Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les partis à l’épreuve de 68

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Première partie. Temps de la contestation générale de la société

Jeunesse scolarisée et antimilitarisme en France (1971-1974)

Laurent Jalabert

Texte intégral

121 mars 1973, dans les rues de Paris, environ 100 000 manifestants, pour la plupart lycéens et étudiants, défilent au nom de l’antimilitarisme. Ils protestent contre une législation adoptée trois ans plus tôt, le 10 juillet 1970, qui abroge les sursis pour études au-delà de 21 ans. Le 7 avril, les manifestants sont tout autant dans les rues de la capitale, 500 000 au total dans les grandes villes universitaires françaises. La contestation lycéenne et étudiante n’avait jamais été aussi forte depuis le printemps 1968.

2Pourquoi, en ce printemps 1973, les lycéens se mobilisent-ils contre la suppression des sursis militaires au-delà de 21 ans voulue par la loi Debré ? Pourquoi, les questions militaires sont-elles l’objet de mobilisations de masse pour la jeunesse scolarisée française en ce début des années 1970 ? Certes, la question du service militaire est régulièrement débattue depuis une dizaine d’années par les organisations syndicales étudiantes et lycéennes, mais aussi par les mouvements politiques. Les stigmates de l’engagement des jeunes du contingent pendant la guerre d’Algérie ont laissé des traces et le pouvoir a été amené à légiférer, tout particulièrement sur l’objection de conscience (1963), ou encore sur l’évolution du service militaire (1970 et 1971). Pourquoi faut-il attendre ce printemps 1973 pour que la jeunesse exprime sa colère face au pouvoir. Le thème, mobilisateur, n’est-il simplement qu’une action ponctuelle face à une application législative, ou est-il le signe d’une mutation plus profonde des attentes d’une nouvelle génération politique émergente depuis une dizaine d’années et qui s’est faite bruyamment entendre en mai 1968 ?

Un contexte favorable à l’antimilitarisme de la jeunesse scolarisée

La vogue internationale de l’antimilitarisme

  • 1 Cf. Marc Angenot, L’Antimilitarisme, idéologie et utopie, Québec, Presses de l’Université de Laval (...)
  • 2 Le « Hippie mémorial » aux États-Unis dans l’Illinois, représente le symbole de la paix. La biblio (...)
  • 3 Pour des approches globales, cf. Jean-François Sirinelli, Les Baby-boomers, Paris, Fayard, 2003, 3 (...)

3L’antimilitarisme est une idée qui peut se définir comme le rejet des institutions et d’un « esprit » militaires. Elle est très largement débattue au tournant des années 1970 dans le monde occidental. Le cinéma en est certainement l’un des reflets culturels les plus importants. Le succès populaire du film américain de Robert Altman M. A. S. H., diffusé le 1er mai 1970 sur les écrans, en est le meilleur symbole. L’armée américaine est tournée en dérision par le metteur en scène alors qu’elle est embourbée dans une guerre du Vietnam qui n’en finit plus. L’année suivante, Dalton Trumbo réalise un film à partir de son roman, Johnny s’en va-t’en guerre (publié en 1939), qui dénonce les affres et les tortures tant physiques que morales de la Première Guerre mondiale. Diffusé au festival de Cannes, le film devient pour les mouvements antimilitaristes du monde un symbole de l’inutilité de la guerre. Ces deux simples exemples, venus des États-Unis, révèlent que le thème est d’une actualité croissante, tout particulièrement pour les jeunes1. Le mouvement hippie des années 1970, autour de ses slogans « Peace and Love » ou « Make love, not war », sont les reflets médiatisés d’un mouvement plus complexe au cœur des années 19702. La vieille Europe est bien évidemment touchée par de tels mouvements, notamment la jeunesse scolarisée3.

  • 4 Les mobilisations françaises face à la guerre américaine du Vietnam ont été largement abordées par (...)

4La France des années 1960 n’a pas échappé à cet état d’esprit. Depuis la fin de la guerre d’Algérie, les mouvements anti-guerre se sont orientés contre la guerre américaine du Vietnam. En France, les premiers groupes se sont développés dès 1964-1965 dans le monde universitaire, mobilisant largement les étudiants4. Le terrain a ensuite mobilisé les intellectuels, puis les syndicats, mais les grandes manifestations ont été menées par les jeunes des Comités Vietnam de base ou du Comité Vietnam national, pour beau - coup lycéens. La question de la guerre au sens large et plus encore celle de l’engagement des jeunes appelés dans les conflits sont donc largement débattues depuis une dizaine d’années dans les organisations syndicales et politiques de la jeunesse française.

Les nouvelles législations autour du service militaire

  • 5 Régis Forgeot, « Les objecteurs de conscience d’une décennie à l’autre (1963-1975), Texte des Troi (...)

5Le phénomène est d’autant plus sensible dans le pays que la guerre d’Algérie a posé la question du rôle des appelés dans le conflit et en même temps celle de l’objection de conscience. Elle est interdite jusqu’en 1963. Ceux qui refusaient de participer au service militaire étaient des insoumis qui ne disposaient que de deux alternatives, l’exil ou la prison5. Jusqu’en 1963, à l’époque de la guerre d’Algérie particulièrement, les peines de prison oscillent autour de quatre ans en moyenne pour les insoumis. C’est finalement le 23 décembre 1963 que le statut d’objecteur de conscience est voté par les députés. L’article 1er le définit comme « le refus de l’usage personnel des armes », ce qui revient à maintenir un service national pour l’ensemble des jeunes. Il ne s’agit donc pas de remettre en cause l’institution militaire. Les objecteurs de conscience doivent effectuer un « service pour la patrie » d’une durée de 32 mois selon le décret du 15 octobre 1963, et dans des casernements. En outre, pour obtenir le statut d’objecteur de conscience, le législateur refuse que soit invoquée toute notion renvoyant à des questions politiques, notamment l’antimilitarisme. Seules les motivations religieuses ou philosophiques sont acceptées. Le premier service civil pour objecteurs de conscience est organisé à partir du 1er juin 1964 sous l’autorité de la Protection civile. Il accueille majoritairement des étudiants.

  • 6 L’usage voulait que les étudiants bénéficient de reports jusque vers 23-25 ans. Seuls les étudiant (...)
  • 7 La commission Le Theule, du nom du député de la Sarthe rédacteur du document, invoque pour la clas (...)

6Cette volonté de reconsidérer les législations autour du service militaire se retrouve en 1970. Le ministre de la Défense, Michel Debré, rédige une nouvelle législation, qui limite sa durée à 12 mois et à 24 mois dans un cadre civil (coopération et aide technique ou scientifique). Celle loi adoptée par l’Assemblée nationale le 10 juillet 1970 prévoit aussi l’abrogation des sursis pour études au-delà de 21 ans, proposition faite par la Commission Armées-Jeunesse, organisme consultatif composé de représentants de l’armée, des syndicats et d’organisations de jeunesse, dont l’UNEF. Le départ au service militaire a lieu à 20 ans, l’appel pouvant être avancé à 18 ans, et reporté à 21 ans pour les jeunes faisant des études supérieures6. Il ne peut se prolonger au-delà7. La loi est complétée le 10 juin 1971 pour les réservistes, mais aussi et surtout pour les objecteurs de conscience qui se voient « interdire toute propagande, sous quelque forme que ce soit, tendant à inciter autrui à bénéficier des dispositions de la présente loi dans le but exclusif de se soustraire à ses obligations militaires » (article L50). Les lois sont en elles-mêmes relativement contradictoires. D’un côté, le pouvoir gaulliste réduit la durée du service militaire à 12 mois, ce qui convient à une majorité de jeunes. Il reconnaît aussi le statut d’objecteur de conscience et distingue dans un service devenu national en 1971, le service civil du service militaire. Là encore, les mesures sont consensuelles. Mais, en même temps, il crée les conditions d’un malaise en limitant le sursis et en empêchant la diffusion de toute information sur l’objection. Dès lors, alors que le contexte général est peu favorable aux discours militaristes, les conditions d’un mécontentement parmi les jeunes se développent, notamment chez les sursitaires.

Les mouvements antimilitaristes dans les lycées

  • 8 Lui-même est étranger à une manifestation organisée par des lycéens du groupement « Secours Rouge  (...)
  • 9 www.ina.fr

7Dans les lycées, le contexte est à l’agitation en ce début des années 1970. « La loi anti-casseurs », votée le 8 juin 1970 par la majorité, est l’objet de vives contestations qui déclenchent des manifestations d’ampleur inégale dans les lycées. L’affaire Guiot à partir du 9 février 1971 en est un exemple. Ce lycéen parisien est arrêté pour trouble de l’ordre public, puis écroué, comme le prévoit la loi8. Le 17 février, 10 000 lycéens bravent l’interdiction de la préfecture de police et défilent dans les rues de Paris pour réclamer sa libération sans condition. Les agitations sont permanentes à partir de cette date, notamment dans les lycées Chaptal et Buffon pendant tout le mois de février. Les lycéens obtiennent la libération de Gilles Guiot après deux semaines de luttes. Les incidents se multiplient alors régulièrement, poussant même Georges Pompidou à demander à ses ministres, le 19 mars à la télévision, de rétablir le calme dans les lycées9. Dans plusieurs articles du mois de novembre 1971, Le Monde s’inquiète d’un regain des tensions dans les grands lycées parisiens depuis la rentrée, révélant que plus de cent lycéens avaient été exclus, durant l’année scolaire précédente, de leurs établissements pour des convictions politiques. L’atmosphère se dégrade.

Les actions contre la loi Debré

  • 10 Les mobilisations de juin 1970 qui avaient été initiées par les jeunesses communistes n’avaient mo (...)
  • 11 Cf. Didier Leschi, « L’après 68 dans les lycées », in « Les années 1968 : événements, cultures, po (...)
  • 12 On le constate dans les recensements hebdomadaire et mensuels des Renseignements généraux disponib (...)
  • 13 La LC est dissoute le 23 juin 1973.
  • 14 L’UNCAL est un groupement mal connu, né en 1969 d’une scission des Comités d’action lycéens (CAL). (...)

8L’antimilitarisme va surgir comme un thème mobilisateur au mois de février 1973, au moment des premières applications de la loi Debré sur les sursis. La mesure de suppression n’entre en vigueur que trois ans après le vote de la loi10, pour la rentrée 1973. Au début de l’année, des bruits courent que des jeunes ont été informés qu’ils devront rejoindre leur caserne pendant l’été, même s’ils n’ont pas fini leurs études11. À partir de ce moment, les lycéens et les étudiants se mobilisent. Dès la fin février, ils se mettent fréquemment en grève dans toute la France, notamment dans les villes universitaires (Paris, Toulouse, Lyon notamment)12. Les 26 et 27 février, sur l’initiative des Cercles Rouge, une première journée d’action a lieu à Paris et débouche sur le projet de création d’une « coordination lycéenne ». La Ligue communiste (LC) aurait joué un rôle premier dans la mobilisation, selon les rapports de police13. Tout au long du mois de mars, les lycéens occupent leurs établissements et organisent des manifestations spontanées, notamment en province. Le 14 mars, la LC convoque une réunion nationale, visant à constituer une coordination nationale des lycéens en grève. Une telle réunion n’a pas eu lieu depuis 1969. Le mouvement est mobilisateur, la réunion est un succès. Un comité central de grève est constitué. 70 % des lycées français seraient touchés par le mouvement selon Le Monde du 16 mars. Le 21 mars, 200 000 manifestants défilent dans les rues des grandes villes de France, dont 100 000 à Paris selon les organisateurs (20 000 pour la police), 30 000 à Toulouse (7 000 pour la police) ou 25 000 à Lyon (5 000 pour la police). La manifestation est menée à l’appel de la coordination lycéenne avec l’appui de l’UNCAL14, de l’UNEF Renouveau et des organisations de jeunes des partis signataires du Programme commun, radicaux, socialistes et communistes. Les slogans sont sans équivoque et résument l’état d’esprit des jeunes :

  • Non aux lycées casernes ! »
  • À bas l’armée briseuse de grève ! »
  • Service national, service du capital ! »
  • L’Armée, ça pue, ça tue, ça rend con ! »

9Le soir, la manifestation fait la Une du journal de 20 heures à la télévision. Le leader du mouvement lycéen, Michel Field (LC), y déclare notamment :

  • 15 www.ina.fr.

« Mais notre mouvement dépasse largement la frange politisée des lycées, il y a des milliers et des dizaines de milliers de lycéens qui n’ont pas fait de politique jusqu’à maintenant et qui viennent sur la question des sursis, nous nous en réjouissons. Aujourd’hui, eh bien la prise de conscience des lycéens s’est opérée, et aujourd’hui une mobilisation sans précédent dans l’histoire du mouvement lycéen, depuis l’affaire Guiot, a lieu sur le problème du rétablissement du sursis militaire et de leur extension à tous les jeunes15. »

10Le 24 mars, les étudiants se réunissent en coordination nationale à leur tour et lancent un appel aux syndicats de travailleurs. Le 28 mars, des membres de la coordination lycéenne sont reçus par la Commission Armée-Jeunesse. On leur explique le sens de la loi, qui vise à créer plus d’égalité entre les jeunes appelés. Peu convaincus, les leaders de la coordination rappellent que, dans l’esprit du ministre de la Défense, l’idée qui prévaut est que les étudiants sont plus difficiles à encadrer à 25 ou 27 ans qu’à 20 ans, et qu’il veut simplement brimer l’expression politique dans les casernes. Le 2 avril, la coordination en appelle à une seconde journée nationale, et lance un « Appel aux travailleurs » pour le 7 avril. Ce jour-là, plus de 500 000 personnes descendent dans les rues (300 000 pour la police) et défilent dans 236 villes (dont 200 000 à Paris, 50 000 pour la police) aux côtés des salariés. Cette manifestation est cependant plus ambiguë que la précédente, car les slogans sont très variables. Les questions militaires ne sont qu’un élément parmi d’autres. Des étudiants protestent contre la mise en place des DEUG. Les lycéens du technique, qui ont formé une coordination autonome, protestent contre leurs conditions d’études. L’antimilitarisme se fond dans un mécontentement plus général. La mobilisation est à son zénith. Les vacances de Pâques affaiblissent le mouvement brutalement et, le 29 avril, la coordination lycéenne éclate.

11Finalement, la loi Debré n’est pas abrogée et seuls quelques aménagements sont prévus. C’est cependant la première fois depuis mai 1968, que la jeunesse descend massivement dans la rue.

La défense des objecteurs de conscience

  • 16 Sud-Ouest, 13 mai 1970.

12Le second motif des grandes mobilisations de la jeunesse scolarisée sur les questions militaires concerne l’objection de conscience. Les mobilisations se concentrent autour de deux questions : les refus des dossiers d’objection par les « Commissions compétentes », et les condamnations pour acte de propagande. L’une des premières affaires concerne un étudiant bordelais, Daniel Brochier. Il n’accepte pas son incorporation en novembre 1969 et demande un statut d’objecteur qui lui est refusé, puisqu’il invoque simplement pour prétexte son refus de l’institution militaire. Il est arrêté lors d’une manifestation à Bordeaux le 12 mai 1970, où il s’est enchaîné avec plusieurs camarades aux grilles d’un centre commercial16. Le 26 septembre, des militants d’extrême gauche entament une grève de la faim dans la cathédrale de Bordeaux, ce que les médias relaient immédiatement. Le mouvement devient national. Daniel Brochier est condamné à six mois de prison pour insoumission le 15 octobre 1969, devant un auditoire tendu. Hospitalisé pour des raisons psychiatriques, il est réformé et libéré le 19 novembre 1970, plus d’un an après son procès.

  • 17 Le Monde du 6 avril 1972.
  • 18 Selon Denis Langlois, Nouveau guide du militant, Le Seuil, 1978, 310 p. L’auteur, objecteur de con (...)

13L’une des affaires les plus importantes a lieu à partir du 4 avril 1972. Deux objecteurs de conscience, François Janin et Jean-Michel Fayard, étudiants, ont vu leur demande d’objection refusée depuis plus d’un an. Arrivés au bout de leur sursis, ils sont inculpés d’insoumission, le 4 avril 1972. Deux jours plus tard, des manifestations de solidarité se développent dans Paris, avec quelques actions symboliques (des jeunes brûlent leur livret militaire). Les manifestations de solidarité se multiplient. Les deux insoumis sortent de prison en août, mais restent convoqués pour effectuer leur service militaire. Refusant de se rendre dans leurs casernes, ils sont incarcérés. L’un mène une grève de la faim et obtient d’être réformé en octobre, le second n’est libéré qu’en avril 1973. Pourquoi l’État refuse-t-il les demandes des deux jeunes ? Les motivations invoquées étant de nature politique, ils sont déclarés insoumis17 : ils refusent de cautionner par leur présence dans les rangs de l’armée l’engagement militaire français au Tchad. Ce type d’affaire a tendance à se multiplier dans les années 1970. Ces actes d’insoumission concerneraient jusqu’à 14 654 appelés du contingent au 31 juin 197418, année où on compterait dans le pays plus de 1 000 jeunes insoumis dans les prisons, majoritairement étudiants.

  • 19 Ouest-France, 9 mai 1972.
  • 20 Cf. Régis Forgeot, op. cit.
  • 21 Cf. contribution d’Édouard Lynch.

14Le second type d’affaires concerne les délits de propagande, définis par la loi de 1971. Le 8 mai 1972, deux étudiants objecteurs nantais sont condamnés avec quatre autres appelés du contingent « pour avoir fait connaître le statut d’objecteur19 ». L’affaire touche le lendemain les médias nationaux. Trois motifs d’inculpation sont prononcés : la destruction de pièces militaires, l’appel à la désobéissance et la propagande pour le statut d’objecteurs. On leur reproche notamment la diffusion d’un tract dans la ville le 5 juin 1971. Devant les protestations, le tribunal est clément et ne condamne les six jeunes qu’à un mois de prison avec sursis. Devant la multiplication de ce type d’affaires, le pouvoir durcit encore la législation et publie deux nouveaux décrets en août 1972 qui interdisent aux objecteurs tout droit syndical, de grève et de réunion. Ils sont soumis à une obligation de résidence dans un périmètre défini pendant la durée de leur service d’objecteur, en fonction de leur affectation. Ceux-ci se considèrent traités comme des militaires, ce qui est contraire à leur choix. Le 15 janvier 1974 se constitue un « Comité de lutte des objecteurs », d’obédience libertaire, qui dénonce ces mesures. Il lance un « appel à la lutte collective20 ». Il s’agit en fait d’objecteurs affectés autoritairement à l’Office national des forêts. Ils diffusent un bimensuel, Objection. Durant l’été 1974, un « Tour de France des objecteurs » est organisé avec pour point d’arrivée le Plateau du Larzac où ont lieu les grandes manifestations contre le développement du camp militaire21. Là encore, l’action a une audience politique importante.

  • 22 L’UNCAL, l’UNEF Renouveau, proches du PCF, mais aussi les Jeunesses communistes, et les Mouvements (...)
  • 23 Cf. Régis Forgeot, op. cit.

15Ces actions des objecteurs de conscience sont sporadiques et ne concernent pas seulement les jeunes scolarisés, même si ceux-ci y sont majoritaires. Les étudiants et lycéens n’hésitent pas, par des actes symboliques, à soutenir les mouvements d’objecteurs. Ainsi par exemple, une journée d’action est lancée par les syndicats étudiants et lycéens22 pour la commémoration de l’armistice de la Première Guerre mondiale, le 11 novembre 1972 à Paris : 5 000 lycéens et étudiants manifestent pour les objecteurs de conscience. Enfin, lors de chacun des procès sur le territoire national autour de l’objection, les inculpés bénéficient en général du soutien des mouvements lycéens ou étudiants23.

16Ces divers engagements du début des années 1970 trouvent leur aboutissement pendant la campagne électorale des élections présidentielles des mois d’avril et mai 1974. Un appel est lancé par 100 appelés du contingent, majoritairement proches du PSU, qui demandent la liberté d’association et d’expression dans les casernes. Cet appel, signé en quelques semaines par 6 000 appelés, débouche sur la constitution des « Comités de soldats ». Appuyé par la CFDT, ce mouvement diffuse le journal Soldat, mais ne trouve pas grâce aux yeux du pouvoir giscardien récemment élu. Il se maintient dans la clandestinité dans la seconde moitié des années 1970. Ces Comités des soldats, plus que le refus du militarisme, portent des interrogations sur le fonctionnement de l’institution militaire.

Antimilitarisme et vie politique au début des années 1970

Un mouvement pluriel

  • 24 Voir affiche en annexe.
  • 25 Là aussi, les continuités sont marquées entre l’avant et l’après 1968.
  • 26 Sur les questions scolaires et universitaires, contre la Loi anti-casseurs, pour le soutien aux mo (...)
  • 27 Notamment pour les MJS, qui s’impliquent réellement vers 1973, après la signature du Programme com (...)

17Ces mouvements antimilitaristes de la jeunesse scolarisée recouvrent des formes typiques des mouvements post-68. Ils trouvent leurs origines au début des années 1960, tant pour l’objection de conscience que pour le rejet du militarisme, dans des mobilisations qui se placent dans des configurations à la fois nationale et internationale : refus de la guerre d’Algérie, refus de la guerre américaine du Vietnam, mouvements pacifistes, etc. Les animateurs de ces groupes sont de nature plurielle. On retrouve globalement trois tendances marquées. Les anarchistes ou libertaires y sont très présents, notamment la Fédération anarchiste, ce qui se place dans une longue tradition de refus de l’institution militaire qui remonte au XIXe siècle24. Les groupements gauchistes des années 1970, les trotskystes de la LC notamment, mais aussi les maoïstes (Secours rouge), y occupent une place conséquente, notamment pour tout ce qui concerne l’opposition à la loi Debré25. Certaines figures s’en détachent, notamment Michel Field. Ces groupements ne font pas de la lutte contre le militarisme le cœur de leur combat. Il s’agit d’une lutte parmi d’autres26. Enfin, les groupements politiques plus institués, syndicats lycéens et étudiants, voire mouvements de jeunes des forces politiques de gauche, participent à ces mobilisations, ce qui constitue l’apport nouveau des années 197027. Ces jeunes militants profitent souvent des tensions internes aux mouvements gauchistes pour s’imposer et apparaître au premier plan, ce qui est particulièrement visible au moment de la protestation contre la loi Debré. Les jeunes du PSU parviennent, via IDS (Information pour les droits du soldat), en concurrence avec l’UNEF Renouveau de tendance communiste, à animer le mouvement chez les étudiants, notamment à partir de 1974 dans les Comités de soldats. Les actions antimilitaristes de la jeunesse scolarisée sont donc relativement encadrées par les groupements institués.

Les modes d’action

18Les modes d’actions sont ceux de la période. Ils s’articulent autour de quatre formes.

19– La nature la plus instituée est celle de l’organisation de manifestations de rue au moment de la loi Debré. Cortèges syndicaux, appels aux centrales syndicales de salariés, le phénomène est dans la lignée des manifestations de leur temps. L’objectif est de faire nombre et d’essayer de s’opposer à la ligne gouvernementale, au mieux en obtenant la suppression des législations (ce qui n’est pas le cas ici), au pire en obtenant des assouplissements dans leurs applications (ici, des peines plus légères pour les insoumis).

  • 28 Voir le tract sur Rennes en annexe.

20– Les manifestations spontanées constituent une seconde frange de mobilisations plus difficiles à identifier, si ce n’est par le biais des rapports de police. Dans des contextes précis survenant dans les lycées ou les universités, ou face à des procès d’objecteurs de conscience, des groupements spontanés, plus ou moins encadrés, peuvent se développer et conduire à des actions ponctuelles : occupation de lycées, sit-in devant les préfectures ou les casernes, etc. Le climat est à la mobilisation, notamment entre 1972 et 1974. Ces formes restent à mieux fouiller, notamment aux échelles locales28.

21– La constitution de Comités d’action faisant suite aux manifestations spontanées apparaît comme une troisième forme. Ceux-ci ont des tendances variables, ils sont en général groupusculaires, locaux et animés par des militants venus de groupements gauchistes ou anarchistes. Ils ont des durées de vie très éphémères et sont difficiles à identifier dans leur pérennité.

22– La constitution de « Coordinations » ou « Comités d’action » nationaux forme la dernière configuration identifiable. Ces groupements qui se veulent en dehors des forces syndicales ou politiques instituées, sont apparus particulièrement actifs au moment de la loi Debré, même si la coordination meurt moins de deux mois après sa formation. Elle induit cependant une forme de mobilisation qui caractérise la jeunesse scolarisée dans les années ultérieures, celle de groupements qui tentent de se former en dehors des syndicats ou partis politiques, même si ceux-ci y participent.

23Ces formes d’action du mouvement social de la jeunesse scolarisée du début des années 1970 révèlent des transformations du jeu politique. Le phénomène n’est pas neuf, puisque les mouvements du type Comité Vietnam de base, Comité Vietnam national ou situationnistes, relevaient de configurations qui annoncent les formes invoquées. On perçoit au travers de ces actions un engagement politique qui passe par des formes renouvelées : le désir de lutte se place en dehors des cadres syndicaux et partisans quand ceux-ci ne répondent plus aux aspirations du mouvement défendu. Les groupements anarchistes et gauchistes en profitent au départ, les partis plus conventionnels tentent de s’y agripper avec un succès inégal pour les questions militaires.

La portée sur la vie politique

24On peut donc légitimement s’interroger pour essayer de savoir si ces mouvements ont une portée réelle sur la vie politique. Le pouvoir politique s’en émeut, à tel point que Georges Pompidou au printemps 1973 en appelle au calme à la télévision. En parallèle, ses Premiers ministres, notamment Pierre Messmer, ne cèdent en rien et maintiennent leur politique de fermeté, durcissant même la législation contre les objecteurs de conscience.

25La gauche est à l’écoute de ces mouvements tout au long des années 1970. Le PSU est au cœur de l’antimilitarisme. Le PS de François Mitterrand est plus ambigu sur le sujet. Pour autant, il apporte régulièrement son soutien aux objecteurs de conscience et dénonce le sort réservé aux insoumis. Dès les élections de 1974, le candidat unique des gauches à l’élection présidentielle annonce des transformations législatives importantes et promet un nouveau statut pour les objecteurs. Le PCF laisse faire ses organisations de jeunes, essayant ici de damer le pion aux gauchistes. La gauche reprend donc les thématiques de l’antimilitarisme pour s’opposer à une politique gouvernementale jugée conservatrice. Elle épouse ici la stratégie menée à propos du camp du Larzac mais doit attendre les suites du vote sur l’abaissement de la majorité à 18 ans pour en tirer avantage électoralement, en 1977 et en 1978.

***

  • 29 Le Monde, 7 août 1981.

26Après 1974, les mouvements antimilitaristes maintiennent leurs activités, notamment les Comités de soldat ou les Comités d’objecteurs. Les groupements anarchistes vont y tenir une place croissante. Il faut attendre les lendemains du 10 mai 1981 pour voir les législations évoluer. Le 4 août 1981, François Mitterrand amnistie les insoumis, environ 500 jeunes incarcérés sont libérés29. Selon la Fédérations anarchiste, certaines libérations sont limitées à quelques semaines et des peines sanctionnant des insoumis sont encore prononcées en 1982 et 1983 contre les plus réfractaires. Le 9 juillet 1983, une nouvelle loi est votée sur l’objection de conscience, la rendant quasi automatique pour ceux qui la demandent. Le service de remplacement devient civil, d’une durée de deux ans et les délits de propagande n’ont plus court. En même temps, les législations sur les sursis sont modifiées. Ils sont accordés systématiquement jusqu’à 23 ans, et 24 ans pour les étudiants disposant d’une préparation militaire. L’antimilitarisme qui s’est exprimé dans les années 1970 ne concerne plus que de loin la jeunesse scolarisée.

Manifestation contre la loi Debré (1973).

Tract, Rennes, 1973.

Notes

1 Cf. Marc Angenot, L’Antimilitarisme, idéologie et utopie, Québec, Presses de l’Université de Laval, 2003, 141 p.

2 Le « Hippie mémorial » aux États-Unis dans l’Illinois, représente le symbole de la paix. La bibliographie est particulièrement développée sur l’objet, cf. notamment Jean-Pierre Bouyxou et Pierre Delannoy, L’aventure hippie, Paris, 10/18, 2004, 416 p.

3 Pour des approches globales, cf. Jean-François Sirinelli, Les Baby-boomers, Paris, Fayard, 2003, 324 p. et Les 20 décisives, Paris, Fayard, 2007, 323 p.

4 Les mobilisations françaises face à la guerre américaine du Vietnam ont été largement abordées par divers colloques et ouvrages collectifs, concernant la jeunesse étudiante et lycéenne, cf. notre article, Laurent Jalabert, « À l’origine de la génération 1968 : les étudiants français et la guerre du Vietnam, 1965-1968 », Vingtième Siècle Revue d’Histoire, no 55, juillet-septembre 1997.

5 Régis Forgeot, « Les objecteurs de conscience d’une décennie à l’autre (1963-1975), Texte des Troisièmes rencontres « Jeunes et sociétés », Marseille 24-26 octobre 2007, repris à un mémoire de maîtrise soutenu à l’Université Paris I en 2004.

6 L’usage voulait que les étudiants bénéficient de reports jusque vers 23-25 ans. Seuls les étudiants en médecine continuent après 1973 de disposer de sursis jusqu’à la fin de leurs études.

7 La commission Le Theule, du nom du député de la Sarthe rédacteur du document, invoque pour la classe 1970, 435 000 appelés, dont 100 000 lycéens et étudiants sursitaires, soit environ 20 % des jeunes du contingent.

8 Lui-même est étranger à une manifestation organisée par des lycéens du groupement « Secours Rouge » (Cartel d’organisations gauchistes groupusculaires, dominées par les maoïstes) du lycée Chaptal.

9 www.ina.fr

10 Les mobilisations de juin 1970 qui avaient été initiées par les jeunesses communistes n’avaient mobilisé ni les étudiants, ni les lycéens. Il est vrai que la loi est votée au début des vacances.

11 Cf. Didier Leschi, « L’après 68 dans les lycées », in « Les années 1968 : événements, cultures, politiques et mode de vie », Bulletin de l’IHTP, no 71, www.ihtp.cnrs.fr.

12 On le constate dans les recensements hebdomadaire et mensuels des Renseignements généraux disponibles au Centre des Archives Contemporaines de Fontainebleau (CAC, 1977 0334 Article 1 : Notes hebdomadaires sur l’état de l’opinion, 1972-74 ; 1982 0599 : Rapports sous forme de Bulletin périodique d’information sur la situation politique, économique et sociale (RG) (1955-1972), délais 60 ans, dérogation générale. Article 1-64, bulletins quotidiens, février 1965-mai 1972 ; Article 65-76 : bulletins hebdomadaires : avril 1964-mai 1972 ; Article 77-94 : Bulletins mensuels, juin 1955-novembre 1972. Documents consultés par le biais d’une dérogation générale accordée par arrêté du 9 août 2005. 1991 0194, RG Articles 1-10 et 13, Contestations étudiantes (1968-73). Il faut noter que la cote 1999 02 53 qui concerne les manifestations de la période est soumise à des délais de 60 ans. Plusieurs notes invoquent le rôle des organisations gauchistes surtout, les mouvements chrétiens sont aussi incriminés, notamment ceux gravitant dans l’orbite du PSU.

13 La LC est dissoute le 23 juin 1973.

14 L’UNCAL est un groupement mal connu, né en 1969 d’une scission des Comités d’action lycéens (CAL). Selon Robi Morder, elle bénéficie de l’appui des Jeunesses communistes, de l’UNEF Renouveau (de tendance communiste) et du SNES Sup. (Robi Morder, « Les CAL », Lettre du GERME, no 22-24, 2002).

15 www.ina.fr.

16 Sud-Ouest, 13 mai 1970.

17 Le Monde du 6 avril 1972.

18 Selon Denis Langlois, Nouveau guide du militant, Le Seuil, 1978, 310 p. L’auteur, objecteur de conscience en 1965, a été lui-même emprisonné. Il est avocat, conseiller de la Ligue des droits de l’Homme jusqu’en 1971. Il est l’auteur de nombreux essais tout au long des années 1970 sur les abus de la justice.

19 Ouest-France, 9 mai 1972.

20 Cf. Régis Forgeot, op. cit.

21 Cf. contribution d’Édouard Lynch.

22 L’UNCAL, l’UNEF Renouveau, proches du PCF, mais aussi les Jeunesses communistes, et les Mouvements de la jeunesse socialiste.

23 Cf. Régis Forgeot, op. cit.

24 Voir affiche en annexe.

25 Là aussi, les continuités sont marquées entre l’avant et l’après 1968.

26 Sur les questions scolaires et universitaires, contre la Loi anti-casseurs, pour le soutien aux mouvements ouvriers, etc.

27 Notamment pour les MJS, qui s’impliquent réellement vers 1973, après la signature du Programme commun et au moment des élections législatives du printemps 1973.

28 Voir le tract sur Rennes en annexe.

29 Le Monde, 7 août 1981.

Table des illustrations

Légende Manifestation contre la loi Debré (1973).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125097/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125097/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Tract, Rennes, 1973.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125097/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 211k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540