Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les partis à l’épreuve de 68

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Introduction

Gilles Richard

Texte intégral

  • 1 Gilles Richard et Jacqueline Sainclivier (dir.) La recomposition des droites en France à la Libéra (...)

1L’ouvrage que vous allez lire est le fruit d’un travail collectif effectué à l’occasion du colloque de Rennes, organisé conjointement par le CERHIO (Centre de recherches sur l’histoire de l’Ouest-Rennes-2) et le CRAPE (Centre de recherche sur l’action politique en Europe – IEP de Rennes) les 2 et 3 février 2010. Il s’inscrit dans une recherche de longue durée, entamée en 2003 avec le colloque sur la recomposition des droites à la Libération et poursuivie avec le colloque de 2006 sur les mutations du système partisan entre la fin de la IVe et les débuts de la Ve République1.

2Le fil conducteur de cette recherche, appelée à se poursuivre dans les années à venir en continuant d’avancer dans les périodes plus récentes, est assez simple à énoncer, sinon à dérouler concrètement.

3En prenant appui sur le renouveau de l’histoire politique depuis une bonne vingtaine d’années et la multiplication des travaux sur les forces politiques proprement dites, il s’agit d’élaborer progressivement un cadre d’analyse afin de mieux penser globalement l’histoire des partis dans la France contemporaine. D’une double façon : en envisageant d’une part les partis dans leurs interrelations, qu’elles soient d’alliance ou d’affrontement, ces relations étant conçues comme faisant « système » ; en envisageant d’autre part le système partisan dans ses rapports, par nature complexes car multiples, contradictoires et médiatisés – au sens de non « immédiats » –, avec la société prise dans son ensemble.

4Pour y parvenir, nous avons fait le choix de travailler dans le cadre d’un « découpage » du temps adéquat, c’est-à-dire producteur de sens, comme déjà dans les deux colloques précédents. Ainsi, l’étude de la période septembre 1944-décembre 1948 a-t-elle permis de mesurer le profond renouveau des forces politiques de droite – et donc du clivage droites-gauches – avec la naissance de trois grands partis appelés à durer : MRP (Mouvement républicain populaire), RPF (Rassemblement du peuple français) et CNIP (Centre national des indépendants et paysans). De même l’étude de la période janvier 1959-mars 1967 a-t-elle permis de mesurer l’ampleur des effets politiques induits par le changement de République en 1958-1962, faisant passer la France d’un système partisan éclaté à un système partisan restructuré autour d’un clivage droites-gauches fort, cela dans le contexte de la « détente » et de la décolonisation.

5Le présent ouvrage s’intéresse quant à lui à une nouvelle séquence chronologique : mars 1971-octobre 1974, choisie selon les mêmes principes que les précédentes. Il s’inscrit aussi dans le contexte de la production d’ouvrages de synthèse sur Mai 68, parus à l’occasion du 40e anniversaire des « événements », et d’abord des deux ouvrages fondamentaux de Michelle Zancarini-Fournel – 68, une histoire collective (1962-1981) et Le moment 68 – tous deux parus en 2008, le premier aux éditions La Découverte et le second au Seuil, dans la collection « L’Univers historique ».

  • 2 Bruno Benoit, Christian Chevandier, Gilles Morin, Gilles Richard et Gilles Vergnon (dir.) À chacun (...)

6L’idée directrice qui nous a guidés est la suivante. Dans le prolongement du colloque organisé à Lyon en mars 20092, et dont plusieurs auteurs de cet ouvrage étaient déjà partie prenante, il s’est agi de braquer davantage les projecteurs qu’on ne l’a fait jusque-là, sur les forces politiques marginales ou secondaires en mai et juin 1968 – « la gauche non communiste » et « la droite non gaulliste » – pour mieux observer le rapide changement du rapport des forces qui intervint dans les années qui suivirent Mai 68. Avec la volonté de complexifier l’analyse des temporalités à l’œuvre. Entre le temps court – le printemps 1968 – et le temps long – 1962-1981 –, n’existe-t-il pas une possibilité de mieux prendre en compte l’année 1974 et l’élection présidentielle qui se déroula alors, et, un peu plus largement, l’ensemble des phénomènes politiques qui se produisirent entre les élections municipales de mars 1971 et les élections législatives partielles de septembre et octobre 1974 ?

7Que constate-t-on d’essentiel en effet entre ces deux dates du point de vue du système partisan ? Un scrutin municipal où les listes « d’union de la gauche » réalisèrent de meilleurs scores que celles de « Troisième Force », héritées de la guerre froide ; l’achèvement du processus de refondation de la vieille SFIO en Parti socialiste lors du congrès d’Épinay ; la signature du « Programme commun de gouvernement » entre PCF et PS, rejoints peu après par les radicaux de gauche ; la crispation conservatrice des gaullistes avec le remplacement de Jacques Chaban-Delmas par Pierre Messmer à Matignon ; le rapprochement puis bientôt l’alliance ouverte des « giscardiens » et des « centristes » ; enfin, la grande surprise de l’élection présidentielle d’avril-mai 1974 qui vit s’affronter au second tour un libéral (Valéry Giscard d’Estaing) et un socialiste (François Mitterrand), inaugurant ainsi de nouveaux rapports de force internes aux droites (au détriment des gaullistes) et aux gauches (au détriment des communistes, comme le démontrèrent crûment les six élections législatives partielles de l’automne 1974). Cela sur fond de luttes sociales impressionnantes par leur diversité autant que par leur inventivité, et au moment même où débutait « la crise ».

8Certes, le cadre chronologique choisi, bâti sur le tempo politique, est en partie débordé par les mouvements sociaux analysés parallèlement : féminisme, luttes du Larzac, évolutions internes du CNPF, révolte des artisans et commerçants, etc. ne s’inscrivirent pas strictement dans les trois années et demi retenues. Mais c’est précisément la mise en évidence de ces temporalités tout à la fois décalées et emboîtées que nous avons recherchée et qui nous renvoie au fil conducteur de l’ouvrage, déjà énoncé : l’étude des rapports complexes mais consubstantiels entre le social et le politique.

9Comment les deux grandes forces politiques des Trente Glorieuses, gaullistes et communistes, furent-elles déconcertées, débordées et, au bout du compte, marginalisées par Mai 68 ? Comment libéraux et socialistes furent-ils à l’inverse capables non pas de prendre en charge les aspirations de Mai 68 mais, pour les premiers, de les enrayer – et de finir, à partir de 1986, par les détourner dans le sens néolibéral souhaité –, et pour les seconds, de les canaliser à leur profit dans leur combat jamais interrompu depuis 1920 contre le PCF ? Telles sont les deux grandes questions auxquelles cet ouvrage tente de répondre. Sans omettre, pour terminer, ce qui fut certes remarqué en 1974 mais sembla sur le moment tout à fait secondaire : l’émergence de l’écologie politique. Naissance d’une nouvelle famille politique, à terme destinée à remettre profondément en cause le clivage entre droites et gauches tel qu’il s’était construit tout au long du XXe siècle...

Notes

1 Gilles Richard et Jacqueline Sainclivier (dir.) La recomposition des droites en France à la Libération (1944-1948), et Les partis et la République. La recomposition du système partisan, 1956-1967, Presses universitaires de Rennes (Histoire), 2004, 389 p. et 2007, 325 p.

2 Bruno Benoit, Christian Chevandier, Gilles Morin, Gilles Richard et Gilles Vergnon (dir.) À chacun son Mai. Le tour des France de mai-juin 1968, Presses universitaires de Rennes, 2011, 398 p.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’IEP de Rennes, Centre de recherche de l’action politique en Europe, UMR-CNRS 6051.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540