Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Deuxième partie. Des milieux à revisiter

La Fédération française de la Libre Pensée : une intervention tardive et ambiguë

Jacqueline Lalouette

Texte intégral

  • 1 Nous avons dépouillé ce bulletin pour les six années 1895 à 1899. Il a été numérisé par la BNF et (...)

1Le Bulletin de correspondance des groupes adhérents1 à la Fédération française de la Libre Pensée montre que le conseil central de cette Fédération a ignoré l’affaire Dreyfus jusqu’à une date avancée, quelques sociétés locales ayant toutefois manifesté leur intérêt plus précocement. D’ailleurs, non seulement le sort du capitaine laissa l’état-major libre penseur longtemps indifférent, mais en outre, en diverses occasions, celui-ci ne manifesta pas un grand philosémitisme…

  • 2 Ce militant entretenait des relations très difficiles avec ses camarades et avait été accusé de dé (...)
  • 3 Bulletin de correspondance des groupes adhérents, 1898, p. 766.
  • 4 Pseudonyme de Louis Anain, qui ne figure pas dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrie (...)
  • 5 Bulletin de correspondance des groupes adhérents, 1899, p. 42 (le désordre de la collection fait qu (...)
  • 6 Ibid., p. 42.

2Ainsi, lors de la réunion du conseil central du 14 février 1898, une discussion s’étant engagée à propos d’un militant nommé Lucien Brunswick accusé d’intenter une action contre la Fédération et qui lui a fait un procès2, il fut dit que « depuis 1889 que notre Fédération existe, le premier et seul israélite ayant fait partie du conseil central est le seul qui nous ait poursuivi3 ». En 1899, L. Dolet4, auteur d’un article intitulé « Le péril juif ? » précisa que, s’il défendait les juifs, ceux-ci ne lui étaient « pas sympathiques5 ». En 1899 encore, le Bulletin de correspondance fit remarquer que, le 21 juin, aux obsèques du « sieur Sourrieu », cardinal-archevêque de Rouen, « le juif Hendlé » tenait les cordons du poêle6. Dans d’autres numéros du Bulletin, l’antisémitisme est certes clairement condamné, mais, semble-t-il, dans le souci premier de blâmer le clergé séculier et régulier :

  • 7 Ibid., p. 981.

Des clameurs, sourdes d’abord, puis furibondes, sortent des moustiers ; les cris « Sus aux juifs, mort aux juifs, mort aux hérétiques » éclatent partout ; des appels au meurtre et au pillage lancés des chaires, répétés par la presse dévote, ont un ensemble qui prouve une puissante organisation […]. Drumont se réjouit à l’idée des juifs brûlés vifs dans des chemises soufrées, et l’abbé Garnier fait dans Le Peuple français l’apologie de l’Inquisition7.

  • 8 Bulletin de correspondance des groupes adhérents, 1899, p. 937-938.
  • 9 Supplément au Bulletin de correspondance des groupes adhérents, décembre 1898, p. 9.

3Le conseil central de la Libre Pensée finit par rallier le camp dreyfusard, l’anticléricalisme l’emportant toujours sur d’autres considérations. Durant l’automne 1898, désireux de prouver que les prétentions moralisatrices du clergé étaient mal fondées, le Bulletin demanda quel prêtre avait jamais manifesté un esprit de justice et d’équité dans « la question qui divisait la nation » ; loin de montrer « leur amour de l’équité, de mettre leur influence au service de la vérité », les ministres de l’Église avaient fait preuve d’une indifférence devant être regardée comme un « crime »8. Peu après, lors du 9e congrès national de la Fédération (1er novembre 1898), Dreyfus fut explicitement nommé : une discussion sur le cléricalisme dans l’armée — sujet récurrent dans son Bulletin — s’étant engagée, un délégué affirma que « seuls les jésuites arrivent aux hauts grades » et que si « un malheureux s’y faufile malgré eux, malheur à lui ! » : « Le malheureux Dreyfus l’avait appris à ses dépens9. »

  • 10 Bulletin de correspondance des groupes adhérents, 1899, p. 2.
  • 11 Ibid., p. 1004.
  • 12 conseil central du 11 septembre 1899, Bulletin de correspondance des groupes adhérents, 1899, p. 1 (...)

4En 1899, dans l’article signalé plus haut, L. Dolet souligna les dangers de la campagne menée contre les juifs : « On n’y voit que des cléricaux ; d’honnêtes gens, de penseurs libres, point ». Il convenait donc de se méfier des antisémites, hommes désireux d’« asseoir leur suprématie sur l’État », qui, après avoir respiré l’odeur de « la chair grillée » des juifs s’en prendraient aux protestants et aux libres penseurs. L. Dolet appelait tous les prolétaires, quelle que fût leur religion, à rejoindre la Libre Pensée pour combattre « le capitalisme, le mensonge et l’erreur10 ». Le 9 janvier 1899, le conseil central adressa « ses plus vives félicitations » à Charles Seignobos pour ses propos, rapportés par La Petite République, sur « le rôle du cléricalisme dans la pénible affaire qui passionne depuis si longtemps notre pays11 ». Enfin, après le procès de Rennes, il protesta énergiquement contre « l’arrêt inique qui, sans preuves, condamne un innocent pour sauver du bagne certaines hautes personnalités compromises », demanda la suppression des conseils de guerre et adressa ses félicitations « aux vaillants défenseurs du droit et de la justice »12.

  • 13 Bulletin de correspondance des groupes adhérents, 1899, p. 916.

5Certains libres penseurs de province intervinrent dans le débat avant le conseil central. À partir de l’été 1898, des groupes locaux s’inquiétèrent des conséquences de l’Affaire sur l’état de la France et la sauvegarde de la République. Le 24 juillet, lors d’une conférence anticléricale organisée par L’Union laïque, société de Libre Pensée d’Amiens, l’orateur fit allusion au mouvement qu’« une condamnation pour espionnage a fait naître dans le pays. La religion du condamné, dit-il, a servi de base aux cléricaux pour amener des divisions au milieu des Français13 ». Le mois suivant, lors d’une fête organisée par la société La Libre Pensée rouennaise, un orateur les peignit en ces termes :

  • 14 En italiques dans le texte.
  • 15 Bulletin de correspondance des groupes adhérents, 1898, p. 901.

la horde noire, exploitant, comme par le passé, les haines religieuses, cherchant à rallumer les bûchers de l’Inquisition et à bouillir14 le juif déicide, non pour sa foi, disent-ils, mais comme étant d’une race impure ! Ils veulent nous diviser en sémites et en chrétiens, et sont d’impudents scélérats15 !

  • 16 L’Aurore, 28 décembre 1898. Divers exemples de ce type sont donnés par ce journal.
  • 17 Bulletin de correspondance des groupes adhérents, 1899, p. 1011.
  • 18 Ibid., p. 116.

6D’autres groupes suivirent ces exemples. Le 21 décembre 1898, la ligue pour la propagande de la Libre Pensée du 11e arrondissement de Paris vota « un blâme énergique au gouvernement soi-disant républicain, qui détient prisonnier le colonel Picquart contre toute justice et tout droit16 ». En 1899, lors d’une fête anti-cléricale de « l’Union des libres penseurs du 16e arrondissement », on cria « Vive Zola ! Vive Picquart17 ! » Le 15 septembre 1899, la société La Libre Pensée toulousaine s’associa à la motion du conseil central postérieure au jugement de Rennes18 ; le 10 septembre, une société de Libre Pensée de Rouen, le groupe philanthropique Adrien Pasquier, adopta le texte suivant :

  • 19 Ibid., p. 137.

Les libres penseurs socialistes […] protestent énergiquement contre l’inique jugement du conseil de guerre de Rennes, envoient leurs encouragements à Dreyfus, victime du militarisme jésuitique et déclarent qu’ils continueront leur campagne de réhabilitation jusqu’à ce que justice pleine et entière soit enfin rendue19.

  • 20 Alphonse Toussenel (1803-1885) est l’auteur de Les Juifs rois de l’époque. Histoire de la féodalit (...)

7Ainsi, la Fédération française de la Libre Pensée intervint tardivement dans l’Affaire et, du moins chez certains de ses membres, dans un esprit de douteuse ambiguïté, qui traduisait peut-être une survivance des idées de Toussenel20. Certes des libres penseurs notoires appartinrent dès sa création à la Ligue des droits de l’Homme. Ce fut le cas notamment de Ferdinand Buisson ; mais, en 1898, celui-ci n’était pas encore un libre penseur « institutionnel », il ne le devint qu’en 1902, avec la création de l’Association nationale des libres penseurs de France.

Notes

1 Nous avons dépouillé ce bulletin pour les six années 1895 à 1899. Il a été numérisé par la BNF et peut être consulté sous la cote NUMP-3400.

2 Ce militant entretenait des relations très difficiles avec ses camarades et avait été accusé de désorganiser la Fédération. Il en fut exclu et lui intenta un procès, qu’il perdit en appel en 1899. Lucien Brunswick ne figure pas dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français.

3 Bulletin de correspondance des groupes adhérents, 1898, p. 766.

4 Pseudonyme de Louis Anain, qui ne figure pas dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français.

5 Bulletin de correspondance des groupes adhérents, 1899, p. 42 (le désordre de la collection fait qu’il n’est pas aisé d’identifier le numéro). L’article cité insiste aussi sur la qualité de « protestant » de Windsor, qui portait aussi les cordons du poêle, et soulignait la présence du « huguenot » Waddington ; dans ce contexte, « israélite » aurait été plus approprié que « juif ».

6 Ibid., p. 42.

7 Ibid., p. 981.

8 Bulletin de correspondance des groupes adhérents, 1899, p. 937-938.

9 Supplément au Bulletin de correspondance des groupes adhérents, décembre 1898, p. 9.

10 Bulletin de correspondance des groupes adhérents, 1899, p. 2.

11 Ibid., p. 1004.

12 conseil central du 11 septembre 1899, Bulletin de correspondance des groupes adhérents, 1899, p. 110-111.

13 Bulletin de correspondance des groupes adhérents, 1899, p. 916.

14 En italiques dans le texte.

15 Bulletin de correspondance des groupes adhérents, 1898, p. 901.

16 L’Aurore, 28 décembre 1898. Divers exemples de ce type sont donnés par ce journal.

17 Bulletin de correspondance des groupes adhérents, 1899, p. 1011.

18 Ibid., p. 116.

19 Ibid., p. 137.

20 Alphonse Toussenel (1803-1885) est l’auteur de Les Juifs rois de l’époque. Histoire de la féodalité financière, Paris, Librairie de l’École sociétaire, 1845.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540