Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Deuxième partie. Des milieux à revisiter

La Revue blanche ou l’engagement de la jeunesse

Paul-Henri Bourrelier

Texte intégral

1L’engagement de La Revue blanche est l’expression de la mobilisation de la jeunesse littéraire et artistique de cette fin du XIXe siècle, en grande partie issue de l’enseignement libéral du lycée Condorcet, animée d’idées libertaires et de principes universalistes.

  • 1 Sur la revue, sa formation et ses combats, voir Paul-Henri Bourrelier, La Revue blanche, une génér (...)
  • 2 Félix Fénéon, tout juste nommé secrétaire de rédaction après son acquittement au procès des Trente (...)
  • 3 Les publications de la correspondance d’André Gide avec Léon Blum (Léon Blum, André Gide, Correspo (...)

2Les premiers à s’impliquer sont les anciens de la revue Le Banquet — Jacques Bizet, Fernand Gregh, Daniel Halévy, Marcel Proust — qui avait fusionné avec La Revue blanche1. Suivent Léon Blum, convaincu par Lucien Herr, les humoristes — Tristan Bernard, Jules Renard, Coolus, Franc-Nohain. Les aînés — Bernard Lazare, Pierre Quillard, André-Ferdinand Herold, Marcel Collière — ne sont pas les moins ardents, ainsi que Félix Fénéon2 et ses amis qui œuvrent plus souterrainement. La pétition de L’Aurore recueille ainsi la signature de trente-quatre collaborateurs de La Revue blanche, parmi lesquels toute la famille Natanson, qui dirige et finance la revue, et Fénéon, le secrétaire. André Gide, horrifié par Les Déracinés de Maurice Barrès, entraîné par Léon Blum et Marcel Drouin, donne sa signature3. Les partenaires du monde du théâtre, si proche, en premier lieu Lugné Poe, plusieurs peintres, apposent leur nom.

  • 4 Remy de Gourmont écrit, dans Épilogues. Réflexions sur la vie, 1895-1899 (1903), deux textes : « D (...)

3D’autres collaborateurs vont se joindre à eux et ceux qui pourraient se ranger dans le camp opposé sont, ou se sont, écartés : Barrès a été désavoué par la majorité des rédacteurs depuis 1894, Pierre Louÿs et Lucien Muhlfeld se sont éloignés depuis deux ans, Willy s’en va, Paul Claudel est en Chine, Jean Lorrain se fait oublier ; les philosophes Remy de Gourmont, Jules de Gaultier et Léon Belugou se tiennent à l’écart4. Seul déchirement : l’abstention du maître spirituel de la revue, Stéphane Mallarmé, que Romain Coolus et Thadée Natanson tentent d’entraîner, mais qui n’a pas la force de se heurter à son entourage.

  • 5 Péguy reviendra sur son combat dreyfusard dans de nombreux numéros des Cahiers de la quinzaine, en (...)

4La direction fait un geste qui a une forte signification, en proclamant solennellement dans le numéro du 1er février 1895 le caractère collectif et solidaire de l’engagement. Lucien Herr, nouvelle autorité morale, inspire une « Protestation » soigneusement argumentée et signe l’excommunication de Barrès. Assisté de Blum, il fait entrer à la rédaction ses deux autres lieutenants, Charles Péguy et François Simiand, rejoints au front par un centralien, Julien Benda5.

5Les jeunes gens de la génération qui gravite autour de La Revue blanche et du Cri de Paris, son complément, ne pèsent pas lourd dans l’univers politique, n’étant encore aux commandes dans aucun domaine. Mais on sait que dans ce genre de choc de société, l’indignation de la jeunesse pèse son poids sur les convictions et les consciences. Elle donne sa flamme au camp de la révision.

  • 6 Alexandre Natanson. Tous deux, défendus par Albert Clemenceau, ont été acquittés.

6L’opération réussit d’autant mieux que les antirévisionnistes ont commis l’erreur de traiter les intellectuels par la dérision. Lucien Herr et sa troupe ne manquent pas de s’emparer du qualificatif et de faire de l’engagement de la revue un prototype — qui resservira au cours du siècle. Les articles traitent posément des questions fondamentales posées par l’Affaire : par exemple, la place de l’armée dans une démocratie qui ne cherche pas la guerre. Les éditions de La Revue blanche publient les recueils d’articles plus polémiques, signés de Jean Ajalbert et d’Urbain Gohier — le gouvernement engageant des poursuites contre ce dernier et son éditeur6 pour la publication de L’Armée contre la nation. Le Cri de Paris diffuse les meilleurs dessins politiques, signés de Hermann-Paul, Vallotton, Ibels, Jossot, Roubille…

  • 7 Joseph Reinach n’appréciait pas les brochures polémiques de La Revue blanche et, au comité central (...)
  • 8 La brochure de La Revue blanche, reprenant quatre articles de Francis de Pressensé, Émile Pouget e (...)

7L’élargissement du camp dreyfusard est une condition impérative pour gagner. La revue contribue à étendre les réseaux, notamment en direction des républicains légalistes, et des libertaires et socialistes. Elle se met notamment à la disposition de Ludovic Trarieux pour constituer la Ligue dont il a l’idée. Thadée Natanson devient membre du comité central de la LDH et y coudoie son ami Joseph Reinach7 ; plusieurs collaborateurs deviennent des piliers de l’institution. En plaidant pour l’abolition des lois scélérates8, elle contribue à entraîner l’adhésion d’Émile Pouget, aux côtés de Sébastien Faure. Ce grand écart est un exercice acrobatique puisqu’il fait coopérer des personnalités et des courants de pensée jusque-là adverses.

8La place manque pour énoncer les noms de tous ceux qui ont participé au combat. Laissant de côté les plus connus, j’évoquerai brièvement sept personnalités dont plusieurs ont milité à la Ligue des droits de l’Homme : Julien Benda, Victor Barrucand, Paul Louis, Gaston Moch, Georges Bourdon, Maxime Leroy et Alexandre Varenne.

  • 9 L’Akhbar. Céline Keller prépare une thèse sur Barrucand. Voir son site <http://celine.keeler.free.fr>.
  • 10 Sur Gaston Moch, père de Jules Moch, voir Paul-Henri Bourrelier, « Gaston Moch, polytechnicien com (...)

9Julien Benda a instauré par les Dialogues à Byzance une dialectique ravageuse, qu’il affûtera et utilisera trois décennies plus tard contre les intellectuels coupables d’abandon de poste face au fascisme. Victor Barrucand, propagandiste anarchiste, est allé à Rennes, en liaison avec la LDH, pour prendre en main un journal local avant le procès ; il se parachute en Algérie pour combattre Drumont, et y fait vivre pendant trente ans, malgré les pressions, un journal bilingue, passerelle entre les communautés9. Paul Louis, socialiste, tient une chronique de géopolitique à La Revue blanche et développe une argumentation contre le colonialisme, cause pour laquelle il militera jusqu’à la fin de sa vie. Gaston Moch10, officier démissionnaire, publie L’Armée d’une démocratie, plaidoyer pour l’organisation d’une défense nationale fondée sur des milices ; il prendra la direction de l’Institut de la Paix de Monaco, présidera le comité international de l’esperanto ; il alertera la Ligue des droits de l’Homme en 1930 sur le danger des armes nouvelles. Georges Bourdon est celui qui a dynamisé la première assemblée générale de la Ligue ; il a ensuite une altercation à Rennes avec le général Mercier ; il prendra en charge le syndicat des journalistes en 1918 et fera voter en 1935 le statut de la profession. Maxime Leroy est un juriste, ami de Blum, il sera conseiller juridique de la LDH, défendra les droits des fonctionnaires et développera l’analyse du droit émergent créé par la « coutume ouvrière ». Enfin, Alexandre Varenne, juriste, membre de la Ligue des droits de l’Homme, dirigera le journal La Montagne. Nommé gouverneur de l’Indochine, il essaiera de réformer le régime colonial ; il se distinguera dans la Résistance et sera nommé ministre d’État à la Libération.

10Tous les destins n’ont pas été aussi exemplaires : ainsi Gohier sera atteint d’une paranoïa aiguë dès les premières années du siècle, Hermann-Paul se mettra dans les années 1930 au service de la presse antisémite. D’autres, à 75 ans, n’auront plus, sous l’Occupation, le courage dont ils étaient capables à 20 ans. Mais aucun n’oubliera cette « mystique » pour de grandes causes qui les avait alors saisis.

  • 11 À la demande d’Alexandre Natanson, Jules Renard a publié dans Le Cri de Paris entre novembre 1898 (...)

11Voici, pour illustrer mon propos, un texte paru dans Le Cri de Paris du 1er janvier 189911. Il est de Jules Renard, un écorché vif, transfiguré par l’esprit dreyfusard, au meilleur sens du terme :

Noël
Il m’offrit une papillote frisée et me dit :
« — Tu trouveras dans cette papillote la solution de l’affaire. De quel côté es-tu ?
— Tu me le demandes ! Lui dis-je. Mais, mon vieux Noël, je suis dreyfusard, comme Dieu est grand. Je le suis au point que je n’imagine même plus la possibilité de ne pas l’être. D’ailleurs je l’ai toujours été. Je le serais sans Dreyfus. Je l’étais avant lui. Je l’étais en naissant, et quoi qu’il advienne de Dreyfus, je mourrai dreyfusard. Et je ne tolère sous aucun prétexte qu’on ne le soit pas. Et si tu ne l’es pas, Noël, je te plains et tu me répugnes.
Écoute, Noël, mon dreyfusisme, ce n’est pas une de mes opinions, c’est ma nature. Je ne vais pas jusqu’à dire que mes idées de dreyfusard me sont aussi nécessaires que le pain, j’exagérerais, mais si elles ne suffisent pas à me nourrir, elles contribuent à ma belle santé. Privé d’elles, je me porterais mal. Un dreyfusard, vois-tu, mon vieux Noël, c’est un homme qui a trouvé sa vraie raison de vivre. C’est un homme qui croit à la Justice, une, indivisible, éclatante, avec des lettres qui tiennent tout l’espace. Et il ne dit pas : “où diable, en quelle île du Diable l’innocence va-t-elle se nicher ?” Et il ne veut que des juges égaux et libres. Et il nie que la discipline soit la force principale de la justice. Et il a en horreur les phrases toutes faites, qu’elles aient été faites par Goethe, par Prudhomme ou par Gavroche. […]
Et il ne veut pas qu’on lui dise que la gloire est un bien nécessaire, si elle coûte des milliers de vies, car tu le sais, toi, Noël, la plupart des hommes n’ont que leur vie. C’est pourquoi le dreyfusard hait la guerre et se ferait tuer contre elle. Mais comment haïrait-il les juifs, puisqu’il ne reconnaît que deux races d’hommes, les bienfaisants et les malfaisants ?
Et sache encore, Noël, que le dreyfusard est républicain et qu’il met dans ce mot décrié un sens impérissable, car la République, dit M. Bergeret, est imparfaite mais elle est perfectible, et ainsi, pense le dreyfusard, elle peut faire le bonheur de l’humanité et elle le fera […].
Aussi, Noël, regarde : j’ai une figure tranquille ; je me trouve dans un état excellent, un état de joie grave, de sagesse, d’optimisme, de calme et de plénitude. Va, Noël, je ne crains aucune solution, donne moi la papillote frisée. »

Notes

1 Sur la revue, sa formation et ses combats, voir Paul-Henri Bourrelier, La Revue blanche, une génération dans l’engagement, Paris, Fayard, 2007. Le livre de souvenirs de référence qui fait le mieux revivre l’engagement des collaborateurs de la revue est celui de Léon Blum, recueil d’articles publiés en 1935 (Léon Blum, Souvenirs sur l’Affaire, Paris, Gallimard, 1935, rééd. avec une préface de Pascal Ory, « Folio histoire », 1981). On peut consulter les articles dans la bibliothèque numérisée Gallica et dans les œuvres de Léon Blum (Albin Michel) et Charles Péguy (Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade »).

2 Félix Fénéon, tout juste nommé secrétaire de rédaction après son acquittement au procès des Trente où il avait été défendu par Edgar Demange et Thadée Natanson, avait, en février et avril 1895, dans deux « Passim », attiré l’attention sur la dégradation de la détention et les conditions d’isolement au bagne de Dreyfus.

3 Les publications de la correspondance d’André Gide avec Léon Blum (Léon Blum, André Gide, Correspondance, 1890-1951, édition établie, présentée et annotée par Pierre Lachasse, Presses universitaires de Lyon, 2008) et de celle de Gide avec Valéry non expurgée et qui laisse apparaître l’antisémitisme de Valéry (André Gide, Paul Valéry, Correspondance 1890-1942, nouvelle édition établie, présentée et anotée par Peter Fawcett, Paris, Gallimard, « Les cahiers de la NRF », 2009) permettent de préciser les circonstances de l’engagement de Gide, analysé in Paul-Henri Bourrelier, La Revue blanche, une génération dans l’engagement, op. cit., p. 956-975.

4 Remy de Gourmont écrit, dans Épilogues. Réflexions sur la vie, 1895-1899 (1903), deux textes : « Dreyfus », de décembre 1897 (où il dit notamment : « Je voudrais seulement être sûr que si ce capitaine n’avait pas été juif, il aurait trouvé tout autant de gens pour s’intéresser à lui ? »), et « Le Masque de fer », de février 1898 (où il dit : « Si M. Dreyfus avait été un Français quelconque, nul n’aurait jamais pensé à faire réviser son procès »), reprises in Remy de Gourmont, La Culture des idées, préface de Charles Dantzig, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 2008, p. 460-461 et 469-474. Gourmont, dont certains arguments justifiant son refus d’engagement ne sont pas très éloignés de ceux de Barrès, collabore à La Revue blanche jusqu’en avril 1899 par des critiques littéraires remarquables mais sans contenu politique.

5 Péguy reviendra sur son combat dreyfusard dans de nombreux numéros des Cahiers de la quinzaine, en mentionnant sa collaboration à La Revue blanche (« on ne me reprochait pas alors de faire des personnalités », écrit-il). Julien Benda évoquera ses souvenirs dans La Jeunesse d’un clerc, Paris, Gallimard, 1936.

6 Alexandre Natanson. Tous deux, défendus par Albert Clemenceau, ont été acquittés.

7 Joseph Reinach n’appréciait pas les brochures polémiques de La Revue blanche et, au comité central de la LDH, il freinait les ardeurs de Thadée Natanson. Mais il enquêtera sur l’application des lois scélérates et il choisira les éditions de La Revue blanche pour publier L’Affaire Dreyfus.

8 La brochure de La Revue blanche, reprenant quatre articles de Francis de Pressensé, Émile Pouget et un juriste vient d’être rééditée (Le Flibustier, 2008). Pour son analyse, voir le blog <www.revueblanche.overblog.com>.

9 L’Akhbar. Céline Keller prépare une thèse sur Barrucand. Voir son site <http://celine.keeler.free.fr>.

10 Sur Gaston Moch, père de Jules Moch, voir Paul-Henri Bourrelier, « Gaston Moch, polytechnicien combattant de la paix », in les Annales des mines, juillet 2008.

11 À la demande d’Alexandre Natanson, Jules Renard a publié dans Le Cri de Paris entre novembre 1898 et février 1899 seize « Chroniquettes » dreyfusardes anonymes.

Auteur

Ingénieur général des Mines, Paris.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540