Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les partis à l’épreuve de 68

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Deuxième partie. Évolution des forces politiques

Quand la stabilité cache les mutations : les élections municipales de 1971

Mathias Bernard

Texte intégral

  • 1 Frédéric Bon, Jean Ranger, « Bilan des élections municipales de 1971 dans les villes de plus de 30 (...)

1Comme la plupart des scrutins municipaux, les élections de mars 1971 n’occupent qu’une place très marginale dans l’historiographie, alors même qu’elles se situent dans un contexte de recomposition politique à la fois complexe et rapide et qu’elles ont sans nul doute contribué au renforcement de la bipolarisation qui caractérise cette période. Elles constituent ainsi un observatoire privilégié de la restructuration de la gauche française, trois mois avant le congrès du PS à Épinay et un an avant la signature du Programme commun, et de la volonté d’élargissement de la majorité qui, en dépit des inflexions premières du Premier ministre Jacques Chaban-Delmas, s’identifie de plus en plus clairement à l’ensemble des droites. De fait, la campagne de 1971 se déroule dans des conditions assez nettement différentes de celle de 1965 – dans les agglomérations urbaines en tout cas : en 1965, l’influence des combats de 1962 était encore présente, tout comme le clivage entre gaullistes et antigaullistes ; en 1971, la bipolarisation de la vie politique selon l’axe droite-gauche semble prévaloir, même s’il n’est pas opérationnel partout... Cette contribution cherchera précisément à mesurer la place de ce scrutin dans ce processus de recomposition – en s’attachant davantage à la campagne électorale qu’aux résultats, dont une analyse assez fine a été présentée dès 1972 dans la Revue française de science politique1.

L’élargissement de la majorité

  • 2 Le Figaro, 11 février 1971.
  • 3 Le Figaro, 22 janvier 1971.

2Ce scrutin est l’occasion, pour la majorité, de tirer le bénéfice de l’ouverture au centre pratiquée par Georges Pompidou à l’occasion de la présidentielle et de l’élan réformateur instauré par le Premier ministre. Le manifeste que les trois partis au pouvoir (UDR, CDP, RI) présentent un mois avant le scrutin lors d’une conférence de presse associant leurs trois secrétaires généraux est significativement intitulé « La nouvelle cité dans la nouvelle société »2. Les gaullistes cherchent à limiter la portée politique de scrutin, le président de la République assurant lui-même, lors de sa conférence de presse du 21 janvier, qu’il n’a pas à se soucier d’élections « qui ont avant tout pour objet d’assurer une bonne administration des villes »3. Ils ne dirigent que 33 des 192 villes de plus de 30 000 habitants, auxquelles ils comptent ajouter quelques agglomérations importantes. À Dijon, la victoire de Robert Poujade a été préparée par l’opportune nomination du maire sortant, indépendant, au Conseil économique et social. Afin de remporter quelques victoires symboliques dans des villes tenues par la gauche, les gaullistes participent à des listes qui réunissent l’ensemble des droites, y compris des forces politiques qui campaient jusqu’alors dans l’opposition. À Lille, le ministre François-Xavier Ortoli ouvre assez largement son équipe, à la fois au centre (sa liste comprend 6 membres du Centre démocrate ainsi que, naturellement, des militants du CDP) et même à l’extrême droite : il y intègre même deux militants de l’Alliance républicaine de Jean-Louis Tixier-Vignancour. À Boulogne, Georges Gorse conduit une liste agrégeant aux trois partis de la majorité le CNI et le CDP. À Toulouse, alors dirigée par le socialiste Louis Bazerque, c’est le républicain indépendant Pierre Baudis qui rassemble les droites, ainsi que des représentants de la société civile (dont le pilote du Concorde, André Turcat). À Nîmes, l’alliance du centre gauche et de la droite, menée par le député gaulliste Paul Tondut, s’effectue autour d’une rhétorique violemment anticommuniste : l’objectif de la liste, lit-on dans la profession de foi, est de

  • 4 Profession de foi liste Union républicaine, BNF, LK18 2-1 (15).

« déloger de la mairie les moscovites sectaires qui, depuis six ans, noyautent les services municipaux et tentent de les associer à leur propagande pour imposer à notre cité une dictature de style hongrois, tchécoslovaque ou polonais4 ».

  • 5 Le Figaro, 26 janvier 1971 : un accord a été trouvé entre le sénateur-maire centriste, le docteur J (...)
  • 6 La présence de ce candidat est d’ailleurs montée en épingle par la liste d’union de la gauche dans (...)
  • 7 Invité aux journées parlementaires du Sénat le 19 janvier, il affirme que son nouveau parti, « Pro (...)
  • 8 Voir les articles publiés dans Le Figaro, le 25 janvier (« Une page tournée ») et le 28 janvier (« (...)

3On constate la même tendance dans des villes dirigées par des représentants de la droite jusqu’alors non gaulliste ou même par des élus centre gauche, au Mans par exemple ou encore à Villeurbanne, où gaullistes et indépendants rejoignent la liste du maire sortant Étienne Gagnaire5. À Amiens, le maire sortant Maurice Vast, membre de la SFIO jusqu’en 1965, conduit une liste « apolitique », dominée en fait par les centristes, qui comporte un haut fonctionnaire membre de l’UDR, André Terrazzoni6. Toutefois, l’intégration de l’UDR pose parfois quelques problèmes. L’attention des médias se focalise notamment, au début de l’année 1971, sur la situation de Lyon où l’UDR locale, qui n’a aucune chance de conquérir la ville, souhaite intégrer les listes emmenées par le maire sortant Louis Pradel, qui avait pourtant tenu des propos très durs contre la majorité lors du précédent scrutin. Surtout, parmi les personnalités intégrant l’équipe Pradel, figure Jacques Soustelle qui, même s’il effectue son retour en politique sous le signe de l’union des centres7, suscite encore de vives oppositions au sein du gaullisme orthodoxe. Si les représentants locaux du gaullisme sont prêts à accepter cette présence afin de ne pas compromettre un accord politique dans lequel ils ne voient que des avantages (compte tenu de la forte position du maire de Lyon), quelques dirigeants nationaux, comme Michel Debré et Olivier Guichard, ont exprimé publiquement leur désapprobation. De son côté, Georges Pompidou en appelle, dans sa conférence de presse du 21 janvier, à la « réconciliation des Français » et ajoute qu’il a souhaité « que la mort du général de Gaulle fût pour Jacques Soustelle l’occasion d’effacer dix ans d’opposition » et de « retrouver le souvenir de vingt ans d’un combat ardent mené envers et contre tout ». Pour le président, qui se place déjà dans la perspective des législatives de 1973, le rapprochement avec Soustelle peut permettre à la majorité de gagner la bataille du centre, qu’il juge décisive. Le journaliste Michel Bassi considère, dans Le Figaro, que ces déclarations tournent la page de l’après-gaullisme8. Les gaullistes lyonnais trouvent un moyen d’éviter de plonger leur mouvement dans une situation embarrassante : ils sont présents sur les listes Pradel dans tous les arrondissements, sauf dans le premier, où Soustelle est candidat. L’affaire Soustelle crée toutefois d’importants remous à l’UDR. Les députés Christian Fouchet et Jacques Vendroux démissionnent du groupe parlementaire du parti et expriment leur désaccord en des termes parfois virulents. Fouchet juge ainsi qu’il a

  • 9 Le Figaro, 12 février 1971. L’Union des jeunes pour le progrès manifeste aussi son désaccord, tandi (...)

« suivi le général de Gaulle pendant trente ans [...] pour un idéal national bien précis et non pas pour faire élire des conseillers municipaux au prix d’alliances qu’[il] considère comme contraires à la morale politique9 ».

  • 10 Voir son interview dans Le Figaro, 17 février 1971.
  • 11 Le Figaro, 9 et 11 février 1971.
  • 12 Le Figaro, 2 mars 1971.
  • 13 Le Figaro, 23 janvier 1971.
  • 14 Le Figaro, 20 janvier 1971.
  • 15 Le Monde, 24 mars 1971.

4Le rapprochement entre la majorité et le centre d’opposition n’a pas lieu partout. Le Centre démocrate refuse d’ailleurs de rompre avec la stratégie qui a justifié sa fondation en 1965. Jean Lecanuet estime nécessaire de reconduire les « ententes démocrates et sociales » de 1965 – sauf dans les communes où les socialistes sont associés aux communistes10 : c’est, dans ce cas, la défection des socialistes qui rejette les centristes vers la droite. La démocratie chrétienne n’est pas si facilement soluble dans la majorité gaullo-pompidolienne, en dépit de certaines initiatives parrainées par le Premier ministre : Chaban-Delmas participe ainsi au lancement du journal et du mouvement Avenir 71, dont l’initiative revient à la secrétaire d’État à l’action sociale, Marie-Madeleine Dienesch, et qui vise à susciter le ralliement d’anciens cadres du MRP11. Centristes et gaullistes continuent de s’affronter dans certaines villes importantes, comme à Metz où le jeune candidat du Centre démocrate, Jean-Marie Rausch, fraîchement élu conseiller général contre le maire UDR Raymond Mondon à l’occasion d’une cantonale partielle, se présente contre l’équipe gaulliste12. L’UDR est parfois tentée de combattre les modérés dans certains de leurs fiefs. À Saint-Étienne, contre le maire centriste Michel Durafour, le député gaulliste Lucien Neuwirth constitue une liste largement ouverte aux modérés (dont le premier adjoint de Durafour lui-même), aux républicains indépendants et même à quelques personnalités de gauche (un conventionnel ancien suppléant de Charles Hernu et un ancien militant du Syndicat national des instituteurs, considéré comme proche du PSU)13. À Strasbourg, le secrétaire d’État André Bord a longtemps entretenu le doute sur son intention de combattre le maire sortant Pierre Pflimlin, dont il a d’ailleurs refusé de voter le budget de l’année 197114. Mais il a dû finalement abandonner la partie, sous la pression de Matignon – et peut-être même de l’Élysée – et en échange de fortes concessions faites à l’UDR locale : le poste de premier adjoint est promis au secrétaire général de la fédération UDR du Bas-Rhin, le parti présidentiel pouvant compter par ailleurs sur la moitié des postes d’adjoint15.

  • 16 Camille Laurens assume cette évolution, dans une interview au Figaro (20 février 1971) : « une déc (...)
  • 17 Le Figaro, 18 février 1971.

5En dépit de ces difficultés, cette campagne électorale a permis de souder davantage les trois partis de la majorité – une majorité qui, en s’élargissant à d’autres composantes qualifiées assez improprement de « centristes », s’identifie en fait plus clairement que par le passé à la droite. C’est ainsi que RI et CNIP semblent vouloir gommer leurs différences16. Cette évolution est rendue visible par la personnalité et les propos du nouveau secrétaire général de l’UDR, René Tomasini, qui troublent l’aile gauche de la majorité. Au colloque de son Comité d’études pour un nouveau contrat social, Edgar Faure – qui se prépare à prendre l’écharpe de maire de Pontarlier – s’en prend à « l’évolution réactionnaire d’une partie de la majorité qui semble se droitifier de plus en plus17 ».

Une étape intermédiaire dans l’union des gauches

  • 18 C’est le 2 février 1971 que la délégation nationale pour l’unité des socialistes, présidée par Nic (...)
  • 19 Le Figaro, 4 février 1971.

6Les contours de l’opposition ne sont guère mieux définis que ceux de la majorité. La restructuration du nouveau Parti socialiste n’est pas terminée, et c’est au milieu de cette campagne municipale qu’est annoncée la future fusion de la CIR (Convention des institutions républicaines) et du PS qui, de fait, adoptent une stratégie commune lors de ce scrutin18. Les radicaux cherchent toujours leur place sur la scène politique. Lors d’un comité directeur du Parti radical, tenu le 3 février, Jean-Jacques Servan-Schreiber tient des propos très durs contre les socialistes, qu’il accuse d’avoir voté les pleins pouvoirs au maréchal Pétain et défendu l’Algérie française ; il affirme que l’essentiel, pour le Parti radical, est de combattre l’UDR, que ce soit par des alliances à gauche ou par un rapprochement avec les démocrates chrétiens. Ces propos provoquent une polémique et sont désavoués par Maurice Faure, président du parti19. Le PCF affiche, lui, sa cohérence doctrinale et stratégique et sa forte influence dans les grandes villes : il dirige 40 villes de plus de 30 000 habitants et, dans la banlieue parisienne, c’est lui qui fixe les règles du jeu à ses partenaires de gauche. Les communistes entendent d’ailleurs faire du scrutin un test national et multiplient les brochures et les tracts. Le Mouvement de la Jeunesse communiste édite pour l’occasion un tract de quatre pages qui, après avoir invité jeunes et étudiants à lutter avec les communistes contre le capitalisme et le « pouvoir actuel », souligne les enjeux du scrutin :

« Les élections municipales de mars 1971 seront une grande bataille politique. Elles décideront non seulement de l’avenir des communes, mais elles seront aussi une grande étape dans la lutte contre le régime. »

7Dans une autre brochure, le PCF invite les « habitants des communes de France » à réaliser « le contrat communal », avec un objectif qui dépasse le strict cadre local :

  • 20 Tracts généraux édités par la direction du PCF en vue des municipales de 1971, BNF, LK18 2-1 (1). (...)

« En faisant des municipalités d’union démocratique des foyers de démocratie et de progrès social, vous pouvez avec nous contribuer au développement du combat démocratique et favoriser les transformations politiques et sociales profondes nécessaires à la France20. »

8La direction du PCF entend relayer les aspirations unitaires de l’électorat de gauche et défend l’idée d’une union systématique avec les autres partis de gauche. Si l’union de la gauche ne peut être réalisée partout, c’est en raison de l’attitude flottante et opportuniste de ses alliés potentiels, notamment du PS : c’est là l’argumentaire du PCF, qui se présente ainsi comme le champion de l’union de la gauche.

  • 21 Brochure éditée par le PS, BNF, LK 18 2-1 (1). Les quatre autres parties de la brochure portent le (...)
  • 22 Discours prononcé à Audincourt (Doubs), cité dans Le Figaro, 25 janvier 1971.

9En effet, les socialistes n’appliquent pas de façon homogène la stratégie d’alliance avec les autres forces de gauche (communistes, conventionnels et radicaux) dont la nécessité a été pourtant réaffirmée au conseil national du PS à Bondy. Mais, pour la direction du parti, les municipales ne sont pas des législatives : il faut tenir compte des circonstances politiques locales et engager prioritairement le débat politique – puisque débat politique il doit y avoir – sur l’action municipale et les libertés communales. La courte brochure de quatre pages, éditée par le PS à l’occasion de ce scrutin, tranche avec celle du PCF. Intitulée « Pour libérer les communes et leur donner des moyens d’action efficace », elle présente les communes comme le dernier rempart des libertés et de la démocratie et souligne l’importance des compétences qu’elles peuvent détenir, notamment dans le domaine social ; mais la première partie de ce texte, qui a pour titre « Les élections municipales de mars 1971 ont un caractère politique », évite toutefois de donner au scrutin une valeur de test politique national21. Alain Savary rappelle ainsi, dès le 23 janvier, qu’il n’y a pas d’accord national pour ce scrutin ; la priorité est de combattre la majorité, en tenant compte des spécificités locales22. Pour le PS, l’essentiel est de conserver les 47 communes de plus de 30 000 habitants que ses élus gèrent, souvent avec l’appoint du centre droit. Socialistes et communistes font liste commune dans 124 des 192 villes de plus de 30 000 habitants, soit deux fois plus qu’en 1965. Cette formule s’impose facilement dans les villes tenues par la droite (Bordeaux, Paris) ou par des coalitions centristes (Amiens, Blois, Saint-Étienne) et dans les communes de la « banlieue rouge » parisienne, où les socialistes sont intégrés, de façon souvent très minoritaire, dans les listes communistes.

  • 23 Ce refus fait l’objet d’un passage particulièrement virulent de la profession de foi de la liste c (...)
  • 24 Gaston Defferre ira même jusqu’à dire (selon Le Figaro, 9 mars 1971) : « Il n’y aura pas de duel D (...)
  • 25 Profession de foi de la liste PCF, BNF, LK18 2-1 (3), à laquelle s’ajoute un tract ronéotypé dénon (...)

10En revanche, la stratégie d’union de la gauche n’a pas la faveur des maires socialistes sortants, à l’exception notable de Guy Mollet à Arras. L’ancien dirigeant de la SFIO accepte l’alliance avec les communistes, au risque de se trouver dans une situation politiquement difficile : six conseillers sortants, membres du Centre démocrate, préfèrent rejoindre la liste emmenée par l’UDR Francis Jacquemont, chef de cabinet du secrétaire d’État à la Défense André Fanton, plutôt que de s’allier avec les communistes. Certains notables socialistes basculent alors dans la dissidence. Le Parti de la démocratie socialiste (PDS), qui regroupe une partie de ces dissidents, compte quelques élus locaux bien implantés qui préfèrent s’allier à l’UDR plutôt que de cautionner l’union avec les communistes. Émile Muller à Mulhouse, Paul Alduy à Perpignan, Étienne Gagnaire à Villeurbanne témoignent de ce basculement à droite de ces notables socialistes, tout en devant affronter des situations différentes. Ainsi, Muller compose une liste avec des socialistes dissidents, des centristes, quelques indépendants et gaullistes en rupture de ban pour lutter contre une liste dite « apolitique », pilotée en fait par l’UDR locale. À Villeurbanne en revanche, la liste d’Étienne Gagnaire fait face à une liste d’union de la gauche, regroupant communistes, socialistes, conventionnels, radicaux et « démocrates de progrès ». Plutôt que de voir se multiplier les dissidences, la direction du PS accepte que ses édiles reconduisent la configuration de 1965, notamment dans les capitales régionales. À Toulouse, Louis Bazerque conserve ses relations privilégiées avec le Centre démocrate, tout comme Gabriel Montpied à Clermont-Ferrand, Jean Minjoz à Besançon23, Gaston Defferre à Marseille24 ou Augustin Laurent à Lille. Ce refus de l’union de la gauche, affirmé par certains notables socialistes, rejoints sur ce point par les radicaux là où ils restent puissants (Traizet à Angoulême ou Crépeau à La Rochelle), suscite de vives controverses avec les communistes qui expriment leur mécontentement dans des professions de foi souvent très virulentes : à Belfort, les communistes se présentent comme les seuls à gauche, « sans équivoque et sans compromission » et jugent « regrettable qu’une telle union n’ait pu se faire [...] pour des raisons d’opportunisme électoral25 ». Le PS n’est pas seul à adopter une stratégie à géométrie variable : les radicaux, les clubs (CIR, Objectif 72) et les GAM (groupe d’action municipale) n’adoptent pas partout la logique unitaire, tandis que le PSU choisit, dans la plupart des villes où il présente des listes, de faire cavalier seul. Unie dans de nombreuses localités, la gauche peut être parfois très dispersée – comme à Caen où trois listes s’opposent à celle du maire centriste sortant : une liste d’Entente pour le développement économique et social, soutenue par le Centre démocrate, les radicaux et le PS, une liste communiste qui s’en prend à cette résurgence de la « troisième force », et une liste du GAM.

11Ces querelles peuvent compromettre d’éventuels désistements de second tour et, de ce fait, la victoire. Lorsque, dans une conférence de presse, Pierre Mauroy, premier secrétaire de la puissante fédération du Nord du PS et candidat sur la liste Laurent, rejette l’idée d’une alliance au premier tour avec les communistes à Lille, Étienne Fajon tonne dans les colonnes de L’Humanité :

  • 26 L’Humanité, 19 janvier 1971.

« S’allier avec une partie de la réaction pour devancer les communistes avec l’espoir que leurs suffrages serviront de force d’appoint au second tour, voilà donc la combinaison imaginée par Pierre Mauroy. Mieux vaut l’informer tout de suite que pareille combinaison est du domaine des rêves irréalisables26. »

  • 27 Le Monde, 17 mars 1971.
  • 28 Le Figaro, 17 mars 1971.
  • 29 La profession de foi de second tour (BNF, LK18 2-1 (3)) est explicite sur ce point : « Nous combat (...)

12C’est pourtant ce qu’il advient au lendemain du premier tour. Dès le 15 mars, le bureau politique du PCF lance un appel au « désistement réciproque en faveur des listes démocratiques ayant obtenu le plus grand nombre de suffrages » pour « porter de nouveaux coups à l’UDR et à ses alliés27 ». Le 16 mars, un grand meeting d’union des gauches a lieu au Palais des sports de la porte de Versailles. Il associe le PCF, le PS, la CIR et Objectif 72 dans un commun souvenir du Front populaire. Les communistes se désistent non seulement dans les deux villes-test que sont Lille et Toulouse, mais aussi dans la majorité des communes où les socialistes combattent la majorité (même s’il est parfois difficile de faire la distinction entre le désistement et le retrait pur et simple)28. Dans certaines villes toutefois, les plaies de la campagne du premier tour ne se sont pas refermées : à Belfort, les communistes maintiennent leur liste face à celles du PS et de la droite, renvoyées dos-à-dos29. Et les militants et les électeurs éprouvent parfois des difficultés à appliquer la discipline républicaine. Si les communistes se sont massivement reportés à Vienne sur la liste emmenée par le conventionnel Louis Mermaz, il n’en va pas de même à Grenoble et surtout à Toulouse : en dépit du déplacement de Roland Leroy et de Jacques Duclos dans la ville rose, la liste Bazerque obtient, au second tour, 11 000 voix de moins que les suffrages qui se sont portés sur les listes de gauche au premier tour, alors même que 10 000 électeurs supplémentaires se sont rendus aux urnes. La désunion de la gauche à Toulouse explique l’échec final de Bazerque, qui constitue la principale surprise de ce scrutin.

La confirmation de la dynamique bipolaire

  • 30 Les résultats de ce sondage sont publiés dans Le Figaro, 1er février 1971.
  • 31 Dans le premier arrondissement, la liste Pradel, conduite par Soustelle, n’obtient que 25 % des in (...)

13Il est difficile de tirer des leçons politiques nettes des élections municipales de 1971, pour au moins trois raisons : l’hétérogénéité du scrutin, le poids des implantations locales et de la « prime au sortant », la relative stabilité des positions de chaque camp, en nombre de communes en tout cas... L’élection municipale est en effet fort différente dans les communes rurales, où les électeurs s’attachent d’abord aux questions locales et à la personnalité des candidats – et non à leur appartenance politique, rarement revendiquée –, et dans les villes plus importantes, où la majorité des listes se construisent autour d’étiquettes politiques. Le mode de scrutin, qui diffère selon la taille de la commune, rend d’ailleurs compte de cette hétérogénéité. À l’instar des commentateurs contemporains de ces élections (journalistes et politologues), nous nous attacherons aux communes de plus de 30 000 habitants, qui élisent leurs conseils municipaux au scrutin majoritaire sur liste bloquée – un type de scrutin qui favorise le regroupement bipolaire des forces politiques. Toutefois, même dans les grandes villes, les oppositions partisanes semblent reléguées au second plan des préoccupations des électeurs. Selon un sondage SOFRES réalisé auprès de 1 000 électeurs de plus de 21 ans en janvier 1971, 32 % se déterminent selon la tendance politique des candidats, 61 % selon leurs qualités personnelles30. C’est sans doute ce qui explique l’indiscutable « prime au sortant » dont bénéficient les maires solidement implantés. Selon ce même sondage, 41 % des Français souhaitent réélire le maire sortant tandis que 15 % aimeraient élire un nouveau maire de la même tendance que le précédent, 23 % un nouveau maire d’une autre tendance... Ces intentions se vérifient dans les urnes : seulement trente villes de plus de 30 000 habitants sur 192 changent de maire (dix au premier tour, vingt au second). À Marseille, Gaston Defferre est plébiscité, alors même que sa stratégie d’alliance avec le centre suscitait des réticences au sein de son propre camp : ses listes obtiennent plus de 50 % des suffrages. De même, l’implantation de Jean Lecanuet à Rouen et d’André Morice à Nantes permet à ces deux notables de résister au processus bipolaire alors en cours. À Lyon, Louis Pradel ne pâtit pas du ralliement d’une personnalité aussi sulfureuse que Jacques Soustelle, même si celui-ci enregistre, dans son arrondissement, un score relativement décevant31. Cette « prime au sortant » explique aussi la réussite des anciens maires socialistes ou radicaux qui ont basculé dans la dissidence face à l’union de la gauche, comme Gagnaire à Villeurbanne et Muller à Mulhouse. Elle dément certains espoirs de conquête, à gauche (le conventionnel Georges Fillioud échoue à conquérir Romans-sur-Isère) comme dans le camp gaulliste : le député UDR Louis Terrenoire ne parvient pas enlever la mairie de Roanne aux centristes, pas plus que Neuwirth ne met en péril Durafour à Saint-Étienne. Toutefois – et c’est là une troisième difficulté pour l’analyse politique d’un tel scrutin –, cette « prime au sortant » n’a pas joué partout, le maire de Toulouse Bazerque en a fait l’amère expérience. Des personnalités nouvelles – assez rares, il est vrai – parviennent à émerger, comme le socialiste André Labarrère à Pau.

  • 32 Le Monde, 24 mars 1971.
  • 33 Le Figaro, 23 mars 1971.

14Les résultats traduisent ainsi une certaine stabilité des positions des différentes forces politiques. Même élargie, la majorité connaît une relative érosion : elle gagne sur la gauche six mairies, mais elle en perd sept. Les mouvements sont plus importants à l’intérieur même de la majorité et profitent principalement à l’UDR, qui prend Rueil et Melun aux indépendants et Dijon aux giscardiens, lesquels récupèrent Auxerre (jusqu’alors dirigée par un maire indépendant). Le centre d’opposition conquiert Cannes et Metz, mais est battu à Hyères et Antibes. La gauche non communiste gagne six villes (dont Nevers, La Rochelle, Laval...), dans des régions qui ne sont habituellement pas ses fiefs traditionnels, mais en perd sept, principalement dans le Sud-Ouest, où la stratégie d’union de la gauche heurte une culture radicale encore très présente : la perte de Toulouse, Castres et Narbonne symbolise cette résistance. Finalement, seul le Parti communiste obtient un résultat significatif, en nombre de sièges en tout cas. À la tête de listes d’union de la gauche, il gagne cinq villes, souvent importantes (dont Calais, Arles et Amiens). Le processus d’union de la gauche semble donc profiter principalement aux communistes : au lendemain du scrutin, cet argument est d’ailleurs utilisé par la majorité et par les socialistes et radicaux hostiles à l’alliance avec le PCF pour montrer que le PS risque de n’être qu’une force d’appoint dans une stratégie de conquête communiste. Raymond Marcellin, ministre de l’Intérieur, y consacre un point important de son commentaire des résultats32. Dans Le Figaro, le dessinateur Jacques Faizant montre un Alain Savary retirant des urnes une veste rapiécée, tandis que Georges Marchais souriant s’éloigne les bras chargés de bulletins de vote et que Marianne, affligée, explique au premier secrétaire du PS : « Tu vois, quand on a de mauvaises fréquentations33 ! »

  • 34 Cf Frédéric Bon, Jean Ranger, « article cité ».

15Une analyse plus fine des résultats, qui s’attache aux voix et non plus aux sièges, nuance cette première impression34. Par rapport aux municipales de 1965, la majorité enregistre une réelle progression, aux dépens principalement du centre et de la droite d’opposition. Mais elle profite aussi des résistances provoquées par l’union de gauche, au sein des électorats socialistes et communistes. La stagnation de la gauche non communiste masque en fait des situations contrastées : le PS et ses alliés progressent lorsqu’ils conduisent des listes d’union de la gauche à l’assaut de municipalités de droite, ils régressent lorsque la stratégie unitaire doit remettre en cause un système d’alliance plus ancien. Les résultats globaux du PCF sont relativement stables. Les communistes confirment leur ancrage dans leurs fiefs traditionnels (région parisienne, agglomérations ouvrières). Ils conquièrent des positions lorsqu’ils sont à la tête de liste d’union de la gauche, comme à Amiens ou Arles. Plus que la victoire de tel ou tel parti, le résultat des élections municipales de 1971 enregistre la dynamique de la bipolarisation, à droite comme à gauche. Ce sont bien l’union de la gauche et l’élargissement de la majorité qui sortent renforcées de ce scrutin. En revanche, le centrisme d’opposition et l’apolitisme, tel qu’il s’exprimait en 1965 dans les listes ALIM (Action locale et intérêts municipaux), régresse, tout comme les coalitions de « troisième force ».

***

16Les élections municipales de 1971 apparaissent nettement comme des élections intermédiaires, en raison de leur place dans le calendrier électoral (à mi-parcours de la législature 1968-1973) mais aussi en raison du rôle qu’elles ont joué dans le processus de bipolarisation, enclenché au milieu des années 1960 et accéléré au lendemain de l’élection de Georges Pompidou à l’élection présidentielle. Le mode de scrutin adopté dans les grandes villes (scrutin majoritaire sur liste bloquée) a renforcé la logique unitaire, à droite comme à gauche : l’élargissement de la majorité UDR-RI-CDP vers la droite (indépendants et divers droite) et, dans une moindre mesure, vers le centre prévaut dans les communes de plus de 30 000 habitants, tout comme l’union de la gauche constituée autour du PCF, de la CIR et du nouvau PS. Cette polarisation des forces politiques ne s’effectue pas partout. On la retrouve plus volontiers dans les listes inscrites dans une dynamique de conquête que dans les listes conduites par les maires en place, car elle remet souvent en cause le périmètre des équipes municipales sortantes qui, dans ce type de scrutin, bénéficie d’une prime. Les municipales de 1971 font ainsi apparaître un décalage entre, d’une part, les mutations qui affectent le discours et le système d’alliance des principales forces politiques et, d’autre part, la relative stabilité des résultats et, de facto, d’un personnel politique municipal souvent en place depuis la seconde moitié des années 1950 (et parfois même depuis 1947...). C’est seulement lors des élections suivantes, en 1977, que la logique bipolaire, parvenue à son terme, amène dans les mairies des équipes nouvelles.

Notes

1 Frédéric Bon, Jean Ranger, « Bilan des élections municipales de 1971 dans les villes de plus de 30 000 habitants », Revue française de science politique, avril 1972, p. 213-237.

2 Le Figaro, 11 février 1971.

3 Le Figaro, 22 janvier 1971.

4 Profession de foi liste Union républicaine, BNF, LK18 2-1 (15).

5 Le Figaro, 26 janvier 1971 : un accord a été trouvé entre le sénateur-maire centriste, le docteur Jacques Maury, et l’UDR autour d’une liste comprenant aussi des indépendants, des radicaux et des socialistes dissidents qui refusent l’union de la gauche.

6 La présence de ce candidat est d’ailleurs montée en épingle par la liste d’union de la gauche dans sa profession de foi : « Avec la complicité de M. Vast, M. Terrazzonni a été parachuté tout spécialement de Paris [...] afin de livrer à l’UDR la municipalité d’Amiens » : BNF, LK18 2-1 (1).

7 Invité aux journées parlementaires du Sénat le 19 janvier, il affirme que son nouveau parti, « Progrès et Liberté », vise à « favoriser la création d’un terrain de rencontre ouvert du centre droit au centre gauche » (Le Figaro, 20 janvier 1971).

8 Voir les articles publiés dans Le Figaro, le 25 janvier (« Une page tournée ») et le 28 janvier (« Le cas Soustelle ») 1971.

9 Le Figaro, 12 février 1971. L’Union des jeunes pour le progrès manifeste aussi son désaccord, tandis que les Jeunes Républicains indépendants déplorent « l’ostracisme et le sectarisme de certains hommes et de certains partis de jeunes de la majorité qui remettent ainsi en cause la réconciliation de tous les Français et politisent outrancièrement les prochaines élections » (Le Figaro, 13-14 février 1971).

10 Voir son interview dans Le Figaro, 17 février 1971.

11 Le Figaro, 9 et 11 février 1971.

12 Le Figaro, 2 mars 1971.

13 Le Figaro, 23 janvier 1971.

14 Le Figaro, 20 janvier 1971.

15 Le Monde, 24 mars 1971.

16 Camille Laurens assume cette évolution, dans une interview au Figaro (20 février 1971) : « une décantation est en train de s’opérer. Les choix anciens ne commandent pas nécessairement des options nouvelles ».

17 Le Figaro, 18 février 1971.

18 C’est le 2 février 1971 que la délégation nationale pour l’unité des socialistes, présidée par Nicole Questiaux, annonce l’organisation d’un « Congrès de l’Unité socialiste », prévu du 11 au 13 juin : ce seront effectivement les dates du congrès d’Épinay.

19 Le Figaro, 4 février 1971.

20 Tracts généraux édités par la direction du PCF en vue des municipales de 1971, BNF, LK18 2-1 (1). Le « contrat communal, pour une gestion sociale, moderne, démocratique » est présenté dans un petit livret de 16 pages, édité par L’Humanité.

21 Brochure éditée par le PS, BNF, LK 18 2-1 (1). Les quatre autres parties de la brochure portent les titres suivants : « Il faut libérer les communes » (contre la centralisation administrative) ; « Il faut aux communes des moyens dignes de leurs missions » (est ici évoquée la nécessaire réforme des finances locales) ; « Le rôle des municipalités ne cesse de croître » ; « Les maires, derniers refuges de la démocratie et des libertés ».

22 Discours prononcé à Audincourt (Doubs), cité dans Le Figaro, 25 janvier 1971.

23 Ce refus fait l’objet d’un passage particulièrement virulent de la profession de foi de la liste communiste à Besançon : « M. Minjoz et ses amis, comme en 1965, préfèrent s’allier à la droite centriste plutôt qu’aux communistes défenseurs des intérêts des travailleurs. La réaction s’en réjouira et le grand patronat continuera d’en tirer profit » : BNF, LK 18 2-1 (3).

24 Gaston Defferre ira même jusqu’à dire (selon Le Figaro, 9 mars 1971) : « Il n’y aura pas de duel Defferre-Comiti aux municipales de Marseille. La véritable bataille sera entre Defferre et Lazzarino », le candidat communiste.

25 Profession de foi de la liste PCF, BNF, LK18 2-1 (3), à laquelle s’ajoute un tract ronéotypé dénonçant une alliance entre les socialistes et la droite au sein de la majorité municipale depuis 1959.

26 L’Humanité, 19 janvier 1971.

27 Le Monde, 17 mars 1971.

28 Le Figaro, 17 mars 1971.

29 La profession de foi de second tour (BNF, LK18 2-1 (3)) est explicite sur ce point : « Nous combattons de la même manière aussi bien les listes réactionnaires que les listes de coalition sans principe qui font le jeu de la droite, sèment la confusion et bafouent les espérances populaires. La discipline républicaine ne peut s’appliquer en faveur d’une liste qui n’est pas une liste de gauche, mais un amalgame fait précisément pour s’opposer à l’union de la gauche au premier tour. »

30 Les résultats de ce sondage sont publiés dans Le Figaro, 1er février 1971.

31 Dans le premier arrondissement, la liste Pradel, conduite par Soustelle, n’obtient que 25 % des inscrits et 56 % des exprimés – contre respectivement 48 % et 75 % six ans plus tôt.

32 Le Monde, 24 mars 1971.

33 Le Figaro, 23 mars 1971.

34 Cf Frédéric Bon, Jean Ranger, « article cité ».

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540