Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les partis à l’épreuve de 68

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Première partie. Temps de la contestation générale de la société

La place et le rôle des artisans et commerçants du Cid-unati dans les contestations des années 1970

Sylvie Guillaume

Texte intégral

  • 1 Sources de cette contribution : Gérard Nicoud, Les dernières libertés, Denoël, 1972, 235 p., et Au (...)

1Il est parfois hasardeux de prétendre traiter un thème sans connaître au préalable les sources disponibles1. Contrairement au mouvement poujadiste, le Cid-unati qui réunit le Comité interprofessionnel de défense des commerçants et artisans, créé le 17 février 1969 à Grenoble, et l’Union nationale des travailleurs indépendants, ne fait pas l’objet d’étude spécifique. Aucun des grands dictionnaires récents, biographiques ou thématiques, ne comprend une notice sur Gérard Nicoud ou son mouvement. Faut-il voir dans cette lacune l’effet de l’absence d’archives propres au mouvement, même si on en trouve des éléments dans celles de mouvements comparables comme la CGPME (Confédération générale des petites et moyennes entreprises) ou dans les archives judiciaires traitant des arrestations et des incarcérations des membres du Cid-unati, en particulier de son leader charismatique ? On peut aussi émettre l’hypothèse que ce mouvement a présenté moins d’intérêt que d’autres pour l’historien du politique car, contrairement au poujadisme, il ne s’est pas intégré au système partisan en présentant des candidats aux élections et ne s’est pas rallié au pouvoir gaulliste. Le Cid-unati s’inscrit dans le contexte des poussées de fièvre extrémistes post-1968 qui ont secoué le monde des artisans et des commerçants mais aussi une partie des étudiants réfractaires aux réformes d’Edgar Faure, des ouvriers (affaire Lip et crise de la sidérurgie) et des paysans, en particulier les viticulteurs victimes de la concurrence européenne. On peut voir dans ces crises sociales des années 1970 les résistances de plusieurs acteurs à la volonté de « modernisation » de la France de Georges Pompidou. Par exemple, les artisans et commerçants sont inquiets de la multiplication des grandes surfaces et contestent les réformes de l’État-providence. La révolte orchestrée par le Cid-unati s’est cristallisée autour de la réforme de l’assurance maladie-maternité qui soumet au régime général et donc à cotisation les travailleurs indépendants non agricoles en vertu de la loi du 6 janvier 1966 qui entre en application le 1er janvier 1968.

  • 2 Nonna Mayer, « Identité sociale et politique des petits commerçants (1966-1988) », Vingtième Siècl (...)

2Pierre Poujade tout comme Gérard Nicoud ont construit une identité du refus2 mais par delà les caractères communs à ces mouvements d’artisans et commerçants, peut-on attribuer une spécificité au Cid-unati ? Ce sera notre premier point. Aucun gouvernement ne peut ignorer le poids des classes moyennes indépendantes. On rappellera la déclaration de Georges Pompidou raccompagnant Pierre Poujade et son épouse sur le perron de l’Élysée en décembre 1973 : « Poujade, vous êtes des nôtres... », mais l’UDCA (Union de défense des commerçants et des artisans) est à ce moment là bien affaiblie au profit du Cid-unati. Le second point traitera donc des réponses apportées à cette forme de nouvelle contestation par les gouvernements en place de 1969 à 1974 pour respecter les bornes chronologiques du colloque.

Une identité partagée et spécifique

  • 3 Roger Duchet, La République épinglée, Alain Moreau, 1975, p. 223.
  • 4 Georges Lefranc, Les organisations patronales en France, Payot, 1976, p. 234 et Dominique Borne, P (...)
  • 5 Sylvie Guillaume, La CGPME, un autre syndicat patronal, 1944-1978, Bordeaux, PUB, 1987, et Le peti (...)

3Roger Duchet, secrétaire général du Centre national des indépendants et paysans, souligne une continuité entre le poujadisme et le mouvement du Cid-unati en ces termes : « royeristes aujourd’hui, nicoudistes hier, les petits commerçants en 1955 étaient poujadistes et n’avaient d’yeux que pour Pierrot »3. Les ouvrages scientifiques reconnaissent également une filiation entre les mouvements des classes moyennes indépendantes. Georges Lefranc parle de relai entre les deux mouvements et Dominique Borne s’interroge dans un chapitre « Après Poujade, Nicoud4 ? » D’autres convergences existent avec la CGPME entreprises créée en 19445. Tous ces mouvements sont marqués par une identité du refus, refus de la toute puissance de l’État, en particulier de l’État-providence, refus aussi des gros – les grandes entreprises, les grandes surfaces, les banques qui refusent de prêter aux petits commerces ou à la petite industrie. C’est la défense des petits contre les gros, des indépendants contre les salariés d’un secteur public jugé de plus en plus envahissant mais, alors que la CGPME et dans une moindre mesure le poujadisme ont conquis une certaine respectabilité, ce ne fut pas le cas du Cid-unati. Mais les filiations existent bien néanmoins.

Les filiations

4Elles sont fortes avec la présence d’un leader charismatique, dans les modalités d’action des mouvements et dans les prises de positions.

  • 6 Cédric Perrin, Entre glorification et abandon. L’État et les artisans en France, Comité pour l’his (...)

5Bien des traits de caractère sont communs à Pierre Poujade qui a donné son nom à son mouvement, à Gérard Nicoud, leader du Cid-unati, et dans une moindre mesure à Léon Gingembre, patron de la CGPME. Alors que Léon Gingembre, né en 1904, a fait des études supérieures en droit et à l’École libre de Sciences Politiques, Pierre Poujade, né en 1920, et Gérard Nicoud, né en 1947, n’ont pas le même bagage scolaire et s’en font une gloire. « Je n’ai pas à en rougir », écrit le second tout en exprimant une certaine rancœur partagée par Pierre Poujade contre ceux « qui ont fait des études jusqu’à 25 ans ». Typographe ou garçon de café entre autres petits boulots, ils évoquent la nécessité d’entrer très tôt dans la vie active. La réussite se mesure à la possibilité d’être indépendant, de travailler à son compte. Pierre Poujade ouvre après la Seconde Guerre mondiale une modeste librairie-papeterie à Saint-Céré dans le Lot. Gérard Nicoud, après avoir passé avec succès le certificat d’études à 14 ans, travaille en usine à 15 ans puis s’engage dans la marine à 18 ans ; il est garçon de café en 1966 puis achète un petit café-restaurant à La Bâtie-Mongascon près de La Tour-du-Pin dans l’Isère en octobre 1968. Tous deux sont très bien secondés par leurs épouses respectives, mais ces commerces de petites localités ne font pas leur fortune ; le dépeuplement rural et la faiblesse des revenus dans les campagnes affectent depuis la fin des années 1950 le chiffre d’affaires des petits commerçants et artisans6. Ces difficultés réelles expliquent leur révolte et la recherche d’un bouc émissaire – l’État ou les grosses entreprises. Léon Gingembre, qui hérita dans l’entre-deux-guerres d’une usine moyenne de fabrication d’aiguilles en Normandie, s’engagea dans le syndicalisme professionnel pour revendiquer l’égalité de traitement pour les PME et les grandes entreprises après les accords Matignon de 1936.

  • 7 Patrick Chastenet, Le discours politique de Gérard Nicoud, mémoire DEA d’analyse politique approfo (...)
  • 8 Cité par Christine Manigand, « La politique catégorielle : les classes moyennes », dans Alain Belt (...)

6Les trois personnages s’imposent très vite par leur personnalité et par leur verve aux accents populistes. Le visage émacié de Léon Gingembre, le physique grand et costaud de Pierre Poujade ou celui plus ténébreux de Gérard Nicoud deviennent très vite familiers dans leur milieu. Bons orateurs, ils attirent les foules. Léon Gingembre réunit 25 000 chefs d’entreprises et commerçants à la salle Wagram et 70 000 au Vel’d’Hiv en 1947. Gérard Nicoud rassemble 15 000 personnes au Palais des Glaces de Grenoble en février 1969. Mais ces succès personnels auraient été moins évidents si les foules qui les applaudissaient n’avaient pas ressenti un réel malaise. Dès 1967 le nombre des fermetures des petits commerces est supérieur à celui des créations tandis qu’en 1969 on compte 47 hypermarchés et 241 supermarchés nouveaux7. Un sondage IFOP du 5 décembre 1969 montre que les commerçants et artisans constituent la catégorie socioprofessionnelle la plus pessimiste : 47 % d’entre eux évoquent une détérioration de leur condition par rapport à 1968 et envisagent une chute de leur revenu dans les années à venir8. Joue aussi à chaque fois une conjoncture politique difficile : la reconstruction de l’après-guerre pour Léon Gingembre, l’atmosphère de fin du régime de la IVe République pour Pierre Poujade ou de fin de règne de Charles de Gaulle pour Gérard Nicoud.

7Les leaders de ces mouvements partagent les inquiétudes de leur clientèle qu’ils attirent aussi par leur style parfaitement adapté, fait de phrases courtes et lapidaires compréhensibles de tous. Comme l’écrit un journaliste du Monde le 7 février 1973 : « Gérard Nicoud se situant à mi-chemin du camelot et du tribun, sait trouver le ton. » C’est un discours de combat qui fustige les ennemis, l’État et tous ses fonctionnaires qualifiés de parasites et de technocrates. « Après avoir livré la terre des petits paysans aux financiers, des politiciens “aux ordres” s’apprêtent à leur brader la distribution », écrit Gérard Nicoud dans son ouvrage Les dernières libertés publié en 1972. Il ajoute : « Nous avions compris que nous étions seuls, seuls face à cette machine qu’est l’État. » Le Cid-unati s’impose avec son slogan « Agir pour vaincre », sa devise « Honneur et justice », et son mot d’ordre « Défendre le présent pour assurer l’avenir ». L’action revendicatrice qui sort volontiers de la légalité est également une explication du succès de ces leaders charismatiques. Ce sont les défenseurs des petits, des gens qui souffrent, et ils n’hésitent pas à braver le droit. Gérard Nicoud, comme Pierre Poujade quinze ans auparavant, s’attaque aux perceptions. Le 9 avril 1969, ses militants emportent les dossiers de la perception de La Tour-du-Pin dans l’Isère, département qui avait donné parmi les plus beaux succès électoraux à Pierre Poujade en janvier 1956, et enlèvent deux officiers de police la même année, ce qui entraîne la première condamnation, mais avec sursis, du leader du Cid-unati. Gérard Nicoud organise comme Pierre Poujade un tour de France qui se termine au Parc des Princes devant 40 000 commerçants. Le Cid-unati comme l’UDCA en appelle à la grève de l’impôt. Le 30 avril 1970, Gérard Nicoud est à nouveau arrêté et condamné par le tribunal de Grenoble, cette fois à six mois ferme. Il l’est à nouveau le 24 novembre 1971 pour 8 mois après une manifestation violente à Libourne, ville de Robert Boulin alors ministre de la Santé publique. Le scénario est toujours le même : violence, apaisement après avoir été reçu par le ministre concerné, puis à nouveau violence après dénonciation de promesses non tenues par le dit ministre, enfin condamnation. Il devient un véritable héros aux yeux des artisans et commerçants les plus révoltés et aussi à ceux des étudiants les plus maoïstes qui diffusent un tract avec le slogan « Uni, le peuple libérera Gérard Nicoud ». Mais toute récupération par des groupuscules « gauchistes » échoue. Autre temps, autre attitude : à la fin des années 1950, Pierre Poujade et le poujadisme étaient qualifiés de « fascistes » par les étudiants. La guerre d’Algérie durcissait alors les clivages. Gérard Nicoud a bénéficié en revanche d’un capital de sympathie auprès de la minorité contestataire et gauchiste des années 1970.

8Là ne s’arrête pas les divergences entre les deux mouvements.

Les spécificités du Cid-unati

  • 9 Frédéric Tristram, Une fiscalité pour la croissance, la direction générale des impôts et la politi (...)

9On a vu que la rue était le lieu de prédilection de la contestation des artisans et des commerçants et que le refus de l’impôt était une réaction commune. Mais le mouvement de Gérard Nicoud s’est fait connaître d’abord par son opposition aux institutions de la sécurité sociale9. Ceci n’exclut pas les luttes antifiscales mais elles ne sont pas prioritaires dans un premier temps. Frédéric Tristram montre en effet que les commerçants avaient obtenu de la Direction générale des impôts des mesures de bienveillance comme un crédit d’impôt équivalent à la totalité des taxes contenues dans les stocks. Michel Debré, alors ministre de l’Économie et des Finances du gouvernement Pompidou, l’annonce officiellement le 27 avril 1967 :

  • 10 Cité par Frédéric Tristram, op. cit., p. 580.

« Nous avons voulu donner aux commerçants, artisans et prestataires de services la garantie que la totalité des taxes ayant grevé leurs achats serait déduite dans un délai raisonnable10. »

  • 11 Ibid., p. 410.
  • 12 Gérard Nicoud, Les dernières libertés : menottes aux mains, Denoël, 1972, p. 171.

10Ce compromis est le résultat des travaux de la commission Deleau. Or celui-ci est le bras droit de Léon Gingembre, patron de la CGPME. Cette organisation patronale, touchée par la concurrence du poujadisme, est à l’écoute des revendications du commerce qu’elle avait jusqu’ici délaissé au profit de l’industrie et joue le registre de la négociation avec les pouvoirs publics pour obtenir des réformes et combattre ainsi l’influence de l’UDCA. Léon Gingembre et Gustave Deleau ont été « les véritables initiateurs » de la réforme visant à mettre en œuvre un nouveau mode de taxation sur le chiffre d’affaires11. Les Assises générales du Commerce réunies en 1963 à l’initiative de Valéry Giscard d’Estaing, alors ministre des Finances, vont déboucher sur la loi du 6 janvier 1966 sur l’extension de la TVA rendue nécessaire par la construction européenne. Ces réformes se font en concertation avec certains milieux socio professionnels ce qui avait favorisé l’adhésion d’une partie mais d’une partie seulement des petits commerçants et artisans à la réforme. Gustave Deleau de la CGPME avait présidé le groupe de travail chargé des questions de l’imposition. La participation de la CGPME aux réformes fait réagir Gérard Nicoud qui soupçonne celle-ci de trahir la cause des commerçants et artisans. Le leader du Cid-unati dénonce alors une « fiscalité lourde, archaïque et injuste (qui) leur est appliqué de façon impitoyable afin de les exterminer tous » et accuse la TVA « d’être trop complexe et revendique une baisse des taux et un relèvement de la décote12 ».

  • 13 Cédric Perrin, op. cit., p. 159.
  • 14 Gérard Nicoud, op. cit., p. 104.

11Mais, et c’est aussi ce qui fait sa spécificité, le Cid-unati s’est fait connaître par ces actions contre la réforme de l’assurance maladie et des retraites. La protection sociale est un point faible des commerçants et des artisans qui ont refusé, rappelons-le, le régime général de la sécurité sociale mise en place en 1945. Ils craignent une augmentation des charges et veulent leurs propres caisses fonctionnant sur un système de capitalisation. Ainsi est créée en 1949 la CANCAVAN, Caisse autonome nationale de compensation des assurances vieillesse des artisans. Mais comme le souligne Cédric Perrin : « l’autonomie ne tarde pas à devenir un piège13 », couverture des risques moins large que pour les salariés avec la non prise en compte de la maladie, retraites modestes et différences de traitement avec les salariés. Les commerçants et artisans sont divisés entre ceux qui veulent rejoindre le régime général et leurs représentants jaloux de l’autonomie. Les décrets du 17 et 24 septembre 1964 revalorisent les pensions et fixe un minimum de retraite pour les artisans ayant 30 ans d’activité. D’où une augmentation des cotisations alors que les artisans sont de moins en moins nombreux. En 1970 on recenserait 2,7 actifs pour 1 retraité contre 4,2 dans le régime général. Se pose aussi le problème d’une couverture contre la maladie ; l’artisan avait le choix entre s’affilier au régime général ou souscrire une assurance privée. La loi du 12 juillet 1966 est votée sous la pression d’organisations professionnelles comme la CGPME ; elle est partiellement convaincante car seul le gros risque est couvert d’après une liste de 21 maladies, les autres restant exclues. La liberté de choisir une caisse d’affiliation en favorisant la multiplication ne facilite pas leur gestion. Les cotisations sont élevées et pour être bien couvert il faut contracter une assurance complémentaire. Le Cid-unati fait alors de cette question son principal cheval de bataille ; il a beau jeu de dénoncer le caractère onéreux des cotisations et de critiquer la CGPME jugée responsable de ce que Gérard Nicoud qualifie de « gabegie et d’incapacité de nos administrateurs14 ». Il trouve injuste le prélèvement obligatoire de la cotisation maladie sur le montant des pensions allouées aux retraités. Or celles-ci sont faibles. Mais il s’oppose à l’affiliation au régime général par peur que les représentants du commerce et de l’artisanat ne soient minoritaires.

12C’est bien à l’occasion de retenues opérées sur la retraite des commerçants pour la cotisation du régime d’assurance maladie adoptée le 12 juillet 1966 que des commerçants attaquent la perception de la Tour du Pin et font connaître le mouvement dirigé par Gérard Nicoud. La question de la protection sociale des artisans et commerçants est donc centrale dans le combat du Cid-unati et en fait sa spécificité en même temps qu’elle l’oppose catégoriquement à la CGPME. Celle-ci qui s’était déjà opposée à l’UDCA de Pierre Poujade qui lui a fait du tort dans les élections professionnelles qualifie Gérard Nicoud de « pompier pyromane » dans son journal La Volonté :

  • 15 La Volonté, novembre 1974.

« La CGPME, forte de l’expérience poujadiste, se préoccupe davantage des intérêts du petit commerce, travaillé par les sirènes de Gérard Nicoud et du Cid-unati qui s’oppose à la multiplication des grandes surfaces. Si Gérard Nicoud est qualifié de “pompier pyromane” par la CGPME, celle-ci n’en dénonce pas moins la concurrence des grandes surfaces, cause de la fermeture des petits commerces, l’augmentation des patentes et la généralisation de la TVA. Édouard Leclerc devient sa cible privilégiée. Mais contrairement au Cid-unati, la CGPME récuse toute action violente et préfère mener le combat dans le cadre d’organisations solidaires15. »

13Ce témoignage est important car il montre d’une part la désunion du monde commerçant et artisan malgré des peurs communes comme celle de la multiplication des grandes surfaces et d’autre part la quête de respectabilité et de légalité de la CGPME depuis qu’elle fut confrontée à la concurrence du poujadisme.

14Leurs statuts les différencient également. L’UDCA de Poujade comme le Cid-unati de Nicoud ne sont pas, contrairement à la CGPME, une confédération de syndicats professionnels. Le Cid-unati est constitué dans le cadre de la loi de 1901 avec au sommet un secrétaire général national élu par le congrès au scrutin secret. Nicoud est entouré d’une équipe composée par l’administrateur Collet, le trésorier Lallemand, le responsable des relations internes Marcel Bouyer qui vient du poujadisme, chargé des questions économiques Laure et des questions sociales Joseph Vignal issu du poujadisme. Les sections départementales constituent la base du Cid-unati. Le Cid-unati se pose la question de l’indépendance, de l’intégration au système comme se la sont posée antérieurement la CGPME et l’UDCA. Le ralliement de Poujade au système a affaibli son mouvement et lui a fait perdre les éléments les plus combatifs. Qu’en est-il pour le Cid-unati qui entretient des relations très conflictuelles mais aussi parfois ambiguës avec le pouvoir.

Les rapports entre le Cid-unati et les pouvoirs publics : une histoire conflictuelle

  • 16 Sylvie Guillaume, Le petit et moyen patronat, op. cit., p. 44.

15Aucun gouvernement ne peut ignorer le poids électoral des classes moyennes indépendantes même si, dans les années 1970, elles sont en régression par rapport aux classes moyennes salariées. Dans les années 1970, l’artisanat est un secteur qui regroupe deux millions de personnes, 20 % de la main-d’œuvre industrielle totale et 10 % de la main-d’œuvre totale. Le trait commun à tous les représentants des indépendants est de ne pas se contenter d’une identité du refus mais de développer une identité spécifiquement « classe moyenne indépendante16 » qui a un double objectif : favoriser la solidarité entre les différents groupes de ces classes moyennes et affirmer son importance aux yeux des pouvoirs publics plus attentifs au développement des grandes entreprises industrielles et commerciales tout particulièrement pendant le mandat présidentiel de Georges Pompidou entre 1969 et 1974. La politique industrialiste moteur de la modernisation de l’économie française et marquée par les regroupements de Saint-Gobain, Pont-à-Mousson, Péchiney et Ugine Kuhlmann est bien éloignée des préoccupations du petit commerce ou de l’artisanat. Cependant le tableau mérite d’être nuancé du côté des décideurs qui ne sont pas indifférents aux problèmes des secteurs en difficulté et qui ne peuvent laisser se développer des mouvements de contestation plus ou moins violents comme ceux du Cid-unati. Le thème de la victimisation des petites entreprises est très largement répandu et porte en partie ses fruits comme en témoigne cette réflexion de Robert Badinter, avocat de gauche, qui plaidait alors la cause de Gérard Nicoud en ces termes :

  • 17 Cité par Dominique Borne, op. cit., p. 177.

« Je me suis aperçu de l’incompréhension et de l’abandon dans lesquels se trouvent les commerçants. Que leur reste-t-il sinon l’action directe, eux qui font partie d’une classe sociale jetée aux “poubelles de l’Histoire”17 ? »

16Il apporte ainsi sa caution à la colère de Nicoud qui écrit :

  • 18 Gérard Nicoud, Les dernières libertés, op. cit., p. 149.

« Nous en avons plus qu’assez de la campagne de dénigrement menée contre notre classe sociale18. »

17De son côté Gérard Nicoud valorise la place des siens en proclamant :

  • 19 Cité dans Dominique Borne, op. cit., p. 176.

« Nous représentons la promotion, la chance que tout homme doit avoir de devenir un jour son propre maître... Notre classe sociale disparue, jamais l’ouvrier, l’employé, le salarié ne pourront prétendre à cette promotion19. »

18On retrouverait aisément des phrases identiques chez Gingembre comme chez Poujade. La glorification du travailleur indépendant, libre de ses choix est un thème qui permet à ces mouvements de l’opposer au fonctionnaire parasite et assisté. Ceci n’exclut pas l’emprunt aux syndicats ouvriers du terme « classe sociale » pour désigner ici les petits commerçants et artisans.

  • 20 Cédric Perrin, op. cit., p. 388-389.

19Cependant comme le montre la thèse de Cédric Perrin le total des dépenses de l’État en faveur des artisans a augmenté considérablement depuis les années 1950. Cela est dû en particulier aux avances du Trésor au Crédit artisanal mais aussi à des actions plus diversifiées. Ainsi, les dépenses ont été multipliées par 91 entre 1954 et 196920. « Cet effort, écrit le même auteur, est donc à son maximum quand le gouvernement cherche à faire oublier le mouvement Poujade ». On constate donc un relâchement de l’attention des pouvoirs publics portée à ces catégories sociales à la fin des années 1960, dû aussi à des contraintes budgétaires, mais qui constitue un terrain favorable à la contestation des petits commerçants et artisans.

  • 21 Éric Roussel, Georges Pompidou, J.-C. Lattès, nouvelle édition, 1994, p. 369.

20Par ailleurs, leur voix rencontre peu d’écho a priori chez le président Georges Pompidou ou chez les hauts fonctionnaires comme le conseiller à l’Élysée Bernard Ésambert. Lorsqu’ils évoquent les PME industrielles et commerciales ils parlent le plus souvent de celles qui exportent qui sont performantes ou alors ils les considèrent comme les sous-traitants des grandes entreprises. Roger Martin le président de Pont-à-Mousson, qui préside également la commission de l’Industrie du VIe Plan souhaite, que « l’on soutienne les firmes prospères ayant une bonne position sur le marché et que l’on aide les PME dynamiques21 ».

  • 22 Georges Pompidou, Le nœud gordien, Flammarion, 1974, p. 162.

21Mais dans le nœud gordien, le président de la République évoque « [les nouveaux pauvres] réels ou en puissance, que constituent les cadres, petits et moyens, menacés de perdre leur emploi, les petits commerçants et artisans dont l’entreprise périclite », et il évoque Pierre Poujade et les mouvements « susceptibles de renaître à tout instant » pour conclure : « il convient donc que l’État prenne des mesures22 ».

22Les premières seront prises sous le gouvernement de Jacques Chaban-Delmas, Premier ministre de 1969 à 1972, qui, dans son discours sur La nouvelle société prononcé le 16 septembre 2009, redéfinit entre autres le rôle de l’État pour éviter que :

  • 23 Jacques Chaban-Delmas, La nouvelle société, Annales de l’Assemblée nationale, Débats parlementaire (...)

« Chaque catégorie sociale ou professionnelle ou plutôt ses représentants, faute de se sentir assez assurés pour pouvoir négocier directement de façon responsable, se réfugient dans la revendication vis-à-vis de l’État en la compliquant souvent d’une surenchère plus ou moins voilée23. »

23C’est effectivement en grande partie par crainte d’une explosion sociale que des mesures sont prises. En effet, en mars 1970 la situation est très tendue dans les universités : le doyen Paul Ricœur décide de placer le campus de Nanterre sous la protection de la police puis remet sa démission, le congrès de la FNSEA est très agité et Gérard Nicoud est condamné après les manifestations de commerçants en province en mars.

24La nomination d’un secrétaire d’État à la Petite et Moyenne Entreprise et à l’Artisanat dès le 22 juin 1969 répond aux vœux de la CGPME, même si Georges Pompidou a pour le titulaire Gabriel Kaspereit des propos peu encourageants :

  • 24 Témoignage de Gabriel Kaspereit recueilli par A. Demagny et A. Leboucher-Sebbab, le 29 juin et le (...)

« Kaspereit, vous avez un poste épouvantable. Les petites entreprises, vous vous débrouillez : il faut les maintenir la tête hors de l’eau car ce sont les viviers des grosses entreprises24. »

  • 25 Christine Manigand, « La politique catégorielle : les classes moyennes », op. cit., p. 342-343.
  • 26 Entretien de Jean Royer avec Sophie Chauveau, 5 juin 1998, AGP, AN, 1AV350.

25Ce témoignage montre là encore que la perception des PME industrielles et commerciales est toujours celle d’une situation de dépendance vis-à-vis des grandes ce qui déplaît bien entendu aux partisans de Gérard Nicoud. Il faudra attendre les années 1980 pour que l’expression small is beautiful soit revendiquée par les politiques. Sous la présidence de Georges Pompidou, Yvon Bourges succède à Gabriel Kaspereit en juillet 1972, mais avec le titre de ministre, puis en avril 1973, c’est Jean Royer qui devient ministre du Commerce et de l’Artisanat. Ce sont ces trois personnalités qui ont ainsi la charge d’engager les réformes25 qui s’inscrivent dans une continuité, malgré quelques nuances, les deux derniers étant plus sensibles aux revendications du petit commerce et de l’artisanat. La loi Royer de décembre 1973, qualifiée de « démagogie outrancière » par Gabriel Kaspereit, qui limite l’implantation des grandes surfaces, répond aux revendications des contestataires, dans un souci de « nécessaire intégration26 ».

26Le problème central des retraites n’est pas réglé par Gabriel Kaspereit. En revanche, il est décidé du versement d’un pécule de départ aux commerçants en février 1972 très comparable à la mesure prise en faveur des agriculteurs de plus de 60 ans. Yvon Bourges reprend le dossier et pense que l’on doit s’acheminer vers une intégration au régime général mais sans augmentation des cotisations pour les commerçants et artisans de plus de 65 ans. Une aide à la modernisation du secteur artisanal est proposée ainsi que l’octroi de crédits spéciaux. Ce plan est adopté en conseil des ministres le 29 mars 1972 sous la forme d’une loi d’orientation sur l’artisanat et d’une autre sur le commerce. Ces mesures ne répondent cependant pas aux attentes immédiates des plus extrémistes et entretiennent les actions de Gérard Nicoud, pourtant reçu successivement par Yvon Bourges puis Jean Royer. Il demande le rapprochement de l’imposition des salariés et des non salariés, et la réduction de l’impôt sur le revenu. Mais le renvoi à 1973 d’une réduction de 3 % fait dire à Gérard Nicoud que les promesses n’ont pas été tenues, ce qui provoque le « mai des épiciers » de 1973.

27Se pose alors le choix entre la poursuite de l’action violente et celui de l’intégration au système, question que se pose tout mouvement contestataire et groupusculaire.

28Or en 1974 le leader du Cid-unati est élu président de la Caisse nationale d’assurance maladie à la suite des succès de son organisation et au grand dam de Léon Gingembre ; il remporte un autre succès aux élections des Chambres de métiers. Mais Gérard Nicoud démissionne de la présidence de la Caisse refusant tout intégration au système pour mener à nouveau le combat en 1975. Il est réélu président du Cid-unati et lance ses attaques tout particulièrement contre les fonctionnaires du fisc. En 1977, le Cid-unati fait une campagne d’affiches avec le slogan FISC = ASSASSINS », les lettres « s » étant transcrites sous le signe SS. Gérard Nicoud rappelle au 8e Congrès national de Dijon le suicide de Madeleine Pladys, libraire du Touquet, victime du fisc, et fait ce commentaire :

  • 27 Gérard Nicoud, 8e Congrès national de Dijon, 1977, cité dans Patrick Chastenet, op. cit., p. 56.

« Depuis la Gestapo, on n’a rien inventé de mieux pour acculer les gens au suicide27. »

29Le 4 novembre 1975, il est reçu par le président Valéry Giscard d’Estaing, au grand dam des organisations syndicales représentant les intérêts des fonctionnaires des impôts, victimes du Cid-unati. À sa sortie de l’Élysée, il met en garde les ministres qui ne tiendraient pas leur promesse. Les méthodes d’intimidation n’ont pas changé mais le mouvement se divise et s’essouffle. Le nombre de ses présidences aux Chambres des Métiers ne cesse de décroître (25 en 1975, 15 en 1977). Dans la décennie qui suit sa création, le mouvement devient groupusculaire.

30La révolte de Gérard Nicoud s’inscrit dans les mouvements contestataires des années 1970, ce qui explique une certaine audience parmi eux. Contrairement à Pierre Poujade, Gérard Nicoud ne s’attire pas la haine de tous les intellectuels. Les temps ont changé. Le Cid-unati bénéficie d’une sympathie tenace parce qu’il répond à de nouvelles aspirations d’une partie de la société, en réaction à la société de consommation bien présente à travers les hypermarchés, une société qui voit dans le petit commerçant le pourvoyeur en produits naturels qui sentent bon le terroir. Est venu le temps de la défense du commerce de proximité affirmé comme humanisant les contacts humains. La lutte du Cid-unati a donc des résonances très actuelles et participe pleinement de toute une nostalgie, alimentée par les citadins écologistes et les néo-ruraux.

Notes

1 Sources de cette contribution : Gérard Nicoud, Les dernières libertés, Denoël, 1972, 235 p., et Au risque de déplaire, Éditions de l’Objectif, 1977, 190 p. ; L’Objectif, organe national des Travailleurs indépendants.

2 Nonna Mayer, « Identité sociale et politique des petits commerçants (1966-1988) », Vingtième Siècle, janvier-mars 1993, no spécial Les classes moyennes, p. 71.

3 Roger Duchet, La République épinglée, Alain Moreau, 1975, p. 223.

4 Georges Lefranc, Les organisations patronales en France, Payot, 1976, p. 234 et Dominique Borne, Petits bourgeois en révolte ? Le mouvement Poujade, Flammarion, 1977, p. 174.

5 Sylvie Guillaume, La CGPME, un autre syndicat patronal, 1944-1978, Bordeaux, PUB, 1987, et Le petit et moyen patronat dans la nation française de Pinay à Raffarin, 1944-2004, Bordeaux, PUB, 2004.

6 Cédric Perrin, Entre glorification et abandon. L’État et les artisans en France, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2007, p. 422.

7 Patrick Chastenet, Le discours politique de Gérard Nicoud, mémoire DEA d’analyse politique approfondi, IEP Bordeaux, 1977, p. 8.

8 Cité par Christine Manigand, « La politique catégorielle : les classes moyennes », dans Alain Beltrand et Gilles Le Béguec, Action et pensées sociales de Georges Pompidou, PUF, 2004, p. 339.

9 Frédéric Tristram, Une fiscalité pour la croissance, la direction générale des impôts et la politique fiscale en France de 1948 à la fin des années 1960, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2005, p. 581.

10 Cité par Frédéric Tristram, op. cit., p. 580.

11 Ibid., p. 410.

12 Gérard Nicoud, Les dernières libertés : menottes aux mains, Denoël, 1972, p. 171.

13 Cédric Perrin, op. cit., p. 159.

14 Gérard Nicoud, op. cit., p. 104.

15 La Volonté, novembre 1974.

16 Sylvie Guillaume, Le petit et moyen patronat, op. cit., p. 44.

17 Cité par Dominique Borne, op. cit., p. 177.

18 Gérard Nicoud, Les dernières libertés, op. cit., p. 149.

19 Cité dans Dominique Borne, op. cit., p. 176.

20 Cédric Perrin, op. cit., p. 388-389.

21 Éric Roussel, Georges Pompidou, J.-C. Lattès, nouvelle édition, 1994, p. 369.

22 Georges Pompidou, Le nœud gordien, Flammarion, 1974, p. 162.

23 Jacques Chaban-Delmas, La nouvelle société, Annales de l’Assemblée nationale, Débats parlementaires, 1969, p. 2252.

24 Témoignage de Gabriel Kaspereit recueilli par A. Demagny et A. Leboucher-Sebbab, le 29 juin et le 10 juillet 2000, Association Georges Pompidou (AGP), cassette 3, face A. Voir aussi Sylvie Guillaume et Michel Lescure, Les PME dans les sociétés contemporaines de 1880 à nos jours. Pouvoir, représentation, action, Bruxelles, PIE Peter Lang, 2008, p. 81-125.

25 Christine Manigand, « La politique catégorielle : les classes moyennes », op. cit., p. 342-343.

26 Entretien de Jean Royer avec Sophie Chauveau, 5 juin 1998, AGP, AN, 1AV350.

27 Gérard Nicoud, 8e Congrès national de Dijon, 1977, cité dans Patrick Chastenet, op. cit., p. 56.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540