Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Deuxième partie. Des milieux à revisiter

La Ligue de l’enseignement : une participation attentiste à la culture politique républicaine

Jean-Paul Martin

Texte intégral

1En dépit de l’action d’avant-garde de quelques-uns de ses dirigeants comme Ferdinand Buisson — lesquels ont d’ailleurs choisi d’autres lieux pour s’exprimer —, la Ligue de l’enseignement ne semble pas avoir joué collectivement un rôle pionnier dans la mobilisation en faveur de Dreyfus, que l’on mette son attentisme sur le compte de sa spécialisation, ou de ses liens avec les radicaux de gouvernement, dont beaucoup, à l’instar de Léon Bourgeois, restèrent longtemps dans l’expectative.

  • 1 Publié dans La Revue de l’enseignement primaire du 5 février 1899. La plupart des citations provie (...)

2En janvier 1899 encore, un « Appel à l’union1 », signé par plusieurs de ses dirigeants, réplique à la création de la Ligue de la Patrie française, en se voulant « également respectueux de la justice et de l’armée ». Au cours des mois qui suivent, des prises de position ponctuelles seront plus nettes, quoique toujours assez allusives. Lors de l’assemblée générale du Cercle parisien, le 6 mai 1899, Léon Bourgeois condamne l’antisémitisme et le racisme :

  • 2 Bulletin de la Ligue française de l’enseignement, 1899, p. 407-408.

Nous sommes contre ceux qui, sur le visage d’un Français, cherchent à scruter ses traits pour reconnaître les origines anciennes de son sang ou à pénétrer le secret de ses yeux pour savoir ce qui se passe dans son cerveau2.

3Au congrès de Toulouse, en novembre, hommage sera rendu à la mémoire de Scheurer-Kestner, qui vient de décéder :

  • 3 Ibid., 1900, p. 29.

Ce vaillant que rien n’a su décourager dans sa foi ardente de justice et de vérité et qui est mort debout pour la défense de ses idées3.

  • 4 Jean-Paul Martin, « La Ligue de l’enseignement, la loi de 1901 et le champ politique républicain » (...)

4Mais, dans l’ensemble, le climat de l’Affaire semble surtout avoir servi de justification à une mobilisation politique anticléricale, tournée contre les congrégations, et qui rendra la Ligue étroitement solidaire à cette époque de la « défense républicaine » puis, ultérieurement, du combisme4.

5On peut sans doute estimer que prend ici sa source une certaine animosité de pionniers du dreyfusisme, tels Péguy, à son égard. Le polémiste, il est vrai, n’épargnait pas non plus la Ligue des droits de l’Homme, estimant, en 1902, que

  • 5 Cahiers de la Quinzaine, 1902, cité in Charles Péguy, Œuvres en prose complètes, t. I, Paris, Gall (...)

toutes les fois que nous avons essayé de travailler avec [elles], ces deux organisations formidables nous ont opposé une force d’inertie dont on ne trouverait l’équivalent que dans un ministère ou dans les bureaux de l’Assistance Publique5.

6Quant à la revue Pages Libres, elle donne la parole en 1901 à un instituteur qui s’exprime ainsi :

  • 6 Cité par La Revue de l’enseignement primaire, 20 janvier 1901, p. 220.

La Ligue de l’enseignement a laissé beaucoup de gens être antidreyfusards, en ne se prononçant pas nettement pour la justice et la vérité, alors que c’était le devoir de tous ceux qui détiennent une parcelle quelconque de puissance de dire très haut leur opinion, alors que les consciences étaient troublées et que surtout les malheureux instituteurs, perdus dans les campagnes, ne recueillaient que de vagues échos du grand drame6.

  • 7 Bulletin de la Ligue française de l’enseignement, 1899, p. 647.

7On ne saurait pourtant s’en tenir à des critiques isolées pour apprécier pleinement la position de la Ligue de l’enseignement dans le moment dreyfusard, car celui-ci lui a en même temps laissé une certaine empreinte tant au niveau de sa culture politique que de sa conception de l’éducation populaire. L’affaire Dreyfus fut d’abord l’occasion d’une ouverture à gauche, procédant de la rencontre avec une fraction du mouvement ouvrier et plus largement entre la tradition républicaine et le socialisme, ce qui se traduisit par une tonalité nouvelle dans les propos : ainsi le congrès de 1899 se proposa de « favoriser les relations entre les classes intellectuelles et les classes laborieuses » et d’inviter les membres des trois ordres d’enseignement (primaire, secondaire et supérieur) à « s’unir aux volontaires de l’éducation démocratique pour développer les œuvres d’enseignement populaire et d’émancipation ouvrière7 ».

  • 8 Ibid., 1900, p. 735-743 (communication de Charles Guieysse au congrès de Paris) ; 1900, p. 838-840 (...)

8Si un échange de messages lors du congrès de Rennes en 1898 avec le congrès des Bourses du Travail est resté sans lendemain, plus durables furent les liens établis avec les représentants du « socialisme d’éducation » révélés par l’Affaire — militants ouvriers, et surtout professeurs de lycées et de facultés qui s’investissent notamment dans les universités populaires. Plus de 80 universités populaires adhérèrent individuellement à la Ligue, ainsi que leurs structures fédératrices comme la Société ou la Fédération des universités populaires. En province, plusieurs d’entre elles ont pris appui sur des cercles de la Ligue. Le congrès de 1900 fut une large tribune offerte à leurs représentants qui purent y exposer leurs vues en toute liberté ; Gabriel Séailles y assurait les ligueurs que « les universités populaires [étaient] le prolongement même de [leur] œuvre », tandis que Charles Guieysse préconisait une éducation renouvelée du sens critique, et affirmait que la coopération entre les classes serait plus solide quand les ouvriers et « les démocrates sincères de la bourgeoisie » auraient appris à se côtoyer et à « envisager la vie ensemble ». En 1902, la décrue du mouvement est entamée mais la Ligue de l’enseignement offre toujours ses services pour soutenir les universités populaires et leur organisation provinciale8.

9Gabriel Séailles et Charles Guieysse sont tous deux socialistes, mais ils incarnent un socialisme moral, plus que politique. Fils du député radical Paul Guieysse, qui était un personnage en vue de la direction de la Ligue, le second, a été secrétaire général de la Société des universités populaires et fondateur de Pages libres. Assez représentatif d’un militantisme ligueur momentanément renouvelé par l’Affaire, il sera membre pendant quelque temps de la Commission des œuvres militaires, participant de cette volonté commune alors à des milieux républicains et socialistes de relancer le patronage militaire de la jeunesse dans la perspective d’une démocratisation de l’armée et d’un allègement de la durée du service militaire. Néanmoins il n’y restera pas très longtemps et son départ pourrait symboliser que la greffe du socialisme d’éducation n’a pas entièrement pris. De façon générale d’ailleurs, jusqu’en 1914, aucun représentant ès-qualité du socialisme-unifié ne siègera dans les instances dirigeantes de l’organisation.

10On serait tenté d’en conclure que l’Affaire a, tous comptes faits, infléchi à la marge les préoccupations de la Ligue de l’enseignement. Elle l’aura incitée, entre autres, à entamer un travail éducatif dans l’armée qui devait conduire au cours des années suivantes à la création des foyers du soldat ; à diffuser la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen dans les écoles et dans les patronages ; et surtout peut-être — via les universités populaires — à confronter ses vues traditionnelles sur l’éducation populaire avec les besoins intellectuels du peuple, tels qu’ils étaient exprimés par une partie du mouvement ouvrier et socialiste. De ce point de vue, sa contribution spécifique aura peut-être consisté en un travail d’ajustement, visant à apparier la thématique socialiste à la tradition républicaine et laïque. Cela s’est sans doute payé d’une incessante euphémisation des aspects les plus en pointe dans l’expérience des universités populaires, opération facilitée en l’occurrence par les ambiguïtés du socialisme dreyfusard, socialisme d’éducation et qui était aussi, dans sa version dominante, un « socialisme républicain ». On est en présence ici d’une tendance générale qui jouera chaque fois que la Ligue sera confrontée à l’espace idéologique du socialisme et du mouvement ouvrier : pas d’hostilité de principe à un tel voisinage, à condition qu’il ne se traduise pas par une rupture ou un détournement de la synthèse républicaine.

Notes

1 Publié dans La Revue de l’enseignement primaire du 5 février 1899. La plupart des citations proviennent de Jean-Paul Martin, La Ligue de l’enseignement et la République (1866-1914), thèse de doctorat, IEP de Paris, 1992.

2 Bulletin de la Ligue française de l’enseignement, 1899, p. 407-408.

3 Ibid., 1900, p. 29.

4 Jean-Paul Martin, « La Ligue de l’enseignement, la loi de 1901 et le champ politique républicain », in Claire Andrieu, Gilles Le Beguec, Danielle Tartakowski (dir.), Associations et champ politique. La loi de 1901 à l’épreuve du siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001, p. 459-475.

5 Cahiers de la Quinzaine, 1902, cité in Charles Péguy, Œuvres en prose complètes, t. I, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », p. 334.

6 Cité par La Revue de l’enseignement primaire, 20 janvier 1901, p. 220.

7 Bulletin de la Ligue française de l’enseignement, 1899, p. 647.

8 Ibid., 1900, p. 735-743 (communication de Charles Guieysse au congrès de Paris) ; 1900, p. 838-840 (toast de Gabriel Séailles au banquet) ; 1902, p. 530-538 (communication de Mme Desparmet-Ruello au congrès de Lyon).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540