Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Première partie. Quelques dreyfusards méconnus

Alfred Dreyfus, un dreyfusard méconnu

Vincent Duclert

Texte intégral

1Le programme du colloque de la Ligue des droits de l’Homme Être dreyfusard, hier et aujourd’hui s’ouvre sur un portrait du capitaine Dreyfus, à l’automne 1899, à Carpentras, après son retour vers les siens en homme libre. Il était donc légitime de lui consacrer une communication. Alfred Dreyfus est un dreyfusard de premier plan, mais un dreyfusard méconnu.

2En 1994, j’avais, dans un ouvrage publié aux éditions La Découverte, proposé la trilogie suivante :

  • 1 Vincent Duclert, L’affaire Dreyfus, Paris, La Découverte, « Repères », 1994 (rééd. 2006), p. 82-83

Les dreyfusards rassemblent le groupe des défenseurs de Dreyfus qui s’est attaché, entre 1896 et 1899, à reconstituer publiquement les circonstances du procès de 1894 pour en prouver la forfaiture et démontrer l’innocence de Dreyfus. Ce qui n’exclut pas, bien sûr, de réfléchir au sens d’un tel combat, d’être dreyfusiste. Être dreyfusiste consiste à prendre l’affaire Dreyfus comme un fait explicateur de la société, comme un événement de référence pour construire une autre politique, comme un principe de formation de la cité rêvée ; à l’image de la « ligne dreyfusarde », elle recrute indépendamment des origines sociales ou politiques et se donne une unité puissante. Enfin, les dreyfusiens n’apparaissent qu’au moment où, en décembre 1898, l’affrontement entre dreyfusards et antidreyfusards, dreyfusistes et nationalistes devient si intense qu’il menace le régime parlementaire et la promotion des élites républicaines. Les dreyfusiens ne sont ni dreyfusards ni dreyfusistes. Ils ne cherchent, dans la défense de Dreyfus, que l’occasion de liquider l’Affaire pour revenir à la normalité1.

3On peut adjoindre à cette tripartition un quatrième groupe, auquel tient particulièrement Philippe Oriol, et il a raison, les « révisionnistes », présents au début de l’Affaire. Ils ne proclamaient pas l’innocence du capitaine Dreyfus. Ils demandaient seulement la révision du procès de 1894, entaché par de multiples irrégularités et une forfaiture majeure, la communication en chambre du Conseil d’un dossier secret. La révision aurait abouti à un nouveau procès et au jugement régulier du capitaine Dreyfus. Mais, à mesure qu’augmentaient la violence antidreyfusarde et les menaces gouvernementales, les révisionnistes devinrent des dreyfusards.

4S’engageant pour l’innocence d’un homme, les dreyfusards luttèrent pour la justice et le respect des garanties fondamentales accordées à chaque citoyen dans toute procédure judiciaire. Bernard Lazare fut le premier d’entre eux. Son premier livre, paru en novembre 1896, Une erreur judiciaire, la vérité sur l’affaire Dreyfus, se conclut sur cette conviction :

  • 2 Bernard Lazare, Une erreur judiciaire. La vérité sur l’affaire Dreyfus, 1re éd., Bruxelles, Imprim (...)

Le capitaine Dreyfus est un innocent et on a obtenu sa condamnation par des moyens illégaux : je demande la révision de son procès2.

  • 3 Émile Durkheim, « L’individualisme et les intellectuels », Revue bleue, 15 mars 1898.
  • 4 Jules Renard, Journal, 1887-1910, rééd. Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 1990, p. 370.

5La valeur de cette cause expliqua, particulièrement, l’engagement de nombreux juristes et de savants plus nombreux encore, « accoutumés, comme l’écrivit Émile Durkheim, par la pratique de la méthode scientifique à réserver leur jugement tant qu’ils ne se sentent pas éclairés3 ». Pour Alfred Dreyfus, pour la cause qu’il représenta, ces hommes, et quelques femmes, se déclarèrent prêts à tout risquer. « On compromettrait pour elle femme, enfants, fortune », écrivit l’écrivain Jules Renard dans son journal du 18 février 1898. Et, le 5 janvier 1909 : « Je resterai dreyfusard avec ceux qui croient, de parti pris, à l’innocence, contre ceux qui affirment, de parti pris, la culpabilité4. » Charles Péguy écrivit quant à lui, dans Notre Jeunesse, en 1910 :

  • 5 Charles Péguy, Notre Jeunesse, rééd. Paris, Gallimard, « Folio essais », 1993.

la question qui se posait, pendant ces deux ou trois années de cette courbe montante, n’était nullement de savoir si en réalité Dreyfus était innocent (ou coupable). C’était de savoir si on aurait le courage de le reconnaître, de le déclarer innocent. De le manifester innocent5.

  • 6 Voir, de manière plus générale, notre ouvrage biographique, Vincent Duclert, Alfred Dreyfus : l’ho (...)

6Lorsque le capitaine Dreyfus fut arrêté, puis condamné par un conseil de guerre, dégradé le 5 janvier 1895 et déporté à partir du 17 janvier vers l’île du Diable en Guyane française, il ne cessa de se déclarer innocent. La légende des aveux forgée au lendemain de la « parade » de dégradation visait à répondre à la détermination d’un homme à défendre son honneur en proclamant, seul contre tous, son innocence6. Il lançait là un défi considérable à l’autorité de l’armée qui l’avait condamné et qui exigeait qu’il se soumette à la vérité voulue par l’institution. Par cet acte de courage militaire autant que d’affirmation de sa conscience individuelle, Alfred Dreyfus allait au-devant de mesures extrêmes de rétorsion de la part des administrations de la Guerre et des Colonies. La déportation qu’il endura sur l’île du Diable témoignait de cette volonté de ne rien céder à la vérité.

7Dreyfus risque sa vie pour défendre son honneur d’homme libre et d’officier innocent. En se pensant comme innocent, en agissant comme un innocent, en réclamant inlassablement la justice (comme en attestent sa correspondance, son journal, les rapports de l’administration pénitentiaire), il se met en danger : plus il proteste, plus il est une menace, plus l’enfermement s’aggrave. Sur l’île du Diable, Alfred Dreyfus a été aussi son propre défenseur. Différemment des dreyfusards puisqu’il n’a rien connu des éléments de la conspiration qui ont été successivement démontrés et révélés en métropole, durant le temps de sa déportation. Mais il n’a pas failli dans sa volonté. Lorsqu’il arrive en France le 1er juillet 1899, un mois avant l’ouverture de son procès à Rennes, il apprend toute l’Affaire dont il découvre l’énorme dimension criminelle. Comme cela est prouvé par sa défense méticuleuse lors des audiences du conseil de guerre, il assimile les détails de la conspiration de l’état-major couverte par le pouvoir politique.

8Alfred Dreyfus comprend, enfin, l’enjeu général du combat qui est le sien. C’est celui de l’affirmation de l’idée de justice dans la République, moyen de sa démocratisation. Au lendemain de la cérémonie de la Légion d’honneur, le 21 juillet 1906, il choisit, dans ses Carnets, publiés pour la première fois après sa mort en 1936, de rendre hommage au combat des dreyfusards :

  • 7 Alfred Dreyfus, Carnets (1899-1907), édition établie par Philippe Oriol, préface de Jean-Denis Bre (...)

Si tous ceux qui avaient combattu pour la justice et qui étaient encore parmi les vivants n’avaient pu recevoir de même la récompense des souffrances endurées pour la vérité, il était certain qu’ils la trouveraient dans la satisfaction intime de leur conscience et dans l’estime que leurs sacrifices leur avaient méritée de la part de leurs contemporains. Et même s’ils parurent oubliés, ils ne furent pas les plus mal partagés, car ils ne luttèrent pas seulement pour une cause particulière, mais ils contribuèrent, pour une large part, à l’une des œuvres de relèvement les plus extraordinaires dont le monde ait été témoin, une de ces œuvres qui retentissent jusque dans l’avenir le plus lointain, parce qu’elle aura marqué un tournant dans l’histoire de l’humanité, une étape grandiose vers une ère de progrès immense pour les idées de liberté, de justice et de solidarité sociale7.

9Les dreyfusards, de la même manière, honorèrent Alfred Dreyfus à son retour de l’île du Diable. Ils le reconnurent comme l’un des leurs, comme un héros. L’héroïsme fut la valeur par laquelle Charles Péguy, publiant Notre Jeunesse en 1910, définit les dreyfusards authentiques. En 1899, Dreyfus était bien un héros pour Charles Péguy :

  • 8 Charles Péguy, « Le Ravage et la Réparation », La Revue blanche, 15 novembre 1899.

Alfred Dreyfus a été un homme extraordinaire. Il n’a pas été seulement d’une extraordinaire endurance physique et morale sous l’acharnement du malheur le plus épouvantable, il a été aussi d’une vaillance extraordinaire, inespéré, quand la seconde bataille commença. L’homme qui, ayant souffert un tel tourment d’âme et de corps, voulût s’exposer à ce que le supplice recommençât, pourvu que sa défense ne fut pas individuelle et apitoyée, mais générale et haute et digne, fut assurément un des héros de l’affaire Dreyfus8.

10À son arrivée à Rennes, Émile Duclaux, le directeur de l’Institut Pasteur, l’un des savants les plus engagés dans le combat dreyfusard, le salua par ces mots très signifiants :

  • 9 Lettre du 2 juillet 1899, citée in Alfred Dreyfus, Souvenirs et correspondances publiés par son fi (...)

Mon capitaine, […] Permettez à l’un des soldats de la petite armée de braves gens qui a combattu pour vous en France, de vous envoyer au retour, une cordiale et confiante poignée de mains. Nous vous sommes reconnaissants de nous avoir donné l’occasion de lutter pour un principe, et aussi de nous avoir donné les moyens de triompher. Je ne parle pas seulement de votre innocence, aujourd’hui reconnue de quiconque sait lire et peut réfléchir. Je veux dire aussi le courage que nous puisions dans tout ce que nous savions de vous, de votre famille, de vos lettres quasi surhumaines dans lesquelles aucune souffrance de l’homme n’a jamais fait taire le stoïcisme et la hautaine conscience du soldat. Vous avez été sans le savoir, le réconfort de bien des heures tristes et découragées […]. Et c’est ainsi que bien qu’enterré vivant, vous avez été le meilleur soldat de votre cause, et voilà aussi pourquoi ceux qui l’avaient embrassée peuvent vous remercier aujourd’hui de l’appui que vous leur avez prêté. Je crois assez en vous pour être convaincu que vous resterez soldat jusqu’à la fin et que dans ce dédoublement de la personnalité dont vous vous êtes montré capable, une des moitiés de vous-mêmes souffrira d’être obligée de défendre l’autre. Vous en puiserez le courage dans la pensée qu’il s’agit de plus que vous dans le débat tragique dont vous êtes l’objet, j’oserai presque dire l’occasion ; il s’agit, en effet, du triomphe du droit sur la force, force du nombre et force des préjugés. La cause se plaide souvent devant nos tribunaux. Celle qui vous est propre se plaide devant l’Histoire et j’espère qu’un jour viendra où ces quatre misérables années passées à l’état de souvenir, vous n’aurez plus que la joie d’avoir été une cause de triomphe éclatant pour la vérité9.

  • 10 « J’ai éprouvé là, au moment où Dreyfus est apparu, où il a parlé, où il a protesté de son innocen (...)

11Même Victor Basch, le germaniste de l’université de Rennes et animateur de la section locale de la Ligue des droits de l’Homme, ressentit à cette époque, en sa présence, « le grand frisson » de l’innocence proclamée10. Dans ses « Impressions d’audience » publiées le même jour dans L’Avenir de Rennes, il écrit :

  • 11 Ibid., p. 183.

Et il se lève, et il parle, et nous l’avons entendue enfin : la Voix de l’île. Ce qu’elle dit ? Oh, rien de nouveau. Elle a dit, elle a crié claire, haute, vibrante, avec l’irrésistible accent de la vérité, l’innocence11.

  • 12 Ibid., p. 172, voir également les lettres de Victor Basch à Lucie Dreyfus ainsi que l’article qu’il (...)

12Ces lettres, ces déclarations, furent très nombreuses12. Elles attestèrent que Dreyfus fut bien reconnu comme un dreyfusard, en plus d’abord été un défenseur de la justice, le « meilleur soldat de [sa] cause », comme l’écrivit Émile Duclaux.

  • 13 Nous avons retracé et analysé cette histoire dans Dreyfus au Panthéon : voyage au cœur de la Répub (...)
  • 14 Discours pour le dixième anniversaire du procès de Rennes, cité in Françoise Basch, Victor Basch d (...)
  • 15 Charles Péguy, Notre jeunesse, op. cit.
  • 16 Léon Blum, Souvenirs sur l’Affaire, Paris, Gallimard, 1935, rééd., avec une préface de Pascal Ory, (...)

13Après l’Affaire et sa conclusion par l’arrêt solennel de révision du 12 juillet 1906, Alfred Dreyfus disparut du monde des dreyfusards. Pire. Il ne fut plus même considéré comme dreyfusard13. À lire ou entendre les avis qui ont été formulés dès les premières années du XXe siècle, il semble que Dreyfus ne l’aurait même jamais été. L’événement l’aurait dépassé, il n’aurait pas compris son enjeu, il se serait très mal défendu, selon Victor Basch discourant à Rennes en 190914, il aurait été, pour Charles Péguy écrivant Notre jeunesse en 1910, indigne de l’immense combat mené pour lui, de la gloire mondiale qui l’entoura15, il serait même devenu antidreyfusard s’il n’avait été Dreyfus, pour Léon Blum se souvenant de l’Affaire en 193516. Il ne pouvait, il ne devait être qu’une victime. Ces affirmations d’autorité, fondées sur des passions, des malentendus, des ressentiments, et qui ne cessaient d’être contradictoires avec ce que leurs auteurs avaient pu déclarer au moment de l’événement, perdurèrent durant tout le XXe siècle, et même au début du XXIe siècle lorsque la question du transfert de la dépouille d’Alfred Dreyfus au Panthéon fut très sérieusement posée. Ces affirmations s’exprimèrent durant l’année de commémoration de 2006. La dimension strictement victimaire nous a ainsi été rappelée par le président de la Ligue des droits de l’Homme. Répondant à une question relative à l’idée d’un transfert des cendres de Dreyfus au Panthéon, Jean-Pierre Dubois déclara au Monde, le 12 juillet 2006 :

Je trouve qu’il n’y a rien de choquant dans cette décision [d’écarter l’idée du transfert], Dreyfus a été très courageux mais il a été surtout une victime. Le Panthéon est le culte des grands hommes, pas des victimes.
Une cérémonie pour le centenaire de sa réhabilitation me semble tout à fait appropriée. Il faut se méfier du culte de la victime, c’est dangereux.

14La mémoire, qui exprime une relation au passé, n’a pas pour vocation de respecter la vérité historique. Elle révèle un rapport émotionnel avec le passé. Elle réagence les faits et transforme leur signification, souvent en fonction des intérêts du présent et de ceux ou celles qui s’en font les porte-parole. Qu’une mémoire expose Dreyfus en victime de l’Affaire et de l’histoire ne signifie pas que ce constat soit vrai. Cette proposition est une figure de style au service d’enjeux partisans. Si Dreyfus est bien un dreyfusard, et j’espère l’avoir démontré, il ne peut être une victime. On peut avoir été victime de son engagement dreyfusard, comme Édouard Grimaux frappé par le gouvernement pour avoir témoigné au procès Zola, ou comme Émile Zola, condamné, et qui s’enfuit en Angleterre pour ne pas subir la prison. Mais on ne peut être dreyfusard et victime à la fois. Les antidreyfusards seuls définissent les dreyfusards comme des victimes, à l’instar de Maurice Barrès écrivant sur les intellectuels le 1er février 1898 dans Le Journal :

Ces génies mal venus, ces pauvres esprits empoisonnés dont L’Aurore dresse la collection méritent une sorte d’indulgente pitié, analogue à celle que nous inspirent les cochons d’Inde auxquels les maîtres du laboratoire Pasteur communiquent la rage. Sans doute ces malheureux animaux doivent être abattus ou du moins gardés dans des cages solides, mais philosophiquement il serait injuste de les maudire. Leur triste état est une condition indispensable du progrès scientifique.

15Donc, la mémoire ne nous autoriserait pas aujourd’hui à reconnaître à Dreyfus un statut de dreyfusard. J’entends, une mémoire présente, en contradiction avec celle que défendirent par exemple la Ligue des droits de l’Homme et ses premiers présidents, Ludovic Trarieux reconnaissant au capitaine Dreyfus un rôle plein et entier dans le combat pour la justice après 1899 (une abondante correspondance en témoigne), et Francis de Pressensé se battant pour la dignité de l’officier dont la réintégration mutilée et illégale le scandalisa à juste raison. On rappellera aussi les investissements historiens décisifs, en 1994 et 1998 de Madeleine Rebérioux, historienne et présidente de la Ligue. On ajoutera le rôle de Ferdinand Buisson entre 1902 et 1906 en faveur du capitaine Dreyfus, Ferdinand Buisson, futur président de la Ligue, honorant le combat du capitaine Dreyfus dans ses lettres conservées au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme, ou bien Émile Kahn.

  • 17 Voir Lucien Febvre, Combats pour l’histoire, réédité in Vivre l’histoire, édition établie par Brig (...)
  • 18 François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Le Seuil, « La (...)

16Nous avons appris à ne pas confondre la mémoire et l’histoire. C’est l’enjeu du combat pour l’histoire17. De récents ouvrages ont même dénoncé l’emprise de la mémoire sur le social et sur l’histoire, de François Hartog et son étude du « présentisme » en 2003, à Emmanuel Terray qui a signé en 2006 un petit volume, Face aux abus de la mémoire18. La mémoire n’est qu’une des formes de rapport des hommes au passé. L’histoire en confère un, plus proche des exigences de la vie civique et démocratique.

  • 19 Pierre Vidal-Naquet, Face à la raison d’État : un historien dans la guerre d’Algérie, Paris, La Dé (...)

17L’histoire des historiens a, elle aussi, méconnu la dimension dreyfusarde d’Alfred Dreyfus, en raison de l’influence forte qu’exerça sur elle, pendant longtemps, la mémoire. En ignorant la place de l’homme dans l’événement, en séparant Dreyfus de son affaire, je pense que les historiens ont affaibli le sens de l’événement. Pour cette raison, peut-être, l’Affaire est souvent redécouverte, réapprofondie. Quels sont les indices de ce désintérêt historien pour l’homme qui a donné son nom à l’événement et à un groupe devenu célèbre, les dreyfusards, une catégorie dont le regretté Pierre Vidal-Naquet a reconnu la pertinence, en tout cas pour l’analyse des engagements intellectuels dans la guerre d’Algérie19 ?

  • 20 Marcel Thomas, L’Affaire sans Dreyfus, Paris, Fayard, 1961.
  • 21 Joseph Reinach Histoire de l’affaire Dreyfus, 1901-1911, réédition 2006, Paris, Robert Laffont, «  (...)
  • 22 Cité in Vincent Duclert, Alfred Dreyfus : l’honneur d’un patriote, Paris, Fayard, 2006, p. 982.

18Dit ainsi, on comprend une fois de plus que ce désintérêt n’affecte pas seulement le savoir sur un homme, mais qu’il pèse également sur la compréhension générale du passé et du présent. L’absence de biographie jusqu’en 2006, l’absence de Dreyfus dans les histoires de l’événement20 ou alors un mode d’existence centré sur la souffrance de l’homme21, confèrent au capitaine Dreyfus un rôle mineur qui n’en fait pas à proprement parler un dreyfusard. Pourtant, les sources existaient. Mais l’emprise de la mémoire a pesé sur le récit de l’histoire et la compréhension des historiens. La méconnaissance de Dreyfus dreyfusard est donc d’abord un problème d’écriture et de méthode de l’histoire. La question a donc pleinement sa place ici. Mais je n’oublierai pas qu’elle a aussi, pendant plus d’un siècle, enlevé à un homme son histoire, sa vérité, sa dignité, simplement parce que les contemporains n’ont pas compris que la chose la plus importante à ses yeux n’était pas sa personne, mais, à travers elle, la République, la vérité, comme il le dit à ceux qui, à l’issue de la cérémonie de la Légion d’honneur, avaient crié : « Vive Dreyfus !22 »

19En demandant que l’on pense d’abord à la République et à ses valeurs, avant de songer à son propre destin, Alfred Dreyfus s’est condamné aux yeux de certains dreyfusards à n’être plus ce qu’ils voulaient qu’il fût. Mais c’est aussi sa grandeur d’avoir agi ainsi. Et c’est aujourd’hui, je pense, que l’on peut mieux le comprendre. Et le replacer alors dans l’Histoire.

Notes

1 Vincent Duclert, L’affaire Dreyfus, Paris, La Découverte, « Repères », 1994 (rééd. 2006), p. 82-83.

2 Bernard Lazare, Une erreur judiciaire. La vérité sur l’affaire Dreyfus, 1re éd., Bruxelles, Imprimerie Veuve Monnom, 1896, 2e éd., Paris, Stock, 1896, avec le fac-similé du bordereau publié par Le Matin.

3 Émile Durkheim, « L’individualisme et les intellectuels », Revue bleue, 15 mars 1898.

4 Jules Renard, Journal, 1887-1910, rééd. Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 1990, p. 370.

5 Charles Péguy, Notre Jeunesse, rééd. Paris, Gallimard, « Folio essais », 1993.

6 Voir, de manière plus générale, notre ouvrage biographique, Vincent Duclert, Alfred Dreyfus : l’honneur d’un patriote, Paris, Fayard, 2006.

7 Alfred Dreyfus, Carnets (1899-1907), édition établie par Philippe Oriol, préface de Jean-Denis Bredin, Paris, Calmann-Lévy, 1998, p. 265.

8 Charles Péguy, « Le Ravage et la Réparation », La Revue blanche, 15 novembre 1899.

9 Lettre du 2 juillet 1899, citée in Alfred Dreyfus, Souvenirs et correspondances publiés par son fils, Paris, Grasset, 1936, p. 231-232.

10 « J’ai éprouvé là, au moment où Dreyfus est apparu, où il a parlé, où il a protesté de son innocence, le grand frisson. » Lettre à sa femme, 7 août 1899, in Victor Basch, Le deuxième procès Dreyfus : Rennes dans la tourmente. Correspondances, édition établie par Françoise Basch et André Hélard, Paris, Berg International, 2003, p. 120.

11 Ibid., p. 183.

12 Ibid., p. 172, voir également les lettres de Victor Basch à Lucie Dreyfus ainsi que l’article qu’il donne au Siècle, le 8 juillet 1899, et repris par L’Avenir le 11, pour l’arrivée du « capitaine Dreyfus à Rennes » : « C’est sous cette image de soldat fièrement resté debout sous le mépris des hommes et sous la conspiration des choses, soutenu par la surhumaine énergie qui donne la conscience du devoir toujours accompli, c’est sous cette image que le capitaine Dreyfus apparaîtra aux pairs qui vont le juger. »

13 Nous avons retracé et analysé cette histoire dans Dreyfus au Panthéon : voyage au cœur de la République, Paris, Galaade Éditions, 2007.

14 Discours pour le dixième anniversaire du procès de Rennes, cité in Françoise Basch, Victor Basch de l’affaire Dreyfus au crime de la Milice, Paris, Plon, 1994, p. 356 et suiv.

15 Charles Péguy, Notre jeunesse, op. cit.

16 Léon Blum, Souvenirs sur l’Affaire, Paris, Gallimard, 1935, rééd., avec une préface de Pascal Ory, « Folio histoire », 1993.

17 Voir Lucien Febvre, Combats pour l’histoire, réédité in Vivre l’histoire, édition établie par Brigitte Mazon, préface de Bertrand Müller, Paris, Robert Laffont/Armand Colin, « Bouquins », 2009, p. 3-374.

18 François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Le Seuil, « La Librairie du XXIe siècle », 2003 ; Emmanuel Terray, Face aux abus de mémoire, Arles, Actes Sud, 2006.

19 Pierre Vidal-Naquet, Face à la raison d’État : un historien dans la guerre d’Algérie, Paris, La Découverte, 1989.

20 Marcel Thomas, L’Affaire sans Dreyfus, Paris, Fayard, 1961.

21 Joseph Reinach Histoire de l’affaire Dreyfus, 1901-1911, réédition 2006, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », édition et introduction par Hervé Duchêne, préface de Pierre Vidal-Naquet ; Jean-Denis Bredin, L’Affaire, 1983, réédition Paris, Fayard, « Les indispensables de l’histoire », 2006.

22 Cité in Vincent Duclert, Alfred Dreyfus : l’honneur d’un patriote, Paris, Fayard, 2006, p. 982.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540