Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Première partie. Quelques dreyfusards méconnus

Aline Ménard-Dorian, du salon à la scène politique

Françoise Blum

Texte intégral

  • 1 Voir à ce propos Emmanuel Naquet, La Ligue des droits de l’Homme : une association en politique (1 (...)
  • 2 Abel Hermant, Les Grands bourgeois, Paris, A. Lemerre, 1906.

1Si le nom d’Aline Ménard, née Dorian (1850-1929), est resté dans les mémoires, c’est sans doute surtout grâce à son rôle à la Ligue des droits de l’Homme dont elle fut vice-présidente de 1922 à sa mort en 19291, et à la Fédération internationale des droits de l’Homme, dont elle fut secrétaire générale. Pourtant, Aline Ménard-Dorian fut d’abord connue comme une remarquable hôtesse dont le salon s’ornait des fleurons de la littérature, de l’art et de la politique. Elle inspira Marcel Proust dans sa peinture du salon des Verdurin. Elle servit également de modèle à Abel Hermant qui l’a caricaturée sous le nom de Madame Briquet dans les Grands Bourgeois2.

  • 3 Dictionnaire de biographie française, t. XI, Paris, 1967, p. 578-579.

2Son père, Pierre-Frédéric Dorian, était maître de forges3. Libéral d’origine protestante, ennemi de l’Empire, il fut député de l’opposition au Corps législatif sous Napoléon III, ministre des Travaux publics en 1870 et député radical ensuite. Cet ami de Gambetta ne fut pas sans avoir quelque sympathie pour les communards. Il joua, semble-t-il, un rôle important dans l’éducation de sa fille, qu’il prit très à cœur, contribuant sans nul doute à faire de celle-ci une personnalité originale et non conformiste. Son mari Paul Ménard, héritier de grands vignobles de l’Hérault, venu très tôt à Paris pour y faire une carrière d’ingénieur, fut également député et républicain convaincu, en accord avec sa femme sur les grandes options. Aline Ménard tint ainsi un « salon républicain », installé rue de la Faisanderie à partir de 1885.

  • 4 Jacques de Lacretelle, Les Vivants et leurs ombres, Paris, Grasset, 1977.
  • 5 Anne Martin-Fugier, Les Salons de la IIIe République : art, littérature et politique, Paris, Perri (...)

3La rue de la Faisanderie, située dans le 16e arrondissement de Paris, offrait l’avantage d’être proche du Grenier des Goncourt, du domicile de Victor Hugo à la fin de sa vie et de celui de Lamartine juste avant sa mort. Le neveu d’Aline Ménard-Dorian, l’écrivain académicien Jacques de Lacretelle, distingue plusieurs périodes dans le salon de sa tante4. Un « cycle littéraire » y est étroitement relié à Victor Hugo, dont la fille d’Aline Ménard-Dorian, Pauline, épousera d’ailleurs le petit-fils Georges. Les anciens communards y étaient reçus en bonne place. Une deuxième période serait celle de la musique, ou plutôt des arts en général. Aline Ménard-Dorian est en effet une passionnée de Wagner et fait à plusieurs reprises le pèlerinage à Bayreuth. Elle recevra chez elle Satie, Cortot, Auric, Milhaud, Poulenc, Pablo Casals5… Son salon a alors incontestablement une vocation artistique. Édouard Manet en est un familier ainsi que le peintre Eugène Carrière qui fera, en 1905, un portrait aujourd’hui célèbre de son hôtesse ainsi que de sa fille Pauline. Du côté des écrivains, ce sont aussi Émile Zola et Anatole France qui le fréquentent. Puis vient le troisième cycle, celui de l’Affaire.

4Au-delà du seul cas Ménard-Dorian, la crise a réactivé un temps le rôle des salons, forme de sociabilité politique efficace aux premières heures de la IIIe République, et en perte d’influence à la fin du siècle. Les clivages durant l’Affaire ne sont cependant plus les mêmes, la recomposition se faisant alors au-delà des oppositions politiques traditionnelles. Aline Ménard-Dorian, quant à elle, s’engage corps et âme pour la cause dreyfusarde, reléguant au second plan ses préoccupations artistiques pour se lancer à corps perdu dans la bataille. Cela n’a finalement rien d’inattendu. Républicaine avant tout, elle voit dans l’Affaire une menace pour la République. Elle est d’autre part animée d’une solide haine de l’armée et de l’Église. Le seul militaire jamais reçu chez elle sera, toujours d’après Jacques de Lacretelle, le colonel Picquart. Quant à son anticléricalisme, son petit-fils Jean Hugo raconte :

  • 6 Jean Hugo, Avant d’oublier, 1918-1931, Paris, Fayard, 1976, p. 254.

Ma grand-mère n’entrait jamais dans une église. Aux enterrements, elle faisait les cent pas sur le parvis, en montrant des signes d’impatience. Le Vendredi saint, elle veillait à ce qu’on ne servît pas de poisson à sa table, mais plutôt quelque grosse pièce de bœuf. Quand un mendiant à qui elle avait fait l’aumône lui disait : « Dieu vous le rendra ! » elle rétorquait vivement : « il n’y a pas de Dieu »6.

  • 7 Sur ces salons, voir notamment Anne Martin-Fugier, op. cit., Laure Rièse, Les Salons littéraires p (...)

5C’est ainsi que son salon prit place parmi les grands salons dreyfusards aux côtés de celui de Geneviève Strauss, de Madame de Caillavet ou de la marquise Arconati-Visconti7.

  • 8 Anne Martin-Fugier, op. cit., p. 68.
  • 9 La marquise se brouille avec Jaurès parce qu’elle trouve qu’il a trop de complaisance pour la clas (...)

6L’histoire du rôle des salons dans l’Affaire reste encore à faire, mais c’était incontestablement des lieux où pouvaient se forger des alliances, voir des stratégies. Le salon d’Aline Ménard eut d’abord une tonalité radicale-socialiste avant de se « gauchiser » — ce n’est qu’après la première guerre mondiale que Madame Ménard-Dorian adhère à la SFIO — et de s’ouvrir plus largement aux socialistes. Clemenceau en fut, et en est encore au moment de l’Affaire, un des piliers. Son évolution ultérieure le séparera de Madame Ménard-Dorian, qui rompra définitivement avec lui, allant jusqu’à débaptiser sa femme de chambre Clémence pour ne plus entendre le nom honni8 — évolution similaire à celle de la marquise Arconati-Visconti par rapport à Jaurès, mais pour les raisons inverses9. Nous n’en sommes pas là pendant les temps dreyfusiens. À côté de Clemenceau et des tenants d’une sensibilité radicale-socialiste, quelques socialistes fréquentent également la rue de la Faisanderie : Jean Jaurès, Lucien Herr, Pierre Renaudel, Marcel Sembat… Aline Ménard-Dorian a également choisi comme précepteur pour ses petitsenfants, Jean et Marguerite Hugo, un socialiste promis à un bel avenir, Albert Thomas.

  • 10 Publié d’abord dans Le Siècle puis dans Livre d’hommage des lettres françaises à Émile Zola, Paris (...)
  • 11 Léon Daudet cité par Émile Vandervelde, Souvenirs d’un militant socialiste, Paris, Denoël, 1939, p (...)

7En se faisant ainsi, par son salon, égérie du dreyfusisme, Madame Ménard-Dorian joue un rôle traditionnellement féminin, et elle ne s’autorisera pas à signer les Protestations de l’Aurore, alors que son mari le fait. Elle signe par contre « L’appel aux femmes de France » de Jean Psichari10, qui demande pour Lucie Dreyfus le droit de rejoindre son mari en déportation. Mais cette femme, dont plusieurs témoins soulignent qu’elle avait le compromis en horreur, qu’elle était même quelque peu fanatique dans ses options (Léon Daudet, avec la gentillesse qu’on lui connaît, la qualifiera de « vieille folle bolcheviste11 »), a pu trouver en l’Affaire un terreau propice pour mûrir de futurs engagements sur la place publique. L’Affaire a sans nul doute contribué chez elle à une certaine radicalisation, et à en faire une véritable militante : au Comité féminin de la Ligue de l’enseignement d’abord, puis à la Ligue des droits de l’Homme. C’est elle qui, plus tard, fonde la Société des Amis du peuple russe contre le tsarisme, elle sera membre du Comité français de secours aux enfants, secrétaire générale de la Fédération internationale des droits de l’Homme, vice-présidente des associations françaises pour la Société des Nations (SDN). La mort prématurée de son mari en 1907 n’est peutêtre pas totalement étrangère à une évolution qui l’implique de plus en plus en tant que citoyenne et l’amène ainsi à jouer un rôle qui dépasse le partage traditionnel : la femme dans l’espace privé du salon, l’homme à la Chambre et dans les instances publiques. L’absence du mari, bouleversant de facto cette répartition, libère parfois les ambitions d’une femme qui s’attribue lors de son veuvage celles qui étaient auparavant l’apanage du mari.

  • 12 Voir à ce sujet Stephen Wilson, « Le monument Henry, la structure de l’antisémitisme en France, 18 (...)
  • 13 Séverine, Vers la lumière : impressions vécues, Paris, Stock, 1900.
  • 14 Sur le rôle des femmes pendant l’Affaire, voir notamment Françoise Blum, « Itinéraires féministes (...)

8Au-delà du seul cas d’Aline Ménard-Dorian, il serait intéressant de tenter une typologie des rôles féminins pendant l’Affaire. Les femmes se sont engagées aussi vivement que les hommes, mais évidemment dans les limites d’une citoyenneté qui n’est encore que de seconde zone. Elles se sont d’ailleurs engagées des deux côtés, comme le prouve s’il en était besoin le nombre de signatures féminines au monument Henry, assorties parfois de commentaires aussi virulents (pour ne pas dire ignobles) que ceux des hommes12. Comme le prouve également la naissance, directement liée à l’Affaire, de la Ligue patriotique des femmes françaises. En schématisant, on peut distinguer, pour le seul camp dreyfusard, deux grandes catégories : les femmes qui s’engagent ès qualité, comme journalistes, publicistes, enseignantes…, en tant qu’intellectuelles donc. C’est le cas, pour ne citer que les plus connues, de Marguerite Durand, de Séverine, à qui l’on doit ses impressions d’audience, les superbes pages de Vers la lumière13, ou de la première avocate, Jeanne Chauvin. Ces femmes ont généralement néanmoins la conscience aigüe de ce que la cause des femmes a à voir avec la cause dreyfusarde. Et il y a des femmes, telle la veuve de Michelet, telle Geneviève Strauss, ou telles la plupart des signataires de « L’appel aux femmes » qui conservent en s’engageant un rôle plus traditionnel14. Madame Ménard-Dorian fait sans doute encore partie de la seconde catégorie, mais l’Affaire l’aidera à être à la fois pleinement femme et citoyenne.

Notes

1 Voir à ce propos Emmanuel Naquet, La Ligue des droits de l’Homme : une association en politique (1898-1940), thèse de doctorat, IEP de Paris, 2005.

2 Abel Hermant, Les Grands bourgeois, Paris, A. Lemerre, 1906.

3 Dictionnaire de biographie française, t. XI, Paris, 1967, p. 578-579.

4 Jacques de Lacretelle, Les Vivants et leurs ombres, Paris, Grasset, 1977.

5 Anne Martin-Fugier, Les Salons de la IIIe République : art, littérature et politique, Paris, Perrin, 2003, p. 69.

6 Jean Hugo, Avant d’oublier, 1918-1931, Paris, Fayard, 1976, p. 254.

7 Sur ces salons, voir notamment Anne Martin-Fugier, op. cit., Laure Rièse, Les Salons littéraires parisiens du second empire à nos jours, Toulouse, Privat, 1962. Sur le salon dreyfusard de la marquise Arconati-Visconti, voir Gérard Baal, « Un salon dreyfusard des lendemains de l’Affaire à la Grande Guerre : la marquise Arconati-Visconti », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. XXVIII, juillet-septembre 1981, p. 432-463.

8 Anne Martin-Fugier, op. cit., p. 68.

9 La marquise se brouille avec Jaurès parce qu’elle trouve qu’il a trop de complaisance pour la classe ouvrière et la lutte des classes.

10 Publié d’abord dans Le Siècle puis dans Livre d’hommage des lettres françaises à Émile Zola, Paris, Société nouvelle d’édition et de librairie, 1898.

11 Léon Daudet cité par Émile Vandervelde, Souvenirs d’un militant socialiste, Paris, Denoël, 1939, p. 123.

12 Voir à ce sujet Stephen Wilson, « Le monument Henry, la structure de l’antisémitisme en France, 1898-1899 », Annales ESC, no 2, mars-avril 1977, p. 265-291, traduction française du chapitre 4 de son livre Antisemitism in France at the time of the Dreyfus affair, Londres et Toronto, Associated United Press, 1982.

13 Séverine, Vers la lumière : impressions vécues, Paris, Stock, 1900.

14 Sur le rôle des femmes pendant l’Affaire, voir notamment Françoise Blum, « Itinéraires féministes à la lumière de l’Affaire », in Michel Leymarie (dir.), La Postérité de l’Affaire Dreyfus, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1998, p. 93-101.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540