Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Première partie. Quelques dreyfusards méconnus

Paul Painlevé, la posture du mathématicien devant la vérité

Anne-Laure Anizan

Texte intégral

  • 1 Discours cité in Paul Painlevé : paroles et écrits, Paris, Rieder, 1936, p. 579-611.
  • 2 Agrégé et docteur en mathématiques, lauréat de l’Académie des sciences, Painlevé a gravi rapidemen (...)
  • 3 Député de Paris (1910-1928) puis de l’Ain (1928-1933), ministre de l’Instruction publique, des Bea (...)
  • 4 Journal officiel, Chambre des députés, p. 3959-3962 et Sénat, p. 1824, séances du 3 novembre 1933. (...)
  • 5 Se reporter aussi à Vincent Duclert, « Paul Painlevé et l’affaire Dreyfus », in Claudine Fontanon (...)

1Trente cinq ans après le déclenchement de l’Affaire, le combat dreyfusard demeurait une balise dans la carrière de Painlevé. En novembre 1932, s’exprimant sur l’affaire de l’Aéropostale dans son ultime intervention au Parlement, Painlevé, alors ministre de l’Air, comparait son combat en faveur d’Emmanuel Chaumié à celui qu’il avait mené pour le capitaine1. Lorsqu’il décède en novembre 1933, la réputation scientifique du mathématicien2, sa carrière politique3, méritent aux yeux des représentants de la nation, funérailles nationales et inhumation au Panthéon. Les discours prononcés en sa mémoire rappellent le tournant que l’Affaire représenta dans sa vie4. Mais ils inscrivent son combat dreyfusard5 dans le vaste mouvement de mobilisation des intellectuels républicains et n’en soulignent pas toujours l’originalité : une prise de conscience de la nécessité de s’engager dans le débat politique.

  • 6 Les articles de Jaurès « Un faux témoignage » (Archives nationales, 313AP24, La Petite République,(...)
  • 7 Se référer notamment à Vincent Duclert, « Les savants », in Michel Drouin (dir.), L’affaire Dreyfu (...)

2Jusqu’en 1898, Painlevé, notable déjà bien établi dans la communauté scientifique, est persuadé de la culpabilité de Dreyfus. Ses certitudes sont ébranlées lorsqu’il est confronté aux manipulations auxquelles se prête l’état-major. Au printemps 1897, quand il annonce à Jacques Hadamard — petit-cousin de Lucie — qu’en raison de ses liens avec la famille Dreyfus, sa candidature à un poste de répétiteur à l’X a peu de chance d’aboutir, son camarade manifeste sa conviction de l’innocence du capitaine. Cet échange, évoqué par Painlevé devant des collègues, est rapporté déformé au général Gonse. Painlevé fait savoir qu’il y a eu méprise. En janvier 1899, le mathématicien découvre pourtant qu’une pièce du dossier secret porte sur les aveux qu’Hadamard lui aurait faits : la famille Dreyfus, persuadée de la culpabilité du capitaine, en détiendrait des preuves. Devant la Cour de cassation, Painlevé s’applique à rétablir la vérité. Ses démarches sont médiatisées6. Le savant ne croit plus à l’intégrité des militaires ayant constitué le dossier d’accusation et, comme d’autres scientifiques, il rejoint le camp dreyfusard7.

  • 8 Déposition in Le Procès Dreyfus devant le conseil de guerre de Rennes, compte rendu sténographique (...)
  • 9 Il est par exemple l’un des premiers signataires de l’« Adresse à Dreyfus » lancée dans Le Siècle (...)
  • 10 Charles Maurras répond dans trois articles de La Gazette de France, 20, 25 mai et 4 juin. L’Action (...)

3Lorsque Paul Painlevé dépose au procès de Rennes, il intervient en citoyen entendant restaurer la vérité, mais aussi en mathématicien décidé à démontrer que, du point de vue de la logique, le système Bertillon est irrecevable8. À l’appui de son argumentation, il cite une lettre d’Henri Poincaré dans laquelle cette sommité mathématique dénonce l’usage farfelu des probabilités. L’importance de sa déposition, sa capacité à tenir tête aux militaires, font désormais de Painlevé un héros de la geste dreyfusarde. À partir de 1899, il s’associe aux manifestations organisées en faveur du capitaine et, jusqu’en 1906, demeure fidèle à la cause de celui dont il s’est rapproché9. Il s’acharne à réfuter en expert le système Bertillon. En 1904, la brochure Affaire Dreyfus. Examens critiques d’un mémoire intitulé « Le bordereau étude des dépositions de M. Bertillon et du capitaine Valério au conseil de guerre de Rennes par un ancien élève de l’École polytechnique », écrite avec Auguste Molinier, puis son article « Les faux de l’expert Bertillon » (L’Humanité, 16 mai 1904), déchaînent les réactions des antidreyfusards10. La même année, Painlevé, dont la pugnacité ne faiblit pas, dépose une nouvelle fois devant la chambre criminelle de la Cour de cassation.

  • 11 Cité dans L’Humanité, 18 juillet 1904.

4Au tournant du siècle, le savant s’est enraciné dans les cercles nés du combat dreyfusard. Au début de l’année 1899, il intègre la Ligue des droits de l’Homme. Membre de son comité central à partir de 1904, il contribue à son orientation sociale : selon lui, la Ligue, tout en œuvrant en faveur de la « justice légale », se doit aussi de lutter en faveur de la « justice vraie ». Le discours prononcé lors du meeting de la Ligue, à Cateau, en juillet 1904 — « le droit à la vie, le droit au pain est un droit primordial : c’est le premier des droits de l’Homme11 » — marque une radicalisation de son engagement. À cette époque, il s’investit aussi en faveur de l’enseignement populaire (Association philotechnique ; Universités populaires), pour le rapprochement des peuples et le respect des droits au niveau international (sociétés des amis du peuple russe, pour l’arbitrage entre les nations, d’esperanto, Autour du monde et Amitiés franco-étrangères ; Office central des nationalités). Painlevé fréquente également des lieux de sociabilité dreyfusarde : dîner des Trois-Marches ou des Quinze-vingts, salons de Mesdames Ménard-Dorian, de Caillavet, de la comtesse Greffulhes et de Geneviève Strauss. En 1910, les soutiens dont il est assuré au sein de cette nébuleuse et son profil dreyfusard ne sont pas étrangers à son élection comme député républicain socialiste.

5La confrontation avec l’armée vécue au temps de l’Affaire laisse son empreinte dans la mémoire de l’homme de gauche spécialiste de la Défense. Painlevé épouse le combat des officiers modernistes et l’héritage dreyfusard inspire sa conception d’une armée en symbiose avec le régime. Sa volonté de la moderniser techniquement tout comme sa détermination à faire collaborer civils et militaires en matière d’innovation, montrent qu’il est pour lui inconcevable que l’armée assume seule la responsabilité des orientations techniques d’où découlent stratégie et tactique. Pendant la Grande Guerre, il s’engagera par ailleurs pour que soient respectés les droits du gouvernement et du Parlement à contrôler l’état-major ; il œuvrera à rendre effectif le partage des responsabilités de direction de la guerre et des opérations. Dans les années 1920, l’antifascisme dont Painlevé fera précocement preuve sera une autre forme d’ombre portée de l’Affaire sur l’ensemble de sa vie politique.

Notes

1 Discours cité in Paul Painlevé : paroles et écrits, Paris, Rieder, 1936, p. 579-611.

2 Agrégé et docteur en mathématiques, lauréat de l’Académie des sciences, Painlevé a gravi rapidement les échelons du cursus honorum scientifique. Il est maître de conférences à la faculté des sciences de Paris puis, quand éclate l’Affaire, à l’École normale supérieure (ENS), également répétiteur à l’École polytechnique. En 1900, il est élu sous la Coupole. Il est ensuite nommé professeur à la Sorbonne et à Polytechnique.

3 Député de Paris (1910-1928) puis de l’Ain (1928-1933), ministre de l’Instruction publique, des Beaux-Arts et des Inventions intéressant la défense nationale (1915), ministre de la Guerre et président du Conseil (1917), président de la Chambre (1924), président du Conseil en charge du ministère de la Guerre puis du Trésor (1925), ministre de la Guerre ou de l’Air dans neuf cabinets de 1925 à sa mort en 1933. Voir Anne-Laure Anizan, Paul Painlevé : un scientifique en politique, thèse de doctorat, IEP de Paris, 2006 ; à paraître sous le titre Paul Painlevé : science et politique de la Belle Époque aux Années folles, Rennes, PUR, 2009. Également, « Paul Painlevé, parlementaire et leader politique », in Claudine Fontanon et Robert Frank (dir.), Paul Painlevé. Un savant en politique, Rennes, PUR, 2005, p. 57-70 ; « Paul Painlevé ou comment faire carrière à la marge des grands partis de gauche ? », in Rémi Baudouï, Jean Garrigues, Michel Leymarie, Didier Musiedlak, Guillaume Piketty (dir.), Un Professeur en République : mélanges en l’honneur de Serge Berstein, Paris, Fayard, « Chorus », 2006, p. 17-26 ; « Paul Painlevé, le savant et le politique », Parlement(s), no 10, décembre 2008, p. 138-151.

4 Journal officiel, Chambre des députés, p. 3959-3962 et Sénat, p. 1824, séances du 3 novembre 1933. Voir également les articles et souvenirs publiés dans la presse entre le 30 octobre et le 5 novembre 1933.

5 Se reporter aussi à Vincent Duclert, « Paul Painlevé et l’affaire Dreyfus », in Claudine Fontanon et Robert Frank (dir.), op. cit., p. 25-40.

6 Les articles de Jaurès « Un faux témoignage » (Archives nationales, 313AP24, La Petite République, s. d.), ou « La révision » (L’Aurore, 2 avril 1899) évoquent directement l’affaire Painlevé-Hadamard également commentée par de nombreux autres titres.

7 Se référer notamment à Vincent Duclert, « Les savants », in Michel Drouin (dir.), L’affaire Dreyfus de A à Z, Paris, Flammarion, 1994, p. 490-495 et « La Ligue de l’“époque héroïque”. La politique des savants », Le Mouvement social, no 183, avril-juin 1998, p. 27-60.

8 Déposition in Le Procès Dreyfus devant le conseil de guerre de Rennes, compte rendu sténographique, vol. 3, Paris, Stock, 1900, p. 327-353.

9 Il est par exemple l’un des premiers signataires de l’« Adresse à Dreyfus » lancée dans Le Siècle et L’Aurore en septembre 1899. Voir Vincent Duclert, Alfred Dreyfus : l’honneur d’un patriote, Paris, Fayard, 2006.

10 Charles Maurras répond dans trois articles de La Gazette de France, 20, 25 mai et 4 juin. L’Action française présente un nouveau pamphlet, La théorie de M. Bertillon, réponse à MM. Bernard, Molinier et Painlevé.

11 Cité dans L’Humanité, 18 juillet 1904.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540