Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les partis à l’épreuve de 68

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Première partie. Temps de la contestation générale de la société

L’Italie à la rescousse ? L’importation d’un modèle italien dans les luttes d’usine des années 68

Xavier Vigna

Texte intégral

  • 1 Robert Mencherini, Guerre froide, grèves rouges, Paris, Syllepse, 1998, 307 p.
  • 2 Geneviève Dreyfus-Armand et al. (dir.), Les années 68. Le temps de la contestation, Bruxelles, Com (...)

1Les mutations d’un système partisan trouvent d’abord leurs origines dans des recompositions internes, à la fois régionales et nationales, qui sanctionnent le plus souvent des évolutions sociales de plus longue durée. Afin de ne pas reconstituer subrepticement une détermination en dernière instance par le social voire l’économique, on peut également envisager l’importance du contexte international. Il revêt une importance considérable dans les années 1930, et sans doute plus directement et plus fortement encore en 19471. Mais un pays étranger peut aussi fonctionner comme catalyseur ou comme modèle : dans le cadre des circulations internationales des contestations qui s’opèrent pendant les années 682, l’Italie a été érigée de ce côté-ci des Alpes comme une référence.

  • 3 Dans une bibliographie immense, Sidney Tarrow, Democracy and disorder. Protest and politics in Ita (...)
  • 4 Xavier Vigna « Les luttes d’usines dans les années 68 : le cas français à la lumière du cas italie (...)

2L’intérêt français pour la situation italienne tient en premier lieu à une certaine homologie des configurations politiques et syndicales marquée notamment par le poids des partis communistes respectifs et de la référence marxiste, l’existence de courants socialistes minoritaire, la présence d’une confédération syndicale d’inspiration chrétienne antérieure (CFTC devenue CFDT en 1964 en France, CISL née en 1950 en Italie), etc. L’Italie connaît en outre une phase de contestation d’abord étudiante, à compter de 1966, puis ouvrière à partir du printemps 1968 qui culmine à l’automne 19693. Cette insubordination ouvrière en Italie présente de nombreux traits communs avec celle qui se développe en France pendant la même période4. Dès lors, nous nous proposons d’examiner la manière dont différents acteurs des luttes d’usine des années 68 ont perçu la situation italienne et ont tenté de l’accommoder en France. C’est donc la tentative d’une importation à la fois politique et syndicale que nous nous proposons de retracer.

Les passeurs

3L’expérience italienne, au moins au début, ne rencontre pas dans les media traditionnels un écho suffisant pour satisfaire la curiosité des militants français. De fait, c’est à l’intérieur de la mouvance d’extrême-gauche que les premiers transferts d’expérience apparaissent, relayés ensuite par des canaux plus établis. En 1968, aux éditions Maspero, paraît un recueil d’articles du groupe turinois « Quaderni rossi » intitulé Luttes ouvrières et capitalisme d’aujourd’hui. Le groupe des « Quaderni rossi », dirigé par Raniero Panzieri, mêle analyses théoriques, interventions politiques, notamment à travers la notion d’enquête, et compte-rendu des luttes ouvrières. Avec ce recueil, les militants français disposent des hypothèses majeures de la Nuova Sinistra italienne, en même temps qu’éclosent les premières grèves dans la péninsule. Très rapidement, les Temps modernes s’en font l’écho de sorte que la revue de Sartre demeure, pendant la séquence, la principale propagatrice des expériences italiennes. En octobre 1969, outre « Rapport sur la Fiat » de Luciana Castellina, la livraison comporte un article de Jean-Marcel Bouguereau sur « L’intervention des étudiants » à Turin et un débat entre Adriano Sofri, futur dirigeant de Lotta continua et Romano Luperini : « Quelle avant-garde ? Quelle organisation ? » Le numéro suivant de novembre inclut une « Analyse d’une lutte ouvrière : la Candy », rédigée par Bruno Manghi et Gianni Montani. À l’été 1970, de nouveau, un premier bilan est proposé par Catherine Rivier, qui indique bien les motifs de l’intérêt français :

  • 5 Catherine Rivier, « Une année de luttes ouvrières », Les Temps modernes, août-septembre 1970, p. 3 (...)

« Si les luttes italiennes sont pour nous tous un objet d’étude essentiel, c’est qu’elles permettent d’entrevoir et de concrétiser une idée de la révolution, profondément différente de celle qui a prévalu dans le passé et qui est largement répandue encore aujourd’hui : la révolution considérée comme moment unique, comme l’instant de la prise du pouvoir. [...] Disons simplement [...] que les formes de la lutte ouvrière aujourd’hui, les rapports entre l’avant-garde et la masse des travailleurs, l’organisation de cette avant-garde et l’organisation de base dans les usines, les quartiers, aux différents niveaux de la société, préfigurent déjà et orientent le mode de combat en période de crise révolutionnaire aiguë, les modalités de prise du pouvoir, l’organisation de la société de transition qui les suit. En cela, l’expérience italienne est importante5. »

  • 6 Février 1973 Lotta continua : « Lutte de classe et unité européenne », p. 1420-1455 et no spécial (...)

4Nous voyons apparaître ici un thème que l’on retrouve dans de nombreuses analyses françaises sur l’Italie : la fascination pour une expérience prolongée qui transforme la conception de la Révolution, qui, de moment critique coïncidant avec la prise du pouvoir, devient un processus. Les Temps modernes dans les années suivantes relaient plus spécifiquement les thèses du groupe Lotta continua6.

  • 7 BDIC, F ∆ Rés. 578/22.

5Les Cahiers de Mai jouent également ce rôle de passeur. Ce groupe, soudé autour d’une publication née en juin 1968, relaie toutes les initiatives ouvrières, quelles que soient les affiliations organisationnelles, à partir du printemps 1968 en France, mais suit de près l’évolution des luttes à l’étranger et notamment en Italie. De fait les liens entre la revue et l’Italie sont très étroits : outre qu’Alexandre Billous, qui milite aux Cahiers est également le correspondant parisien du journal Il Manifesto, la proximité se manifeste par des enquêtes nourries. À Pâques 1971 par exemple, trois groupes de militants sont partis à Turin, Milan, Bologne et Porto Marghera (un complexe pétrochimique près de Venise où la contestation a démarré dès l’été 1968), pour enquêter7.

  • 8 Des analyses sur l’Italie se trouvent dans les numéros 13 (juillet 1969), 14 (septembre 1969), 17 (...)
  • 9 Marco Revelli, Lavorare in Fiat, Milano, Garzanti, 1989, p. 41-54.

6Dans le même temps, Les Cahiers de Mai entretiennent des rapports très étroits avec le Centro di documentazione basé à Turin. Le Centre propose en effet de collaborer avec Marc Heurgon, mais également avec Daniel Anselme et Bernard Fromentin, responsables parisien et lyonnais de la revue. Ces multiples contacts expliquent l’abondance et la précision des articles consacrés à la situation italienne8. Ainsi le numéro 13 de juillet 1969 est entièrement consacré aux grèves ouvrières chez Fiat, c’est-à-dire avant l’autunno caldo et quand la révolte ouvrière débute à Mirafiori9. On voit la célérité avec laquelle la revue réagit qui confirme l’étroitesse des liens. Sur ces récits se greffe toute une rhétorique sur le caractère exemplaire de ces luttes qui doivent servir de référence. Contentons-nous de deux exemples : évoquant la lutte contre les cadences à la Fiat, l’auteur conclut : « C’est une leçon à méditer, surtout en France où la question des cadences est pudiquement passée sous silence », tandis que l’article se termine par cette sentence :

  • 10 Cahiers de Mai no 13, juillet 1970, citations p. 1 et 3.

« La lutte des ouvriers de la Fiat représente d’ores et déjà un exemple à méditer pour tous les travailleurs révolutionnaires d’Europe10. »

  • 11 Sociologie du travail no 2, avril-juin 1971. Voir en particulier les contributions d’Alessandro Piz (...)
  • 12 Sociologie du travail no 2, avril-juin 1973, p. 136-156.

7Après que les revues militantes ont souligné la portée de l’expérience italienne, des revues académiques prennent le relais dans le champ scientifique. Sociologie du travail consacre par exemple en 1971 un numéro spécial sur « Conflits sociaux et transformations professionnelles en Italie et en France », dans lequel un premier article est consacré aux délégués ouvriers, surgis spontanément à partir de 1969 comme émanation directe des luttes et forme alternative de représentation. Mais l’intérêt s’infléchit vers les transformations syndicales11. En 1973 derechef, Luciano Rouvery et Pierre Tripier publient un article sur « Une nouvelle problématique des qualifications : l’exemple italien » qui souligne l’importance et la portée des analyses développées dans les Quaderni rossi, dans le cadre d’un numéro spécial consacré à « La qualification du travail12 ».

8Ainsi, les luttes italiennes sont précocement et soigneusement présentées aux acteurs français de l’histoire politique des usines. Tous semblent les prendre en considération, mais selon une chronologie et des modalités distinctes.

Des modèles italiens scindés

L’analyse des organisations maoïstes

  • 13 L’Italie n’est en effet pas mentionnée dans l’ouvrage de Jean-Paul Salles qui fait autorité (La Li (...)
  • 14 BDIC, F ∆ Rés. 576/4/3/5. À Battipaglia, cité campanienne, la population se révolta contre la ferm (...)
  • 15 Suppléments à la Cause du Peuple no 12 et 13 : La grève de guérilla (63 p.) et De la grève de guér (...)
  • 16 Tracts non datés de l’automne 1969 intitulés « Soutenons, élargissons l’action des contrôleurs », (...)

9Parmi les organisations révolutionnaires, nous nous limiterons aux cas des maoïstes, qui manifestent un intérêt précoce pour la situation italienne à la différence de la Ligue communiste révolutionnaire13. Dès mai 1969 par exemple, une feuille de la Gauche prolétarienne, La Rue, journal des Comités d’action de Lorraine, consacre un article de son premier numéro à présenter la lutte du peuple italien. De fait, l’essentiel de l’article porte sur les événements de Battipaglia, susceptibles d’intéresser des lecteurs dans une région de forte immigration italienne14. Cependant, c’est seulement à partir de l’été 1969 que les maoïstes construisent un modèle italien. Les luttes turinoises sont rapidement magnifiées dans deux brochures de la Gauche prolétarienne15, puis ses militants font connaître ces luttes et reprennent des énoncés italiens dans leurs tracts destinés aux ouvriers. Un détour par l’usine de Renault-Flins s’avère éclairant. Dès le 15 juillet 1969, le Comité d’Action Révolutionnaire (qui fusionnera avec la GP) précise par exemple : « Jusqu’en Italie, la riposte ouvrière éclate : à Pirelli, c’est des comités élus qui décident les cadences, et toute la maîtrise est impuissante... à Turin, des ouvriers détruisent petit à petit les stocks jusqu’à ce que le patron cède ! ». À l’automne, les énoncés italiens « Vive la grève de guérilla ! » et « Ce que nous voulons : tout » font fortune pour présenter des grèves d’atelier16. Selon les militants maoïstes, les formes d’action et la mise à l’écart des syndicats confèrent à la situation italienne un caractère exemplaire. Un tract de la Base ouvrière, liée à une autre organisation maoïste, Vive la Révolution !, à l’occasion des élections du personnel en avril 1970, reprend ainsi l’énoncé de Lotta continua « Nous sommes tous des délégués », et élève les actions malicieuses d’ouvriers de la Fiat au rang de modèles :

  • 17 La Base ouvrière, no 23, 30/4/1970. BDIC F ∆ Rés. 612/2.

« À la Fiat, les jockeys étaient payés comme manœuvres. Puisqu’on est payé comme manœuvres, on va faire le boulot de manœuvres, et, au lieu de conduire les voitures, ils se sont mis à les pousser ! Pagaille monstre évidemment, obligeant la direction à céder17. »

  • 18 L’article de Tiennot Grumbach, dirigeant de la Base ouvrière, « En partant de l’expérience de Flin (...)
  • 19 Tract non daté, mais fin juin ou début juillet 1971 : « Les accords syndicats-patrons... un exempl (...)
  • 20 Tiennot Grumbach, « En partant de l’expérience de Flins », art. cit., note 20, p. 25.

10Progressivement, la référence à l’Italie évolue. C’est moins aux grèves qu’aux structures organisationnelles que les groupes maoïstes se réfèrent. La Base ouvrière implantée à Flins par exemple, tend à se rapprocher de Lotta continua qui devient le « point de référence central pour [son] travail ouvrier18 ». Des militants français, parmi lesquels une poignée d’adhérents de la CFDT, se rendent à deux reprises à Turin « pour y rencontrer des militants révolutionnaires des usines Fiat19 ». L’objet de la fascination française réside dans leur perception de Mirafiori comme une « base rouge » ; à leurs yeux, Lotta continua a réussi à consolider et à pérenniser la révolte ouvrière initiale en créant des formes organisationnelles de masse20. Tel est le mérite majeur de la situation italienne aux yeux des militants maoïstes.

Du côté du Parti Socialiste Unifié

  • 21 Tudi Kernalegenn et al.(dir.), Le PSU vu d’en bas. Réseaux sociaux, mouvement politique, laboratoi (...)
  • 22 « Le PSU avant son 7e congrès national », avril 1971, AD Deux-Sèvres 1206 W 116.
  • 23 Partito Socialista Italiano di Unità Proletaria, fondé en 1964 et qui se divisa à partir de 1972. I (...)

11Dans les années 68, le PSU fonctionne comme une véritable auberge espagnole qui, dès lors, est minée par les divisions21. Un bulletin de la Direction centrale des Renseignements généraux qui s’attache à cerner les contours de l’organisation en 1971, ne compte pas moins de cinq tendances ou fractions dans un parti qui compterait alors 10 500 adhérents contre 15 500 en mars 196922. Outre la tendance dirigée par Michel Rocard, les Renseignements généraux distinguent les fractions modérée (G. Martinet), trotskyste (J. Kergoat, Y. Craipeau), maoïste (E. Terray, P. Bauby) et orthodoxe ou révolutionnaire (M. Heurgon). Cette dernière, qui entretient des liens étroits avec le PSIUP23, a pris l’initiative d’un colloque franco-italien coorganisé avec le parti italien et le journal Il Manifesto. Une publication de cette fraction, l’Outil des travailleurs, nous apporte des renseignements supplémentaires. Datée du 15 avril, la revue annonce une rencontre les 17 et 18 avril à l’Arbresle dans la région lyonnaise.

  • 24 L’Outil des Travailleurs, no 0, 15/4/1971, supplément à Que faire ? no 6, p. 15. Fonds de la fédéra (...)

« À l’ordre du jour : les conséquences de l’évolution capitaliste sur les luttes ouvrières, le développement des luttes et la préfiguration du pouvoir des travailleurs, la prise de conscience politique au cours des luttes, les alliances de classe. Participeront à cette Rencontre, les travailleurs de chez Fiat, Alfa Romeo, Rhodiatoce, Pirelli, Porto-Maghera..., du côté italien, de Peugeot, Citroën, Renault, Caterpillar, Batignolles, Institut français du pétrole, Ugine-Kuhlmann, Lacq, SNECMA, Roubaix du côté français24. »

12Ces minces éléments témoignent d’une proximité réelle et de contacts entre militants d’usine, qui peuvent expliquer ensuite les références à la situation italienne dans les usines françaises.

À la CFDT puis à la CGT : conseils d’atelier et conseils d’usine

  • 25 Voix des métaux, (périodique de la FGM), no 179, janvier 1971 qui comprend un article sur la 4e ren (...)
  • 26 Rapport d’Albert Mercier au 36e Congrès de la FGM (Grenoble, 25-28 avril 1974), « Une stratégie d’ (...)
  • 27 Frank Georgi, Soufflons nous-mêmes notre forge. Une histoire de la Fédération de la métallurgie CF (...)

13L’hypothèse d’un modèle italien chez les syndicats français nécessite dans un premier temps qu’on le distingue des relations traditionnelles que ces deux confédérations entretiennent avec leurs consœurs italiennes. On a souligné plus haut la structuration parallèle des champs syndicaux dans les deux pays qui expliquent des relations bilatérales CGT-CGIL et CFDT-CISL. La séquence est cependant marquée par un renforcement de ces échanges, notamment au niveau des diverses fédérations de la métallurgie. Une première rencontre entre la Fédération générale de la Métallurgie-CFDT et la FIM-CISL est organisée en 1967 et le rythme annuel est conservé dans les années suivantes25. Le 5 octobre 1970 se tient une réunion entre les fédérations de la métallurgie française (FTM et FGM) et les trois fédérations italiennes (FIM-CISL, FIOM-CGIL, UILM-IUL), qui aboutit à la création de comités de liaison franco-italiens dans les entreprises Fiat-Citroën-Berliet, Ducati-Thomson-Brandt-Alsthom et Olivetti-Bull, et pour les secteurs de la sidérurgie, des chantiers de construction navales et l’électroménager. Ainsi, les fédérations syndicales entendent suivre les alliances et les recompositions des multinationales afin de pouvoir mieux défendre les intérêts des salariés. Ces contacts aboutissent à la mise en place à partir de mars 1971 d’un exécutif commun, d’un comité de coordination dans différentes branches afin d’installer un « processus permanent de liaison », puis en juin à une session de 50 responsables des deux pays permettant des « échanges approfondis sur nos conceptions respectives et nos expériences d’action syndicale », selon le bilan qu’en fait Albert Mercier, un des dirigeants cédétistes de la métallurgie26. À la Fédération de la métallurgie, en pointe dans cette affaire, l’intérêt pour la situation italienne explique la poursuite d’une politique unitaire qui se propose d’aller vers une organisation unique de la métallurgie, à l’instar ce qui s’est réalisé de l’autre côté des Alpes. La FGM tente de renforcer ses liens avec la FTM jusque vers 1974, date où l’expérience échoue en raison d’une évolution divergente de la CGT elle-même, et du glissement de la CFDT vers le Parti socialiste27.

  • 28 « Unité... Unité... en Italie » (19 mars) et « L’unité en marche » (2 avril ( ?)). BDIC, F ∆ Rés. (...)
  • 29 « Des revendications importantes satisfaites chez Fiat » (23 juin 1971), ibid.
  • 30 « Non à l’augmentation des cadences » (9 novembre 1971), BDIC, F ∆ Rés. 612/7.

14Cet approfondissement des relations bilatérales à partir de 1971 se retrouve à la lecture des tracts des sections syndicales à Flins. Cette usine représente sans doute une situation un peu exceptionnelle dans la mesure où les militants révolutionnaires italophiles ont associé des adhérents de la CFDT à leur démarche. Il n’empêche que c’est la section syndicale dans son ensemble qui, à partir de 1971, élève l’Italie au rang de modèle. En mars et en avril, deux tracts sont consacrés au processus d’unification des trois fédérations de la métallurgie italienne28. Puis, le syndicat consacre un tract entier à l’accord syndicats-patronat conclu à la Fiat, pour en souligner la portée. Cet accord se traduit par une augmentation de salaire égale pour tous, une réglementation spécifique du travail selon laquelle la production dépend du nombre d’ouvriers effectivement présents, les temps de travail pour l’exécution des opérations et leur niveau de saturation sont communiqués aux ouvriers, et les arrêts techniques sont payés et non récupérés. Le tract se conclut par une phrase qui justifie l’ensemble du propos : « Ce qui est possible chez Fiat l’est aussi chez Renault29. » En novembre, dans un tract commun CGT-CFDT contre l’augmentation des cadences, les revendications présentées s’inspirent étroitement de la situation transalpine : affichage des temps, affichage du nombre d’absents, non récupération des temps de panne, pour laquelle la référence italienne est explicite : « Les travailleurs de Fiat ont trouvé un moyen efficace : ils inscrivent sur un grand tableau visible de tous, l’heure du début de la panne, puis l’heure de la fin et le nombre de voitures en moins à terminer. Nous devons et nous pouvons en faire autant30. » Ainsi, la section cédétiste de Flins fait progressivement émerger un modèle italien, auquel elle rallie la CGT, dans la lutte contre l’organisation du travail qui constitue la question majeure à l’usine pendant cette période. On voit ici une première nuance par rapport au modèle italien construit par les organisations maoïstes, qui se focalise sur les « bases rouges » et la démocratie directe.

  • 31 Pierre Cours-Salies, La CFDT, un passé porteur d’avenir, Montreuil, La Brèche, 1988, p. 235 et not (...)
  • 32 No 5, janvier-février 1974, p. 13-22 et no 12, mars-avril 1975, p. 75-91.
  • 33 Signalons en outre une brochure de l’Union Régionale CFDT de Franche-Comté : « 4 textes pour mieux (...)
  • 34 « Bruno Trentin nella sinistra italiana, francese ed europea », Colloque organisée par l’École fra (...)
  • 35 Pour la CFDT, Michel Branciard : « Conseils d’atelier », dans CFDT aujourd’hui, no 31, mai-juin 19 (...)

15La question des formes d’organisation suscite ensuite un vif intérêt à la CFDT, puis à la CGT. Ce sont les conseils d’usine qui semblent en l’occurrence intéresser les confédérations françaises et constituer une seconde facette d’un modèle italien, à nouveau différent de celui des maoïstes. En même temps que se poursuivent les rencontres bilatérales31, la presse de la CFDT se fait l’écho des pratiques d’organisation italiennes. Ainsi, CFDT aujourd’hui, publie successivement deux articles consacrés aux « Formes d’organisation et unité syndicale en Italie », et aux « rapports partis-syndicats et la perspective d’unité syndicale en Italie32 ». Il semble qu’il y ait au moins coïncidence à la CFDT entre cet intérêt pour la situation italienne et la maturation du projet sur les conseils d’atelier33. La manière dont les syndicalistes italiens ont fait coïncider développement des conseils d’atelier et d’usine, syndicalisation de masse et amélioration des conditions de travail a sans doute donné quelques idées à leurs camarades français. En outre, Marcelle Padovani, épouse de Bruno Trentin et journaliste au Nouvel Observateur, a également pu favoriser les contacts avec la CFDT34. Cependant, la prudence s’impose. À la CFDT comme à la CGT, les conseils d’atelier en 1978 sont en effet pensés dans le cadre de formes d’organisation des salariés travaillant dans des entreprises qui seront nationalisées35. Ils n’ont donc absolument rien à voir avec l’éclosion des délégués et des conseils d’usine jaillis des luttes en 1969 en Italie. Pourtant, à la CGT, la référence à l’Italie, toujours implicite et très prudente, semble également présente. Ainsi Jean-Louis Moynot, secrétaire de la CGT et probable promoteur des conseils d’atelier, évoque la difficile question de l’articulation entre syndicat et conseil d’atelier à la tribune du Congrès de Grenoble en ces termes :

  • 36 Le Peuple, no 1050/51, 1-31 décembre 1978 : « Sur les conseils d’atelier »., p. 26-28. Citation p.  (...)

« Nous ne pouvons assurément pas partager l’idée d’un effacement du mouvement syndical. Nos principes d’indépendance syndicale et notre espérance historique nous conduisent à rejeter la confusion des plans et des rôles. Les expériences et les idées avancées dans d’autres pays, jamais pleinement comparables à notre situation, soulignent cependant à quel point ces domaines sont étroitement imbriqués36. »

  • 37 Ilaria Del Biondo, L’Europa possibile. La CGT et la CGIL di fronte al processo di integrazione eur (...)
  • 38 Voir par exemple l’intervention de G. Chiouet, du Syndicat des Métaux de Champigny dans La vie ouv (...)

16Bien qu’il ne mentionne pas l’expérience italienne, Jean-Louis Moynot la connaît assurément et s’y intéresse sans vouloir la calquer. Cette prudence a une double explication : d’une part, les rapports entre la CGT et la CGIL se sont considérablement dégradés à partir de la fin des années 1960, à mesure que la dernière s’éloigne du communisme syndical puis quitte la FSM en 197837 ; d’autre part, une référence italienne explicite s’avère impossible à l’automne 1978 parce qu’elle est d’abord associée au basculement dans le terrorisme d’extrême-gauche, et qu’un tel faux-pas ne manquerait pas d’être utilisé par les opposants, nombreux, à ce projet38.

17Néanmoins, une évolution ultime est perceptible à la CGT à l’occasion de la dernière grande grève aux usines d’équipement automobile Ducellier, aux confins de la Haute-Loire et du Puy-de-Dôme, entre septembre et novembre 1979. En effet, le syndicat CGT a suscité à la faveur de la grève 57 conseils d’atelier, suite à une idée lancée en assemblée générale. Ouverts aux non-syndiqués, ces conseils, à l’intérieur duquel les revendications sont précisées et affinées, élisent un conseiller. Un responsable de la CGT précise également :

  • 39 La Vie ouvrière, no 1839, 26 novembre-2 décembre 1979 : « L’usine aux 57 conseils d’atelier ». Voir (...)

« Le conseiller d’atelier est un complément indispensable au délégué syndical et non un concurrent. Le syndicat va continuer à jouer son rôle comme avant et mieux qu’avant. Avec l’existence du conseil d’atelier, lorsque le syndicat s’adressera à la direction, il pourra désormais être certain : d’abord que les revendications avancées correspondent bien à ce que pensent les travailleurs, ensuite qu’ils sont derrière lui pour le soutenir39. »

18À l’occasion de cette grève surgissent donc des conseils d’atelier qui, sans s’aligner sur le modèle italien, s’en rapprochent, notamment dans la volonté d’en faire une organisation de masse, et de dépasser le clivage organisation syndicale/non-syndicale. Signalons toutefois, que cette forme d’organisation, qui aurait peut-être contribué à ralentir le déclin de la CGT, ne fut expérimentée qu’une seule fois à notre connaissance. Ainsi, l’inspiration italienne à la CGT semble avoir été aussi tardive qu’éphémère.

Chez les ouvriers : modèle organisationnel et/ou schème revendicatif

19Retrouver un modèle italien dans les actions ouvrières des années 68 s’avère très difficile, parce que nos sources sont essentiellement militantes. Deux modalités d’emprunt peuvent cependant être repérées.

20La première traduit une certaine circulation des pratiques militantes, des formes d’organisation et des répertoires d’action de part et d’autre des Alpes. Dans l’usine grenobloise de Caterpillar tout d’abord, où les militants tentent de démocratiser le processus politique, la référence aux méthodes italiennes semble médiée par les militants du PSU et se retrouve dans le travail politique interne. Un chaudronnier, Alain, explique ainsi :

  • 40 Courrier militant no 4 : « Un essai d’autogestion des luttes par les travailleurs (Caterpillar, Gre (...)

« On s’est aussi un peu inspiré de l’action qu’il y a eu à la FIAT. Je pense que vous en avez entendu parler, des Conseils Ouvriers, etc. On s’est référé un peu à cette analyse. Notre but était : chez Caterpillar, comment, par lignes, trouver des animateurs, comment susciter une organisation par ligne, pour que les gars soient élus par leurs camarades et révocables à tout moment40. »

  • 41 Patrick Rozenblatt, Francine Tabaton et Michèle Tallard : Analyse du conflit Lip et de ses répercu (...)
  • 42 Pour l’Italie, notamment Gabriele Polo (ed.), I Tamburi di Mirafiori. Testimonianze operaie attorn (...)
  • 43 Lip au féminin, Paris, Syros, 1980, p. 80.

21Une seconde référence italienne apparaît chez Lip. En février 1970 tout d’abord, face à une réduction d’horaires qui touche 400 horlogers, les ouvriers ripostent par une grève illimitée et utilisent le cortège « serpentin », qui passe dans les ateliers en grossissant à chaque étape41. Une telle pratique correspond exactement aux cortèges internes de la Fiat, et son utilisation en février 1970, quelques semaines seulement après leur invention à Turin, plaide pour une référence italienne42. Ce lien avec l’Italie se renforce ensuite : le dramaturge Dario Fo et sa troupe se rendent à l’usine pendant l’occupation43. Puis en mars 1974, au Conseil national des comités de lutte organisé par une Gauche prolétarienne déliquescente, un ouvrier de Lip analyse à nouveau l’expérience transalpine :

  • 44 BDIC, F ∆ Res. 576/5/2/3/2.

« Il faut réfléchir sur l’expérience italienne, là-bas ils ont des comités de base très développés, mais il n’y a pas de structure, il y a cependant des cotisations et une adhésion volontaire. Ils ont obtenu des choses très importantes en particulier la représentation de délégués élus par la base qui ne sont pas membres d’organisations syndicales. Ils sont représentés au Conseil de Fabrique qui est un lieu unitaire entre les syndicats et les représentants non syndiqués44. »

22Cet ouvrier semble bien connaître, et presque de l’intérieur, la situation italienne puisqu’il évoque, dans une traduction littérale de l’expression italienne, le « Conseil de Fabrique ». Cette mention sonne également comme une critique voilée de la stratégie de la Gauche prolétarienne, qui ressortit à un anti-syndicalisme souvent sommaire et qui aboutit à une impasse en 1974.

  • 45 Pietro Causarano, « La construction d’une conscience ouvrière du risque dans l’Italie des années 1 (...)
  • 46 Laure Pitti « Du rôle des mouvements sociaux dans la prévention et la réparation des risques profe (...)

23Une seconde modalité d’emprunt réside dans la reprise d’un énoncé apparu en Italie pendant le cycle de contestation. La logique antérieure de « monétarisation » du risque et de la santé, qui aboutissait par exemple à accepter des conditions de travail désastreuses contre des primes de risque, reflue progressivement à mesure que les ouvriers italiens prennent conscience des enjeux45. À cet égard, l’énoncé « Notre santé n’est pas à vendre » apparu semble-t-il dans une grève à la Fiat en mai 1971, structure deux grèves en France dans les mois qui suivent. La plus importante se déroule à partir de décembre 1971 à l’usine Penarroya de Lyon-Gerland, où les ouvriers récupèrent des métaux non ferreux et notamment du plomb. Avec l’aide des militants des Cahiers de mai, et ceci explique sans doute cela, les ouvriers, tous immigrés, outre des augmentations de salaire, précisent que « [leur] santé n’est pas à vendre » et ils engagent à cet effet une longue lutte contre le saturnisme qui se prolonge après la fin des années 6846. Le même énoncé se retrouve dans un texte élaboré par les tisserands Crompton PJT à Linselles (Nord) le 30 juin 1972. Au total, ces bribes d’information témoignent que le modèle italien, bien réel dans les organisations, fut peu présent dans les actions ouvrières proprement dites. Cette rareté s’explique sans doute par le décalage chronologique dans les multiples références que nous avons retrouvées, entre les premières mentions de 1969 et les dernières occurrences des années 1978-1979.

***

24Nous voudrions tirer quelques éléments conclusifs des usages de ce modèle italien. L’Italie est appelée à la rescousse dans une double optique. À l’extrême-gauche, la référence italienne vise à prolonger et à consolider, voire à étendre, la contestation. Mais par contraste, elle révèle aussi les failles et les lacunes de son ancrage usinier. Dans les syndicats, le modèle italien est moins de type revendicatif qu’organisationnel : la référence au conseil d’atelier a pour objectif de favoriser la syndicalisation. Mais là encore, le contraste saute aux yeux : l’insubordination italienne a dopé le syndicalisme, et a renforcé un ancrage autrefois étique, alors qu’en France, un déclin s’amorce dès l’orée des années 1970 dans les usines. Sans chercher à établir une relation de cause à effet, il faut constater à la fois l’échec de l’importation du modèle italien, et l’incapacité de l’extrême-gauche et des syndicats à associer insubordination ouvrière et développement organisationnel. De là aussi, un autre usage plus inattendu de la référence italienne : quand le pays bascule dans une guerre civile de basse intensité où se multiplient les groupes terroristes tant d’extrême-gauche que d’extrême-droite, quand la conflictualité armée en vient aussi à concerner les usines, l’Italie devient un contre-modèle. Dès lors, à la fin de la séquence, la référence italienne a pu aussi favoriser des reclassements, et notamment un ralliement à la logique politique traditionnelle, selon laquelle le social est censé s’effacer devant le politique. Ainsi, si l’importation du modèle italien a failli, cet échec a peut-être également favorisé l’espoir que la rescousse, sinon le salut, se trouvait au Parti socialiste français.

Notes

1 Robert Mencherini, Guerre froide, grèves rouges, Paris, Syllepse, 1998, 307 p.

2 Geneviève Dreyfus-Armand et al. (dir.), Les années 68. Le temps de la contestation, Bruxelles, Complexe, 2000, 525 p. ; Gerd-Rainer Horn, The Spirit of’68. Rebellion in Western Europe and North America, 1956-1976, Oxford, Oxford UP, 2007, 254 p. ; Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68, une histoire collective (1962-1981), Paris, La Découverte, 2008, 846 p.

3 Dans une bibliographie immense, Sidney Tarrow, Democracy and disorder. Protest and politics in Italy, 1965-1975, New York, Clarendon Press, 1989, 400 p. ; Robert Lumley, States of emergency. Cultures of Revolt in Italy from 1968 to 1978, London-New York, Verso, 1990, 377 p. ; Guido Crainz, Il paese mancato. Dal miracolo économico agli anni ottanta, Roma, Donzelli, 2003, 627 p.

4 Xavier Vigna « Les luttes d’usines dans les années 68 : le cas français à la lumière du cas italien », Histoire & Sociétés. Revue européenne d’histoire sociale no 10, avril 2004, p. 48-64.

5 Catherine Rivier, « Une année de luttes ouvrières », Les Temps modernes, août-septembre 1970, p. 348-49.

6 Février 1973 Lotta continua : « Lutte de classe et unité européenne », p. 1420-1455 et no spécial en juin 1974 : « lotta continua : La leçon italienne ».

7 BDIC, F ∆ Rés. 578/22.

8 Des analyses sur l’Italie se trouvent dans les numéros 13 (juillet 1969), 14 (septembre 1969), 17 (février 1970), 18 (mars 1970), 20 (mai 1970), 31 (juin 1971) et dans le supplément au no 33 (octobre 1971).

9 Marco Revelli, Lavorare in Fiat, Milano, Garzanti, 1989, p. 41-54.

10 Cahiers de Mai no 13, juillet 1970, citations p. 1 et 3.

11 Sociologie du travail no 2, avril-juin 1971. Voir en particulier les contributions d’Alessandro Pizzorno, « Les syndicats et l’action politique », de François Sellier « Les transformations de la négociation collective et de l’organisation syndicale en Italie », et de Gino Guigni : « L’automne chaud syndical ».

12 Sociologie du travail no 2, avril-juin 1973, p. 136-156.

13 L’Italie n’est en effet pas mentionnée dans l’ouvrage de Jean-Paul Salles qui fait autorité (La Ligue communiste révolutionnaire (1968-1981). Instrument du Grand Soir ou lieu d’apprentissage, Rennes, PUR, 2005). C’est seulement à propos du terrorisme que la situation italienne est mentionnée. Cela ne signifie naturellement pas que les publications de la LCR n’ont jamais mentionné les grèves ouvrières en Italie.

14 BDIC, F ∆ Rés. 576/4/3/5. À Battipaglia, cité campanienne, la population se révolta contre la fermeture d’usines. Les affrontements avec les forces de l’ordre firent deux morts et deux cents blessés, tandis qu’un commissariat de police fut saccagé, Paul Ginsborg, Storia d’Italia dal dopoguerra a oggi, Torino, Einaudi, 1988, p. 457 et Guido Crainz, op. cit., p. 337-341.

15 Suppléments à la Cause du Peuple no 12 et 13 : La grève de guérilla (63 p.) et De la grève de guérilla au soulèvement (47 p.).

16 Tracts non datés de l’automne 1969 intitulés « Soutenons, élargissons l’action des contrôleurs », « Vive la grève de guérilla, soutenons nos camarades de peinture », BDIC, F ∆ Rés. 612/1.

17 La Base ouvrière, no 23, 30/4/1970. BDIC F ∆ Rés. 612/2.

18 L’article de Tiennot Grumbach, dirigeant de la Base ouvrière, « En partant de l’expérience de Flins », Les Temps modernes, no 301-302, août-septembre 1971, p. 1-36, citation p. 21.

19 Tract non daté, mais fin juin ou début juillet 1971 : « Les accords syndicats-patrons... un exemple de contrat bidon », qui est une réponse à un tract cédétiste du 23 juin, célébrant lesdits accords. BDIC, F ∆ Rés. 612/2.

20 Tiennot Grumbach, « En partant de l’expérience de Flins », art. cit., note 20, p. 25.

21 Tudi Kernalegenn et al.(dir.), Le PSU vu d’en bas. Réseaux sociaux, mouvement politique, laboratoire d’idées (années 1950-années 1980), Rennes, PUR, 2010.

22 « Le PSU avant son 7e congrès national », avril 1971, AD Deux-Sèvres 1206 W 116.

23 Partito Socialista Italiano di Unità Proletaria, fondé en 1964 et qui se divisa à partir de 1972. Il comptait dans ces rangs des intellectuels prestigieux notamment Vittorio Foa.

24 L’Outil des Travailleurs, no 0, 15/4/1971, supplément à Que faire ? no 6, p. 15. Fonds de la fédération du Nord du PSU, AD Nord, 82 J 20.

25 Voix des métaux, (périodique de la FGM), no 179, janvier 1971 qui comprend un article sur la 4e rencontre qui s’est tenue du 30 novembre au 2 décembre 1970.

26 Rapport d’Albert Mercier au 36e Congrès de la FGM (Grenoble, 25-28 avril 1974), « Une stratégie d’action pour tous les métallurgistes », p. 68-69.

27 Frank Georgi, Soufflons nous-mêmes notre forge. Une histoire de la Fédération de la métallurgie CFTC CFDT (1920-1974), Paris, Les Éditions ouvrières, 1991, p. 160-169.

28 « Unité... Unité... en Italie » (19 mars) et « L’unité en marche » (2 avril ( ?)). BDIC, F ∆ Rés. 612/8.

29 « Des revendications importantes satisfaites chez Fiat » (23 juin 1971), ibid.

30 « Non à l’augmentation des cadences » (9 novembre 1971), BDIC, F ∆ Rés. 612/7.

31 Pierre Cours-Salies, La CFDT, un passé porteur d’avenir, Montreuil, La Brèche, 1988, p. 235 et note 41 p. 255.

32 No 5, janvier-février 1974, p. 13-22 et no 12, mars-avril 1975, p. 75-91.

33 Signalons en outre une brochure de l’Union Régionale CFDT de Franche-Comté : « 4 textes pour mieux comprendre le syndicalisme italien »., (septembre 1978, 31 p., BDIC F ∆ Rés. 578/22) qui est consacrée aux conseils d’usine, avec un texte de Bruno Trentin, ancien secrétaire de la FLM, devenu secrétaire général de la CGIL à la date de parution. On y signale également qu’il est venu en mars 1977 à une session de recherche organisée par le secteur politique de la CFDT à l’Institut du Travail de Sceaux.

34 « Bruno Trentin nella sinistra italiana, francese ed europea », Colloque organisée par l’École française de Rome et la fondation De Vittorio, Rome, 18 et 19 mars 2010, Actes à paraître.

35 Pour la CFDT, Michel Branciard : « Conseils d’atelier », dans CFDT aujourd’hui, no 31, mai-juin 1978, p. 42-53. Pour la CGT, la question des conseils est abordée dans le cadre de la préparation du XLe congrès. Les références dans Le Peuple sont les suivantes : « Projet de document d’orientation pour le XLe congrès de la CGT adopté par la Commission Exécutive le 27 juin 1978 », no 1043, 1-15 août, p. 20 et « Projet de programme d’action », adopté par la CA le 20 septembre 1978, no 1046, 20 septembre au 15 octobre, p. 66-67.

36 Le Peuple, no 1050/51, 1-31 décembre 1978 : « Sur les conseils d’atelier »., p. 26-28. Citation p. 27-28 (nous soulignons). Un peu plus haut, il précisait également : « Aucune expérience historique ne peut réellement servir de référence bien que des tendances et des aspirations semblables se manifestent dans la plupart des pays capitalistes développés. », p. 27 (nous soulignons).

37 Ilaria Del Biondo, L’Europa possibile. La CGT et la CGIL di fronte al processo di integrazione europea (1957-1973), Roma, Ediesse, 2007, 309 p.

38 Voir par exemple l’intervention de G. Chiouet, du Syndicat des Métaux de Champigny dans La vie ouvrière, no 1782, 23-29 octobre 1978.

39 La Vie ouvrière, no 1839, 26 novembre-2 décembre 1979 : « L’usine aux 57 conseils d’atelier ». Voir également L’Humanité du 13 novembre 1979.

40 Courrier militant no 4 : « Un essai d’autogestion des luttes par les travailleurs (Caterpillar, Grenoble) », avril 1971, p. 20-21.

41 Patrick Rozenblatt, Francine Tabaton et Michèle Tallard : Analyse du conflit Lip et de ses répercussions sur les pratiques ouvrières et les stratégies syndicales. Thèse pour le doctorat de 3e cycle d’économie appliquée, Paris IX – Dauphine, 1980, vol. I, p. 25.

42 Pour l’Italie, notamment Gabriele Polo (ed.), I Tamburi di Mirafiori. Testimonianze operaie attorno all’autunno caldo alla Fiat, Torino, Cric, 1989, 245 p.

43 Lip au féminin, Paris, Syros, 1980, p. 80.

44 BDIC, F ∆ Res. 576/5/2/3/2.

45 Pietro Causarano, « La construction d’une conscience ouvrière du risque dans l’Italie des années 1960-1970 : luttes sociales, formation syndicale et “150 heures” » in Catherine Omnès et Laure Pitti (dir.), Cultures du risque au travail et pratiques de prévention. La France au regard des pays voisins, Rennes, PUR, 2009, p. 203-216.

46 Laure Pitti « Du rôle des mouvements sociaux dans la prévention et la réparation des risques professionnels : le cas de Penarroya, 1971-1988 », ibid., p. 217-232 ; Xavier Vigna, L’insubordination ouvrière en France dans les années 68, Rennes, PUR, 2007, p. 123-125 et 160-162.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540