Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Quatrième partie. L’antisémitisme avant, pendant et après l’Affaire

Les bastions antisémites des droites cléricales et nationalistes au XIXe siècle

Perrine Simon-Nahum

Texte intégral

  • 1 Pierre Birnbaum, Le Moment antisémite : un tour de la France en 1898, Paris, Fayard, 1998.
  • 2 « La Saint-Barthélémy des Juifs n’a pas eu lieu. Rêvé, attendu avec impatience, espéré à haute voi (...)

1Dans son tour de la France de 1898 intitulé Le Moment antisémite1, Pierre Birnbaum rapporte comment, de Périgueux à Nancy, de Rouen à Tarbes, de Bourges à Marseille, d’Angers à Dijon, au Puy-en-Velay et bien d’autres points cardinaux encore, c’est toute la France de la fin de siècle qui est saisie du démon de l’antisémitisme. Et l’historien de s’étonner que cette haine si bien partagée, même si elle est demeurée à l’état de fantasme, le grand massacre des juifs ne s’étant pas produit, n’ait pas davantage marqué l’his2. Sans doute la victoire ultérieure du camp dreyfusard n’est-elle pas étrangère à la chose qui put faire croire aux protagonistes d’alors que l’égarement avait pris fin. On peut également en trouver une explication, au moins aussi profonde et riche d’enseignements pour l’avenir, dans le hiatus qui caractérise la difficulté des courants de droite à exister politiquement et l’influence qu’ils exercent sur la vie politique. Si l’on déplace en effet le curseur des spécialistes de géographie électorale aux historiens du politique, les champs de référence de la droite en France au XIXe siècle apparaît soudain plus flou, à tel point que la droite en tant que force politique semble quasiment disparaître, du moins à l’exception des épisodes saillants que sont le boulangisme puis l’affaire Dreyfus.

2Aussi convient-il de mettre en évidence les articulations qui, au-delà des figures politiques imposées, dessinent pour les mouvements de droite un objet politique singulier né à la conjonction du catholicisme et du nationalisme, dans un contexte particulier dessiné par l’idéologie antisémite. On connaît la célèbre observation qui concluait le Tableau politique de la France de l’Ouest publié par André Siegfried en 1913 :

  • 3 André Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest sous la Troisième République, Paris, Ar (...)

Les forteresses de l’esprit clérical sont à peu de chose près celles des adversaires de la République ou plus exactement de l’esprit républicain. Bien que l’action catholique ne soit nécessairement ni antirépublicaine, ni antidémocratique, il y a là une coïncidence où nous ne craignons pas de trouver une relation de cause à effet3.

3Il faut partir de cette remarque, car les bastions de la droite cléricale et nationaliste au XIXe siècle sont loin de faire référence à la seule géographie électorale. Leur influence tient avant tout à l’esprit qu’ils véhiculent. Aussi doit-on considérer, à côté des implantations électorales et du jeu des groupements politiques que sont les ligues avant de devenir des partis, ces bastions intellectuels de la droite que constituent à l’époque également les revues, la presse mais aussi les sociétés de pensée, l’Académie française ou encore certaines disciplines universitaires. Ainsi s’expliquent à la fois l’ambiguïté et le caractère global du combat que vont devoir livrer les républicains à la fin du XIXe siècle.

Le mécano des droites ou les bastions électoraux de la droite

4À mesure que la République s’affirme et se consolide à partir des années 1875-1879, les courants de droite s’effacent progressivement de la scène politique. Antirépublicaines, les droites minoritaires à partir de 1876, en dépit d’un scrutin d’arrondissement qui semblait pouvoir leur être favorable, s’effacent progressivement des premiers plans de la scène politique, les bonapartistes en 1870, les légitimistes en 1873 et les orléanistes en 1874 pour reprendre la tripartition chère à René Rémond. Or, il est significatif que pendant longtemps les principales études historiographiques qui leur étaient consacrées, après avoir traité des espoirs déçus d’une restauration monarchique, sautent par-dessus les années 1880 pour évoquer ensuite l’épisode boulangiste puis l’affaire Dreyfus et se focaliser sur la naissance de l’Action française, et ce en dépit du maintien d’une existence électorale.

5La difficulté pour les droites vient en effet de la nécessité de s’adapter à un monde politique que caractérisent ces changements, alors même qu’elles font mission de se rattacher à la vision permanente d’une France éternelle et d’un pouvoir ancestral. Sans parler d’une existence partisane qui n’a pas lieu d’être en tant que telle avant le début du XXe siècle, les valeurs dont elles se réclament sont étrangères à la sociabilité politique que met en place la toute jeune IIIe République. C’est donc ailleurs qu’il faut aller chercher les marques de leur existence à travers l’apport des courants clérical d’abord, nationaliste ensuite qui permet aux courants de droite de continuer d’exercer une influence sur le pays. C’est en effet à travers le courant clérical et le nationalisme que la droite va conserver son influence la plus notable avant que la fondation de l’Action française en 1898 ne vienne lui donner un aspect partisan.

Les protagonistes

  • 4 Stéphane Rials, Révolution et Contre-révolution au XIXe siècle, Paris, Albatros/Diffusion-Universi (...)

6L’histoire de la droite plonge, on le sait, ses racines en France dans la Révolution. Or, la difficulté de sa recomposition après l’échec des derniers espoirs de restauration tient, comme l’a marqué l’un de ses plus fins historiens, à la contradiction dans laquelle elle se trouve alors prise, entre la nécessité de s’adapter aux changements de règles que l’avènement de la IIIe République impose à la vie politique, et son impossibilité de le faire sans se parjurer. Aussi sa faiblesse s’annonce-t-elle d’autant plus durable qu’elle est structurelle, pour ainsi dire congénitale. Cet acte de naissance constitué par la rupture avec le geste fondateur de la France moderne, à savoir la Révolution, explique que la droite munie d’une philosophie, d’une théologie, voire d’une anthropologie, pèche souvent par une absence programmatique. Nulle trace de programme dans les ouvrages de Louis de Bonald ou de Joseph de Maistre qui en sont les inspirateurs et posent avant tout l’impossibilité d’un contrat social. Fidélité à une société traditionnelle, communautaire et hiérarchisée, nostalgie d’un avant politique, cette droite, pensée de la volonté malheureuse comme le montre Stéphane Rials4, ne peut s’identifier à une politique mais bien plutôt à sa négation. Il lui faut donc emprunter des biais pour s’adapter au monde qui s’annonce.

La droite cléricale

7Une première rencontre eut lieu entre droites monarchistes et catholicisme, la relation aux fidèles devenus citoyens et l’influence du clergé permettant à la droite de conserver son influence dans le pays. C’est sur l’impuissance des droites politiques que se construit la fortune du cléricalisme. Pourtant, comme le font remarquer les historiens, la défense religieuse issue de la défaite et de la Commune avait peu en commun avec le conservatisme social des débuts du Second Empire, ce qu’eurent du mal à réaliser certains hommes politiques de droite. En même temps qu’il entendait restaurer la monarchie, le catholicisme intransigeant et ultramontain souhaitait en effet renouer le lien social rompu par la Révolution, instaurer un ordre social chrétien, selon le mot d’ordre de François-René de La Tour du Pin. Ainsi s’explique peut-être le paradoxe, mis en lumière par Yves Déloye, qui montre la part croissante prise par le clergé au débat public au moment même où la société se déchristianise.

8Le rapport de forces s’établit donc d’une certaine manière en faveur du catholicisme. Et ce, d’autant plus que l’Église, héritière d’une alliance traditionnelle avec le trône, se trouve directement attaquée par les mesures républicaines, Gambetta réclamant par exemple, le 4 juillet 1876, une commission parlementaire pour enquêter sur les ingérences du clergé dans la vie politique. Pourtant, le cléricalisme politique ne réussit pas davantage à s’imposer au premier plan de la politique, exerçant davantage ce qui pourrait s’apparenter à une magistrature d’influence. Albert de Mun s’y essaya à travers la création, au sortir des élections du printemps 1885, d’un parti catholique. Mais, en novembre suivant, l’intervention du pape Léon XIII, agacé des menées de ce laïc, le conduisit à renoncer.

  • 5 « Le temps des bastions » est d’ailleurs le titre du sous-chapitre qu’ils consacrent aux années 18 (...)
  • 6 Philippe Boutry et Alain-René Michel, « La religion », in Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire (...)
  • 7 Bruno Benoît, « Les élites lyonnaises et la République (1870-1914) », in Bruno Dumons et Gilles Po (...)

9C’est donc, par-delà une certaine continuité électorale, à cette influence religieuse que renvoie l’idée de « bastions5 », comme au fait que, dans les premières décennies de la IIIe République, certaines régions traduisent par leur vote un attachement particulier à la contre-Révolution et à cette présence de l’Église. Étudiant la corrélation entre la croyance et l’opinion dans le vote des populations catholiques, Philippe Boutry et Alain-René Michel font appel au concept d’« opinion religieuse », forgé avec l’instauration du suffrage universel masculin et qui opère, selon eux, dans les choix électoraux à la manière de l’opinion politique, c’est-à-dire par le biais d’une causalité élargie6. C’est ce que note également Bruno Benoit, étudiant les élites traditionnelles de Lyon qui, une fois envolé l’espoir d’une restauration monarchique, se replient sur la gestion d’un patrimoine matériel et spirituel, autour de la défense de l’Église qui lutte contre la République7.

10Deux régions se distinguent de la carte électorale, au fur et à mesure des élections par la forte présence d’une droite cléricale témoignant de contrastes de plus en plus marqués : il s’agit de l’Ouest breton et des confins du Massif central. À celles-ci, on peut également ajouter le pays de Caux, le Nord de la France et plus épisodiquement la Franche-Comté, la Savoie et la Corse. En 1906, les régions où l’on constate une forte pratique religieuse sont encore celles où l’on vote le plus à droite. Le catholicisme, comme le dit Émile Poulat, est donc davantage encore qu’une religion, une culture. Pourtant cette « cléricalisation du politique » ne se fait pas sans un glissement, qui conduit ceux qui y adhèrent de l’expression d’une soumission à l’égard du pouvoir établi à la contestation d’un ordre politique démocratique qui remet en cause les positions de l’Église.

Le nationalisme

11Le nationalisme, qui s’impose progressivement comme l’une des expressions spécifiques des courants de droite, est-il le palliatif que les droites, exclues du pouvoir et luttant pour conserver leur influence face aux nouvelles lois scolaires qui amènent l’avènement d’un nouvel esprit, seront condamnées à chercher comme le note Odile Rudelle ? S’agit-il au contraire plutôt de la traduction modernisée de cette synthèse entre pessimisme historique et activisme politique propre aux droites, comme le suggère Stéphane Rials ? Toujours est-il que la nation devient, à partir des années 1890, après que le Ralliement aura mis à mal une partie de la forteresse catholique, le second grand bastion des droites. Le 1er mai 1877, déjà, Albert de Mun, à la tête de l’Œuvre des cercles catholiques, dénonçait à la tribune de la Chambre les prétentions des républicains à incarner celle-ci.

  • 8 Philippe Levillain, « 1871-1918. Les droites en République », in Jean-François Sirinelli (dir.), H (...)

12Autre étape dans cette identification à la nation, le débat qui entoura la réforme de la législation militaire du 27 juillet 1872 au cours duquel Albert de Mun défendit l’image d’une France forte, d’une armée organisée sur le modèle de l’armée prussienne, et se fit applaudir par l’Assemblée entière au rappel de la gloire passée de la France. Le trait nationaliste fixe, si l’on en croit Philippe Levillain, l’entrée des droites « en idéologie » et leur identification avec la droite8. Jusqu’à l’affaire Dreyfus d’ailleurs, le nationalisme n’appartient pas exclusivement à la droite. C’est la rencontre avec l’armée et la création de l’Action française en 1898 qui le situeront irrémédiablement à droite.

Le lien avec l’antisémitisme

  • 9 Zeev Sternhell, Ni droite ni gauche : l’idéologie fasciste en France, Paris, Le Seuil, 1983 et La (...)

13Refusant le régime républicain qu’ils jugeaient aussi néfaste qu’irrémédiable, les tenants de la droite cléricale et nationaliste tentèrent de conjurer le changement politique par deux moyens : en expliquant d’une part à l’aide des théories du complot la disparition de l’ancien monde, en se laissant gagner d’autre part par un désespoir politique souvent teinté d’accents apocalyptiques. Ainsi s’explique le fait que droite cléricale et droite nationaliste se rejoignent au début des années 1890 sur le terrain de l’antisémitisme. On ne peut pas ne pas évoquer la thèse de Zeev Sternhell énoncée d’abord dans Ni droite, ni gauche9, puis reprise dans La Droite révolutionnaire, sous-titrée Les origines du fascisme français, selon laquelle la France des années 1890 aurait fourni le schéma de fondation du fascisme dans la rencontre de ces deux courants, clérical et nationaliste, auquel il faut ajouter le socialisme. Fascisme qui allait, cinquante ans plus tard, mener à l’extermination des Juifs. Son intérêt consiste à mettre l’accent sur la continuité.

14À la différence de ce qu’affirme Sternhell, qui fait des mouvements de la droite française les ancêtres du fascisme, si continuité il y a, ce serait plutôt celle de l’antisémitisme et de sa capacité à reformuler les désaccords politiques en une opposition unique. Ce que pressentait Édouard Drumont qui écrit :

  • 10 Édouard Drumont, Le Testament d’un antisémite, Paris, Éditions du Trident, 1988, p. 3.

ce livre n’est point le testament de l’antisémitisme. Jamais le système juif n’a été plus menacé, jamais le Juif n’a été l’objet de haines plus justifiées et de malédictions plus unanimes, jamais le désir de mettre fin à sa malfaisante exploitation n’a été plus ardent chez tous. Ce livre est purement et simplement le testament personnel d’un Antisémite, le journal des pensées et des luttes d’un homme qui a été en France l’initiateur d’un grand mouvement et qui se rend compte que l’inévitable exécution se fera probablement par d’autres que lui10.

  • 11 Yves Déloye, Les Voix de Dieu : pour une autre histoire du suffrage électoral : le clergé catholiq (...)
  • 12 Cf. Guy Jucquois et Pierre Sauvage, L’Invention de l’antisémitisme racial : l’implication des cath (...)

15La postérité de l’antisémitisme tel que vont le formuler les droites nationaliste et cléricale témoigne de sa capacité non pas à réconcilier les extrêmes, comme on l’a dit souvent, mais à opérer un retournement de la réalité à travers les théories du complot ou un dérapage mystique, masquant ainsi le décalage entre la nostalgie d’un ordre ancien, inscrit dans l’âge d’or, et la réalité politique existante. L’effacement de la droite sur le plan national la place, on l’a vu, devant la nécessité de légitimer l’engagement clérical. C’est à quoi va servir entre autres l’antisémitisme. Certes, l’antisémitisme politique existait avant les années 1880, comme en témoignent les réactions que provoqua par exemple la candidature officielle d’Isaac Péreire de la part du clergé de l’Aude en 186911. En 1880, l’abbé Chabauty, chanoine d’Angoulême et de Poitiers, reçoit des lettres de félicitations d’une vingtaine d’évêques à la suite de la publication d’un ouvrage intitulé Francs-maçons et juifs, sixième âge de l’Église d’après l’Apocalypse. De même, deux ans plus tard, lorsqu’il fera paraître L’Antisémitisme : le juif voilà l’ennemi !, premier journal antisémite12.

  • 13 Pierre Pierrard, Juifs et catholiques, Paris, Fayard, 1970.

16C’est à Édouard Drumont qu’il revient, comme le note Pierre Pierrard, d’avoir permis « l’assimilation du catholicisme à l’antisémitisme13 », même si le journal qu’il crée, La Libre Parole, ne peut se définir comme un journal confessionnel. Ce que résume, si l’on s’en tient à la définition de la droite comme contre-révolution, cette citation :

  • 14 Édouard Drumont, La France juive : essai d’histoire contemporaine, Paris, C. Marpon et E. Flammari (...)

Le seul auquel la Révolution ait profité est le juif. Tout vient du Juif. Tout revient au Juif14.

17Certes, le public catholique était réceptif avant la parution des ouvrages d’Édouard Drumont, comme le montrent les réactions qui suivirent le krach de l’Union générale, banque chargée de financer les légitimistes, et l’antisémitisme s’était déjà mâtiné de nationalisme. Mais en une phrase, Drumont relit l’histoire de France à la lumière du principe d’interprétation unique, qui permet à la fois d’expliquer la grandeur de l’ancienne nation et la décadence dans laquelle elle est maintenue :

  • 15 Ibid., p. 333.

En 1790, le Juif arrive ; sous la Première République et sous le Premier Empire, il entre, il rôde, il cherche sa place ; sous la Restauration et la monarchie de Juillet, il s’assied dans le salon ; sous le Second Empire il se couche dans le lit des autres ; sous la Troisième République, il commence à chasser les Français de chez eux ou les force à travailler pour lui. En 1890, si comme je veux l’espérer quand même, il y a encore chez nous assez de force cachée pour nous arracher à la mort, il sera revenu à son point de départ et aura restitué en bloc tout ce qu’il avait pris en détail à des gens trop hospitaliers et trop confiants15.

18Édouard Drumont formule ici le programme politique qui faisait défaut aux droites, tout en popularisant les idées antisémites grâce aux emprunts aux théories racistes, ce qui confère à ses théories un vernis scientifique emprunté notamment à l’anthropologie physique de Paul Broca :

  • 16 Ibid., p. xvii.

Ce qu’on ne dit pas, c’est la part qu’a l’envahissement de l’élément juif, dans la douloureuse agonie d’une si généreuse nation, c’est le rôle qu’a joué, dans la destruction de la France, l’introduction d’un corps étranger dans un organisme resté sain jusque là. Beaucoup le voient, en causent à table, s’indignent de rencontrer partout des Sémites tenant le haut du pavé, mais ils aiment la paix et, pour des causes multiples, évitent de coucher leurs impressions sur le papier16.

19Dans La Libre Parole du 2 novembre 1897, il y reviendra :

C’est une question de race et tous les raisonnements métaphysiques n’y feront rien.

  • 17 Jean-Pierre Rioux, Nationalisme et conservatisme : la Ligue de la patrie française 1899-1904, Pari (...)

20C’est sur ce terreau commun de relecture de l’histoire et d’apocalypse politique que traduit l’antisémitisme que vont se développer les premiers engagements politiques effectifs de la droite, à savoir les ligues. Ainsi un premier glissement se produit-il dans la Ligue de la Patrie française lorsque Ferdinand Brunetière accepte de collaborer avec « les antisémites et les partisans de M. Déroulède17. » Ce qui permet à Gaston Méry de déclarer :

  • 18 Ibid., p. 15.

La Patrie française ne fera bonne et définitive besogne que si, écartant de son sein les pusillanimes, elle devient résolument antisémite18.

21La ligue rejoint définitivement le clan antidreyfusard lorsqu’elle refuse l’adhésion d’Hervé de Kérohant, rédacteur en chef du Soleil, qui avait signé l’appel en faveur du lieutenant-colonel Picquart.

L’esprit des droites ou les bastions intellectuels de la droite

22L’affaire Dreyfus, a-t-on coutume de lire, cristallisa une opposition entre deux segments du monde social et intellectuel que les travaux de Christophe Charle, croisant affiliations idéologiques et ancrage social, ont décrit comme reposant sur deux modèles idéologiques opposés : l’élite et les intellectuels. Cependant, l’opposition n’aurait pu surgir tout armée de l’Affaire si elle n’avait reposé sur des distinctions préexistantes. C’est donc, après le catholicisme et le nationalisme, une troisième rencontre que mettent en lumière l’Affaire et la constitution des deux camps dreyfusard et antidreyfusard, celle de la science mise au service de la représentation politique de droite. L’affaire Dreyfus est en effet au même titre que la Révolution française, comme l’a fait remarquer Marcel Gauchet, un événement philosophique par excellence dans la mesure où elle produit immédiatement ses propres interprétations.

23Or, sur ce plan, les droites antidreyfusardes se présentent

avec des armes non moins affûtées que le camp dreyfusard. […] La critique de la Révolution faite au point de vue l’intelligence, de la raison, de la science, voilà l’objet précis de cette entreprise.

  • 19 Louis Dimier, Les Maîtres de la Contre-Révolution au XIXe siècle, Paris, Librairie Nationale, 1907 (...)

24C’est ce qu’écrit Louis Dimier dans l’ouvrage qu’il consacre aux Maîtres de la contre-révolution et qu’il dédie à son mentor Charles Maurras, témoignant de l’effort théorique mis au service des ambitions de la droite19 :

  • 20 Ibid., p. 26-27.

Défaire la Révolution, c’est tout le problème. Ce mal n’est point un accident ; ce mal n’est point une décadence. Contre un simple accident, le hasard heureux suffit ; à la décadence nul remède, si ce n’est l’attente dans l’imprévu de l’avenir. Le mal révolutionnaire est une maladie, une maladie dont souffre l’intelligence française, une maladie nettement définie, et dont on peut, en la définissant, s’assurer enfin de guérir20.

25Si les camps se cristallisent et se déploient en 1898, les stratégies étaient déjà établies. En ce sens, on pourrait voir dans les années 1880 une époque centrale où se met en place le terrain des affrontements intellectuels. Là encore l’antisémitisme joue un rôle majeur dans la mesure où son intervention dans le champ politique a conduit les droites à se positionner à la fois sur le plan de la presse, on dirait aujourd’hui des media, et de la science.

La presse

26L’entreprise de légitimation de l’engagement clérical explique que le premier bastion des droites cléricale et nationaliste ne soit autre que la presse. Dans la mesure où il faut légitimer l’intervention du clergé dans la vie politique, le recours à la presse pour développer les arguments nécessaires va devenir omniprésent, notamment grâce à sa libéralisation à partir de la loi de 1881. On ne reviendra pas sur la création puis le succès remporté par La Croix, organe des assomptionnistes, journal auquel Pierre Sorlin a consacré un ouvrage indépassable, et qui joua un rôle essentiel dans la campagne contre les officiers juifs qui précéda et accompagna le déclenchement de l’affaire Dreyfus. Dès le 2 novembre 1894, La Croix publie un éditorial du père Vincent de Paul Bailly intitulé « Nos maîtres », dans lequel il assimile la traîtrise au judaïsme. La Croix n’est d’ailleurs pas seule en cause. Elle sera relayée par les Croix locales et l’on trouve une multitude de feuilles pour justifier l’intervention de l’Église dans la vie politique et lui fournir des arguments. C’est le cas, dans le Nord, du Lillois, créé dans le sillage de La Croix mais aussi à Lyon… tous encouragent à l’action militante.

  • 21 Yves Déloye, op. cit., p. 161.

27L’Église ne se contente pas de développer ses organes de presse, elle imprime force catéchismes, voire des manuels électoraux, notamment à partir de 1896 lorsque sera créé le Comité électoral catholique « Justice-Égalité ». Enfin, elle distribue de nombreux tracts. Dans l’édition également sa part est à la mesure du développement que connaît ce secteur au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. À l’exemple de la Maison de la Bonne Presse, on voit se multiplier les maisons d’édition catholiques en province, Privat à Toulouse à partir des années 1890, celles des frères Protat à Macon et des frères Aubanel en Avignon, ou encore l’Action populaire fondée à Reims par les pères Leroy et Desbuquois en 190321. Enfin, il faudrait parler des revues qui jouent un rôle d’autant plus important qu’il leur revient le lourd privilège de défendre contre les avancées scientifiques réalisées en matière d’exégèse biblique ou de critique historique les vérités doctrinales.

L’Histoire

  • 22 François Hartog, Le XIXe siècle et l’histoire : le cas Fustel de Coulanges, Paris, Presses univers (...)

28Parmi les forteresses de la pensée que se disputent dreyfusards et antidreyfusards, il en est enfin une qui revêt une importance particulière : c’est l’Histoire. On sait comment les figures d’historiens furent tour à tour invoquées par les uns et les autres comme porte-drapeaux. C’est le cas de Fustel de Coulanges auquel François Hartog a consacré un très bel ouvrage22. Un autre historien a fait de la même façon l’objet d’une revendication croisée : il s’agit d’Ernest Renan. Sa postérité publique est édifiante. Mort en octobre 1892, Renan aura droit à des obsèques d’État — c’est Léon Bourgeois qui sera chargé de prononcer l’allocution officielle. On n’osa toutefois pas lui accorder des funérailles nationales, encore moins le panthéoniser. Les opportunistes célébrèrent en lui le penseur anticlérical. Les républicains, assistés de la Ligue des Bleus de Bretagne, lui feront ériger une statue en face de la cathédrale de Tréguier, avec cette épigraphe :

On ne fait jamais de grandes choses qu’avec la science et la vertu. La foi qu’on a eue ne doit jamais être une chaîne. L’homme fait la beauté de ce qu’il aime et la sainteté de ce qu’il croit.

29En 1904 est même fondée à Tréguier une loge Renan.

30Cette même année les catholiques réagiront en faisant ériger non loin un calvaire de la Protestation. La droite révolutionnaire s’est pourtant un temps réclamée d’Ernest Renan. Le rapport à son œuvre est en réalité complexe dans la mesure où si, pour les antisémites, Ernest Renan est l’auteur de Histoire générale et systèmes comparés des langues sémitiques, pour les catholiques, il est celui qui a commis la Vie de Jésus. Sait-on vraiment quoi faire de lui ? Drumont le cite abondamment aux côtés d’Hippolyte Taine et d’Eugène Gellion-Danglar parmi les auteurs qui affirment la supériorité d’une race aryenne sur la race sémite. Maurice Barrès et Charles Maurras trouveront dans le Renan de La Réforme intellectuelle et morale ou des Questions contemporaines leur inspirateur. Louis Dimier le place aux côtés de Taine et de Fustel de Coulanges parmi les inspirateurs du courant de l’Action française. Pourtant, des difficultés subsistent dans cette volonté d’agréger Ernest Renan à la Contre-Révolution et à la théorie des races. Difficultés qu’Édouard Drumont lui-même relève, soulignant la contradiction entre la présentation de la race sémite faite dans Histoire générale et systèmes comparés des langues sémitiques et celle de la conférence sur le judaïsme prononcée en 1883 à la Société des études juives. Mais c’est aussitôt pour expliquer que Renan était alors à la botte des Rothschild. Voilà la contradiction levée !

31À l’issue de ce rapide survol, on doit conclure sur l’idée que la complexité de ce paysage politique et sa richesse expliquent, comme l’écrivait François Furet,

qu’un Français cultivé de la fin du XXe siècle est moins bien outillé pour donner un sens au spectacle du monde que son homologue du XIXe. Et même pire : il est probable que celui-ci eût été intellectuellement moins démuni devant le monde où nous vivons aujourd’hui. Cent ou cent cinquante ans après.

32Il faut donc, à l’instar de ce que préconisait François Furet, « retrouver l’intelligence du politique [et pour cela] relire le retour aux bons auteurs du XIXe siècle. »

Notes

1 Pierre Birnbaum, Le Moment antisémite : un tour de la France en 1898, Paris, Fayard, 1998.

2 « La Saint-Barthélémy des Juifs n’a pas eu lieu. Rêvé, attendu avec impatience, espéré à haute voix par tant de ligueurs survoltés, le grand massacre en est resté à au stade du fantasme » (ibid., p. 370).

3 André Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest sous la Troisième République, Paris, Armand Colin, 1913, p. 400.

4 Stéphane Rials, Révolution et Contre-révolution au XIXe siècle, Paris, Albatros/Diffusion-Université-Culture, 1987.

5 « Le temps des bastions » est d’ailleurs le titre du sous-chapitre qu’ils consacrent aux années 1860-1890.

6 Philippe Boutry et Alain-René Michel, « La religion », in Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire des droites en France, Paris, Gallimard, « Tel », t. 3 « Des sensibilités », p. 647-695, en particulier p. 652.

7 Bruno Benoît, « Les élites lyonnaises et la République (1870-1914) », in Bruno Dumons et Gilles Pollet (dir.), Élites et pouvoirs locaux, la France du Sud-Est sous la Troisième République, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1999, p. 25-41, en particulier p. 36.

8 Philippe Levillain, « 1871-1918. Les droites en République », in Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire des droites en France, op. cit., t. 1 « Politique », p. 147-212, en particulier p. 207.

9 Zeev Sternhell, Ni droite ni gauche : l’idéologie fasciste en France, Paris, Le Seuil, 1983 et La Droite révolutionnaire 1885-1914 : les origines du fascisme français, Paris, Fayard, 2000.

10 Édouard Drumont, Le Testament d’un antisémite, Paris, Éditions du Trident, 1988, p. 3.

11 Yves Déloye, Les Voix de Dieu : pour une autre histoire du suffrage électoral : le clergé catholique français et le vote, Paris, Fayard, « L’espace du politique », p. 101-102.

12 Cf. Guy Jucquois et Pierre Sauvage, L’Invention de l’antisémitisme racial : l’implication des catholiques français et belges, 1850-2000, Louvain-la-Neuve, Bruylant-Academia, « Sciences et Enjeux. 2 », 2001.

13 Pierre Pierrard, Juifs et catholiques, Paris, Fayard, 1970.

14 Édouard Drumont, La France juive : essai d’histoire contemporaine, Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1886, 2 vol. , t. 1, p. vi.

15 Ibid., p. 333.

16 Ibid., p. xvii.

17 Jean-Pierre Rioux, Nationalisme et conservatisme : la Ligue de la patrie française 1899-1904, Paris, Beauchesne, « Bibliothèque Beauchesne », 1977.

18 Ibid., p. 15.

19 Louis Dimier, Les Maîtres de la Contre-Révolution au XIXe siècle, Paris, Librairie Nationale, 1907, p. 11.

20 Ibid., p. 26-27.

21 Yves Déloye, op. cit., p. 161.

22 François Hartog, Le XIXe siècle et l’histoire : le cas Fustel de Coulanges, Paris, Presses universitaires de France, 1988 (rééd., Paris, Le Seuil, « Points Histoire », 2001).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540