Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Première partie. Quelques dreyfusards méconnus

Pierre Waldeck-Rousseau, un dreyfusard de raison ?

Jérôme Grévy

Texte intégral

  • 1 Pierre Waldeck-Rousseau, La Défense républicaine, Paris, Charpentier, 1902.
  • 2 Joseph Reinach, Histoire de l’affaire Dreyfus, édition et introduction par Hervé Duchêne, préface (...)
  • 3 Pierre Sorlin, Waldeck Rousseau, Paris, Armand Colin, 1966.

1Pierre Waldeck-Rousseau joua un rôle particulier dans l’affaire Dreyfus. Chef du gouvernement de Défense républicaine1, il s’employa à gérer la sortie de la crise qui enflammait le pays depuis de longs mois et que l’ouverture du procès à Rennes semblait conduire rapidement à son dénouement en faveur de Dreyfus. Les avis sont partagés sur le rôle qu’il joua dans cette phase délicate. Alors que Joseph Reinach ne cache pas son admiration pour l’attitude de Waldeck-Rousseau2, son biographe Pierre Sorlin est plus mesuré3 : à ses yeux, le président du Conseil aurait agi principalement par souci de l’ordre public, non par volonté de justice. Waldeck-Rousseau aurait-il été l’un des représentants de la dégradation de la mystique en politique, attentiste dans les premières heures, accédant au pouvoir à l’occasion d’un discours habile au Sénat, excessivement prudent ensuite ?

  • 4 Pierre Waldeck-Rousseau, L’État et la liberté, Paris, Charpentier, 1906.
  • 5 Les archives de Waldeck-Rousseau, déposées à l’Institut, ont été consultées.

2Waldeck-Rousseau fut un dreyfusard de raison. Cette assertion ne doit pas être prise dans un sens péjoratif. Son tempérament réservé l’éloignait de la passion politique et du militantisme4. Sénateur de la Loire depuis 1894, il ne s’exprima pas sur la question de la culpabilité ou l’innocence de Dreyfus lorsque celle-ci enflammait l’opinion publique5. S’il resta étranger à l’Affaire jusqu’à 1898 et ne prononça aucun avis sur le sujet, c’est qu’il s’estimait mal renseigné. Avocat de profession, il s’était distingué par la rigueur avec laquelle il préparait ses dossiers et prononçait ses plaidoiries. Le moment venu, il se renseigna méthodiquement, allant puiser les informations auprès des personnes qu’il estimait les plus fiables et les analysant avec le regard du juriste. En outre, de tempérament calme et mesuré, il est probable qu’il fut réticent devant l’agitation qui touchait le pays, ne percevant pas clairement ce qui pourrait en résulter.

3Ce fut lorsque l’affaire Dreyfus quitta définitivement le terrain strictement juridique pour entrer dans le domaine politique que Waldeck-Rousseau s’en saisit, inquiet de la tournure que prenaient les événements, et en particulier l’agitation fomentée par le mouvement nationaliste dans laquelle, selon Pierre Sorlin, il voyait essentiellement un avatar du boulangisme et du monarchisme. Sensibilisé par Poincaré ou l’avocat Monis, il s’engagea dans la lutte pour la réparation de l’injustice. Après Alexandre Millerand, Raymond Poincaré et Louis Barthou à la Chambre, il protesta au Sénat contre l’attitude du conseil de guerre. C’était la première fois qu’il s’exprimait publiquement sur l’Affaire. Le 1er décembre 1898, il déposa un projet de loi visant à donner à la Cour de cassation la possibilité d’ordonner la suspension des poursuites qu’elle jugeait en rapport avec une procédure dont elle était saisie. Il s’agissait d’empêcher la justice militaire de condamner Picquart. Il tentait de résoudre avec pragmatisme une question particulière qui enflammait l’opinion publique et qui risquait de plonger le pays dans des déchirements dont on ne pouvait prévoir l’issue. L’urgence, qu’il réclamait, ne fut pas votée par les sénateurs, mais ce discours marqua l’entrée de Waldeck-Rousseau dans l’Affaire.

4Cette initiative l’agrégea au camp des défenseurs de Dreyfus. Poincaré, Millerand, Barthou, Waldeck-Rousseau se rencontrèrent, se concertèrent. Les troubles fomentés par les nationalistes au début de l’année 1899 le conduisirent à agir de nouveau. Le 28 février 1899, il intervint au Sénat et se plaça résolument sur le terrain politique. Il dénonça les atermoiements du gouvernement Dupuy devant l’esprit de conspiration qui menaçait la République. Il invoqua la Justice, qu’il plaçait avant la raison d’État. Il distingua les « clameurs de quelques professionnels » de l’opinion de la France. S’il ne réussit pas à faire basculer le Sénat, il n’en contribua pas moins, par cette prise de position, à la politisation de l’Affaire.

5L’agitation dans le pays, après le renvoi de Dreyfus devant un nouveau conseil de guerre, provoqua la chute du cabinet Dupuy. La défense des institutions républicaines était désormais au cœur des questions politiques. Poincaré n’ayant pas réussi à constituer un gouvernement, Émile Loubet fit appel à Waldeck-Rousseau. Celui-ci jouissait d’un grand prestige auprès des parlementaires en raison de sa réputation d’intégrité, de sérieux, de détachement. Après de longues négociations, il constitua un cabinet de Défense républicaine, qui fut investi le 26 juin 1899. Son premier souci fut de conduire l’affaire Dreyfus à son terme.

6Le nouveau président du Conseil agit avec méthode. Il se renseigna auprès de Reinach, qu’il trouva bien confus, puis du commissaire Tombs, qui le persuada de l’innocence de Dreyfus. Dès lors, Waldeck-Rousseau mit en œuvre différents moyens à sa disposition pour faire reconnaître la vérité. Cependant, il n’outrepassa pas les prérogatives qui étaient les siennes. Il ne voulut pas intervenir ouvertement pendant le procès de Rennes. Le préfet d’Ille-et-Vilaine fut chargé d’entrer discrètement en relation avec les magistrats pour les influencer, mais cette mission de bons offices fut sans effet. Waldeck-Rousseau demanda alors à l’ambassade d’Allemagne de communiquer les pièces énumérées par le bordereau, mais se vit opposer un refus formel, malgré son implication personnelle et son insistance. Après la condamnation, Waldeck-Rousseau envisagea de saisir la Cour de cassation mais, sur les insistances du général Galliffet, ministre de la Guerre, il renonça et demanda au président de la République de gracier Dreyfus.

7Parallèlement, le président du Conseil avait entrepris de rétablir l’ordre républicain par la fermeté. Le préfet de police, le procureur général et le procureur de la République furent remplacés. Sous l’égide du général Galliffet, l’armée fut immédiatement mise au pas, les officiers qui peuplaient le ministère étant affectés dans des garnisons. Des évêques reçurent un blâme et le traitement de desservants trop politisés fut suspendu. Les congrégations furent par la suite l’objet de la politique de Défense républicaine. Dès le 7 juillet, Waldeck-Rousseau fit faire par le préfet de police Lépine une enquête sur les manifestations nationalistes afin d’établir la preuve d’une éventuelle concertation. Le dossier qui lui fut remis manquait de consistance. Waldeck-Rousseau en exagéra la teneur en conseil des ministres du 10 août et obtint de faire procéder à une série d’arrestations. Le 12 août, Déroulède, Habert et les principaux meneurs des ligues nationalistes furent arrêtés. Jules Guérin et ses amis antisémites se retranchèrent dans la « forteresse » de la rue Chabrol. Quelques semaines plus tard, le sénateur Bérenger, président de la commission d’instruction de la Haute Cour, lui ayant fait savoir qu’il ne trouvait aucune charge sérieuse contre les inculpés, Waldeck-Rousseau fit ajouter au dossier un rapport antidaté par le commissaire Hennier afin de justifier les poursuites. Il entendait frapper vite et fort les ligues, qu’il abhorrait — Léon Blum qualifie son attitude de mépris arrogant — et dans lesquelles il voyait surtout une résurgence du monarchisme. Accusé d’arbitraire, il se défendit à la Chambre le 17 novembre 1899.

  • 6 Pierre Waldeck-Rousseau, Associations et congrégations, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1901.

8Ainsi, s’il ne fut pas un dreyfusard de la première heure, animé par une passion sans concession pour une cause quasi mystique, il fut, une fois son opinion faite, un dreyfusard de raison et de gouvernement et ne modifia pas sa ligne de conduite. Il s’efforça de concilier l’ordre public avec la réparation d’une injustice. Sa fermeté et son esprit de décision mirent fin à l’état de crise et affaiblirent le mouvement nationaliste. Son réalisme et son sangfroid expliquent le regard critique qui fut porté sur lui : trop ferme aux yeux des anti-dreyfusards, il n’était pas assez mystique pour les dreyfusistes. L’attitude de Waldeck-Rousseau ne révèle en rien un caractère timoré. Son action fut ferme et résolue, sans concession. Il en tira les conséquences politiques, notamment en faisant voter la loi sur la liberté d’association6.

Notes

1 Pierre Waldeck-Rousseau, La Défense républicaine, Paris, Charpentier, 1902.

2 Joseph Reinach, Histoire de l’affaire Dreyfus, édition et introduction par Hervé Duchêne, préface de Pierre Vidal-Naquet, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 2006.

3 Pierre Sorlin, Waldeck Rousseau, Paris, Armand Colin, 1966.

4 Pierre Waldeck-Rousseau, L’État et la liberté, Paris, Charpentier, 1906.

5 Les archives de Waldeck-Rousseau, déposées à l’Institut, ont été consultées.

6 Pierre Waldeck-Rousseau, Associations et congrégations, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1901.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540