Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les partis à l’épreuve de 68

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Première partie. Temps de la contestation générale de la société

Contestation politique et sociale autour de la « grève du lait1 » (1971-1974)

Jacqueline Sainclivier

Testo integrale

  • 1 Le terme « grève du lait » est à l’origine un terme des médias et non celui des agriculteurs, synd (...)

1Si le conflit du lait en Bretagne est central, c’est plus par ce qu’il révèle que par son contenu. Ce conflit s’inscrit en effet dans une période de transformations profondes du monde agricole dues principalement à celles du modèle économique, mais aussi aux évolutions idéologiques qui affectent alors le monde politique et social, et le syndicalisme paysan en est partie prenante.

  • 2 Cf. la manifestation du 8 mai 1968 prévue bien avant les « événements » sur ce thème et le chapitr (...)
  • 3 Cf. Tudi Kernalegenn, François Prigent, Gilles Richard et Jacqueline Sainclivier (sous la directio (...)

2En Bretagne, les « années 68 » sont des années pendant lesquelles s’affirme la volonté de « vivre et travailler au pays2 » (8 mai 1968), et, idéologiquement se fait le rapprochement entre l’héritage du catholicisme social et un certain extrémisme de gauche, souvent proche du PSU3. Quant à l’année 1972, elle est en Bretagne un temps de conflits majeurs puisque se déroulent à la fois la grève du Joint français (13 mars 1972 – 9 mai 1972) à Saint-Brieuc et la bataille du lait (23 mai – 4 juin 1972). Autant dire que chez les ouvriers comme chez les agriculteurs, la situation est tendue et les formes de contestation sont proches voire s’influencent mutuellement.

Une région en mutation

3Au seuil des années soixante-dix, la Bretagne présente un visage économique en pleine transformation mais inachevée (implantations industrielles en suspens, modernisation partielle de l’agriculture avec des exploitations encore de très petite taille). Parce que la Bretagne est au fond en période de transition, elle est en phase avec le contexte de contestation sociale et politique. Cet « entre-deux » concerne aussi l’assise idéologique d’une grande partie de la population. L’Église catholique a une forte influence avec un taux de pratique religieuse régulière qui, dans les campagnes, dépasse largement les 60 % non sans dimorphisme sexué ; or, l’Église est elle-même en pleine mutation avec les premiers effets du concile de Vatican II dont se saisissent les jeunes catholiques, souvent passés par l’Action catholique spécialisée. Cela se répercute sur le paysage politique et syndical.

Un paysage politique à droite ?

4Assimiler la Bretagne à une région votant à droite est réducteur car les votes de gauche sont loin d’être fortement minoritaires, mais le scrutin majoritaire à deux tours contribue à cette image. En outre, la droite bretonne en ces années-là relève du gaullisme présidentiel et de la démocratie-chrétienne pour les élections législatives.

  • 4 Le plus emblématique est l’échec de Henri Fréville (1905-1987), député sortant et maire de Rennes (...)

5Toutefois, lors des élections de 1968, la Bretagne (5 départements) a participé au raz-de-marée gaulliste au détriment des centristes d’opposition4, mais les gaullistes ne remportent alors que 18 sièges sur 34, signe d’une adhésion limitée au gaullisme partisan. Les forces de gauche se maintiennent avec 30 % des voix en 1968 contre 31 % en 1967, et entrent bientôt dans un processus de recomposition interne. Pour la première fois en Bretagne depuis 1945, les communistes ne sont plus dominants à l’intérieur de la gauche. De son côté, le PSU atteint un niveau électoral non négligeable, avec 6,6 % des voix, témoignant de l’apparition de nouveaux courants peut-être porteurs à terme de changements plus profonds. Ne voir dans le vote de 1968 en Bretagne qu’un vote frileux nous semble donc excessif et occulter, d’une part le glissement d’électeurs centristes vers un gaullisme de combat, signe de durcissement en période troublée, d’autre part la bonne résistance des forces de gauche qui confirme l’ampleur des transformations économiques et sociales subies par la Bretagne, et dont les méthodes d’action revendicatives menées tant par les agriculteurs que par les ouvriers sont la partie visible.

Paysage syndical et social

  • 5 Cf. Jacqueline Sainclivier, La Bretagne de 1939 à nos jours, Rennes, éd. Ouest-France Université, (...)
  • 6 Dans de nombreuses communes comme à Carhaix : 4 000 manifestants pour 7 000 habitants. Socialement (...)

6Les manifestations menées par les ouvriers comme par les paysans sont marquées par des actions violentes dès avant le printemps 1968 tandis que les premiers signes de l’« alliance » ouvriers-paysans datent de 1967. Le 6 novembre 1967 est décidé le principe d’une grande manifestation réclamant de vivre et travailler au pays et associant ouvriers, paysans et élus, et, en mars 1968, la date du 8 mai 1968 est retenue5. Elle mobilise largement6, signe d’une très forte inquiétude dans la région.

7Syndicalement, les salariés des secteurs secondaire et tertiaire sont de plus en plus attirés par la CFDT alors que le monde agricole paraît plus stable autour des FDSEA et des CDJA, mais derrière l’unanimisme de façade, la modification du paysage économique agricole provoque de vives tensions.

  • 7 Pour cet aspect, se référer à Corentin Canevet, Le modèle agricole breton, Rennes, PUR, 1992, p. 1 (...)
  • 8 Cf. Corentin Canevet, op. cit., p. 139 : le nombre de salariés dans l’industrie laitière quadruple (...)

8En effet, la décennie des années soixante a été marquée par l’éclatement de l’exploitation « polyculture-élevage » et le développement d’exploitations aux productions plus spécialisées les rendant plus dépendantes du marché7. Cette spécialisation entraîne une intégration de l’exploitant dans une chaîne de production-transformation. Or, c’est le secteur laitier qui connaît l’évolution la plus brutale dans les années 1960 avec une complète inversion de tendance : la collecte industrielle passe de moins de 25 % de la production en 1958 à 76 % dix ans plus tard. Désormais, le lait n’est plus traité à la ferme (beurre fermier, sous-produits pour les porcs) mais dans les usines. La valorisation du lait échappe à l’agriculteur et revient aux industriels8. Les premiers deviennent totalement dépendants du prix du lait entier vendu aux industries agro-alimentaires (coopératives et entreprises privées) qui se développent rapidement et se livrent une concurrence acharnée pour la conquête des bassins de production laitière.

  • 9 Cf. Corentin Canevet, op. cit., p. 149.

9L’intensité des mutations dans le temps et dans l’espace, l’influence du catholicisme social, l’affirmation d’un bloc « social moderniste9 » voulant garder un pouvoir économique paysan conduisent à une réflexion majeure et à un choix entre l’intégration capitaliste, au risque de devenir totalement dépendant du marché, d’entreprises qui ne voient que le rendement, la compétitivité, ou bien la coopération, mais rénovée pour être acteur. C’est à ce choix redoutable que doivent répondre les agriculteurs et leurs organisations syndicales.

  • 10 Dans l’Ouest, les autres syndicats paysans sont quasi inexistants avant 1971.
  • 11 Il regroupe les CDJA de Bretagne et des Pays de la Loire soit 9 départements.

10Malgré les apparences et la domination écrasante de la FNSEA et du CNJA, le syndicalisme agricole a toujours été divisé : dans l’Ouest, la division passe entre les FDSEA et les CDJA10. À la fin des années soixante, le syndicalisme agricole dans l’Ouest se distingue du syndicalisme national par sa volonté de se structurer à l’échelon régional. Une longue pratique de la discussion dans le cadre de l’action catholique spécialisée et la pratique de la concertation avant toute action pour dégager un accord le plus large possible sur des actions communes ont incontestablement favorisé cette habitude de travailler et d’échanger au niveau régional, voire interrégional. La prise de conscience de problèmes et difficultés communs, issus d’une modernisation accélérée, fait sentir à beaucoup la nécessité d’une structure régionale spécifique afin de défendre collectivement leur position au sein de la structure nationale ; depuis 1965 existe le CRJAO (Centre régional des jeunes agriculteurs de l’Ouest)11 et la FRSEAO (Fédération régionale des syndicats d’exploitants agricoles de l’Ouest) est officiellement créée en 1966. Ces deux structures entendent s’affirmer par rapport à des instances nationales dominées par les représentants de la grande culture. Toutefois, dès la fin des années soixante se manifeste une fracture à l’intérieur même de ces deux organisations. En effet, peu à peu, les agriculteurs modernistes se scindent entre ceux qui siègent dans les conseils d’administration des divers organismes agricoles, sorte de courant « néo-libéral » d’entrepreneurs agricoles, et ceux qui, certes, se modernisent mais conservent une sensibilité progressiste, sociale. Si la fracture existe déjà à la fin des années soixante, elle est avivée par le choc culturel de 1968 et se révèle au grand jour lors de la « grève du lait » de 1972. De la fin des années soixante au milieu des années soixante-dix, la fracture s’élargit et conduit après 1974 à la création de nouveaux syndicats agricoles.

  • 12 Dans le premier registre défini par Nathalie Duclos, Les violences paysannes sous la Ve République(...)
  • 13 Arch. Dép. d’Ille-et-Vilaine – 510 W 98 : rapports des renseignements généraux (RG) sur les manife (...)
  • 14 Pour éviter tout débordement (Arch. Dép. d’I-et-V. – 510 W 98 : télégramme de la gendarmerie à la (...)
  • 15 Arch. Dép. d’Ille-et-Vilaine – 510 W 99 : rapport de la compagnie de gendarmerie de Morlaix, 29 ja (...)

11La FRSEAO avait organisé dès 1967 des manifestations dures12 pour « sauver l’élevage13 », entraînant l’arrestation en octobre d’un militant, rapidement libéré14. En janvier 1968, des attentats à l’explosif ont lieu dans le nord Finistère pour les mêmes raisons15. Plusieurs de ces manifestations se font avec des syndicats ouvriers (la CFDT principalement, mais pas uniquement). En Bretagne, Mai 68 n’arrive pas comme un « coup de tonnerre dans un ciel serein ». Une partie du syndicalisme paysan de l’Ouest a des méthodes activistes mais, à la différence de 1960-1961, dans le cadre d’une ligne politique de plus en plus hostile au pouvoir en place.

  • 16 Yves Chavagne, Bernard Lambert : 30 ans de combat politique, Quimperlé, La Digitale, 1988, p. 148 (...)
  • 17 Bernard Lambert, Les paysans dans la lutte des classes, Seuil, 1970, 187 p.
  • 18 Le Paysan d’Ille-et-Vilaine, 3 juin 1970.

12La FRSEAO a comme co-fondateur et secrétaire général, Bernard Lambert ; celui-ci de plus en plus engagé à gauche, adhérent du PSU, est écarté de son poste en janvier 197016 par 20 voix contre 17. Si les quelques chapitres de son ouvrage Paysans dans la lutte des classes17 qu’il avait donné à lire à certains avant la publication du livre ont pu y contribuer, le partage des voix lors de ce vote pour le poste de secrétaire général montre une division plus profonde. En témoignent les prises de position depuis 1967. En effet, suite aux manifestations de 1967 et 1968, le syndicalisme paysan dans l’Ouest se positionne par rapport aux débats de société en cours ainsi que par rapport à l’évolution économique dans le monde industriel breton lorsque sont menacées de « vieilles » entreprises (cf. Garnier à Redon). Ainsi en 1970, la FDSEA d’Ille-et-Vilaine, plutôt modérée, vote une motion de soutien aux ouvriers menacés par la fermeture de leurs entreprises18. Cette motion et la mise à l’écart récente de Bernard Lambert considéré comme trop « politisé » sont deux signes qui montrent les contradictions internes qui traversent le syndicalisme agricole, entre fédérations et parfois entre générations.

L’affaire du lait et son contexte : l’année 1972

  • 19 Gilles Luneau, La forteresse agricole : une histoire de la FNSEA, Fayard, 2004, p. 497 et suivante (...)
  • 20 Le Paysan d’Ille-et-Vilaine, 6 mai 1970 : dans le compte rendu de l’assemblée générale du CDJA d’Il (...)

13Michel Debatisse est président de la FNSEA depuis 1971. Un an plus tôt le contre-rapport présenté au congrès de Lyon par la FRSEAO avait été rejeté : cet échec avait marqué le refus de la FNSEA d’accepter la reconnaissance de minorités à l’intérieur du syndicat. En 1972, le syndicalisme paysan de la FNSEA et du CNJA se veut donc toujours unanimiste sauf que depuis la fin des années soixante on assiste à une division qui traverse les deux organisations ; le fossé ne cesse de croître entre des agriculteurs – entrepreneurs, bien insérés dans le système capitaliste, et des exploitants agricoles « progressistes » qui remettent en cause un capitalisme qui ne tient pas compte de l’homme19. Depuis son congrès à Blois en 1970, cette tendance « progressiste », peu à peu connue sous le terme de « paysans-travailleurs », ne veut pas servir « d’infanterie au Bassin parisien »20. Ses partisans sont accusés de mettre en cause l’unité syndicale mais ils doutent de la réalité de celle-ci dans la mesure où il y a trop de différences entre eux.

  • 21 Jean-Philippe Martin, Histoire de la nouvelle gauche paysanne. Des contestations des années 60 à l (...)
  • 22 Né en 1936 en Loire-Inférieure, membre de la JAC, il devient le président du CRJAO quand Bernard L (...)
  • 23 Le Paysan d’Ille-et-Vilaine, 22 juillet 1970. La majorité l’emporte avec 148 voix contre 119 et 7 a (...)

14Si la FNSEA et le CNJA conservent la même ligne, le CNJA subit des tensions plus fortes. En effet, au congrès d’octobre 1968, l’opposition « progressiste »21 présente pour la première fois un candidat, Bernard Thareau22, battu de justesse. Le congrès de Blois en juillet 1970 voit de nouveau l’affrontement de deux tendances qui font certes le même constat mais en tirent des conclusions différentes, l’une se voulant réformiste modérée, l’autre intitulant son rapport « pour un syndicalisme de travailleurs » et faisant clairement référence au socialisme. La première tendance l’emporte23 mais on a bien deux conceptions différentes du syndicalisme et de l’agriculture qui s’affrontent, difficilement conciliables comme le laissait présager quelques mois plus tôt l’ouvrage de Bernard Lambert dont le titre même indique le fossé existant avec la ligne majoritaire, tant à la FNSEA qu’au CNJA.

  • 24 Le Paysan d’Ille-et-Vilaine, 16 février 1972.
  • 25 Idem, 24 mai 1972.

15En 1972, ces divergences traversent aussi la FRSEAO et le CRJAO, et passent également entre les deux organisations. En effet, depuis 1969-1970, la FRSEAO s’est alignée sur la fédération nationale, ce qui n’est pas le cas du CRJAO. Au sein de la FRSEAO, six fédérations départementales se situent dans la ligne majoritaire nationale : en Bretagne, les Côtes-du-Nord et l’Ille-et-Vilaine ; dans les pays de la Loire, la Vendée, le Maine-et-Loire, la Mayenne et la Sarthe. Le CRJAO est nettement plus contestataire mais au début de l’année 1972, un tournant est pris en Ille-et-Vilaine puisque l’assemblée générale du CDJA (9 février 1972) élit un bureau qui est dans la ligne nationale du CNJA, en opposition avec le CRJAO. La rupture s’est faite sur la conception de l’action syndicale, la politisation du syndicalisme et la nature des relations du CDJA avec les autres organisations24. Signe d’une rupture profonde d’ordre politique bien plus importante que des questions de personne, le journal de la FDSEA25 signale le 24 mai 1972 que le CRJAO ne veut pas travailler avec le nouveau bureau.

16Le début de 1972 est donc marqué dans le syndicalisme agricole par des divisions d’ordre politique portant sur le mode de développement économique avec des répercussions sur les choix de société et les modalités d’action syndicale, divisions sensibles à la moindre crise.

La bataille du lait26

  • 26 Elle a été étudiée à maintes reprises, seuls les grands traits sont rappelés ici.

17À plusieurs reprises depuis la fin des années soixante, la question du prix du lait a été soulevée par les agriculteurs qui souhaitent son relèvement et la fin de la péréquation hiver – été. Cette question devient cruciale, car les conditions de production du lait ont considérablement changé. Désormais, le lait est payé chaque mois par la laiterie ; on parle couramment de « salaire » du lait. La laiterie, entreprise privée ou coopérative, est perçue alors comme un « patron » par certains exploitants agricoles. Le prix du lait n’est plus l’argent pour les dépenses courantes du ménage mais un revenu qui doit permettre aussi de couvrir les dépenses nées de la modernisation de l’exploitation. Les agriculteurs veulent que le prix du lait tienne compte de son prix de revient. Des actions avaient eu lieu à plusieurs reprises pendant l’hiver 1970-1971, entraînant des négociations entre les exploitants et certains industriels, avec plus ou moins de succès pour les premiers.

  • 27 Michel Moisan, Histoire de l’industrie laitière en Bretagne : de l’explosion de la production à la (...)
  • 28 Le prix d’intervention, le seul garanti, est lui fixé pour Bruxelles à 92 % du prix indicatif.

18Mais en février 197227, le CRJAO fait calculer le prix de revient du lait en tenant compte d’une rémunération au SMIC, de congés payés, etc. En avril 1972, les ministres de l’Agriculture réunis à Bruxelles proposent une augmentation de 8,9 % quand les agriculteurs demandent 15 %. Au même moment, ces derniers reçoivent leur « paie » du lait, inférieure à celle de février à cause de la différence entre le prix d’hiver et le prix d’été. Cela se conjugue, dans un climat de grande tension, à d’autres mesures à effet mécanique28 qui font office de provocation. Dès lors, fin avril 1972, un tract émanant des FDSEA et CDJA du Morbihan et de Loire-Atlantique vise directement les industries laitières en « s’interrogeant » sur ceux qui empochent les différences constatées. Dans le déclenchement de la bataille du lait s’additionnent donc un malaise général des producteurs laitiers, qui ont le sentiment de ne plus rien maîtriser et de trop dépendre de facteurs qui leur échappent, des maladresses de communication et des déclarations syndicales et politiques exploitant cette situation.

  • 29 Interception de camions de collecte, non livraison aux laiteries, lait répandu sur la chaussée, et (...)
  • 30 Le préfet, quant à lui, conseille à certains dirigeants de se mettre à l’abri avec leurs familles  (...)
  • 31 Violence relative dans le temps comme le montre Nathalie Duclos (op. cit.), mais violence ressenti (...)
  • 32 C’est la première fois dans le cadre de la bataille du lait, mais elles avaient été très présentes (...)
  • 33 Séquestration de cadres, affrontements avec les forces de l’ordre.
  • 34 Député UDR d’Ille-et-Vilaine (1967-1993) et maire de Fougères (1971-1983).
  • 35 Et des représentants de la FMA (Fédération morbihannaise des agriculteurs) et du MODEF (mouvement (...)

19L’acmé de la « bataille du lait » se situe entre le 23 mai et le 4 juin 1972, mais les premières actions commencent dès le début du mois de mai en Loire-Atlantique avec l’interception de camions de lait, « libérés » le lendemain ; d’autres suivent dans le Morbihan et le Finistère ; les Côtes-du-Nord sont peu touchées et l’Ille-et-Vilaine pas du tout. Les manifestants empêchent toute collecte du lait29 mais certaines actions vont plus loin. Le 17 mai, 400 producteurs de lait de la coopérative de Landerneau investissent celle-ci ; les négociations n’aboutissant pas, ils emmènent les quatre cadres présents et les laissent dans la nature en pleine nuit à 30 km de là. Cette action entraîne de vives réactions de la part des dirigeants de la coopérative qui excluent les producteurs responsables30. Dès lors, manifestations et actions violentes31 se succèdent pour faire réévaluer le prix du lait et obtenir la réintégration des exclus. Participent à ces actions des hommes mais aussi des femmes32, principalement contre les usines de Préval et Entremont dans le sud-Finistère et le Morbihan. Les actions menées sont semblables à celles des ouvriers depuis 1967-1968 ; elles s’inscrivent dans le répertoire contestataire de leurs contemporains. Devant la montée en puissance et en violence de ces manifestations33, les pressions se font vives en direction des pouvoirs publics ; Michel Cointat34, ministre de l’Agriculture, obtient de Bruxelles quelques concessions. Il faut toutefois que les producteurs et les industriels se mettent d’accord ; une table ronde se déroule le 2 juin 1972 à Rennes entre les quatre FDSEA bretonnes, les industriels et un représentant du ministère35. On aboutit non sans peine à un accord impliquant une répercussion de la hausse du prix du lait sur le prix des produits transformés. La collecte reprend le 5 juin mais le ministre des Finances, Valéry Giscard d’Estaing, refuse cette augmentation et les industriels reprennent alors leur parole. Les réactions restent toutefois verbales car, entre les travaux d’été et les pertes financières dues à cette bataille du lait, les agriculteurs ne peuvent plus se lancer dans une nouvelle action.

20Le bilan est amer mais révélateur en terme de vocabulaire et de répercussions syndicales et politiques.

Conséquences politiques et syndicales

  • 36 Le Paysan d’Ille-et-Vilaine, 7 juin 1972.

21Cette bataille du lait a été appelée aussi « guerre du lait » mais plus encore « grève du lait ». Ce dernier terme apparaît chez les journalistes et est repris par le courant des paysans-travailleurs, immédiatement critiqué par le courant majoritaire de la FNSEA. Ainsi, le président de la FDSEA d’Ille-et-Vilaine déclare qu’« il n’est pas sérieux ni honnête de comparer une action syndicale agricole de type “arrêt de livraisons” à une grève du travail dans le monde salarié36 » parce qu’un salarié perd son salaire, tandis que l’agriculteur doit continuer à payer ses charges. Cette querelle de vocabulaire est bien le signe d’une analyse politique différente, d’un désaccord de fond.

  • 37 Op. cit., p. 154-156.

22Dans les années1950-1960, les disparités entre agriculteurs n’avaient pas abouti à une scission, non seulement comme le dit Nathalie Duclos37 parce que la FNSEA était sans doute plus ouverte à l’époque mais surtout parce que le contexte politique était différent. Désormais, l’analyse politique est posée en terme de « classes », opposant l’agriculteur-entrepreneur-chef d’entreprise à l’agriculteur quasi salarié, dépendant des coopératives et recevant sa « paie du lait », ce qui explique aussi que les coopératives aient été en 1972 des objectifs des manifestations.

  • 38 Sur ces points et sur Bernard Lambert, voir Jean-Philippe Martin et Yannick Drouet, « Un militanti (...)
  • 39 Vent d’Ouest, journal des paysans travailleurs pour l’action et l’information syndicale et Jean-Phi (...)
  • 40 En ce sens, dans un contexte différent, celui des années vingt, on ne peut s’empêcher de penser au (...)
  • 41 Jean-Philippe Martin, op. cit., p. 77.

23Peu avant le début de cette « grève » du lait se sont tenues à Orléans, les 21 et 22 mai 1972, les « journées nationales des Paysans-Travailleurs », organisées par l’Inter-régions paysans-travailleurs, mouvance qui s’est progressivement constituée au lendemain de l’échec de ce courant au congrès de Blois sous l’impulsion, sinon totale du moins partielle, de la commission nationale agricole du PSU animée par Bernard Lambert38. L’expression « paysans-travailleurs » est employée dans un document préparatoire aux journées d’Orléans et dans le sous-titre du journal du CRJAO39. Le terme désigne alors aussi bien les conditions de vie des paysans que le courant syndical en cours de formation. À la veille de la « grève du lait », cette mouvance ne souhaite pas encore constituer un syndicat séparé, mais espère le faire évoluer de l’intérieur en transformant les pratiques syndicales et en favorisant la prise en main de leur avenir par les paysans eux-mêmes40. Lors des journées d’Orléans, tenues dans une atmosphère d’assemblée générale permanente41, la conception du syndicalisme mise en avant n’est pas celle d’un appareil traditionnel mais celle d’un travail collectif avec des « animateurs » qui aident à créer un rapport de force. Si diverses sensibilités de gauche sont présentes, entraînant des débats animés, la mouvance est encore relativement unie. Cependant, alors qu’il y a déjà eu quelques actions contre le prix du lait, il n’en est nullement question pendant ces deux jours.

24Pour le courant des paysans-travailleurs, les agriculteurs et en particulier les éleveurs sont totalement dépendants des industries agro-alimentaires, devenant leurs « salariés » ; le terme couramment utilisé de « paie du lait » versée mensuellement est de ce point de vue très significatif. Or, cette dépendance est d’autant plus forte que si cette « paie du lait » n’est pas suffisante, ils ne peuvent payer leurs factures ni leurs traites. Compte tenu de cette analyse, l’agriculteur n’est plus un indépendant, mais un « exploité ». L’expression même de « paysan-travailleur » est révélatrice, au moment même où le terme « travailleurs » est le marqueur de tout un courant politique porté par une partie de la société, d’une volonté affirmée de dépasser l’opposition entre les ouvriers et les autres travailleurs, de démontrer que toute personne qui vit de son travail est un travailleur (surtout s’il est salarié), et c’est aussi une façon d’être en adéquation avec le slogan fréquemment répété dans les « années 68 » : « ouvriers, paysans, étudiants : même combat ». Cette analyse prend en compte l’évolution des statuts et le ressenti par les « travailleurs » eux-mêmes. En ce sens, le courant des paysans-travailleurs est nettement ancré à gauche voire à l’extrême gauche, proche souvent du PSU qui est alors un « fédérateur ».

  • 42 Le Paysan d’Ille-et-Vilaine, 14 juin 1972.

25Le courant majoritaire de la FNSEA et du CNJA s’arc-boute sur l’image d’un agriculteur indépendant, partie prenante du système économique capitaliste tempéré par les interventions de l’État pour les aider. Ce courant est solidement arrimé à l’idée d’un syndicalisme représentant tous les agriculteurs, aussi bien les grands céréaliers du Bassin parisien que les éleveurs traditionnels, les petites exploitations familiales que les grandes exploitations employant plusieurs salariés. Cette conception les conduit à défendre une ligne « apolitique » telle que l’exprime l’un d’eux : « En tant que syndicalistes, notre rôle n’est pas de renverser la société, c’est aux citoyens de le faire s’ils le désirent. Note rôle se limite à la défense des intérêts des agriculteurs qui nous font confiance42. »

  • 43 Ibidem, 7 et 14 juin 1972, les éditoriaux de Marcel Daunay, président de la FDSEA.
  • 44 Côtes-du-Nord, Ille-et-Vilaine, Maine-et-Loire, Sarthe, Vendée.
  • 45 Arch. Dép. d’Ille-et-Vilaine – 509 W 3 : Éléments de réflexion sur les divergences fondamentales q (...)

26Suite à la bataille du lait, la contre-offensive n’attend pas. Dès juin 1972, les présidents des FDSEA modérées condamnent les méthodes d’action tout en cherchant à les excuser et à n’en faire porter la responsabilité qu’aux « meneurs43 » ; le 15 juin, le conseil d’administration de la FNSEA condamne les attentats contre les biens et les personnes. D’autre part, en septembre 1972, les présidents des FDSEA modérées44 de l’Ouest mettent en circulation un document destiné à expliquer les divergences de fond entre « le syndicalisme agricole et la tendance Paysan-Travailleur45 ». Dans ce document, ils estiment que le but des paysans-travailleurs est de « renverser le système politique actuel contrôlé par la bourgeoisie, les classes possédantes et les grands trusts », leur analyse insistant sur la paupérisation des agriculteurs ; le socialisme pouvant seul les en sortir. Pour les signataires, il y a confusion des rôles entre le syndical et le politique ; c’est pourquoi, ils ne pensent pas devoir poursuivre le dialogue avec eux, tout comme ils ne le font pas pour le MODEF (proche du PCF) et la FFA (proche de l’extrême droite).

  • 46 Premier ministre jusqu’au début juillet 1972, Jacques Chaban-Delmas partisan de la « nouvelle soci (...)

27Pour le courant des « paysans-travailleurs », la ligne majoritaire de la FNSEA et du CNJA soutient le gouvernement en place46. Dès lors c’est bien à un désaccord politique que l’on assiste. Le mythe de l’unité du monde paysan s’effrite de plus en plus.

  • 47 Arch. Dép. d’Ille-et-Vilaine, 509 W 2 : syndicalisme agricole, rapport des RG d’Ille-et-Vilaine en (...)

28Après cette bataille du lait, la FRSEAO éclate entre les tenants de la ligne majoritaire ou FRSEAO maintenue, les Paysans-travailleurs et le « comité de Redon » ou Interpaysanne regroupant les FDSEA et CDJA « progressistes » (Finistère, Morbihan, Loire-Atlantique) qui ont des positions antilibérales, souhaitent une garantie de revenu, un contrôle du foncier et sont de sensibilité socialisante. En 1974, les CDJA des Côtes-du-Nord, du Finistère et du Morbihan ne sont plus organisés traditionnellement mais ont à leur tête une « équipe d’animation47 » appartenant à la tendance Paysans-travailleurs. L’éclatement est progressif et l’organisation en syndicats ou confédérations indépendantes n’intervient que dans la seconde moitié des années soixante-dix.

29Ces courants qui traversent le monde agricole, en particulier dans l’Ouest, reflètent aussi l’évolution politique et les interrogations politiques et sociétales du moment. Sur le plan syndical, ces années-là voient la progression régulière de la CFDT au détriment de la CGT, quelle que soit la structure industrielle et tertiaire des départements bretons ; le basculement n’est pas achevé en 1974, mais le déclin de la CGT est constant. Sur le plan électoral, les élections législatives de 1973 tout comme les élections présidentielles de 1974 confirment que la mort du général de Gaulle a marqué la fin d’un certain gaullisme présidentiel en Bretagne. Si ce décès est une des causes du phénomène, l’ébranlement des « années 68 », reflet des inquiétudes de larges fractions de la société, en est probablement la cause majeure.

30Dès 1973 commence à être sensible le changement de structure sociale en Bretagne : moins d’agriculteurs, plus de salariés du tertiaire, etc., et un rajeunissement du corps électoral (arrivée de la génération du baby boom au droit de vote), tandis qu’une gauche unie et porteuse des aspirations au changement suscite l’espoir. Si ce n’est pas encore très sensible aux élections législatives de mars 1973, le basculement est amorcé. Il deviendra pleinement visible en 1978.

***

31Cette « grève du lait » de 1972, par ses méthodes d’action comme par l’isolement de la FRSEAO et du CRJAO, montrent la fin du mythe de l’unité du monde agricole dont il va bien falloir tenir compte par la suite. On est là à un moment de transition pour les agriculteurs, tant sur le plan économique que sur le plan politique et syndical. En ce sens, cette guerre/grève du lait est révélatrice de césures, voire de fractures profondes ; elle est aussi caractéristique d’un monde syndical agricole arrivé, en Bretagne comme dans l’ensemble du pays, à un moment charnière de son histoire, plus porté vers la gauche, alors qu’au même moment se manifeste une montée en puissance de la CFDT.

Note

1 Le terme « grève du lait » est à l’origine un terme des médias et non celui des agriculteurs, syndicalistes ou non.

2 Cf. la manifestation du 8 mai 1968 prévue bien avant les « événements » sur ce thème et le chapitre de Christian Bougeard dans cet ouvrage.

3 Cf. Tudi Kernalegenn, François Prigent, Gilles Richard et Jacqueline Sainclivier (sous la direction de), Le PSU vu d’en bas. Réseaux sociaux, mouvement politique, laboratoire d’idées (années 1950-années 1980), Rennes, PUR, coll. « Histoire », 2009, 373 p.

4 Le plus emblématique est l’échec de Henri Fréville (1905-1987), député sortant et maire de Rennes au profit de Jacques Cressard, né en 1935.

5 Cf. Jacqueline Sainclivier, La Bretagne de 1939 à nos jours, Rennes, éd. Ouest-France Université, 1989, p. 328-329.

6 Dans de nombreuses communes comme à Carhaix : 4 000 manifestants pour 7 000 habitants. Socialement, toutes les catégories sociales sont présentes y compris des membres du clergé.

7 Pour cet aspect, se référer à Corentin Canevet, Le modèle agricole breton, Rennes, PUR, 1992, p. 137 et suiv.

8 Cf. Corentin Canevet, op. cit., p. 139 : le nombre de salariés dans l’industrie laitière quadruple passant de 1 371 en 1962 à 6 248 en 1971.

9 Cf. Corentin Canevet, op. cit., p. 149.

10 Dans l’Ouest, les autres syndicats paysans sont quasi inexistants avant 1971.

11 Il regroupe les CDJA de Bretagne et des Pays de la Loire soit 9 départements.

12 Dans le premier registre défini par Nathalie Duclos, Les violences paysannes sous la Ve République, Économica, 1998, p. 14-15 ; un CRS et un agriculteur sont très grièvement blessés en octobre 1967 à Quimper.

13 Arch. Dép. d’Ille-et-Vilaine – 510 W 98 : rapports des renseignements généraux (RG) sur les manifestations de juin, juillet et octobre 1967 avec de nombreux sabotages de poteaux téléphoniques, entre autres.

14 Pour éviter tout débordement (Arch. Dép. d’I-et-V. – 510 W 98 : télégramme de la gendarmerie à la préfecture du 15 octobre 1967).

15 Arch. Dép. d’Ille-et-Vilaine – 510 W 99 : rapport de la compagnie de gendarmerie de Morlaix, 29 janvier 1968.

16 Yves Chavagne, Bernard Lambert : 30 ans de combat politique, Quimperlé, La Digitale, 1988, p. 148 et suivantes.

17 Bernard Lambert, Les paysans dans la lutte des classes, Seuil, 1970, 187 p.

18 Le Paysan d’Ille-et-Vilaine, 3 juin 1970.

19 Gilles Luneau, La forteresse agricole : une histoire de la FNSEA, Fayard, 2004, p. 497 et suivantes.

20 Le Paysan d’Ille-et-Vilaine, 6 mai 1970 : dans le compte rendu de l’assemblée générale du CDJA d’Ille-et-Vilaine.

21 Jean-Philippe Martin, Histoire de la nouvelle gauche paysanne. Des contestations des années 60 à la Confédération paysanne, La Découverte, 2005, p. 282.

22 Né en 1936 en Loire-Inférieure, membre de la JAC, il devient le président du CRJAO quand Bernard Lambert est secrétaire général de la FRSEAO.

23 Le Paysan d’Ille-et-Vilaine, 22 juillet 1970. La majorité l’emporte avec 148 voix contre 119 et 7 abstentions.

24 Le Paysan d’Ille-et-Vilaine, 16 février 1972.

25 Idem, 24 mai 1972.

26 Elle a été étudiée à maintes reprises, seuls les grands traits sont rappelés ici.

27 Michel Moisan, Histoire de l’industrie laitière en Bretagne : de l’explosion de la production à la mondialisation des marchés, Spézet, Coop Breizh, 2008, p. 174-175.

28 Le prix d’intervention, le seul garanti, est lui fixé pour Bruxelles à 92 % du prix indicatif.

29 Interception de camions de collecte, non livraison aux laiteries, lait répandu sur la chaussée, etc.

30 Le préfet, quant à lui, conseille à certains dirigeants de se mettre à l’abri avec leurs familles ; ce qu’ils font. Attitude révélatrice de l’émotion et de la crainte suscitées par cette action.

31 Violence relative dans le temps comme le montre Nathalie Duclos (op. cit.), mais violence ressentie comme telle par les contemporains et c’est ce qui à mon sens doit être pris en compte.

32 C’est la première fois dans le cadre de la bataille du lait, mais elles avaient été très présentes lors des actions revendicatives des agriculteurs en 1967-1968.

33 Séquestration de cadres, affrontements avec les forces de l’ordre.

34 Député UDR d’Ille-et-Vilaine (1967-1993) et maire de Fougères (1971-1983).

35 Et des représentants de la FMA (Fédération morbihannaise des agriculteurs) et du MODEF (mouvement de défense des exploitants familiaux).

36 Le Paysan d’Ille-et-Vilaine, 7 juin 1972.

37 Op. cit., p. 154-156.

38 Sur ces points et sur Bernard Lambert, voir Jean-Philippe Martin et Yannick Drouet, « Un militantisme paysan à gauche. Des réseaux paysans de Bernard Lambert (au PSU) à ceux de l’OC-GOP (années 1960-années 1970) » dans Tudi Kernalegenn, François Prigent, Gilles Richard et Jacqueline Sainclivier (dir.), op. cit., p. 291-304.

39 Vent d’Ouest, journal des paysans travailleurs pour l’action et l’information syndicale et Jean-Philippe Martin, op. cit., p. 73.

40 En ce sens, dans un contexte différent, celui des années vingt, on ne peut s’empêcher de penser au mouvement des cultivateurs-cultivants né en Ille-et-Vilaine et qui s’est étendu dans l’Ouest.

41 Jean-Philippe Martin, op. cit., p. 77.

42 Le Paysan d’Ille-et-Vilaine, 14 juin 1972.

43 Ibidem, 7 et 14 juin 1972, les éditoriaux de Marcel Daunay, président de la FDSEA.

44 Côtes-du-Nord, Ille-et-Vilaine, Maine-et-Loire, Sarthe, Vendée.

45 Arch. Dép. d’Ille-et-Vilaine – 509 W 3 : Éléments de réflexion sur les divergences fondamentales qui opposent le syndicalisme agricole (FDSEA-FNSEA) à la tendance Paysan-Travailleur.

46 Premier ministre jusqu’au début juillet 1972, Jacques Chaban-Delmas partisan de la « nouvelle société » est remplacé par Pierre Messmer.

47 Arch. Dép. d’Ille-et-Vilaine, 509 W 2 : syndicalisme agricole, rapport des RG d’Ille-et-Vilaine en date du 6 juin 1974.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540