Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les partis à l’épreuve de 68

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Deuxième partie. Évolution des forces politiques

Le référendum du 23 avril 1972 : un risque mal calculé ?

Christine Manigand

Texte intégral

  • 1 Vincent Berger, Monsieur Georges Pompidou et la construction de l’Europe (1969-1972), Mémoire DES, (...)
  • 2 Le général de Gaulle avait mis deux vetos successifs (de nature très différente) en janvier 1963, (...)
  • 3 Jean-René Bernard, « Georges Pompidou et l’élargissement de la Communauté européenne », Commentair (...)

1Pour la première fois, en France, un référendum a permis « aux citoyens d’autoriser la ratification d’un traité international et de se prononcer sur la construction européenne1 ». Il est vrai que l’enjeu du référendum français du 23 avril 1972 voulu par le président de la République, Georges Pompidou, et portant sur l’élargissement des Communautés européennes à la Grande-Bretagne, l’Irlande, le Danemark et la Norvège, fut important à plus d’un titre. Selon Jean-René Bernard, et en faisant abstraction des considérations de politique partisane, la levée du veto français2 et « l’entrée de la Grande-Bretagne dans le Marché commun a été la décision de politique étrangère la plus lourde de conséquences prise par le président Pompidou au cours de ses cinq années de pouvoir. Décision centrale, elle a été conçue dès qu’il est arrivé aux affaires, et peut-être même longtemps auparavant3 ».

  • 4 Ibid., p. 326.

2Plusieurs indices ont pu, en effet, témoigner des sentiments favorables de Georges Pompidou à l’entrée de la Grande-Bretagne au sein du Marché commun : Jean-René Bernard mentionne4 à cet égard des confidences livrées à Guy de Rothschild ou encore, en 1968, à Geoffrey Rippon, le futur négociateur britannique. En outre, si on élargit la perspective, le contexte de la nouvelle majorité présidentielle fut un élément favorable à ce changement de la politique française : pour Valéry Giscard d’Estaing, président des Républicains indépendants et Jacques Duhamel, le plus important des leaders centristes, ralliés l’un et l’autre à Georges Pompidou, l’importance de l’entrée de la Grande-Bretagne ne faisait aucun doute. À la suite de l’élection présidentielle de juin 1969, la composition du gouvernement constitua un signe évident de la modification des orientations françaises et de la volonté d’aboutir du président Pompidou : à sa tête Jacques Chaban-Delmas, puis Valéry Giscard d’Estaing au ministère de l’Économie et des Finances, européen engagé, membre du Comité d’action pour les États-Unis d’Europe de Jean Monnet, Maurice Schumann aux Affaires étrangères, le plus européen et le plus anglophile des gaullistes, enfin des centristes résolument européens, Jacques Duhamel au ministère de l’Agriculture, René Pleven, ancien président du Conseil de la IVe République, à la Justice et Joseph Fontanet au Travail.

  • 5 Il fallait notamment que les 6 membres aient pu s’accorder sur un système de ressources propres as (...)

3Outre ces signes bien tangibles, des raisons de fond ont expliqué le changement d’attitude de la France de Georges Pompidou : l’exigence européenne, c’est-à-dire, la volonté d’insérer définitivement l’économie française dans l’Europe en affermissant ou en achevant, pour reprendre la terminologie communautaire, le Marché commun avant le passage à la période définitive des Communautés européennes fixée par le traité au 1er janvier 19705. Pour ce faire, il fallait l’accord de tous les partenaires de la France qui étaient exaspérés à son égard. Le président Pompidou prit donc l’initiative de demander, moins d’un mois après son élection, lors de sa conférence de presse du 10 juillet 1969, la réunion d’une conférence des chefs d’État et de gouvernement, avant le passage à cette période définitive du Marché commun. Ce fut la conférence de La Haye (1-2 décembre 1969) qui donna lieu à de nombreuses transactions et lors de laquelle le fameux triptyque « achèvement, approfondissement, élargissement » trouva son application. Le 30 juin 1970 débutèrent, à Bruxelles, les négociations avec les États candidats, c’est-à-dire entre les Six et chacun des candidats ; on sait le rôle joué par les rencontres bilatérales et par l’annonce – alors que la tension était assez vive –, de la rencontre Pompidou-Heath, à Paris, les 20 et 21 mai 1971. En dépit de sérieuses difficultés de rédaction, le traité d’adhésion fut signé à Bruxelles, le 22 janvier 1972.

  • 6 Maurice Vaïsse, La puissance ou l’influence ? La France dans le monde depuis 1958, Paris, Fayard, (...)
  • 7 Ibidem.

4Or, à peine deux mois plus tard, le président de la République annonça la tenue d’un référendum sur l’adhésion de la Grande-Bretagne et des trois autres pays. Il convient donc de s’interroger sur les raisons qui ont poussé Georges Pompidou à choisir la voie référendaire face à une solution parlementaire sans aucun risque. Tout d’abord, l’effet de surprise fut un avantage, mais qui pouvait aussi échouer face à des partis divisés et à une opinion « molle ». Comme toujours, dans les choix européens, la part entre le national et l’international est difficile à déterminer. Il fallait tout à la fois consolider une majorité ouverte aux centristes, à un moment où des scandales éclaboussaient une partie de cette majorité, diviser le Parti socialiste et le Parti communiste afin d’« enfoncer un coin entre socialistes et communistes, en négociation pour un programme commun de gouvernement, mais divisés sur l’Europe6 », et tout cela à un an des élections législatives de 1973. Mais il fallait aussi pour Georges Pompidou « obtenir un brevet d’européisme7 », se présenter face à ses partenaires avec une autorité et un prestige accru lors du sommet européen d’octobre 1972 à Paris. Or, cette consultation où le nombre de « oui » recueillit à peine 40 % des inscrits désappointa fortement le président de la République et eut des conséquences dans les décisions prises à l’intérieur comme à l’extérieur.

Une habile manœuvre qui se retourna contre son promoteur

  • 8 Extraits de la conférence de presse de Georges Pompidou, président de la République, le 16 mars 19 (...)

« Pour toutes ces raisons, l’adhésion de la Grande-Bretagne, je le répète, dépasse de beaucoup la simple notion d’élargissement. C’est une Europe nouvelle qui se crée et qui va s’affirmer et dont dépendra l’avenir des peuples européens, et par conséquent, de tous les Français, dans le domaine politique, économique, social et humain. Et voilà pourquoi, Messieurs, je vous déclare, à travers vous et par-delà vos personnes à tous les Français, qu’il faudra que l’élargissement soit ratifié par chaque Française et par chaque Français8. »

  • 9 Sondage IFOP réalisé le 21 mars 1972.

5Cette initiative saluée au départ par beaucoup, analysée dans un premier temps dans la majorité comme une affaire facile à remporter et capable de semer la division dans l’opposition, fut redoutée toutefois par un petit nombre dans l’entourage du président. Elle reçut dans les jours qui suivirent l’approbation d’une majorité importante de Français puisque 67 % d’entre eux se déclarèrent favorables à cette consultation directe des citoyens9.

Un choix inattendu

6Les raisons qui ont poussé Georges Pompidou à ce choix furent multiples, mais de toute façon la question mérite d’être posée à nouveau car le chef de l’État lui-même reconnaissait

  • 10 Conférence de presse, ibid.

« que le gouvernement n’aurait aucun mal à trouver dans les deux Assemblées une large majorité consciente et de l’importance de l’enjeu et de la solution nécessaire10 ».

  • 11 Éric Roussel, Georges Pompidou : 1911-1974, Paris, Lattès, 1994, 686 p.
  • 12 Cité par Éric Roussel, Georges Pompidou : 1911-1974, ibid., p. 493.
  • 13 Allocution radiotélévisée de Georges Pompidou, président de la République, le 11 avril 1972.

7Faut-il invoquer tout d’abord le désir d’utiliser une disposition encore inemployée de l’article 11 de la Constitution de 1958 et surtout la volonté de ne pas laisser tomber en désuétude, après l’échec du référendum du 27 avril 1969, une procédure souvent utilisée par son prédécesseur, le général de Gaulle ? Georges Pompidou avait déclaré, le 4 janvier 1972, lors de la réception de la presse à l’Élysée pour les traditionnels vœux, qu’il ne fallait pas « laisser péricliter la procédure du référendum ». Cette idée venait de loin puisque selon le témoignage de Maurice Schumann, recueilli par Éric Roussel11, le biographe de Georges Pompidou, le président souhaitait déjà après la conférence de La Haye organiser un référendum sur l’Europe. C’est son ministre des Affaires étrangères qui s’était alors employé à l’en dissuader : « “Ce n’est pas possible, lui dis-je. Le général de Gaulle est tombé il y a moins d’un an sur un référendum, vous ne pouvez pas réussir là où il a échoué”. Finalement, il se rangea à mes arguments, mais garda l’idée en réserve12. » La deuxième motivation essentielle fut la volonté de renforcer, après la rencontre des Açores (13-14 décembre 1971) avec le président Nixon et avant le sommet de Paris de l’automne 1972, sa stature internationale et de prendre le leadership européen à un moment où sa vision d’une Europe confédérale, pragmatique, était arrivée à son terme. Disposer d’une nouvelle autorité explicita sa volonté de donner une autre dimension, une autre signification au traité de Bruxelles du 22 janvier 1972, qui grâce à l’approbation populaire, dit le président Pompidou, ne sera pas « un traité comme un autre, parmi d’autres13 ». De cette approbation, Georges Pompidou voulut en retirer une nouvelle autorité en rassemblant les Français sur cette question essentielle, il déclara à cette occasion :

  • 14 Ibidem.

« Approuvé par chacune et chacun de vous [le référendum] prendra une autre dimension, une autre signification, et vos représentants une autre autorité, à commencer vous le comprenez, par moi-même14. »

8Cette confiance renouvelée fut soulignée comme indispensable à usage interne pour le maintien du Marché commun agricole, mais aussi à usage externe car

  • 15 Patrick Colas, Georges Pompidou et l’Europe : 1962-1974, Mémoire de maîtrise d’histoire, Lyon 3, 1 (...)

« c’est aux yeux des autres chefs de gouvernement qu’il veut être rehaussé par un satisfecit donné par les Français sur ses initiatives et ses conceptions européennes15 ».

9De cette façon, le président français pouvait apparaître aux chefs d’État et de gouvernement comme le plus déterminé et le plus solide des Européens, d’autant plus que la France fut le seul État des Six à utiliser la voie référendaire pour ratifier le traité d’élargissement.

10Si Jacques Foccart a qualifié l’initiative présidentielle de « géniale », l’entourage du président demeura divisé quant à cette dernière. Les adversaires allèrent de l’hostilité déterminée de Pierre Juillet au scepticisme de Michel Jobert :

  • 16 Michel Jobert, Mémoires d’avenir, Paris, Grasset et Fasquelle, 1974, p. 201.

« Que penseriez-vous m’interrogea-t-il, [le président Pompidou] d’un référendum sur l’Europe ? C’est un trop beau sujet, lui répondis-je, pour passionner les foules qui sont persuadées qu’il est déjà traité16. »

  • 17 Éric Roussel, op. cit., p. 498.

11Au Conseil des ministres, l’accueil fut mitigé : Jacques Chaban-Delmas sembla tout d’abord enthousiasmé par la proposition, puis très vite regretta de ne pas avoir suffisamment réfléchi en faisant notamment procéder à des enquêtes d’opinion complémentaires. Éric Roussel nous rapporte17 qu’à chaud, seuls deux ministres avaient émis des réserves sur cette procédure, Olivier Guichard et René Pleven.

Les partis politiques ont déjoué le piège

12Au sein de la majorité, l’initiative présidentielle fut approuvée par l’UDR (à l’exception de quelques gaullistes de gauche), les Républicains indépendants et le Centre démocratie et progrès (CDP). Georges Pompidou reçut aussi le soutien du centrisme d’opposition (Centre démocrate) de Jean Lecanuet et des radicaux de Jean-Jacques Servan-Schreiber, tous regroupés dans le Mouvement réformateur. À un moment où la majorité voyait son image se dégrader dans l’opinion (scandales financiers, compromissions), l’initiative présidentielle avait été analysée comme très habile par les commentateurs politiques. Il fallait ressouder la majorité, détourner les Français des difficultés intérieures et obliger l’opposition de gauche à se séparer eu égard à ses positions divergentes face à l’Europe. La manœuvre ne fut un succès que dans les premiers temps car comme l’écrivit Alain Lancelot :

  • 18 Alain Lancelot, « Il ne faut jurer de rien ». Le référendum du 23 avril 1972, Projet, no 67, 1972, (...)

« Le vote n’intervient que le 23 avril au terme d’une campagne qui oblige M. Pompidou à se découvrir, l’exposant ainsi à rompre l’unanimité précaire des partisans du oui, et qui donne aux partis l’occasion de démonter les ressorts présidentiels devant une opinion de moins en moins admirative. Une fois l’effet de surprise passé, la politique – morose en ce printemps 1972 – reprend ses droits18. »

13L’opposition se tira du piège qui lui était tendu puisque le but du président Pompidou était de mettre en évidence les conceptions divergentes de la gauche sur l’Europe. Les socialistes, attachés à la construction européenne, pouvaient-ils se laisser entraîner à voter « non » comme le Parti communiste, hostile à l’Europe ? Le Parti socialiste (comme le PSU) choisit donc l’abstention en dénonçant le détournement de la consultation à des finalités de politique intérieure. Ces positions, notamment celle des socialistes, furent stigmatisées par Georges Pompidou lors de son allocution radiotélévisée qui lançait la campagne – ainsi qu’au cours de sa dernière intervention du 21 avril 1972 –, qui fut par ailleurs largement médiatisée :

  • 19 Allocution radiotélévisée de Georges Pompidou, président de la République, 11 avril 1972.

« Certains vous engagent à voter “non”, prisonniers de leur doctrine, de leur volonté obstinée d’établir en France un système totalitaire. Inutile d’insister. Il en est d’autres qui n’hésitent pas à vous conseiller l’abstention. Est-ce qu’ils n’auraient pas d’avis sur l’Europe ? [...] Si habile que soit la présentation pousser à l’abstention est une mauvaise action, c’est vous inciter à ne pas accomplir votre devoir de citoyen, à vous empêcher d’exercer votre droit d’homme libre, de décider de votre destin19. »

14En dépit de ce lancement, la campagne ne passionna pas les Français et la lutte contre l’abstention devint l’objectif du camp des « oui ». Une fois l’effet de surprise passé, l’hétérogénéité du camp des « oui » ne fit que se découvrir et les partis d’opposition démontèrent les mécanismes de la manœuvre présidentielle rendant l’opinion de plus en plus dubitative sur le fait d’aller ou non voter. L’opinion parut largement indifférente lors de cette campagne :

  • 20 Danièle Bahu-Leyser, « Les Français et l’Europe au temps de la présidence de Georges Pompidou », i (...)

« Une semaine avant la consultation référendaire, 1 Français sur 3 déclare s’être peu intéressé à la campagne et 1 sur 5 ne pas s’y intéresser du tout. Un dernier élément nous paraît symptomatique du désintérêt de l’opinion : à la mi-avril 1972, 1 Français sur 2 ne connaît pas l’intitulé de la question qui lui sera soumise lors du scrutin du 23 avril20 ! »

Une opinion « molle » face à l’Europe

  • 21 Maurice Vaïsse, op. cit., p. 116.
  • 22 Nous nous permettons de renvoyer pour une analyse plus détaillée à notre ouvrage, Anne Dulphy, Chr (...)

15Dans sa politique européenne, Georges Pompidou ne put compter que sur un soutien très distant de l’opinion française. Cette opinion se définissait vis-à-vis des questions européennes par un manque d’information, de passion et tout simplement d’intérêt : « de 1969 à 1971, 2 % des Français considèrent l’Europe comme le problème le plus important de la France contre 7 % en moyenne depuis 196221 », la passion référendaire fut bien timide puisque ce pourcentage n’atteignit, en 1972, que 11 % ! Pourtant les Français ont bien manifesté une aspiration européenne profonde depuis les débuts de la construction européenne, mais elle fut fort peu mobilisatrice. Bien sûr, les Français ont été largement favorables à l’idée européenne, au principe de l’unification européenne et même au Marché commun (même les sympathisants communistes à partir de 1962 s’y déclarèrent favorables à une large majorité), mais cet acquiescement fut largement de façade et ne constitua jamais une réelle priorité pour eux22.

  • 23 Les Européens : oui à l’Europe. Résultats commentés d’un sondage d’opinion réalisé en janvier-févri (...)
  • 24 Sondages, 1972, no 1-2, p. 82. Concernant le Danemark, l’Irlande et la Norvège, 62 % des Français é (...)
  • 25 Sondages, ibid., p. 82.
  • 26 Anne Dulphy, Christine Manigand, « L’opinion publique française face aux élargissements », dans Cu (...)
  • 27 Sondages, op. cit., p. 75.

16De même, les Français ont été continûment favorables à l’entrée de la Grande-Bretagne dans le Marché commun en déplorant depuis le début des années 1950 son absence des structures communautaires et en insistant sur le déséquilibre continental induit pour la petite Europe. Durant les années 1960, l’extension du Marché commun à d’autres pays a toujours fait l’objet d’un consensus en France et la Grande-Bretagne a toujours figuré largement en tête des pays cités. La France pompidolienne a été beaucoup plus favorable que la France gaullienne puisqu’en 1970, 2/3 des Français y étaient favorables, 11 % contre, 23 % ne se prononçaient pas23, en mars 1972, ils étaient 66 % pour – ce qui constituait la proportion la plus élevée –, 12 % contre et 22 % ne se prononçaient pas24. Toutefois, en mai 1971, 55 % des Français pensaient que l’entrée de la Grande-Bretagne était conforme aux intérêts français (17 % qu’elle était contraire, 28 % sans opinion), 42 % estimaient que l’Angleterre serait un partenaire loyal et 24 % qu’elle s’efforcerait de prendre la tête du Marché commun25. Ces correctifs « apportés à l’assentiment dominant permettent de qualifier l’attitude adoptée face à cette extension d’adhésion molle et suiviste26 ». Quant à la décision prise par Georges Pompidou, elle a recueilli 67 % d’avis favorables (contre 19 %) au référendum cinq jours après son annonce, seuls les électeurs du Parti communiste étaient alors réticents partagés en deux tendances égales. Mais le 21 avril 1972, seulement 51 % des Français approuvaient cette décision, soit une très courte majorité (7 Français sur 10 pour la majorité, 45 % chez les électeurs du PS contre 36 %, 59 % s’y opposaient chez les électeurs communistes)27, 27 % désapprouvaient et 22 % ne se prononçaient pas. Tous ces éléments rendent compte de la difficulté de la lecture des résultats.

Des résultats décevants et complexes28

  • 28 Tableau des résultats du référendum du 23 avril 1972 (métropole).
  • 28 Danièle Bahu-Leyser, op. cit., p. 625.

17Conformément aux données sur l’opinion, mais contrairement aux attentes du côté de la majorité présidentielle et de Georges Pompidou, « les Français apportent un acquiescement mesuré plutôt qu’une franche adhésion à la construction de l’Europe, sous la présidence de Georges Pompidou28 ».

Des résultats qui ne se révélèrent pas à la hauteur des espérances du président

  • 29 Le « oui » l’emporta avec 67,7 % des suffrages exprimés mais représentant 36,11 % des inscrits, le (...)

18Si plus de dix millions de Français se sont prononcés pour le « oui », le total ne représentait que seulement 36 % des inscrits. Il y avait eu près de 40 % d’abstentions, et près de 7 % de bulletins blancs ou nuls29 ! à moins d’un an des élections législatives, les résultats ont tout naturellement été interprétés dans les deux camps.

  • 30 Alain Lancelot, « Il ne faut jurer de rien », op. cit., p. 795-808.
  • 31 Selon Sondages, no 3, 1972, 68 % des électeurs de la majorité (UDR et RI) ont voté favorablement, (...)

19C’est Alain Lancelot30 qui fit à l’époque – et cela demeure aujourd’hui – la meilleure analyse des votes. A priori, le président Pompidou retrouva ses 10 millions d’électeurs de la présidentielle de juin 1969, mais le « oui » n’a pas été uniquement gaulliste, le président n’a pas fait le plein de ses voix faisant apparaître des tiraillements dans son propre camp, s’il a retrouvé à peu près son score, c’est en fait grâce aux centristes qui ont en quelque sorte comblé les manques et préparé les positionnements en vue des échéances de 1973. La discipline de l’UDR fut indéniable, mais trois électeurs sur dix ont fait défection, sans doute par indifférence31. Le « non » (32,3 % des suffrages exprimés) ne peut pas non plus être porté au seul crédit du Parti communiste pour deux raisons : Alain Lancelot, cartes à l’appui, démontre bien que tous les communistes n’ont pas voté « non », on sait que les électeurs communistes sont plus européens que leur parti et que certains sont venus d’autres horizons (droite gaulliste ou non gaulliste ou gauche non communiste). Enfin, le troisième enseignement à tirer, c’est le record enregistré par l’abstention et le vote blanc ou nul, soit 46,6 % des inscrits, qui tient sans aucun doute aux consignes de vote du Parti socialiste, mais pas seulement. L’indifférence des Français aux questions européennes s’est certainement manifestée à cette occasion. Si le résultat ne fut pas déplorable pour Georges Pompidou, ce fut pourtant de cette façon qu’il l’a ressenti.

Échec personnel ou succès mitigé ?

  • 32 Michel Jobert, op. cit., p. 202.

20Certes le président Pompidou n’avait pas utilisé la pratique référendaire en mettant dans la balance, à l’instar du général de Gaulle, son mandat de président de la République, toutefois, les résultats – tous les témoignages de l’époque l’ont confirmé –, l’ont atteint fortement et de façon personnelle. Il a conféré à ce résultat un aspect émotionnel et personnel qu’il n’avait pas. Il l’a dit à tous ses visiteurs, à tous ses proches et notamment à Michel Jobert : « Non, non, inutile de raisonner, me disait-il, pour moi, c’est un échec et un échec personnel32. »

21Il avait, il est vrai, personnalisé le vote, lors de sa dernière allocution radiotélévisée du 21 avril 1972 en disant :

  • 33 Allocution radiotélévisée de Georges Pompidou, président de la République, 21 avril 1972.

« Si votre réponse est massive, ceux qui vous représentent, et d’abord le président de la République, votre élu, celui d’aujourd’hui et ceux qui lui succèderont plus tard, seront en mesure de préserver tous les intérêts essentiels français et de faire prévaloir une véritable politique européenne d’indépendance vis-à-vis de tous, de coopération vis-à-vis de tous33. »

22Il voulait rassembler autour de lui les Français sur une question aussi primordiale que la politique européenne. L’objet même du référendum est bien de dégager un consensus le plus large possible sur une question d’intérêt national. Or, la consultation de 1972 accentua plutôt les divisions et l’abstention préconisée par le Parti socialiste empêcha un succès et un succès gaullien car une espèce d’union aurait pu se nouer autour du « oui » en excluant de fait le Parti communiste. La consigne d’abstention renforça au contraire un « oui » de droite, ce qui ne correspondait plus du tout au sens assigné à la consultation référendaire. Le président Pompidou semblait en outre très sensible aux questions de prestige et un succès l’aurait encore majoré notamment à l’étranger où l’opinion dominante était que le verdict des urnes allait gêner le président dans ses initiatives communautaires. De même quelques mois plus tard, le président laissa percer son amertume lors d’une conférence de presse, en septembre 1972 :

  • 34 Extraits de la conférence de presse de Georges Pompidou, le 21 septembre 1972.

« Peut-être les Français auraient-ils pu montrer plus d’enthousiasme pour l’Europe, peut-être cela aurait-il pu aider la politique de leur gouvernement, mais enfin, on travaille avec ce qu’on a, et la France, ce n’est pas si mal34 ! »

  • 35 Éric Roussel, op. cit., p. 510.

23Comme nous l’avons vu, Georges Pompidou retrouva presque le score du scrutin présidentiel de 1969 (37, 5 % des électeurs inscrits) et objectivement « pour des quantités de raison déjà évoquées, le verdict des urnes ne constitua ni une catastrophe ni un désaveu pour le pouvoir35 », mais entraîna pourtant des conséquences à l’extérieur comme à l’intérieur.

Des conséquences à double détente

  • 36 La Norvège refusa par référendum de ratifier le traité et les Communautés restèrent limitées à neu (...)

24Sur le plan européen, les résultats mitigés n’ont pas réellement entravé la poursuite du processus communautaire. La conférence de Paris (19-21 octobre 1972) a réuni pour la première fois les Six et les trois nouveaux membres (Grande-Bretagne, Irlande, Danemark) pour définir le programme de la Communauté élargie à neuf membres36. Ce fut la conférence de l’approfondissement, elle se déroula dans une bonne atmosphère et se fixa des objectifs ambitieux. Si rien ne fut réalisé dans le domaine des institutions communautaires que le président Pompidou ne souhaitait pas renforcer :

  • 37 Gérard Bossuat, Faire l’Europe sans défaire la France. 60 ans de politique d’unité européenne des (...)

« En revanche un ambitieux programme d’approfondissement est engagé, qui met au point un calendrier sur 8 ans, jusqu’en 1980, pour réaliser les décisions de La Haye : l’Union économique et monétaire, et l’Union européenne aux contours encore obscurs. Le sommet de Paris installe un Fonds de développement régional (FEDER) et énumère les nombreuses actions à entreprendre dans les domaines de l’industrie, de la science et de la technologie, de l’énergie, de l’environnement, de l’action sociale37. »

25Certes, le peu de succès rencontré par le référendum n’a pas contribué à accélérer l’action du président Pompidou en matière européenne, ainsi, l’installation à Paris d’un secrétariat politique permanent chargé d’aider la présidence pour la coopération politique ne vit pas le jour, mais les oppositions des autres pays jouèrent dans ce cas-là sûrement autant que les résultats du référendum. Par ailleurs, il est vrai que les partenaires de la France ne se désolèrent pas tous de ces résultats. Si l’année 1973 fut troublée et révéla des désaccords entre les Neuf notamment au sujet des positions à adopter vis-à-vis des États-Unis, ce sont les événements monétaires et politiques internationaux (crise du dollar, guerre du Kippour) qui en furent responsables.

26Sur le plan intérieur, la perte d’un certain nombre de voix gaullistes amena le président de la République à se « ressaisir ». Tout d’abord, comme l’écrivent Gilles le Béguec et Frédéric Turpin :

  • 38 Gilles le Béguec, Frédéric Turpin, Georges Pompidou et les institutions de la Ve République, Bruxe (...)

« Georges Pompidou cherche une autre forme de “relance” afin d’obtenir explicitement la confiance de l’opinion et surmonter la morosité ambiante. Dans les mois qui suivirent, il mûrit son projet de réforme du septennat. L’institution référendaire est, pour sa part, mise entre parenthèse jusqu’en 198838. »

27Il conviendrait également d’évaluer la part de l’échec relatif dans le départ imposé au Premier ministre, Jacques Chaban-Delmas. Le Premier ministre fut de plus en plus critiqué après l’échec du référendum où il apparut comme un bouc émissaire et les relations furent de plus en plus houleuses avec la majorité et le groupe parlementaire UDR, sans compter le malaise grandissant chez les électeurs gaullistes. Le retour à l’Élysée de Pierre Juillet ne pouvait pas servir ses intérêts. Pourtant comme l’écrit Gilles Le Béguec :

  • 39 Gilles le Béguec, « Le départ forcé de Matignon », in Jacques Chaban-Delmas en politique, Bernard (...)

« Georges Pompidou n’avait aucune raison sérieuse d’imputer le demi-échec en question à son Premier ministre : la décision de passer par la voie du référendum était de sa responsabilité propre ; [...] le même Chaban avait joué le jeu, il s’était même montré beaucoup plus offensif qu’à son habitude, en particulier dans les réunions internes du mouvement gaulliste tout au long de la campagne, une campagne un peu atone, il est vrai39. »

28Pratiquant une sorte de fuite en avant, car se sentant de plus en plus contesté, le chef du gouvernement décida de poser le 24 mai 1972 la question de confiance et recueillit une nette majorité à l’Assemblée nationale (368 voix contre 96). La légitimité parlementaire du Premier ministre s’opposait alors à celle qui provenait du choix présidentiel. Georges Pompidou choisit alors de monter en première ligne comme il le disait et de se séparer de Jacques Chaban-Delmas pour le remplacer par Pierre Messmer, ce fut donc plutôt une reprise en main... Le 5 juillet, le Premier ministre remit sa démission et celle de son gouvernement au président de la République. L’ouverture se traduisit surtout pour le président par la nécessité d’élargir la majorité aux centristes comme cela avait été le cas lors de son élection de 1969, et dans la perspective des élections législatives de 1973. Ces élections des 4 et 11 mars 1973 permirent aux gaullistes de conserver la majorité, mais Maurice Schumann battu dut laisser la place à Michel Jobert, beaucoup moins conciliant dans le domaine de la politique européenne.

***

29Au total, ce référendum du 23 avril 1972 fut-il un faux-pas ou un risque mal calculé ? Il faut relativiser ce qui est perçu à l’époque par le président Pompidou comme un échec, le score n’a pas été calamiteux, loin de là, et ayant refusé la dramatisation sur un sujet qui ne passionnait pas les Français, il ne pouvait guère espérer mieux, les résultats d’autres referenda l’ont bien montré. Ce fut une occasion manquée que cherchait depuis longtemps le président Pompidou pour reprendre la main et réaffirmer son autorité. La France pompidolienne prit un risque en corrélation avec sa position traditionnelle face à l’Europe, celle de vouloir exercer une espèce de leadership européen, alors que ses cinq partenaires eurent recours à un vote de ratification du traité d’adhésion du 22 janvier 1972 par la voie parlementaire, acquis sans aucun problème et avec de très fortes majorités.

Notes

1 Vincent Berger, Monsieur Georges Pompidou et la construction de l’Europe (1969-1972), Mémoire DES, Paris II, 1973, p. 1.

2 Le général de Gaulle avait mis deux vetos successifs (de nature très différente) en janvier 1963, puis en novembre 1967 à l’entrée de la Grande-Bretagne dans le Marché commun.

3 Jean-René Bernard, « Georges Pompidou et l’élargissement de la Communauté européenne », Commentaire, 18 (66), été 1994, p. 325. Jean-René Bernard fut conseiller technique pour les affaires économiques et financières et pour les affaires européennes au secrétariat général de la présidence de la République (1969-1973), puis secrétaire général adjoint de la présidence de la République (1973-1974).

4 Ibid., p. 326.

5 Il fallait notamment que les 6 membres aient pu s’accorder sur un système de ressources propres assurant le financement des dépenses communautaires, notamment dans le domaine agricole.

6 Maurice Vaïsse, La puissance ou l’influence ? La France dans le monde depuis 1958, Paris, Fayard, 2009, p. 117. Le Parti socialiste et le Parti communiste ont ensuite repris le cours des négociations pour aboutir au Programme commun de gouvernement en juin 1972.

7 Ibidem.

8 Extraits de la conférence de presse de Georges Pompidou, président de la République, le 16 mars 1972.

9 Sondage IFOP réalisé le 21 mars 1972.

10 Conférence de presse, ibid.

11 Éric Roussel, Georges Pompidou : 1911-1974, Paris, Lattès, 1994, 686 p.

12 Cité par Éric Roussel, Georges Pompidou : 1911-1974, ibid., p. 493.

13 Allocution radiotélévisée de Georges Pompidou, président de la République, le 11 avril 1972.

14 Ibidem.

15 Patrick Colas, Georges Pompidou et l’Europe : 1962-1974, Mémoire de maîtrise d’histoire, Lyon 3, 1983, p. 94.

16 Michel Jobert, Mémoires d’avenir, Paris, Grasset et Fasquelle, 1974, p. 201.

17 Éric Roussel, op. cit., p. 498.

18 Alain Lancelot, « Il ne faut jurer de rien ». Le référendum du 23 avril 1972, Projet, no 67, 1972, p. 795-796.

19 Allocution radiotélévisée de Georges Pompidou, président de la République, 11 avril 1972.

20 Danièle Bahu-Leyser, « Les Français et l’Europe au temps de la présidence de Georges Pompidou », in Georges Pompidou et l’Europe, Bruxelles, Complexe, 1995, p. 617. Les électeurs se prononcèrent sur la question suivante : « Approuvez-vous, dans les perspectives nouvelles qui s’ouvrent à l’Europe, le projet de loi soumis au peuple français par le président de la République, et autorisant la ratification du traité relatif à l’adhésion de la Grande-Bretagne, du Danemark, de l’Irlande et de la Norvège aux Communautés européennes ?

21 Maurice Vaïsse, op. cit., p. 116.

22 Nous nous permettons de renvoyer pour une analyse plus détaillée à notre ouvrage, Anne Dulphy, Christine Manigand, La France au risque de l’Europe, Paris, A. Colin, 2006, 292 p.

23 Les Européens : oui à l’Europe. Résultats commentés d’un sondage d’opinion réalisé en janvier-février 1970 dans 6 pays de la Communauté européenne et en Grande-Bretagne, commission des Communautés européennes, Direction générale de la presse et de l’information, Bruxelles, mai 1970.

24 Sondages, 1972, no 1-2, p. 82. Concernant le Danemark, l’Irlande et la Norvège, 62 % des Français étaient favorables ; 11 % contre, 27 % sans opinion.

25 Sondages, ibid., p. 82.

26 Anne Dulphy, Christine Manigand, « L’opinion publique française face aux élargissements », dans Cultures politiques, opinions publiques et intégration européenne » Marie-Thérèse Bitsch, Wilfried Loth et Charles Barthel (dir.), Bruxelles, Bruylant, 2007, p. 128.

27 Sondages, op. cit., p. 75.

28 Tableau des résultats du référendum du 23 avril 1972 (métropole).

% par rapport aux inscrits

% par rapport aux suffrages exprimes

Electeurs inscrits

29 071 070

100

Abstentions

11 489 230

39,5

Votants

17 581 840

60,5

Blancs et nuls

2 070 615

7,1

Suffrages exprimes

15 511 225

53,4

100

Oui

10 502 756

36,1

67,7

Non

5 008 469

17,2

32,3

28 Danièle Bahu-Leyser, op. cit., p. 625.

29 Le « oui » l’emporta avec 67,7 % des suffrages exprimés mais représentant 36,11 % des inscrits, le « non » totalisa 32,3 % des suffrages exprimés et 17,2 % des inscrits. Les abstentions atteignirent 39,55 % des inscrits et les bulletins blancs ou nuls 7,1 %.

30 Alain Lancelot, « Il ne faut jurer de rien », op. cit., p. 795-808.

31 Selon Sondages, no 3, 1972, 68 % des électeurs de la majorité (UDR et RI) ont voté favorablement, contre 3 % et 29 % se sont abstenus.

32 Michel Jobert, op. cit., p. 202.

33 Allocution radiotélévisée de Georges Pompidou, président de la République, 21 avril 1972.

34 Extraits de la conférence de presse de Georges Pompidou, le 21 septembre 1972.

35 Éric Roussel, op. cit., p. 510.

36 La Norvège refusa par référendum de ratifier le traité et les Communautés restèrent limitées à neuf membres.

37 Gérard Bossuat, Faire l’Europe sans défaire la France. 60 ans de politique d’unité européenne des gouvernements et des présidents de la République française (1943-2003), Bruxelles, PIE-Peter Lang, 2005, p. 122.

38 Gilles le Béguec, Frédéric Turpin, Georges Pompidou et les institutions de la Ve République, Bruxelles, PIE-Peter Lang, 2006, p. 242.

39 Gilles le Béguec, « Le départ forcé de Matignon », in Jacques Chaban-Delmas en politique, Bernard Lachaise, Gilles Le Béguec, Jean-François Sirinelli (dir.), Paris, PUF, 2007, p. 294.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540