Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Première partie. Quelques dreyfusards méconnus

Pierre Quillard, écrivain, défenseur des hommes et des peuples

Gilles Candar, Emmanuel Naquet et Philippe Oriol

Texte intégral

  • 1 Claire Mouradian (dir.), Arménie, une passion française, Paris, Magellan, 2007, p. 57-58 et 154.

1Pierre Quillard (1864-1912) représente sans doute le type le plus accompli de l’intellectuel dreyfusard… Ancien élève de l’École des chartes, il traduit des poètes hellénistiques rares et précieux (Théocrite, Hérondas…) et des philosophes néo-platoniciens (Jamblique, Porphyre…). Il se fait un nom dans les milieux symbolistes avec un drame, La Fille aux mains coupées (1886), et un recueil de vers, La Gloire du verbe (1890). Ses premiers engagements précèdent l’Affaire : il défend les Arméniens victimes de massacres récurrents sous le règne du « Sultan rouge » Abdul Hamid. Il a longtemps séjourné à Istanboul, professeur au Collège des Arméniens de Péra, puis à celui de Galata1. Ses articles, bien informés, portent auprès du public lettré qui lit La Revue de Paris, La Revue, Pages libres ou les Cahiers de la Quinzaine. Le Jean Santeuil de Marcel Proust donne la mesure de l’ébranlement des consciences par ce qui peut apparaître comme une « répétition générale » de l’affaire Dreyfus. La « raison d’État » est déjà mise en cause : en l’occurrence, le grand accusé est Gabriel Hanotaux, lui aussi chartiste, ministre des Affaires étrangères, dont la réputation est fortement entachée pour avoir voulu maintenir le silence sur les massacres d’Arméniens et de bonnes relations avec l’Empire turc. En même temps, Quillard se révèle un personnage incontournable de la scène littéraire, collaborateur de L’En dehors de Xo d’Axa (1891-1893) comme des Entretiens politiques et littéraires de Vielé-Griffin (1892), chargé de la rubrique poétique au Mercure de France d’Alfred Vallette, le mari de Rachilde. Ses pièces sont jouées au Théâtre de l’Œuvre par Lugné-Poë. Il se situe dans la mouvance anarchiste, comme son ami Bernard Lazare. C’est sans doute par l’intermédiaire de ce dernier qu’il se convainc de l’innocence de Dreyfus, et de la nécessité d’agir en sa faveur, contre aussi le militarisme et ses dangers.

2Quillard signe donc les « protestations » des « intellectuels » et il dépose au procès Zola, expliquant qu’il place la « chose vraie » au-dessus de la « chose jugée ». Il déploie une activité intense en 1898-1899, parcourant la France et participant à de très nombreuses réunions (une centaine ?) où il porte une parole véhémente. Ainsi, lors du meeting du 3 décembre 1898, salle du Grand Orient de France, il déclare :

Il y a, actuellement au bagne, des innocents qui souffrent par [les lois scélérates]. Il faut que vous nous aidiez à les en tirer. Et si le crime s’accomplit […], vous demeurerez avec nous et vous vous y opposerez par tous les moyens, fût-ce par la force, et vous nous suivrez jusqu’au bout par les routes de la révolte, sur les routes rouges où nous irons.

  • 2 Robert Gauthier, Dreyfusards ! Souvenirs de Mathieu Dreyfus et autres inédits, Paris, Julliard, «  (...)
  • 3 Le Monument Henry, Paris, Stock, 1899. Il est analysé par Raoul Girardet, Le Nationalisme français (...)

3Mathieu Dreyfus le présente pourtant comme un « doux et érudit anarchiste à la voix tranquille2 ». Il mène aussi — manifestant des qualités qui lui furent souvent reconnues — un travail de documentation, travaillant sur les listes de souscription du monument Henry afin d’étudier l’étendue et les caractéristiques de l’antisémitisme en France3. Il se tient plus en retrait après le procès de Rennes, mais poursuit son engagement en faveur des opprimés du monde entier. Il collabore au Journal du Peuple, aux Droits de l’Homme et à L’Aurore, dont la rédaction est dirigée par son ami Francis de Pressensé. Il sait en tout cas travailler avec des personnalités très diverses, s’entendant avec Clemenceau et Jaurès comme avec le Père Charmetant ou le royaliste Denys Cochin.

  • 4 Voir Anahide Ter-Minassian, La Question arménienne, Roquevaire, Parenthèses, 1983, p. 165.
  • 5 Voir Gilles Candar, Jean Longuet, un internationaliste à l’épreuve de l’histoire, Rennes, Presses (...)
  • 6 Ses positions, sans être hostiles au principe même de la colonisation, le placent à la pointe du c (...)

4Quillard se consacre pour l’essentiel à deux causes : la solidarité avec le peuple arménien et la défense des libertés en France. Pour la première, il fonde le 25 novembre 1900 la revue Pro Armenia. Cette publication, bimensuelle, paraît à la librairie Bellais, c’est-à-dire chez le prête-nom de Péguy. Elle peut être qualifiée d’« organe de propagande du parti dachnak en France4 ». Mais elle est aussi le moyen, rare, de maintenir un lien entre des amitiés dreyfusardes qui se défont aux heures de la « défense républicaine », puis du « bloc des gauches ». France, Clemenceau, Jaurès, Pressensé et, un temps, Roberty (un philosophe russe) s’y côtoient au sein d’un comité de rédaction qui fait office de comité d’honneur ou de patronage. Quillard est aidé pour la rédaction de la revue et l’animation des campagnes de solidarité par Jean Longuet5, qui le met en relation avec l’ensemble de la famille socialiste française et internationale. Il maintient la revue jusqu’en 1908, lorsque la révolution « jeune turque » peut faire croire à une entrée de l’Empire ottoman dans la modernité démocratique. Son ennemi est le despotisme, il ne rentre pas dans une logique de condamnation éternelle des nationalités. Ainsi, en 1911, il mène campagne contre l’agression de la Turquie par l’Italie. Il ne cantonne pas ses activités à la seule Arménie, défendant les juifs d’Europe de l’Est victimes de pogroms en Roumanie ou en Galicie, ou, avec Gustave Rouanet, ami de Jaurès et directeur de La Revue socialiste, les populations du Congo maltraitées par la conquête et l’exploitation coloniales6. Il participe au lancement de L’Européen en décembre 1901, un hebdomadaire animé par des intellectuels dreyfusards pour défendre les droits des peuples, avec un financement surtout finlandais, donc intéressé à une critique de l’autoritarisme et de l’impérialisme russes. Quillard participe un temps (1904-1906) à sa direction, s’efforçant, mais en vain, de faire de cet hebdomadaire un organe de référence de la gauche socialisante appuyée par la Ligue des droits de l’Homme.

  • 7 Voir Rémi Fabre, Francis de Pressensé et la défense des droits de l’homme, un intellectuel au comb (...)

5La seconde cause, très liée à la première, a, en effet, conduit Quillard à s’investir entièrement dans la vie de la Ligue, dont il a été en 1898 un des fondateurs. Il siège à son comité central, devient vice-président en 1907, puis son secrétaire général, après le retrait de Mathias Morhardt en mai 1911. Intellectuel respecté, organisateur efficace et militant passionné, son autorité est largement reconnue. Il assure de très nombreuses réunions en province (une soixantaine en 1911, au moment de la campagne contre les bagnes militaires avec l’affaire Aernoult-Rousset). Les fonctions de secrétaire général ont toujours été décisives au sein de la Ligue. Ses relations anciennes avec Francis de Pressensé7, qui est en même temps président de la LDH, député socialiste du Rhône (jusqu’en 1910) et journaliste à L’Humanité, augurent d’une collaboration fructueuse, mais Quillard meurt brusquement à 47 ans au cours d’une intervention chirurgicale. Auparavant, il s’était affirmé comme un des plus actifs militants de la Ligue, accompagnant la politique de Pressensé en faveur d’une prise en compte plus large des injustices et d’une mise en question de l’organisation sociale elle-même.

Notes

1 Claire Mouradian (dir.), Arménie, une passion française, Paris, Magellan, 2007, p. 57-58 et 154.

2 Robert Gauthier, Dreyfusards ! Souvenirs de Mathieu Dreyfus et autres inédits, Paris, Julliard, « Archives », 1965, p. 183-184.

3 Le Monument Henry, Paris, Stock, 1899. Il est analysé par Raoul Girardet, Le Nationalisme français : Anthologie (1871-1914), Paris, rééd. Le Seuil, « Points Histoire », 1983, p. 178-181 ; Stephen Wilson, « Le monument Henry, la structure de l’antisémitisme en France, 1898-1899 », Annales ESC, no 2, mars-avril 1977, p. 265-291 ; Georges Bensoussan, L’Idéologie du rejet, Paris, Manya, 1993 ; Bertrand Joly, « Remarques sur le “monument Henry” », Jean Jaurès. Cahiers trimestriels, no 154, octobre-décembre 1999, p. 29-38.

4 Voir Anahide Ter-Minassian, La Question arménienne, Roquevaire, Parenthèses, 1983, p. 165.

5 Voir Gilles Candar, Jean Longuet, un internationaliste à l’épreuve de l’histoire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, p. 88-91.

6 Ses positions, sans être hostiles au principe même de la colonisation, le placent à la pointe du combat pour le respect des droits des populations colonisées : « Il y a des droits fondamentaux, des droits humains, des droits universels qui doivent appartenir, qui appartiennent à tous, et auxquels nul ne doit toucher. À nos yeux, la nation française se renierait elle-même […], si elle admettait jamais qu’il est des races inférieures auxquelles il peut être légitime de refuser ces droits » (Bulletin officiel de la Ligue des droits de l’Homme, 31 juillet 1908, p. 1141-1142).

7 Voir Rémi Fabre, Francis de Pressensé et la défense des droits de l’homme, un intellectuel au combat, préface de Madeleine Rebérioux, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540