Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Troisième partie. Des moments, des lieux et des représentations

Le Quartier latin, un microcosme révélateur des oppositions issues de l’Affaire

Alain Monchablon

Texte intégral

Les étudiants sont très excités en ce moment à propos de l’ex-capitaine Dreyfus. Pour mieux exprimer leur indignation contre les juifs, ils grimpent sur toutes les impériales d’omnibus et de tramways,

  • 1 Christophe Charle, « Les étudiants et l’affaire Dreyfus », Cahiers Georges Sorel, no 4, 1986.
  • 2 « L’opinion politique du Quartier latin, une enquête », L’Opinion, 6 février 1909.

1ironise un contemporain à la date du 8 février 1896. Cette notation marque la sensibilité précoce des étudiants, comme leur pente naturelle. Les principaux heurts physiques qui ont émaillé l’Affaire ont eu lieu à l’Université, les étudiants étant « une sorte de chœur de la tragédie, médiateurs entre les intellectuels et l’opinion publique1 ». Les premières manifestations y sont hostiles à Alfred Dreyfus, « cependant les dreyfusards de la première heure ont été plus nombreux au Quartier Latin que nulle part ailleurs2. »

  • 3 Émile Zola, « Lettre à la Jeunesse », 14 décembre 1897, repris dans La Vérité en marche, Paris, Ga (...)

2Dès novembre 1897, contre Auguste Scheurer-Kestner, les étudiants défilent devant le Sénat en criant « Conspuez Scheurer-Kestner, conspuez ! », lançant des cris antisémites, menaçant ensuite les bureaux du Figaro qui publia les premiers articles d’Émile Zola. Ce dernier, déçu, note dans sa « Lettre à la Jeunesse3 » :

Quand on disait que le Quartier latin s’embrasait, on pouvait être certain qu’il y avait derrière quelque flambée de juvénile justice, insoucieuse des ménagements, faisant d’enthousiasme une œuvre du cœur.

  • 4 Eric Cahm, « Pour et contre Zola : les étudiants de Paris en janvier 1898 », Bulletin de la Sociét (...)

3Le « J’accuse !… » provoque immédiatement des réactions hostiles au sein du Quartier latin. Des bandes de trois à cinq cents étudiants défilent, aux cris de « Conspuez Zola ! » voire « À bas les Juifs ! », puis brûlent publiquement L’Aurore4. Cette réaction est partagée par l’Association générale des étudiants de Paris, organisation quasi officielle, qui adresse le jour même à l’écrivain un désaveu public :

  • 5 L’Université de Paris, bimestriel de l’Association générale, janvier-février 1898.

Monsieur, l’Association générale des étudiants de Paris a été vivement émue par la lettre publique que vous avez adressée à M. le Président de la République […]. Nous sommes respectueux de toute opinion politique ou religieuse et fermement attachés à la liberté de penser ou d’écrire, mais nous mettons au-dessus de tout soupçon l’armée qui est l’expression de la patrie, et ses chefs qui sont les gardiens de l’honneur national5.

4Puis l’Association « fait le mort » sur l’Affaire, sans doute sous l’effet de vives tensions internes, marquée par des démissions, dont celle du président quelques mois plus tard.

5Le camp dreyfusard s’organise avec retard, hors des structures officielles du mouvement étudiant. La première réaction semble être, en février 1898, un meeting convoqué par la Ligue démocratique des Écoles, placé sous la présidence d’Émile Zola, « contre la réaction et l’antisémitisme », avec des orateurs blanquistes et anarchistes.

6En mai 1898 naît un hebdomadaire, Le Réveil du Quartier, adressé à « tous les étudiants sincèrement républicains ou socialistes ». Mais les éléments actifs en sont principalement socialistes : Anatole de Monzie, Jean Longuet, Pierre-Louis Roblin, étudiants en droit et, pour les deux derniers, membres du Groupe des étudiants collectivistes. L’hebdomadaire s’efforce de regagner les « étudiants républicains » qui « s’étaient laissé entraîner à des manifestations aussi insanes que ridicules », avec deux arguments principaux : l’inanité de l’antisémitisme, et le caractère clérical du mouvement antidreyfusard.

7Dans ses souvenirs, Robert Debré note :

  • 6 Robert Debré, L’Honneur de vivre, Paris, Hermann et Stock, 1974, p. 64.

la tâche des étudiants dreyfusards était difficile, car leurs adversaires venaient en foule interrompre les cours des professeurs partisans de la révision, et faute de pouvoir les expulser, nous montions comme eux sur les tables et nos cris augmentaient le tumulte6.

8C’est seulement à la fin de l’année 1898 que les jeunes dreyfusards affichent leur satisfaction d’avoir reconquis le Quartier latin. Quant à « l’A », son évolution est lente. À l’automne 1898, elle minimise sa lettre à Émile Zola :

  • 7 L’Université de Paris, octobre 1898.

Ceux qui nous ont reproché d’être sortis de notre neutralité statutaire et du respect de la conscience d’autrui ont oublié qu’au moment où nous avons ainsi exprimé notre pensée, cette malheureuse question n’avait aucunement le caractère politique et religieux qu’elle a eu depuis7.

9En juin 1899, lorsqu’Émile Loubet est frappé par un nationaliste, à l’unisson des forces républicaines, le comité de l’Association dénonce « l’odieuse agression dont a été victime le président de la République » et affirme, après de longs débats, « son inaltérable attachement aux institutions républicaines ». Puis, en janvier 1900, « l’A » se donne pour président un dreyfusard actif, dont le bureau est renversé, puis rétabli par une assemblée générale extraordinaire qui vote un ordre du jour « flétrissant le nationalisme ». L’alerte a néanmoins été suffisamment chaude pour qu’aux élections annuelles à « l’A », les étudiants socialistes non guesdistes se décident à aller voter en faveur des candidats dreyfusards contre les nationalistes.

10Monômes et autres manifestations de rue au Quartier latin appartiennent à la tradition étudiante, comme les chahuts de professeurs dreyfusards, et les incendies de journaux sur la voie publique. Les bagarres entre étudiants adverses complètent ce tableau de l’activisme traditionnel :

  • 8 Daniel Halévy, « Apologie pour notre passé », Cahiers de la Quinzaine, 1910, t. 1, livre 3.

Une voix criait : Durkheim est attaqué ! Seignobos est envahi ! Rassemblement, répondait Péguy qui affectionnait toujours les expressions militaires… tous sautaient sur leurs cannes, et avec lui filaient à la Sorbonne8,

11lieu stratégique : alors qu’en Médecine et en Droit les cours sont « fermés », en Sorbonne la plupart sont « ouverts », c’est-à-dire accessibles à tous.

12À ces formes, les étudiants en ajoutent une qui les unit au monde des universitaires : la pétition. Christophe Charle, tout en admettant le flou du qualificatif « étudiant » (qui va des élèves de lycée aux internes des hôpitaux) estime que

  • 9 Christophe Charle, Naissance des intellectuels, Paris, Éd. de Minuit, 1990, p. 195.

15 % environ de l’ensemble des étudiants des Facultés ont manifesté clairement leurs sentiments au plus fort de l’Affaire, ce qui constitue le pourcentage le plus élevé d’engagement d’un groupe, enseignants du supérieur […] mis à part9.

13Les étudiants sont 18,5 % des signataires du « Manifeste des intellectuels », et d’autre part 16 % des premiers adhérents de la Ligue de la Patrie française. Il semble n’y avoir eu qu’une seule pétition proprement étudiante : lancée en novembre 1898, elle n’eut que 195 signatures.

  • 10 Ibid., p. 175-176.

14Polytechnique est massivement antidreyfusarde, la rue d’Ulm est un solide bastion dreyfusard, plus de la moitié des élèves pétitionnant en 1898 en faveur de Dreyfus. Les facultés, du fait de leurs effectifs plus nombreux, sont moins homogènes, mais les positions y sont fort tranchées. Parmi les étudiants dont on connaît la faculté, 73 % des souscripteurs étudiants du monument Henry, 80 % de ceux qui adhèrent à la Ligue de la Patrie française viennent du Droit et de la Médecine. En revanche les étudiants signataires du « Manifeste des intellectuels » sont pour 32 % des littéraires et pour 9 % des scientifiques10. D’une façon générale, le Droit signe assez peu, préférant les manifestations plus traditionnelles et tapageuses. Mais il fournit les gros bataillons, dans la rue et les écrits, de l’antidreyfusisme tendanciel du Quartier.

Notes

1 Christophe Charle, « Les étudiants et l’affaire Dreyfus », Cahiers Georges Sorel, no 4, 1986.

2 « L’opinion politique du Quartier latin, une enquête », L’Opinion, 6 février 1909.

3 Émile Zola, « Lettre à la Jeunesse », 14 décembre 1897, repris dans La Vérité en marche, Paris, Garnier-Flammarion, 1971, p. 35.

4 Eric Cahm, « Pour et contre Zola : les étudiants de Paris en janvier 1898 », Bulletin de la Société d’études jaurésiennes, no 71, octobre-décembre 1978, p. 12-15.

5 L’Université de Paris, bimestriel de l’Association générale, janvier-février 1898.

6 Robert Debré, L’Honneur de vivre, Paris, Hermann et Stock, 1974, p. 64.

7 L’Université de Paris, octobre 1898.

8 Daniel Halévy, « Apologie pour notre passé », Cahiers de la Quinzaine, 1910, t. 1, livre 3.

9 Christophe Charle, Naissance des intellectuels, Paris, Éd. de Minuit, 1990, p. 195.

10 Ibid., p. 175-176.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540