Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les partis à l’épreuve de 68

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Deuxième partie. Évolution des forces politiques

Les élections législatives de mars 1973 : victoire à la Pyrrhus des gaullistes et renforcement de la bipolarisation politique

Gilles Richard

Testo integrale

1Bien que passé de mode depuis quelques années, l’étude des élections demeure indispensable à qui veut comprendre la vie politique d’un pays démocratique. Chaque élection y enregistre en effet les évolutions du rapport des forces entre partis depuis le scrutin précédent en même temps qu’elle fixe jusqu’au scrutin suivant les équilibres entre eux, institutionnalisant ainsi les limites des coalitions au pouvoir ou dans l’opposition. Les élections posent aussi l’immense question de la cause des résultats, ou plus précisément de la recherche des chaînes causales complexes permettant de rendre compte de façon rationnelle des tableaux de statistiques et des listes d’élus qui résultent de chaque scrutin.

  • 1 L’année politique 1973, PUF, 1974.

2Les élections législatives de 1973 n’échappèrent pas à la règle. Envisagés globalement, leurs résultats montrèrent un recul, par rapport à juin 1968, de la majorité au pouvoir menée par les gaullistes – Union des démocrates pour la République (UDR), Fédération nationale des républicains indépendants (FNRI) et ceux du groupe Progrès et démocratie moderne (PDM) réorganisés dans le Centre démocratie et progrès (CDP) depuis 1969 autour de Jacques Duhamel ; un recul insuffisant toutefois pour que la principale coalition adverse – « l’Union de la gauche » – pût accéder au pouvoir. Constat d’ensemble résumé dans la formule, reprise alors à satiété : « la majorité reflue mais résiste1 ». Cinq ans après l’impressionnant mouvement social du printemps 1968 et la non moins spectaculaire reprise en main par le pouvoir gaulliste fin juin, le scrutin de mars 1973 avait donc manifesté la capacité maintenue des droites à contenir les oppositions et contestations multiformes qui s’étaient développées dans le prolongement de Mai 68 : Pierre Messmer fut reconduit au poste de Premier ministre.

  • 2 Gilles Richard et Jacqueline Sainclivier (dir.), Les partis et la République. La recomposition du (...)

3Cependant, à bien observer les résultats, on doit constater que l’UDR, parti dominant depuis 1958-1962, subit les 4 et 11 mars 1973 un choc assez considérable, certes mal évalué sur le moment mais dont l’ampleur se révéla pleinement un an plus tard, à l’occasion des élections présidentielles anticipées provoquées par le décès du chef de l’État : le 5 mai 1974, Jacques Chaban-Delmas, candidat du parti gaulliste, n’obtint que 15 % des suffrages exprimés, très loin derrière ses deux principaux concurrents. En quoi les élections législatives de 1973 ont-elles marqué une étape décisive dans le bouleversement, au milieu des années 1970, du rapport des forces entre les grands partis tel que la Ve République l’avait redéfini2, amorçant par là même la fin d’un cycle politique de plus longue durée, entamé à la Libération et caractérisé par un système partisan dans lequel l’affrontement entre communistes et gaullistes était déterminant ? Je tenterai d’apporter une réponse en trois temps : tout d’abord, par l’analyse des résultats envisagés globalement pour mesurer la poussée des gauches et ses limites, ensuite, par l’analyse plus spécifique des résultats de la majorité au pouvoir pour saisir l’évolution de ses équilibres internes, enfin, par l’analyse de la place contradictoire occupée par les « réformateurs » dans la vie politique d’alors et de ses effets à moyen terme sur le système partisan tout entier.

La forte progression électorale des gauches

4Le scrutin de mars 1973 confirma d’abord le caractère exceptionnel des élections législatives de juin 1968 à l’issue desquelles les gauches ne rassemblèrent que 41 % des suffrages et les centristes 10 % tandis que les droites en obtenaient 49 %, dont 44 % pour la coalition gouvernementale UDR-RI. Le groupe gaulliste avait même emporté la majorité des sièges de députés à lui seul, phénomène encore jamais vu au Palais-Bourbon depuis la création officielle des groupes parlementaires en 1910. Ce caractère exceptionnel, c’est-à-dire conjoncturel et non structurel, du scrutin des 23 et 30 juin 1968 était apparu manifeste dès le printemps 1969. Charles de Gaulle avait alors perdu la bataille du référendum sur la réforme de la constitution et Georges Pompidou lui avait succédé en élargissant – ce fut « l’ouverture » – à une fraction des centristes la coalition qui le soutenait.

5À l’opposé, les gauches, après leur recul de 1968, avaient repris en mars 1973 leur progression entamée dès 1962 :

1958

41,00 %

1962

43,00 %

1967

45,00 %

1968

41,00 %

1973

46,00 %

  • 3 Lire la contribution de Gilles Morin.

6Cette progression était attendue, annoncée depuis plusieurs mois – et surévaluée – par tous les instituts de sondages. Deux éléments distincts, voire concurrents, y contribuèrent. D’abord, le « Programme commun de gouvernement » signé le 27 juin 1972 par le Parti communiste français (PCF) et le Parti socialiste (PS), qui donnait à l’opposition des gauches une cohérence programmatique et stratégique jamais atteinte depuis le temps du Front populaire. Ensuite, la refondation du PS achevée un an plus tôt au congrès d’Épinay, qui réorganisait sur des bases nouvelles ce que l’on appelait jusque-là « la gauche non-communiste » dans le but explicite de rééquilibrer les gauches au détriment d’un PCF dominant sans discontinuer depuis 19453.

7Sur le champ, les observateurs soulignèrent que le pari mitterrandien était en voie de réussir. L’écart entre le PCF et la gauche non-communiste – SFIO (Section française de l’Internationale ouvrière), radicaux, « clubs » et CIR (Convention des institutions républicaines) –, qui était supérieur à 5 % en 1962 et encore supérieur à 3 % en 1967 et 1968, se trouvait soudainement réduit à 0,5 % : 21 % pour le PCF, 20,5 % aux listes d’Union de la gauche démocratique et socialiste (UGDS), malgré la scission du parti radical. Il faut cependant se méfier des analyses conduites et des conclusions tirées a posteriori sur la base de connaissances par définition impossibles à avoir sur le moment : rien en effet n’était encore définitivement joué quant au rapport des forces interne aux gauches.

  • 4 Tudi Kernalegenn, François Prigent, Gilles Richard et Jacqueline Sainclivier (dir.), Le PSU vu d’e (...)
  • 5 Pierre Mauroy, candidat socialiste en 1968, se présenta à Lille (2e circonscription) en 1973.

8Les extrêmes gauches existaient toujours avec un total de suffrages exprimés supérieur à 3 % en moyenne, répartis entre le Parti socialiste unifié (PSU)4 – Yves Le Foll, maire de Saint-Brieuc, retrouva son siège de député de la 1re circonscription des Côtes-du-Nord perdu en 1968 – et les trois partis « trotskistes » – OCI (Organisation communiste internationaliste, LO (Lutte ouvrière) et LC (Ligue communiste). Dans l’ensemble, les reports de voix d’extrême gauche sur les candidats du Programme commun n’allèrent pas de soi, pesant de façon non négligeable sur les résultats du second tour. En revanche, les reports de voix furent globalement bons au sein de « l’Union de la gauche », même s’ils furent souvent meilleurs dans le sens du PCF vers le PS et le Mouvement des radicaux de gauche (MRG) que dans le sens inverse. L’union, très récente, restait toutefois conflictuelle dans certains départements importants. Dans les Bouches-du-Rhône, les reports de voix à gauche furent plutôt médiocres et Vincent Porelli, maire de Port-de-Bouc (PCF), conquit assez aisément la 11e circonscription, dont le nombre d’électeurs inscrits avait sensiblement augmenté en cinq ans, sur le député sortant Charles Privat (PS). Dans le Cambrésis (16e et 17e circonscription du Nord), le PCF aurait pu gagner les deux sièges mais le mauvais report des voix socialistes permit à la majorité de les emporter : opposé le 11 mars au candidat communiste Henri Cary, arrivé en tête des gauches au premier tour, Jean Legendre (UDR) put ainsi conquérir le siège de la 16e circonscription jusque-là détenu par le socialiste Raymond Gernez, et Jean Durieux (RI), opposé au communiste Paul Leloir5, conserva, malgré son recul de 8 % par rapport au 23 juin 1968, la 17e circonscription grâce à l’appoint d’environ 3 000 suffrages socialistes.

9Le plus important à souligner me semble concerner le PCF. Contrairement à ce que l’on pense et lit trop souvent, le déclin électoral communiste ne commença pas en mars 1973. Certes, il perdit beaucoup de voix à Paris, obtenant là un score inférieur à celui de 1962, et à l’échelle du pays tout entier, environ 1 % des inscrits. Mais il résistait globalement à un haut niveau, notamment dans ses trois plus gros bastions, c’est-à-dire la banlieue parisienne (sept départements), les Bouches-du-Rhône, le Nord et le Pas-de-Calais (100 circonscriptions au total), dans lesquels le PCF faisait élire 42 députés au lieu de 38 en 1967. Gain de 1 % des inscrits dans les Bouches-du-Rhône. Dans l’Essonne (deuxième département métropolitain pour la croissance démographique), 3 élus sur 4, dont Pierre Juquin dans la 3e circonscription (la plus peuplée de France), en progression sur les résultats de mars 1967. Tout sauf un déclin, donc, même si la progression du PS était incontestable.

10Les choses étaient bien sûr très différentes à droite.

L’amorce d’un déclin électoral des gaullistes

11Au début de la Ve République, la majorité gouvernementale avait mis quatre années à se stabiliser. De 1958 à 1962, MRP (Mouvement républicain populaire) et CNIP (Centre national des indépendants et paysans), au départ associés à l’Union pour la nouvelle République (UNR) dans le gouvernement de Michel Debré, avaient fini par s’en séparer à cause de conceptions divergentes en matière d’institutions et de politique extérieure (Marché commun et Algérie), s’associant même aux gauches en vue de renverser le tout nouveau gouvernement de Georges Pompidou à l’automne 1962. Charles de Gaulle gagna cependant le combat et les élections législatives de novembre 1962 permirent la formation d’une nouvelle majorité beaucoup plus homogène dans laquelle les gaullistes occupèrent désormais une place hégémonique, flanqués des « giscardiens » (RI) et de diverses personnalités modérées ou démocrates-chrétiennes ralliées. Cette nouvelle majorité emmenée par l’UNR, devenue Union des démocrates pour la Ve République en 1967, s’était renforcée de façon spectaculaire en quelques années : 34 % en 1962, 38 % en 1967, 44 % en 1968. Or, en mars 1973, elle régressa soudainement pour retrouver son score de 1962 (34 %) dans un processus inverse de celui se produisant à gauche au même moment. Le système électoral uninominal majoritaire à deux tours continua de jouer en faveur du parti gaulliste arrivé en tête qui profita de reports de voix larges alors qu’à gauche, les reports de voix ne furent pas parfaits. D’où, au soir du 11 mars, une nouvelle victoire de l’UDR en nombre de sièges, avec 183 députés (159 + 24 apparentés).

12Mais la victoire gaulliste avait été acquise difficilement, plus difficilement même qu’en 1967. Pour bien appréhender ce phénomène, trois éléments doivent être pris en compte.

  • 6 Il y avait quelques exceptions, la plus nette fut en Côte-d’Or où l’UDR acheva seulement en 1973 d (...)

13Les RI, tout en restant nettement inférieurs aux gaullistes (7 % des suffrages exprimés et 55 sièges) et en perdant quelques sièges par rapport à juin 1968, consolidaient leurs positions en voix comme en sièges, tant par rapport à 1962 qu’à 1967. Ils étaient indéniablement dans une dynamique de progression. La place des gaullistes dans la majorité s’en trouvait donc diminuée, d’autant qu’à côté des RI, la troisième composante organisée de la majorité, le CDP (3 % et 30 députés), voyait son existence renforcée par la naissance d’un groupe parlementaire à part entière, désormais distinct de celui des centristes d’opposition. Tout cela alors qu’à l’échelle nationale, les gaullistes reculaient sensiblement en nombre de voix, en pourcentage des suffrages exprimés et en pourcentage des électeurs inscrits6.

14L’UDR reculait par rapport au précédent scrutin bien sûr. Ainsi en Alsace où elle avait emporté les 13 sièges, tous pourvus dès le premier tour, dans les 13 circonscriptions du Bas-Rhin et du Haut-Rhin le 23 juin 1968, mais 9 seulement en mars 1973, dont deux dès le premier tour, en abandonnant un quart des suffrages exprimés obtenus cinq ans plus tôt. Mais elle reculait surtout par rapport à mars 1967. Ainsi en Seine-et-Marne, le département qui avait le plus fort taux de croissance des électeurs inscrits en France (+ 38 % entre 1967 et 1973), les gaullistes passaient de plus de 40 % à moins de 30 % des suffrages exprimés. Si trois députés sortants étaient réélus au second tour (Bertrand Flornoy, maire de Coulommiers, Alain Peyrefitte, maire de Provins et secrétaire général de l’UDR, et Didier Julia, respectivement dans les 3e, 4e et 5e circonscriptions), les gauches unies faisaient élire deux des leurs : Alain Vivien (PS) dans la 1re circonscription, prise à Marc Jacquet, ancien ministre et maire de Melun, et Gérard Bordu (PCF) dans la 2e, enlevée à Guy Rabourdin, maire de Chelles.

  • 7 Un score inférieur à celui du RPF en juin 1951. Voir l’étude approfondie des élections législative (...)

15Avec environ 25 % des suffrages exprimés à l’échelle nationale, le parti gaulliste se retrouvait au soir du 11 mars 1973 dans une situation intermédiaire entre son score de 1958 (17 %)7 et celui de 1962 (31 %). ce qui m’incite à penser que le déclin électoral de l’UDR fut bien l’aspect le plus marquant des résultats globaux du scrutin de 1973. Et pourtant, les gaullistes conservèrent le pouvoir. Pour comprendre ce paradoxe, il faut faire entrer en ligne de compte un troisième élément, pas encore étudié : les centristes, c’est-à-dire, en 1973, le Mouvement des réformateurs.

Les réformateurs, arbitres et victimes des élections

  • 8 Étude à ce jour la plus approfondie sur le centrisme pendant la République gaullienne : Muriel Mon (...)
  • 9 Sur les radicaux de gauche, lire Frédéric Fogacci, Le malheur des temps. La mouvance radicale de l (...)
  • 10 Le PDS fut officiellement créé lors de son congrès constitutif des 28 et 29 novembre 1970 à Mulhou (...)

16Le Mouvement réformateur8 avait en mars 1973 moins de deux ans d’existence. Il associait, non sans rivalités et tiraillements, le Centre démocrate (CD) de Jean Lecanuet, le Parti radical maintenu, ou « valoisien », conduit par Jean-Jacques Servan-Schreiber mais vidé d’une bonne partie de sa substance par la scission de l’été 1972 (« les radicaux de gauche », emmenés par Robert Fabre, député-maire de Villefranche-de-Rouergue, avaient signé le « Programme commun de gouvernement »)9, le Centre républicain (CR) d’André Morice, issu d’une scission des radicaux en 1956, et le Parti de la démocratie socialiste (PDS) présidé par Émile Muller, député-maire de Mulhouse et membre de l’ancienne SFIO qui avait refusé le processus d’Épinay et l’union avec le PCF10. Cette coalition incarnait le centre, rejetant à la fois « l’union de la gauche » et l’entrée dans « la majorité ».

  • 11 Le Rassemblement des gauches républicaines, formé en 1946 autour des radicaux et de l’UDSR (Union (...)
  • 12 Christian Bougeard, René Pleven. Un Français libre en politique, Presses universitaires de Rennes, (...)

17Mesuré de façon globale, le score réalisé des réformateurs fut plutôt décevant. Avec environ 12 % des suffrages exprimés, le centre progressait un peu par rapport à 1968 – il avait alors obtenu 10 % – mais retrouvait tout juste son niveau de 1967. Or, cette année-là, lorsque fut créé le groupe Progrès et démocratie moderne (PDM) au Palais-Bourbon, le centre était pour l’essentiel constitué du CD, successeur du MRP, et du CNIP, lui-même réduit à peu de choses depuis 1962. Six ans plus tard, l’apport radical et social-démocrate n’avait donc qu’à peine compensé les défections enregistrées depuis1969, à l’occasion de l’élection de Georges Pompidou et de la création du CDP par Jacques Duhamel, ex-radical et RGR11, René Pleven, ancien dirigeant de l’UDSR12, Joseph Fontanet, ex-MRP, et Jean Poudevigne, ex-CNIP. Le CD demeurait la force essentielle au centre et Jean Lecanuet son leader incontournable, malgré la médiatisation un peu tapageuse de « JJSS ».

  • 13 Formule qu’il lança lors du congrès radical de Suresnes en octobre 1971 et qui connut un grand suc (...)

18Face à la poussée des gauches unies et dans le cadre du mode de scrutin uninominal majoritaire à deux tours, les réformateurs, bien qu’ayant manqué la percée électorale qu’ils espéraient, n’en étaient pas moins, au soir du premier tour, les arbitres de la situation. Jean-Jacques Servan-Schreiber défendit l’idée qu’il fallait tout faire pour précipiter la défaite de « l’État-UDR »13, fût-ce au prix de l’élection de députés de gauche. Mais Jean Lecanuet s’y opposa fermement, soutenu par le CR et le PSD, et, fort des résultats des démocrates-chrétiens, très supérieurs à ceux des « valoisiens », il choisit de négocier personnellement avec les gaullistes, sur la base de désistements réciproques soigneusement étudiés afin que les réformateurs eussent suffisamment d’élus pour former un groupe tout en empêchant les tenants du Programme commun de conquérir la majorité parlementaire.

  • 14 Parmi lesquels les députés du CD dominaient largement.

19Les choses se déroulèrent de façon très variable d’un département à l’autre mais, dans l’ensemble, la manœuvre réussit parfaitement. Les réformateurs, renforcés par quelques personnalités comme Jacques Soustelle, président du petit mouvement Progrès et liberté et élu dans la 3e circonscription du Rhône, parvinrent à créer un groupe (30 adhérents14 et 4 apparentés) tandis que nombre de députés de la majorité, avant tout gaullistes, durent leur succès au retrait de leur concurrent centriste. Belle illustration, in vivo, de la difficulté pour le centre d’exister dans une vie politique profondément marquée par la bipolarisation – qui sortit d’ailleurs encore renforcée du scrutin – et confirmation de l’idée dominante à gauche que les centristes sont « de droite ». Mais la conséquence principale du choix fait par Jean Lecanuet fut surtout de saper les bases mêmes de la position politique de l’UDR, déjà fragilisée par son recul électoral du premier tour.

***

20De tout cela, deux séries de conclusions parallèles peuvent être tirées.

  • 15 Étienne Fajon, L’union est un combat, Éditions sociales, 1975, 127 p.
  • 16 Lire la contribution d’Édouard Lynch.

21À gauche, contrairement à ce qu’une partie des dirigeants et des militants communistes pensèrent dès le soir du 4 mars 1973 avant de l’affirmer haut et clair en 197515, l’union du PCF avec le PS autour du Programme commun ne fut pas la cause première du déclin communiste. Il y avait au PCF une telle habitude et un tel goût de l’hégémonie à gauche que les résultats prometteurs du nouveau PS furent immédiatement surinterprétés. Le grand décrochage électoral communiste ne survint pourtant qu’après la rupture de l’union en 1977-1978, d’ailleurs largement provoquée par la direction du parti. La refondation du PS et la signature du Programme commun donnèrent certes un incontestable élan aux socialistes, mais l’essentiel à moyen terme se joua probablement sur le terrain des mouvements sociaux, en plein essor dans l’année qui suivit le scrutin législatif. Or, le PCF ne brilla pas par sa présence active dans deux des luttes les plus emblématiques : l’occupation et l’autogestion temporaire de l’usine Lip à Besançon d’une part, les luttes contre l’extension du camp militaire du Larzac d’autre part16. Il commit de plus une grave erreur tactique en ne présentant pas de candidat à l’élection présidentielle du printemps 1974.

  • 17 Lire la contribution de Julian Mischi.

22Puis vint le temps du chômage de masse qui commença à éroder les « bastions » ouvriers du parti. Pourtant, les communistes, intégrés dans la dynamique unitaire et actifs dans l’émergence de l’eurocommunisme, continuèrent de gagner des adhérents jusqu’en 1977 et surent à plusieurs reprises faire la preuve d’un certain esprit d’innovation. Mais ce fut bien au bout du compte la double incapacité du PCF à comprendre Mai 68 dans toute sa complexité et à penser – et accepter – l’autonomie des mouvements sociaux par rapport à l’appareil partisan communiste qui lui fut fatale17.

  • 18 Jérôme Pozzi, « L’Appel des 43 et le mouvement gaulliste : manœuvre politique, relève générationne (...)
  • 19 Michelle Zancarini-Fournel, Le moment 68. Une histoire contestée, Seuil, coll. L’Univers historiqu (...)
  • 20 François Audigier, « Les gaullistes de gauche en Mai-68. La fin d’une certaine ambiguïté », dans B (...)
  • 21 Le médiocre score de l’UDR ayant appelé à voter « oui » au référendum sur l’élargissement du March (...)

23À droite, les résultats de l’UDR ne peuvent bien se comprendre sans interroger aussi la capacité des gaullistes à penser l’articulation de leur projet politique avec les mutations sociales à l’œuvre de puis Mai 68. À l’évidence en effet, le score de Jacques Chaban-Delmas en avril 1974 ne peut s’expliquer par les seules manœuvres des chiraco-pompidoliens contre le députémaire de Bordeaux. Le parti gaulliste était en difficulté bien avant « l’Appel des 4318 » et ces manœuvres accompagnèrent bien plus qu’elles ne provoquèrent le processus de redistribution du pouvoir au sein des classes dirigeantes confrontées aux turbulences du « Moment 6819 ». Les causes du premier décrochage électoral de l’UDR doivent bien plutôt être recherchées du côté de la rupture définitive entre Georges Pompidou et les gaullistes de gauche20, des premières inflexions apportées par le président de la République en matière de politique européenne, mal comprises par une fraction de l’électorat gaulliste21, et surtout du poids trop lourd des gaullistes d’ordre, grands vainqueurs des élections de juin 1968, dans le parti, rendant celui-ci aveugle et sourd face aux aspirations d’une société en ébullition.

  • 22 Gilles Richard, « Les giscardiens et le moment 68 : les libéraux à l’offensive, 1968-1974 », dans (...)

24Au contraire, les élections législatives de 1973 démontrèrent la justesse de l’analyse élaborée par les giscardiens et l’intelligence politique dont les dirigeants de la FNRI, Michel Poniatowski en tête, firent preuve22. La démonstration ne tient pas tant dans le score des candidats RI en lui-même – en progression certaine mais demeurant encore très inférieur à celui des gaullistes – que dans le choix fait l’année précédente de négocier une alliance durable avec le CD de Jean Lecanuet et de Pierre Abelin. Un choix judicieux à tous égards en effet puisque le scrutin montra que les démocrates-chrétiens étaient bien le noyau dur du Mouvement réformateur et son élément le plus fiable politiquement. À terme, en légitimant le rapprochement en cours entre RI et réformateurs, les élections législatives de mars 1973 permirent d’envisager raisonnablement de modifier en profondeur l’équilibre même de la majorité au pouvoir. L’addition des suffrages de la FNRI, du Mouvement réformateur et du CDP ne représentait-elle pas désormais une masse de suffrages équivalente (environ 25 %) à l’électorat gaulliste ? Ce serait d’ailleurs de ce rassemblement des forces non gaullistes que sortirait, cinq années plus tard, l’Union pour la démocratie française.

Note

1 L’année politique 1973, PUF, 1974.

2 Gilles Richard et Jacqueline Sainclivier (dir.), Les partis et la République. La recomposition du système partisan, 1956-1967, Presses universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2007, 325 p.

3 Lire la contribution de Gilles Morin.

4 Tudi Kernalegenn, François Prigent, Gilles Richard et Jacqueline Sainclivier (dir.), Le PSU vu d’en bas. Réseaux sociaux, mouvement politique, laboratoire d’idées (années 1950-années 1980), Presses universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2009, 373 p.

5 Pierre Mauroy, candidat socialiste en 1968, se présenta à Lille (2e circonscription) en 1973.

6 Il y avait quelques exceptions, la plus nette fut en Côte-d’Or où l’UDR acheva seulement en 1973 de rallier les dernières fractions de l’ancien électorat du CNIP.

7 Un score inférieur à celui du RPF en juin 1951. Voir l’étude approfondie des élections législatives de novembre 1958 faite lors de la journée d’études de novembre 2008 au Centre d’histoire de Sciences Po et dont les contributions sont publiées dans Bernard Lachaise, Gilles Le Béguec et Frédéric Turpin (dir.), Les élections législatives de novembre 1958, Presses universitaires de Bordeaux, 2011.

8 Étude à ce jour la plus approfondie sur le centrisme pendant la République gaullienne : Muriel Montero, Le centrisme sous la Ve République, de 1962 à 1976. L’affirmation d’une force politique et la conquête du pouvoir : deux défis impossibles ?, thèse de doctorat d’histoire, Paris 4, 2003, 4 vol., 1233 p.

9 Sur les radicaux de gauche, lire Frédéric Fogacci, Le malheur des temps. La mouvance radicale de la Libération à la fin des années 1960, thèse de doctorat d’histoire, Paris 4, 2008, 2 vol., 1202 p., et « Depuis 1972, les radicaux de gauche », dans Serge Berstein et Marcel Ruby (dir.) Un siècle de radicalisme, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. Histoire et civilisations, 2004.

10 Le PDS fut officiellement créé lors de son congrès constitutif des 28 et 29 novembre 1970 à Mulhouse. Auguste Lecœur, ancien dirigeant du PCF exclu pendant la guerre froide, en devint le secrétaire général.

11 Le Rassemblement des gauches républicaines, formé en 1946 autour des radicaux et de l’UDSR (Union démocratique et socialiste de la Résistance) pour renforcer le centre droit, avait été repris en main par Edgar Faure en décembre 1955, à la suite de son exclusion du parti radical, afin d’avoir un point d’appui partisan face à son rival Pierre Mendès France. Jacques Duhamel avait été alors son collaborateur le plus proche.

12 Christian Bougeard, René Pleven. Un Français libre en politique, Presses universitaires de Rennes, coll. Histoire, 1994, 473 p.

13 Formule qu’il lança lors du congrès radical de Suresnes en octobre 1971 et qui connut un grand succès.

14 Parmi lesquels les députés du CD dominaient largement.

15 Étienne Fajon, L’union est un combat, Éditions sociales, 1975, 127 p.

16 Lire la contribution d’Édouard Lynch.

17 Lire la contribution de Julian Mischi.

18 Jérôme Pozzi, « L’Appel des 43 et le mouvement gaulliste : manœuvre politique, relève générationnelle et fronde des “godillots” », dans Parlement [s], no 7, 2007, p. 109-120.

19 Michelle Zancarini-Fournel, Le moment 68. Une histoire contestée, Seuil, coll. L’Univers historique, 2008, 314 p.

20 François Audigier, « Les gaullistes de gauche en Mai-68. La fin d’une certaine ambiguïté », dans Bruno Benoit, Christian Chevandier, Gilles Morin, Gilles Richard et Gilles Vergnon (dir.) À chacun son Mai ? Le tour des France en mai-juin 1968, Presses universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2011.

21 Le médiocre score de l’UDR ayant appelé à voter « oui » au référendum sur l’élargissement du Marché commun en 1972 fut en partie masqué par le soutien des centristes au chef de l’Ėtat.

22 Gilles Richard, « Les giscardiens et le moment 68 : les libéraux à l’offensive, 1968-1974 », dans Bruno Benoit et al., op. cit..

Autore

Professeur d’histoire contemporaine à l’IEP de Rennes, Centre de recherche de l’action politique en Europe, UMR-CNRS 6051.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540