Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les partis à l’épreuve de 68

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Première partie. Temps de la contestation générale de la société

Dynamique autogestionnaire dans les grèves de salariés et recomposition des gauches, 1971-1974

Frank Georgi

Texte intégral

1S’interroger sur les mutations du système partisan dans la première moitié des années 1970 à partir d’une « dynamique » et de « revendications autogestionnaires » portées par des grèves de salariés est une démarche qui n’a rien d’évident. En premier lieu parce que, si la recomposition de la gauche politique au cours du moment considéré constitue un constat majeur difficilement contestable, l’importance – voire la réalité – d’une « dynamique » et même d’une « revendication » autogestionnaires dans les conflits sociaux reste à démontrer. Ensuite, parce que l’approche ainsi formulée laisse supposer que les grèves « autogestionnaires » – autogérées ? pour l’autogestion ? – ont eu un impact sensible, direct ou indirect, sur le champ politique partisan, ce qui ne va pas de soi.

2Pour essayer d’y voir plus clair, il nous faudra dans un premier temps revenir sur les grèves de la période, essayer d’en évaluer l’importance quantitative et qualitative réelle, par-delà les représentations et les mythes. Il s’agira ensuite de prendre en compte ces représentations elles-mêmes, de s’interroger sur les lectures autogestionnaires des conflits et la manière dont elles sont portées par certains acteurs politiques et syndicaux, et sur les conséquences stratégiques qu’ils en tirent, dans un contexte marqué par la montée en puissance de « l’Union de la gauche ». On verra enfin la mise à l’épreuve de ces stratégies à la lumière de deux événements majeurs : l’un social, la grève ouvrière de Lip, l’autre politique, l’élection présidentielle anticipée du printemps 1974.

Un Mai rampant ? La France des grèves

  • 1 Les données annuelles sont consultables dans l’Annuaire statistique de la France (INSEE). Les donn (...)
  • 2 Cette année, marquée par le conflit des mineurs et le retour du social après la fin du drame algér (...)
  • 3 Voir Antoine Prost, Autour du Front populaire. Aspects du mouvement social en France, Paris, Seuil (...)

3La séquence 1971-1974, retenue pour son importance politique, fut-elle aussi un moment exceptionnel dans l’histoire récente des conflits du travail ? Si l’on considère l’indicateur annuel, bien imparfait, des journées « perdues » pour faits de grève (hors fonction publique), il est possible, selon le découpage chronologique retenu, de mettre en valeur ou, à l’inverse, de relativiser l’impact de Mai 68 sur la conflictualité sociale1. Ainsi, si l’on cumule les cinq années qui vont de 1969 à 1973, on compte quelque 16 millions de jours de grève, soit à peu près autant que pour la séquence 1963-1967 et trois fois plus que pour les années 1958-1962. Donc, si l’on s’en tient à la Ve République, l’entrée dans un nouveau cycle gréviste remonterait à 19632 plutôt qu’à 1968. Il serait toutefois absurde d’oublier que le printemps rouge et noir a, sur le plan quantitatif, représenté le sommet absolu3 de l’histoire des grèves ouvrières en France. Mais surtout, si l’on prend comme point de départ 1971, la perspective change. Après une retombée nette en 1969 et 1970 (avec une moyenne à 2 millions de journées « perdues »), la vague enfle à nouveau en 1971, où elle atteint un nouveau pic : 4,4 millions. Celle-ci ne reflue pas avant 1977, en dépit du retournement de conjoncture économique. Il n’y a qu’une année – 1974, mais de peu, avec 3,38 millions –, où le nombre de journées non travaillées repasse sous la barre des 3,5 millions. Une telle intensité dans la durée fait de la période 1971-1976 la séquence la plus « gréviste » de la Ve République. Les années 1971-1974 s’inscrivent pleinement dans ce moment de forte conflictualité. Le découpage politique a donc également une pertinence sociale.

  • 4 Le nombre d’établissements touchés est trois fois plus important pour la séquence 1969-1973 que po (...)
  • 5 Pierre Dubois, « La grève... », dans Mark Kesselmann, Guy Groux, op. cit., p. 245. Sur les grèves (...)
  • 6 Xavier Vigna, L’insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines(...)

4La séquence se caractérise également par un phénomène de diffusion en profondeur des pratiques grévistes4, en particulier dans des régions traditionnellement conservatrices ou d’industrialisation récente. 1971 constitue cette fois un « maximum historique »5 par le nombre total de conflits, en dehors des millésimes exceptionnels (1936, 1968). Un nombre élevé de grèves et de grévistes, des conflits plus brefs en moyenne qu’avant 1968 (malgré la mise en exergue des luttes longues comme celle du Joint français en 1972), contribuent à entretenir une atmosphère de harcèlement social6. 1974, malgré un léger recul de la conflictualité globale, voit un allongement de la durée des grèves, la multiplication des actions pour la défense de l’emploi et la poussée des occupations d’entreprises. Si la physionomie des luttes se modifie, la « crise », dans un premier temps, n’émousse pas la combativité. L’industrie n’est d’ailleurs pas seule concernée et les deux conflits emblématiques de l’année 1974 sont la grève (le « Mai ») des banques et celle des PTT.

5Ce rapide constat quantitatif doit être complété par un rappel de quelques-unes des caractéristiques « qualitatives » des conflits de la période, souvent soulignées, parfois mythifiées, tant par les acteurs que par les observateurs. Si l’on met de côté l’importance nouvelle prise par certaines catégories (OS, femmes, jeunes, travailleurs immigrés) dans leur déclenchement et leur conduite, trois dimensions de ces « luttes » ont retenu l’attention.

  • 7 Pour 1’année 1971, le sociologue estime « vraisemblablement » à moins d’une centaine, sur plus de (...)

6La plus spectaculaire fut le recours, plus fréquent qu’auparavant, à des formes d’action illégales, de l’occupation du lieu de travail à la séquestration des dirigeants ou des cadres, de la violence au sabotage. Celles-ci demeurent cependant minoritaires. Symbole par excellence de la radicalisation, la séquestration reste cependant l’exception7.

  • 8 Xavier Vigna, op. cit., p. 131-138.
  • 9 Voir le rapport général présenté par Edmond Maire au congrès confédéral de Nantes (30 mai-3 juin 1 (...)

7La fréquence plus grande de pratiques « basistes » dans la conduite des conflits (comités de lutte, comités d’action, assemblées générales souveraines) constitue une deuxième caractéristique fréquemment relevée8. Là encore, il s’agit d’un phénomène minoritaire, mais qui semble bien traduire, notamment chez les jeunes salariés, une aspiration à plus de démocratie dans l’action. L’attitude de la CFDT, la plus ouverte à ces préoccupations après 1968, exprime assez bien la difficulté pour une organisation syndicale de les prendre en compte sans mettre en question sa fonction même. Dans un premier temps, elle défend, contre la CGT, la nécessaire maîtrise par les travailleurs eux-mêmes de la conduite de la grève. La formule alors utilisée, en particulier par son aile gauche, est celle d’« autogestion des luttes ». Dès 1973 cependant, la centrale d’Edmond Maire amorce une marche arrière en revalorisant le rôle des structures syndicales et en dénonçant les illusions du « spontanéisme » comme les risques de manipulation par les groupes d’extrême gauche9.

  • 10 Voir Claude Durand, « Revendications explicites et revendications latentes », Sociologie du travai (...)

8Troisième dimension : l’émergence de revendications « qualitatives ». Il s’agit d’une réalité incontestable, mais, une fois encore, minoritaire. Les conflits déclenchés sur des questions de salaire demeurent dominants. Cependant, la revendication salariale (« quantitative » par définition) peut elle-même exprimer des préoccupations caractéristiques de l’après-68 : ainsi, exiger une augmentation non intégralement hiérarchisée revient à réduire l’échelle des salaires, et touche, par là même, la structure hiérarchique de l’entreprise10. Quant aux conditions de travail, bien que rarement à l’origine directe des conflits, elles apparaissent à partir de 1971 comme des revendications emblématiques de la période, en ce qu’elles révèlent un malaise plus profond, touchant à l’organisation même de la production : « problèmes » des OS, parcellisation des tâches, cadences, poids de la maîtrise et de la hiérarchie, santé au travail, place des femmes et des immigrés, etc.

9Au total, les grèves des années 1971-1974 sont nombreuses, touchent une grande partie du territoire, et présentent pour une part minoritaire mais non négligeable d’entre elles, un certain nombre de traits relativement nouveaux, qui, considérés ensemble, expriment une dynamique sociale originale. La question qui se pose alors est de savoir comment s’opère la mise en relation de cette effervescence sociale et de la thématique autogestionnaire.

Des grèves autogestionnaires ? Une lecture politique des conflits sociaux

  • 11 Frank Georgi, L’invention de la CFDT 1957-1970. Syndicalisme, catholicisme et politique dans la Fr (...)
  • 12 L’expression est employée par Georges Séguy le 21 mai 1968.

10Le lien entre cette dynamique gréviste et l’autogestion ne saute pas nécessairement aux yeux, tout au moins avant le choc provoqué par les formes d’action des ouvriers de Lip au printemps 1973. Le mouvement social a d’abord revêtu cette signification politique particulière par la lecture qu’en ont donnée certains des acteurs et des observateurs de l’époque. La CFDT joue ici un rôle-clé. La deuxième confédération ouvrière française a, depuis 1970, proposé une vision du monde, un projet de société et une stratégie fondés sur le concept de « socialisme autogestionnaire », ce qui la pose en force politique à part entière11. Dans une démarche de réappropriation de la tradition syndicaliste révolutionnaire, elle se veut porteuse d’un « socialisme syndical » (Albert Détraz) qui tend à prendre une place d’autant plus importante dans l’espace public que le socialisme politique, jusqu’en 1971 précisément, en est dramatiquement absent. L’autogestion a été pour la CFDT, au cœur de mai 1968, le mot magique censé traduire positivement l’aspiration supposée commune des ouvriers et des étudiants. Mais cette lecture neuve, unifiante et offensive du mouvement social a également représenté, dès ce moment, le socle d’une proposition socialiste alternative au socialisme étatique incarné par le Parti communiste. Cette ambition est constamment réaffirmée au cours des années qui suivent. PCF et CGT ne s’y trompent pas, qui dénoncent dès le départ derrière cette « formule creuse »12, où se mêleraient vieilleries anarcho-syndicalistes et modernisme réformiste, un véritable danger pour leur stratégie de rassemblement des gauches politiques et syndicales autour d’un programme commun de gouvernement.

  • 13 Un dossier sur le « débat de fond » entre CGT et CFDT est conservé aux archives confédérales CFDT (...)
  • 14 Voir par exemple, CFDT, Pour un socialisme démocratique. Contribution de la CFDT, Paris, Épi, 1971 (...)

11Cette crainte d’une déstabilisation s’exprime de ce côté avec d’autant plus de netteté que la CFDT entend progresser concrètement vers la société socialiste autogestionnaire qu’elle appelle de ses vœux. C’est à partir de 1971, lorsque CFDT et CGT, engagées dans une unité d’action revendicative, décident de confronter leurs positions en un débat « idéologique », que les oppositions apparaissent nettement13. L’axe principal de la stratégie cédétiste passe alors par le développement des « luttes sociales », même si la confédération n’« exclut pas » l’éventualité d’un renversement du pouvoir politique par la voie électorale14. Ces actions doivent favoriser le « rassemblement conscient de la majorité du peuple » autour d’un projet socialiste. La CFDT voit dans cette formule la condition impérative d’un passage démocratique au socialisme. Elle s’oppose ainsi au front « anti-monopoliste » prôné par le PCF et la CGT, perçu comme un simple regroupement de mécontents dont la principale fonction serait de servir de marchepied aux communistes dans la conquête du pouvoir. Le « rassemblement conscient » à l’inverse, suppose que les luttes sociales, par leurs objectifs comme par leurs formes, « préfigurent » le socialisme autogestionnaire qui s’épanouira demain. Il exige la participation des travailleurs à toutes les étapes de la conduite de l’action, mais également une priorité donnée aux revendications qui mettent en question la hiérarchie, l’autoritarisme dans l’entreprise, la manière de produire et les objectifs mêmes de la production. Il y a bien de la part de la CFDT, comme en 1968, une volonté à la fois de promouvoir systématiquement des revendications et des pratiques « nouvelles » ou « qualitatives », telles que celles que l’on a évoquées plus haut, et de leur donner un sens politique global par le recours tout aussi systématique à une grille de lecture « autogestionnaire ». Le mot d’ordre du congrès confédéral de Nantes, au printemps 1973, résume cette ambition : « vivre demain dans nos luttes d’aujourd’hui ». La CGT, de son côté, apparaît résolument hostile à l’idée d’un lien essentiel entre revendications présentes et perspectives d’avenir. Il y a bien pour elle solution de continuité : les luttes doivent favoriser la conquête du pouvoir politique et l’appropriation collective des moyens de production, conditions de la construction d’une société socialiste dans laquelle les questions se poseront tout autrement.

  • 15 Résolution du congrès confédéral CFDT de 1970, reproduite dans CFDT, Textes de base (1), Paris, Mo (...)
  • 16 Sur cette notion, cf. Frank Georgi, L’invention de la CFDT..., op. cit., p. 477-483.

12L’autre point de cristallisation des antagonismes entre CGT et CFDT est la volonté affichée par la seconde de favoriser le développement d’un courant socialiste autogestionnaire. On entre ici sur un terrain plus classiquement politique. Le primat des luttes et l’affirmation d’une fonction proprement politique du syndicat n’empêchent pas les cédétistes de reconnaître la spécificité partisane et l’importance de l’occupation du pouvoir d’État. La confédération évoque dès 1970 la nécessité de mobiliser « l’ensemble des forces populaires15 », syndicats et partis sur un pied d’égalité, avant de faire en 1973 de cette idée un véritable axe stratégique, distinct de « l’Union de la gauche » autour du Programme commun, et baptisé « Union des forces populaires ». Edmond Maire, qui accède à l’automne 1971 à la tête d’une organisation radicalisée, est l’un des rares responsables à avoir, dans les années qui ont précédé 1968, défendu la notion d’autogestion, mais également l’idée, devenue caduque au lendemain de Mai faute de partenaire crédible, d’une « stratégie commune » au syndicat et à la gauche politique non communiste16. Les difficultés de la SFIO, puis du Nouveau Parti socialiste d’Alain Savary, tout comme le glissement du PSU vers l’extrême gauche favorisent dans un premier temps le repli du syndicat sur le « social » et les « luttes », ainsi que la primauté donnée à l’élaboration d’un projet politique autonome. Mais 1971 est aussi l’année où la configuration politique à gauche commence à changer. Le PSU, aux yeux de la CFDT, amorce cette année-là un premier redressement que vient confirmer en décembre 1972 l’adoption d’un Manifeste autogestionnaire, très voisin de ses propres orientations. Mais la proximité idéologique et les liens anciens ne suffisent pas. Les effectifs du parti de Michel Rocard continuent à s’effondrer, et les législatives de mars 1973 confirment ce déclin sur le plan électoral.

  • 17 Voir François Kraus, « Les Assises du socialisme ou l’échec d’une tentative de rénovation d’un par (...)

13La renaissance du PS à Épinay, qui se dote l’année suivante d’un programme où la référence autogestionnaire figure en bonne place (même si elle renvoie prudemment à une finalité lointaine), et surtout la signature du Programme commun de gouvernement en juin 1972, redistribuent les cartes. L’initiative, pour la première fois depuis 1968, vient du politique et le syndicat doit se situer par rapport à elle. Le PS se substitue au PSU comme interlocuteur partisan privilégié pour la CFDT17. L’horizon électoral se dégage progressivement au détriment du changement par la voie des « luttes ».

  • 18 Déclaration du Bureau national CFDT, 15 septembre 1972 (Syndicalisme, 21 septembre 1972) et dossie (...)
  • 19 Syndicalisme, 28 décembre 1972.
  • 20 Compte rendu de la rencontre CFDT-PS du 5 décembre 1972 (Arch. confédérales CFDT, Fonds Edmond Mai (...)
  • 21 L’organisation finale est confiée à deux revues partisanes (Critique socialiste et Objectif social (...)
  • 22 L’un des suites immédiates de ces premières rencontres fut la création du Comité de liaison pour l (...)

14À la rentrée 1972, la CFDT porte un jugement public sur le Programme commun18. En tant qu’organisation syndicale, elle ne peut, explique-t-elle, souscrire à un programme de gouvernement, même si sa signature constitue en soi un « événement important » qui clarifie et simplifie le clivage droite/gauche. Elle affirme se situer clairement dans le second camp, et le confirme explicitement à l’occasion des élections législatives : « En syndicalistes, tout faire pour la victoire des forces populaires19 ». Mais sur le fond, le principal reproche adressé à un document qui reprend nombre de revendications syndicales est de ne pas se situer dans une perspective autogestionnaire. Ses ressorts demeureraient essentiellement étatiques, ce qui le rendrait à la fois insuffisant (absence de remise en cause des structures du pouvoir, de la hiérarchie, du productivisme) et dangereux (risque d’une centralisation autoritaire renforcée). Dès la fin de l’année 1972, et plus encore au lendemain des législatives, le choix politique de la CFDT est clairement affirmé : il s’agit de renforcer à gauche le « courant socialiste autogestionnaire », dans ses diverses composantes, partisanes et syndicales, au détriment du courant « centralisateur et étatique ». L’un des moyens privilégiés par le syndicat, reprenant une formule testée dans les premières années de la Ve République, est l’organisation de « colloques » sur un thème idéologique (ici l’« autogestion », comme une dizaine d’années plus tôt, la « planification démocratique »), mais dont la visée est autant stratégique – et même tactique – que doctrinale. Il n’est pas ou plus question de jouer la carte du PSU pour favoriser la création d’un pôle autogestionnaire autonome, concurrent de « l’Union de la gauche ». L’objectif est d’arrimer, bon gré mal gré, le PS, seule force électorale crédible, au « courant autogestionnaire » dont la CFDT constitue la principale composante « sociale ». Pour cela, les colloques devront servir à confronter les points de vue et à approfondir la réflexion collective sur l’autogestion. Une première tentative, envisagée dès janvier 1973, avorte partiellement, à la suite du refus du PS de participer, à la veille des législatives à ce qui pourrait apparaître comme une initiative anti-unitaire20. La CFDT, dans ces conditions, s’en retire à son tour, et le colloque, maintenu, est pris en charge par quatre revues « autogestionnaires » (dont la revue théorique du PSU, Critique socialiste)21, ce qui lui ôte une bonne partie de son intérêt stratégique22. Le projet est repris au lendemain des législatives, dans un contexte où l’intérêt pour l’autogestion est relancé par le déclenchement d’un conflit social hors normes.

De Piaget à Mitterrand (1973-1974)

  • 23 Politique hebdo, 28 juin 1973.
  • 24 André Malterre (CGC), conférence de presse du 25 septembre 1973, cité par Émile Lejeune, L’autoges (...)
  • 25 Document reproduit dans la brochure « L’autogestion est-elle l’avenir ? », Les samedis TREMA, Les (...)
  • 26 Gilbert Souchal, « Séguy se trompe d’adresse », Politique Hebdo, 6 septembre 1973, p. 9-10.

15Tout le second semestre de l’année 1973 a en effet été marqué par une grève ouvrière au retentissement exceptionnel : le combat des « Lip ». Si l’origine du mouvement relève clairement d’une action défensive (refus des licenciements et du démantèlement de l’entreprise) et si l’objectif immédiat s’inscrit dans le cadre du système capitaliste (trouver un repreneur), les formes de lutte adoptées, résolument offensives et destinées à peser sur l’opinion et les pouvoirs publics, se situent délibérément hors de la légalité. S’ils empruntent largement au répertoire des pratiques radicales de l’après-68, de l’occupation et de la séquestration à l’« autogestion » de la lutte (comité d’action, AG souveraines, commissions), les salariés de Lip franchissent un pas supplémentaire lorsqu’ils s’emparent d’une partie du stock (le « trésor de guerre »), et surtout lorsqu’ils remettent en route eux-mêmes une chaîne de montage et organisent la vente « sauvage » des montres. Les sections CGT et même CFDT ont beau répéter qu’il s’agit là d’une mesure pragmatique d’« autodéfense » (tenir aussi longtemps que nécessaire en assurant une « paie ouvrière » et « populariser » le conflit), et qu’une entreprise autogérée n’a pas de sens dans une société capitaliste, leur action est en elle-même une tribune inespérée pour l’autogestion. Il n’y a pas que la presse d’extrême gauche – comme Politique Hebdo, qui titre « Lip, ça marche sans eux23 » – à promouvoir une telle lecture du conflit. La grande presse consacre articles et dossiers à l’autogestion, le patronat et même la CGC dénoncent une opération politique, menée par le PSU, dont l’objectif serait de diffuser le mythe autogestionnaire24. La grande banderole accrochée à l’entrée de l’usine, qui proclame « C’est possible. On fabrique, on vend » (et bientôt : « on se paie ») entretient l’ambiguïté. Lip n’est pas l’autogestion réalisée et le conflit vise à trouver une issue réaliste par la négociation. Mais celui-ci porte en lui une dimension prophétique en annonçant, comme le répète la CFDT, la « légalité de demain ». Une affiche de la 20e section du PSU parisien exprime bien la signification politique que la gauche et l’extrême gauche autogestionnaires donnent à l’événement : « Lip aujourd’hui grève active autogérée. Demain la révolution et l’autogestion socialiste25 ». Ces lectures expliquent la mise en garde adressée par Georges Séguy, le 28 août, aux syndiqués CGT de l’entreprise contre « certaines tentatives qui visent à théoriser à propos de “l’affaire Lip” pour le compte d’idées ou de stratégies partisanes », et sa volonté affirmée d’« aboutir au plus tôt [...] à une solution satisfaisante26 ». Outre les risques de débordements gauchistes (en particulier à l’occasion de la « marche sur Besançon » du 29 septembre), susceptibles de provoquer un retournement de l’opinion, CGT et PCF semblent craindre un renforcement d’un courant autogestionnaire hostile au Programme commun. De fait, PSU – « le parti des 100 000 de Besançon », comme il aime se désigner – et CFDT s’identifient au combat des Lip, conduit par la figure emblématique de Charles Piaget, secrétaire de la section CFDT, membre de l’Action catholique ouvrière et militant PSU. Cependant, pas plus pour Michel Rocard que pour Edmond Maire, Lip n’ouvre la voie à la révolution par les luttes ni n’invalide un rapprochement avec les forces de « l’Union de la gauche ». Quant au PS, s’il apporte d’emblée son soutien aux grévistes par l’intervention de ses élus, le vote d’une motion et l’achat de montres, il demeure en retrait, malgré les exhortations du CERES qui entend donner la priorité à la revendication de contrôle et à la participation directe aux « luttes », dans le cadre d’une dynamique à la fois « unitaire » et « autogestionnaire ». François Mitterrand met en garde contre les effets négatifs d’un radicalisme verbal sur l’électorat et rejette l’idée de deux courants opposés au sein de la gauche, dont l’un serait étatiste et l’autre autogestionnaire.

  • 27 La CGT, qui souhaitait également participer, se voit adresser la même réponse négative (Dossier co (...)
  • 28 Michel Schifres, « Le colloque de la CFDT sur l’autogestion », Le Monde, 19 février 1974.

16L’ambivalence socialiste à l’égard de l’autogestion est toujours sensible au lendemain de la « victoire » des Lip le 29 janvier, dans laquelle le PS, à la différence du PSU, n’a joué aucun rôle. Le mois suivant, alors que le conflit, qui a déjà commencé à faire école, est dans tous les esprits, se tient ce qui devait être le premier des colloques sur l’autogestion pris en charge par la CFDT, dont l’objectif est toujours de donner une traduction politique au « courant autogestionnaire ». La logique cédétiste suppose de n’inviter à ces rencontres que les organisations qui se réclament explicitement de l’autogestion socialiste, ce qui provoque la vive réaction de Georges Marchais, qui conteste l’idée d’un clivage fondamental entre « deux courants » au sein du socialisme, alors même que le PCF commence à nuancer fortement son hostilité au thème de l’autogestion27. Mais le PS est également réticent face à une initiative qui risquerait de perturber le cadre unitaire. Il refuse ainsi d’être co-organisateur des colloques au côté de la CFDT et du PSU, tout en acceptant d’y participer. Cette défiance est très sensible lors du colloque de février 1974. La presse constate un clivage net entre les participants socialistes d’un côté, qui privilégient le front électoral et réaffirment leur fidélité au Programme commun, et les représentants de la CFDT et du PSU, qui, portés par la dynamique des grèves, mettent l’accent sur les luttes sociales dans le combat pour l’autogestion28.

  • 29 L’information est annoncée dans Le Monde daté du 5 avril, paru le 4 au soir et reprise par les rad (...)
  • 30 Voir par exemple Kathleen Evin, Michel Rocard ou l’art du possible, Paris, Jean-Claude Simoën, 197 (...)
  • 31 « Piaget candidat ? », Libération, 5 avril 1974, p. 1.
  • 32 Entretien avec Jean-Paul Sartre, Libération, 13-14 avril 1974, p. 4.
  • 33 « Piaget-Lip porte-parole du nouveau monde ? », Libération, 6-7 avril, p. 1-3.
  • 34 Ibid.
  • 35 Ibid.
  • 36 Libération du 16 avril prend acte de cette décision, tout en s’accrochant à l’idée que la mobilisat (...)

17La mort de Georges Pompidou, quelques semaines plus tard, remet brutalement l’impératif politique au premier plan. En obligeant à des choix immédiats, l’événement clarifie les clivages au sein de la nébuleuse autogestionnaire. Son aile gauchisante voit dans l’élection présidentielle anticipée une caisse de résonance exceptionnelle pour les conflits en cours, un stimulant pour les luttes à venir et pour la construction d’une force autogestionnaire et révolutionnaire autonome. Pour ces militants, Charles Piaget présente le profil idéal. Soutenue par la gauche du PSU, les trotskystes autogestionnaires de l’AMR, mais aussi l’ex-Ligue communiste et Révolution !, l’idée est connue dès le 4 avril, deux jours après la disparition du chef de l’État29. Dans un meeting tenu ce soir-là au Palais des Sports de Toulouse, où il prend la parole après une employée de banque en grève (pas de « trêve sociale » pendant la campagne électorale), Michel Rocard est accueilli par une partie de la salle aux cris de « Piaget candidat30 ! » La proposition est défendue par des journaux marqués à l’extrême gauche comme Politique hebdo et surtout Libération, malgré une certaine réserve initiale (il ne s’agit pas de promouvoir une « pâle et dérisoire copie » d’extrême gauche d’une candidature unique du Programme commun31). Jean-Paul Sartre, directeur en titre du jeune quotidien, veut y voir une alternative à cette « vieille chose démoniaque » qu’est devenue la gauche traditionnelle, et à son « socialisme » fondé sur la « hiérarchie32 ». Si une partie de l’équipe de Libération redoute qu’un engagement en faveur de Charles Piaget fasse du journal l’organe électoral d’un cartel d’extrême gauche, le rêve incarné par l’aventure des Lip est toujours suffisamment prégnant pour balayer les réserves. Dès le 6 avril, « Piaget-Lip » devient pour le quotidien gauchiste « le porte-parole du nouveau monde33 ». Sa candidature est celle « des luttes », cette force « considérable » et « éparpillée », du Joint Français, du Larzac, de Lip évidemment, des minorités nationales, du mouvement des femmes, « des OS qui veulent changer la vie », des « écoliers qui refusent l’ordre et la soumission34 ». Elle n’est pas le fruit de tractations entre bureaucrates d’extrême gauche. Elle est née « simultanément dans la tête de plein de gens. Elle s’est imposée comme une évidence ». « Charles Piaget, c’est le symbole des Lip et les Lip, c’est déjà une image de la société que nous voulons ». Le mot « candidature » accolé à Piaget est mis entre guillemets, comme pour exorciser le spectre du vaudeville électoral. Le syndicaliste ne sera donc pas un « candidat », mais le « porte-parole » des « luttes » et de « la France d’en bas » : « Tout inventer, changer la vie, changer le monde. Piaget oui. Il ne parlera pas pour nous. Avec lui, nous parlerons tous35. » Derrière les envolées lyriques, l’objectif premier demeure plus prosaïque : peser sur la décision que le PSU doit prendre lors de son conseil national du 15 avril. Celui-ci, en dépit d’une forte minorité favorable au « candidat des luttes », choisit de soutenir François Mitterrand et d’inscrire le « courant autogestionnaire » dans la dynamique unitaire36.

  • 37 PV et notes du BN du 5 avril 1974 (Arch. confédérales CFDT, 2G83) et dossiers présidentielle 1974 (...)
  • 38 Note du secteur politique aux membres de la commission exécutive, 9 mai 1974 (Arch. confédérales C (...)

18Du côté de la CFDT, le bureau national avait, dès le 5 avril, soit deux jours avant la DPN du PSU, apporté son appui à une candidature d’union des gauches et écarté toute candidature-témoignage qui ne ferait que favoriser la division. Charles Piaget, « excellent militant » syndical selon Edmond Maire, n’aurait pas forcément la « compétence » pour être candidat à la présidence37. Cette prise de position provoque la réaction de militants s’indignant que le premier responsable d’une organisation « autogestionnaire » ait cru bon de dénier à un syndicaliste ouvrier de base la « compétence » pour accéder aux plus hautes fonctions politiques. Pour la direction confédérale, les lettres de protestation reçues (un peu moins d’une centaine) n’auraient rien de spontané et auraient été « visiblement inspirées par des groupes d’extrême gauche38 ».

  • 39 Voir par exemple François Kraus, op. cit., et Hélène Hatzfeld, Faire de la politique autrement. Le (...)

19Mais les arrière-pensées et les jeux tactiques des uns et des autres ne doivent pas masquer l’essentiel. La décision des principaux responsables du « courant autogestionnaire » de soutenir François Mitterrand au détriment de Charles Piaget, si elle entérine des orientations amorcées depuis plus d’un an, représente un moment clé, lourdement chargé de symboles. L’avenir de l’autogestion ne se joue plus exclusivement ni même principalement sur le terrain des grèves et de l’action ouvrière. Le primat des luttes appartient au passé. S’inscrivant dans la dynamique politique ouverte par la campagne présidentielle, une partie de la CFDT, l’aile rocardienne du PSU et plusieurs groupes et associations se réclamant de l’autogestion appellent à la participation à des Assises du socialisme, qui se tiennent au mois d’octobre. Ils partagent avec le premier secrétaire du PS l’objectif de renforcer le PS pour rééquilibrer la gauche. Mais, à la différence de François Mitterrand, ils en poursuivent un second : changer le PS de l’intérieur et faire, par l’apport de la réflexion autogestionnaire et de militants engagés dans les luttes, d’une machine électorale efficace un parti de type nouveau, redéfinissant les frontières du « politique » et du « social », le grand parti de l’autogestion socialiste. L’histoire de l’échec de cette ambition déborde le cadre de notre contribution39.

***

  • 40 Voir le numéro spécial de Vingtième siècle. Revue d’histoire, « L’ombre portée de Mai 1968 », no 9 (...)

20Il est bien délicat de tirer des conclusions tranchées de la mise en relation de l’effervescence gréviste, de la diffusion du thème autogestionnaire et de la recomposition du champ partisan à gauche entre 1971 et 1974. On pourrait légitimement plaider la simple concomitance de trois phénomènes autonomes, chacun s’inscrivant à sa manière dans l’« ombre portée » de Mai 6840. La dynamique sociale des grèves s’est enclenchée indépendamment de l’union des gauches et doit peu à l’idéologie autogestionnaire. L’amorce d’une inversion durable du rapport des forces entre socialistes et communistes peut être lue à travers une grille classiquement politique, la logique unitaire profitant à un parti rénové, démocratique, ancré à gauche, et doté d’un candidat crédible à l’élection présidentielle. Le processus de rattrapage par rapport au PCF s’amorce alors que le PS est toujours peu présent dans les grèves et qu’une partie des forces « autogestionnaires » l’observe avec défiance. Pour autant, l’affirmation d’un courant se réclamant de l’autogestion et affirmant tirer sa légitimité des « luttes » nouvelles a bien eu, on l’a vu, un impact politique.

  • 41 Le Poing et la rose, supplément au no 41, mai 1975.
  • 42 Un nouveau pic est atteint en 1976, avec plus de 5 millions de journées non travaillées.
  • 43 Sur les « enfants de Lip », voir Xavier Vigna, op. cit., p. 107-111.
  • 44 Pour Xavier Vigna, elle s’inscrirait alors, à sa manière, dans le processus d’« étatisation » des (...)
  • 45 Stéphane Courtois et Marc Lazar, Histoire du Parti communiste français, Paris, PUF, 1995, p. 357.
  • 46 Voir Serge Dandé, « Le PCF et l’autogestion. Histoire d’un ralliement », in Frank Georgi (dir.), A (...)

21En effet, les expressions les plus originales de la protestation sociale, même minoritaires, sont alors fortement médiatisées et présentées comme des grèves « exemplaires » ou « significatives », porteuses d’un sens qui les dépasse. La CFDT, le PSU, une partie de l’extrême gauche, et, au sein du PS, le CERES, les inscrivent dans une perspective encore floue d’un socialisme autogestionnaire, qu’elles-mêmes contribuent à rendre plus concrète et crédible. Dans un premier temps, l’autogestion vient perturber la stratégie unitaire voulue par François Mitterrand : si elle contribue à affirmer une identité socialiste clairement distincte de celle du PCF, en lui donnant une image à la fois radicale, moderne et démocratique, elle présente l’inconvénient d’inquiéter l’électorat modéré, et surtout de stigmatiser le partenaire communiste, au risque de faire éclater le cadre unitaire. D’où l’hostilité des socialistes à l’égard des tentatives de regroupement « autogestionnaire », qu’elles se construisent en dehors de lui, ou qu’elles cherchent à l’intégrer dans une stratégie différente de celle d’Épinay. Les réactions du PCF reflètent également son inquiétude face à ce qu’il considère comme une machine de guerre contre lui et contre le Programme commun. Dans un second temps, la popularité du thème (renforcée par des conflits emblématiques comme celui de Lip) d’un côté, les succès électoraux de la stratégie unitaire de l’autre, poussent à la convergence des deux dynamiques, le rôle moteur étant désormais clairement dévolu au politique. L’échec de la candidature Piaget lève définitivement l’hypothèque d’un socialisme autogestionnaire porté au pouvoir par la force propre du mouvement social. La voie est libre pour un renforcement du PS par l’apport d’une partie du « courant autogestionnaire ». L’automne 1974 ouvre bien une nouvelle séquence. Si les termes du débat sur l’autogestion ne changent pas fondamentalement de nature, malgré une unanimité de façade autour des « 15 thèses41 » adoptées en 1975, celui-ci se déroule désormais à l’intérieur du PS, les pôles politiques extérieurs étant marginalisés. Sur le plan social, la conflictualité ne faiblit pas, bien au contraire42. Mais, dans un paysage marqué par le chômage de masse et les fermetures d’entreprises, le caractère défensif des grèves, même lorsqu’elles adoptent des formes « autogestionnaires43 », domine. Pour la direction de la CFDT, la probable victoire électorale de la gauche constitue désormais un objectif prioritaire44, même si la confédération tient à faire entendre sa différence, rappelant l’importance d’une mobilisation sociale « consciente » et proposant ses propres « objectifs de transformation » d’inspiration autogestionnaire. Quant au PCF, déstabilisé par les résultats des législatives partielles de l’automne, et inquiet du risque de voir son partenaire, dans la foulée des Assises, renforcer son implantation dans le monde du travail et s’éloigner du Programme commun, il s’engage dans une polémique dure à l’égard du PS et surtout des nouveaux arrivants. En même temps, symptôme d’une orientation à « double face45 », parfois difficile à démêler, qui caractérise cette nouvelle phase où se combinent aggiornamento démocratique et crispations identitaires, il se défait progressivement de ses préventions par rapport à la notion d’autogestion, terme qu’il finit par revendiquer sans réserve à partir du printemps 197746. Cette même année, les « luttes » entament leur reflux, les effectifs syndicaux stagnent avant de décroître et « l’Union de la gauche » se brise sur d’autres enjeux. La « dynamique autogestionnaire », telle qu’elle s’était affirmée dans la première moitié de la décennie sur le plan social et politique, appartient désormais au passé.

Notes

1 Les données annuelles sont consultables dans l’Annuaire statistique de la France (INSEE). Les données mensuelles sont publiées dans un bulletin du ministère du Travail (pour la période qui nous intéresse : Statistiques du travail et de la Sécurité sociale, devenu Bulletin mensuel des statistiques sociales, puis Bulletin des statistiques du travail). Pour une réflexion « quantitative » sur les grèves de l’époque : Pierre Dubois, « La grève en France », dans Mark Kesselmann, Guy Groux (dir.) 1968-1982. Le mouvement ouvrier français. Crise économique et changement politique, Paris, Éditions ouvrières, 1984, p. 243-260 ; Michel Branciard, Société française et luttes de classes, t. 3 : 1967-1977, Lyon, Chronique sociale de France, 1977, 246 p.

2 Cette année, marquée par le conflit des mineurs et le retour du social après la fin du drame algérien, compte à elle seule quelque 6 millions de jours de grève.

3 Voir Antoine Prost, Autour du Front populaire. Aspects du mouvement social en France, Paris, Seuil, 2006, p. 233-258.

4 Le nombre d’établissements touchés est trois fois plus important pour la séquence 1969-1973 que pour les années 1963-1967.

5 Pierre Dubois, « La grève... », dans Mark Kesselmann, Guy Groux, op. cit., p. 245. Sur les grèves de 1971, voir le numéro spécial de la revue Sociologie du travail, « Les grèves », 4, octobre-décembre 1973, coordonné par Claude Durand.

6 Xavier Vigna, L’insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines, Rennes, PUR, 2007, 378 p.

7 Pour 1’année 1971, le sociologue estime « vraisemblablement » à moins d’une centaine, sur plus de 4000 conflits recensés, les cas de séquestration (Sociologie du travail, « Les grèves », op. cit., p. 410).

8 Xavier Vigna, op. cit., p. 131-138.

9 Voir le rapport général présenté par Edmond Maire au congrès confédéral de Nantes (30 mai-3 juin 1973), Syndicalisme, numéro spécial, 13 mars 1973, p. 64-71.

10 Voir Claude Durand, « Revendications explicites et revendications latentes », Sociologie du travail, « Les grèves », op. cit., p. 394-409.

11 Frank Georgi, L’invention de la CFDT 1957-1970. Syndicalisme, catholicisme et politique dans la France de l’expansion, Paris, Éditions de l’Atelier/CNRS éditions, 1995, p. 489-599.

12 L’expression est employée par Georges Séguy le 21 mai 1968.

13 Un dossier sur le « débat de fond » entre CGT et CFDT est conservé aux archives confédérales CFDT (8H1619). Pour un résumé des positions, voir le rapport général d’Edmond Maire pour le congrès confédéral de Nantes, 30 mai-3 juin 1973, document cité, p. 84-86.

14 Voir par exemple, CFDT, Pour un socialisme démocratique. Contribution de la CFDT, Paris, Épi, 1971, 167 p.

15 Résolution du congrès confédéral CFDT de 1970, reproduite dans CFDT, Textes de base (1), Paris, Montholon-Services, 1977, p. 43.

16 Sur cette notion, cf. Frank Georgi, L’invention de la CFDT..., op. cit., p. 477-483.

17 Voir François Kraus, « Les Assises du socialisme ou l’échec d’une tentative de rénovation d’un parti », Les Notes de la Fondation Jean Jaurès, 31, juillet 2002.

18 Déclaration du Bureau national CFDT, 15 septembre 1972 (Syndicalisme, 21 septembre 1972) et dossier publié dans Syndicalisme du 16 novembre 1972. Pour une approche plus détaillée, voir les dossiers de travail de la confédération sur le texte du programme (Arch. confédérales CFDT, 8H1596).

19 Syndicalisme, 28 décembre 1972.

20 Compte rendu de la rencontre CFDT-PS du 5 décembre 1972 (Arch. confédérales CFDT, Fonds Edmond Maire, 15P40).

21 L’organisation finale est confiée à deux revues partisanes (Critique socialiste et Objectif socialiste) et à deux revues indépendantes (Autogestion et socialisme et Politique aujourd’hui).

22 L’un des suites immédiates de ces premières rencontres fut la création du Comité de liaison pour l’autogestion socialiste (CLAS), réunissant autour du PSU l’Alliance marxiste révolutionnaire, Objectif socialiste et les Centres d’initiative communiste.

23 Politique hebdo, 28 juin 1973.

24 André Malterre (CGC), conférence de presse du 25 septembre 1973, cité par Émile Lejeune, L’autogestion ?, Verviers, Marabout, 1974, p. 39.

25 Document reproduit dans la brochure « L’autogestion est-elle l’avenir ? », Les samedis TREMA, Les Amis de TS, 7, mars 2001, p. 13.

26 Gilbert Souchal, « Séguy se trompe d’adresse », Politique Hebdo, 6 septembre 1973, p. 9-10.

27 La CGT, qui souhaitait également participer, se voit adresser la même réponse négative (Dossier colloque autogestion, Arch. confédérales CFDT, 8H1635).

28 Michel Schifres, « Le colloque de la CFDT sur l’autogestion », Le Monde, 19 février 1974.

29 L’information est annoncée dans Le Monde daté du 5 avril, paru le 4 au soir et reprise par les radios (Voir aussi Libération du 5 avril).

30 Voir par exemple Kathleen Evin, Michel Rocard ou l’art du possible, Paris, Jean-Claude Simoën, 1979, p. 130.

31 « Piaget candidat ? », Libération, 5 avril 1974, p. 1.

32 Entretien avec Jean-Paul Sartre, Libération, 13-14 avril 1974, p. 4.

33 « Piaget-Lip porte-parole du nouveau monde ? », Libération, 6-7 avril, p. 1-3.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 Libération du 16 avril prend acte de cette décision, tout en s’accrochant à l’idée que la mobilisation en faveur de la candidature Piaget est le début de « quelque chose » (« Le PSU dit non à Piaget », p. 1 et 3).

37 PV et notes du BN du 5 avril 1974 (Arch. confédérales CFDT, 2G83) et dossiers présidentielle 1974 (Arch. confédérales CFDT 8H1607 et 8H1708).

38 Note du secteur politique aux membres de la commission exécutive, 9 mai 1974 (Arch. confédérales CFDT, 8H1608) La note précise que les propos du secrétaire général tenus lors de la conférence de presse qui a suivi le Bureau national (BN) du 5 avril aurait été « déformés » : il s’agissait de la « compétence » pour mener avec succès la bataille électorale. Le 12 avril, Edmond Maire ajoutait devant les journalistes : « Mitterrand ne ferait pas non plus un bon secrétaire de la section syndicale CFDT ». Sur le fond, la direction confédérale soulignait que la position du BN se situait dans le droit fil des orientations stratégiques antérieures (résolution sur l’Union des forces populaires adoptée par le Conseil national en janvier 1974).

39 Voir par exemple François Kraus, op. cit., et Hélène Hatzfeld, Faire de la politique autrement. Les expériences inachevées des années 1970, Rennes, PUR/ADELS, 2005, 328 p.

40 Voir le numéro spécial de Vingtième siècle. Revue d’histoire, « L’ombre portée de Mai 1968 », no 98, avril-juin 2008.

41 Le Poing et la rose, supplément au no 41, mai 1975.

42 Un nouveau pic est atteint en 1976, avec plus de 5 millions de journées non travaillées.

43 Sur les « enfants de Lip », voir Xavier Vigna, op. cit., p. 107-111.

44 Pour Xavier Vigna, elle s’inscrirait alors, à sa manière, dans le processus d’« étatisation » des luttes ouvrières souhaité par la CGT dès 1972 (ibid., p. 262).

45 Stéphane Courtois et Marc Lazar, Histoire du Parti communiste français, Paris, PUF, 1995, p. 357.

46 Voir Serge Dandé, « Le PCF et l’autogestion. Histoire d’un ralliement », in Frank Georgi (dir.), Autogestion. La dernière utopie ?, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, p. 245-257.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540