Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les partis à l’épreuve de 68

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Première partie. Temps de la contestation générale de la société

Le CNPF et les mutations de la vie politique et sociale de l’après Mai 68

Danièle Fraboulet

Texte intégral

1Après Mai 68, la société française est confrontée à des changements importants. Le paysage politique s’est renouvelé. Gaullistes et communistes sont contestés, les premiers par les libéraux de Valéry Giscard d’Estaing qui a créé la Fédération nationale des républicains indépendants (FNRI) en 1966, les seconds par les socialistes dont le renouveau se concrétise au congrès d’Épinay en juin 1971. Le tout est rythmé par une série d’élections, des municipales du printemps 1971 aux législatives partielles de l’automne 1974.

  • 1 Dont les symptômes annonçant une récession ne sont pas vraiment perçus.

2Sur le plan économique, la période de croissance1 liée à la conjoncture mondiale et au choix du pouvoir d’un taux de croissance élevé engendre un risque d’inflation accentué par les augmentations de salaires consenties en mai 1968 lors des accords de Grenelle. Rejetés par la base, ils ne résolvent pas la crise sociale qui se poursuit du fait de la dévaluation de 12,5 % en avril 1969 et du plan de restrictions des dépenses. Pour pallier le problème, Jacques Chaban-Delmas propose de développer la politique contractuelle et de modifier les relations professionnelles, dans le cadre du projet de la « Nouvelle société », lancé le 16 septembre 1969. Il n’obtient pas la totale adhésion de la majorité politique et des syndicats de salariés, qui, tout en ayant signé un certain nombre d’accords, montrent de la réticence face à la systématisation des négociations collectives qui risque de remettre en cause leur force de contestation en les intégrant par la négociation au système qu’ils entendent combattre.

3Ce contexte nouveau provoque une réflexion au sein des organisations patronales. Elle se concrétise par des modifications dans le fonctionnement du CNPF (Conseil national du patronat français) qui ont été amorcées dès 1966 avec l’évolution des statuts, symbolisant celle des rapports de force. Elle se manifeste également dans les rapports avec les syndicats de salariés et le pouvoir politique.

  • 2 ANMT, 72 AS 835-905 : archives diverses (comité directeur du CNPF, CRC, etc.) ; 72 AS 1200-1206 As (...)
  • 3 Henri Weber en a interrogé de nombreux. S’y ajoutent les entretiens donnés par F. Ceyrac, y compri (...)
  • 4 Bernard Brizay, Le patronat : histoire, structure ; stratégie du CNPF, Le Seuil, 1975, 310 p. ; Ge (...)
  • 5 Wolfgang Kowalsky, « Le patronat en mai-juin 68 » dans René Mouriaux et al. (dir.) : 1968 : Explor (...)
  • 6 Sur le rôle de l’UIMM qui jouait déjà ce rôle au sein de la CGPF : Danièle Fraboulet, Quand les pa (...)
  • 7 Michel Offerlé, Sociologie des organisations patronales, Paris, La Découverte, Repères, 2009, 124  (...)
  • 8 Notamment Jean-Claude Daumas, Alain Chatriot, Danièle Fraboulet, Patrick Fridenson et Hervé Joly ( (...)

4Ces mutations, qui obéissent à des paramètres divers, s’inscrivent dans une chronologie plus longue que celle qui est proposée pour ce colloque. Pour leur étude, outre les archives lacunaires du CNPF2 et les entretiens avec les dirigeants3, la presse et les archives des syndicats adhérents mériteraient un dépouillement systématique. En effet, la bibliographie sur le CNPF date pour l’essentiel des années 1970-19804. De nouvelles recherches sur 19685, mais aussi sur d’autres thèmes – les groupes de pression6, l’impôt, la planification, la représentativité, la sociologie du patronat7 – fournissent d’autres éclairages. Des travaux actuellement menés ne manqueront pas d’apporter des éléments nouveaux à la réflexion8. Il s’agit ici de faire le point sur les recherches en cours et d’esquisser de nouvelles pistes.

Les débats des années 1960

5À partir des années 1960, toute une réflexion s’engage au sein du CNPF, prélude à des mutations qui s’accélèreront avec les événements de mai-juin 1968.

  • 9 C’était aussi le cas de la CGPF, créée en 1919.
  • 10 « Patronat réel » contre « patronat d’État », petits contre gros, chefs d’entreprises familiales c (...)
  • 11 20 % des chefs d’entreprises adhèrent au CNPF, 20 % à la CGPME, 60 % aux deux organisations. Cf. S (...)

6Depuis sa création en 1946, le CNPF, qui a une mission généraliste de représentation de l’ensemble des patrons, demeure sous la tutelle de l’UIMM9. Son budget important, le nombre et la qualité de ses permanents, l’importance de ses réseaux de relations, son implantation locale ont permis à la puissante Union des métallurgistes de se rendre indispensable à l’organisation faîtière du patronat. Il faut ajouter que l’UIMM et les fédérations qui la composent contribuent fortement au financement du CNPF, à hauteur d’environ 50 % dans les années 1950 et de plus de 25 % dans les années 1970. En dehors des grandes fédérations, le CNPF s’appuie sur des unions patronales territoriales dont les structures sont inégales. Des organisations associées (Centre des jeunes dirigeants d’entreprise, CJD, le Centre français du patronat chrétien, CFPC, CRC après 1953) pèsent aussi, directement ou non, sur les débats patronaux. Comme toutes les confédérations, le CNPF fonctionne au consensus plus souvent passif qu’actif – le vote ne se pratiquant guère – afin de respecter les subtils équilibres entre les organisations et les susceptibilités des personnalités. Malgré les intérêts contradictoires des parties prenantes, les dirigeants s’efforcent de taire les divisions à l’égard de l’extérieur, les grands combats liés à la peur du communisme permettant ponctuellement de souder les troupes. Toutefois, une des questions essentielles demeure le poids des grandes entreprises par rapport aux PME et aux artisans10. Les PME sont tout à la fois dans le CNPF, la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) disposant de sièges dans ses instances jusqu’en 1969 et ayant constitué des Unions patronales communes dans la plupart des départements, et en dehors en tant qu’instance représentative11, voire contre, comme l’ont prouvé les divers mouvements protestataires dits « poujadistes » dans les années 1950.

  • 12 Paul Huvelin, Ambroise Roux et Henri Fayol y auraient également contribué. Michel Margairaz, « Gau (...)

7Un courant libéral semble s’imposer en 1965 avec l’adoption par l’assemblée générale de la charte du 19 janvier, manifeste libéral en quatorze points rédigé en grande partie par Pierre de Calan12, qui condamne toutes les formes d’intervention régulatrice de l’État. Cette orientation est à contre courant de la politique gaullienne développée lors du IVe plan (1962-1965) qui prônait la répartition des fruits de l’expansion et du Ve plan (1966-1970) qui, tout en développant la compétitivité de l’appareil de production, mettait le contrôle des prix et des revenus parmi les premières préoccupations de l’État.

  • 13 Par la voix de son président Robert Valentini, il prend position publiquement pour la reconnaissan (...)

8Cette prise de position entraîne également la réserve d’une grande partie du patronat, notamment chrétien avec la contestation du Centre des jeunes patrons (CJP)13, et de vifs débats. Elle est critiquée à l’intérieur mais aussi à l’extérieur, y compris par des hommes politiques de droite dont certains pensent que le CNPF enfonce des portes ouvertes, Georges Pompidou et Valéry Giscard d’Estaing pouvant difficilement passer pour des dirigistes. Cette controverse montre les difficultés d’expression dans la France des années 1960 d’un libéralisme affirmé même au sein du CNPF.

  • 14 1902-1996. Président du CRC (Centre de recherche et d’études des chefs d’entreprise) depuis 1963 e (...)
  • 15 Alain Beltran et Gilles Le Béguec (dir.), Jean-Pierre Williot (collab.), Action et pensée sociales (...)
  • 16 F. Ceyrac a débuté sa carrière à l’UIMM (chef de service en 1936, secrétaire général adjoint en 19 (...)

9D’ailleurs, l’initiative tourne court. Paul Huvelin14, qui a accédé à la présidence en 1966, fait jouer le jeu de la négociation sur la pression de G. Pompidou, alerté par la montée de la contestation sociale et le revers des gaullistes aux élections législatives de 196715. Par l’ordonnance d’août 1967 qui institue la parité entre représentants patronaux et syndicaux dans les conseils de gestion de la Sécurité sociale, G. Pompidou invite tous les syndicats à entreprendre des négociations. Le CNPF accepte l’indemnisation complémentaire du chômage partiel avec l’accord de février 1968. Le vice-président de la commission des affaires sociales, François Ceyrac16, tout en dénonçant comme ses prédécesseurs les trop fréquentes interventions des pouvoirs publics dans les relations entre patronat et salariés, se félicite du dialogue entre les deux partenaires et admet la nécessité d’une indemnisation complémentaire du régime légal de chômage en cas de licenciement. D’où la surprise des évènements de Mai.

Les mutations internes du CNPF consécutives à 1968

  • 17 Déclaration du CNPF le 22 mai condamnant la grève et exprimant ses réticences sur la participation (...)

10La grève générale et les manifestations conduisent le patronat à soutenir le pouvoir gaulliste et à accepter, via le CNPF, de signer le « protocole » de Grenelle. Toutefois, ses membres ne sont pas sensibles à l’appel à la « participation » lancé par De Gaulle17. Si le « protocole » n’envisage pas la réforme de l’entreprise, certaines de ses dispositions la favorisent cependant.

  • 18 Il aimera ensuite rappeler ces faits : « Je téléphone à Krasucki et à Bergeron pour leur dire : J’ (...)
  • 19 « Numéro spécial assemblée générale du 9 juillet 1968 », Patronat français, no 286, juillet 1968.
  • 20 CNPF, « Communiqué de presse du 18 novembre 1968 », Patronat Français, no 290, décembre 1968.

11Le 9 juillet 1968, à l’assemblée générale du CNPF consacrée aux conséquences de cette crise, un certain nombre de ses adhérents n’ont pas compris pourquoi leur organisation n’avait pu l’anticiper et ils en contestent le traitement. La direction, par la voix de F. Ceyrac, s’en défend. Cherchant à atténuer l’importance des événements français, il les replace dans un cadre mondial, la jeunesse refusant désormais d’obéir « aux hiérarchies existantes ». F. Ceyrac, rappelant que les procédures contractuelles entre syndicats et patronat avaient débuté en octobre 1967, s’étonne de l’explosion française. Il souligne d’ailleurs le démarrage tardif des revendications à partir du 20 mai18. Pour retrouver la paix sociale, il préconise d’appliquer « une politique active de l’emploi pour répondre aux inquiétudes et aux aspirations de la jeunesse et aux exigences de l’économie ». F. Ceyrac estime que les réformes successives renforçant le pouvoir des comités d’entreprise (loi du 18 juin 1966) puis introduisant l’intéressement des salariés aux résultats financiers des entreprises (ordonnance du 17 août 1967) et la création du délégué syndical ont suffisamment favorisé « la participation concrète des salariés à la vie de l’entreprise » (loi du 27 décembre 1968). La « collaboration » étant déjà introduite par l’ordonnance de 1945 au sein des comités d’entreprise, il recommande de « faire du comité d’entreprise l’organe de la participation » afin d’éviter de multiplier les commissions et les structures de l’entreprise. P. Huvelin dans ses conclusions s’efforce de montrer que les patrons ne sont pas responsables des causes profondes de la crise. Il les appelle à mener une politique de restauration de l’économie en restant dans le cadre des structures existantes et en ne bouleversant pas le statut juridique de l’entreprise qui ne pourrait que ruiner les fondements de l’autorité patronale19. Les nouveaux projets sur la participation sont jugés « susceptibles d’affaiblir l’autorité et l’efficacité des entreprises20 ».

12La réforme interne du CNPF, amorcée dès juin, est activée par le renouvellement des générations de dirigeants patronaux qui s’expriment dans plusieurs clubs de réflexion.

13En premier lieu, fustigeant l’incapacité de leur organisation à faire face à la révolution, un membre du CJP, José Bidegain, lance en juin 1968 le Centre national des dirigeants d’entreprise (CNDE) qui a l’ambition de concurrencer le CNPF. L’objectif ne sera pas atteint. Ils continuent néanmoins à militer pour le changement de l’image des patrons et pour une refonte du mouvement patronal, et s’opposent à la défense conservatrice de l’entreprise représentée par P. de Calan. En 1970, le CNDE fusionne dans Entreprise et progrès avec le Groupe d’études et de réforme de l’organisation patronale (GEROP). Présidé par le PDG de L’Oréal François Dalle et dirigée par J. Bidegain qui occupe le poste de délégué général, ils demandent l’élagage des échelons intermédiaires et une politique moderne de communication.

  • 21 Cf. « Des dirigeants pour le développement : le congrès de La Baule des 26 au 28 septembre 1968 »,(...)

14Quant au CJP transformé en Centre des jeunes dirigeants (CJD), il consacre en septembre 1968 un congrès exceptionnel à la réforme de l’entreprise. Le CJD considère que « l’explosion de 1968 » résulte de la « faillite du management traditionnel » défendu par le CNPF. Il condamne l’attitude de ce dernier, l’accusant d’avoir étouffé « les recherches ouvertes sur les réformes de l’entreprise par la fuite en avant trouvée dans les contraintes du Marché commun ». Il propose l’adhésion directe des entreprises et le pouvoir pour la direction nationale d’engager l’ensemble des adhérents21. Pierre Bellon, devenu le président du CJD en septembre 1968, choisit de pacifier les relations avec le CNPF et d’ancrer les orientations du CJD dans une perspective de modernisation réformiste en se préoccupant notamment de la formation des patrons.

  • 22 Elle regroupe une trentaine d’entreprises monopolistiques, par ailleurs adhérentes du CNPF (Centra (...)
  • 23 Roger Martin, Patron de droit divin..., Paris, Gallimard, 1984, 568 p.
  • 24 J. Ferry a fait partie du groupe de réflexion réuni autour de J. Chaban-Delmas à l’Hôtel de Lassay (...)

15En juin 1969, en réaction aux tendances progressistes des mouvements précédemment évoqués et voulant faire contrepoids au pouvoir des PME, est constituée l’Association des grandes entreprises françaises (AGREF)22, sous l’impulsion des PDG Roger Martin (Saint-Gobain-Pont-à-Mousson)23 et Maurice Borgeaud (Usinor). La direction est confiée à Jacques Ferry, président de la Chambre syndicale de la sidérurgie24. L’AGREF manifeste sa volonté d’intervention sur les problèmes spécifiques à la grande dimension de leurs entreprises : sécurité sociale, rapports entre grandes et petites entreprises, comparaison des aides publiques aux implantations industrielles dans les pays capitalistes développés. Cette association, si elle traduit la volonté des grandes firmes de disposer d’une structure particulière, a d’étroites relations avec le CNPF. Elle lui est officiellement associée et les grandes firmes qui la composent, étant membres des organisations du CNPF, y exercent souvent une influence dominante. D’ailleurs J. Ferry est le vice-président du CNPF.

  • 25 Qui ressurgit dans les années 1980. François Denord, Néo-libéralisme version française. Histoire d (...)

16Même si bien des patrons ne partagent pas ces points de vue et restent partisans d’un libéralisme plus radical25, toutes ces tendances jouent un rôle, certes inégal, dans l’évolution du CNPF.

17Une commission conduite par Paul Huvelin travaille plus d’un an sur la réforme qui veut s’inscrire dans la prolongation de la mutation déjà ébauchée et s’appuie sur une large consultation des professions. Un changement mesuré, qui tire un bilan partiel des événements et tente de satisfaire les différents courants, est présenté à l’assemblée générale extraordinaire du 28 octobre 1969 qui entame la révision des statuts.

  • Le CNPF conserve sa dénomination, mais s’affirme comme une confédération.
  • Il s’engage à faire connaître ses positions par une politique de relations publiques avec la création d’une direction de l’information chargée de donner une meilleure représentation du patronat dans l’opinion publique (il lui était reproché son manque de communication lors des grèves de mai). La revue mensuelle du CNPF va désormais s’attacher à valoriser les interventions des patrons dans la presse. En septembre 1970, un professionnel, Michel Frois26, est promu à la tête d’une direction générale de l’information, mais le démarrage est modeste. Il faut attendre 1972 pour que ce service, avec l’aide de nouveaux collaborateurs, entretienne des relations constantes avec des journalistes, avec pour objectif de façonner une nouvelle image du patronat et de l’entreprise.
  • Le pouvoir de ses organes de direction est renforcé. Toutefois les structures internes se démocratisent. Le bureau est élargi à des représentants des groupes « contestataires » dont J. Bidegain qui avait été chassé en 1965 pour son opposition à la Charte libérale. Pourtant, la réforme est inachevée, n’intégrant pas les idées réformistes des Jeunes dirigeants, notamment sur la réforme de l’entreprise. Des « contestataires » sont tentés par la scission. Un certain nombre continue à s’exprimer dans les clubs27. La CGPME se sépare officiellement du CNPF, mais les deux organisations acceptent la double appartenance (60 % des syndicats professionnels adhérant au deux en 1969)28. Elles restent unies face aux pouvoirs publics.
  • Enfin, le CNPF continue d’assurer la représentation de l’ensemble des entreprises auprès des pouvoirs publics, de l’opinion publique et des syndicats de salariés. Il est désormais habilité à signer des accords communs pour l’ensemble ou la généralité des professions. Celles qui s’excluent du champ d’application doivent faire connaître leur décision avant signature. Une exception cependant concerne les salaires qui relèvent des entreprises et de leurs organisations professionnelles. P. Huvelin indique une volonté de normalisation des relations sociales par la généralisation des conventions collectives et des négociations paritaires avec engagements réciproques29.

18Qu’apporte cette réforme interne dans les pratiques du CNPF ? Est-elle synonyme de changement dans ses rapports au monde politique et aux autres partenaires sociaux ? Peut-on mesurer sur le CNPF l’impact de l’évolution des forces politiques, particulièrement la dispersion du gaullisme en plusieurs courants ?

1970-1974 : de nouvelles pratiques avec les pouvoirs publics et avec les syndicats de salariés ?

  • 30 Le 20 avril 1970 sur la mensualisation qui élargit aux ouvriers des garanties et des avantages soc (...)
  • 31 6 % de croissance en 1971 qui a permis à J. Delors d’instituer la nouvelle politique salariale dan (...)
  • 32 Cela pourrait laisser penser que les Jeunes patrons qui préconisent cette conversion dès le début (...)
  • 33 Dès 1962, G. Pompidou a pris l’habitude de le consulter car les deux hommes partagent une vision i (...)

19Les « années Pompidou » s’inscrivent dans un contexte de croissance mondiale avec le choix d’un taux de croissance élevé basé en grande partie sur l’accélération de l’industrialisation, en dépit des tensions inflationnistes que cela engendre et des symptômes inquiétants de crise qui commencent à se dessiner. Les relations entre le pouvoir et le patronat reflètent alors la diversité du gaullisme. Certes, le CNPF s’est rallié à la politique contractuelle. F. Ceyrac reste alors persuadé qu’une autre attitude du mouvement patronal aurait pu éviter les débordements de mai-juin 1968. Cela coïncide avec l’orientation nouvelle du gouvernement qui cherche le désarmement social et avec le renforcement du pouvoir syndical dans l’entreprise. Une cinquantaine de réunions paritaires sont ainsi tenues à l’UIMM en 1969, 80 en 1970, sans compter les réunions dans les structures territoriales. De nombreux accords sont signés avec FO, la CFTC et la CGC entre 1970 et 197230. G. Pompidou a en effet décidé d’allumer des contre-feux sur le plan social pour permettre l’adhésion de la population aux projets de modernisation économique rapide31 qui implique des restructurations douloureuses. Il y a cependant des divergences, plus pour des raisons politiques que sociales, entre le président et son Premier ministre, J. Chaban-Delmas, qui a annoncé, au cours d’une déclaration de politique générale devant l’assemblée nationale le 16 septembre 1969, l’ambitieux programme de la « Nouvelle société ». S’il existe une communauté de vues en matière de réformes sociales entre G. Pompidou et certains dirigeants du CNPF, particulièrement F. Ceyrac, une grande part du patronat est plus réservé à l’égard du projet du Premier ministre. Certes, l’alliance des patrons actifs du CNPF et du gouvernement semble avoir réussi pour un temps32 à contourner les revendications les plus radicales qui remettent en cause la structure de l’entreprise et de la société. Mais le sens affirmé chez G. Pompidou des intérêts des entreprises et la politique de libéralisation progressive des institutions régulatrices de l’économie française séduisent davantage les patrons. D’ailleurs, l’une des principales commissions du VIe Plan qui démarre en 1971 est dirigée par le vice-président du CNPF Ambroise Roux33 et par le PDG de Péchiney (1968-1975) Pierre Jouven. Le rapport sur les options du VIe Plan reprend d’autre part la déclaration du CNPF de novembre 1969, indiquant « la nécessité d’adopter une doctrine économique de référence [fondée] sur les lois d’un marché concurrentiel ».

  • 34 Il a aussi un autre atout : il préside la puissante UIMM.

20L’arrivée à la présidence du CNPF de F. Ceyrac le 2 octobre 1972 pouvait cependant laisser augurer d’une continuité, voire d’un renforcement de la politique contractuelle, la croissance le permettant. En effet, il a ravi la place au très libéral P. de Calan, soutenu par les PME de province, mais récusé par l’AGREF et le CJD. F. Ceyrac, même s’il est patron depuis peu de temps (1966), divise le moins les rangs patronaux car il a réussi à obtenir la confiance des rénovateurs et des conservateurs34.

  • 35 1893-1971. Président de l’UIMM en tant que représentant de la transformation des métaux en 1945 en (...)
  • 36 Le Programme commun de gouvernement est signé en juin 1972. Dès lors, les organisations patronales (...)

21Les premiers voient en lui l’homme du tournant social du CNPF, les seconds, le fils spirituel de Marcel Meunier35. Il mécontente cependant les uns et les autres. F. Ceyrac construit en effet sa propre voie. Il partage un certain nombre d’idées avec les modernisateurs de l’administration et les conseillers de J. Chaban-Delmas, Jacques Delors et Simon Nora notamment. Estimant qu’il est difficile de se réclamer de la libre entreprise, de contester toute forme de dirigisme et de revendiquer parallèlement un pouvoir professionnel contraignant, il se dit alors « social-libéral », souhaitant davantage de liberté d’entreprendre et de concurrence, mais tempéré par plus de relations contractuelles. Cependant, il déçoit rapidement les rénovateurs en choisissant en décembre 1972 son conseil restreint parmi les conservateurs, car il dit vouloir privilégier « les masses patronales ». Le CJD n’y a pas de représentant. F. Ceyrac reproche à J. Bidegain et à F. Dalle, non pas leur programme dans lequel il puise, mais leur tactique, estimant qu’ils jouent les antagonismes entre les grands groupes et les PME et négligent les médiations nécessaires au moment où le PCF a une tactique frontiste, cherchant l’union la plus large possible « contre les monopoles36 ».

  • 37 CNPF, Des objectifs pour le patronat : conclusions de l’assemblée générale du 19 juin 1973, Paris, (...)

22F. Ceyrac, dans ses conclusions à l’assemblée générale de juin 1973, insiste sur la vocation du CNPF qui est d’apporter « une contribution collective à la construction d’une société plus forte, plus prospère, plus humaine » et « d’apporter les vraies réponses pour obtenir l’adhésion de tous les travailleurs à une communauté dont ils comprennent la nature et approuvent les finalités parce qu’on les leur a fait connaître37 ». Les dirigeants du CNPF souhaitent la poursuite de l’effort d’industrialisation, la restructuration des entreprises et l’implantation des entreprises françaises à l’étranger. Face à la crise du SMI, refusant le réflexe protectionniste, ils exhortent à la relance de la construction de l’Europe politique. Ils revendiquent la liberté entière de gestion et la liberté des prix, tout en soulignant que la politique sociale est un élément déterminant de la politique économique, non destinée à compenser les injustices nées du progrès.

  • 38 Marquant leur désaccord avec la politique du CNPF, quelques chefs d’entreprises dont Antoine Ribou (...)
  • 39 ANMT 98 AS 146-179, Archives du CNPF, Décisions du conseil exécutif, 10 septembre 1973.

23Au moment où le CNPF s’engage dans cette démarche éclate l’affaire Lip. F. Ceyrac est très choqué par les méthodes utilisées par les salariés38. Le CNPF ne prend position qu’en septembre et recherche avec les pouvoirs publics une solution permettant au personnel d’une entreprise en liquidation d’avoir le paiement de leurs salaires et de leurs indemnités (loi de décembre 1973 sur les garanties en cas de règlement judiciaire). Afin d’éviter la multiplication de tels conflits avec l’arrêt de la croissance, le CNPF ne peut qu’amplifier les négociations contractuelles nationales (par exemple sur l’indemnisation temporaire du chômage économique, cumulable avec un financement de 18 mois de formation permanente) et aider au sauvetage d’entreprises en difficulté ou à leur reconversion. Ce changement de stratégie lié, à la crise de l’automne 1973 provoquée par le triplement du prix du pétrole, implique parallèlement un renforcement des structures patronales aussi bien au niveau régional que professionnel39.

24Le CNPF refuse cependant d’aller plus loin dans la rénovation, notamment de créer un Institut industriel d’adaptation et de mobilité financé par l’État et les entreprises. Il ne souhaite pas engager une vraie réforme de l’entreprise, qui passe par un nouveau partage du pouvoir de décision. C’est la fin des accords globaux et le retour à la liberté pour l’entreprise. F. Ceyrac se montre plus sensible aux accusations de P. de Calan sur le néo-corporatisme d’Entreprise et progrès et récuse la responsabilité collective du patronat en matière d’emploi.

25Lors des élections présidentielles de 1974 après la mort de G. Pompidou en avril, si de nombreux patrons sont favorables à J. Chaban-Delmas, cela ne les empêche pas de financer la campagne de V. Giscard d’Estaing. S’ils se méfient en effet du technocrate et de l’homme du contrôle des prix et du crédit, la campagne électorale leur montre vite que V. Giscard d’Estaing, qui était au départ plutôt le candidat des dirigeants des entreprises multinationales, est bien le meilleur rempart contre la gauche.

***

  • 40 Le Parti des Patrons. Le CNPF, 1946-1990, Paris, Le Seuil, nouvelle édition, 1991, p. 272.
  • 41 Gilles Richard, « Les droites libérales », in Jean-Claude Daumas, Alain Chatriot, Danièle Fraboule (...)
  • 42 En plus de son président, le comité compte dix membres dont trois représentants patronaux : Pierre (...)

26Les décennies 1960-1970 ont été synonymes de changements au CNPF à la fois dans son fonctionnement interne et dans ses rapports au politique et à la société. Elles ont été caractérisées par la conduite d’une politique contractuelle pragmatique, en concertation avec le pouvoir politique, Henri Weber parlant même, entre 1969 et 1972, de « moment de grande unité politico-idéologique de la technocratie française, publique et privé40 ». Le CNPF prend momentanément ses distances avec la droite libérale41. Le thème de la « réforme de l’entreprise » a toutefois été élucidé, malgré les concessions accordées à Grenelle qui ont modifié le partage de la valeur ajoutée au profit des salariés et ont reconnu la section syndicale : le statu quo a été maintenu en matière de pouvoir dans l’entreprise. Il revient à l’ordre du jour en 1974 lors de l’accession de V. Giscard d’Estaing à la présidence. Un comité présidé par le centriste Pierre Sudreau travaille à la réforme de l’entreprise à partir de juillet42. Le rapport final conclut à la nécessité d’une réforme progressive avec une évolution des mentalités. Cela entraîne de nouveaux remous dans le patronat : J. Bidegain y est favorable, d’autres très hostiles, A. Roux au nom du CNPF refusant totalement l’idée d’une participation des salariés dans les conseils d’administrations.

27L’accélération de la construction européenne, le développement de la crise économique et l’affaiblissement du syndicalisme ouvrier amènent F. Ceyrac à appeler à une nouvelle donne sociale et à formuler de nouvelles « revendications patronales » à partir de 1978. L’arrivée de François Mitterrand au pouvoir conduit son successeur Yvon Gattaz à dénoncer les missions sociales nationales du CNPF et à soutenir une remise à plat du code du travail.

28Acteur essentiel de la vie économique et sociale, le CNPF a des positions caractérisées avant tout par le pragmatisme. Seule l’ouverture aux chercheurs des archives des diverses organisations patronales permettra d’étudier, dans tous leurs détails et toute leur complexité, leurs relations quotidiennes et concrètes avec le pouvoir en place et les autres « partenaires » sociaux.

Notes

1 Dont les symptômes annonçant une récession ne sont pas vraiment perçus.

2 ANMT, 72 AS 835-905 : archives diverses (comité directeur du CNPF, CRC, etc.) ; 72 AS 1200-1206 Assemblées générales ; 72 AS 1883-1896 Archives Patrice Leroy-Jay. Pour les négociations de Grenelle : archives nationales CAC 860561 ; archives INA journaux télévisés des 25, 26, 27 et 28 mai 1968 ; archives privées de René Mathevet (CFDT).

3 Henri Weber en a interrogé de nombreux. S’y ajoutent les entretiens donnés par F. Ceyrac, y compris à l’auteur (2005).

4 Bernard Brizay, Le patronat : histoire, structure ; stratégie du CNPF, Le Seuil, 1975, 310 p. ; Georges Lefranc, Les organisations patronales en France : du passé au présent, Payot, 1976, 420 p. ; Henri Weber, Le parti des patrons : le CNPF, 1945-1986, Le Seuil, 437 p.

5 Wolfgang Kowalsky, « Le patronat en mai-juin 68 » dans René Mouriaux et al. (dir.) : 1968 : Exploration du mai français, Paris, L’Harmattan, 1992, Tome 2, p. 122-137 ; Philippe Artières, Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68. Une histoire collective, Paris, La Découverte, 2008, 846 p.

6 Sur le rôle de l’UIMM qui jouait déjà ce rôle au sein de la CGPF : Danièle Fraboulet, Quand les patrons s’organisent. Stratégies et pratiques de l’Union des Industries métallurgiques et minières 1901-1950, Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2007, 370 p.

7 Michel Offerlé, Sociologie des organisations patronales, Paris, La Découverte, Repères, 2009, 124 p.

8 Notamment Jean-Claude Daumas, Alain Chatriot, Danièle Fraboulet, Patrick Fridenson et Hervé Joly (dir.), Dictionnaire historique des patrons français, Flammarion, 2010 ; Programme de recherche en cours sur les organisations patronales en Europe (2010-2014), CRESC Paris 13, IDHE, Larhra.

9 C’était aussi le cas de la CGPF, créée en 1919.

10 « Patronat réel » contre « patronat d’État », petits contre gros, chefs d’entreprises familiales contre managers, La question du rapport au CNPF est posée dès la création de celui-ci. Cf. Sylvie Guillaume, « La CGPME face au CNPF », Information historique 47, 1985, p. 205-210.

11 20 % des chefs d’entreprises adhèrent au CNPF, 20 % à la CGPME, 60 % aux deux organisations. Cf. S. Guillaume, « Léon Gingembre », Vingtième siècle no 15, 1987 p. 78.

12 Paul Huvelin, Ambroise Roux et Henri Fayol y auraient également contribué. Michel Margairaz, « Gaullismes », in Jean-Claude Daumas, Alain Chatriot, Danièle Fraboulet, Patrick Fridenson et Hervé Joly (dir.), Dictionnaire, op. cit., p. 1213.

13 Par la voix de son président Robert Valentini, il prend position publiquement pour la reconnaissance légale de la section d’entreprise.

14 1902-1996. Président du CRC (Centre de recherche et d’études des chefs d’entreprise) depuis 1963 et PDG de Kléber-Colombes en 1969. Il s’appuie sur un renouvellement des cadres : A. Roux à la direction de la commission économique dont il transforme complètement la composition en y intégrant une majorité de chefs d’entreprises en exercice, F. Ceyrac qui succède à Marcel Meunier à la commission sociale en décembre 1967.

15 Alain Beltran et Gilles Le Béguec (dir.), Jean-Pierre Williot (collab.), Action et pensée sociales chez Georges Pompidou, Paris, PUF, 2004, 428 p.

16 F. Ceyrac a débuté sa carrière à l’UIMM (chef de service en 1936, secrétaire général adjoint en 1945, délégué général adjoint de 1952 à 1968). Il occupe parallèlement diverses fonctions au CNPF : secrétaire général (1946-1967), vice-président (1967) puis président de la commission sociale (1968-1972), poste qu’il cumule avec celui de vice-président du CNPF. Président de l’UIMM de 1969 à 1973, il abandonne cette fonction pour la présidence du CNPF (1973-1981). D. Fraboulet, « François Ceyrac », in Jean-Claude Daumas, Alain Chatriot, Danièle Fraboulet, Patrick Fridenson et Hervé Joly (dir.), Dictionnaire, op. cit., p. 150.

17 Déclaration du CNPF le 22 mai condamnant la grève et exprimant ses réticences sur la participation, citée par Béatrice Touchelay, « Le patronat français et le partage du pouvoir dans l’entreprise entre 1946 et 1968 », p. 33, Neuvièmes journées d’histoire de la comptabilité et du management, 20 et 21 mars 2003.

18 Il aimera ensuite rappeler ces faits : « Je téléphone à Krasucki et à Bergeron pour leur dire : J’aimerais profiter de ce succès pour maintenant me faire soigner d’une petite hernie inguinale. Quand voulez-vous reprendre contact ? ». Ils me disent : « En septembre, il faut passer l’été ». J’ai dit : « D’accord. Donc je peux me faire opérer ». Ils m’ont répondu : « Vous pouvez y aller tranquille ! » [...] Comme quoi, Mai 68 n’était au programme ni des organisations syndicales, ni du gouvernement ! », « François Ceyrac, le patron du social », Gérer et comprendre, no 76, juin 2004. Faits rappelés dans l’entretien avec l’auteur du 11 avril 2005.

19 « Numéro spécial assemblée générale du 9 juillet 1968 », Patronat français, no 286, juillet 1968.

20 CNPF, « Communiqué de presse du 18 novembre 1968 », Patronat Français, no 290, décembre 1968.

21 Cf. « Des dirigeants pour le développement : le congrès de La Baule des 26 au 28 septembre 1968 », Jeune Patron, no 220, décembre 1968. Voir aussi : René Hugonnier, « La faillite d’un certain type de management », Jeune Patron, no 217, août – septembre 1968, et Centre des Jeunes dirigeants d’entreprise, 1938-1988, 50 ans qui ont changé l’entreprise, 1988.

22 Elle regroupe une trentaine d’entreprises monopolistiques, par ailleurs adhérentes du CNPF (Centrale de dynamite/groupe Nobel, CGE, Ciments Lafarge, Peugeot, Compagnie de Pont-à-Mousson, Rhône-Poulenc, Saint-Gobain, Thomson-Houston, Ugine-Kuhlmann, de Wendel, Compagnie Châtillon-Commentry, BSN, Suez, l’Oréal, Carrefour, etc.). Cf. Jean Magniadas (Le Patronat, Messidor 1991).

23 Roger Martin, Patron de droit divin..., Paris, Gallimard, 1984, 568 p.

24 J. Ferry a fait partie du groupe de réflexion réuni autour de J. Chaban-Delmas à l’Hôtel de Lassay depuis 1960 afin de réfléchir aux problèmes de la société française et à la modernisation de l’économie et des rapports sociaux.

25 Qui ressurgit dans les années 1980. François Denord, Néo-libéralisme version française. Histoire d’une idéologie politique, Paris, Démopolis, 2007, 380 p.

26 1914-2000. Ancien chef du service d’information du général De Lattre de Tassigny en Indochine et permanent du syndicat patronal de la construction électrique.

27 Par exemple au sein d’Entreprise et Progrès dont les « Dix propositions » en 1972 appellent à une réconciliation du patronat avec la société française et à un pouvoir patronal fondé sur la compétence plus que sur la propriété.

28 Sylvie Guillaume, Confédération générale des petites et moyennes entreprises, son histoire, son combat, un autre syndicalisme patronal, 1944-1978, Bordeaux, PUB, 1987, 130 p.

29 Paul Huvelin, « La réforme du CNPF », Revue du CNPF, no 300, décembre 1969.

30 Le 20 avril 1970 sur la mensualisation qui élargit aux ouvriers des garanties et des avantages sociaux des employés et des cadres ; en juillet 1970 sur les indemnités journalières de maternité ; en septembre 1970 sur les congés formations et leur financement par les employeurs ; en juillet 1971 sur la formation professionnelle complémentaire ; en mars 1972 sur les préretraites et les garanties de ressources aux ayants droits (70 % de leur salaire antérieur).

31 6 % de croissance en 1971 qui a permis à J. Delors d’instituer la nouvelle politique salariale dans le secteur public : signatures d’accords à EDF, à la SNCF et aux Charbonnages.

32 Cela pourrait laisser penser que les Jeunes patrons qui préconisent cette conversion dès le début des années 1960 ont été entendus. « Leur engagement à faire reconnaître les droits d’expression et de participation des salariés n’aboutira jamais totalement malgré les lois Auroux de 1982 ». Béatrice Touchelay, « Le patronat français et le partage du pouvoir... », art. cit., p. 38.

33 Dès 1962, G. Pompidou a pris l’habitude de le consulter car les deux hommes partagent une vision industrialiste du développement de la France. Cette convergence de vue installe « une véritable lune de miel » entre le patronat et l’Élysée. Elle permet aussi à A. Roux de placer la CGE au tout premier plan dans les grandes manœuvres industrielles. Cf Tristan Gaston-Breton, « Ambroise Roux », Les Échos, 27 juillet 2009 ; Alain Beltran et Gilles Le Béguec (dir.), Jean-Pierre Williot (collab.), Action et pensée sociales, op. cit.

34 Il a aussi un autre atout : il préside la puissante UIMM.

35 1893-1971. Président de l’UIMM en tant que représentant de la transformation des métaux en 1945 en alternance avec Roland Labbé, il devient vice-président du CNPF à sa création et président de la commission sociale. Il y appelle F. Ceyrac pour l’y seconder. Cf Danièle Fraboulet, Quand les patrons s’organisent. Op. cit., CDRom Dictionnaire des dirigeants patronaux.

36 Le Programme commun de gouvernement est signé en juin 1972. Dès lors, les organisations patronales ne cessent de le combattre.

37 CNPF, Des objectifs pour le patronat : conclusions de l’assemblée générale du 19 juin 1973, Paris, ETP, 1973.

38 Marquant leur désaccord avec la politique du CNPF, quelques chefs d’entreprises dont Antoine Riboud, Renaud Gillet, José Bidegain et surtout Claude Neuschwander s’activent pour trouver une solution.

39 ANMT 98 AS 146-179, Archives du CNPF, Décisions du conseil exécutif, 10 septembre 1973.

40 Le Parti des Patrons. Le CNPF, 1946-1990, Paris, Le Seuil, nouvelle édition, 1991, p. 272.

41 Gilles Richard, « Les droites libérales », in Jean-Claude Daumas, Alain Chatriot, Danièle Fraboulet, Patrick Fridenson et Hervé Joly (dir.), Dictionnaire historique, op. cit., p. 1208.

42 En plus de son président, le comité compte dix membres dont trois représentants patronaux : Pierre Jouven de Péchiney, Georges Chavanes de Leroy-Somer (entreprise moins importante mais originale par les expériences qui y sont faites en matière de participation) et Édith Cros représentant les PME ; trois représentants syndicaux (la CGT est absente) et quatre « personnalités qualifiées » dont les deux spécialistes du droit et de la sociologie du travail, Jean-Daniel Reynaud et Jean-Maurice Verdier. Alain Chatriot, « La réforme de l’entreprise », in Jean-Claude Daumas, Alain Chatriot, Danièle Fraboulet, Patrick Fridenson et Hervé Joly (dir.), Dictionnaire historique, op. cit., p. 980-985.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540