Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les partis à l’épreuve de 68

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Première partie. Temps de la contestation générale de la société

Le « premier Larzac » ou la genèse d’un mouvement social atypique

Édouard Lynch

Texte intégral

1Évoquer la question du Larzac dans ce colloque consacré aux mutations du système partisan entre 1971 et 1974 est une nécessité mais aussi un défi. Une nécessité dès lors que le choix d’une approche « ouverte » du politique, inséparable de l’analyse du contexte social, oblige à s’arrêter sur un événement autour duquel converge une grande partie des mouvements poli - tiques et sociaux de la période : écologie, extrême gauche, pacifisme, régionalisme, féminisme, syndicalisme agraire et luttes sociales en général. En outre, le Larzac est à la fois un « contenu », c’est-à-dire la rencontre d’un certain nombre de thématiques, et un « contenant », par l’usage de modalités d’action nouvelles, d’autant plus originales qu’elles constituent un point de rencontre inédit à cette échelle. Un défi en raison de l’extrême hétérogénéité du mouvement, qui offre de multiples angles d’approche, inscrit dans une durée inédite pour un conflit social, et qui dépasse largement le choix resserré bien que légitime du colloque : au moins jusqu’en 1981, date de la victoire de François Mitterrand qui avait pris l’engagement, en 1974, d’abandonner le projet d’extension, mais même au-delà tant la dimension « politique » et pas seulement « agricole » du mouvement s’est prolongée bien plus longtemps encore, avec en point de mire la grande mobilisation de 2003 et l’essor de l’altermondialisme.

  • 1 Alexander Alland les évoque, mais ne les a directement consultées au ministère de l’Intérieur que (...)
  • 2 Didier Martin, Le Larzac. Utopies et réalités, Paris, L’Harmattan, 1987, 223 p. ; Alexander Alland(...)

2Un objet aussi protéiforme et toujours « actif » explique sans doute la difficulté de son étude, en dépit de l’abondance des témoignages, des récits et des interprétations. Il est vrai qu’un certain nombre de sources essentielles de l’histoire politique et sociale, comme celles du ministère de l’Intérieur, demeurent inaccessibles1. La durée de l’événement, et sa renaissance dans les années 1980 ont profondément pesé sur son histoire : comme le constatait déjà Alexander Alland au début des années 1990, et avant la nouvelle épopée incarnée par José Bové, l’histoire du Larzac est déjà mise au service du mythe. Dans son étude parue en 1987, Didier Martin souligne les difficultés du sociologue pour mener à bien ses entretiens chez des acteurs particulièrement sollicités et investis2. D’où la domination d’une bibliographie « militante », souvent foisonnante et partisane, rédigée au gré des engagements et des trajectoires individuels.

3Dans ces conditions, la problématique de la recomposition et la chronologie proposées par les organisateurs de ce colloque permettent de revenir sur ce « premier Larzac », celui de tous les possibles, où le mouvement prend progressivement son autonomie et ses caractéristiques propres, dans un contexte politique et social de mutation après Mai 68 et la fin du gaullisme de gouvernement. Sans nullement prétendre jeter les bases d’une histoire à venir du Larzac, l’objectif est donc de montrer comment, entre 1971 et 1974, émerge une forme de mobilisation originale, particulièrement dans l’élaboration d’un répertoire d’actions spécifique, indispensable pour contourner la domination du champ médiatique.

Une rencontre improbable

Des notables rapidement marginalisés

4Les premières « fuites » qui évoquent au début de 1970 une possible extension du camp (de 3 000 à 17 000 hectares) provoquent principalement une réaction des élus et des notables locaux, qui constituent un Comité de sauvegarde du Larzac afin d’engager des discussions avec les responsables et faire entendre leurs intérêts respectifs : ceux des producteurs de Roquefort, ceux des exploitants agricoles les plus investis, ceux des élus locaux inquiets des bouleversements induits par une militarisation accrue du plateau. Les principales figures du Comité, constitué en janvier 1971, reflètent ce rapport de force initial : Pierre Laur, PDG d’une société fromagère, Henri Ramade, instituteur à la retraite et ancien maire, Guy Tarlier, agriculteur installé sur le plateau, L. Balsan, conservateur des Antiquités, Me Roger Julien, maire de Nant et conseiller général, ancien député MRP de la 3e circonscription, Léon Burguière, agriculteur qui vient de partir à la retraite. C’est ce petit groupe qui s’efforce, durant l’hiver 1970-1971, de démêler la part du vrai et du faux dans les rumeurs qui s’amplifient, mais aussi d’obtenir le soutien des organisations locales, politiques et professionnelles, comme la mairie de Millau, la Chambre de commerce et d’industrie, le conseil général ou la FDSEA. Or la mobilisation est rendue difficile en raison de l’absence d’informations sur les modalités d’extension du camp et d’éventuelles retombées bénéfiques pour une région économiquement contrastée et qui entretient avec le camp des relations ambivalentes.

5Il faut attendre la décision officielle, le 29 octobre, qui dévoile l’ampleur de l’extension, pour organiser la première grande riposte collective, lors de la journée du 6 novembre. La déclaration d’Henri Ramade, au nom du Comité de sauvegarde, met très clairement l’accent sur la volonté de concertation et de dialogue, bien plus qu’un refus pur et simple du projet :

  • 3 INA (Institut National de l’Audiovisuel), CAF95055764, JT 13 h, 10 novembre 1971.

« Si cette manifestation a lieu, c’est qu’elle a été provoquée par le manque de concertation préalable. Nous souhaitons bien entendu qu’après cette manifestation, nous ayions des contacts avec le ministère de la guerre afin que l’on revoie le problème du Larzac.
– Et si par hasard vous n’obtenez pas gain de cause, si la décision d’étendre le camp du Larzac de 3 000 à 17 000 hectares était maintenue, que ferez-vous ?
– La décision qui pourrait être prise est certainement pour aujourd’hui imprévisible, et je ne peux pas faire de déclarations sur ce qui éventuellement pourrait se passer après. Tout dépendra certainement de la discussion que nous aurons au ministère dans les jours à venir. [...] On ne peut pas disposer d’un terrain comme le Larzac, qui est en pleine expansion économique, touristique, sans concertation avec les intéressés et particulièrement ceux qui sont les sacrifiés par cette extension3. »

6Les représentants agricoles sont associés à la négociation qui s’engage avec la nomination d’une commission rassemblant des militaires, des élus locaux et des responsables syndicaux. Cependant, il apparaît très vite que si le gouvernement est prêt à faire quelques concessions, sur le périmètre du camp ou les modalités de l’expropriation, il n’entend en aucune manière reculer sur le principe de l’extension massive. Les discussions mettent rapidement à jour les fractures qui existent entre les différentes composantes du comité : la défense des intérêts économiques, avec l’obtention de compensations pour les collectivités locales, la position des représentants de la FDSEA qui veulent sauvegarder les exploitations les plus « rentables », etc. Au début du mois de février 1972, la stratégie gouvernementale semble efficace : dans les négociations, les principaux intéressés, les exploitants du plateau, sont marginalisés et ne semblent guère en mesure de peser sur les négociations.

Les acteurs « paysans »

  • 4 Par exemple dans le témoignage de Pierre Burguière, réalisé par Yvan Bruneau le 25 septembre 2003. (...)

7Les agriculteurs menacés directement et indirectement par les expulsions constituent alors le cœur de la mobilisation. Il est remarquable de constater que ce tout petit milieu est traversé des mêmes tensions que celles de l’agriculture française du début des années1970. Le microcosme du Larzac offre un précipité d’une agriculture en pleine transformation, sous-tendu par des débats affleurant autour des nouveaux usages du monde rural. Le rôle joué par la JAC et le CMR et plus largement par l’Église est mis en avant par l’ensemble des protagonistes4. Durant les années 1960, la disparition des exploitations non rentables fait l’objet d’un relatif consensus, ce qui n’est plus tout à fait le cas dix ans plus tard : des résistances se font jour, le Larzac apparaissant comme un moment de basculement, dont témoigne l’usage concomitant, par les acteurs et les commentateurs, des termes « agriculteur » et « paysan ».

  • 5 Les problèmes posés par l’extension du camp du Larzac. Livre blanc, édité par l’Association de sauv (...)

8Le plateau rassemble tout à la fois des petites et moyennes exploitations familiales, « traditionnelles » mais également des structures plus récentes et « modernes », qui s’appuient sur l’organisation « industrialisée » de la production du Roquefort. Celles-ci tiennent une place importante dans la phase initiale de mobilisation, à la fois concrètement, en fournissant les premiers leaders, et en donnant au mouvement une image « positive », celle d’une agriculture innovante, à l’image de Guy Tarlier qui cultive sous forme d’un GAEC une exploitation de près de 1 000 ha (dont 200 cultivés) et 850 brebis. La dimension « moderne » de la situation de l’agriculture est l’un des principaux éléments du Livre blanc paru en mai 1971, à l’initiative de l’Association de sauvegarde du Larzac qui souligne la jeunesse des exploitants et le fort potentiel de développement, grâce au progrès technique qui permet tout à la fois de révolutionner l’élevage et la production céréalière5. Loin d’être des précurseurs de l’écologie ou des défenseur d’une agriculture « paysanne », ces nouveaux venus, grâce aux labours profonds et aux engrais, mettent en culture les terres les plus fertiles.

  • 6 Le livre de photographie, Le Larzac veut vivre, publié en 1974, offre un bon exemple de la synthès (...)

9Mais ils entraînent avec eux la quasi totalité des exploitants concernés par l’expropriation, notamment ceux du « sud » du plateau, dont le refus s’enracine dans l’attachement à la terre et au lieu, rassemblés par le « serment des 103 » au printemps 1972. Cette dynamique a assuré le maintien de la dimension « agricole » et « paysanne » du mouvement6, même si c’est au prix de tensions internes fortes, qui apparaissent relativement tôt. Tel est le cas lors des premières négociations avec le gouvernement qui propose de modifier le périmètre au profit des seules exploitations rentables, puis dans les années ultérieures, avec l’ouverture croissante vers l’extérieur et la forte instrumentalisation partisane, générée par l’intervention décisive de soutiens extérieurs.

L’extrême gauche, libertaire et régionaliste

  • 7 Yvan Bruneau, « Quand des paysans deviennent “soixante-huitards” », dans Dominique Dammame, Boris (...)
  • 8 Le témoignage le plus précis est celui de Michel Le Bris dans Les fous du Larzac, Paris, Presses d (...)

10Le déclenchement de l’affaire du Larzac se situe dans un moment de transition pour l’extrême gauche qui, dans le prolongement de mai-juin 1968, s’efforce de tirer profit des expériences et des espoirs liés aux luttes de terrain, notamment en envoyant les militants faire du « travail à la campagne7 ». Les « maos » sont les plus investis et après une expérience plutôt réussie en Bretagne durant l’été 1970, ils se rendent sur le plateau l’année suivante, à l’initiative de militants toulousains. Si le bilan est plus que mitigé8, et laisse sceptique les paysans, il illustre les convergences possibles et les alternatives aux mobilisations « classiques » de la paysannerie, qui porteront leurs fruits dans les mois à venir.

  • 9 Michel Le Bris, Occitanie : volem viure, Paris, la France Sauvage, Gallimard, 1974, 366 p.

11Un autre courant tient une place importante, aussi bien par sa participation initiale que par sa tonalité « idéologique, c’est celui des milieux occitanistes dont le renouveau culturel et politique coïncide avec le déclenchement de la lutte. Le Larzac fait figure de cas d’école du processus de dépossession menée par l’État avec l’armée – le pouvoir central –, la terre – richesse économique et symbolique – et le paysan – détenteur privilégié de l’héritage immatériel. Lors des premières actions de l’été 1971, les thématiques occitanes sont présentes, dans les chansons ou les spectacles qui accompagnent les mobilisations, mais aussi et surtout dans les slogans qui fleurissent sur les murs et sur les affiches. Sans jamais devenir centrale, en raison notamment des tensions avec la dimension « nationale » du mouvement, cette thématique ne lui en donne pas moins une identité forte et originale9.

  • 10 La première moitié des années 1970 est « l’âge d’or » de l’objection de conscience, fournissant au (...)

12Le conflit du Larzac mettant aux prises les paysans avec l’armée explique la mobilisation des militants antimilitaristes et pacifistes. La nécessité même de l’extension voire de l’existence du camp du Larzac suscite l’intervention précoce de militants antimilitaristes, issus en particulier de la mouvance chrétienne10. L’appui de la Communauté de l’Arche et de son fondateur est également décisive dans un moment-clé de l’histoire la mobilisation, au mois de mars 1972. Outre la relance de l’attention des médias à l’échelle nationale, le recours au jeûne précipite le ralliement de la hiérarchie catholique locale. Surtout, le recours à la non violence et aux actions de protestation pacifique apparaît comme une alternative à l’action directe prônée par certains militants d’extrême gauche.

13L’une des spécificités du Larzac est la diversité des acteurs qui s’investissent dès le départ dans la lutte contre le projet, et ce de manière très précoce, avant même son déclenchement « officiel ». Chacun des différents protagonistes, au gré des phases de mobilisations successives, apporte ainsi sa touche à l’élaboration d’un répertoire original et complexe.

Une mise en œuvre « atypique »

À la recherche d’un répertoire de mobilisation

  • 11 Michel Le Bris, Les fous... op. cit., p. 142.

14Les « manifestations » du printemps et de l’été 1971 se développent sous l’impulsion des militants d’extrême gauche, qui, à partir de Millau, organisent une marche vers La Cavalerie, à l’initiative de militants locaux du PSU, Robert Siméon et Jean-Marie Cassan, le 9 mai 1971, appuyés par des membres du Secours rouge de Millau et des membres de la Communauté de l’Arche. « L’homogénéité du cortège semble des plus précaires. Des militants du Secours rouge arrachent les panneaux militaires, que derrière eux remettent consciencieusement sur pied les compagnons de l’Arche [...]. Vers 13 h 30 le cortège arrive enfin devant la mairie de La Cavalerie, que des mains anonymes et nocturnes ont décoré de slogans bien sentis. Et toujours pas de paysans11. » Des paysans qui ne se montrent effectivement pas, témoignant de la méfiance qui prédomine entre deux espaces sociaux et culturels très différents, et que n’efface pas vraiment l’épisode de la « Longue marche » et l’irruption des jeunes militants gauchistes sur le plateau.

15C’est pourtant peu après que se déroule, au mois de septembre, une nouvelle mobilisation, toujours à La Cavalerie sous la forme d’une manifestation agricole « classique », selon le répertoire professionnel élaboré depuis le début des années 1960. Rien de surprenant puisque les organisateurs sont des militants syndicaux paysans, en particulier Louis Massabiau, responsable cantonal de la FDSEA. Elle prend la forme d’un défilé d’une trentaine de tracteurs, dans les rues de La Cavalerie, et d’un déversement de pierres devant la maison du maire, M. Lapeyre, favorable à l’extension du camp. Les sources évoquent aussi du fumier, beaucoup plus « habituel » que les pierres dans ce type d’action, qui s’enracinent aussi dans le passé : jusqu’à la fin du XIXe siècle, le dépôt d’immondices devant la porte d’un individu appartient au registre du charivari, avant d’être remis au goût du jour, dans les années 1960, devant les préfectures ou les permanences politiques. Les témoignages évoquent aussi un discours de Louis Massabiau menaçant d’une « escalade de la violence » et de « sortir les fourches pour le droit à la vie », tonalité qui peut surprendre pour des agriculteurs du Larzac plutôt respectueux de l’ordre, mais qui n’a rien d’exceptionnel dans un milieu agricole marqué depuis quelques années par une radicalisation des formes de lutte.

  • 12 INA, CAF95055764, JT 13 h, 10 novembre 1971.

16L’annonce « officielle » et unilatérale de la procédure d’extension le 28 octobre 1971 provoque la convergence des différents acteurs aux initiatives jusque-là isolées : L’Association pour la sauvegarde du Larzac, les paysans du plateau, l’ensemble des organisations politiques et syndicale « de gauche » de la région de Millau et surtout la FNSEA, par l’intermédiaire de Marcel Bruel. La manifestation du 6 novembre rassemble près de 6 000 personnes. On voit cohabiter les élus, les agriculteurs et quelques groupes d’extrême gauche qui s’efforcent de prolonger le défilé après l’ordre de dissolution donné par Marcel Bruel. La prise en main de la manifestation par la FDSEA se fait dans le sens de l’apaisement, dans la perspective d’une négociation amorcée par la rencontre annoncée entre Michel Debatisse, Marcel Bruel et Michel Debré le 10 novembre. Les images du reportage de l’INA témoignent d’un mélange des genres et des slogans. D’un côté les élus ceints de leur écharpe, derrière une banderole relativement « neutre » (« Bienvenue en Rouergue ») sur fond de barbelés. Et ces mêmes élus, sur un autre plan, rattrapés par une revendication beaucoup plus affirmée, tout à la fois gauchiste et occitane : « L’armada defora ! La terra al Poble12 ».

Un printemps 1972 décisif

17Le processus de négociation, privilégié par les « notables » du Comité de sauvegarde, ainsi que par les dirigeants agricoles nationaux, conduit à une impasse, un constat qui s’impose aux principaux intéressés au printemps 1972 et oblige à relancer la contestation, mais selon des modalités nouvelles. Si la menace d’un durcissement de l’action avait été brandie lors de la première mobilisation du 23 septembre, celle-ci n’est plus à l’ordre du jour : d’une part les paysans du plateau n’ont plus le soutien des responsables syndicaux départementaux, et d’autre part ils ne sont guère en position favorable pour affronter les forces de l’ordre et l’armée ! La destruction par explosif de l’hélicoptère placé à l’entrée du camp à La Cavalerie, le 19 décembre 1971, attribuée à l’extrême gauche, est presque unanimement rejetée et considérée comme contre-productive.

18D’où l’importance de la stratégie non violente que leur propose Lanza del Vasto, avec l’appui décisif des autorités religieuses locales. La non violence s’impose comme l’un des marqueurs du répertoire de mobilisation du Larzac. Cette orientation qui paraît aujourd’hui « évidente », voire fondatrice, s’est donc imposée progressivement, et contre d’autres « modèles » : celui de l’extrême gauche pour qui la lutte contre l’État capitaliste passe par l’action directe, et celui du syndicalisme agricole, en proie à une radicalisation croissante. Il faut rappeler qu’au même moment, le Midi viticole tout proche connaît une violence sans précédent, marquée à la fois par des affrontements récurrents avec les forces de l’ordre, des destructions de biens publics et privés, ainsi que la multiplication d’attentats à l’explosif.

19L’affirmation d’une stratégie propre correspond aussi à la prise de conscience des agriculteurs du plateau de la nécessité d’assurer eux-mêmes leur défense, face au refus maintenu de l’État et à la « duplicité » des corps intermédiaires auxquels ils s’étaient confiés jusqu’à présent. Tel est le sens du « serment des 103 », dont la gestation correspond à la période du « jeûne », et qui est officialisé le 28 mars 1972. Les signataires se réapproprient leur combat et c’est désormais au cœur du plateau que se discuteront et se décideront les stratégies de lutte. Sous l’angle de la mobilisation, cette nouvelle donne est visible dans l’opération « ferme ouverte », réalisée le 1er avril 1972, à l’occasion du week-end de Pâques. Celle-ci confirme « l’alliance » initiale, entre jeunes militants d’extrême gauche et agriculteurs menacés, mais davantage sous le contrôle de ces derniers. C’est aussi une étape essentielle dans la stratégie de « visibilité » du mouvement à l’échelle nationale, condition du succès. Des tracts sont distribués aux automobilistes de passage sur le plateau, invités à venir visiter les exploitations. L’opération est renouvelée au début du mois de juillet, à l’occasion des départs en vacances.

L’ouverture vers l’extérieur

20Le nécessité de maintenir l’attention explique l’importance des comités de soutien, qui commencent à se multiplier dans les principales régions et dont le but est d’entretenir la mobilisation, en resserrant le lien entre les paysans du plateau et leurs « partisans ». Un important rassemblement est ainsi organisé à Rodez, le 14 juillet 1972, où 20 000 personnes écoutent les paysans venus en tracteur. L’unité se refait à cette occasion, en présence des organisations politiques et syndicales, des représentants départementaux agricoles, membres du comité de soutien et des militants antimilitaristes qui provoquent quelques incidents symboliques. Mais au-delà de Rodez – qui n’est pas si loin du Larzac –, le mouvement s’efforce de prouver sa capacité à étendre et à renforcer sa visibilité : une soixantaine de moutons est transportée à Paris et « lâchée » sur le Champ-de-Mars, au pied de la Tour Eiffel, le 25 octobre. Quelques jours plus tard, 103 pins sont plantés le long de la Nationale 9 qui traverse le plateau.

  • 13 Michel Pigenet, « Les marches en France aux XIXe et XXe siècles : récurrence et métamorphose d’une (...)

21La stratégie de médiatisation prend une dimension nouvelle avec la « marche » de tracteurs sur Paris, décidée pour le début de l’année 1973. Évoquée lors de la manifestation de Rodez, cette initiative témoigne d’une relative originalité dans les formes de protestation agricole : si les défilés ou les barrages de tracteurs sont devenus, depuis le début des années 1960, un élément central dans les manifestations professionnelles, ils demeurent localisés, à la fois pour des raisons pratiques, liées au faible rayon d’action des tracteurs, et pour des raisons « théoriques », les dirigeants syndicaux ayant renoncé depuis la Seconde Guerre mondiale à des actions menées dans la capitale. Ce type d’action permet de donner une visibilité maximale à un groupe protestataire aux faibles ressources13. De fait, si les tracteurs du Larzac ne peuvent atteindre Paris, bloqués par la police à Orléans, ils suscitent sur leur passage la mobilisation des comités de soutien, et notamment des groupes locaux de paysans travailleurs, qui relaient leur mot d’ordre et suppléent l’appui « mesuré » de la FNSEA. Surtout, sur le plan médiatique, l’événement remet le Larzac au cœur de l’actualité nationale, retenant l’attention des médias – presse nationale et télévision – pendant quelques jours. À la marche sur Paris répond, au mois d’août 1973, celle des paysans travailleurs sur le Larzac, qui rassemble plus de 50 000 per - sonnes. La portée de l’événement est encore accrue par la présence des ouvriers de Lip.

22Ainsi, l’année 1973 marque de toute évidence un tournant. La défaite des gauches aux élections législatives met un terme aux espoirs d’une issue politique, le gouvernement entendant engager le processus d’expropriation. Le mouvement doit donc rebondir, avec l’adoption d’une stratégie plus offensive. Il ne s’agit plus seulement d’informer, mais aussi de construire : début 1973, c’est le lancement de l’Association pour la promotion de l’agriculture sur le Larzac, dont l’objectif est de financer des projets d’équipement et de développement des exploitations, en principe « gelés » par la procédure d’expropriation. Les premiers fonds récoltés permettent le lancement de l’opération de La Blaquière : la reconstruction illégale d’une bergerie. Durant la même année, les parents d’élèves du plateau obtiennent de la mairie de Millau la réouverture d’une école, signe de la vitalité démographique. Des actions offensives se poursuivent en 1974, notamment avec la création d’un GFA (groupement foncier agricole) afin d’acquérir un maximum de terres, notamment celles des non-résidents, dans le but de rendre plus complexes les acquisitions par l’État.

Un conflit de communication

Le poids des images

  • 14 INA, CAF95055779, JT Nuit, 15 mai 1973, « Les Indiens du Larzac ».

23À l’image des rassemblements organisés sur le plateau ou des visites spectaculaires, comme celle de l’Indien « Petite plume » en « tournée » en Europe14, le 7 mai 1973, la lutte du Larzac est très rapidement une bataille de l’opinion et des images, notamment celles diffusées par la télévision, qui s’imposent comme un enjeu essentiel de l’affrontement politique. La production et le contrôle de l’information sont déterminants pour un mouvement ultra minoritaire – quelques centaines de personnes. Le cas du Larzac, s’il est exceptionnel, s’inscrit d’ailleurs dans un mouvement plus large, celui des usages politiques de la télévision et des représentations qu’elles véhiculent. Au début des années 1970, la diffusion d’un reportage dans l’émission « Adieu coquelicots » consacré à la situation de l’agriculture provoque des protestations mais aussi des manifestations d’agriculteurs. Des relais hertziens sont même détruits dans le Midi à coups d’explosifs.

24Le traitement par l’ORTF du conflit du Larzac, si on s’en tient seulement aux images et aux commentaires, n’est pourtant pas monolithique. Le premier reportage, diffusé en novembre 1971, est relativement nuancé, mettant en avant, au-delà des conditions naturelles difficiles, la capacité d’adaptation des hommes : « sur ce plateau vivent des agriculteurs, éleveurs de mouton, et il faut les exproprier ; soixante-dix exploitations environ seront touchées. Pour vaincre l’isolement, l’aridité de la terre, la sécheresse, ces paysans se sont regroupés, ont employé de méthodes de production modernes, et ils font maintenant partie des rares agriculteurs qui n’ont pas de problèmes d’excédents, toute leur production étant utilisée pour le Roquefort, le prix du lait étant indexé sur le prix de vente du Roquefort. Aujourd’hui on ne quitte plus le Larzac : deux chefs d’exploitation sur trois ont moins de cinquante ans ». Suivent deux interviews : la première d’un jeune cultivateur, Louis Massabiau, au milieu de sa salle de traite, qui se plaint de ne pouvoir augmenter son cheptel (400 brebis), l’achat de terre étant gelé par l’armée. La seconde, plus longue, donne la parole à la famille Jonquet de La Blaquière : on y entend la détermination des paysans et la force de leur attachement à leur terre. Si les images ne sont pas nécessairement « positives », avec en bruit de fond le sifflement du vent sur le plateau, elles n’enlèvent rien à la détermination de la parole paysanne exprimée par Auguste Guiraud :

  • 15 Michel Le Bris fait référence à cette phrase comme émanant d’un reportage réalisé par la station d (...)
  • 16 INA, CAF97082274, JT 20 h, 28 novembre 1971.

« – Vous aviez l’intention de rester ici ?
– Je pense bien. D’ailleurs je reste. J’ai toujours dit que je ne partirai qu’entre quatre planches. J’ai envie de me battre, moi. En 39 on m’a donné un fusil pour défendre mon bifteck, mon bifteck est ici maintenant, alors je le défendrai15.
– Et qu’est-ce que vous allez faire s’il n’y a plus de terre ?
– J’en sais rien, mais on me les a pas encore prises, je ne les laisserai pas prendre16. »

25Le reportage évoque également la difficile reconversion des agriculteurs expropriés, dans une région en crise où le camp ne créera que peu d’activité, puis s’achève sur l’initiative de Michel Debré et les perspectives d’apaisement permises par la mise en place de la commission, chargée « de définir un nouveau tracé du camp ».

« Le sol rocailleux du Larzac »

  • 17 Ces images de La Blaquière sous la neige furent utilisées à plusieurs reprises, dans des reportage (...)

26Or, il est frappant de constater, dans les semaines suivantes, que le discours s’infléchit vers une vision beaucoup plus univoque : telle est l’orientation donnée par le reportage qui accompagne l’intervention de Michel Debré, le 8 février, annonçant la fin de la phase de concertation. La journaliste résume les modifications apportées par la commission ; les images qui accompagnent son propos ont été extraites du reportage du 26 novembre et dressent cette fois un tableau résolument misérabiliste17. Il suscite d’ailleurs une protestation immédiate des agriculteurs, relayée notamment par les militants du CMR :

  • 18 Cité par Michel Le Bris, Les fous du Larzac, op. cit., p. 243.

« Il est une arme plus redoutable pour l’esprit que la mitraille, c’est celle d’un téléobjectif téléguidé. Nous n’avons pas vu un seul jeune agriculteur, ni une ferme, ni un champ, ni une culture, ni une machine, ni une habitation moderne comme il en existe beaucoup sur le plateau. Nous avons vu seulement des images de cailloux, une vieille roue de charrette contre de vieux pans de murs et quelques visages de braves femmes, âgées pour la plupart18. »

27Le lendemain, les déclarations du ministre sont mises en image selon une autre thématique, qui va devenir centrale dans la communication gouvernementale : celle de la manipulation politique.

  • 19 INA, CAF95055765, JT 20h, Entretien avec Michel Debré, 8 février 1972.

« Il y a deux sortess de réactions. Il y a des réactions justifiées de ceux qui posent des questions, attendent des réponses, qui font remarquer quelques défauts et demander quelques remèdes […]. Et puis il ya d’autres critiques dont en fin de compte on voit bien quel est le mobile : chaque fois que la défense nationale entreprend quelque chose, il s’agit de la critiquer, il s’agit de l’attaquer. C’est de la part de ces Français-là la manifestation, une nouvelle fois, de l’idée fausse qu’un pays peut être libre sans être défendu19. »

  • 20 INA, CAF95055766, JT nuit, 09/02/1972. La partialité du commentaire est encore accentuée par les i (...)

28Outre l’aspect « désertique » toujours présent, par l’utilisation d’un long plan tournant et d’un travelling autoporté, renforçant le sentiment de vide, le reportage stigmatisme les opposant au projet : « partisant et opposant de l’extension s’affrontent, parfois avec violence, insultes, intimidations, menaces de mort même, provoquent la terreur et font taire les tenants de l’agrandissement du camp »20, images chocs à l’appui.

Quels bergers pour les moutons ?

29Face à la capacité de résistance et de rebonds du mouvement, la tentation de la crispation peut réapparaître. C’est le cas à l’été 1973 dans la couverture par l’ORTF de la marche sur le Larzca et de ses prémices. Avant la manifestation, un reportage national fait le point sur la situation, souignant à la fois la résistance inattendue des paysans et, surtout, la place de plus en plus importante prise par les éléments extérieurs. Le contraste est frappant entre la parole des acteurs, Guy Tarlier et Henri Ramade, et le commentaire. Celui-ci insiste principalement sur des paysans progressivement dépouillés de leur combat :

« Dans tout cela les agriculteurs ne veulent que préserver leur terre de l’expropriation et rester indépendants. Mais indépendans, le peuvent-ils encore ? Au centre d’information de La Cavalerie défilent des cohortes aux passions mal réglées. Les moutons du Larzac ne s’attendaient pas à ces bergers-là : les non violents se mêlent aux Occitans, les objecteurs de conscience aux extrémistes, et c’est maintenant l’armée qui est en avant-scène et en position défensive. »

30Or, Guy Tarlier dans son propos met au contraire l’accent sur la dimension locale :

  • 21 INA, CAF91010639, JT 20 H, 25 août 1972.

« Localement, nous avons aussi bien le soutien de tous les maires de l’Aveyron, de tout l’ensemble du conseil général, de tous les partis de gauche que de l’évêque, tout le monde se trouve rassemblé autour de nous pour nous soutenir21. »

  • 22 Georges Beau, Vie et mort du Larzac, Paris, Solar, 1974, pp. 131-136.

31Le compte rendu de la marche sur le Larzac, quelques jours plus tard, déclenche une polémique à l’initiative des journalistes de la télévision régionale, dénonçant le contraste entre leur reportage et son utilisation au niveau national22. Moins que la question des chiffres, le parti pris est cette fois de nier la composante paysanne :

  • 23 INA, CAF91010646, 26 août 1973.

« Sur le Larzac, pendant quarante-huit heures, le cirque du Rajal, vaste enceinte naturelle aux allures de théâtre antique, accueillait les professionnels de la contestation et les porteurs de revendications de tous ordres. Ils étaient réunis là par les paysans travailleurs, considérés, sinon comme les gauchistes de l’agriculture, du moins comme l’aile gauche du CNJA, le Centre national des jeunes agriculteurs. Rassemblés au départ pour protester contre le plan d’extension du camp du Larzac, tous ces jeunes se retrouvaient davantage autour des slogans hostiles à la bourgeoisie, au capitalisme, au gouvernement et à l’armée. [...] De cette manifestation, l’essentiel restait la longue marche sur la bergerie de La Blaquière, construction sans permis de construire devenue l’emblème des paysans du Larzac et que les bénévoles viennent construire pierre par pierre. [...] Dans ces circonstances les querelles de chiffres restent stériles, l’important était de savoir qui manifestait et pourquoi : en tête du cortège, la banderole des paysans du Larzac, qui disparaissait bien vite derrière celle des autonomistes occitans, bretons, derrière les drapeaux rouges et les drapeaux noirs. Si quelqu’un a prouvé quelque chose aujourd’hui au Larzac, ce ne sont pas les paysans, non plus les gens de la région qui désapprouvaient dans l’ensemble ce rassemblement. Hier soir, à Millau, par exemple, les cafés avaient préféré tirer leur rideau23. »

  • 24 INA, RGC9710160956, JT Soir 3, 27 août 1973.
  • 25 INA, PHD95065072, Inter-Actualités, 20 h, 26 août 1972.

32La seconde partie du reportage a pour bruit de fond le slogan « les flics hors de Lip, l’armée hors du Larzac ». Outre ces commentaires, un certain nombre de séquences ont été effectivement coupées du reportage réalisé quelques jours auparavant, en particulier une longue interview d’un paysan, exprimant sa joie de se voir ainsi soutenu, et qui est en revanche diffusée sur FR3 Montpellier le 27 août 197324. Cette même interview est d’ailleurs reprise sur France-Inter le 26 août, offrant une lecture de l’événement totalement opposée à celle du journal télévisé25.

***

  • 26 INA, CAF 93034510, « À armes égales », 13 juin 1972.

33Le Larzac, à l’issue de la période étudiée, est bien au cœur du politique et de ses mutations : non seulement sur la forme, par la mise en œuvre de nouvelles pratiques de mobilisation, mais aussi sur le fond, en fonctionnant comme un creuset efficace des recompositions idéologiques et partisanes. Le Larzac est ainsi utilisé, dans le face-à-face qui oppose le premier secrétaire du PS à Michel Debré, dans le film présenté par chaque candidat26. François Mitterrand se rend une première fois sur le plateau, lors des élections législatives de 1973, puis vient participer au mois d’août 1974, après son échec à la présidentielle, à la grande moisson organisée sur le plateau. Si sa visite est quelque peu chahutée, elle est un point de départ à la reconquête de la gauche unie qui mènera à la victoire de 1981 et à la suppression du projet d’extension du camp.

34Le Larzac est aussi le point d’orgue de la campagne électorale de René Dumont, premier candidat écologiste à prendre part à la bataille des présidentielles, où il se rend, non pas en tracteur, mais en vélo ! L’écologie politique, encore embryonnaire au début des années 1970, va d’ailleurs bientôt accompagner la mutation du combat du Larzac, de la défense d’une agriculture intensive à l’invention et à la promotion d’une agriculture « paysanne ».

Notes

1 Alexander Alland les évoque, mais ne les a directement consultées au ministère de l’Intérieur que grâce à ses contacts politiques et avant leur versement aux Archives nationales.

2 Didier Martin, Le Larzac. Utopies et réalités, Paris, L’Harmattan, 1987, 223 p. ; Alexander Alland, Le Larzac et après. L’étude d’un mouvement social novateur, Paris, L’Harmattan, 1995, 271 p.

3 INA (Institut National de l’Audiovisuel), CAF95055764, JT 13 h, 10 novembre 1971.

4 Par exemple dans le témoignage de Pierre Burguière, réalisé par Yvan Bruneau le 25 septembre 2003. Yvan Bruneau, La confédération paysanne, thèse de doctorat de science politique, Paris X, 2006, 2 vol., 627 p.

5 Les problèmes posés par l’extension du camp du Larzac. Livre blanc, édité par l’Association de sauvegarde du Larzac et son environnement, mai 1971, 34 p.

6 Le livre de photographie, Le Larzac veut vivre, publié en 1974, offre un bon exemple de la synthèse réussie entre modernité et tradition, entre le Larzac terre d’innovation et le Larzac « patrimonialisé ».

7 Yvan Bruneau, « Quand des paysans deviennent “soixante-huitards” », dans Dominique Dammame, Boris Gobille, Frédérique Matonti, Bernard Pudal (dir.), Mai-Juin 1968, Paris, Éditions de l’Atelier, 2008, p. 344-356. Yannick Drouet, Jean-Philippe Martin, « Les maoïstes et les Paysans-Travailleurs (fin des années 1960-1970), Dissidences, no 9, 2010 (à paraître).

8 Le témoignage le plus précis est celui de Michel Le Bris dans Les fous du Larzac, Paris, Presses d’aujourd’hui, 1975.

9 Michel Le Bris, Occitanie : volem viure, Paris, la France Sauvage, Gallimard, 1974, 366 p.

10 La première moitié des années 1970 est « l’âge d’or » de l’objection de conscience, fournissant au Larzac un important réservoir de jeunes militants.

11 Michel Le Bris, Les fous... op. cit., p. 142.

12 INA, CAF95055764, JT 13 h, 10 novembre 1971.

13 Michel Pigenet, « Les marches en France aux XIXe et XXe siècles : récurrence et métamorphose d’une démonstration collective », Mouvement social, no 202, janvier-mars 2003, p. 69-94.

14 INA, CAF95055779, JT Nuit, 15 mai 1973, « Les Indiens du Larzac ».

15 Michel Le Bris fait référence à cette phrase comme émanant d’un reportage réalisé par la station de Montpellier, en réaction à la déclaration de M. Debré de février 1972, et jamais diffusé. En fait, la phrase est donc antérieure de quelques mois.

16 INA, CAF97082274, JT 20 h, 28 novembre 1971.

17 Ces images de La Blaquière sous la neige furent utilisées à plusieurs reprises, dans des reportages ultérieures, notamment ceux diffusés en août 1973.

18 Cité par Michel Le Bris, Les fous du Larzac, op. cit., p. 243.

19 INA, CAF95055765, JT 20h, Entretien avec Michel Debré, 8 février 1972.

20 INA, CAF95055766, JT nuit, 09/02/1972. La partialité du commentaire est encore accentuée par les images, en couleur, où les slogans apparaissent en rouge sur fond blanc.

21 INA, CAF91010639, JT 20 H, 25 août 1972.

22 Georges Beau, Vie et mort du Larzac, Paris, Solar, 1974, pp. 131-136.

23 INA, CAF91010646, 26 août 1973.

24 INA, RGC9710160956, JT Soir 3, 27 août 1973.

25 INA, PHD95065072, Inter-Actualités, 20 h, 26 août 1972.

26 INA, CAF 93034510, « À armes égales », 13 juin 1972.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540