Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Première partie. Quelques dreyfusards méconnus

Ludovic Trarieux, ou l’oubli d’un des premiers dreyfusards

Bertrand Favreau

Texte intégral

  • 1 Un colloque lui a été consacré à Aubeterre à l’occasion du centenaire de 2006, rassemblant les con (...)

1N’y a-t-il pas une cruelle ironie de l’Histoire à voir, dans un colloque organisé par la Ligue dont il fut le fondateur, Ludovic Trarieux figurer dans la série des « méconnus » ? Mais il est vrai que Trarieux fait toujours figure de grand oublié, alors qu’il fut l’un des premiers dreyfusards1. Il devait dire lui-même que c’était le « hasard des circonstances » qui allait « l’engrener » dans l’affaire Dreyfus. En réalité, si l’on y regarde de près, le hasard n’est certainement pas le seul facteur.

  • 2 Joseph Reinach, Histoire de l’affaire Dreyfus, édition et introduction par Hervé Duchêne, préface (...)
  • 3 Déposition du 5 septembre 1899, in Le Procès Dreyfus devant le conseil de guerre de Rennes : 7 aoû (...)

2Au cours de sa carrière politique, Trarieux, homme de justice, n’aura occupé qu’un seul poste ministériel : celui de garde des sceaux. Et tout juste nommé, le 26 janvier 1895, alors que Dreyfus vient d’être condamné et que nul ne doute de sa culpabilité, le nouveau ministre n’a de cesse d’interroger Gabriel Hanotaux, ministre des Affaires étrangères, déjà en fonction dans le précédent cabinet, sur l’Affaire2. Car, Trarieux a déjà un doute : il est gravement préoccupé par les « polémiques violentes » déchaînées autour du « nom » de Dreyfus et de « sa qualité d’israélite », dira-t-il3.

3C’est là qu’Hanotaux lui apprend que le général Mercier avait jugulé ses réticences en lui montrant la pièce où figurait « l’initiale de Dreyfus ». Trarieux fut donc l’un des premiers (en tant que civil) à connaître l’existence du document « Ce canaille de D ». Et lorsqu’au printemps 1895, Me Demange, l’avocat de Dreyfus, demande une audience au Garde des sceaux, celui-ci ne peut que confirmer l’existence de la pièce qu’il tient d’Hanotaux. Ainsi c’est par les révélations de Trarieux à Demange que Mathieu Dreyfus a acquis dès 1895 la certitude de l’existence de pièces communiquées en secret au conseil de guerre. « Émotion »… « trouble », dira-t-il, même s’il refuse encore obstinément de croire qu’ait pu être montrée aux juges une pièce que la défense ne connaît pas :

  • 4 Robert Gauthier, Dreyfusards ! Souvenirs de Mathieu Dreyfus et autres inédits, Paris, Gallimard, « (...)

Je ne le crois pas car ce serait une monstruosité, ce serait la violation de tous les droits de la défense. Non, non, je ne puis croire à cette communication4.

  • 5 Joseph Reinach, op. cit., vol. 1, p. 423.
  • 6 L’affaire Dreyfus : le procès Zola devant la Cour d’assises de la Seine, février-23 février 1998, P (...)

4Sans doute « absorbé par d’autres affaires, il ne poussa pas plus loin son enquête », selon Joseph Reinach5 ou a-t-il alors simplement songé, comme plus tard il le confiera : « Je n’avais aucune certitude et j’ai gardé pour moi ce secret6 » ?

  • 7 Ibid., p. 624.

5Est-ce un deuxième hasard ? Trarieux, garde des Sceaux, avait rendu un service professionnel non négligeable à Teyssonnières, l’un des experts graphologues devant le premier conseil de guerre qu’il avait connu à Bordeaux vingt ans plus tôt. Il était parvenu à le faire réinscrire sur la liste des experts de la cour d’appel, après sa radiation de celle du tribunal pour avoir demandé une avance lors d’une autre expertise, en 1894, quelques jours après avoir conclu à la culpabilité de Dreyfus. En janvier 1897, Teyssonnières, voulant convaincre Trarieux de la culpabilité du capitaine, lui proposa de lui communiquer des pièces qu’il avait conservées en sa qualité d’expert : le fac-similé du fameux bordereau et d’autres permettant la comparaison des écritures7.

6Le résultat fut inverse à celui escompté : Trarieux fut bouleversé par les dissemblances entre l’écriture de Dreyfus et celle du bordereau :

En même temps que ces démonstrations m’étaient faites, une impression frappa mon œil et une conviction presque définitive se fit dans ma pensée.

7Il ne supporta pas la démonstration navrante de Teyssonnières, qui, à l’instar de Bertillon, y voyait une preuve de la culpabilité, puisque seul un traître pouvait avoir eu le réflexe prémédité de déguiser son écriture.

  • 8 Ibid., p. 480. Auguste Scheurer-Kestner, Mémoires d’un sénateur dreyfusard, présentation et notes d (...)
  • 9 Journal officiel de la République française, Sénat, 7 déc. 1897, p. 1378.
  • 10 Le Procès Dreyfus devant le conseil de guerre de Rennes : 7 août-9 sept. 1899, op. cit., p. 417.

8C’est Trarieux qui envoya Teysonnières, en juin 1897, montrer ses documents à Scheurer-Kestner8. Et le combat de Trarieux et celui du sénateur devaient se rejoindre publiquement lors de la journée mémorable du 7 décembre 1897, à la tribune du Sénat, où Scheurer, qui avait gardé le silence en échange d’un engagement d’enquête donné par le gouvernement, las de démarches vaines et de réponses dilatoires, s’était résolu à interpeller le ministère. Lors d’une séance houleuse, demeurée célèbre par les quolibets et lazzis accablant le vieil homme, Trarieux fut le seul des sénateurs à le soutenir, et à faire l’éloge du courage civique de l’interpellateur9 : « Je m’étais porté en avant comme on fait lorsqu’on sent que l’on marche vers la vérité » dira-t-il10.

9Ce jour là, le destin de Trarieux a basculé. L’homme d’ordre va s’effacer derrière l’homme soucieux de justice qu’il a toujours été et en faire un inlassable serviteur de la vérité. Scheurer consentait désormais à montrer les exemplaires de l’écriture d’Esterhazy et les treize lettres échangées entre Picquart et le général Gonse en 1896. C’est alors que Trarieux acquit une nouvelle conviction : le coupable, c’est Esterhazy.

  • 11 Joseph Reinach, op. cit., vol. 1, p. 879.

10C’est aussi l’instant d’une passation de pouvoirs. Scheurer, âgé et déjà malade, ne parlerait plus guère plus en public ; c’est Trarieux qui désormais, parmi les politiques, allait prendre la relève auprès des pouvoirs publics. À partir du procès Zola et jusqu’à sa mort, il fera partie d’un véritable « conseil de défense », avec Labori, Picquart, Leblois, Joseph Reinach et Mathieu Dreyfus — et, plus tard, Me Mornard11.

  • 12 Lettre du 6 janvier 1898, publiée dans Le Temps, 8 janvier 1898.
  • 13 Le Procès Dreyfus devant le conseil de guerre de Rennes : 7 août-9 septembre 1899, op. cit., p. 417

11À la veille du procès d’Esterhazy, quelques jours avant l’article de Zola dans L’Aurore, Trarieux publiait le 8 janvier 1898, dans Le Temps, une lettre ouverte au ministre de la Guerre, Billot, pour dénoncer « le simulacre de justice » qui se préparait12. Ce qu’il devait plus tard, à Rennes, résumer en une formule : « Esterhazy a été acquitté, il n’a pas été jugé13. »

  • 14 Ludovic Trarieux, Cinq plaidoiries, Paris, Société nouvelle de libraires et d’édition, 1903, p. 24 (...)
  • 15 Bulletin officiel de la Ligue des droits de l’Homme, 1er février 1914, p. 132-133.
  • 16 Ibid., p. 264.
  • 17 Sur tout cela, voir Emmanuel Naquet, La Ligue des droits de l’Homme : une association en politique (...)

12Au procès Zola, l’ancien Garde des sceaux fut un témoin déterminant pour la défense. Son rôle était de relater les témoignages qu’il avait recueillis et d’expliquer comment il avait acquis la certitude de la culpabilité d’esterhazy. Sa mission change de dimension et de nature. Parce qu’il a « entendu les clameurs retentissantes de “À bas et à mort les juifs !” », Trarieux eut l’idée, entre deux séances du procès Zola, de créer la Ligue française pour la défense des droits de l’Homme et du Citoyen14 : « Exactement le soir du 16 février, précise quant à lui Victor Basch, après l’audience mémorable où le général de Pellieux avait brandi le faux Henry et le général de Boisdeffre évoqué devant le pays le spectre de la guerre15… » ou encore « aux alentours du jeudi 17 et du vendredi 18 », c’est-à-dire lors de la dixième ou de la onzième audience, selon Jean Psichari et Henri Sée16. Le 20 février 1898, une première réunion eut lieu à son domicile, 4 rue de Logelbach. Après plusieurs mois d’activité inlassable, ayant réuni un millier d’adhésions, Trarieux et ses amis convoquèrent une assemblée générale, dans la salle des Sociétés savantes, à Paris17. C’est là que, le 4 juin 1898, en acclamant Trarieux pour premier président, aucun des fondateurs n’a entendu ni en contester, ni en partager véritablement la paternité.

  • 18 Maurice Paléologue, Journal de l’affaire Dreyfus, 1894-1899 : l’affaire Dreyfus et le Quai d’Orsay (...)
  • 19 La Petite République, 7 septembre 1899.

13Désormais, Trarieux va consacrer sa vie au combat dreyfusard, devenir un militant, y sacrifier sa profession et sa carrière politique en même temps que sa santé. Témoin lors de l’enquête devant la Cour de cassation, il est aussi le témoin dont on attendait beaucoup au procès de Rennes en 1899. Mais dans ce procès où tout tournait mal, sa longue déposition fut diversement appréciée : jugée interminable et ennuyeuse par Paléologue — qui ne l’aime pas18 —, c’était au contraire, selon Jaurès, une déposition « admirable de courage et de force. Démonstrative, lumineuse, émue, elle restera l’honneur de sa vie19 ».

14Après la condamnation de Rennes, Trarieux ne désarma pas :

Notre défaite est de celles qui ne découragent point, mais qui ne grandissent pas seulement le courage, qui grandissent les situations.

15Il fut assidu aux réunions chez Reinach, chez Me Mornard, chez Pierre-Victor Stock. Au nom de la justice, il s’opposa au Sénat, à la grâce de Dreyfus pour raison de santé prononcée par le président Loubet en septembre 1899, ainsi qu’à l’amnistie générale proposée, en juin 1900, au nom de l’apaisement, par le gouvernement Waldeck-Rousseau. Jusqu’à sa mort, il consacra ses forces à la réhabilitation de Dreyfus, qu’il ne devait jamais connaître. Épuisé et rongé par la maladie, il renonce en 1903 à la présidence de la Ligue, peu de temps avant de mourir, le 13 mars 1904 dans son appartement parisien du 4, rue de Logelbach, à l’endroit même où la Ligue avait été créée.

Notes

1 Un colloque lui a été consacré à Aubeterre à l’occasion du centenaire de 2006, rassemblant les contributions de Jacques Baudet, Didier Bouthors, Christian Charrière-Bournazel, Hervé Duchêne, Bertrand Favreau, Roland Kessous, Emmanuel Naquet, Dominique Noguères, Jean Rittener. Voir Bertrand Favreau (dir.), Dreyfus réhabilité, cent ans après, Lormont, Le Bord de l’eau, 2007.

2 Joseph Reinach, Histoire de l’affaire Dreyfus, édition et introduction par Hervé Duchêne, préface de Pierre Vidal-Naquet, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 2006, vol. 1, p. 423.

3 Déposition du 5 septembre 1899, in Le Procès Dreyfus devant le conseil de guerre de Rennes : 7 août-9 septembre 1899, Paris, Stock, 1900, t. 3, p. 411.

4 Robert Gauthier, Dreyfusards ! Souvenirs de Mathieu Dreyfus et autres inédits, Paris, Gallimard, « Folio histoire », 2006, p. 69.

5 Joseph Reinach, op. cit., vol. 1, p. 423.

6 L’affaire Dreyfus : le procès Zola devant la Cour d’assises de la Seine, février-23 février 1998, Paris, Stock, réédition 1998, p. 193.

7 Ibid., p. 624.

8 Ibid., p. 480. Auguste Scheurer-Kestner, Mémoires d’un sénateur dreyfusard, présentation et notes d’André Roumieux, préface d’Alain Plantey, Strasbourg, Bueb et Reumaux, 1988, p. 77.

9 Journal officiel de la République française, Sénat, 7 déc. 1897, p. 1378.

10 Le Procès Dreyfus devant le conseil de guerre de Rennes : 7 août-9 sept. 1899, op. cit., p. 417.

11 Joseph Reinach, op. cit., vol. 1, p. 879.

12 Lettre du 6 janvier 1898, publiée dans Le Temps, 8 janvier 1898.

13 Le Procès Dreyfus devant le conseil de guerre de Rennes : 7 août-9 septembre 1899, op. cit., p. 417.

14 Ludovic Trarieux, Cinq plaidoiries, Paris, Société nouvelle de libraires et d’édition, 1903, p. 240.

15 Bulletin officiel de la Ligue des droits de l’Homme, 1er février 1914, p. 132-133.

16 Ibid., p. 264.

17 Sur tout cela, voir Emmanuel Naquet, La Ligue des droits de l’Homme : une association en politique (1898-1940), thèse de doctorat, IEP de Paris, 2005, 5 vol., t. 1, p. 194, à paraître chez Fayard.

18 Maurice Paléologue, Journal de l’affaire Dreyfus, 1894-1899 : l’affaire Dreyfus et le Quai d’Orsay, Paris, Plon, 1955, p. 250.

19 La Petite République, 7 septembre 1899.

Auteur

Avocat, président de l’Institut des droits de l’Homme du Barreau de Bordeaux.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540