Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les partis à l’épreuve de 68

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Deuxième partie. Évolution des forces politiques

Profil et profit d’une union : le Programme commun de gouvernement et le Parti socialiste (1971-1978)

Gilles Morin

Texte intégral

1Le tournant des années 1960-1970 correspond à des années clés dans l’histoire du socialisme français, voire à un véritable basculement : après une longue phase de déclin – menaçant jusqu’à son existence – le parti socialiste réalise, à partir du congrès d’Épinay, une refondation, mais plus encore un développement sans précédent. Une décennie plus tard, après avoir combattu sur plusieurs fronts notamment contre le PCF à partir de 1975, il installe la gauche au pouvoir pour la plus longue expérience de son histoire, à ce jour. Cette victoire s’explique par une série de facteurs complexes, sur fond d’une transformation accélérée de la société française, alors que la crise économique frappe l’Europe. La division des partis gaulliste et libéraux a été essentielle. Mais aussi – cela a souvent été dit – la renaissance socialiste est liée à un choix stratégique, l’Union de la gauche et à la capacité de François Mitterrand à « Tenir bon », selon sa formule, sur cette ligne après 1974. Il obtient ainsi l’inversion du rapport de force PS-PCF, prélude à la transformation du Parti socialiste en une des deux forces politiques hégémoniques du pays, pendant trente ans au moins. Sur le long terme, pour l’histoire politique française, ce succès est capital. L’obstacle constitué par le PCF servait de repoussoir et rendait problématique voire impossible l’arrivée au pouvoir de la gauche et l’alternance. Le programme commun occupe une place majeure dans ce processus, mais la stratégie ne peut tout expliquer et doit être située dans un ensemble de choix plus vaste. Il importe d’élargir la focale pour chercher à voir ce qui a permis au PS de réussir enfin à sortir des étroites limites dans lesquelles s’était enfermée, malgré elle, la SFIO.

2Le premier secrétaire du PS et son organisation ont su, ou dû, pour l’emporter non seulement récupérer les idéaux de 1968 et s’adapter à l’air du temps, mais plus encore, ils ont ouvert le parti sur l’extérieur, ce qui est assez exceptionnel dans l’histoire du socialisme français, à part peut-être dans le moment Front populaire. Pour l’essentiel, les socialistes se sont inscrits dans ce que l’on commence à nommer « le mouvement social », sans s’y immerger, ils se sont situés sur leur terrain, le terrain politique au sens strict. Ils ont réussi ce que n’avait jamais su faire leurs devanciers de façon pérenne : la nationalisation de l’implantation du Parti socialiste.

3Pour comprendre cette histoire complexe, nous allons tout d’abord classiquement reprendre la problématique des ruptures et continuités, pour caractériser le moment Épinay. Puis, dans un deuxième temps, sera retracée brièvement, du point de vue socialiste, l’histoire de la naissance et des premiers pas de l’Union de la gauche. Enfin, sera rappelé, autant que faire ce peu à cette étape de la recherche, le fait que l’Union de la gauche ne se limite pas à un simple accord d’appareil entre trois formations, mais s’inscrit aussi dans une phase exceptionnelle d’ouverture et de rassemblement du PS qui a transformé ainsi le sens donné à cette alliance programmatique.

  • 1 Alain Bergougnioux, Gérard Grunberg, L’ambition et le remords, les socialistes français et le pouv (...)
  • 2 Laurent Jalabert, La restructuration de la gauche socialiste en France des lendemains de mai 1968 (...)
  • 3 Hélène Hatzfeld, Faire de la politique autrement. Les expériences inachevées des années 1970, Renn (...)

4Ce plan révèle tout ce que cette approche doit aux travaux relativement foisonnants à l’heure actuelle sur le PS. Trois références s’imposent pour faire court : tout d’abord les travaux d’Alain Bergounioux et Gérard Grunberg, dont la problématique principale est le rapport du PS au pouvoir1 ; ensuite ceux de Laurent Jalabert qui a étudié la reconstruction des gauches socialistes2 ; enfin et peut-être surtout ici ceux de Hélène Hatzfed qui s’est intéressée au renouvellement des formes politiques3. Je tenterai d’y apporter ma part, fondée sur des réflexions en cours concernant la place des cadres et des élus et l’évolution des réseaux socialistes sur le long terme.

Ruptures et continuités, la place du moment Épinay

5Le thème de l’Union des gauches et sa pratique ont déjà une longue histoire, présente dans la mémoire d’une partie au moins des acteurs socialistes du début des années 1970. Du « pas d’ennemi à gauche » de Gambetta aux grandes heures de la Libération, l’histoire politique du pays a été marquée sur la gauche de l’échiquier par une alternance de périodes d’affrontements fratricides – où « la discipline républicaine » n’est pas toujours de mise –, et de périodes de rapprochements, plus ou moins prononcés et réussis. Les relations étaient déjà difficiles et mouvantes entre socialistes (divisés puis unifiés), radicaux-socialistes et « opportunistes » ou « républicains de gauche » avant la Grande Guerre, mais, depuis la naissance du Parti communiste la question des alliances s’est nettement complexifiée. D’une part, désormais, aux enjeux et rapports de forces essentiellement intérieurs – parfois intégrant les questions extérieures, coloniales ou diplomatiques –, se sont ajoutés les effets de la pression soviétique sur la filiale française de l’Internationale communiste, puis du Kominform. D’autre part, l’évolution des rapports de forces internes à la gauche a redistribué les rôles et modifié les équilibres et donc la question.

6Le Cartel des gauches, entre les deux partis démocratiques en 1924, pouvait pratiquement ignorer le faible PC-SFIC quelque peu groupusculaire, mais depuis les années 1930, avec le recul radical et le renforcement du Parti communiste, et surtout depuis la Libération, la question de l’unité de la gauche passe par le carrefour Châteaudun, siège du PCF désormais hégémonique. La déstalinisation et la lente désagrégation du bloc communiste, depuis la mort de Staline en 1953 et le XXe congrès de 1956, n’ont pas changé les données du problème : les choix de Moscou sont depuis 1934 au moins le facteur décisif pour la réalisation de l’Union de la gauche. Les socialistes retrouvent une autonomie dès lors que les communistes sont demandeurs. On l’a vu à plusieurs reprises depuis 1956.

  • 4 Robert Verdier, PS-PC, une lutte pour l’entente, 1920-1976, Paris, Seghers, 1976, 330 p.

7Si l’on regarde sur le moyen terme, depuis la Grande Guerre et la naissance du PCF, le temps des désaccords a été plus long que celui de l’entente4. Les années 1921-1934 sont caractérisées par une opposition et une concurrence sévère entre un PCF et les deux partis de la gauche non communiste, alors qu’un lent rééquilibrage de la gauche se fait au profit des socialistes. Les années 1934-1938 sont celles des rapprochements des trois partis et d’une entente quelque peu conflictuelle et au bout du compte d’un déclin du parti radical glissant vers la droite, alors que la SFIO résiste difficilement à la pression de l’autre parti « marxiste ». Les années 1939-1941 sont caractérisées par une séparation totale, sur fond d’effondrement de toute la gauche et de répression d’un PCF agent de l’étranger. De juin 1941 à l’automne 1947, un nouveau rapprochement est né dans la clandestinité, sur un terrain patriotique, qui n’exclut pas une concurrence et une confrontation larvée permanente, tournant largement au profit des communistes dès la Libération. Les années de guerre froide, de 1947 à 1962, sont marquées par une opposition totale, un affrontement idéologique mais aussi humain violent, les communistes multipliant les attaques ad hominem. Le paroxysme de la division est atteint au début de cette période où le Parti communiste s’enferme dans une contre-société, dont il essaye vainement de sortir dès le milieu des années 1950. Les deux autres partis de gauche participent eux au barrage anticommuniste – même si c’est de façon différenciée au plan local. Les dangers de cette culture de guerre froide se sont révélés lors de la crise de 1958 où il n’a pas été possible de constituer un front du refus face aux pressions militaires et politiques, conduisant à un retour au pouvoir du général de Gaulle, appuyé, bon gré, mal gré, par la majorité de la gauche non communiste.

8Les années 1962-1972 ont initié un lent et prudent rapprochement des partis de gauche contre le régime gaulliste, sa pratique institutionnelle et sa politique. Il est visible tout d’abord au plan électoral où se constate une pacification des rapports internes à la gauche. Il permet le passage d’une unité de candidature électorale depuis 1965 (à l’exception de 1969) à une union s’exprimant en termes programmatiques et gouvernementaux. La signature du programme commun en juin 1972 pourrait, dans ce cadre, apparaître comme un achèvement de ce processus de rapprochement et d’un processus cyclique d’alternance entre conflit et alliances.

9Mais, en réalité, depuis 1969, il y a rupture sur plusieurs points, au moins au niveau du Parti socialiste.

10Le premier point est une clarification politique par le choix de l’union de la gauche. Le congrès d’Issy-les-Moulineaux en 1969 affirme que celle-ci constitue « l’axe normal de la stratégie des socialistes » et décide l’ouverture d’un dialogue avec le PCF. Or, de fait, en terme d’alliances, cohabitaient depuis la fin des années 1950 deux partis socialistes sous la bannière apparemment unitaire de la SFIO.

11Un premier Parti socialiste jouait déjà la carte de la concurrence plus ou moins loyale avec le Parti communiste, c’est-à-dire la « discipline républicaine » pour le candidat de gauche le mieux placé. De Guy Mollet appelant à battre les « godillots » en 1962, aux accords PCF-FGDS de 1967, en passant par l’élection présidentielle de 1965 avec son candidat unique de la gauche, l’union a progressé dans les faits, de la fin de la guerre d’Algérie à 1968. Une des conditions pour les deux formations est de ne pas être écrasé aux élections législatives ni aux élections locales par des communistes largement hégémoniques. L’unité de candidature dans la gauche non communiste, de fait puis dans la structure commune que constitue la FGDS, leur évite l’écrasement individuel face au puissant partenaire. Une imbrication entre les socialistes, une partie des radicaux et des nombreux « divers gauche », s’est ainsi installée, avec l’instauration d’un véritable partage du territoire : la règle implicite étant de ne pas concurrencer les sortants, la concurrence étant au pire limitée aux successions. Cette discipline électorale de la gauche non communiste était une condition des accords préalables au programme commun, voie dans laquelle s’est engagée une partie des socialistes.

  • 5 Dans la mesure où elles ne pouvaient inclure des gaullistes proclamés, ce qui était un motif d’exc (...)

12L’autre Parti socialiste refusait toujours, mordicus, tout rapprochement avec le PCF, cultivait un anticommunisme militant assumé, proposait une « grande fédération ». Il pratiquait au plan départemental ou local des alliances de troisième force, sans ennemi à droite durant la IVe République, au pire sans le RPF puis les poujadistes, puis s’arrêtant aux gaullistes affirmés depuis 1962. Là, ces socialistes se présentaient dans des coalitions anticommunistes, voire se voulaient les champions de l’anticommunisme, s’affirmant seuls capables de faire barrage aux « moscoutaires ». Le cas de Marseille était emblématique, comme ceux de Toulouse, d’Amiens ou du Limousin, terres d’affrontements constants depuis la Libération. Les municipales de mars 1971 ont vu dans ces lieux se perpétuer ces conflits, qui ont conduit à la perte de la ville de Toulouse ; Marseille elle-même étant menacée. Si les alliances de troisième force aménagées5 ont perduré, de fait elles se sont faites de plus en plus rares et la bipolarisation s’est lentement imposée.

  • 6 Comme Alphonse Le Gallo ou Bonnaventure Leca à Issy-les-Moulineaux.
  • 7 Le cas le plus emblématique est celui de Jacques Boutard en Haute-Vienne en 1968.
  • 8 Comme le montre le cas Gaston Defferre. Mais celui-ci doit être relativisé : s’il refuse l’Union d (...)

13La droite eut beau jeu de montrer depuis 1967 que nombre d’élus socialistes devaient leur victoire au désistement du PCF et la plupart en avaient bénéficié, même s’il n’était pas toujours décisif. Face au gaullisme, les socialistes ont assumé de mieux en mieux cet état de fait et, à partir des municipales de 1965, des fédérations, au premier rang desquelles la Seine dirigée par Claude Fuzier, interdisent les alliances de Troisième force, allant jusqu’à exclure de grands élus6 qui n’acceptent pas cette discipline. Ils symbolisent un socialisme municipal de compromis perçu désormais comme de la compromission. Aux législatives de 1967 et 1968, des candidats, parfois députés sortants, ont été exclus pour avoir refusé de se retirer face aux communistes au 2e tour et avoir été réélus contre ces derniers avec les voix de la droite7. Après les échecs traumatisants des législatives de 1968 et de l’élection présidentielle de 1969, les coups de semonce des municipales de 1971, le choix socialiste est désormais clairement en faveur de l’Union : il n’y a plus place pour deux partis à l’intérieur du nouveau PS, même si quelques ambiguïtés locales sont acceptées ici ou là jusqu’en 19778.

  • 9 Ainsi, pour prendre le cas des conseillers généraux socialistes, si l’on observe le destin des 770 (...)

14La deuxième rupture est humaine. Après le congrès d’Épinay, les nouveaux dirigeants socialistes n’ont pas la même culture et surtout la même expérience du rapport aux communistes que l’équipe sortante de la SFIO et des amis de Savary. Ces derniers, dans leur majorité avaient fait leur classe en socialisme dans les années du Front populaire, avaient connu ses déceptions, le choc du pacte germano-soviétique, les dures années de guerre froide où le combat n’était pas seulement idéologique. Imprégnés de cette culture de guerre froide, la majorité d’entre eux avait développé un anticommunisme fondamental et même s’ils avaient pour une part approuvé les accords électoraux limités, par antigaullisme depuis 1962, habitués à combattre en retrait depuis les années 1930, ils conservaient une crainte obsessionnelle du communisme. L’usure du temps finit par jouer en leur défaveur du fait du non renouvellement militant de l’après-guerre. Les années 1960 voient leur nombre se réduire progressivement et, localement, des dauphins, issus de la SFIO ou non, remplacent les vieux notables. Ce mouvement souterrain et peu spectaculaire débute dans la décennie précédant la naissance du nouveau parti socialiste9 et ce passage de témoin générationnel est profitable à Mitterrand « libre de toute hérédité marxiste et socialiste », selon le mot de Bergounioux et Grunberg. Certes le député de la Nièvre, ancien cacique de la IVe République, appartient lui aussi à la génération politisée dès l’avant-guerre et il n’a pas été épargné par les communistes. Mais, depuis 1956 au moins, il a misé sa stratégie sur leur réintégration dans le champ politique. Il ne s’est pas trouvé en permanence en première ligne face à eux comme les responsables de la SFIO, il est même revenu au premier plan politique grâce à eux en 1965. Et surtout, l’essentiel des tenants de la nouvelle majorité, ses proches à la CIR, les hommes du CERES et les futurs sabras, s’inscrivent dans d’autres logiques : engagés essentiellement depuis les années gaullistes, pour eux les hommes de la Ve République sont l’adversaire principal. S’ils peuvent connaître une attirance intellectuelle pour le marxisme – pensons à Pierre Joxe ou Pierre Guidoni –, d’un niveau social généralement plus élevé, ils ont moins les complexes des vieux socialistes réformistes issus du salariat, toujours soucieux du « qu’en dira-t-on » « révolutionnaires » (ou communiste), victimes d’un complexe ouvriériste.

15La troisième rupture correspond au but final poursuivi : la nouvelle direction veut amener coûte que coûte la gauche au pouvoir rapidement, n’a que faire des vieilles discussions sur « exercice » et « conquête » du pouvoir. Mitterrand, cela a été abondamment écrit, fait preuve d’une ambition hors du commun et recherche tout d’abord le moyen de vaincre. Il a compris avant d’autres le caractère central dans les institutions de l’élection présidentielle, avec l’instauration d’une logique majoritaire et une bipolarisation renforcée. La conquête du pouvoir dans ce cadre passe par l’Union de la gauche et par la réintégration totale des communistes dans le jeu politique. Mais pour cela, il choisit de rééquilibrer la gauche au profit du socialisme démocratique en le rassemblant. Il fait le pari que l’alliance profitera tout d’abord aux siens et qu’il prendra des suffrages au PCF. Le positionnement face aux communistes change donc totalement. Ce n’est plus la crainte du communisme qui domine, encore moins l’idée qu’il faut clarifier les positions par un débat idéologique. Désormais, à une clarification idéologique préalable – qu’ont cherché en vain la SFIO et le PS de Savary – et aux exigences de garanties démocratiques et d’une rupture avec Moscou, les nouveaux dirigeants socialistes préfèrent des garanties verbales susceptibles de rassurer les électeurs et n’hésitent pas à adopter jusque dans leurs programmes une dose du vocabulaire communiste. Ils vont même les contourner « sur leur gauche » en reprenant des thématiques gauchistes dans l’air du temps, pourvu qu’elles soient porteuses en terme électoral. Ce radicalisme verbal déstabilise les communistes, dont le déclin s’est déjà amorcé et qui est accéléré par la contestation gauchiste post-68. Les « nouveaux » socialistes assument eux la radicalité née de 1968 en réaffirmant le caractère révolutionnaire du socialisme : « celui qui n’accepte pas la rupture avec l’ordre établi [...], avec la société capitaliste [...] n’est pas socialiste », proclame Mitterrand à Épinay, ovationné par les congressistes.

Le sens d’un combat : réaliser l’Union en assurant sa crédibilité

16Cette révolution copernicienne ne constitue pas une condition suffisante. Le soutien du PCF est acquis, car il est demandeur, mais l’accord voulu par Mitterrand et les siens se doit d’aboutir dans un délai raisonnable et sans paraître passer sous les fourches caudines du partenaire. La crédibilité du PS suppose que le calendrier soit maîtrisé et que plusieurs conditions soient remplies. Les législatives de 1973 et les présidentielles prévues en 1976, apparaissent alors comme les deux échéances à préparer. La deuxième, prévue dans cinq ans, constituant l’échéance majeure pour le nouveau secrétaire du PS rappelons-le. Mais la mort du président Pompidou bouleverse tous les plans.

17La première condition pour acquérir une crédibilité consiste à ne pas paraître céder au PCF – ou pire de sembler accepter un programme dont il apparaîtrait comme le principal rédacteur. Le PS doit donc tout d’abord affirmer son propre projet et ensuite seulement proposer un compromis, lequel clairement ne doit pas menacer les libertés.

18Les premières rencontres PCF-PS débutent en juillet 1971. Elles reprennent bien sûr des éléments des conversations engagées dans le cadre de la FGDS puis par le PS sous la conduite de Savary ; rappelons d’ailleurs que le PCF au lendemain du congrès d’Épinay était perplexe sur la possibilité de poursuivre ce dialogue compte tenu de la coalition majoritaire particulièrement hétéroclite qui allait diriger le PS. Mais les discussions repartent sur de nouvelles bases qui rassurent vite le PCF. Le PS accepte désormais de mener certaines actions à la base, ce à quoi la SFIO, échaudée par les discours sur le Front unique à la base et la volonté de « plumer la volaille socialiste » des années 1920 et surtout par les expériences de pratiques communistes depuis le temps du Front populaire, s’était toujours refusé depuis la Libération. Mais, le PS prend son temps, impose son rythme, car il se définit tout d’abord en rédigeant son propre programme. Le PCF, bien sûr, critique constamment les « tergiversations » du PS, ce qui est de bonne guerre, s’en prend nommément à François Mitterrand, mais n’en peut mais. Les socialistes, quoique exaspérés et inquiets, refusent la polémique.

  • 10 Compte rendu de la réunion du comité directeur du PS, du 8 avril 1972, arch. de l’OURS, Paris.

19Les discussions véritables commencent après la publication du programme socialiste en mars 1972. Mais elles sont immédiatement parasitées par des événements extérieurs : la mort de Pierre Overney – avec le refus du PCF de participer à un meeting commun contre la répression, avec la gauche non communiste et les gauchistes – et surtout le référendum sur l’élargissement de l’Europe. Les deux partis n’arrivent pas à s’entendre sur un vote de gauche : le PCF hostile à la CEE appelle à voter Non, le PS pro-européen appelle à l’abstention, les radicaux à voter Oui. Les négociations en vue de la rédaction du programme commun sont mises en sommeil le temps de la campagne, mais une rencontre secrète a lieu entre Mitterrand et Marchais10, et, dès le lendemain du référendum du 23 avril, les contacts sont repris.

20Les discussions sont menées au pas de charge, après le comité central du PCF de mai 1972 : elles aboutissent en un mois. L’accord définitif est étendu aux radicaux de gauche lors d’une rencontre, le 26 juin, et le Programme commun de gouvernement est signé le lendemain. Il est adopté par une convention socialiste et une conférence nationale du PCF le 9 juillet 1972.

  • 11 Voir Gilles Morin, « Oppositions et tensions socialistes face au programme commun ». Article à par (...)

21Le PS réalise cette mue sans rupture majeure, l’opposition interne est rapidement désarmée, il n’y a pas de scission véritable, mais plutôt des non-réadhésions au nouveau parti, tout au plus des départs de groupes limités qui, faute d’espace politique indépendant vont devoir rejoindre les réformateurs, puis l’UDF plus tard. Ils sont décrédibilisés parce qu’ils apparaissent comme une génération de caciques SFIO incapables d’évoluer et parce que, pour finir, leur chemin les conduits vers la droite11.

22La seconde condition pour crédibiliser le PS supposait de réaliser un score au moins honorable en 1973, afin de ne pas apparaître comme « à la remorque » du PCF. D’où le nécessaire rééquilibrage de la gauche et le travail permanent de rassemblement de tous les socialistes. On se rappelle le discours de François Mitterrand devant l’Internationale socialiste le 29 juin 1972, puis ses interventions sur l’objectif de reprendre le terrain perdu sur le PCF.

23La signature du programme constitue immédiatement un atout dans cette voie. Outre qu’elle crée les conditions d’une victoire et rompt avec la division stérilisante de la gauche, elle a deux conséquences majeures qui contribuent au redressement du mouvement socialiste et donc au rééquilibrage de la gauche.

24Tout d’abord, le programme commun – cela aussi a souvent été dit – crée une dynamique véritable. Il attire dans les partis signataires de nouveaux adhérents qui vont partiellement submerger les vieux cadres élevés dans la culture de la guerre froide. Cette dynamique déborde les organisations signataires, pour atteindre les syndicalistes, les associatifs et toute une frange militante qui partage l’espoir unitaire. Socialistes et communistes, non sans confrontations rudes, apprennent à se connaître, à militer, à parler et partagent des expériences communes.

25Ensuite, la logique du programme commun, parce qu’il induit comme condition le désistement systématique au second tour pour le parti arrivé en tête au premier – et donc assure le vote communiste pour ceux qui sont investis avec l’accord du PS – broie non seulement toutes les petites forces politiques qui cherchaient à conserver leur indépendance – le PSU en fait l’amère expérience –, mais aussi les « divers gauche » qui veulent demeurer ou entrer en politique. Parce qu’il accorde les investitures, le PS dispose d’un instrument de recomposition politique mais aussi de discipline interne décisif. La logique de bipolarisation se trouve renforcée, ce qui le sert.

26Les socialistes auraient pu en rester à cette simple combinaison d’appareils, d’union des gauches, somme toute assez traditionnelle. Tel était le souhait du PCF, qui se serait attribué dans cette affaire le « ministère des masses », s’appuyant sur le dynamisme et le dévouement traditionnel de ses militants et sur la puissance de son appareil de cadres et de permanents.

27Mais le Programme commun de gouvernement n’a été qu’un des aspects, un instrument, de la mue du PS. On assiste dans ces années à une reconstruction sur de nouvelles bases des réseaux socialistes, voire à une redéfinition, qu’il ne faudrait pas toutefois exagérer, du rapport des socialistes avec la société.

« Faire de la politique autrement », le programme commun, tout le programme commun, mais pas seulement le programme commun

  • 12 Frédéric Sawicki, Les réseaux du Parti socialiste, sociologie d’un milieu partisan, Paris, Belin, (...)

28On le sait, depuis les origines, le mouvement socialiste français s’est construit dans le cadre d’une division des tâches différente de celle des partis sociaux-démocrates européens : il ne noue pas de liens organiques avec le syndicalisme, les coopératives, les mutuelles. Cette séparation entre organisation politique et réseaux issus du mouvement ouvrier semble être un des facteurs de la faiblesse relative du socialisme français, comparé à ses voisins des pays germaniques ou par rapport au parti belge, sans oublier son infériorité face au PCF et à la galaxie qu’il contrôle. Les traditionnels liens des socialistes français avec le mouvement social et associatif sont fondés sur le modèle de la Charte d’Amiens : une indépendance proclamée, et réelle, qui n’exclut pas des relations privilégiées, comme dans le cas des rapports avec le syndicalisme enseignant, et parfois fusionnelles à la base, car la distinction est moins opérante au plan local du fait du multi-militantisme des cadres socialistes12.

  • 13 Frank Georgi, L’invention de la CFDT, 1957-1970. Syndicalisme, catholicisme et politique dans la F (...)

29Les dernières années de la SFIO ont été caractérisées par un lent effilochement des réseaux socialistes, à l’image des relations de plus en plus distendues avec Force ouvrière, et par une quasi disparition des associations impulsées par la SFIO. Le parti a rétréci, en terme d’adhérents, a vieilli et vu disparaître une partie de ses cadres. Seule la galaxie laïque a conservé une certaine puissance et une capacité de mobilisation pratiquement intacte. Mais la SFIO s’est fossilisé dans ce monde, au risque de s’isoler des initiatives extérieures et en rendant ainsi problématique un rapprochement avec les réseaux issus du monde catholique lui même en mutation. Depuis la naissance de la Ve République des structures diverses voulant se situer à gauche se sont multipliés, cherchant à suppléer aux défaillances partisanes, ou à ce qui leur apparaît comme tel. Une part non négligeable de ce monde militant, alors dynamique, provient des anciens mouvements spécialisés impulsés par l’Église catholique ou des milieux chrétiens. De nouvelles formes d’organisation cherchent à faire de la politique « autrement » en investissant tout le champ du social, au premier rang desquels on trouve en ces années les clubs, les GAM (groupes d’action municipale) et des associations. Beaucoup regardent vers les socialistes « unifiés » du PSU et vers Pierre Mendès France, mais dès après la campagne électorale de 1965, certains par souci d’efficacité se sont tournés vers la Convention des institutions républicaines et la FGDS pour se rapprocher des gros bataillons de la gauche. Le syndicalisme chrétien lui même – normalement apolitique – se politise, avec la transformation de la CFTC qui donne naissance à la CFDT et l’action de sa tendance Reconstruction ouvertement socialisante. Il rêve, Frank Georgi, l’a montré, de représenter le socialisme démocratique13.

30Ici s’opère une double rupture de la part du PS par rapport à la SFIO.

  • 14 Rappelons que l’appartenance à la CGT et au syndicalisme chrétien était statutairement interdite a (...)

31D’une part, l’ouverture du PS au mouvement social passe par un retour en force des militants socialistes dans des milieux traditionnels qu’ils avaient quelque peu désertés, ou tout au moins où l’influence socialiste s’était rétrécie. Par exemple, sur le plan syndical, alors que les socialistes de la SFIO ne sortaient plus guère des milieux FO et de la majorité de la FEN14, des militants du « nouveau » PS, après les militants de la CIR qui participaient à la direction du SNES, prennent des responsabilités à la CGT et, plus novateur encore, militent et parfois dirigent au plan local des syndicats appartenant à la CFDT. Que les prises de responsabilités à la CGT soient facilitées par la bienveillance intéressée des communistes, qu’elles soient de fait très contrôlées et limitées, cela ne change rien à l’affaire : les socialistes des années 1970, par ces militants, apparaissent comme se réengageant dans le monde militant et dans la société, participent et se montrent dans les luttes multiples de la période. Leur presse, l’Unité, et la presse socialiste locale, multiplie les communiqués de soutien, publie tracts et affiches contribuant à l’agitation, soutient les mouvements, tout comme les élus présents sur le terrain social, écharpe tricolore déployée. Même sur le plan formel la presse assez foisonnante des socialistes, bien que quelque peu confidentielle dans ces années, a un aspect militant dans l’air du temps, avec slogans chocs, dessins et caricatures féroces, parfois inspiré d’Actuel et des Fanzines à la mode.

  • 15 Hélène Hatzfeld, Faire de la politique autrement, op. cit.
  • 16 Mais rappelons au passage l’action qu’y mena aussi le SFIO Maurice Deixonne dans les années 1960.

32D’autre part, des militants socialistes, si ce n’est le parti, rencontrent les « nouveaux mouvements sociaux ». Hélène Haztfeld15 a montré de longue date que des socialistes commencent dès cette époque à saisir l’air du temps, celui du féminisme, avec un lien spécial vers le Planning familial16, celui du régionalisme et pas seulement en Bretagne, en attendant de s’ouvrir vers 1977-1978 aux écologistes et à beaucoup d’autres. Ce mouvement, commencé dès avant l’entrée dans le PS des amis de Michel Rocard et du « Courant des Assises », s’accélère après ce ralliement et surtout après la rupture de l’Union de la gauche en 1978.

  • 17 Par exemple lors de l’affaire Overney en février 1972 et à l’occasion de la dissolution de la Ligu (...)

33Sur ces terrains, le PS se révèle mieux placé que le PCF. Ce dernier lui sert d’ailleurs parfois d’utile repoussoir involontaire, car partageant pratiquement les mêmes valeurs ultra-jacobines que la droite et surtout que la droite gaulliste. Centralisateur, il rebute les régionalistes ; traditionaliste en matière de mœurs, il ne peut comprendre les revendications « bourgeoises » des féministes ; hostile au « gauchisme », partisan de la défense nationale, il s’oppose frontalement aux pacifistes et antimilitaristes. À l’occasion des épisodes du Larzac et de Lip, le PS qui commence à développer, non sans contradictions, le thème de l’autogestion paraît bien moins en porte à faux que le PCF, surtout par rapport aux aspirations de la jeunesse militante qui n’est pas dans son étroit sillage. Le PS, sans être à l’initiative de cette agitation – ce qui rassure les sympathisants socialistes modérés – la comprend, la soutient parfois ou tout au moins ne s’y oppose pas. Surtout, il s’oppose à la répression17, accepte de débattre avec tous et noue ainsi des liens très larges au centre et à l’extrême gauche.

34Enfin, le système électoral est naturellement plus favorable au PS qu’au PCF du fait de sa place centrale sur l’échiquier politique. Toutes les élections, normales ou partielles, à l’exception des législatives de 1978, marquent un succès remarqué du parti entre 1973 et 1979. À terme cela se révélera l’élément le plus important pour la pérennité du PS : c’est dans ces années de programme commun que débute l’implantation massive du PS dans le monde des élus locaux et la conquête systématique des exécutifs des départements, amorçant la conquête des régions. Mais ce rééquilibrage et ce basculement en cours vont justement amener le PCF à reconsidérer l’accord.

35Ainsi, la dynamique de l’Union de la gauche a profité en priorité au PS, mais, semble-t-il, parce qu’il ne s’est pas contenté de s’en revendiquer et de l’appliquer loyalement. Il a su s’ouvrir, même si, certainement, tout ne fut pas organisé et pensé, mais plutôt favorisé par le fonctionnement très lâche du parti, qui ne se réduit pas seulement au rôle des tendances.

36Le PS connaît dans ces années une mue majeure, s’ouvre sur les problèmes sociétaux, ne se laisse pas enfermer dans le rôle que voulait lui réserver le PCF. La double question de la brièveté de cette phase et des raisons du repli des années 1980 se pose naturellement. Pour tenter d’y répondre, il faut certainement, par delà les déceptions de l’exercice du pouvoir, faire la part de tendances plus générales, du reflux des idéaux de mai, auquel le PS a contribué après les avoir récupérés, de la rétractation du fait de la crise économique du vieux monde ouvrier et populaire qui constituait, même si c’est moins vrai que pour le PCF, une partie de sa base sociale et électorale et de son identité. Mais ceci est une autre histoire.

37Le PS, dans la mise en place de l’union de la gauche, a joué gagnant sur tous les tableaux, porté par la conjoncture et le sinistrisme ambiant des années 1970, par une stratégie claire d’union de la gauche qui lui permet de discipliner son camp en contrôlant les investitures, par une direction qui a su jouer la carte du renouvellement d’image et s’ouvrir à de nouvelles couches sociales, religieuses et culturelles, afin de compenser la concurrence communiste. L’inversion progressive du rapport de force entre les deux partis, qui naît alors, modifie l’équilibre entre les deux partenaires. Mais ainsi le sens même du programme commun s’en trouve dès lors changé.

Notes

1 Alain Bergougnioux, Gérard Grunberg, L’ambition et le remords, les socialistes français et le pouvoir (1905-2005), Paris, Fayard, 2005, 610 p. Des mêmes auteurs, voir aussi « L’Union de la gauche et l’ère Mitterrand », dans Jean-Jacques Becker et Gilles Candar, Histoire des gauches en France, vol. 2, Paris, La Découverte, 2004, p. 275-294.

2 Laurent Jalabert, La restructuration de la gauche socialiste en France des lendemains de mai 1968 au congrès de Pau du Parti Socialiste de janvier 1975, habilitation à diriger les recherches, sous la direction de J.-F. Sirinelli, Sciences Po Paris, 27 novembre 2008.

3 Hélène Hatzfeld, Faire de la politique autrement. Les expériences inachevées des années 1970, Rennes, ADELS-Presses Universitaires de Rennes, 2005, 328 p.

4 Robert Verdier, PS-PC, une lutte pour l’entente, 1920-1976, Paris, Seghers, 1976, 330 p.

5 Dans la mesure où elles ne pouvaient inclure des gaullistes proclamés, ce qui était un motif d’exclusion depuis 1965.

6 Comme Alphonse Le Gallo ou Bonnaventure Leca à Issy-les-Moulineaux.

7 Le cas le plus emblématique est celui de Jacques Boutard en Haute-Vienne en 1968.

8 Comme le montre le cas Gaston Defferre. Mais celui-ci doit être relativisé : s’il refuse l’Union de la gauche au plan local, après Épinay il soutient Mitterrand qui s’en fait le champion au plan national. Et son appui a été déterminant pour la victoire de celui-ci à Épinay.

9 Ainsi, pour prendre le cas des conseillers généraux socialistes, si l’on observe le destin des 770 élus aux quatre scrutins successifs qui vont de 1958, dernier de la IVe République, à la fin de la période gaulliste (1958, 1961, 1964 et 1967), au moins 13 % (102) sont décédés en fonction avant la fin de leur mandat en cours, 17 % (137) ne se sont pas représentés à l’issue de leur dernier mandat, généralement pour des question d’âge, 12 % (92) étant battus, parfois pour la même raison ou par usure du pouvoir. Soit un total de 42 % au moins. De la même façon, si l’on considère les 432 élus en 1973, il ne reste que 9 % d’élus de la Libération et 17 % ayant gagné leur mandat avant la naissance de la Ve République. Moins du quart a accompli plus de deux mandats complets.

10 Compte rendu de la réunion du comité directeur du PS, du 8 avril 1972, arch. de l’OURS, Paris.

11 Voir Gilles Morin, « Oppositions et tensions socialistes face au programme commun ». Article à paraître dans la publication du colloque « l’Union de la gauche, l’Union sans unité ».

12 Frédéric Sawicki, Les réseaux du Parti socialiste, sociologie d’un milieu partisan, Paris, Belin, 1997, 335 p. et Gilles Morin, « Les socialistes et la société française, réseaux et milieux (1905-1981) », dans Pascale Goetschel et Gilles Morin (dir.), « Le PS, nouvelles approches », Vingtième siècle, revue d’histoire, no 96, octobre-décembre 2007.

13 Frank Georgi, L’invention de la CFDT, 1957-1970. Syndicalisme, catholicisme et politique dans la France de l’expansion, Paris, CNRS-éditions/Les Éditions de l’Atelier, 1945, 645 p.

14 Rappelons que l’appartenance à la CGT et au syndicalisme chrétien était statutairement interdite aux militants SFIO depuis 1957.

15 Hélène Hatzfeld, Faire de la politique autrement, op. cit.

16 Mais rappelons au passage l’action qu’y mena aussi le SFIO Maurice Deixonne dans les années 1960.

17 Par exemple lors de l’affaire Overney en février 1972 et à l’occasion de la dissolution de la Ligue communiste en juin 1973.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540