Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les partis à l’épreuve de 68

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Deuxième partie. Évolution des forces politiques

La chiraquisation de l’UDR : une remise en cause du modèle militant gaulliste

François Audigier

Texte intégral

  • 1 Sur l’UDR, Jérôme Pozzi, Les mouvements gaullistes de 1958 à 1976 : la diversité d’une famille pol (...)

1L’évolution du parti gaulliste après la déroute du printemps 1974 est souvent ramenée à la seule chiraquisation de l’UDR1, elle-même résumée à une simple prise de contrôle du mouvement par le Premier ministre « à la hussarde » les 12 et 14 décembre 1974. C’est trop simplifier une phase dont la complexité nécessite pour l’éclairer de sortir du temps court de l’événement (le 18 Brumaire chiraquien) pour remonter en amont au moins jusqu’aux assises de Nantes fin 1973. Dans ce temps mi-long de l’année 1974 apparaît mieux le phénomène majeur qu’est la prise de conscience, accéléré par la présidentielle, des limites du vieux modèle militant gaulliste. Si les opérations de division orchestrées par la Place Beauvau avaient contribué à saper la campagne du maire de Bordeaux, leur nocivité restait en effet secondaire. Les gaullistes ne pouvaient faire l’économie d’une réflexion sur leur mouvement. Il y avait de fait un paradoxe à ce que Jacques Chaban-Delmas qui disposait d’un parti a priori puissant (l’UDR) ait été battu dès la primaire du premier tour par son rival libéral qui, faute de pouvoir compter sur la faible FNRI, avait dû se contenter des clubs (Perspectives et Réalités) et des comités (les Jeunes). Mais ce dernier avait ce faisant usé d’un relais plus moderne, souple et efficace, transformant une contrainte en atout.

2Rue de Lille comme au groupe parlementaire, beaucoup (y compris chez les chabanistes) comprirent qu’il était nécessaire de changer d’esprit et de méthode en matière de structuration et d’animation du mouvement gaulliste. Il fallait d’abord améliorer la gouvernance du parti, ce qui passait par une direction dépassant les courants et incarnée par un chef. Il convenait ensuite de moderniser l’image, la communication et le programme de l’UDR. Il s’agissait enfin de valoriser le terrain en réaffirmant le primat du militantisme. Si les barons ne comprirent pas ou ne voulurent pas comprendre cette aspiration à la modernité, qui émergea d’abord chez des quadras comme André Fanton ou Robert Poujade, elle fut vite intégrée par les chiraquiens qui l’utilisèrent pour légitimer leur prise de pouvoir.

3Concernant cette dernière phase, la conquête chiraquienne est trop souvent lue en « deus ex machina ». Le Premier ministre se serait emparé au culot seulement de la direction du parti, sur un coup de bluff théâtral à l’occasion de la fameuse réunion des barons le 12 décembre puis lors du comité central du 14 décembre 1974... Non seulement Jacques Chirac ne fut pas seul dans cette opération de fait audacieuse mais entouré d’une équipe efficace (où le trio Pasqua-Bord-Tomasini joua un rôle central), mais il s’empara d’autant plus facilement du parti en décembre qu’il en contrôlait de facto depuis l’été déjà les principaux rouages : secrétariat général, secrétaires fédéraux, groupe parlementaire et adhérents de base. Le « pronunciamento » du 14 décembre n’est que la confirmation d’une chiraquisation de l’UDR plus précoce et collective qu’on ne le croit.

La présidentielle de 1974 révèle et accentue les problèmes structuraux de l’UDR

4À condition de se limiter aux scrutins majeurs de la Ve République, l’élimination de Jacques Chaban-Delmas au printemps 1974 constitue la première défaite électorale des gaullistes depuis 1958. Le ballottage surprise du Général en 1965, la victoire in extremis de 1967, la poussée de la gauche en 1971 et enfin le recul de la majorité en 1973 étaient déjà des avertissements indiquant un épuisement progressif du potentiel gaulliste mais l’artificielle relance de juin 1968 avait masqué un temps cette tendance de fond. Le séisme de mai 1974 incita les responsables UDR à revoir le modèle partidaire qui était le leur depuis 16 ans et qui avait montré ses limites. Les 15 % du maire de Bordeaux ne s’expliquaient pas seulement par ses maladresses personnelles, sa mauvaise communication télévisuelle et la trahison chiraquienne. D’autres facteurs relevant de l’UDR même étaient en cause. Parmi les problèmes de fond pénalisant la formation et que la campagne de 1974 avait tout à la fois accentués et révélés, quatre semblaient préoccupants :

  • 2 Si l’expression « parti de cadres » est de Maurice Duverger, celle de « parti d’électeurs » fut in (...)
  • 3 Selon Andrew Knapp (Le gaullisme après de Gaulle, Paris, Le Seuil, 1996, p. 391) qui cite comme «  (...)
  • 4 Michel Bongrand, Le marketing politicien, grandeur et décadence des stratégies de pouvoir, Paris, (...)
  • 5 François Audigier, Génération gaulliste, l’Union des Jeunes pour le Progrès, une école de formatio (...)
  • 6 . Hector Rolland, Souvenirs dérangeants d’un godillot indiscipliné, Paris, Albin Michel, 1990, 215  (...)
  • 7 Entretien avec André Fanton le 25 novembre 2009.
  • 8 Le Monde, 16 mai 1973.

5– Les limites structurelles d’une organisation qui, sans être totalement le parti de cadres ou même « d’électeurs » auquel elle a été réduite2, peinait à exister par elle-même. Alignant officiellement 238 000 adhérents lors des assises de Nantes fin 19733, l’UDR en comptait en réalité sans doute moins de 100 000 dont la capacité militante restait par ailleurs faible. Bénéficiant déjà du soutien informel de l’appareil d’État (via les préfets), la rue de Lille s’était aussi habituée à « sous-traiter » à ses satellites (UJP, SAC, AN, CDR, UNI, CFEI, clubs divers), voire à des sociétés privées (Services et méthodes de Michel Bongrand4), des fonctions lui incombant a priori : organisation des campagnes, sécurité, propagande de terrain, formation des cadres, réflexion programmatique. Or ces mêmes satellites, qui s’émancipaient pour des raisons et selon des modalités diverses, n’entretenaient pas avec le parti des relations de confiance5. D’autres problèmes organiques pouvaient être relevés comme le manque de démocratie interne que rendait flagrante la persistance de pratiques autoritaires : cooptation, élections arrangées et gouvernance parallèle et discrétionnaire via le système des « barons ». La révolte des 56 députés provinciaux emmenés à partir de mai 1973 par Hector Rolland avait révélé le malaise. « Spartacus » (selon la formule de Philippe Alexandre) avait rallié ceux qu’irritait la gestion opaque des instances dirigeantes comme l’esprit aristocratique des « barons » décidant seuls de l’avenir du parti dans le secret de leurs déjeuners6. La douteuse élection d’Alexandre Sanguinetti au poste de secrétaire général de l’UDR face à André Fanton fin 1973 (on avait relevé plus de bulletins exprimés que de votants...) avait amusé les médias7. Plus gênante pour son efficacité restait l’absence d’un véritable et durable leadership à la tête de la formation. De juin 1968 à mai 1974, le parti avait épuisé quatre secrétaires généraux (Robert Poujade, René Tomasini, Alain Peyrefitte, Alexandre Sanguinetti) sans qu’aucun ne parvienne à « incarner » l’UDR et à peser face au gouvernement ou à l’Élysée. Comme le notait André Passeron au printemps 1973, « l’UDR se cherche un patron8 »...

  • 9 François Goguel, Chroniques électorales, la Cinquième République après de Gaulle, Paris, FNSP, 198 (...)

6– L’effritement électoral en partie dû à l’éloignement d’un électorat populaire qui avait élargi l’assise du gaullisme référendaire et présidentiel jusqu’en 1965 et contribué à l’identité originale d’un courant relativement interclassiste. Les législatives de 1973, menées par Alain Peyrefitte et Jacques Foccart autour d’une propagande de peur (centrée sur la menace du Programme commun), avaient confirmé l’évolution conservatrice du parti et de sa base électorale. Au demeurant, même si l’UDR résistait mieux que la rue de Lille ne le craignait avec ses 183 députés, le parti s’était effrité dans ses bastions de l’Est, de l’Ouest et du sud de la Loire9. Michel Debré, absent du gouvernement depuis avril 1973, expliquait ce recul électoral par le manque de fidélité à l’héritage gaullien. Mais la première raison restait la banalisation d’une force politique usée par le pouvoir et peu attractive pour les catégories populaires depuis que le tandem Pompidou-Messmer la faisait évoluer vers la droite. Face à une gauche désormais unie et rééquilibrée au profit d’un parti socialiste moins repoussoir, le souvenir de plus en plus lointain des excès de mai 68 devenait moins mobilisateur.

  • 10 La Nation, 7 janvier 1974. La remarque n’était pas exempte d’arrière-pensée puisqu’elle visait les (...)
  • 11 Pour Serge Berstein, cette évolution conservatrice ne constituerait pas une véritable « dérive » d (...)

7– L’incapacité à gérer ou digérer les clivages à l’intérieur de la famille gaulliste (entre pompidoliens, chabanistes, debréistes, gaullistes de gauche, gaullistes orthodoxes, gaullistes d’ordre). Alexandre Sanguinetti en avait conscience qui mettait en garde les militants au début de 1974 : « le pire danger, c’est la division du mouvement en clans ou factions »10. Cet éclatement du parti en courants et coteries l’empêchait de dégager une ligne politique et idéologique pérenne et cohérente. La victoire chabaniste lors des assises de Nantes placées sous le signe de la Participation restait un trompe-l’œil puisqu’elle n’effaçait pas le glissement conservateur influencé par les gaullistes d’ordre. Au printemps 1974, le candidat Chaban et son programme réformiste se trouvèrent en porte-à-faux par rapport à un électorat gaulliste nourri un an auparavant d’un discours anticommuniste virulent11. Cette tendance à la dispersion éclata lors des querelles entre prétendants à l’investiture gaulliste au premier tour (Jacques Chaban-Delmas, Pierre Messmer, Edgar Faure, Christian Fouchet, Jean Royer) puis lors de l’opération des 43.

  • 12 François Audigier, « La valorisation de la jeunesse au cœur de la stratégie de communication gisca (...)

8– L’impuissance enfin à relancer le gaullisme autour des thématiques sociétales nées de la contestation de mai. La « nouvelle société » chabaniste, contestée et vite avortée, n’avait été qu’une tentative sans lendemain. Cette rigidité, qui trouvait sans doute ses origines dans un rapport trop sclérosant à la légitimité historique et un insuffisant renouvellement générationnel des cadres, empêchait l’UDR d’incarner la modernité face à la concurrence (interne à la majorité) du dynamique courant giscardien. Ce dernier, en jouant la carte « libérale » sut mieux intégrer (en le polissant) une partie de l’héritage « libertaire » de 68 (droit de vote des jeunes, liberté sexuelle, place des femmes, écologie). Valéry Giscard d’Estaing réussit à « ringardiser » le gaullisme, s’affichant du même coup comme le meilleur représentant de cette France, rajeunie, urbanisée et tertiarisée qui allait bientôt rêver à la société libérale avancée12. Sur le plan militant, il joua de la cavalerie légère des jeunes et des clubs alors que Jacques Chaban-Delmas resta trop lié à l’infanterie lourde du parti, forcément moins réactive quand la bataille commença à mal tourner.

  • 13 Au lendemain des législatives de 1973 (cette situation était globalement inchangée après la présid (...)
  • 14 Mathias Bernard, Histoire politique de la Ve République, de 1958 à nos jours, Paris, Armand Colin, (...)

9Attention toutefois à ne pas noircir le tableau s’agissant du parti gaulliste au printemps 1974. À trop vouloir repérer dans le confort téléologique de celui qui connaît « la fin de l’histoire » les étapes et facteurs d’un échec annoncé, le revers chabaniste semble presque inscrit d’avance... Or, même si les fondamentaux étaient mauvais, les sondages restèrent bons pour le maire de Bordeaux jusqu’au 16 avril. Par ailleurs, même défait de manière humiliante par la droite giscardienne, le parti gaulliste n’en constituait pas moins une organisation puissante sur le terrain (2e parti de France après le PCF en effectifs) et à l’Assemblée (premier groupe en nombre de députés, rassemblant à lui seul 37 % des élus de l’hémicycle13). Première force militante et parlementaire de la nouvelle majorité, l’UDR restait la « majorité de la majorité » selon la formule de Mathias Bernard14. Le nouveau Président le savait bien qui ne tenta pas une dissolution risquée après un deuxième tour serré alors que certains de ses conseillers comme Michel Poniatowski le poussaient à achever la rue de Lille. Si Valéry Giscard d’Estaing avait pu se passer d’un parti pour la présidentielle, les législatives exigeaient de s’appuyer sur une véritable force militante. La genèse du grand parti présidentiel n’en étant encore qu’au stade du projet, le chef de l’État préféra jouer la carte plus réaliste de la chiraquisation de l’UDR.

  • 15 Jérôme Pozzi, op. cit., p. 980 et 1004.
  • 16 Jacques Chirac, Chaque pas doit être un but, Paris, Nil, 2009, p. 178-182.

10La présentation d’un gaullisme totalement sinistré au lendemain de la présidentielle doit donc être nuancée. Trop d’études offrent un tableau excessivement sombre de l’UDR qui pourrait être intitulé « Gaullisme, année 0 ». Le parti était certes battu et abattu. Un très fort désarroi dominait les esprits rue de Lille, au sein du groupe et dans les fédérations. Mais la formation représentait-elle pour autant ce « champ de ruines » décrit par certains15 ? Valider ce tableau dramatisant, c’est presque cautionner le travail d’intoxication de Jacques Chirac qui, sur le moment pour mieux conquérir le parti de l’intérieur puis plus tard pour mieux justifier son coup de force16, s’employa avec ses partisans à décrire l’UDR comme décomposée.

Les trois axes de la modernisation du parti gaulliste

11Dès les lendemains du deuxième tour, des gaullistes dépassèrent leur désarroi pour analyser avec lucidité les causes profondes de l’échec chabaniste. On convint que ce revers n’était pas seulement celui du maire de Bordeaux mais aussi celui du parti. On admit que la formation n’avait pas seulement souffert de divisions internes mais qu’elle avait été paralysée par d’autres problèmes plus fondamentaux. Ainsi, avant même que le Premier ministre ne modernise le parti après en avoir pris la direction, effective dès l’été puis officielle fin décembre 1974, le diagnostic avait été posé et un début d’aggiornamento de l’UDR déjà lancé. Appréhendée dans sa globalité (préchiraquienne et chiraquienne), cette relance passe par trois modifications majeures du modèle partidaire gaulliste : la mise en place d’un véritable leadership, une modernisation de l’image et de la communication gaulliste, la valorisation de l’adhérent au travers d’un militantisme recentré autour du noyau partidaire.

  • 17 Jacques Foccart, Journal de l’Élysée, t. V, La fin du gaullisme, 1973-1974, Paris, Fayard/Jeune Af (...)

12– La thématique du leadership émergea dès le 21 mai. Lors d’une réunion de travail, Jacques Foccart, Michel Debré, Jacques Chaban-Delmas, Roger Frey et Olivier Guichard envisagèrent de créer une présidence de l’UDR pour contrebalancer l’influence du ministre de l’Intérieur17. La veille, ce dernier avait rencontré à Neuilly-sur-Seine le tandem Giscard d’Estaing-Poniatowski qui lui avait proposé Matignon. Tant qu’un gaulliste avait occupé l’Élysée, la rue de Lille n’avait pas souhaité de présidence du parti pour ne pas gêner l’exécutif mais la victoire de Valéry Giscard d’Estaing avait levé l’interdit. Même ambiguë dans ses intentions (il s’agissait plus de contrarier Jacques Chirac que de moderniser le parti), cette initiative des barons soulignait combien la défaite avait fait bouger les lignes. Le projet resta sans lendemain tant les barons peinaient à s’entendre entre eux. Le fait qu’Olivier Guichard ait été pressenti pour le poste avait déplu à Michel Debré tenté par la fonction. Mais l’essentiel résidait dans la prise de conscience de la nécessité d’une réorganisation de la direction du parti. L’UDR devait être incarnée par un chef qui ferait taire les antagonismes de courants ou de personnes et pèserait face à l’Élysée désormais tenu par l’autre camp. En s’emparant fin décembre de la présidence de l’UDR, Jacques Chirac prit les barons à leur propre piège.

13– Le discours sur le renouvellement de l’image et de la communication du parti se fit entendre dès le comité central des 8-9 juin. La défaite ayant libéré la parole, la réunion tourna à la thérapie de groupe. Des quadras s’en prirent aux barons les accusant d’ancrer le gaullisme dans le passé. Déplorant que l’on cite à tout bout de champ de Gaulle et Pompidou, André Fanton (46 ans) réclama que l’on « sorte le gaullisme du musée Grévin ». Robert Poujade (46 ans) précisa la charge.

  • 18 Le Monde, 11 juin 1974.

« Il est rare qu’on ne mérite pas une défaite, nous faisons vieillot. Les présidentielles ont été gagnées non sur des idées mais sur des images. Avant même de définir une stratégie et une tactique, il faut redessiner notre image et changer de style, de vocabulaire. Désormais nous devons rajeunir et non vieillir, proposer et non opposer. Nous sommes à l’An I de notre liberté18. »

  • 19 Jean Mauriac, L’après de Gaulle, notes confidentielles, 1969-1989, Paris, Fayard, 2006, p. 152.

14Alain Peyrefitte (49 ans) recommandait de se tourner vers les jeunes. Même absent du débat, Jacques Chirac était avantagé de facto par cette discussion. À 42 ans, il semblait désormais le mieux placé pour incarner à l’UDR cette nouvelle génération décomplexée dans le rapport au passé. Les barons ne comprirent pas cette aspiration au changement de champ référentiel. En s’obstinant à se réclamer du Général et d’une stricte orthodoxie gaulliste, Maurice Couve de Murville, Olivier Guichard et Michel Debré perdirent la main. La réaction d’Alexandre Sanguinetti recueillie par le journaliste Jean Mauriac, révélait son agacement devant l’acharnement des barons. « C’est navrant, aucun n’a renoncé, tous veulent prendre la direction de l’UDR, Debré, Chaban, Guichard, or il faut qu’ils comprennent que c’est terminé pour eux mais il est difficile pour moi de le leur dire »19 Le secrétaire général prenait déjà ses distances...

  • 20 Cette mission constitua son entrée en politique. À propos de Michel Noir, voir son portrait dans J (...)
  • 21 Jérôme Pozzi, op. cit., p. 1010-1011.

15– Cette thématique du renouvellement s’accompagnait d’un plaidoyer en faveur d’un retour au terrain. Certes, à l’UDR comme dans d’autres partis, « l’appel à la base » reste un classique de la manipulation démagogique. Mais, même instrumentalisée par les chiraquiens, cette protestation était trop répétée depuis 1973 pour ne pas refléter un malaise réel. À la mi-juin, la direction UDR mit sur pied une commission présidée par Jean Mattéoli pour redonner la parole aux fédérations. Un rapport de synthèse (rédigé par le jeune lyonnais et déjà chiraquien Michel Noir20) fut présenté à la rentrée. La conclusion dénonçait un « mouvement conservateur, passéiste, sclérosé et sans renouvellement [...] manquant de dynamisme et de discipline » et dont les dirigeants s’étaient « éloignés de la population21 ». La démarche de retour à la base comme le contenu critique du rapport indiquaient une volonté de changement par rapport à la précédente gouvernance « par le haut » de l’UDR. Le document avait été « orienté » par Charles Pasqua. Flanquant autant qu’il le surveillait le secrétaire général (acquis à la cause du Premier ministre dès la mi-juin), sillonnant depuis longtemps les fédérations au point d’en connaître les moindres responsables, le méridional se trouvait en mesure d’influencer l’état d’esprit des militants. Le fait que ce rapport ait opportunément fuité dans la presse avant d’être présenté au bureau exécutif de l’UDR le 19 septembre 1974, acheva de convaincre les barons qu’il s’agissait d’un simulacre de démocratie.

  • 22 Dans le cas du SAC, la présence aux côtés de Jacques Chirac de Charles Pasqua, évincé de la direct (...)
  • 23 Jacques Chirac embaucha Robert Grossmann (retiré de la politique cadette depuis son départ de la p (...)

16Reste que dans les faits, cette équipe chiraquienne ayant pris le contrôle du parti dès l’été y installa très tôt un nouvel esprit militant. Ancien du service d’ordre provençal du RPF avant de devenir responsable national du SAC dans les années 1960, Charles Pasqua y avait développé une culture particulière valorisant l’abnégation militante, l’efficacité sur le terrain, le culte du chef et l’esprit de corps. Le militant occupait une place centrale dans ce modèle partisan qu’il transposa à l’UDR. Si la réussite des futurs meetings de l’UDR porte de Versailles démontra la nouvelle capacité militante du parti chiraquien, ce changement de mentalité était patent dès l’automne 1974. Disposant enfin d’adhérents nombreux et motivés, l’UDR s’affranchit de ses encombrants satellites qui fusionnèrent avec la rue de Lille (CDR), l’abandonnèrent (UJP) ou restèrent dans sa zone d’attraction mais sur une orbite plus lointaine (SAC22). Renonçant à l’externalisation de ses services via des organisations parallèles, l’UDR se dota bientôt de son propre appareil de sécurité tout comme il s’équipa d’une antenne cadette intégrée (l’UDR-Jeunes de Robert Grossmann, Michel Barnier et... Nicolas Sarkozy) dévouée et efficace23.

Chirac à l’UDR en mai 1974 : un homme seul ?

  • 24 François Audigier, « Chaban-Delmas et les formations gaullistes, 1972-1981 », in Bernard Lachaise, (...)

17Sur qui Jacques Chirac pouvait-il compter pour prendre le contrôle de l’UDR ? Si le rôle du tandem Juillet/Garaud est connu, les soutiens du ministre de l’Intérieur ne se limitaient pas aux deux conseillers élyséens. Il existait rue de Lille une équipe composée d’anciens pompidoliens soudés par une commune résistance à la chabanisation accélérée de l’UDR depuis les assises de Nantes. Les instances dirigeantes restaient encore majoritairement acquises au maire de Bordeaux24, mais le bureau exécutif abritait parmi ses 38 membres de droit ou élus une poignée d’éléments proches de Jacques Chirac. Il s’agissait notamment de Charles Pasqua, André Bord, René Tomasini et Claude Labbé (président du groupe depuis septembre 1973).

  • 25 Seuls Jacques Foccart, Olivier Guichard et André Fanton avaient obtenu plus de suffrages.

18Charles Pasqua s’était rapproché de Jacques Chirac à l’occasion de mai 68 où le no 2 du SAC avait apprécié le courage du secrétaire d’État à l’emploi. Élu député de Levallois, il retrouva son ami dès la rentrée 1968 à l’occasion de ces réunions entre secrétaires d’État et députés proches du SAC que Jacques Foccart organisait pour transformer le gaullisme d’ordre naissant en lobby efficace. Après sa mise à l’écart de la rue de Solférino à l’automne 1969, le gaulliste fonda l’amicale parlementaire de Présence et Action du Gaullisme. Cette initiative lui valut la bienveillance du tandem Juillet-Garaud qui avait besoin des gaullistes orthodoxes pour combattre les chabanistes. Membre du comité central depuis novembre 1971, secrétaire de la puissante fédération des Hauts-de-Seine depuis mai 1973, figure du bureau exécutif depuis décembre 1973, Charles Pasqua était connu pour ses qualités d’organisateur (la manifestation du 30 mai 1968 sur les Champs-Élysées lui devait beaucoup), son talent de tribun et son sens du contact avec la base. Très apprécié par les militants, il avait intégré après les assises de Nantes le bureau exécutif au 4e rang dans l’ordre des voix obtenues25. Sa gouaille méridionale dont il surjouait déjà, dissimulait une capacité d’analyse politique dont il fit preuve lors du printemps 1974.

  • 26 Charles Pasqua fit observer que « le ministre de l’Intérieur n’étant pas formellement membre du mo (...)

19Décidé à enrayer « la machine à perdre » des primaires et persuadé que Jacques Chaban-Delmas ne passerait pas cet obstacle, Charles Pasqua fut dépêché par Pierre Juillet auprès de Pierre Messmer pour tenter de le convaincre de se présenter. Lors de la réunion du bureau exécutif de l’UDR, son intervention évita l’exclusion du parti du ministre de l’Intérieur26. Gaulliste convaincu, il refusa pour autant de soutenir l’opération des 43 et poussa le compagnonnage jusqu’à participer à la campagne chabaniste à laquelle il ne croyait pas. Ce positionnement original de gaulliste chiraquien mais antigiscardien lui permit plus tard d’entamer le rassemblement autour du Premier ministre. Il fut également un des premiers à comprendre l’opportunité que représentait pour l’UDR le refus de l’Élysée d’organiser de nouvelles législatives :

  • 27 Charles Pasqua, op. cit., p. 30.

« L’erreur commise par Valéry Giscard d’Estaing en ne prononçant pas la dissolution de l’Assemblée nationale fait que le jeu vient de changer de main. Cette erreur porte en elle la survie du mouvement gaulliste et d’un renouveau27. »

  • 28 Charles Pasqua, op. cit., p. 29.

20Au sujet du parti, le Premier ministre avait selon Charles Pasqua deux options : garder la formation en l’état avec le risque d’être écarté par Valéry Giscard d’Estaing une fois que ce dernier n’aura plus besoin d’une UDR moribonde, ou « ressusciter, rénover le mouvement gaulliste » pour « acquérir la capacité de peser sur les choix du Président et de préparer l’avenir ». Alors que René Tomasini penchait pour la première hypothèse et que le tandem Garaud-Juillet restait dans l’expectative, Charles Pasqua insista pour que Jacques Chirac entraînât la reconstruction du parti. L’intéressé convint « que pour compter il lui fallait des forces » et se tournant vers son conseiller, lui déclara : « c’est à toi de t’en charger, Charles28 ». De fait, ne pouvant intervenir au sein du groupe puisqu’il avait été battu aux législatives de 1973, Charles Pasqua se concentra sur le parti avec l’appui d’éléments prometteurs dont Alain Marleix (chef du service politique à La Nation depuis 1968).

  • 29 Richard Seiler (collaborateur d’A. Bord), Je reste en Alsace, carnets de bord entre Vosges et Rhin (...)
  • 30 Dominique Wirtz-Habermeyer, André Bord, un état d’esprit, Strasbourg, Le Verger éditeur, 1993, p.  (...)

21André Bord fut dans cette bataille le meilleur allié de Charles Pasqua. Tous deux anciens du RPF, les deux hommes s’étaient rapprochés au sein du groupe UDR à partir de 1968 puis au secrétariat général de l’UDR. Ils déjeunaient ensemble plusieurs fois par semaine. Député du Bas-Rhin depuis 1958, président du Conseil général du Bas-Rhin depuis 1967, membre du comité exécutif depuis 1971, patron de l’UDR strasbourgeoise, le secrétaire d’État aux Anciens combattants avait connu Jacques Chirac dans le 4e gouvernement Pompidou en 1967 et sympathisé avec lui à partir de mai 68. La présidentielle de 1974 fut l’occasion pour André Bord de se venger de Jacques Chaban-Delmas qui l’avait barré à Strasbourg face à Pierre Pflimlin dans la course à l’investiture pour les municipales de 197129. Avant le premier tour de la présidentielle, le maire de Bordeaux tenta de l’intimider : « ceux qui ne sont pas avec moi, Bord, je les casse30 »... Le strasbourgeois resta inflexible et lorsque le bureau exécutif se réunit le 5 avril pour officialiser son soutien à Jacques Chaban-Delmas, André Bord fut le seul avec Charles Pasqua à protester publiquement contre ce choix.

22Au sein du groupe UDR, Jacques Chirac s’appuyait sur des éléments réunis par une même défiance à l’égard du battu (Pierre Lelong, Mario Bénard, Xavier Deniau, Maurice Herzog, Christian Poncelet, André Jarrot, etc.). Le succès même relatif et ambigu de « l’appel des 43 » avait révélé que le groupe n’était pas totalement uni derrière le maire de Bordeaux. Lors du comité central élargi aux parlementaires le 7 avril, la fronde d’Hector Rolland au nom de son turbulent « groupe de réflexion et de proposition » avait souligné l’ampleur de cette fracture élite parisienne/ base provinciale bientôt exploitée par Jacques Chirac. Parmi les députés, des éléments influents (Marcel Dassault et Bernard Pons) ou prestigieux (Lucien Neuwirth) ne cachaient pas leurs préférences pour l’ancien protégé de Georges Pompidou. Au sein du dernier gouvernement Messmer en train d’expédier les affaires courantes, Jacques Chirac était enfin approuvé par les sept autres UDR ayant rejoint « l’appel des 43 » (Olivier Stirn, Jean-Philippe Lecat, Henri Torre, Hubert Germain, Jacques Limouzy, André Bord et Jean Taittinger), soit presque la moitié des ministres et secrétaires d’État UDR. Certains devaient être remerciés par des postes dans le premier gouvernement Chirac (Olivier Stirn, André Bord) installé le 29 mai. À l’équipe chiraquienne s’ajoutaient des membres dévoués et compétents issus du cabinet de la place Beauvau (le chef de cabinet Jacques Toubon et le conseiller technique Roger Romani). Edgar Faure, membre du bureau exécutif de l’UDR, faisait enfin bénéficier Jacques Chirac de son expérience politique. Si ce dernier restait minoritaire au sein de l’UDR, il n’était donc pas isolé.

L’UDR du printemps à l’été 1974 : du désarroi chabaniste à l’autorité chiraquienne

  • 31 Entretien avec Alain Terrenoire le 1er décembre 2008.

23La chiraquisation de l’UDR débuta par le ralliement d’Alexandre Sanguinetti. Étranglé par la dette contractée par le parti en campagne (au moins 3 millions de francs) qui le rendait dépendant des fonds secrets de Matignon, le secrétaire général se tourna vers Jacques Chirac31. En retour, Charles Pasqua devint le 14 juin délégué national à l’action (poste nouveau dans l’organigramme du parti). Doté de prérogatives larges car mal définies, le méridional dynamisa l’appareil en s’appuyant sur les délégués régionaux via le principe de mobilisation en chaîne déjà expérimenté au SAC et... chez Ricard. Lors de la réunion des secrétaires fédéraux à Paris le 27 juin, son discours populiste (« le gaullisme doit être partout, dans les châteaux giscardiens comme dans les fiefs communistes ») fut applaudi par des cadres chiraquiens ou chiraquisés, ralliés par conviction ou nécessité.

  • 32 Selon les journalistes du Monde Philippe Boggio et Alain Rollat, René Tomasini était d’autant plus (...)
  • 33 Charles Pasqua, op. cit., p. 34.

24Durant l’été, les chiraquiens prirent le contrôle du groupe UDR de l’Assemblée en s’appuyant sur René Tomasini, secrétaire d’État aux relations avec le Parlement32. Il était assisté de Jean Tibéri, Roger Romani et Jacques Toubon. Si le premier connaissait bien le groupe pour l’avoir rejoint en juin 1968, les deux autres, non parlementaires, s’étaient familiarisés avec le Palais-Bourbon pour avoir été conseillers techniques de plusieurs secrétaires d’État aux relations avec le Parlement (Roger Frey, Jean-Louis Tinaud puis Jacques Chirac). Après des approches individualisées combinant flatteries, promesses et menaces, l’offensive prit un tour plus collectif le 3 juillet quand Jacques Chirac retrouva le groupe à Vélizy-Villacoublay. Mêlant les messages rassurants (« il ne peut y avoir de divorce entre le Premier ministre UDR et le groupe UDR ») et les mises en garde voilées sur les prochaines investitures ou une éventuelle dissolution, il obtint le ralliement général. S’agissant des adhérents de base, Charles Pasqua sut apaiser les ressentiments en lançant d’abord l’UDR dans un exercice sans précédent d’autocritique durant l’été via un questionnaire envoyé aux militants. Il joua ensuite de ce besoin d’ordre et de commandement inhérent à la culture gaulliste (« le mouvement gaulliste est un mouvement bonapartiste qui veut être entraîné, il n’est pas du tout porté à l’autogestion33 »). Lors d’une tournée des fédérations fin juin, il profita enfin des initiatives maladroites des giscardiens (déclarations antigaullistes du ministre Jean-Jacques Servan-Schreiber, photo officielle du Président en costume de ville, transfert du défilé militaire du 14 juillet à la Bastille, changement du rythme de la Marseillaise) pour souder le mouvement dans une posture défensive derrière Jacques Chirac.

25Face à cette précoce chiraquisation, les résistances furent faibles et dispersées. À l’intérieur de l’UDR, les barons se concentrèrent sur leurs ambitions personnelles sans comprendre que les règles de gouvernance avaient changé. Si l’opposition des orthodoxes resta mesurée (Pierre Messmer rallia vite Jacques Chirac tandis que Michel Debré s’y résolut tardivement), celle des gaullistes de gauche fut plus ferme (elle s’exprima notamment dans l’évolution critique des cadets de l’UJP). Mais, peu nombreux, sans véritable audience et portés à la division, ils n’enrayèrent pas la montée en puissance du Premier ministre qui en récupéra quelques-uns comme Philippe Dechartre. À l’extérieur, le rapide échec d’organisations rivales comme le Mouvement des Démocrates de Michel Jobert puis la Fédération des Républicains de Progrès de Jean Charbonnel démontra qu’il n’existait pas d’espace pour des formations dépourvues de ressources financières, d’appareil militant solide et de projet politique cohérent.

***

26Loin de surgir en décembre 1974 à la faveur d’un coup d’éclat personnel, la chiraquisation de l’UDR représente un travail collectif achevé dans ses grandes lignes dès juillet. Pour prendre l’exacte mesure de ce changement de modèle militant, il est nécessaire de jouer sur les échelles chronologiques et de croiser le jeu des individus avec celui des équipes. On voit alors se dessiner, au sein de ce qui sera bientôt le néo-gaullisme chiraquien du RPR, une nouvelle équipe dirigeante, une nouvelle structuration partidaire, une nouvelle figure de militantisme, un nouveau rapport à l’histoire, bref une nouvelle culture politique.

Notes

1 Sur l’UDR, Jérôme Pozzi, Les mouvements gaullistes de 1958 à 1976 : la diversité d’une famille politique, réseaux, cultures et conflits, thèse de doctorat, Nancy 2, 2008, 4 vol., publiée sous le titre Les mouvements gaullistes. Partis, associations et réseaux, 1958-1976, Rennes, PUR, coll. Histoire, 2011, 392 p. Les références concernent la version non publiée.

2 Si l’expression « parti de cadres » est de Maurice Duverger, celle de « parti d’électeurs » fut inventée par Jean Charlot pour désigner le parti gaulliste (Jean Charlot, Les partis politiques, Paris, Armand Colin, 1971. 256 p.).

3 Selon Andrew Knapp (Le gaullisme après de Gaulle, Paris, Le Seuil, 1996, p. 391) qui cite comme « estimation indépendante » l’ouvrage de Claude Debbasch (La France de Pompidou, Paris, PUF, 1974, p. 79).

4 Michel Bongrand, Le marketing politicien, grandeur et décadence des stratégies de pouvoir, Paris, Bourin éditeur, 2006, 262 p. Le publicitaire a été interrogé en janvier 2004 par l’Association Georges Pompidou et son témoignage est consultable aux Archives nationales (AV/1/879-881).

5 François Audigier, Génération gaulliste, l’Union des Jeunes pour le Progrès, une école de formation politique, 1965-1975, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2005, 479 p. François Audigier, Histoire du S.A.C., la part d’ombre du gaullisme, Paris, Stock, 2003, 521 p. Bernard Lachaise, « De l’Association nationale pour l’appel au général de Gaulle dans le respect de la légalité républicaine à l’Association pour la fidélité à la mémoire du général de Gaulle », in Claire Andrieu, Gilles Le Béguec et Danielle Tartakowsky (dir.), Associations et champ politiques, Paris, Publication de la Sorbonne, 2001, p. 403-417. Nassera Mohraz, L’Union Nationale Interuniversitaire, 1974-1981, contribution à l’étude d’un mouvement politique de droite ambigu, Nancy 2, master 1, 2008.

6 . Hector Rolland, Souvenirs dérangeants d’un godillot indiscipliné, Paris, Albin Michel, 1990, 215 p.

7 Entretien avec André Fanton le 25 novembre 2009.

8 Le Monde, 16 mai 1973.

9 François Goguel, Chroniques électorales, la Cinquième République après de Gaulle, Paris, FNSP, 1983, 197 p.

10 La Nation, 7 janvier 1974. La remarque n’était pas exempte d’arrière-pensée puisqu’elle visait les pompidoliens Chirac-Garaud qui contestaient le leadership chabaniste sur l’UDR.

11 Pour Serge Berstein, cette évolution conservatrice ne constituerait pas une véritable « dérive » droitière mais une crispation idéologique, plus sémantique que doctrinale (Serge Berstein, Histoire du gaullisme, Paris, Perrin, 2001, 568 p.).

12 François Audigier, « La valorisation de la jeunesse au cœur de la stratégie de communication giscardienne de 1966 à 1974 », in Christine Bouneau et Caroline Le Mao (dir.), Jeunesse(s) et élites, des rapports paradoxaux en Europe de l’Ancien Régime à nos jours, Rennes, PUR, 2009, p. 51-61.

13 Au lendemain des législatives de 1973 (cette situation était globalement inchangée après la présidentielle), le groupe UDR comptait 183 députés (162 membres et 21 apparentés). Le groupe RI n’en rassemblait que 55 (51 membres et 4 apparentés). À gauche, le groupe le plus puissant était désormais le groupe socialiste avec 102 élus.

14 Mathias Bernard, Histoire politique de la Ve République, de 1958 à nos jours, Paris, Armand Colin, 2008, 328 p.

15 Jérôme Pozzi, op. cit., p. 980 et 1004.

16 Jacques Chirac, Chaque pas doit être un but, Paris, Nil, 2009, p. 178-182.

17 Jacques Foccart, Journal de l’Élysée, t. V, La fin du gaullisme, 1973-1974, Paris, Fayard/Jeune Afrique, 2001, p. 621.

18 Le Monde, 11 juin 1974.

19 Jean Mauriac, L’après de Gaulle, notes confidentielles, 1969-1989, Paris, Fayard, 2006, p. 152.

20 Cette mission constitua son entrée en politique. À propos de Michel Noir, voir son portrait dans Jacques Frémontier, Les cadets de la droite, Paris, Seuil, 1984, 303 p. La surreprésentation de jeunes au sein de la commission (Jacques Godfrain, Alain Terrenoire, Jacques Legendre, etc.) exprimait cette volonté de renouvellement générationnel.

21 Jérôme Pozzi, op. cit., p. 1010-1011.

22 Dans le cas du SAC, la présence aux côtés de Jacques Chirac de Charles Pasqua, évincé de la direction du service d’ordre fin 1969 et désireux de prendre sa revanche sur le tandem Foccart-Debizet, n’était pas de nature à améliorer les relations entre la rue de Lille et la rue de Léningrad (nouveau siège du service d’ordre depuis son départ de la rue de Solférino en 1973).

23 Jacques Chirac embaucha Robert Grossmann (retiré de la politique cadette depuis son départ de la présidence de l’UJP en 1972) au sein de son dispositif à l’occasion de sa venue à Strasbourg le 5 septembre 1974 pour l’inauguration de la Foire européenne (Robert Grossmann, L’appel du gaullisme, de Charles de Gaulle à Nicolas Sarkozy, 1958-2007, Paris, Éditions du Rocher, 2008, p. 315-316).

24 François Audigier, « Chaban-Delmas et les formations gaullistes, 1972-1981 », in Bernard Lachaise, Gilles Le Béguec et Jean-François Sirinelli (dir.), Jacques Chaban-Delmas en politique, Paris, PUF, 2007, p. 337-351.

25 Seuls Jacques Foccart, Olivier Guichard et André Fanton avaient obtenu plus de suffrages.

26 Charles Pasqua fit observer que « le ministre de l’Intérieur n’étant pas formellement membre du mouvement, le ridicule s’ajouterait à l’erreur politique et hypothéquerait l’avenir » (Charles Pasqua, Ce que je sais, tome 1, Les Atrides, 1974-1988, Paris, Seuil, 2007, p. 23-24).

27 Charles Pasqua, op. cit., p. 30.

28 Charles Pasqua, op. cit., p. 29.

29 Richard Seiler (collaborateur d’A. Bord), Je reste en Alsace, carnets de bord entre Vosges et Rhin, 1963-2003, Strasbourg, Éd. Bentzinger, 2007, 251 p.

30 Dominique Wirtz-Habermeyer, André Bord, un état d’esprit, Strasbourg, Le Verger éditeur, 1993, p. 96.

31 Entretien avec Alain Terrenoire le 1er décembre 2008.

32 Selon les journalistes du Monde Philippe Boggio et Alain Rollat, René Tomasini était d’autant plus motivé que Marie-France Garaud le tenait via des affaires politico-financières qui avaient déjà conduit le député de l’Eure à quitter le secrétariat général de l’UDR en août 1972. La reprise en main chiraquienne s’opéra dans un climat délétère d’intimidation affectant même les proches du Premier ministre... (Alain Rollat et Philippe Boggio, Ce terrible monsieur Pasqua, Paris, Olivier Orban, 1988, p. 150.)

33 Charles Pasqua, op. cit., p. 34.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540