Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Deuxième partie. Des milieux à revisiter

Le rendez-vous raté de la franc-maçonnerie

Édouard Boeglin

Texte intégral

  • 1 Alain Bauer, Roger Dachez, Bruno Étienne, Michel Maffesoli, Pour retrouver la Parole : le retour d (...)

C’est un convent unanime qui soutiendra, plus tard [en 1898], l’innocence du capitaine Dreyfus alors même que bien des frères en doutaient ou craignaient une telle initiative dans leurs loges1.

1En quelques mots, Alain Bauer, grand maître charismatique et donc controversé du Grand Orient de France (GODF) de 2000 à 2003, aligne deux vérités dont l’une — la première — est fausse.

2Tant il est vrai qu’en maçonnerie comme dans tous les mouvements de pensée religieux ou philosophiques, le mythe l’emporte très largement sur la vérité historique. Car le « convent unanime » auquel fait allusion Alain Bauer — celui de 1898 — n’a jamais évoqué, ne serait-ce qu’au tour d’une périphrase, le nom même d’Alfred Dreyfus, ni même d’ailleurs « l’Affaire » ; aucun convent, ni en 1894, année du premier procès inique, ni par la suite, n’a jamais accordé la moindre mention à la victime du plus monstrueux complot politico-militaire, antisémite et raciste, qu’ait jamais connu une République menacée par les ligues nationalistes et les menées d’un état-major qui lui était majoritairement hostile.

  • 2 L’Acacia a paru de 1901 à 1914, puis de 1923 à 1933.

3Faut-il alors reprendre à notre compte le propos de la revue maçonnique indépendante L’Acacia2 ?, elle qui, en 1903, près de dix ans après l’arrestation du capitaine et sa déportation à l’île du Diable, affirme :

La franc-maçonnerie n’a pas inventé l’affaire Dreyfus ; elle l’a reçue, subie, car cette affaire a porté le trouble parmi elle comme parmi beaucoup d’autres milieux.

4Vanessa Ragache, auteur de l’un des rares ouvrages consacrés à la problématique de l’attitude de la franc-maçonnerie dans l’affaire Dreyfus, pose, au terme de son essai, la question-clé :

  • 3 Vanessa Ragache, Le Grand Orient de France et l’affaire Dreyfus : mythes et réalités, 1894-1906, P (...)

Et si le Grand Orient de France, qui se targue d’être le fer de lance des grands combats républicains, avait, au moment de l’affaire Dreyfus, raté le rendez-vous que lui avaient fixé la justice et l’équité3 ?

5Telle est, en effet, la question centrale, essentielle pour une obédience maçonnique dont les membres, de nos jours, se plaisent à souligner son actuelle « inefficacité » en se référant à un passé « engagé » et glorieux, dont l’affaire Dreyfus serait l’un des moments forts. Loin de la légende bienveillante, loin du mythe forgé pour l’essentiel par les enfants de Maurras qui dénonçait les « quatre états confédérés », juifs, protestants, étrangers et francs-maçons, il convient de s’en tenir aux faits et aux textes.

6Les faits, et d’abord qu’est-ce que la franc-maçonnerie en France aux lendemains de la défaite humiliante de 1870 qui a amputé le territoire national des départements alsaciens et de la Moselle que l’armée — « l’Arche sainte » ! — est chargée de « recouvrer » ? Le Grand Orient de France — puissance maçonnique quasi hégémonique à l’époque — compte quelque 17 000 maçons répartis dans 400 loges dont 40 en Afrique du Nord. Mais pas moins de 200 parlementaires se réclament de la maçonnerie, un nombre fluctuant de ministres, voire un président de la République (Félix Faure). Au début de l’Affaire, point de partis politiques organisés et structurés, l’un des rares espaces de sociabilité politique hormis l’Église, c’est justement la loge maçonnique.

7Les camps sont bien tranchés : lorsque l’on n’est pas d’un bord, on est fermement, violemment, de l’autre. La franc-maçonnerie est donc à l’époque toujours anticléricale, souvent antireligieuse. Elle se veut héritière des valeurs de la Révolution française (sans la Terreur) et du Siècle des Lumières. À ce titre, elle n’admet pas l’amputation du territoire national et communie dans le culte, certes laïque (pour elle, mais pas pour Barrès) de la « Ligne bleue des Vosges ». Il ne faut donc pas s’étonner qu’elle considère avec sympathie les initiatives de la Ligue de l’enseignement en matière de formation militaire pour les enfants ; que nombre de ses membres sont un temps séduits par le boulangisme. Point de confluence de ces sentiments patriotiques, la Loge Alsace-Lorraine accueille alors les noms les plus illustres de la vie politique et de l’armée.

8Le procès inique de 1894 — à huis clos et sans que la défense puisse accéder à l’ensemble du dossier — ne soulève aucune réaction maçonnique. Seuls quelques maçons — très isolés — se rangent d’entrée dans le camp dreyfusard en fonction soit de leur origine alsacienne (tel Charles Risler, le neveu de Scheurer-Kestner), soit de leur appartenance au judaïsme comme Joseph Reinach. Ce n’est que tardivement — en 1898-1899 —, alors que les « intellectuels » dreyfusards ont réussi à lancer véritablement l’Affaire, que le Grand Orient de France est quelque peu sensibilisé, non tant à l’iniquité qui a frappé un capitaine juif alsacien innocent qu’à la nécessaire défense d’institutions républicaines que l’on dit menacées par un possible ou probable coup d’État militaire. Encore aura-t-il fallu que les tenants du « complot judéo-maçonnique » (Drumont, Barrès, Maurras, Max Régis), par leurs attaques incessantes contre la maçonnerie, aient fait prendre quelque peu conscience aux Frères de la nécessité de se situer clairement dans cet affrontement.

9En 1899, la condamnation avec circonstances atténuantes du capitaine suivie de la grâce satisfait pleinement les maçons du GODF qui considèrent que l’Affaire est définitivement close. Ce qu’elle n’est pas puisque Alfred Dreyfus a retrouvé la liberté mais non l’honneur. Un honneur qui ne lui sera officiellement rendu qu’en 1906, sans que le Grand Orient de France s’investisse d’une quelconque manière dans ce combat pour la justice et la vérité et contre la raison d’État.

  • 4 André Combes, « La franc-maçonnerie », in Michel Drouin (dir.), L’affaire Dreyfus de A à Z, Paris, (...)

10Après avoir évoqué le rôle — ou l’absence de rôle — de la maçonnerie dans l’Affaire, il convient de voir quelle a été la part prise, d’une manière ou d’une autre, par des maçons, plutôt que « les » maçons. L’affirmation d’André Combes4 selon laquelle il n’y a « nul maçon dans le camp adverse », c’est-à-dire chez les antidreyfusards, ne résiste pas à l’analyse du corpus idéologique de la maçonnerie de l’époque où s’expriment, entre autres, un « antijudaïsme de gauche » et l’antisémitisme des maçons d’Algérie en phase avec Drumont et Max Régis.

11En fait, lorsqu’ils ne sont pas d’entrée antidreyfusards, les maçons sont globalement indifférents aux débuts de l’Affaire, aussi inique qu’elle puisse être. Les exceptions dreyfusardes sont rares (outre Reinach et Risler déjà cités, Yves Guyot, Ranc, Minot…) et le conseil de l’ordre du GODF se distingue par une déclaration en forme de dénégation : il y a bien un Alfred Dreyfus membre du GODF, mais ce n’est pas le capitaine… En revanche, deux maçons éminents du Grand Orient vont se distinguer par une hostilité déclarée à Dreyfus : le ministre André Lebon et le « grand » Léon Bourgeois, figure emblématique de la franc-maçonnerie.

  • 5 Vincent Duclert, Alfred Dreyfus : l’honneur d’un patriote, Paris, Fayard, 2006.

12Le premier, ministre des Colonies en 1896, considérait que « sa mission était de punir sans relâche le condamné de l’île du Diable5 ». Il fit infliger à Dreyfus un régime à tous égards inhumain et en fut fier. À Joseph Reinach venu intercéder en faveur du capitaine, il osa répondre qu’à « la place de Dreyfus, il serait mort depuis longtemps ». Scheurer-Kestner, que Lebon menaça s’il s’obstinait à s’intéresser au sort de Dreyfus, brossa en quelques mots le portrait du maçon Lebon :

L’attitude de Lebon est celle des « jeunes républicains » du jour ; ils n’ont plus la foi et ils ont l’ambition. Triste constatation chez la plupart des jeunes ministrables. Ils ont leur cœur dans leur futur portefeuille de ministre.

13Or, la loge L’Équerre à l’Orient de Paris se contenta, par la suite, de suggérer au frère Lebon de s’abstenir quelque temps de se présenter à ses tenues. L’obédience ne le sanctionna d’aucune manière et — ses relations aidant — l’ex-ministre des Colonies put « reprendre » les Messageries maritimes en difficulté et obtint de l’État en 1908 une subvention annuelle de quinze millions pour assurer un service postal…

  • 6 Marc Sorlot, Léon Bourgeois : un moraliste en politique, Paris, Bruno Leprince, 2005.

14Reste le cas de Léon Bourgeois, la conscience et la voix de la maçonnerie de l’époque, futur prix Nobel de la paix. Sans épouser les jugements expéditifs et peu amènes de Clemenceau sur l’inventeur du solidarisme, force est de reconnaître que le « grand maçon » consacra une bonne partie de sa vie et de son énergie à refuser la prise de responsabilités au plus haut niveau… Ses prises de position dans l’Affaire sont généralement occultées par les admirateurs d’un homme qui, par ailleurs, ne manquait pas de qualités intellectuelles et humaines. Pourtant, la lecture de la biographie plutôt bienveillante que lui a consacrée l’historien Marc Sorlot éclaire son attitude de manière peu flatteuse6. Léon Bourgeois ne s’engagera jamais dans le combat dreyfusard. Il s’en prenait encore, en janvier 1898, dans son journal, aux dreyfusards qui « défendent un condamné par des moyens que n’emploie pas l’innocence et que réprouve la conscience ». La même année, en juillet, alors qu’il est ministre de l’Instruction publique, il sanctionne le recteur Stapfer — d’une suspension de six mois — pour avoir prononcé un discours émouvant sur la tombe d’un dreyfusard. La presse dreyfusarde ne le lui pardonnera jamais. Tout comme Léon Bourgeois ne reviendra jamais — publiquement — sur l’Affaire.

15La franc-maçonnerie en général et le Grand Orient de France en particulier ont, ces années-là, complètement raté le rendez-vous que leur avaient fixé la justice, la vérité et — tout simplement — l’humanisme. Que par la suite, sous la menace d’un coup d’État militaire, ils se soient tardivement rendu compte qu’il y avait péril en la demeure, l’affaire des fiches l’a amplement démontré. Mais ceci est une autre affaire.

Notes

1 Alain Bauer, Roger Dachez, Bruno Étienne, Michel Maffesoli, Pour retrouver la Parole : le retour des Frères, Paris, La Table ronde, 2006.

2 L’Acacia a paru de 1901 à 1914, puis de 1923 à 1933.

3 Vanessa Ragache, Le Grand Orient de France et l’affaire Dreyfus : mythes et réalités, 1894-1906, Paris, Édimaf, « Encyclopédie maçonnique », 1998.

4 André Combes, « La franc-maçonnerie », in Michel Drouin (dir.), L’affaire Dreyfus de A à Z, Paris, Flammarion, 1994, réédition 2006, p. 383-388.

5 Vincent Duclert, Alfred Dreyfus : l’honneur d’un patriote, Paris, Fayard, 2006.

6 Marc Sorlot, Léon Bourgeois : un moraliste en politique, Paris, Bruno Leprince, 2005.

Auteur

Journaliste, Institut rhénan d’études et de recherches maçonniques.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540