Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Éléments pour une sociologie de l'enfance

 | 
Régine Sirota

Deuxième partie. Discours savants et représentations de l’enfance

Renouvellement des perspectives psychologiques sur le petit enfant

Gérard Neyrand

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Lorsque j’ai été amené à travailler sur la question de l’évolution des savoirs sur la petite enfance (Neyrand, 2000), le constat empirique évident que j’avais fait jusque-là s’est largement confirmé : la petite enfance n’a guère été abordée par les sociologues en dehors de l’analyse des cadres de sa socialisation, laissant le champ libre aux travaux des psychologues et psychanalystes qui, eux, ne se gênent pas pour occuper le terrain.

2En cela, l’approche sociologique de la petite enfance voit s’exacerber ce qui demeure la caractéristique de la sociologie appliquée à l’enfance, que rappelait Régine Sirota dans son introduction aux numéros d’Éducation et Sociétés sur le thème « sociologie de l’enfance » : « L’enfance sera essentiellement reconstruite comme objet sociologique à travers ses modes de prise en charge sociale, l’école, la famille, la justice par exemple » (Sirota, 1998, p. 11). De ce point de vue, la sociologie de la petite enfance se fera plus restrictive encore, l’essentiel des outils d’une sociologie de l’éducation centrée sur la réussite scolaire ne lui étant pas applicable. Les travaux développés seront alors essentiellement des travaux sur l’accueil de la petite enfance, tel le travail précurseur de Luc Boltanski (1969), puis ceux d’Éric Plaisance (1988), de Liane Mozère (1992), Suzanne Mollo-Bouvier (1988), Bloch et Buisson (1998), et tout récemment Catherine Bouve (2001). J’ai moi-même participé à ce courant par mon étude sur les lieux d’accueil enfants-parents de type Maison verte (1995). D’autres approches se sont développées en complément, qu’elles soient plus socio-démographiques, comme l’important travail d’Alain Norvez (1990), ou plus strictement historiques, comme celles de Catherine Rollet (1990) ou de Jean-Noël Luc (1997) : sans compter tous les travaux tournés vers la filiation et la parentalité, qui se focalisent plus sur les parents que sur les enfants, situés en position d’enjeux ou d’objectifs.

UNE SOCIOLOGIE DE LA PETITE ENFANCE ?

3Ces sociologies de la petite enfance sont toutes importantes et nécessaires, mais elles expriment une difficulté ou une gêne à parler de l’enfant lui-même, surtout lorsqu’il n’est pas encore doué de parole, tant la sociologie se sent peu apte à appréhender la prime enfance à travers ses principaux acteurs : les bébés et les jeunes enfants.

4La montée d’une sociologie de l’acteur (Dubet, 1994) et le développement de l’étude des processus de socialisation semblent s’arrêter au seuil de la prime enfance. Peut-être parce qu’on s’y trouve confrontés à une double difficulté : le caractère inopérant des méthodes traditionnelles d’approche de l’acteur, comme l’interview ou le récit, et l’omniprésence des disciplines psychologiques, de la psychologie du développement à la psychanalyse.

5Pourtant, depuis quelques années une nouvelle tendance s’ébauche, celle de la constitution d’une sociologie du sujet enfantin, dans laquelle je me suis senti impliqué presque à mon insu par le biais de mes travaux sur les lieux d’accueil enfants-parents référencés à la psychanalyse, puis des savoirs sur la petite enfance et la parentalité. La caractéristique de cette tendance est d’être transdisciplinaire et largement ouverte à une réinterrogation des catégories psychologiques et psychanalytiques par l’approche sociologique et historique. Je dispose pour ma part d’une primo-formation en psychopathologie, et des chercheurs comme Catherine Sellenet (2001) ou Laurence Gavarini (2001) ont suivi un parcours psychanalytique, ce qui n’est pas anodin pour définir leur regard sociologique sur l’enfance. Comme le dit très justement Suzanne Mollo-Bouvier (1998, p. 73) : « chaque courant psychologique propose des modèles de développement de l’enfant qui éliminent les composantes sociales », ou bien qui les limitent à des influences environnementales secondes, il est donc particulièrement bien venu que se développe une sociologie du sujet qui puisse mettre en perspective socio-historique les discours psychologiques.

MÈRE-PÈRE-ACCUEILLANTS ET PAIRS : UNE RECOMPOSITION DES PLACES ET DES REGARDS

6D’une certaine façon l’approche que j’ai développée dans L’enfant, la mère et la question du père participe d’une telle position, car quand il s’est agi, pour répondre à la demande de la CNAF, de réaliser un bilan sur l’évolution des savoirs sur la petite enfance et la parentalité depuis la Guerre, force fut bien de constater la prégnance, si ce n’est l’omniprésence, des théories psychologiques sur le sujet. Comme si ce qu’on appelle maintenant la parentalité et la petite enfance constituait un domaine réservé des « psy ». Les effets des théories psychologiques sur les représentations de l’enfant ont été d’autant plus importants qu’avec le développement des moyens de communication de masse une «culture psy » plus ou moins bien vulgarisée est venue servir de soubassement à bien des représentations sociales du jeune enfant.

7Or, les positionnements théoriques et les discours depuis les années 1950 ont considérablement évolué, voyant se sédimenter plusieurs images successives. Ce qui fonde peut-être l’élaboration d’une nouvelle représentation sociale du bébé dès l’après-guerre est la reconnaissance et l’affirmation de l’importance précoce de l’affectivité et du caractère relationnel de la constitution même de sa psyché. Mais sous l’effet de l’actualisation des théories de la carence affective par la situation d’après-guerre, ce sont d’abord les liens familiaux, et avant tout le lien mère-enfant, qui vont être exhaussés pour rendre compte des processus de subjectivation et de socialisation, même si les tenants d’un accueil collectif des jeunes enfants essayent avec difficulté de faire entendre leur point de vue.

  • 1 Voir l’analyse critique qu’en fait Chantal Zaouche-Gaudron, 2002.

8La notion de « dyade mère-enfant » vient ici théoriser l’importance première, si ce n’est quasi exclusive, de la mère dans la prise en charge et l’éducation du jeune enfant. Son importance est renforcée par l’emprunt au modèle éthologique de la théorie de l’attachement pour justifier de la position prépondérante accordée à la mère. Longtemps ce modèle théorique sera d’autant moins questionné qu’il paraît répondre à un déterminisme naturel de la différenciation de fonctions éducatives hiérarchisées, renvoyant à l’idée fonctionnaliste de la famille comme première unité du monde social, « cellule de base » de la société comme on entend encore souvent le dire, complétée par une différenciation fonctionnelle des places à l’intérieur de celle-ci. Pour le sociologue Talcott Parsons (1955), la fonction maternelle est « expressive » alors que celle du père est « instrumentale », de la même façon que pour la psychanalyse lacanienne, la mère se situe plus du côté du « réel » et le père du « symbolique ». On pourrait dire que le modèle de socialisation que porte la psychologie, exemplairement lorsqu’elle est clinique, est concentrique : de la dyade on passe à la triade avec l’adjonction du père, censé être défini par sa fonction défusionnante à l’égard de l’unité symbiotique mère-enfant, puis à la famille avec la fratrie et les proches, puis les lieux d’accueil, la maternelle, l’école, où s’effectue l’expérience d’autres adultes éducateurs, parallèlement à celles des semblables qui fréquentent aussi ces lieux, puis enfin le monde social et les institutions. Dans ce modèle, l’expérience de la société, à travers les relations aux autres, est encore conçue comme un système d’emboîtements selon des cercles de plus en plus larges. Conception éminemment réductrice et toujours prégnante chez les psychologues1, qui dénote à quel point l’enracinement des théories dans les formes de la vie sociale n’est pas pensé, essentialisant l’organisation relationnelle et institutionnelle d’une société à un moment donné et la légitimant par la caution d’un discours dit scientifique.

  • 2 Voir Marcel Gauchet, « Essai de psychologie contemporaine », Le Débat, n° 99, avril 1998 ; Irène Th (...)

9Mais une telle représentation de l’ordre relationnel et éducatif censé présider à la subjectivation et la socialisation des individus s’est heurtée aux conditions historiques d’une transformation sociale, et relationnelle, sans précédent sur une période si brève. Que dans le dernier tiers du XXe siècle plusieurs évolutions de niveaux fort divers soient entrées en phase pour produire un tel bouleversement des relations privées qu’on ait pu parler à son sujet de « révolution anthropologique2 » n’a pas été sans conséquences sur les représentations de l’enfant et ses rapports à son monde relationnel.

10Si perdurent les anciennes conceptions, de nouvelles se sont déployées parallèlement aux mutations des comportements privés. Rappelerais-je seulement cette remarque magistrale de Gilles Deleuze et Félix Guattari (1972, p. 56) : « L’enfant dès son plus jeune âge a toute une vie désirante, tout un ensemble de relations non-familiales avec les objets et les machines du désir, qui ne se rapporte pas aux parents du point de vue de la production immédiate, mais qui leur est rapporté (avec amour ou haine) du point de vue de l’enregistrement du procès. »

11Toujours est-il que désormais est reconnu que peuvent coexister pour le bébé plusieurs figures d’attachement, que le père est apte et souvent désireux d’occuper une place éducative concrète dès la naissance de son enfant, que les autres enfants constituent des instances primordiales de socialisation réciproque, que les accueillants et les éducateurs ont un rôle significatif, qui n’est pas concurrentiel à celui des parents, et que de multiples formes de vie familiale sont désormais possibles sans être d’emblée délégitimées.

12Le rôle de la sociologie à cet égard est d’importance. De sa capacité à s’articuler non seulement à ses vieilles complices comme l’histoire, la philosophie ou l’économie, mais aussi aux disciplines psychologiques, dépend sans doute la possibilité que le champ épistémologique à l’intérieur duquel se réfléchit la question de l’enfance puisse lui aussi connaître une mutation d’une ampleur équivalente aux mutations sociales du Privé.

13Les images plurielles du jeune enfant aujourd’hui participent de cette réorganisation en cours et leurs différentes facettes renvoient à la façon dont, dans le grand public, les rapports entre l’évolution sociale et l’évolution des idées se sont retranscrits dans les médias.

LES IMAGES CONTRADICTOIRES DU JEUNE ENFANT AUJOURD’HUI

14L’importance de la dimension affective dès la prime enfance dont j’ai parlé tout à l’heure constitue l’une des cinq grandes composantes de l’image contemporaine de l’enfance, c’est elle qui sous-tend l’idée d’enfant-sujet, les quatre autres apparaissent plus récemment, qu’il s’agisse du bébé performant, de l’enfant à risque, de l’enfant consommateur, ou de l’enfant miroir. Cette image à multiples facettes s’inscrit dans une évolution sociale qui participe de grandes orientations : entre autres, pour ce qui nous concerne, la montée de l’individu et son autonomisation, la constitution de la psychologie en référence régulatrice de la vie privée, le développement de la consommation et des médias, et l’importance croissante accordée à l’expressivité individuelle qui s’en est suivie, sans compter l’influence que vont avoir sur les représentations de l’enfant et de sa place dans la famille les progrès de la médecine et de la génétique, et, bien sûr, les évolutions institutionnelles…

L’avènement de l’enfant-sujet

15C’est dans la filiation de la reconnaissance de la vie psychique dès le plus jeune âge que le courant incarné par Françoise Dolto va s’inscrire en se prononçant pour la cause des enfants (1985) et popularisant l’idée d’enfant-sujet. La médiatisation des thèses de Dolto permet au grand public de se forger une nouvelle image du jeune enfant. Il n’est plus ce petit être attendrissant dont on attend qu’il parle pour instaurer avec lui un dialogue, il est quelqu’un qui entend ce qu’on lui raconte et auquel il convient de parler vrai. Ce qui pourra occasionner quelques incompréhensions cocasses entre grands-mères sûres de leur expérience et jeunes mamans imprégnées de la nécessité de considérer le bébé comme une personne et commentant toutes leurs actions.

La découverte des performances du bébé

16Parallèlement, les travaux sur le développement et les apprentissages (Glaumaud-Carré et Manuélian-Ravet, 1995) vont mettre en évidence dès les années quatre-vingt les capacités jusqu’alors insoupçonnées du jeune enfant à apprendre. Capacités que le développement des discours de vulgarisation des savoirs sur la petite enfance, sur le modèle de la revue mère que constitue Parents (dont le premier numéro paraît en 1969) va permettre de faire connaître à une quantité croissante de parents. Son image s’en trouve encore quelque peu modifiée, non seulement le jeune enfant est pourvu d’une affectivité et d’une capacité relationnelle qu’il y a peu on ne soupçonnait pas, mais il apparaît beaucoup plus intelligent qu’on ne le pensait jusqu’alors. À tel point que, poussés par un mélange d’exaltation narcissique et d’anticipation angoissée des épreuves que va devoir traverser leur enfant pour s’insérer dans une société où le mérite se mesure de plus en plus à l’aune des savoirs acquis, un certain nombre de parents trop bien intentionnés vont avoir tendance à « gaver » toujours plus précocement leurs bébés d’une foule de connaissances de plus en plus complexes. Jusqu’à ce que celui-ci refuse tout nouvel apprentissage et réagisse à l’inverse de l’effet escompté.

Une image repoussoir : l’enfant à risque

17Mais c’est dans une troisième direction qu’il faut chercher une autre composante de l’image contemporaine de l’enfant, celle qu’a générée l’évolution de l’action sociale avec le nouvel éclairage porté sur l’enfance maltraitée et le retentissement que le sujet a pris dans les médias. Il ne s’agit plus tant de redresser l’enfant déviant, ou de soigner l’enfant perturbé, que d’identifier dans toutes les situations les modes de dysfonctionnement de la parentalité ou de la prise en charge institutionnelle, qui peuvent perturber l’enfant ou le mettre en danger. Les travaux récents sur la question insistent ainsi sur l’idée que désormais la notion de risque de maltraitance ne concerne plus seulement les enfants supposés en danger du fait de leurs conditions de vie et de leurs parcours malheureux, mais concerne potentiellement tous les enfants et rend d’emblée suspect chacun de ceux qui se trouvent à leur contact. « Notre vision de l’enfant, variable dans le temps mais sans cesse ambiguë, aboutit aujourd’hui, tout en l’instituant comme individu ayant des droits propres, à le penser globalement comme victime. Le pathos s’empare de l’imaginaire et vient aplanir la connaissance dynamique que nous avions acquise à son propos » (Gavarini et Petitot, 1998).

18On est passé de l’enfant dangereux à l’enfant en danger, de la nécessité de lutter contre la déviance et la délinquance à celle de prévenir les risques dont tout enfant potentiellement est le support. Il ne s’agit plus à travers l’école pour tous de socialiser la famille à travers l’enfant comme au début du siècle (Donzelot, 1977), de corriger ceux qui échappent à ce grand dessein de l’instruction publique, mais de chercher toujours plus avant dans l’enfance les défaillances éducatives qui ont présidé aux dérèglements des comportements enfantins. Le procès s’est inversé, la figure du pervers n’est plus celle, polymorphe de l’enfant, mais celle, répulsive, du pédophile. L’enseignement de Freud tend à se dissiper et l’on voit resurgir l’idée d’une innocence de l’enfance qui lui ôte toute responsabilité dans la construction mentale de sa propre expérience. La défense des Droits de l’enfant, si nécessaire et importante, risque alors de pousser à l’enfermer dans l’idée d’une passivité et d’une pureté de l’enfance qu’il s’agirait de protéger de l’adulte et de lui-même, en déniant la spécificité de l’âge enfantin, et plus particulièrement de la sexualité enfantine. Prise de cette façon là l’image de l’enfant-victime vient dénier celle de l’enfant-sujet.

L’enfant consommateur

19La question est d’autant plus délicate que d’autres modes de fonctionnement sociaux sont venus brouiller l’édification de cette nouvelle image de l’enfance. C’est le cas de l’avènement d’une forme de société où le discours de la consommation médiatise grand nombre de nos représentations. Avec la fin de la guerre, l’entrée dans la période d’intense développement économique que l’on appellera les trente glorieuses va de pair non seulement avec l’augmentation continue du niveau de vie et l’accroissement de la consommation qui s’en suit, mais avec le développement des techniques et des discours marchands (Neyrand, 1997) parallèlement à celui des médias. L’enfant s’y trouve doublement impliqué, d’abord en tant que levier pour la consommation familiale, ensuite en tant que consommateur spécifique, donnant l’occasion du développement de tout un ensemble de stratégies marketing à son endroit et de tout un ensemble de discours médiatiques, notamment télévisuels, qui vont largement contribuer à sa socialisation et à la production de son image. L’enfant de la publicité, des dessins animés et des émissions pour la jeunesse est exemplairement un enfant imaginaire, positivé, embelli et doté des attributs d’une toute puissance qui contribue à entretenir l’idée d’un enfant-roi. Mais cette idée, pour s’opposer à l’image dramatique de l’enfant en danger, n’en est pas moins éloignée de celle de l’enfant-sujet, en ce qu’elle procède à la réification de l’enfant, le fait fonctionner comme l’objet d’un discours mythique.

20Cette opposition complexe entre les images dérivées du discours psychologique de l’enfant-sujet d’une part, du bébé performant de l’autre, celle issue de l’action sociale et celle générée par la logique de la consommation marchande et des médias ne serait pas complète si l’on n’y ajoutait l’impact des questionnements issus d’un autre champ de connaissance, celui de la bio-médecine, et ses répercussions éthiques.

L’enfant miroir du désir des adultes

21Il n’est sans doute pas irréaliste de penser que le mythe de l’enfant parfait a été réactivé par les progrès de la bio-médecine. « En effet, le narcissisme attaché à chaque grossesse a trouvé, avec la médicalisation du prénatal, à “substantialiser” ses appuis imaginaires dans le réel des gènes et du corps, que l’on peut désormais “dépister”, “échographier”, “tester”, “sexer”, “décoder”. Il serait en train de se réinvestir dans le fantasme de déterminer l’enfant à naître : nous sommes devenus des consommateurs de bons gènes » (Gavarini, 2001, p. 332).

22En ce sens, les Procréations médicalement assistées (P. M. A.) viennent relayer la diffusion des techniques modernes de contraception pour entretenir l’illusion d’une entière planification possible des naissances dont serait maître chaque couple, si ce n’est chaque individu. Elles contribuent de plus, avec les progrès de la génétique, à entretenir l’idée d’une eugénique possible de la naissance débouchant sur le fantasme de la possibilité pour les parents d’atteindre à l’enfant parfait, celui d’un désir d’enfant dorénavant d’autant plus mythifié qu’il en est rendu aléatoire pour nombre d’individus déstabilisés par les mutations contemporaines des mœurs.

23L’image de l’enfant, aujourd’hui, apparaît ainsi d’autant plus contradictoire que ses différentes facettes s’originent et trouvent écho dans des champs différents. Tous ont cependant en commun de participer à une valorisation de l’enfant d’autant plus grande que celui-ci est devenu dans notre société un bien de plus en plus rare.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bloch, F. et Buisson, M., 1998, La garde des enfants : une histoire de femmes. Entre don, équité et rémunération, Paris, L’Harmattan.

Boltanski, L., 1969, Prime éducation et morale de classe, Paris, EHESS-Mouton.

Bouve, C., 2001, Les crèches collectives : usagers et représentations sociales, Paris, L’Harmattan.

Deleuze, G. et Guattari, F., 1972, L’Anti-Œdipe. Capitalisme et schizophrénie, Paris, Éditions de Minuit.

Dolto, F., 1985, La cause des enfants, Paris, Robert Laffont.

Donzelot, J., 1977, La police des familles, Paris, Éditions de Minuit.

Dubet, F., 1994, Sociologie de l’expérience, Paris, Le Seuil.

Gavarini, L. et Petitot, F., 1998, La fabrique de l’enfant maltraité, Ramonville Saint-Agne, Érès.

Gavarini, L., 2001, La passion de l’enfant, Paris, Denoël.

Glaumaud-carré, M. et Manuélian-ravet, M. (éd.), 1995, Le bébé et les apprentissages, Paris, Syros.

Luc, J.-N., 1997, L’invention du jeune enfant au XIXe siècle. De la salle d’asile à l’école maternelle, Paris, Belin.

Mollo-bouvier, S. et al, 1988, La fréquentation des institutions de garde éducative par les jeunes enfants d’origine étrangère, Paris, FAS.

Mollo-bouvier, S., 1998, « Les rites, les temps et la socialisation des enfants », Éducation et Sociétés, n° 2, p. 73-89.

Mozère, L., 1992, Le printemps des crèches, Paris, L’Harmattan.

Neyrand, G., 1995, Sur les pas de la Maison Verte. Des lieux d’accueil pour les enfants et leurs parents, Paris, Syros.

Neyrand, G., 1997, « L’individu, la publicité et la différence des sexes », Mana, n° 3, « Approches sociologiques de l’intime », p. 123-138.

Neyrand, G., 2000, L’enfant, la mère et la question du père. Un bilan critique de l’évolution des savoirs sur la petite enfance, Paris, PUF.

Norvez, A., 1990, De la naissance à l’école, santé, modes de garde et préscolarisation dans la France contemporaine, Paris, PUF/INED.

Parsons, T., 1955, Family, Socialization, and Interaction Process, Glencoe, Free Press.

Plaisance, É., 1988, L’enfant, la maternelle, la société, Paris, PUF.

Rollet, C., 1990, La politique à l’égard de la petite enfance sous la Troisième République, Paris, PUF/INED.

Sellenet, C., 2001, Avoir mal et faire mal, Revigny-sur-Ornain, Hommes et Perspectives.

Sirota, R., 1998, « L’émergence d’une sociologie de l’enfance : évolution de l’objet, évolution du regard », Éducation et Sociétés, n° 2, p. 9-34.

Zaouche-gaudron, C., 2002, Le développement social de l’enfant, Paris, Dunod.

Notes

1 Voir l’analyse critique qu’en fait Chantal Zaouche-Gaudron, 2002.

2 Voir Marcel Gauchet, « Essai de psychologie contemporaine », Le Débat, n° 99, avril 1998 ; Irène Théry, « Mixité et maternité » dans Yvonne Knibiehler (éd.), Maternité : affaire privée, affaire publique, Paris, Bayard, 2001.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site