Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les partis à l’épreuve de 68

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Deuxième partie. Évolution des forces politiques

La marginalisation du PSU dans le système partisan français (1967-1975)

Tudi Kernalegenn et François Prigent

Texte intégral

  • 1 Tudi Kernalegenn, François Prigent, Gilles Richard, Jacqueline Sainclivier (dir.), Le PSU vu d’en (...)

1Traversé par des tendances complexes et éclatées, le Parti socialiste unifié (PSU) participe à renouveler la gauche, au plan idéologique comme dans l’enracinement de ses réseaux militants. Dans les « années 68 », ce parti charnière qui oscille entre l’extrême gauche et la gauche de gouvernement, mêlant milieux laïques et filières catholiques de gauche, s’avère une école de formation pour deux générations de militants, imprégnées par ce mouvement atypique. Lieu de débats et de transferts militants, caractérisé par une forte mobilité interne entre 1968 et 1973, le PSU est assimilé dans les recherches universitaires et dans les mémoires collectives à un laboratoire d’idées, avançant des réflexions innovantes pour la gauche française. Acteur des mobilisations sociales des années 68, le PSU occupe une place à part sur l’échiquier politique, son échec électoral étant contrebalancé par son influence matricielle et intellectuelle, notamment dans le dépassement de l’opposition entre la gauche laïque et la mouvance catholique progressiste1.

  • 2 Vladimir-Claude Fisera et Peter Jenkins, « The PSU since 1968 », in David Bell (dir.), Contemporar (...)
  • 3 Nourri par des travaux de terrain sur la Bretagne, ce texte s’appuie sur des sources multiples : a (...)

2Dans l’histoire du PSU, le moment 1968, véritable rupture, ouvre un autre cycle pour la « petite gauche », qui peine à se dégager un espace politique autonome face au PCF et à la mouvance socialiste en pleine reconstruction. Les travaux manquent sur le « second PSU »2, qui se recompose avec le choc des mouvements sociaux des années 1968. Entre dynamisme et instabilité, il s’agit d’analyser le renouvellement des filières militantes, les échecs électoraux et les mutations idéologiques du PSU jusqu’en 1972. Le PSU rêvé entre 1972 et 1975 est marqué par le contraste entre la stabilisation de la culture politique du PSU et la déstabilisation des réseaux politiques, aboutissant dès 1975 à une marginalisation politique de cette expérience militante originale3.

Entre dynamisme et instabilité, le second PSU (1967-1972)

3Paradoxalement, l’ouverture des filières de recrutement et la transformation des cultures/pratiques militantes consécutives à Mai 68, vont de pair avec l’instabilité de l’organisation politique, ce qui en provoque un affaiblissement rapide, d’autant plus qu’une gauchisation du discours heurte les générations entrées au PSU sur une base unitaire.

Le renouvellement des filières militantes

  • 4 Le PSU. 30 ans d’action pour le renouvellement de la gauche et la promotion du socialisme autogesti (...)
  • 5 Jacqueline Sainclivier, « Du PSU aux Assises du socialisme en Bretagne », in Christian Bougeard, U (...)
  • 6 Jean-François Kesler, De la gauche dissidente au nouveau parti socialiste, Toulouse, Privat, 1993, (...)

4Éclaté, le milieu partisan est bouleversé par l’afflux massif de militants durant une courte période, les effectifs passant de 11 599 adhérents en 1967 à 15 600 en 19694. « L’attitude du PSU lors du printemps de 1968 lui valut une vague d’adhésion générale : en un an la hausse du nombre d’adhérents fut de 33,75 % en France et de 54,14 % en Bretagne. Cette augmentation des effectifs accompagna un profond renouvellement avec le départ des anciens unitaires en désaccord avec les nouvelles orientations du PSU5. » Cette vague d’adhésion coïncide avec le retrait des générations entrées en politique en 1936 et 1945, venues au PSU dans l’opposition à la guerre d’Algérie et au pouvoir gaulliste. En 1969, un quart seulement des adhérents sont entrés au PSU en 1960, contre 43 % en 19686. Cette reconfiguration de la base militante est reproduite dans les cercles dirigeants (parisiens), pénétrés par cette seconde génération de militants PSU à partir de 1968. À l’image de Michel Rocard, secrétaire national après Édouard Depreux en 1967, la direction du PSU met en exergue cet atout du renouvellement militant.

  • 7 Jean-Claude Gillet et Roger Barralis, Au cœur des luttes des années 1960. Les étudiants du PSU, un (...)
  • 8 Roland Cayrol et Yves Tavernier, « Sociologie des adhérents du PSU », Revue française de science p (...)

5Distincte des aires traditionnelles de la SFIO et du PCF, l’attraction de l’idéologie PSU s’exerce sur des groupes sociaux qui découvrent le militantisme, dimension centrale du vote PSU des « nouvelles couches sociales ». Lieu de conversion et de passage politique, le PSU accélère et catalyse les dérives vers la gauche d’une frange du bloc conservateur. Les réseaux Étudiants socialistes unifiés (ESU) insufflent une sociologie militante radicalement différente du socle du premier PSU, hérité des filières SFIO au début des années 19607. Cette rupture interne est accentuée par l’activité des militants du PSU au sein des réseaux extérieurs au seul parti : syndicats (principalement la CFDT et la FEN), tissu associatif, nouvelles formes des luttes sociales. Ce bouleversement dans un temps très court précipite l’instabilité partisane, avec une faible durée de militantisme et un fort taux de volatilité. Les fichiers d’adhérents dévoilent des mutations profondes du profil militant, avec un rajeunissement, une féminisation et une tertiarisation des effectifs8.

6Pour le PSU, il existe un moment 68, qui consolide l’ancrage militant et l’audience de ce parti (re) présenté comme en prise avec les mouvements sociaux dans lesquels ses militants déploient une forte activité. Cette nouvelle forme partisane, inscrite dans la séquence des mobilisations sociales de 1968, s’exprime par la relance des groupes politiques d’entreprise, qui suscitent une certaine tension avec les centrales syndicales. Proche dans son mode d’organisation, sa terminologie, ses références d’un parti social-démocrate, une SFIO de gauche et modernisée, le PSU régénère sa culture politique en adoptant après 1968, au moins pour partie, le langage et certaines pratiques militantes des groupes révolutionnaires, avec lesquels s’engage une collaboration.

Les échecs électoraux du PSU

7En mars 1967, le PSU reste une force mineure dans le champ politique : 103 candidats recueillent 2,26 % des suffrages exprimés (506 600 voix). La stabilité est de mise par rapport aux législatives de novembre 1962, où les 120 candidats du PSU avaient obtenu 2,33 % des voix. En 1967, environ un tiers des candidats PSU obtient des scores supérieurs à 10 %, dans le cadre des accords passés au plan national avec la Fédération de la gauche démocrate socialiste (FGDS), qui soutient le PSU dans 34 circonscriptions. Les quatre parlementaires PSU (contre deux en 1962) sont implantés dans les fédérations les plus puissantes : la Bretagne (Roger Prat à Morlaix et Yves Le Foll à Saint-Brieuc), l’Isère (Pierre Mendès France à Grenoble), les Ardennes (Guy Desson à Sedan).

  • 9 Dans 17 départements (Allier, Hautes-Alpes, Ariège, Aveyron, Cantal, Corse, Creuse, Landes, Haute- (...)
  • 10 Tudi Kernalegenn, François Prigent, Gilles Richard, Jacqueline Sainclivier (dir.), op. cit.
  • 11 Ophélie Vancayzeele, Des carrières de militants du PSU. Contribution à l’étude de la fédération du (...)

8La féminisation du parti à la base est nuancée par une proportion de femmes inférieure à 5 %, parmi les candidats. Géographiquement, l’absence de structuration9 est à prendre en compte, accentuée par la discontinuité des candidatures entre les scrutins. L’ancrage du PSU en 1967 est fort en Bretagne bien sûr10 ou en Seine-Inférieure dans le sillage de Michel Bérégovoy (futur député PS de Rouen en 1981 et 1988), responsable national à FO. Bastion du PSU, le Rhône met en avant des parcours représentatifs du rayonnement de ses militants multi-positionnés11 : Suzanne Gerbe (mouvance pacifiste), André Barthélémy (enseignant, secrétaire fédéral), Élie Depardon (milieu ouvrier chrétien). Ces législatives servent de tremplin pour les carrières politiques de têtes de réseaux syndicaux (CFDT, particulièrement le SGEN), aspirées par le PSU, à l’instar de Victor Madelaine en Moselle ou Michel Hérody dans l’Aisne.

  • 12 Trace de l’implantation du « premier PSU (1958-1968) », ce phénomène est repéré pour le Gard dès 1 (...)

9En octobre 1967, le maillage des élus locaux du PSU recule avec près de quarante conseillers généraux, dont presque un tiers dans l’Ouest breton. Malgré six nouveaux sièges, il s’agit d’un décrochage net dans l’enracinement local du PSU avec la perte de plus d’une vingtaine de conseillers généraux. Présent dans les espaces ruraux de culture laïque et ancré autour des filières dissidentes de la SFIO, ce PSU notabiliaire s’étiole, résultat du décalage entre ces itinéraires socialistes et les mutations du PSU, qui s’éloigne de sa source originelle. Ce groupe d’élus se désagrège et retourne dans le giron de la mouvance socialiste en 1966-196812. Ce passage par le PSU, vivier d’élus PS dans les années 1970-1980, mériterait d’être quantifié. La crise du PSU en 1967, matérialisée par le départ des mouvances structurées autour de Jean Poperen et Pierre Bérégovoy, répond au détournement du PSU de la dynamique unitaire fondatrice.

  • 13 Vincent Duclert, « Le PSU, une rénovation politique manquée », in Philippe Artieres et Michelle Za (...)

10Le rôle du PSU en Mai 68 et la part de ses militant(e) s au-delà des figures nationales (Jacques Sauvageot, Alain Geismar), reste à réévaluer13. En juin 1968, la progression électorale aux législatives, sensible avec 3,94 % des suffrages exprimés (874 200 voix), maintient néanmoins le PSU aux périphéries du système partisan, loin des espoirs d’un des principaux acteurs politiques de mai 1968. Paradoxalement, la stratégie de renforcement de la structuration partisane, avec 316 candidats sur l’ensemble du territoire, surtout en milieu urbain, est concomitante de la disparition de la représentation parlementaire. Dans le contexte du reflux général de la gauche, les députés sortants sont battus. Le profil des candidats démontre les liens avec les filières syndicales enseignantes et étudiantes (Jean-Claude Gillet, François Borella, Charles Pietri, Pierre Antonini, Michel De La Fournière). Des secrétaires fédéraux dans les zones de fragilité (Georges Minazzi dans le Doubs, Paul Arnassan dans le Gard) aux leaders parisiens (Marc Heurgon, Claude Bourdet, Robert Chapuis, Manuel Bridier, Édouard Depreux, Michel Rocard...) s’entremêlent les différents âges et visages du PSU, avec de nouvelles figures, comme Brice Lalonde candidat dans l’Ain. La vitalité du PSU dans le premier semestre de 1968 contraste avec la faiblesse des scores en juin 1968. L’enracinement se concentre dans l’Ouest avec en Loire-Atlantique le sociologue Serge Mallet ou le tandem Louis Duboscq/René Philippot à Châteaubriant, les espaces ouvriers et urbains de l’Est, certaines circonscriptions en Rhône-Alpes (Lyon, Grenoble, Savoie...). Sur les 228 candidats présentés hors de la région parisienne, 26 font plus de 10 %, 59 obtiennent plus de 5 %. Près de la moitié des candidats se situent en dessous de 5 % : 82 se situent entre 3 et 5 % et 61 recueillent moins de 3 %.

  • 14 Allier, Alpes-Maritimes, Cantal, Corse, Creuse, Indre, Morbihan, Bas-Rhin, Haut-Rhin.
  • 15 Côtes-du-Nord, Doubs, Drôme, Finistère, Haute-Garonne, Gers, Isère, Loire, Haute-Loire, Maine et-L (...)

11Lors des présidentielles de juin 1969, la percée du vote Rocard est limitée. Avec 3,61 % (816 470 voix), le PSU talonne la FGDS, à son étiage, tandis que Jacques Duclos démontre le retour en force du PCF. Signe d’une nationalisation des résultats, un faible écart quantitatif sépare les zones réfractaires (9 départements en deçà de 2,5 %)14 des régions de plus forte emprise PSU (18 départements compris entre 4 et 5 %)15. En octobre 1969, la législative partielle remportée par Michel Rocard dans les Yvelines contre Maurice Couve de Murville (54 % des voix au second tour) s’inscrit dans un contexte de mise en cause du gaullisme et de mobilisation de la gauche, absente du second tour des présidentielles. Le maintien du groupe d’élus PSU lors des cantonales de mars 1970, 840 176 voix et 22 élus, dont onze dès le 1er tour, masque une vraie cassure générationnelle avec des retraits massifs parmi les notables PSU, à peine compensés par les élections de cinq nouveaux élus (dont trois successions réussies).

12Peu présent dans les négociations entre les appareils, qui voient l’émergence de logiques unitaires précédant le programme commun (1966-1972), le PSU reste à l’extérieur de la stratégie d’union de la gauche. Lors du congrès de Dijon (14-16 mars 1969),

  • 16 Le Monde, 16-17 mars 1969.

« les relations avec les partis de gauche intéressent fort peu les délégués, qui exècrent tout ce qui procède de l’électoralisme, qui consentent à discuter un peu du référendum, mais en précisant bien que l’affaire est tout à fait secondaire à leurs yeux, et qui, en revanche, accueillent avec faveur des marxistes-léninistes et avec enthousiasme les propos du porte-parole du Front national de libération vietnamien16 ».

13Ce congrès rapproche la stratégie du parti de la nouvelle extrême gauche, mais le choix du « non » au référendum, conforme à celui de la gauche traditionnelle, l’en éloigne.

  • 17 À Paris, les scores, compris entre 5 et 9 % des voix selon les arrondissements, ne sont pas néglig (...)

14Les municipales de mars 1971 témoignent des tensions internes du PSU. Après l’échec, en décembre 1970, des négociations nationales avec le PCF, le PSU présente des listes à géométrie variable en fonction des configurations locales. Dans les villes de plus de 30 000 habitants, on recense 27 listes « Pour le pouvoir aux travailleurs » : en autonome (Saint-Nazaire, Montpellier, Chambéry) ou en alliance avec Lutte Ouvrière (Paris, Vierzon)17. Dans 25 cas, le PSU fait le choix de s’associer au PCF (Béziers, Toulouse) et surtout au PS (Rennes, Valence, Auxerre). Le PSU conserve ses deux principales municipalités acquises en mars 1965, Grenoble et Saint-Brieuc, et enregistre quelques gains comme à Bouguenais où François Autain prend la tête d’une liste d’union de la gauche. Cependant, le PSU perd une grande partie de ses conseillers municipaux. Le découragement lié à ces mauvais résultats provoque, au fil de l’année qui suit, le départ de la plupart des notables locaux encore au PSU.

Les mutations idéologiques du PSU

  • 18 Jean-François Kesler, op. cit., p. 381.
  • 19 La sympathie traditionnelle vis-à-vis d’Israël se fissure dès la guerre des Six-Jours en 1967. Ber (...)

15Mai 68 marque profondément le PSU, autant par l’arrivée d’une nouvelle génération de militants que par la portée propre du choc de l’événement. Les mutations idéologiques se caractérisent par un retour au marxisme et la réactivation de mythes révolutionnaires (démocratie directe, suppression de l’État, égalité entre les individus) autour de l’idée que Mai 68 a été une occasion ratée, en raison de l’attitude considérée comme « réformiste » du PCF et de la CGT. Pour reprendre les termes de Jean-François Kesler, « à partir de Mai 68, le PSU renie sa propre doctrine : il n’œuvre plus pour le renouveau socialiste, mais pour la révolution socialiste18 ». La rhétorique devient révolutionnaire, comme en témoignent par exemple les éditoriaux de Michel Rocard dans Tribune Socialiste : « Pour le parti révolutionnaire » (15 janvier 1970), « Le projet révolutionnaire » (12 février 1970), « Un parti révolutionnaire » (7 mai 1970). La question laïque est délaissée, au profit de nouveaux thèmes politiques, dont la solidarité vis-à-vis des Palestiniens19.

  • 20 Michel Rocard, Le PSU et l’avenir socialiste de la France, Paris, Seuil, 1969, 183 p.
  • 21 Quelques bases programmatiques sont toutefois maintenues ou posées : planification démocratique, d (...)
  • 22 16-17 mars 1969. Le journal renchérit le lendemain : « Le PSU offre, à la veille du printemps 1969 (...)

16Le congrès de Dijon place le PSU post 68 sous le signe de l’élan révolutionnaire, avec l’adoption de 17 thèses censées définir le nouveau projet du PSU20. Postulant l’existence d’une crise générale du capitalisme (thèse 1), le congrès rejette l’alternative démocratique (thèse 5), affirme l’actualité et la nécessité du passage au socialisme dans notre temps (thèse 3), soutient le rôle déterminant de l’action de masse pour atteindre ces objectifs (thèse 12) et donne la priorité aux alliances avec les forces du courant de mai (thèse 15). Juxtaposition de velléités gauchistes, le PSU ne s’accorde pas sur un programme cohérent21, comme en témoigne le scepticisme des journalistes du Monde : « Il est pratiquement impossible de dire où se situe le PSU en 196922. »

  • 23 Le Conseil national de Rouen décide également que des Assemblées régionales ouvrières et paysannes (...)

17Il faut attendre le Conseil national de Rouen (27-28 juin 1970) et son débat stratégique pour que les aspirations apparues ou catalysées par Mai 68 commencent à se cristalliser. La thèse A préconise l’autonomie du PSU et refuse la fusion avec les mouvements issus de Mai 68, trop divergents entre eux (Gilles Martinet). La thèse B privilégie le dialogue avec les trotskistes et appelle à un front unique ouvrier avec le PCF (Jacques Kergoat). La thèse C refuse tout compromis avec le PCF et préconise un accord avec les maoïstes du PCMLF (Emmanuel Terray et Abraham Behar). La thèse D conçoit le mouvement révolutionnaire comme un rassemblement ocuménique (Marc Heurgon, Manuel Bridier). Maintenant une unité de façade, Michel Rocard fait adopter une position de synthèse : maintien de l’autonomie du PSU, construction d’un parti révolutionnaire, contact avec les gauchistes, front unique avec les communistes23.

18Ces quatre sensibilités s’organisent, et polarisent les débats internes au PSU, confirmant l’image d’un parti divisé, sans projet clair. Michel Rocard déplore que

  • 24 Le Monde, 26 juin 1971.

« tout se passe comme si certains camarades craignaient de voir le parti définir une ligne précise pour pouvoir ensuite s’y tenir. Un magma agitatoire et incohérent est sans doute plus propice à leurs desseins24 ».

  • 25 La GR (Pierre Bauby, Emmanuel Terray, avec les Bouches-du-Rhône pour bastion), d’inspiration maoïs (...)

19Les luttes entre courants antagonistes culminent lors du congrès de Lille (26-28 juin 1971). Michel Rocard obtient toutefois 53 % des mandats sur son texte, marquant clairement l’endiguement des « gauchistes », divisés25, en dépit de la persistance d’une rhétorique révolutionnaire. Intitulée « Pour une orientation révolutionnaire », la motion finale repousse l’idée d’un programme commun de gouvernement de la gauche.

  • 26 Combat socialiste, no 640, 17 juin 1972.
  • 27 La rupture de « l’aile droite du PSU » en 1971-1972 se traduit par l’adhésion de nombreux élus loc (...)

20Le congrès de Lille est donc un tournant vers une reprise en main du PSU et sa stabilisation idéologique. Désormais 9 des 13 membres du bureau national appartiennent à sa majorité. Les minoritaires, refusant de s’associer à cette direction, ne nomment pas les quatre représentants qui leur reviennent, avant de quitter progressivement le PSU, tout au long de l’année 1972. Une partie du courant « marxiste-révolutionnaire » rejoint la LCR autour de Jacques Kergoat et Jean-Marie Vincent, d’autres rejoignent Révolution ! avec Manuel Bridier. Dans le but de s’emparer de la tête du PSU, la Gauche révolutionnaire (GR) devient un parti dans le parti et la crise éclate au Conseil national de Juvisy (10-11 juin 1972). Un texte est voté constatant que « la GR constitue aujourd’hui une organisation politique de caractère national extérieur au PSU et analogue à un parti26 ». La double appartenance étant interdite, la GR se retrouve exclue de fait du PSU. Au cours du second semestre 1972, une partie non négligeable de la GOP (Gauche ouvrière et paysanne), autour de Marc Heurgon, rompt avec le PSU et forme Pour le Communisme (PLC) en janvier 1973. Fin 1972, le PSU est un parti affaibli (il ne compte plus que 9 500 adhérents), mais stabilisé par le départ de ses minorités sur sa droite27 comme sur sa gauche.

Un PSU rêvé ? (1972-1975)

21À partir de 1972 se stabilise un PSU homogène au niveau de ses références idéologiques : autogestionnaire, écologiste, féministe et régionaliste. Toutefois, affaibli en termes de militants et d’élus, marginalisé électoralement, la déstabilisation politique continue à marquer l’histoire du parti. Après avoir penché vers l’extrême gauche, le PSU incline désormais vers le PS. C’est l’épisode des Assises du Socialisme.

La stabilisation idéologique : le parti du socialisme autogestionnaire

22Après la multiplication des discours divergents et l’emphase révolutionnaire de l’après 1968, l’adoption à 80 % des mandats du manifeste Contrôler aujourd’hui pour décider demain lors du congrès de Toulouse (9-11 décembre 1972) dote le PSU d’un projet clair : le socialisme autogestionnaire. La motion de la GOP Vers le communisme n’obtient que 16 % des mandats. L’intermède gauchiste est terminé et Michel Rocard, épaulé par Jean Le Garrec et Robert Chapuis, s’affirme comme le patron incontesté d’un parti qui élabore une alternative cohérente au programme commun de gouvernement signé le 26 juin 1972.

23L’autogestion n’est pas une idée tout à fait neuve au PSU. Le premier numéro de PSU Documentation (15 novembre 1968) s’intitule « Du contrôle ouvrier au pouvoir des travailleurs vers l’autogestion ». En 1970, la notion est un des trois piliers idéologiques de la CFDT et se diffuse au PSU. La motion finale du congrès de Lille indique déjà que « dans le cadre d’une société industrielle développée, l’autogestion des activités principales est le moyen de redonner aux hommes leur dignité et leur capacité d’initiative ». Mais il faut attendre le congrès de Toulouse pour que l’autogestion soit intégrée de façon explicite et centrale au programme du parti, devenant dès lors la base de son approche idéologique voire, dans un premier temps, de son approche stratégique. Les 19 et 20 janvier 1973, quatre revues, dont Critique socialiste, organisent un colloque sur « autogestion et révolution socialiste ». Fin janvier 1973, le PSU forme un Comité de liaison pour l’autogestion socialiste avec Objectif socialiste, les Centres d’initiative communiste et l’Alliance marxiste révolutionnaire (ces deux groupuscules intégrant d’ailleurs le PSU, en 1973 pour le premier, en 1975 pour le second).

  • 28 Cf. les textes de Tudi Kernalegenn, Bibia Pavard et Daniel Gordon, dans Tudi Kernalegenn, François (...)
  • 29 Au même moment, une commission « Minorités nationales » voit le jour.

24Le projet du PSU, qui formalise des réflexions élaborées depuis 1971 voire 1969, renouvelle et enrichit le corpus idéologique de la gauche : le régionalisme, le féminisme, la solidarité avec les travailleurs immigrés28 voire l’écologie prennent une place fondamentale dans ce manifeste. En soutenant que « les minorités nationales [...] ont un rôle important à jouer dans le mouvement révolutionnaire », le PSU dépasse son régionalisme décentralisateur des années 1966-1969 et questionne frontalement « la mythologie de la bourgeoisie jacobine [...] de la “nation française” éternelle ». Elle valorise la diversité et lui donne un sens politique : victimes du développement inégal du capitalisme, les minorités nationales en se réveillant attaqueraient « le capitalisme au plus profond de ses contradictions ». Le féminisme est mis en avant, après la création d’une commission nationale Femmes en 197129 et d’un numéro spécial de Tribune socialiste sur « La libération des femmes » (16 décembre 1971). L’analyse systématique de la « croissance » qui « détruit l’environnement » et « gaspille les ressources naturelles », préfigure la création d’une commission nationale Écologie en décembre 1974. Conformément à ce programme, le PSU s’investit dans les mouvements sociaux les plus dynamiques du moment : mouvement féministe, mouvements nationalitaires en Bretagne et Occitanie, mouvement paysan et antimilitariste du Larzac, etc. Le conflit Lip mobilise le PSU en avril-septembre 1973 et Charles Piaget, candidat PSU en 1973 dans le Doubs, devient la figure symbolique de ce mouvement qui prétend tendre vers l’autogestion. Dynamique au niveau idéologique, le PSU est aussi très présent sur le terrain social entre 1972 et 1974.

La déstabilisation politique

  • 30 Colloque de l’OURS et la Fondation Jean Jaurès (FJJ), L’union sans l’unité. Le programme commun de (...)

25La relance politique du PS en 1973, et celle du PCF dans une moindre mesure, avec les dynamiques de l’union de la gauche30, sont des causes externes à l’affaissement du PSU. Composante à part de la gauche, le PSU est déstabilisé et s’efface durablement avec la normalisation de la mouvance socialiste, qui se reconfigure autour du PS dans les années 1970, réduisant le PSU à sa plus simple expression.

26En mars 1973, l’effritement électoral se poursuit : les 215 candidats PSU obtiennent 3,3 % des suffrages (810 640 voix). Yves Le Foll est le seul député PSU, jusqu’à son ralliement au PS lors des Assises du Socialisme. La présence du PSU est relativement solide dans les grandes villes, avec des candidats systématiquement présentés dans le Rhône, la Loire-Atlantique et la Seine-Inférieure, voire à un degré moindre la Gironde, la Haute-Garonne, ou le Nord-Pas-de-Calais (16 candidats sur les 50 circonscriptions que comptent ces espaces). En Bretagne, le PSU s’appuie sur son tissu de conseillers généraux dans les Côtes-du-Nord, mais le capital électoral s’amenuise avec une inversion du rapport de force qui profite au PS, à l’image de Roger Prat, devancé à Morlaix par Marie Jacq, issue du PSU. Les responsables syndicaux forment une part importante des candidats PSU, à l’instar de Lino Ottogali (syndicaliste paysan en Dordogne), Bernard Huissoud ou André Garnier (secrétaires départementaux de la CFDT dans le Rhône et la Loire). Dernière étape avant le départ de la tendance socialiste du PSU vers le PS, ces élections achèvent de lancer les carrières de futurs députés PS, dont Michel Destot à Grenoble, Huguette Bouchardeau dans la Loire, Michel de La Fournière à Orléans, Umberto Battisti à Maubeuge, François Autain dans l’agglomération nantaise... La ventilation des scores du PSU éclaire le déclassement de la nouvelle gauche, complètement marginalisée. À Paris, le PSU présent dans toutes les circonscriptions recueille des scores très homogènes et supérieurs à la moyenne nationale. Dans le reste du pays, trois candidats seulement franchissent le seuil des 10 % (15 se situant au-dessus de la barre des 5 %) alors que 48 font moins de 3 % et 63 obtiennent entre 3 et 5 %.

27En octobre 1973, le renouvellement cantonal confirme le décrochage du PSU. Le seul gain concerne un lieu symbolique et mythifié du PSU depuis les colloques de 1966 (Grenoble) avec la victoire de Jean Verlhac, adjoint chargé de l’urbanisme dans la municipalité Hubert Dubedout. Le PSU subit une perte de six sièges. Une nouvelle série de transferts politiques touche les conseillers généraux PSU avec des départs vers le PS (René Petit, Marcel Le Guyader, Marcel Launay) voire vers d’autres cieux (l’autonomisme breton en ce qui concerne Guy Caro). La relève militante ne compense pas la disparition des premières générations du PSU. Réduit de moitié, le groupe des élus se limite à 14 unités.

  • 31 Ce décompte, incertain en raison de la complexité des affiliations au PSU des élus, incorpore uniq (...)

Tableau I. – Évolution du nombre de conseillers généraux PSU31

Vers la fin du PSU ?

  • 32 Roberto Colozza, Travail de post-doc en cours, comparant le PSU et la configuration italienne (PSU (...)
  • 33 « Rocard laisse à son successeur, Chapuis, un parti devenu plus cohérent » (Le Monde, 27 novembre (...)

28La « vague d’insubordination ouvrière », mise en exergue par les travaux de Xavier Vigna, à laquelle les militants PSU participent activement, ne se traduit pas politiquement par l’émergence d’une autre gauche, se démarquant des milieux communistes et socialistes32. L’échec des élections de 1973 se traduit par une double fuite des militants vers l’extrême gauche et le PS. D’abord seul, dans un entretien à Témoignage Chrétien, puis avec son entourage, Michel Rocard amorce un tournant politique accepté lors du Conseil national de novembre 1973 par une grande majorité de délégués, qui élisent un nouveau secrétaire national : Robert Chapuis (né en 1933), professeur, dirigeant de la JEC et de l’UNEF à la fin des années 195033.

29L’année 1974 correspond au moment décisif de déclin du PSU. Traversé par des divergences internes, miné par des oppositions stratégiques et de vifs débats, le PSU ne présente pas de candidat aux présidentielles, avec la levée de l’hypothèse Charles Piaget, figure emblématique du mouvement social Lip à Besançon. Au conseil national de Colombes du 15 avril 1974, la ligne préconisée par Michel Rocard l’emporte : le soutien à la candidature Mitterrand entraîne le départ de ce qui reste de la GOP, et la démission du bureau national de Michel Mousel, Bernard Ravenel et Philippe Simon. Cette réalité s’explique aussi par l’impréparation du scrutin en raison de la mort brutale de Georges Pompidou et par les perspectives d’alternance politique. Depuis le début de l’année, les différents états-majors préparent les échéances de 1976-1978, où doivent se succéder dans une séquence politique rapprochée des élections présidentielles, cantonales, municipales et législatives. L’éclatement du milieu partisan est visible lors des élections présidentielles anticipées de mai 1974 puisque René Dumont, candidat PSU aux législatives de 1973 en Seine-et-Marne, se présente comme candidat écologiste (1,3 % des voix), tout comme Arlette Laguiller, issue du PSU, pour Lutte Ouvrière (2,3 % des voix).

  • 34 François Kraus, Les assises du socialisme ou l’échec d’une tentative de rénovation d’un parti (oct (...)

30La fin de la structuration partisane à visée de conquête du pouvoir attise le délitement des réseaux militants du PSU, avec le départ des composantes socialistes et syndicales, absorbées par le PS lors des Assises du Socialisme en octobre 197434. La confrontation entre les courants du PSU aboutit à la séparation douloureuse, échelonnée entre septembre 1974 (conseil national d’Orléans) et janvier 1975 (officialisation de l’adhésion au PS d’une grande partie des cadres historiques et de la quasi totalité des élus). Ce mouvement achève d’assécher le groupe des élus PSU, comme en Bretagne, avec de fortes turbulences de l’organisation partisane. Le PSU maintenu conforte la ligne autogestionnaire, avec à sa tête Michel Mousel, fils d’un ancien dirigeant national du SGEN.

Conclusion

31Entre 1968 et 1975, les mutations du PSU contribuent à marginaliser les réseaux de la nouvelle gauche dans le système partisan français. Le projet de rénovation des structures du mouvement socialiste, porté par le PSU dans les années 1960, se brise sur les distorsions internes du parti : les forces vives, actives dans les nouvelles formes des luttes sociales au début des années 1970, ne donnent pas naissance à une force politique d’ampleur, distincte du PS ou du PCF alors en difficulté. Ces années tournant du PSU (1968-1974), marquées par l’affrontement entre des tendances radicalement différentes, s’achèvent par une intégration du bloc socialiste du PSU au sein du PS. Participant à la rénovation de la pensée socialiste, cette sensibilité, dénommée « deuxième gauche » par Michel Rocard lors du congrès de Metz en 1979, est en définitive l’agrégation de trajectoires et de milieux ayant gravité autour/dans le PSU plus qu’une composante organisée émanant du PSU. L’échec partisan du PSU doit aussi s’analyser au travers du devenir des idées politiques forgées par le PSU, récupérées et réappropriées par le socialisme, l’extrême gauche et l’écologie politique après 1975.

Notes

1 Tudi Kernalegenn, François Prigent, Gilles Richard, Jacqueline Sainclivier (dir.), Le PSU vu d’en bas. Réseaux sociaux, mouvement politique, laboratoire d’idées (années 1950-années 1980), Rennes, PUR, 2009, 373 p.

2 Vladimir-Claude Fisera et Peter Jenkins, « The PSU since 1968 », in David Bell (dir.), Contemporary French Political Parties, Londres, Croom Helm, 1982, p. 108-119.

3 Nourri par des travaux de terrain sur la Bretagne, ce texte s’appuie sur des sources multiples : archives de Marc Heurgon, conservées par les Amis de Tribune Socialiste (ATS), archives militantes, archives du Centre d’Histoire du Travail de Nantes, dossiers relatifs aux élections législatives et cantonales, dépouillement de la presse nationale, entretiens oraux, notices du nouveau corpus PSU du Maitron (Claude Pennetier (dir.), Le Maitron, Dictionnaire Biographique du Mouvement Ouvrier et du Mouvement Social, 12 tomes, Paris, éd. de l’Atelier, 2006-2012).

4 Le PSU. 30 ans d’action pour le renouvellement de la gauche et la promotion du socialisme autogestionnaire, Paris, ATS, 2010.

5 Jacqueline Sainclivier, « Du PSU aux Assises du socialisme en Bretagne », in Christian Bougeard, Un siècle de socialismes en Bretagne (1905-2005), Rennes, PUR, 2008, p. 261.

6 Jean-François Kesler, De la gauche dissidente au nouveau parti socialiste, Toulouse, Privat, 1993, p. 374.

7 Jean-Claude Gillet et Roger Barralis, Au cœur des luttes des années 1960. Les étudiants du PSU, une utopie porteuse d’avenir ?, Paris, Éd. Publisud, 2010, 413 p.

8 Roland Cayrol et Yves Tavernier, « Sociologie des adhérents du PSU », Revue française de science politique, vol. 19, no 3, 1969, p. 699-707.

9 Dans 17 départements (Allier, Hautes-Alpes, Ariège, Aveyron, Cantal, Corse, Creuse, Landes, Haute-Loire, Lozère, Mayenne, Meuse, Nièvre, Hautes-Pyrénées, Pyrénées-orientales, Deux-Sèvres, Var), le PSU présente au maximum un seul candidat aux législatives entre 1962 et 1973. Dans la moitié des cas, il s’agit pourtant de zones où il y a un conseiller général PSU isolé dans les années 1960. Attaché à des positions anticolonialistes, le PSU est pourtant absent des treize circonscriptions « d’outre-mer ».

10 Tudi Kernalegenn, François Prigent, Gilles Richard, Jacqueline Sainclivier (dir.), op. cit.

11 Ophélie Vancayzeele, Des carrières de militants du PSU. Contribution à l’étude de la fédération du Rhône (1960-1974), Lyon 2, master 2, 2009.

12 Trace de l’implantation du « premier PSU (1958-1968) », ce phénomène est repéré pour le Gard dès 1966 dans le sillage de Robert Gourdon et Jean Bastide, la Creuse (Pierre Ferrand, Marcel Maginier, Serge Cléret, Jean Monteiller en octobre 1967), le Lot-et-Garonne et le Lot (Roger Roques en avril 1967, Pierre Landoyer en décembre 1967), les Landes (Robert Labeyrie), les Ardennes (Guy Desson en décembre 1967), l’Eure, la Savoie (Henri Briffod)... Arch. Marc Heurgon, Arch. de l’OURS, 2 APO 6, Arch. Dép. du Gard.

13 Vincent Duclert, « Le PSU, une rénovation politique manquée », in Philippe Artieres et Michelle Zancarini-Fournel, 1968, une histoire collective (1962-1981), Paris, La Découverte, 2008, p. 152-157. Vladimir-Claude Fisera, « Le PSU face à son histoire : le tournant de mai 68 », in René Mouriaux, Annick Percheron, Antoine Prost, Danielle Tartakowsky, Exploration du Mai français, Paris, L’Harmattan, 1991.

14 Allier, Alpes-Maritimes, Cantal, Corse, Creuse, Indre, Morbihan, Bas-Rhin, Haut-Rhin.

15 Côtes-du-Nord, Doubs, Drôme, Finistère, Haute-Garonne, Gers, Isère, Loire, Haute-Loire, Maine et-Loire, Haute-Marne, Meurthe-et-Moselle, Puy-de-Dôme, Rhône, Savoie, Haute-Savoie, Seine-Inférieure, Territoire de Belfort.

16 Le Monde, 16-17 mars 1969.

17 À Paris, les scores, compris entre 5 et 9 % des voix selon les arrondissements, ne sont pas négligeables.

18 Jean-François Kesler, op. cit., p. 381.

19 La sympathie traditionnelle vis-à-vis d’Israël se fissure dès la guerre des Six-Jours en 1967. Bernard Ravenel, « PSU : la recherche de l’équité », Confluences Méditerranée, no 72, 2010.

20 Michel Rocard, Le PSU et l’avenir socialiste de la France, Paris, Seuil, 1969, 183 p.

21 Quelques bases programmatiques sont toutefois maintenues ou posées : planification démocratique, décentralisation, nationalisation, contrôle démocratique des entreprises avec droit de veto des travailleurs...

22 16-17 mars 1969. Le journal renchérit le lendemain : « Le PSU offre, à la veille du printemps 1969, un visage sûrement nouveau, mais profondément déconcertant : celui d’un parti révolutionnaire qui ne se connaît pas encore vraiment lui-même » (Le Monde, 18 mars 1969).

23 Le Conseil national de Rouen décide également que des Assemblées régionales ouvrières et paysannes (AROP), regroupant membres et non-membres du parti, doivent préparer le congrès de 1971 et transformer le PSU en parti de masse révolutionnaire. Ces AROP, dont 14 sont effectivement organisées, déposent certes leurs conclusions lors du congrès de Lille, mais au final ce sont les tendances organisées qui fixent les motions d’orientation, au grand dam d’un Bernard Lambert.

24 Le Monde, 26 juin 1971.

25 La GR (Pierre Bauby, Emmanuel Terray, avec les Bouches-du-Rhône pour bastion), d’inspiration maoïste, obtient 12 % des mandats, la tendance marxiste-révolutionnaire trotskisante (Philippe Simon, Yvan Craipeau, Jacques Kergoat, dominant la fédération de Paris), 14 % et la tendance gauchiste autonome, composée d’une partie de la direction sortante (Abraham Béhar, Marc Heurgon, André Barjonet, Serge Mallet, Jacques Malterre, dominante dans le Rhône et le Nord) 20 %.

26 Combat socialiste, no 640, 17 juin 1972.

27 La rupture de « l’aile droite du PSU » en 1971-1972 se traduit par l’adhésion de nombreux élus locaux au PS (départ de Gilles Martinet en janvier 1972).

28 Cf. les textes de Tudi Kernalegenn, Bibia Pavard et Daniel Gordon, dans Tudi Kernalegenn, François Prigent, Gilles Richard, Jacqueline Sainclivier (dir.), op. cit.

29 Au même moment, une commission « Minorités nationales » voit le jour.

30 Colloque de l’OURS et la Fondation Jean Jaurès (FJJ), L’union sans l’unité. Le programme commun de la gauche (1963-1978), Pantin, 19-20 mai 2010.

31 Ce décompte, incertain en raison de la complexité des affiliations au PSU des élus, incorpore uniquement les conseillers généraux élus sous l’étiquette PSU (45 départements concernés, dont 30 cas d’élus isolé). Les Côtes-du-Nord (14), le Gard (8), la Creuse et l’Eure (5), les Ardennes et le Finistère (4), l’Isère et le Lot-et-Garonne (3) ont plus de 2 élus PSU. Nous remercions Gilles Morin pour l’aide fournie dans la collecte de ces données.

32 Roberto Colozza, Travail de post-doc en cours, comparant le PSU et la configuration italienne (PSUP), ENS de Pise.

33 « Rocard laisse à son successeur, Chapuis, un parti devenu plus cohérent » (Le Monde, 27 novembre 1973). La stratégie électorale reste contestée. Rocard prône un « pacte d’unité d’action anticapitaliste » (62,8 % des mandats). Vers le communisme (surtout présents dans le Gard, le Rhône et le Nord-Pas-de-Calais) refuse tout « compromis stratégique et idéologique avec le PS en particulier » (13 %). L’idée d’« accords tactiques ponctuels » rassemble 10,4 % (essentiellement des représentants de petites fédérations). L’essentiel des fédérations actives, sauf les bastions de la minorité, appuie la direction nationale, autorisée à engager des discussions avec les partis signataires du programme commun.

34 François Kraus, Les assises du socialisme ou l’échec d’une tentative de rénovation d’un parti (octobre 1974), Notes de la FJJ, no 31, 2002.

Table des illustrations

Légende Tableau I. – Évolution du nombre de conseillers généraux PSU31
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125160/img-1.jpg
Fichier image/, 33k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540