Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les partis à l’épreuve de 68

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Première partie. Temps de la contestation générale de la société

Les partis politiques de gauche au risque de la décennie féministe (1971-1981)

Michelle Zancarini-Fournel

Texte intégral

1Je vais examiner un arc chronologique large et l’étendre à toute la « décennie féministe » jusqu’en 1981, afin de pouvoir traiter la question des influences du féminisme sur les partis politiques de gauche. Parler de décennie féministe ne signifie pas faire de l’année 1970-1971, l’an I de la libération des femmes en adoptant le point de vue de la revue Partisans parue à l’automne 1970 et titrée « Libération des femmes année zéro ». Dès l’automne 1965, lors de la campagne présidentielle de François Mitterrand, la question des femmes, de la maternité et de la contraception est posée publiquement. Mais c’est dans la seconde partie de la décennie des années 1970 que l’influence des féministes a été déterminante sur le fonctionnement des partis ; c’est à ce moment aussi que la question de l’orientation du vote des femmes s’est posée, devenant un enjeu majeur pour l’élection présidentielle de 1981.

2Cette étude présente cependant plusieurs paradoxes. Les féministes dites de « la deuxième vague », celle des années 68, ont négligé les transformations du système politique après 1968. Par des répertoires d’action originaux, le MLF (Mouvement de libération des femmes) a affirmé, au nom de toutes les femmes, des mots d’ordre et des revendications politiques sans se contraindre à une organisation institutionnalisée, ni à des objectifs progressifs et limités propres aux partis. Dans le droit fil de la tradition extra-parlementaire de l’extrême gauche (dont viennent la plupart de ses militantes), les femmes du MLF se désintéressant des enjeux électoraux ne souhaitent soutenir officiellement aucun parti. Au nom d’une vision radicalement différente du politique, elles imposent le mot d’ordre « le privé est politique », et elles influencent, indirectement, un certain nombre d’adhérentes des partis traditionnels.

  • 1 Voir l’article de Martine Storti, « Journée nationale de France-Avenir : toutes derrière et Chirac (...)

3Mon propos ne concerne que les partis politiques de gauche. Il faudrait faire une autre analyse pour les partis du centre et de la droite – l’histoire entre autres de l’association France-Avenir1 – portées par des femmes dont certaines ont fait, plus tard, un chemin commun avec les femmes de gauche au moment du combat pour la parité à partir de 1993. Il faudrait aussi, pour une étude complète, s’intéresser aux groupes d’extrême gauche, qui, avant les partis traditionnels, ont connu entre 1970 et 1975 le même processus de contestation par leurs militantes de leurs structures et de leurs modes de fonctionnement ce qui a abouti à la déstabilisation de ces groupes, voire pour certains, à leur dissolution (Vive la Révolution ! par exemple) ; ils ont été par ailleurs des laboratoires d’expériences et d’idées sur l’entrisme ou non dans les commissions femmes des syndicats ou des partis de gauche. Les féministes ont fait amèrement le constat que les groupes d’extrême gauche ne se préoccupaient guère de ce qui intéressait les femmes « ordinaires », ce qui n’était pas le cas alors des magazines aussi peu politiques que Elle ou Marie-Claire.

4La problématique générale de cette étude scrute les interactions entre les idées et les pratiques d’une société marquée après 1968 par une contestation rampante, multiforme et multisectorielle, et l’idéologie et les pratiques des partis politiques entre 1971 et 1981. Il faut ne pas oublier, en toile de fond, l’union (1972-1977), puis la désunion de la gauche, et la concurrence entre le PCF et le PS pour l’hégémonie sur le champ politique de la gauche. Si, dans la période, le Parti socialiste, constitué de militants d’origine très diverse, contribue en fin de compte plus que le Parti communiste à légitimer certains thèmes portés par une partie de son électorat (en particulier ceux sur les droits et les luttes des femmes), il s’est bien gardé de modifier son schéma organisationnel structuré par les motions et les courants et la domination masculine. Les enjeux électoraux sont restés essentiels dans toute la période et c’est à cette aune qu’il faut lire l’ultime discours, carrément féministe, de la campagne présidentielle de François Mitterrand au printemps 1981.

1971, état des lieux

5On peut d’emblée souligner la contradiction entre la prise en compte précoce de la question de la contraception dans l’espace politique et sur la scène publique lors de la campagne présidentielle de François Mitterrand en 1965 et sa non-prise en compte dans le nouveau parti né à Épinay en 1971, alors que, au même moment, les actions spectaculaires des féministes donnent un tout autre sens à ce combat avec le mot d’ordre « contraception et avortement libres et gratuits ».

  • 2 C’est l’interprétation de Sylvie Chaperon dans Les années Beauvoir (1945-1970), Paris, Fayard, 200 (...)

6Bien avant 1971, le socialisme avait en effet eu partie liée avec des groupements féminins. Au sein de la Convention des institutions républicaines (CIR), puis de la Fédération de la gauche démocrate et socialiste née en 1965 (FGDS), le Mouvement démocratique féminin (fondé en 1961 par des femmes de toutes tendances politiques) faisait preuve de son dynamisme. Les adhérentes gaullistes, dont la présidente Mme de Lipkowski, le quittent dès 1962 sur le refus du groupe d’approuver l’élection du président de la République au suffrage universel2. Sa nouvelle présidente de 1962 à 1970, Marie-Thérèse Eyquem, en compagnie de Colette Audry, d’Yvette Roudy, d’Évelyne Sullerot et de Marguerite Thibert, jouent alors un rôle important de diffusion d’un féminisme égalitaire inspiré de l’œuvre de Simone de Beauvoir, en particulier du Deuxième Sexe (1949). Ce mouvement préfigure en quelque sorte l’union de la gauche dix ans plus tard, comme l’analyse en 1968 Marie-Thérèse Eyquem :

  • 3 Dans sa profession de foi pour les élections législatives de1968 citée par Florys Castan Vicente, (...)

« N’ayant jamais appartenu à un parti politique, (je suis) entrée au MDF peu après sa fondation, car il constituait le premier essai de regroupement de la gauche démocratique (femmes radicales, socialistes, conventionnelles, PSU, nombreuses femmes sans parti)3. »

  • 4 Sophie Pépin, « Le mouvement démocratique féminin : un mouvement de femmes avant le mouvement des (...)

7À l’automne 1965, Yvette Roudy crée un journal bi-mensuel, La femme du XXe siècle tirant entre 3 000 et 7 000 exemplaires, qui prône les droits des femmes (égalité au travail avec le mot d’ordre « à travail égal salaire égal » et égalité dans le couple par le soutien à la réforme des régimes matrimoniaux), en insistant particulièrement sur le droit au « planning familial » (c’est-à-dire une planification des naissances grâce à la contraception, encore interdite par la loi de 1920)4. La photographe Janine Niepce y collabore, ses clichés illustrent le journal. En 1965, les dirigeantes du MDF demandent à François Mitterrand de soutenir leurs thèses à l’occasion de sa première campagne présidentielle. En défendant dans plusieurs discours, et pour la première fois à la télévision, le droit des femmes d’accéder à la contraception, François Mitterrand faisait ainsi le pari de rallier à sa cause de nouvelles électrices jeunes, urbaines et salariées.

  • 5 La femme du XXe siècle, no 6.
  • 6 Voir sur FMA le témoignage de Jacqueline Feldman, CLIO Histoire, femmes et sociétés, no 29, 2009, (...)

8Le MDF est en 1964 l’un des sept clubs fondateurs de la Convention des institutions républicaines (CIR). À la FGDS créée en 1965, membre du comité exécutif, Marie-Thérèse Eyquem est chargée des « problèmes féminins » dans une commission spécifique, élabore un véritable programme et prépare un Livre blanc sur la condition de la Française (dont il ne reste apparemment aucune trace). Elle fait partie du contre-gouvernement de gauche en 1966, « contre-ministre de la promotion de la Femme5 ». À partir de 1967, elle se lance, sans succès, dans le combat électoral : la FGDS présente 16 femmes dont 11 viennent du CIR et font partie du premier cercle des dirigeantes du MDF. Mai 68 est sûrement la cause du déclin du MDF, avec l’émergence d’un nouveau type de féministes, dont certaines issues de ses rangs (les femmes qui animent le groupe FMA, Féminisme, Masculin, Avenir6) jugent le mouvement trop timoré. Après 1968, le Mouvement démocratique féminin entre en sommeil de l’aveu-même d’Yvette Roudy.

9L’après 1968 est marqué par la création et l’essor d’un nouveau mouvement féministe, le « MLF » à l’extérieur des groupes et des partis. En effet, une nouvelle génération de féministes fait son apparition dans l’espace public. Hérités de 1968, leurs répertoires d’actions spectaculaires et symboliques, frappent l’opinion. Avec le slogan « le privé est politique », la mise en avant des questions du corps comme question politique – le droit à disposer de son corps en revendiquant avortement et contraception libres et gratuits (revendiquer plus pour avoir peut-être moins) – le MLF, issu du mouvement de 1968, contribue à redéfinir les frontières du politique. Les femmes rassemblées dans un mouvement non mixte, entendent parler au nom de toutes les femmes et la légitimité politique de leurs revendications croît dans la décennie au cours de manifestations non-violentes, mais spectaculaires. En avril 1971, avec le célèbre Manifeste des 343 femmes déclarant avoir avorté, puis la défense en 1972 devant le tribunal de Bobigny d’une mère et sa fille ayant avorté, elles défient la loi et pratiquent, avec de jeunes médecins du GIS (Groupe Information Santé), des avortements dans le MLAC (Mouvement pour la Liberté de l’avortement et la contraception), association légale créée en 1973. Elles contraignent de ce fait les partis à prendre position et les gouvernements à légiférer, notamment sur la question de la contraception et de l’avortement.

10En 1971, le PCF rend public son programme Changer de cap destiné à servir de base à la négociation du Programme commun de gouvernement qui est signé en 1972 entre le PCF, le PS et les radicaux. Produit en 1972, un film didactique, présente, en images, les grandes lignes de ce programme : une femme rêve pour la société nouvelle de l’égalité et de la fin des discriminations. Dans son programme intitulé Changer la vie le Parti socialiste promet, lui, d’éliminer les discriminations, mais il est en retrait sur les revendications et propositions antérieures, plus audacieuses, du Mouvement démocratique féminin. Dans le Programme commun de la gauche en 1972, la question des femmes est abordée dans deux chapitres avec un point de vue et un vocabulaire fortement datés : l’un porte sur « une politique familiale hardie » conforme au vieux fonds maternaliste du Parti communiste, qui veut concilier maternité et travail, l’autre sur « la promotion de la femme » décalque le titre d’un livre du début des années 1960. Au nom de l’égalité, les femmes du PS s’opposent au PCF qui propose la retraite à 55 ans pour les femmes et 60 ans pour les hommes. Mais, sur ce point, c’est la position du PCF qui l’emporte.

11Le PCF a toujours été méfiant à l’égard des initiatives qui ne viennent pas du parti, et son hostilité aux féministes est constante. Marie-George Buffet le reconnaîtra beaucoup plus tard : le MLF était réputé être un « mouvement bourgeois et contre-révolutionnaire ». Et dans les manifestations du 1er mai les féministes françaises se font bousculer par les membres du service d’ordre syndical de la CGT (en particulier en 1976). En décembre 2000, lors d’un débat organisé pour commémorer le congrès de Tours et les 80 ans du PCF, l’ancienne dirigeante communiste Madeleine Vincent a rappelé « la conception étroite de l’égalité » d’un parti « qui se considérait comme un guide n’ayant pas besoin de l’apport d’autres mouvements ». Pour cause d’absence de démocratie, il a raté ce débat sur l’égalité, synonyme pour les femmes « de liberté de disposer de notre corps et de notre vie », juge sévèrement, mais fort tardivement, Madeleine Vincent longtemps porte-parole de la ligne officielle sur la question des femmes. En mai 1971, le PCF avait fini par accepter, dans certains cas seulement, le recours à l’avortement thérapeutique.

  • 7 Archives de l’OURS, citées par Florys Castan Vicente, op. cit., p. 190.

12Au congrès d’Épinay du Parti socialiste en 1971, et malgré la rhétorique du discours mitterrandien, la question des femmes n’a pas été évoquée. Yvette Roudy affirme (a posteriori en 2006) qu’en 1971, elle qui venait des clubs, a découvert le monde de la SFIO, un monde viril, fermé, où, comme au PCF, le féminisme était considéré comme un avatar de la bourgeoisie. Le MDF n’existe plus. En 1971, deux femmes seulement comptaient au PS : une sénatrice Irma Rapuzzi, plutôt antiféministe, et Jeannette Brutelle-Duba, venue de la SFIO, dirigeante du club Louise Michel, secrétaire nationale de la commission des « problèmes féminins » à la FGDS après 1968, qui entendait protéger le parti de l’influence des mouvements féministes actifs à cette date dans la rue. Pourtant, c’est à Marie-Thérèse Eyquem qu’est confié, au comité directeur du 11 septembre 1971, la responsabilité « du comité de coordination des problèmes féminins »7. François Mitterrand échoue aux présidentielles du printemps 1974 : le vote féminin ne lui pas été majoritairement acquis.

13Si, progressivement, les principaux responsables politiques ont intégré le fait que les femmes puissent être une ressource potentielle importante dans les scrutins, le métier politique reste largement un bastion masculin. Les partis sont l’instrument de la formation à ce véritable « métier d’hommes ». Il a fallu du temps pour comprendre la rime entre féminisme et communisme avoue en 2000 Marie-George Buffet, et elle rappelle « la bataille frontale » qu’il a fallu mener sur le droit à la contraception dans un parti hostile, « un parti construit au masculin, comme les autres ».

La question de la sous-représentation des femmes dans les partis de gauche

  • 8 Laure Bereni, « Lutter dans ou en dehors du Parti ? L’évolution des stratégies féministes du Parti (...)
  • 9 Joan W. Scott, La citoyenne paradoxale : les féministes françaises et les droits de l’homme, Paris (...)

14Elle a été, dénoncée, en interne, par une poignée de femmes et construite progressivement comme une cause digne d’être défendue8. Les appareils dirigeants sont très peu féminisés. En 1971, au PS, il n’y a que trois femmes sur 81 membres du comité directeur, aucune au comité exécutif (sur 21), ni au secrétariat national (sur 13). Une seule sénatrice et aucune femme députée bien que le groupe socialiste à l’Assemblée nationale, devenu plus nombreux, ait été rajeuni après les résultats des élections législatives de 1973. La question fondamentale dont le paradoxe a été souligné par Joan Scott pour l’universalisme – celle du rapport entre revendications d’égalité et l’appui sur une spécificité féminine – a été posée d’emblée9. L’Union des femmes françaises, organisation proche du PCF, affirme la différence et la complémentarité des sexes et récuse l’égalitarisme. En 1971, les femmes qui comptaient au PS avaient refusé une structure femme spécifique au nom d’une volonté d’égalité et du rejet de ce qui est qualifié de « ghetto ». En 1975, qui est aussi « l’année internationale de LA femme » à l’ONU, François Mitterrand semble avoir tranché : il écrit dans la préface du livre autobiographique d’Yvette Roudy, La Femme en marge :

  • 10 Yvette Roudy, La femme en marge, Paris, Flammarion, 1975, p. 8.

« Il existera une vraie société socialiste le jour où la femme ne sera pas seulement reconnue par nous comme une égale, mais comme différente, c’est-à-dire où nous n’essaierons plus de lui imposer... notre propre modèle, mais où nous accepterons qu’elle invente le sien10. »

15Le programme de Suresnes adopté au PS en 1972 revendique le droit à la contraception et à l’avortement, témoin de positions plus radicales chez les militants qui adoptent cette proposition. Proches de François Mitterrand depuis le Mouvement démocratique féminin, les plus anciennes féministes du PS, Marie-Thérèse Eyquem, Yvette Roudy et Colette Audry – se battent pour maintenir la question de l’égalité des sexes dans le programme socialiste et le Programme commun et pour imposer des quotas par sexe dans les instances dirigeantes du parti. Plus de 80 % des militants y sont favorables de même que le premier secrétaire, François Mitterrand. Lors du congrès de 1974, elles obtiennent ainsi l’insertion dans les statuts du Parti socialiste la mention d’un quota de 10 % au moins de femmes à tous les niveaux de l’organisation et sur les listes de candidatures (y compris les suppléants). Au congrès de Pau en 1975 deux femmes deviennent secrétaires nationales, Marie-Thérèse Eyquem et Édith Cresson ; une « Délégation nationale » est créée, d’abord dénommée « à la condition féminine », et que Denise Cacheux sa première présidente a fait dénommer ensuite « à l’action féminine ». Denise Cacheux est une mère de famille du Nord qui a fait carrière dans le social : infirmière, assistante sociale, puis professeur dans l’enseignement spécialisé dans le social. Adhérente en 1971 au Parti socialiste, elle se présente avec succès aux élections municipales de Lille. En 1977, elle devient adjointe au maire de Lille, conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais en 1979. Elle échoue aux élections législatives de 1978, mais devient députée en 1981 comme suppléante de Jean Le Garrec, nommé ministre.

  • 11 Hélène Hatzfeld, Faire de la politique autrement. Les expériences inachevées des années 1970, Renn (...)
  • 12 Michelle Zancarini-Fournel, « Genre et politique : les années 68 », Vingtième Siècle. Revue d’hist (...)

16En 1974, après les Assises pour le socialisme, plusieurs milliers d’adhérents et d’adhérentes, venant du PSU, des syndicats ou des clubs, rejoignent le Parti socialiste11. Ces adhérents se caractérisent souvent, par un pluri-militantisme syndical et associatif et renforcent dans le parti les idées féministes qui ont irrigué par capillarité le monde du travail12. Pour les femmes, c’était le droit à disposer de leur corps qui était au cœur de l’actualité politique. Il y avait un militantisme tout à fait différent du militantisme classique du parti. Mais l’organisation du PS était structurée en courants et pris dans des fonctionnements rigides « du courant à la motion » rendant difficile la représentation des femmes. Quant à l’application du quota de 10 % sur les listes, il a fallu, pour les femmes du PS, batailler pour l’imposer. Après menace de dénonciation publique, conférence de presse, sit-in, les hommes de la direction ont décidé, pour faire entrer 10 % de femmes au comité directeur, plutôt que d’éliminer des hommes, d’augmenter le nombre de membres du comité (la CFDT a fait de même quelques années plus tard). Au congrès de Nantes, une manœuvre d’appareil menée par Pierre Mauroy permet de faire adopter la décision de mettre 15 % de femmes alors que, position soutenue par la base des adhérents, le quota devait être de 20 % correspondant au pourcentage d’adhérentes dans le parti. Yvette Roudy le raconte dans Mais de quoi ont-ils peur ? :

« Exaltant les mérites des femmes, il (Pierre Mauroy) arracha à la hussarde et à main levée un vote en faveur d’un quota de 15 %... »

17Mais le principal danger politique vient en fait de la droite de gouvernement.

18En 1974, l’élection de Valéry Giscard d’Estaing qui crée un secrétariat d’État à la Condition féminine occupé par Françoise Giroud, et la mise en avant d’un programme favorable aux femmes (dont les lois Veil sur la contraception en 1994 et sur l’interruption volontaire de grossesse en janvier 1975) déstabilisent les partis de gauche qui se gardent toujours par ailleurs des féministes.

19Pour reprendre l’initiative, les communistes développent une intense propagande lors de l’année de la Femme en 1975 : Mireille Bertrand membre du bureau politique affirme qu’il y environ 30 % de femmes au PCF soit 125 000 femmes (employées, enseignantes ou ouvrières). Elles sont en nombre dans l’organisation (16 femmes au CC au XXe Congrès) et 40 % des candidates aux législatives sont présentées par le PCF.

Les partis de gauche au risque de leurs propres féministes (1977-1981)

  • 13 L’Humanité, « Femmes, manifestation pour l’avortement », 8 octobre 1979.
  • 14 Archives privées, « Un poing c’est tout » brochure publiée par les Éditions Tierce, 139 p., qui re (...)

20Au PCF (et parallèlement à la CGT), une ouverture se fait jour avec une embellie de courte durée entre 1976 et 1978. Revendiquant avec fierté ses neuf nouvelles élues en mars 1978 (soit au total 2/3 des 18 femmes élues), le PCF affirme dans L’Humanité du 21 mars 1978 « qu’il est le seul à pou - voir prendre en compte les aspirations des femmes et à les traduire concrètement » même « s’il reste encore du chemin à faire ne serait-ce que pour mieux éclairer la voie de leur libération ». Le Parti communiste se proclame même le « parti de la libération de la femme ». Mais un mois plus tard en avril 1978, L’Humanité refuse de publier le texte « Le PCF mis à nu par ses femmes », écrit par des adhérentes communistes, texte publié finalement dans Le Monde. Par ailleurs, les pratiques de certains cadres communistes restent marquées par la coercition et la violence virilistes. Onze femmes qui étaient allées voir en délégation, suite à une demande d’audience, Roland Leroy, député de Seine-Maritime et directeur de L’Humanité pour lui demander de rectifier le compte rendu paru dans son journal de la marche des femmes parisienne du 6 octobre 197913 (pour soutenir le renouvellement de la loi Veil de 1975 sur l’IVG), sont expulsées sans ménagement, le 19 octobre du siège de la fédération du PCF rouennais, insultées et frappées ; la responsable du Planning familial de Rouen, conseillère municipale de Saint-Étienne du Rouvray, écope d’une déchirure musculaire et d’un décollement de la plèvre à la suite desquels elle porte plainte. Un procès s’ensuit où l’un des cadres communistes rouennais auteurs des violences est condamné14.

21Une autre voie est suivie par des adhérentes féministes à l’intérieur des partis de gauche, voies qui, de façon frappante, sont similaires au Parti communiste et au Parti socialiste : celle, pour certaines militantes, d’une autonomie et d’une volonté de faire connaître leurs positions publiquement.

  • 15 Michelle Zancarini-Fournel, « Stratégies de distinction par la voix et le geste : provocations et (...)
  • 16 Bibliothèque Marguerite-Durand, dossier « parti communiste » avec la collection complète de Elles (...)

22Au PCF, des militantes de la cellule de l’hôpital Lariboisière se regroupent et s’organisent pour publier un journal intitulé Elles voient rouge, dont le numéro zéro sort en mai 1979 : le titre vient d’une banderole « Quand les femmes communistes entendent “le PCF est le parti de la libération de la femme” elles voient rouge » qui reprend ainsi l’humour des slogans des manifestations féministes15. Le numéro zéro de Elles voient rouge cite, pour en critiquer son déterminisme naturaliste contraire, pour les rédactrices, à la théorie marxiste16, le rapport de Madeleine Vincent à la conférence nationale sur les femmes du 10 juin 1978 :

  • 17 Rapport cité dans L’Humanité, 13 juin 1978.

« La division traditionnelle des rôles [...] a été déterminée à l’origine par des raisons biologiques, les femmes étaient destinées à la maternité, à la survie de l’espèce humaine et les hommes étaient destinés au travail de production17. »

23C’est entre 1977 et mars 1978, après la rupture de l’Union de la gauche, avec la montée électorale des écologistes, la défaite aux législatives de 1978, et à l’approche de l’élection de 1981, que le Parti socialiste multiplie les marques d’intérêt envers les thèmes féministes. Brochures, livres, formations, journées nationales se multiplient. Au PS, Yvette Roudy, devenue en 1977 au congrès de Nantes, du fait des jeux internes entre les courants, secrétaire nationale à l’action féminine (pour compenser le quota de 15 % au lieu de 20 %), organise une convention nationale sur les droits des femmes en janvier 1978. La convention ne dure qu’un jour (au lieu de deux prévus initialement). Françoise Gaspard, énarque, maire de Dreux et membre du courant majoritaire se signale à l’attention de François Mitterrand en proclamant à la tribune :

  • 18 Citation dans Martine Storti, Libération, 10-11 juin 1978.

« Que les hommes imaginent ce que pourrait être dans un parti comme le nôtre une grève de femmes ; dans cette hypothèse il n’y aurait plus de parti socialiste18. »

24La convention est prolongée par le Manifeste du Parti socialiste sur les droits des femmes et par plusieurs motions présentées au congrès de Metz en 1979.

  • 19 Voir l’article de Martine Storti, Libération, 9 mars 1978 sur la campagne d’une candidate de Chois (...)

25Le danger a été perçu par la direction du PS quand en 1978, la plupart des groupes féministes appellent à l’abstention et que l’association « Choisir », une des composantes réformistes du mouvement des femmes créée en 1971 et dirigée par Gisèle Halimi, elle-même proche du PS, lance dans la campagne ses propres candidates (une centaine) défendant un « programme commun des femmes19 ». Ces élections sont aussi un échec pour les candidates du PS : 26 femmes seulement sont investies sur 441 candidats soit 6 % (au lieu des 15 % prévus). De fait, à la suite des élections législatives de 1978, le parti amorce une nouvelle phase d’ouverture à l’égard des féministes et des femmes. Cette évolution reflète aussi la sensibilité croissante aux revendications féministes dans la société civile après le vote des lois sur la contraception et l’IVG en 1974-1975, acquises grâce aux voix de l’opposition, et la pression des féministes dans les syndicats CFDT et CGT et dans les partis de gauche. Mais la prise de conscience se double d’une crise interne avec la création d’un nouveau courant, forme d’organisation spécifique au Parti socialiste, mais aussi moment d’affirmation des fortes personnalités de certaines de ses militantes.

26Au Parti socialiste se constitue au printemps 1978 un nouveau courant, le « courant 3 ». Les initiatrices sont des militantes socialistes qui choisissent ainsi de « prendre la parole ». Le contexte est particulièrement favorable à l’émergence d’une parole féministe au sein du PS : la défaite aux élections législatives de mars 1978 incite le parti à réviser sa stratégie électorale ; parmi les 104 sièges gagnés à l’Assemblée nationale, un seul est occupé par une femme, et le PS est, de ce fait, vivement critiqué à l’extérieur.

  • 20 Bibliothèque Marguerite-Durand, le dossier « parti socialiste » regroupe les nombreuses coupures d (...)

27Dans ces circonstances, dès le mois de mai, trois militantes – Françoise Gaspard, Cécile Goldet (gynécologue) et Édith Lhuillier (venue du PCF au PS après les Assises de 1974) –, annoncent leur volonté de créer un « courant femmes autonome » au sein du PS, en insistant sur la nécessité que les « femmes prennent en charge leur propre lutte20 ». Cette initiative, abondamment commentée par les médias, a concurrencé la stratégie des porte-parole du féminisme « officiel » du PS incarné par Yvette Roudy, en insistant sur la nécessité de reconnaître les femmes comme actrices de la transformation sociale et politique. Mais, il s’agit plus d’exercer une pression sur le parti pour une meilleure prise en compte des intérêts des femmes, qu’un véritable acte de scission. Dès l’automne 1978, deux des trois initiatrices de ce nouveau courant, Françoise Gaspard et Cécile Goldet, décident de renoncer à leur projet initial en rejoignant les rangs des courants « généralistes ». La troisième, Édith Lhuillier, avec Anne Le Gall et Odile Krakovitch, s’engage dans une tout autre voie, en concrétisant le projet initial de fonder un courant féministe au sein du PS. Lors du congrès de Metz en 1979, elles signent, avec un petit groupe de militantes, un projet de motion, intitulé « L’autre moitié du chemin », déposé au nom de l’autonomie de la lutte des femmes : la motion est un préalable à la création d’un courant et entre en compte dans le partage du pouvoir à la proportionnelle des résultats obtenus : il faut pour exister 5 % des suffrages. Mais la motion, ne recueillit que 0,3 % des voix et donc ne permit pas de constituer un véritable « courant ». Le féminisme ne s’introduisait dans la motion que par des revendications, en fin de page, et aussi par le refus des quotas. Le texte prônait la réforme du parti par le rejet du cumul des mandats ; ce furent les premières à parler de cette question non encore résolue à ce jour. À l’extérieur, on ne comprenait pas comment un courant dans un parti mixte pouvait ne pas être mixte. Ses signataires s’exprimèrent alors dans un journal au titre aussi humoristique que celui des communistes, Mignonnes, allons voir sous la rose... Cette stratégie séparatiste adoptée par les féministes « du courant G » à la fin des années 1970 constitue toutefois une option marginale au sein du PS. Les féministes « socialistes historiques », anciennes du MDF, Yvette Roudy et Marie-Thérèse Eyquem sont totalement opposées à cette manière de faire. La séparation qui s’est faite en septembre 1978 avait un fondement idéologique et tactique très important. Certaines femmes étaient, de fait, pour l’entrisme et pour investir deux courants, celui de Mitterrand et celui du CERES. Suite au coup de force du « courant 3 », la plupart des motions présentées au congrès de Metz en 1979 incluent un paragraphe sur les droits des femmes.

28En 1978-1979, au moment où le MLF s’essouffle et où les féministes se divisent, l’influence des thèmes portés par le mouvement des femmes est nettement plus marquée : le manifeste sur les droits des femmes reconnaissait « la double exploitation, capitaliste et patriarcale, que subissent les femmes », tout en combattant le Parti communiste sur son nouveau terrain : le féminisme devient un thème électoral possible. Effet non négligeable, bien avant le mouvement paritaire qui éclot quinze ans plus tard, la question de la représentation des femmes en politique se pose, même si, en ce domaine, les avancées restent timides.

29Cependant un (petit) pré carré a été laissé aux femmes, ce sont les élections européennes. Le 10 juin 1979 ont lieu les premières élections européennes à la représentation proportionnelle nationale (le PS obtient 23,55 % des voix). Yvette Roudy réussit à obtenir pour les femmes 30 % des places gagnables. Il y a un quart de femmes parmi les 81 députés socialistes élus dont Yvette Roudy. Le mode de scrutin, et le moindre investissement des cadres du parti dans cette élection d’un nouveau type, a entrouvert la porte aux candidatures féminines.

30Le PSU semble s’être distingué des deux principaux partis de gauche en élisant la même année, en 1979, une militante féministe, professeure de philosophie au poste de secrétaire générale : Huguette Bouchardeau. Le Parti socialiste unifié, très affaibli après le départ de nombre de ses adhérents et de son principal dirigeant Michel Rocard, en 1974 lors des Assises socialistes, avait élu à sa tête une femme car le poste n’était plus, de ce fait, un enjeu de pouvoir. La période 1980-1981 marque la prééminence de l’enjeu électoral. François Mitterrand dans ses 110 propositions consacre une rubrique aux « droits égaux pour les femmes » : les dix propositions (sur 110) du candidat qui concernent directement les femmes portent sur un ensemble de droits économiques et sociaux. Ainsi, l’intérêt porté par le Parti socialiste aux thèmes féministes s’est surtout traduit par un soutien à des revendications, mais n’a pas débouché sur la transformation du parti en profondeur que souhaitaient certaines militantes de ce parti.

31De manière significative, la plupart des militantes du futur-ex « courant G » se rallie à la candidature d’Huguette Bouchardeau (PSU) lors du premier tour des présidentielles de 1981, boudant ainsi celle de François Mitterrand, qui a pourtant obtenu le soutien de nombreuses féministes, y compris de certaines venant du MLF : Simone de Beauvoir, Antoinette Fouque (leader du groupe « Psychanalyse et politique » du MLF) et Gisèle Halimi se prononcent, elles, en faveur du candidat. Lors d’une rencontre organisée entre les deux tours de l’élection présidentielle, par l’association Choisir (fondée en 1971 par Gisèle Halimi), le candidat socialiste s’engage à créer un ministère chargé de promouvoir l’égalité des sexes.

***

32Malgré la pression d’un féminisme très actif dans cette « décennie féministe », le bilan est en demi-teinte. En restant autonome, le MLF s’est coupé de l’univers politique traditionnel, contrairement à d’autres mouvements féministes en Europe du Nord-Ouest qui ont pratiqué le lobbying auprès des partis pour aider à la promotion des femmes. Par ailleurs, les partis politiques français servent surtout à investir des candidats pour les élections. Le système du scrutin uninominal majoritaire pour les élections législatives et cantonales, le suffrage indirect pour les sénateurs et la pratique du cumul des mandats favorisent les candidatures d’hommes politiques confirmés. Les femmes (de même que les jeunes ou les membres de familles ayant immigré) sont peu présentes sur les listes dans des positions éligibles.

  • 21 Catherine Achin et al., Sexes, genre et politique, Paris, Économica, 2007, 184 p.

33Nombre d’analyses soulignent aujourd’hui la forte inertie des règles du jeu des partis politiques et des stéréotypes de genre21. Il faudrait nuancer partiellement ce point de vue en considérant que le PS s’est positionné comme le principal porte-parole, dans l’arène électorale, des revendications sur les droits des femmes et a donc favorisé, plus que d’autres organisations partisanes, l’essor de ces revendications en son sein. De son côté, le Parti communiste a, en fin de compte, fait élire plus de parlementaires-femmes que le Parti socialiste, certes suivistes par rapport à la ligne du parti, même si elles ont été, à la tribune des assemblées, des porte-parole de la situation difficile des femmes des classes populaires.

34Il faut rappeler aussi, qu’au-delà des frontières bien défendues des partis, et même si les carrières politiques des femmes n’ont pas été un chemin pavé de roses, qu’à deux reprises le soutien parlementaire des partis de gauche à des initiatives de gouvernements de droite sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing a contribué fortement à faire adopter en 1974 une loi libérale sur la contraception, et en 1975, la loi sur l’IVG défendue par Simone Veil et confirmée par un nouveau vote en 1979, socle – dès 1971 – des revendications féministes sur la contraception et l’avortement libres et gratuits.

Notes

1 Voir l’article de Martine Storti, « Journée nationale de France-Avenir : toutes derrière et Chirac devant », Libération, 30 janvier 1978. Dans son discours de clôture, Jacques Chirac déclare qu’il est pour le changement : « entre le conservatisme de certains et les excès échevelés d’autres, il y a place pour une réforme qui rétablisse les équilibres ».

2 C’est l’interprétation de Sylvie Chaperon dans Les années Beauvoir (1945-1970), Paris, Fayard, 2000, 430 p., qui s’appuie sur le témoignage d’Yvonne Dornès.

3 Dans sa profession de foi pour les élections législatives de1968 citée par Florys Castan Vicente, Marie-Thérèse Eyquem. Du sport à la politique, parcours d’une féministe, Paris, L’OURS, 2009, p. 95.

4 Sophie Pépin, « Le mouvement démocratique féminin : un mouvement de femmes avant le mouvement des femmes (1962-1971) », mémoire de master 2, université de Paris 1, 2008.

5 La femme du XXe siècle, no 6.

6 Voir sur FMA le témoignage de Jacqueline Feldman, CLIO Histoire, femmes et sociétés, no 29, 2009, « 68’révolutions dans le genre ? », p. 193-203.

7 Archives de l’OURS, citées par Florys Castan Vicente, op. cit., p. 190.

8 Laure Bereni, « Lutter dans ou en dehors du Parti ? L’évolution des stratégies féministes du Parti socialiste (1971-1997), Politix, 2006, no 73, p. 187-209.

9 Joan W. Scott, La citoyenne paradoxale : les féministes françaises et les droits de l’homme, Paris, Albin Michel, 1998, 286 p.

10 Yvette Roudy, La femme en marge, Paris, Flammarion, 1975, p. 8.

11 Hélène Hatzfeld, Faire de la politique autrement. Les expériences inachevées des années 1970, Rennes, PUR, 2005, chap. 5.

12 Michelle Zancarini-Fournel, « Genre et politique : les années 68 », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 75, juillet-septembre 2002, p. 133-143.

13 L’Humanité, « Femmes, manifestation pour l’avortement », 8 octobre 1979.

14 Archives privées, « Un poing c’est tout » brochure publiée par les Éditions Tierce, 139 p., qui relate les faits et le compte rendu de l’audience du 18 février 1980. Le jugement a été rendu le 17 mars : deux mois de prison avec sursis, indemnité provisionnelle de 3 000 F et 5 000 F de préjudice moral.

15 Michelle Zancarini-Fournel, « Stratégies de distinction par la voix et le geste : provocations et violences symboliques des femmes dans les manifestations des « années 68 », in Pierre Bourdin, Jean-Claude Caron et Mathias Bernard (dir.), La voix et le geste. Une approche culturelle de la violence socio-politique, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2005, p. 245-270.

16 Bibliothèque Marguerite-Durand, dossier « parti communiste » avec la collection complète de Elles voient rouge.

17 Rapport cité dans L’Humanité, 13 juin 1978.

18 Citation dans Martine Storti, Libération, 10-11 juin 1978.

19 Voir l’article de Martine Storti, Libération, 9 mars 1978 sur la campagne d’une candidate de Choisir et de sa suppléante dans l’Oise, Florence Montreynaud et Réjane Philippe.

20 Bibliothèque Marguerite-Durand, le dossier « parti socialiste » regroupe les nombreuses coupures de presse sur la naissance et l’action de ce « courant ». Voir l’article récapitulatif de Martine Storti, Libération, 10-11 juin 1978, « un “courant femmes” au parti socialiste : tenter de faire de la politique autrement ».

21 Catherine Achin et al., Sexes, genre et politique, Paris, Économica, 2007, 184 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540