementaire de 1900 :

  • 11 Commission d’enquête parlementaire, op. cit., p. 50-53.

L’accès des théâtres, des promenades publiques et des fêtes populaires leur est, ou complètement interdit ou des plus pénibles ; les sociétés de tir, d’escrime, de gymnastique, de musique ou de chant leur sont rigoureusement fermées ; le cercle le plus important d’Alger s’est mis récemment en liquidation uniquement pour les israélites ; presque tous les grands cafés, brasseries et restaurants ne les admettent pas ; l’association des syndicats commerciaux leur est hostile et le comité d’hivernage les écarte systématiquement de son sein. Toutes les feuilles antijuives, et il en éclôt tous les jours, vomissent à jet continu les calomnies les plus ignobles contre nos mères, nos épouses, nos filles et nos sœurs. […] Enfin, les conseils municipaux d’Alger, de Mustapha et de Saint Eugène ouvrent et ferment leurs séances publiques aux cris de « À bas les Juifs », repris en chœur par l’auditoire et que l’écho répète dans la rue, sur les places et jusque dans les voitures publiques11.

14Ces remous étaient les plus violents à l’approche des différentes échéances électorales qui rythmaient la vie publique de la colonie. Un exemple de cette prose :

  • 12 Petit Africain, 13 mars 1897.

Citoyens, si une pareille infamie était commise, il n’y aurait plus le lendemain un seul Juif à Oran, ou plutôt il y en aurait le double, car nous les couperions en deux12.

15Cela n’a fait qu’augmenter quand ces occasions se conjuguaient à des événements de portée nationale, à l’exemple des différentes péripéties de l’affaire Dreyfus comme le procès de Zola, l’arrestation d’Esterhazy ou l’ouverture du conseil de guerre à Rennes.

16Le scrutin de mai 1898 représente, sans aucun doute, l’un des sommets de cette agitation : débutant par des émeutes organisées à Alger par Max Régis, à la suite de la publication du « J’accuse !… » d’Émile Zola, les troubles anti-juifs s’intensifient à mesure qu’approche le jour du vote. Tandis que la presse antisémite menace de tous les malheurs les électeurs juifs décidés à accomplir leur devoir civique et que les autorités ne font pratiquement rien pour mettre un terme aux pogroms et aux attaques de toutes sortes dont sont victimes les Juifs des principales agglomérations, la tension atteint son point culminant à l’annonce de la candidature d’Édouard Drumont au siège de député d’Alger. L’auteur de La France juive, échaudé par son échec électoral à Paris en 1890, a hésité un moment avant de se rendre aux arguments de Max Régis, dont la popularité était alors à son zénith, et s’est porté garant du succès. Aussi, en plus d’Édouard Drumont qui a laissé loin derrière lui ses rivaux, l’Algérie envoie à la Chambre trois autres députés antijuifs, Émile Morinaud, Firmin Faure et Georges Marchal, vite affublés du sobriquet de « mousquetaires gris », en raison du « chapeau antijuif » mis à la mode par le marquis de Morès, qu’ils portent à chacune de leur apparition publique. Six mois plus tard, en novembre 1898, Max Régis est élu maire d’Alger à une majorité écrasante. La victoire du mouvement antisémite est totale.

17Devant une métropole médusée qui ne comprend pas très bien ce qui se passe dans sa colonie, les antisémites algériens ont beau jeu d’expliquer leur fougue antijuive par des mobiles très nobles de morale républicaine : le juif qui avilit les résultats électoraux en vendant ses suffrages aux plus offrants, le juif incapable de sacrifier son intérêt personnel au nom de l’intérêt général, le juif votant suivant les ordres incontournables de ses autorités spirituelles, le juif solidaire, le juif riche et puissant, le juif uni, face à une société française affaiblie par ses divisions de clans et de partis et menacée par un triple péril, étranger, arabe et juif.

  • 13 Pierre Birnbaum a été le premier à mettre en avant la corrélation entre « État fort » et antisémit (...)

18Sans pour autant préjuger de la sincérité des sentiments républicains des dirigeants antisémites d’Algérie, ce qu’ils reprochent aux juifs n’est pas seulement la qualité de leurs mœurs politiques, mais la légitimité même de leur participation à la vie politique de la colonie et la possibilité qui leur est offerte, par le truchement du bulletin de vote, d’influer sur le cours des affaires publiques. L’hostilité qu’ils suscitent est d’autant plus violente qu’il s’agit d’affaires gérées par un État de type colonial, un État « fort » s’il en fut13, omnipotent et omniprésent, distributeur d’emplois, de services, de quotas et de bénéfices de toutes natures, réservés aux citoyens français et à eux seulement : plus la couche des naturalisés s’élargit et plus la course aux privilèges devient plus dure et plus serrée.

19Le procureur général Pierre Dubuc, qui enquêta sur les graves émeutes de janvier 1898, a laissé une explication très instructive de cet état de fait :

  • 14 Rapport du procureur général d’Alger au garde des Sceaux, ministre de la Justice, Alger, 11 févrie (...)

C’est dans l’intérêt pécuniaire, véritablement majeur, qui s’attache pour les partis politiques algériens, à la conquête du pouvoir, qu’il faut chercher le secret de l’acharnement avec lequel les antisémites veulent enlever aux israélites le droit de suffrage. Je m’explique : ici, les fonctions de maire sont salariées. Dans certaines villes, à Alger notamment, l’indemnité allouée au maire équivaut au traitement du chef d’un grand service. Elle est de neuf mille francs, à quoi il faut ajouter des frais de représentation, le logement à l’hôtel de ville. Cette indemnité avec ses accessoires est presque égale au traitement d’un chef de cour. Pour être moins élevée dans les autres villes, elle reste néanmoins considérable. […] Ajoutez à cette indemnité les divers emplois municipaux salariés que le maire distribue à ses partisans ; ajoutez-y aussi les profits illégitimes de toute nature que l’on sait toujours, et à peu près partout, tirer de la population indigène et vous connaîtrez le prix de la victoire. Ce n’est pas tout : en Algérie, la vénalité des charges n’existe pas. Les offices ministériels sont de véritables fonctions conférées par l’État, et c’est généralement par le canal des hommes politiques qu’on les obtient. Consultez les hommes du pays et vous apprendrez qu’il fut un temps, à peine écoulé d’hier, où seuls les amis des hommes au pouvoir obtenaient les charges publiques. Ceux qui ne leur étaient pas inféodés n’avaient rien. Or, les offices ministériels de l’Algérie produisent annuellement plus de six millions de francs qui se répartissent entre 573 individus. […] C’est de toutes ces charges, dont quelques unes constituent des fortunes énormes que les vainqueurs peuvent disposer. […] Voilà la cause, la cause unique de la violente irritation certainement éprouvée contre les israélites par les politiciens antisémites de l’Algérie. C’est par les suffrages que l’on triomphe ou qu’on succombe. Or, le triomphe c’est la fortune, la défaite c’est la gêne et quelquefois la misère. Voilà ce qu’il ne faut jamais oublier si l’on veut pénétrer le secret de l’agitation politique dans laquelle ce malheureux pays se consume14.

20Les Juifs représentent à l’époque un peu moins de 10 % du corps électoral. Comme ils se portent toujours du même côté, le camp « opportuniste » pro-gouvernemental, ils ont fini par susciter la colère du camp adverse, le camp radical, qui est devenu, à partir des années 1880, le porte-parole intransigeant du combat antijuif. C’est la raison pour laquelle, jusqu’à la fin du siècle, l’antisémitisme algérien passera, aux yeux de ses adeptes, pour une idéologie proprement d’avant-garde à laquelle ont sacrifié jusqu’aux francs-maçons. Cependant, il perdra une partie de ses militants progressistes et socialistes, lorsque sous l’action conjuguée de Drumont et de Régis, le mouvement antijuif deviendra moins républicain et plus clérical et droitier dans ses options sociales et politiques.

21Phénomène passablement ésotérique du fait même de son enracinement colonial, l’antisémitisme algérien n’en a pas moins eu des prétentions universalistes : s’autoqualifiant d’héritiers des idéaux de 1789, les antijuifs algériens ont usé et abusé, en effet, de thèmes et d’images venant tout droit du répertoire de l’épopée révolutionnaire. Max Régis choisit ainsi un 14 juillet pour distribuer le premier numéro de son Antijuif qui, à chacune de ses livraisons, invite le « tiers état » algérien à monter à l’assaut de la « Bastille juive » aux accents de la « Marseillaise antijuive », dans le but de parachever l’œuvre de la Révolution, trahie par une métropole en déliquescence morale et sociale. Citons, à titre d’exemple, la première strophe de la « Marseillaise antijuive » dite « l’Algérienne » :

  • 15 L’Antijuif, 24 janvier 1898.

Allons enfants de l’Algérie
Le jour d’agir est arrivé
Culbutons cette juiverie
Dont notre bon sol est pavé (bis)
Le youdi crasseux et rapace
Nous a trop longtemps fait la loi
Il rêve d’être notre roi
En nous imposant sa triste race
Refrain
Citadins et colons, arabes et roumis
Unis, unis
Chassons les Juifs hors de notre pays15 »

  • 16 Cité par Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France, Paris, PUF, 1968, p. 596.

22Tandis que Max Régis menace d’arroser de sang juif « l’arbre de notre liberté16 » et qu’Édouard Drumont affirme devant le Parlement que le mouvement antijuif est aussi « irrésistible » que la Révolution, Jacques Defrance, quant à lui, demande la réunion d’« états généraux » en vue de l’élection d’une « Assemblée constituante » et l’élaboration d’une « loi de préservation nationale », dont l’article 1er serait ainsi libellé :

  • 17 Jacques Defrance, Quelques réflexions libres sur l’antisémitisme, op. cit., p. 39-40.

Tous les juifs de naissance ou d’origine sont expulsés du territoire de la République et de ses colonies. Il leur est accordé un délai de 8 jours pour réaliser leur avoir. Ce délai expiré, l’État les fera conduire à ses frais jusqu’à la frontière17.

23On comprendra aisément, par conséquent, l’exclamation de joie « Nous sommes sauvés » du journal constantinois antijuif La Silhouette, à l’annonce de l’ouverture du premier congrès sioniste de Bâle :

  • 18 La Silhouette, 5 septembre 1897.

Partez, Juifs, partez bien vite, si vous voulez voir nos malédictions de tous les jours se changer en reconnaissance ! Oui, partez ! partez bien vite ! Écoutez le sage conseil de votre coreligionnaire, le docteur Herzl. […] Allons, filez vers Jérusalem18.

24Produit naturel de la situation coloniale, l’antisémitisme algérien persistera autant que durera la présence française dans cette partie du Maghreb : il connaîtra certes quelques éclipses — comme en 1900, lorsque le gouvernement Waldeck-Rousseau prendra des mesures énergiques contre les ligues antijuives ou encore pendant la première guerre mondiale qui aura vu l’entente sacrée s’instaurer dans les relations interethniques — mais, en dernière analyse, l’ostracisme antijuif ne disparaîtra complètement de la vie politique algérienne qu’au lendemain seulement de la seconde guerre mondiale, lorsqu’une nouvelle menace, autrement plus dangereuse que le « péril juif », se profilera à l’horizon de l’Algérie française : le réveil national algérien, appelé à remettre en question jusqu’à la présence même de la France en terre maghrébine.

25Enfin, aussi longtemps qu’il sera perçu comme un problème entre « blancs », l’antisémitisme pied-noir affectera très peu les relations entre juifs et musulmans. Les choses vont prendre une tout autre allure au lendemain de la Grande Guerre : en même temps que la relance de l’agitation antisémite européenne, on assistera, en effet, à une réelle détérioration des relations entre Juifs et musulmans, tant du fait des événements de Palestine que des conséquences de la crise mondiale et des effets de la propagande allemande. Les émeutes sanglantes qui éclatent à Constantine en août 1934, entre juifs et musulmans, en seront le triste résultat : déclenchées par l’attitude injurieuse d’un soldat israélite à l’égard de musulmans en prière, elles se termineront par des dizaines de morts et de blessés de part et d’autre, en présence d’un service d’ordre peu enclin à remplir son devoir et d’une population européenne indifférente.

26Subissant des hauts et des bas en rapport avec l’évolution politique de la métropole, les organisations antisémites d’Algérie attendront patiemment leur heure, jusqu’à l’avènement du régime de Vichy qui, à peine installé, décide d’abroger le décret Crémieux, donnant ainsi satisfaction à l’une des revendications essentielles des antisémites pieds-noirs.

27Je voudrais ajouter quelques mots à propos d’une question qui m’a été posée par un auditeur du colloque, d’autant que la thèse qu’il soutenait a tendance, depuis peu, à être reprise, ici ou là, or elle ne correspond pas à la réalité historique. Cet auditeur soutenait que, si les Juifs d’Algérie ont accédé au statut de citoyens français et non les Musulmans, ce serait parce que les Juifs auraient accepté d’abandonner leur statut personnel pour le statut civil français tandis que les Musulmans auraient refusé de le faire. Or le décret Crémieux est un décret, c’est-à-dire qu’il a été imposé et que, ni les Juifs, ni les Musulmans, n’ont eu à choisir quoi que ce soit. Quand, en 1865, soit cinq ans avant le décret Crémieux, un sénatus-consulte avait permis d’octroyer la citoyenneté française à des indigènes, Juifs ou Musulmans, s’ils en faisaient la demande et renonçaient à leur statut personnel, le nombre de Juifs demandant la citoyenneté, dans ces conditions, était moindre que celui des Musulmans, et il était très faible dans les deux cas. Le décret Crémieux relève d’un choix politique de la puissance coloniale et il a instauré, à l’évidence, une discrimination entre Juifs et Musulmans. Dans la logique de l’ordre colonial, qui reposait sur la distinction entre les colons citoyens et la population locale d’indigènes colonisés, il était hors de question d’octroyer la citoyenneté aux Musulmans d’Algérie, qui constituaient la grande majorité de la population, pas davantage qu’à tous les autres indigènes du monde colonial. Le décret Crémieux ne plaisait pas aux antisémites, pour qui les Juifs devaient rester dans le statut d’indigènes, mais il correspondait au choix politique d’élargir la population considérée comme européenne, ayant les droits de citoyen, en intégrant une minorité de la population indigène. Les Juifs comme les Musulmans demandaient l’égalité des droits et l’accès à la citoyenneté, mais il était hors de question d’accorder cette citoyenneté à l’ensemble de la population indigène, car cela aurait été la fin de l’ordre colonial. Les antisémites, influents en Algérie, dans la population européenne comme dans l’armée, ont cherché à attiser l’animosité des Musulmans contre les Juifs. Ils ont tenté, par exemple, d’attribuer à la révolte des Mokrani, qui a eu lieu au lendemain du décret Crémieux, le caractère d’une protestation de la population musulmane contre l’octroi aux Juifs de la citoyenneté française. Mais cela n’avait pas de lien. La commission parlementaire d’enquête qui a été formée peu après n’en a pas trouvé.

Notes

1 Charles Du Bouzet, Les Israélites indigènes de l’Algérie : pétition à l’Assemblée nationale contre le décret du 24 octobre 1870, Paris, Impr. de Schiller, 1871, p. 4.

2 Chambre des députés, septième législature. Commission d’enquête parlementaire (rapporteur : Pourquery de Boisserin), Impressions. Projets de Lois. Propositions. Rapports, 1900, t. XXXI, p. 5-6.

3 Jean Jaurès, « La question juive en Algérie », La Dépêche de Toulouse, 1er mai 1895.

4 Charles Marchal, Les Troubles d’Alger : opinions d’un témoin, Alger, [s. n.], 1898, p. 46.

5 L’Antijuif, 22 juillet 1898.

6 Journal officiel, débats à la Chambre des députés, séance du 23 décembre 1898, p. 2607-2608.

7 Voir à ce sujet les remarques de Pierre Soumille, « Différences et ressemblances constatées dans l’étude comparative de la notion de race chez les Français d’Algérie et de Tunisie en 1890 et 1910 », in Pierre Guiral et Émile Temime (dir.), L’Idée de race dans la pensée politique française contemporaine, Paris, Éd. du CNRS, 1977, p. 241-264.

8 L’Antijuif, 23 janvier 1898.

9 Jacques Defrance, Quelques réflexions libres sur l’antisémitisme, Alger, Impr. de Baldachino-Laronde-Viguier, 1898, p. 61.

10 Musette, Cagayous antijuif, Alger, 1898, rééd. Ernest Mallebay, 1989, p. 5.

11 Commission d’enquête parlementaire, op. cit., p. 50-53.

12 Petit Africain, 13 mars 1897.

13 Pierre Birnbaum a été le premier à mettre en avant la corrélation entre « État fort » et antisémitisme. Voir l’introduction de Un Mythe politique : la « République juive », Paris, Fayard, 1988.

14 Rapport du procureur général d’Alger au garde des Sceaux, ministre de la Justice, Alger, 11 février 1898, Archives nationales, BB 18-2063.

15 L’Antijuif, 24 janvier 1898.

16 Cité par Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France, Paris, PUF, 1968, p. 596.

17 Jacques Defrance, Quelques réflexions libres sur l’antisémitisme, op. cit., p. 39-40.

18 La Silhouette, 5 septembre 1897.

Auteur

Professeur à l’Université hébraïque de Jérusalem.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540